Navigation – Plan du site

Les négociants marseillais et la fabrique urbaine, entre désintérêt immobilier et implication politique (1666-1789)

Julien Puget
p. 141-158

Résumés

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le port de Marseille est essentiellement gouverné par des marchands. En 1666, le pouvoir royal ordonne aux échevins d’agrandir la ville, en créant un nouveau quartier sur les vestiges d’un faubourg datant de l’époque médiévale. La monarchie compte sur les négociants pour investir dans ce nouveau secteur, et participer ainsi, par l’embellissement de leur cadre de vie, au rayonnement du royaume tout entier. Or, les gens de commerce ne seront pas les bâtisseurs de la « nouvelle ville ». Ainsi, quelles relations a noué cette population avec la fabrique urbaine à l’époque moderne ? À côté de la pierre, n’ont-ils pas privilégié d’autres formes d’investissements, politiques notamment, tout aussi profitables à leurs affaires ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Marseille

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La ville passe ainsi de 67 à 200 hectares.

1Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le cadre bâti de nombreuses villes françaises est profondément remanié, tant sous la forme d’extensions que de créations de nouveaux espaces urbains. Marseille n’échappe pas à ce mouvement et, en 1666, Louis XIV impose à la ville d’étendre son enceinte vers l’est, provoquant un triplement de sa superficie1. Cet agrandissement procède par l’intégration, au sein des nouvelles murailles, d’un ensemble de faubourgs existant depuis l’époque médiévale. Cet embellissement donne alors le coup d’envoi à plus d’un siècle de transformations au sein de la cité portuaire.

  • 2 Charles Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies mar (...)

2Lorsque l’on souhaite écrire l’histoire des formes urbaines marseillaises de l’époque moderne, deux éléments majeurs doivent être pris en compte. Il faut d’abord avoir à l’esprit que l’ensemble de la population de la ville est directement ou indirectement concerné par l’activité négociante et commerciale. Il faut ensuite se souvenir que l’embellissement de 1666 a été précédé d’une réforme de l’organisation municipale en 1660. Le règlement adopté à cette occasion confie l’intégralité de la gestion de la ville aux négociants et aux marchands. Le fauteuil de premier échevin est réservé aux marchands en gros (les négociants), celui de second échevin aux marchands au détail2. Dans ces conditions, on pourrait raisonnablement imaginer une participation active du monde de la marchandise aux transformations de la ville.

  • 3 Pour les années 1666 à 1690, ils n’auraient représenté que 10 % des bâtisseurs de la zone, contre 5 (...)

3Pourtant, à la lecture des sources relatives à cette extension urbaine, le groupe des marchands en gros ou au détail ne semble pas avoir joué de rôle décisif. D’une part, les échevins ont affiché une opposition acharnée au projet qui leur fut imposé par la monarchie. D’autre part, le nouvel espace urbain créé ne fut pas, du moins à ses origines, le lieu d’investissements immobiliers massifs de la part des négociants3.

4La désaffection apparente du monde marchand pour cette opération urbaine interpelle, dans la mesure où le pouvoir monarchique – à l’origine du projet – a constamment légitimé son entreprise par des arguments économiques à destination de ce groupe social. Pour l’État royal, cette extension visait essentiellement à rétablir la bonne santé du commerce, et à participer à l’enrichissement de ses principaux acteurs.

5Cette situation paradoxale nous invite à revenir sur l’agrandissement de 1666, et à relire cet évènement au prisme du monde négociant. Quel rôle les marchands ont-ils pu jouer dans cette affaire ? Comment ont-il abordé la libéralisation massive du sol engendrée par l’extension ? Enfin, en déplaçant le regard du seul marché immobilier pour embrasser l’ensemble des processus de fabrique urbaine, c’est l’action politique et municipale des négociants que nous interrogerons.

6Nous commencerons par évoquer les origines et l’organisation de l’agrandissement de 1666. Les modalités principales de l’opération nous permettront d’observer la réaction du négoce face à cette opération urbaine. Nous nous arrêterons ensuite sur l’attitude des négociants face au marché immobilier. À partir d’un secteur précis de l’agrandissement, correspondant à l’actuel quartier Belsunce, la question de la résidence nous permettra de mesurer l’action des marchands au ras du sol des processus de transformation des villes. Nous clôturerons enfin cette analyse en nous demandant si cet agrandissement n’a pas suscité, à une échelle plus large et davantage politique, une action certes discrète mais tout aussi décisive de la part des édiles.

Origines et organisation de l’agrandissement de 1666

  • 4 Jean Meyer, Jean-Pierre Poussou, Études sur les villes françaises, milieu du XVIIe siècle à la veil (...)
  • 5 Sur cet aspect, nous nous permettons de renvoyer à notre contribution et aux références bibliograph (...)

7L’embellissement de Marseille, parfois considéré « comme la grande œuvre urbanistique de la seconde moitié du XVIIe siècle »4, est relativement bien connu dans ses aspects organisationnels5. Il nous faut en revanche nous attarder sur les motifs ayant présidé à son origine, et sur les balbutiements politiques et procéduraux qu’elle a pu susciter. Ce retour aux origines du projet nous permettra de saisir, en amont de sa mise en oeuvre pratique, l’attitude de l’échevinage – et donc des marchands – face à cette opération.

Motifs de l’extension

  • 6 Lettre du 23 février 1666, citée par Gaston Rambert, Nicolas Arnoul Intendant des Galères à Marseil (...)
  • 7 Cette notion est évoquée sous le vocable de « lintherest general » ou des « necessités publiques » (...)
  • 8 AMM, DD 155, « Lettres patentes données par Sa Majesté pour le faict de lagrandissement de cette vi (...)

8En février 1666, six mois avant l’annonce officielle du projet d’agrandissement, l’intendant des galères à Marseille Nicolas Arnoul détaille dans une lettre adressée à Colbert quatre raisons essentielles justifiant ce projet urbain6. Cette affaire serait avant tout profitable au roi, dans la mesure où la vente de son domaine lui rapporterait plus de 80 000 livres, et lui permettrait par la même occasion de soumettre la ville à son autorité. Ensuite, l’extension améliorerait grandement la salubrité générale du site, notamment par l’ouverture de larges rues aérées. Enfin, le commissaire royal voit là une occasion inespérée d’ériger une ville digne de la grandeur de son souverain. Ces différents motifs – économique, politique, sanitaire et esthétique – forment « l’intérêt public » sur lequel s’appuie le commis du pouvoir pour mener à bien ce projet7. En effet, dans ses lettres patentes de juin 1666 qui ordonnent officiellement l’extension de la ville, Louis XIV s’émeut de l’incommodité dont souffrent les négociants dans une ville si peuplée, et si étroite8. La principale victime en serait d’ailleurs le commerce. Ce dernier pourrait s’épanouir davantage si seulement il y avait de grands magasins et des logements de qualité pour les étrangers. L’agrandissement serait ainsi le moyen le plus utile et le plus nécessaire pour rendre le commerce florissant.

  • 9 Junko T. Takeda, Between Crown and Commerce : Marseille and the Early Modern Mediterranean, Baltim (...)
  • 10 Gaston Rambert, op. cit., lettre du 2 octobre 1666, p. 224.

9L’historienne Junko Thérèse Takeda s’est intéressée à cette notion de bien public à Marseille sous Louis XIV9. Selon elle, pouvoir royal et échevinage poursuivaient tous deux le bien public comme objectif de gouvernement. Mais ils en avaient une conception différente. Alors que la monarchie envisage l’intérêt général à l’échelle du royaume, avec Marseille comme fer de lance de sa politique commerciale, les échevins – et donc le monde de la Loge – concevaient le bien public à l’aune de la bonne santé de leurs affaires, et d’une véritable autonomie dans la manière de les conduire. C’est en substance ce que révèle l’intendant Arnoul à Colbert dans une lettre d’octobre 1666. Le commissaire royal semble avoir pleinement saisi cet écart de vues entre la ville et le pouvoir monarchique, car selon lui « l’interest particulier fera remuer contre [l’agrandissement], mais l’affaire bien examinée est advantageuse en toutes façons à la ville, et principalement au service du Roy »10.

Oppositions des échevins et reprise en main de l’opération

  • 11 AMM, DD 152, « Requête de M. les echevins en opposition aux lettres patentes de 1666 relatives à l’ (...)
  • 12 Figure 1.

10L’échevinage marseillais ne partageait pas le même point de vue que l’intendant des galères. Dès l’officialisation de l’extension en juin 1666, les édiles se sont opposés à l’exécution du projet. Le 11 décembre, ils font part dans un long mémoire de leurs arguments en défaveur de l’agrandissement11. S’ils reconnaissent bien la nécessité de stimuler un commerce fortement diminué à cette époque, ils pointent en revanche la présence de nombreuses maisons et magasins vacants dans la vieille ville. De plus, la localisation du nouveau quartier n’attirera jamais les étrangers et les négociants, car il est trop éloigné du « trajet du commerce »12. Enfin, l’agrandissement ruinera l’activité marchande dans la mesure où il captera une part importante des liquidités qui lui sont indispensables. Le terroir et les bastides sont accusés d’avoir fossilisé de nombreux capitaux.

Figure 1. Carte

Figure 1. Carte

Restitution de la morphologie urbaine de Marseille au début du XVIIIe s.

Plan Razaud, 1743, Archives municipales de Marseille. Conception et cartographie : J. Puget, UMR 7303 TELEMME, AMU-CNRS

  • 13 Gaston Rambert, op. cit., lettres du 16 mars et du 4 juin 1669.
  • 14 Ibid., lettre du 22 janvier 1667, p. 232.
  • 15 Ibid., lettre du 12 mars 1667, p. 237.
  • 16 AMM, DD 152, « Lettres de Cachet de Louis XIV portant ordre aux échevins de procéder à l’Agrandisse (...)

11Si pour Arnoul ce n’est là que la défense des intérêts d’un clan13, il donne paradoxalement des arguments en faveur des échevins en déclarant qu’il faut que « Marseille [...] ne pense qu’au négoce, à faire des compagnies, a atirer les estrangers, a acquiter ses debtes »14. On perçoit alors comme une obsession de la part des autorités monarchiques : Marseille doit être « la clef du commerce » à l’échelle du royaume15. L’agrandissement de la ville est vu comme un des moyens, sinon le principal, pour atteindre cet objectif. La beauté de la nouvelle ville permettra tout à la fois d’attirer et d’éblouir les marchands étrangers, qui ne pourront que s’incliner devant la puissance du monarque français16. L’aménagement urbain remplirait une fonction politique et symbolique forte.

  • 17 AMM, DD 152, « Conseil Generalle de la communauté assemblée le 6eme du mois de Mars 1668 ».
  • 18 AMM, DD 152, « Dépend du conseil General de la Communauté assemblé le 4 aoust 1669 ». Sur cette ins (...)
  • 19 AMM, DD 156, « Registre des délibérations du Bureau de l’Agrandissement ».
  • 20 La lecture du registre du Bureau bat ainsi en brèche la vision un peu simplifiée d’un échevinage to (...)

12L’échevinage maintiendra son opposition pendant deux ans. Face à son entêtement, un compromis est trouvé avec le pouvoir central. Ne pouvant empêcher l’opération, les échevins décident d’en prendre les commandes et deviennent par un acte du 6 mars 1668 les maîtres de l’agrandissement17. Les édiles marseillais parachèvent leur reprise en main en créant en août 1669 une institution spécialement chargée de gérer l’opération sur le terrain : le Bureau de l’Agrandissement18. Composée de 12 directeurs – les 4 échevins et 8 directeurs élus tous les ans – cette institution publiera plus de 1600 décisions jusqu’en 169819. Son champ d’action peut être répartie en trois secteurs principaux : la régulation du marché immobilier, l’aménagement urbain public et privé (réseau viaire et parcellaire) et le contrôle de l’ordre public urbain. À leur lecture, ces délibérations témoignent de l’action décisive de la municipalité dans la fabrique de cette « nouvelle ville »20.

  • 21 Figure 2.

13Pendant les trente années d’activité du Bureau, 128 directeurs – hors échevins – se succèdent. Sur les 46 dont le statut professionnel a pu être identifié, plus de la moitié sont apparentés au monde du négoce21.

Figure 2. Tableau

Figure 2. Tableau

Statut social de 46 directeurs du Bureau de l’Agrandissement (1669-1698).

Source : "registre de délibérations du Bureau de l’agrandissement", AMM, DD 156.

  • 22 André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, vol 1, Rennes (...)
  • 23 Ibid., p. 36.
  • 24 On peut noter les institutions municipales suivantes : commission des Six de la Guerre et expérienc (...)

14Par ailleurs, le Bureau est installé dans l’Hôtel de Ville, autrement dit au plus près de la Loge et de ses réseaux marchands. L’opposition première des échevins au projet monarchique d’agrandissement n’est pas un cas isolé dans la France d’Ancien Régime. Les bourgeois de Saint-Malo, issus eux aussi du négoce, eurent la même attitude défensive face à un projet de Vauban d’extension de la ville et d’aménagement du port en 169622. Comme l’a bien montré André Lespagnol, cette réaction exprime d’abord le refus « d’une grande machine »23 technocratique imposée d’en haut, sans consultation. À Marseille, s’est aussi exprimé le refus de se voir imposer, par l’État central, un mode de gestion de la ville alors que la municipalité cultive, depuis des siècles, sa propre expertise en ce domaine24.

15Le volontarisme en matière urbaine dont a fait preuve l’échevinage ne trouve pas d’application immédiate. Une étude immobilière du secteur atteste d’abord d’un scepticisme de la marchandise face à cette extension.

Commerce et investissement immobilier

  • 25 Robert Paris, Histoire du commerce de Marseille, vol 5, de 1660 à 1789, Paris, Plon, 1957, p. 567-5 (...)

16D’un point de vue strictement économique, l’extension de 1666 coïncide avec les premiers frémissements d’une reprise de l’activité commerciale dans la cité portuaire. Après le seuil critique du début de la décennie, cet embellissement est réalisé dans un contexte de redressement, malgré une parenthèse difficile entre 1678 et 168925. Nous allons essayer de mesurer l’implication des gens de commerce au ras du sol de cette opération – c’est-à-dire sur le plan immobilier – dans un contexte certes favorable sur le plan économique, mais encore largement instable avant le début des années 1690. Il apparaît que le monde de la marchandise, s’il ne se détourne pas totalement du secteur de la pierre, tarde en revanche à s’y investir pleinement.

Un investissement à contre-temps

  • 26 Béatrice Hénin, op. cit., p. 14.

17Entre 1666 et 1690, les marchands ne représentent que 10,65 % des commanditaires d’immeubles neufs. Face à eux, les maîtres artisans comptent pour 50,8 %26. Cette faible participation du négoce à la construction ne peut être assimilée à une absence au sein du nouveau quartier dans la mesure où en 1666, point de départ de l’agrandissement, le secteur concerné était déjà en partie loti. Il convient donc, à côté du critère de la construction, de nous interroger sur la résidence.

  • 27 AMM, DD 168, « rapport de vuidange des recours des scindics possédants biens dans l’agrandissement, (...)

18À l’aide d’un rapport de « vuidange » des recours formés par les propriétaires contre la taxe permettant de financer l’extension, on dispose pour 1688 d’un aperçu de la qualité des résidents de l’agrandissement27. Au sein du secteur Belsunce, nous avons pu identifier l’activité de 65 occupants : 40 % d’entre eux sont des professionnels de la construction, et 15,3 % des marchands. Plus de vingt ans après le lancement de l’extension, le monde du négoce pourtant largement majoritaire au sein des arcanes du pouvoir municipal n’a pas opéré un investissement massif dans la pierre de la nouvelle ville. Les échantillonnages disponibles, tant en termes de constructions neuves que de résidence, concordent pour situer la participation des marchands à un taux moyen de 10 %.

  • 28 Charles Carrière, op. cit., p. 293.

19Dans son étude sur les négociants marseillais au XVIIIe siècle, Charles Carrière révèle qu’en 1783 plus des deux tiers des négociants vivent désormais dans la zone de l’agrandissement28. Ces données suggèrent donc qu’un rééquilibrage aurait eu lieu, en à peine un siècle, entre les parties ancienne et nouvelle de la ville.

  • 29 AD13 Marseille, 2B 808 à 878. Les données relatives à la seconde moitié du XVIIe siècle ont été éca (...)
  • 30 Cette proportion est celle constatée dans la ville de Paris par Daniel Roche, Rémy Arnette, Françoi (...)

20Nous avons tenté de retracer la chronologie de ce basculement résidentiel. Marseille ne disposant pas de registres fiscaux et cadastraux équivalent à certaines villes italiennes, il a fallu trouver un autre éclairage documentaire. Nous avons ainsi compilé l’ensemble des répertoires des inventaires de biens enregistrés devant la sénéchaussée de Marseille entre 1700 et 177029. Ces données doivent être exploitées avec prudence dans la mesure où ce type de procédure judiciaire, visant à faire enregistrer devant les juridictions royales l’étendue de son patrimoine personnel, ne concerne chaque année qu’environ 10 % de la population d’une ville30. De même, les différentes couches sociales ne sont pas égales face à cette pratique patrimoniale. Néanmoins, les résultats produits laissent apparaître un certain nombre de tendances qui s’avèrent précieuses dans cette recherche.

  • 31 Figure 3.

21En écartant les individus dont la profession et/ou le lieu de résidence sont absents du registre, nous disposons d’un corpus de 4688 individus. Parmi eux, 1221 personnes ont été domiciliées dans l’agrandissement, dont 719 dans le quartier Belsunce. Pour la période 1700-1770, on relève la mention de 413 négociants sur l’ensemble de la ville, dont 127 dans sa nouvelle partie. Parmi ces derniers, 74 ont résidé dans le secteur Belsunce. Replacées dans la diachronie, ces données font apparaître un groupe négociant en augmentation constante au sein de la population totale31.

Figure 3. graphique et tableau

Figure 3. graphique et tableau

Nombre de négociants par secteur de la ville (1700-1770).

Sources : inventaires de la sénéchaussée de Marseille, AD13 Marseille, 2B 808 à 878.

Figure 4. graphique et tableau

Figure 4. graphique et tableau

Répartition des négociants, bourgeois et maîtres artisans à Belsunce (1700-1770).

Sources : inventaires de la sénéchaussée de Marseille, AD13 Marseille, 2B 808 à 878.

  • 32 Figure 4.

22Sur le plan spatial, les années 1740 correspondent au point de bascule entre ancienne et nouvelle ville : à partir de cette date, la présence des négociants diminue dans la première et augmente dans la seconde. Cependant, c’est au même moment qu’apparaît une stagnation résidentielle du groupe négociant au sein de Belsunce. Ce sont alors les autres parties de l’agrandissement qui profitent le plus de ce déplacement, comme la zone sud-est correspondant à l’actuel quartier Paradis. Enfin, malgré un léger tassement du volume de ce groupe au sein du quartier étudié, les négociants forment au terme de la période étudiée un des groupes sociaux majeurs32.

23Il semble donc que le monde de la Loge, d’abord en retrait de l’activité immobilière liée à l’agrandissement de 1666, ait finalement pris le relais du groupe originellement dominant des maîtres artisans. Il faudrait peut-être y voir là une conséquence de la croissance de l’activité négociante. L’élite marchande aurait décidé de s’établir dans la plus belle partie de la ville une fois la conjoncture économique générale stabilisée. Elle aurait ainsi renoncé à prendre appui sur le secteur immobilier pour faire croître sa fortune. Autrement dit, le début de l’agrandissement, qui correspond à une phase de reprise de l’activité marchande, a certainement invité les marchands à renforcer leur position dans leur secteur traditionnel au détriment d’investissements alternatifs comme la pierre. Ce ne serait qu’une fois leur réussite commerciale établie qu’ils auraient transféré leurs capitaux.

La pétrification du capital, entre consolidation et expression d’une réussite

  • 33 André Lespagnol op. cit., p. 733-743.
  • 34 C’est ce que Jean-François Chauvard suggère à propos du patriciat vénitien d’extraction marchande : (...)

24Le décalage que nous observons dans la participation des marchands à l’investissement immobilier au sein de la nouvelle ville ne témoigne pas d’un comportement qui serait spécifique au monde du commerce marseillais. Dans le cas de Saint-Malo, si certains négociants se sont engagés dans des opérations immobilières – sur le modèle des sociétés maritimes notamment – rares sont ceux qui en ont fait un moteur de leur réussite économique33. Pour les marchands malouins, l’immobilier est avant tout un lieu de consolidation du capital. Il permet d’enraciner dans la pierre une réussite professionnelle et économique, et de l’exprimer publiquement. Il faut ainsi récuser l’idée d’un lien entre contraction de l’activité commerciale et augmentation des dépenses dans la construction34. L’immobilier ne peut être réduit à une simple valeur refuge en période de repli de l’activité. Selon une lecture anthropologique du marché de la pierre, la pétrification du capital permettrait surtout d’honorer son rang par des dépenses somptuaires dans l’habitat. Un tel comportement serait indépendant des aléas de la conjoncture économique.

25À partir de ce modèle, l’argumentaire déployé en 1666 par les échevins marseillais pour s’opposer à l’agrandissement prend un sens particulier. Selon les édiles, l’embellissement qu’on leur impose inviterait

  • 35 AMM, DD 152, « Requête de M. les echevins en opposition aux lettres patentes de 1666 relatives à l’ (...)

« les habitants a faires de belles maisons et les orner de meubles et peintures suivant le luxe de ce siècle ; on verroit bientôt tarir le commerce ; et au lieu d’un grand nombre de vaisseaux qui sont le plus bel ornement du port, et plus utile au service du Roy et de l’Etat, on ne verroit que des maisons vuides et ruineuses a leur propriétaires »35.

  • 36 Robert Paris, op. cit., p. 129.

26À lire les administrateurs municipaux, on pourrait conclure à un refus conscient de la part des négociants marseillais d’immobiliser leur capital dans la pierre, et ce dans une période de reprise de l’activité marchande. La rareté du numéraire en circulation tendrait à appuyer cette hypothèse36. De même, la domination sans partage du régime des baux à rente foncière dans le secteur de l’agrandissement – convention par laquelle l’acquéreur entre en possession d’un bien moyennant une somme capitale au versement échelonné sur plusieurs années – renforce davantage ce constat.

  • 37 AD13 Marseille, 362 E 123, f° 853.
  • 38 Figure 5.

27Face à la frilosité quasi générale de la Loge pour le secteur immobilier, le parcours du marchand bourgeois Barthélémy Cousinery détonne. L’échevin de l’année 1668 fait l’acquisition le 28 avril 1670 d’une portion de terrain appartenant à André de Felix, située entre le couvent des Pères Récollets et celui des Pères de la Mission de France37. Ce jardin en friche, aux portes de la ville médiévale, lui coûte 20 000 livres. Cousinery va pleinement exploiter cette affaire, et se livrer à partir de 1671 à la parcellisation de son nouveau domaine38.

Figure 5. Schéma

Figure 5. Schéma

Lotissement de Barthélémy Cousinery au sein du quartier Belsunce (1670-1692).

Sources : cadastre Napoléonien de 1820 et Jean-Marc Chancel, 1978. Conception et cartographie : J. Puget, UMR 7303 TELEMME, AMU-CNRS

  • 39 Ces contrats ont été passés chez maître Besaudin : AD13 Marseille, 362 E 123 à 146. Une carrée carr (...)

28Entre 1671 et 1679, il divise plus de 2253 cannes carrées en 52 lots vendus au prix moyen de 35 livres la canne carrée39. Ce vaste lotissement lui aurait ainsi procuré un profit avoisinant les 80 000 livres, soit un bénéfice quatre fois supérieur à sa mise de départ. Sur le plan économique, cette entreprise est donc déjà une réussite. À ces gains financiers il faut ajouter la capitalisation sociale générée par cette affaire, Barthélémy se réservant en effet « le domaine et seigneurie direct » sur tout ou partie de ses biens. Le montant du cens annuellement dû – 6 deniers par propriété – est modique, ne rapportant au mieux qu’une livre et demi pour l’ensemble. L’intérêt n’est donc pas là, mais réside plutôt dans les potentialités sociales conférées par sa position éminente au sein de la relation contractuelle. La propriété directe sur un bien offre à son détenteur un rayonnement à la fois spatial (au sol), architectural (via la pierre) et social (par la relation contractuelle).

  • 40 Louis Bergasse, Une famille de commerçants marseillais : les Cousinery (1540-1920), Marseille, Imp (...)
  • 41 AD13 Marseille, 362 E 219 à 221, tables du notaire Louis Besaudin. Louis Bergasse, op. cit., p. 81- (...)

29Le projet immobilier de Cousinery est d’autant plus remarquable qu’il coïncide avec son ascension commerciale. Issu d’une lignée de marchands florentins établis à Marseille depuis la fin du XIIIe siècle, il s’est inscrit dans les pas de ses aïeux en combinant réussite économique et parcours politique au sein de la ville40. L’activité commerciale de Barthélémy est variée, et concerne tout autant le poivre, les cuirs, les laines, les draps et le papier. Un relevé au sein des tables du notaire Besaudin mentionne plus de 700 transactions entre 1653 et 1690, autrement dit une activité régulière et extrêmement intense sur la période, dont les ramifications s’étendent à l’ensemble des ports provençaux41. L’acquisition de biens immeubles ne vient pas compléter ou exprimer une réussite. Au contraire, ses investissements dans la pierre accompagnent et nourrissent sa croissance économique.

30Barthélémy Cousinery apparaît comme l’un des premiers marchands de la place à transférer ses richesses acquises sur les mers vers des investissements au rayonnement social plus marqué. Il apparaît comme l’un des rares marchands marseillais de son époque à combiner la pierre et la marchandise, sans que l’on puisse clairement préciser quel est le moteur dans cette synergie économique.

  • 42 Voir la généalogie des investissements immobiliers de ses aïeux dans Louis Bergasse, op. cit.

31Paradoxalement, le parcours singulier de Cousinery vient renforcer les hypothèses précédentes. S’il se lance précocement dans une entreprise de lotissement par rapport à ses homologues, c’est aussi parce que ses affaires, et son capital familial42, sont assez solides pour lui permettre de dégager les fonds nécessaires à de tels projets. Cas unique à cette échelle, Cousinery apparaît isolé en ce domaine. La faible implication du reste du groupe signifie-t-elle pour autant que les négociants aient renoncé à lier cette opportunité urbanistique à la bonne santé de leurs affaires ? Un ultime détour par la question de l’ordre public urbain jusqu’à la fin du XVIIIe siècle semble montrer qu’ils n’ont pas totalement ignoré les potentialités de cet agrandissement. En déplaçant le regard sur le terrain politique, la participation de la Loge, d’apparence discrète, n’en apparaît pas moins décisive.

Définir et organiser l’ordre public à Marseille

32C’est du côté de « l’usage » de la nouvelle ville qu’il faut rechercher l’apport du monde marchand à cette opération. La lecture croisée de différents documents administratifs permet de constater un double mouvement. L’agrandissement semble avoir été l’occasion de préciser la notion d’ordre public urbain à Marseille et ses impératifs. Par le biais de la montée en puissance des institutions de police, l’ordre public semble redéfini en priorité au service de l’échange marchand. Au XVIIIe siècle cependant, la ville apparaît totalement absorbée et asservie par l’objectif même qu’elle poursuivait, à savoir la bonne vigueur du commerce.

Embellissement, commerce et ordre public

  • 43 Gaston Rambert, op. cit., lettre du 22 janvier 1667, p. 232.

33L’intendant des galères Arnoul précise dans une lettre de janvier 1667 qu’il faudra « rendre la ville commode pour le charoy, pour les magasins, non seulement pour les marchandises de Levant mais pour le bled, bois et autres choses »43.

  • 44 AMM, DD 156, délibération du 22 mai 1677.
  • 45 AMM, DD 156, délibération du 6 mars 1686. Se reporter à la figure 1 pour localiser les différents e (...)
  • 46 AMM, DD 156, délibération du 29 mai 1686.

34Si l’on se place du côté de la municipalité, et de son Bureau de l’Agrandissement, on constate que l’action des échevins va dans le même sens. Parallèlement à l’exécution du plan de l’agrandissement, les directeurs du Bureau redéfinissent progressivement l’usage de certains espaces. On déplace ainsi une fontaine en mai 1677 car elle « empêche le commerce libre du cours »44. Neuf ans plus tard, les directeurs rationalisent les lieux d’approvisionnement dans la ville. Ils décident de transférer le marché aux herbes et aux fruits de la place Jeanquin vers l’angle du Cours et de la Canebière45. Il est pareillement décidé d’ouvrir une nouvelle porte au bout de la Canebière, la porte de Noailles, afin de désengorger celles de la Madeleine et des Capucins. Ces dernières subsisteront cependant « pour la plus grande commodité du public attendu quelles sont plus proches des grands chemins par ou il vient le plus grand nombre des fruits é denrées du terroir »46. On voit donc dans cette succession de décisions que l’objectif principal de cet embellissement est la commodité du commerce, bien avant celui de l’ornement urbain.

  • 47 AMM, FF 161, « Extrait imprimé des lettres patentes de Sa Majesté contenant lestablissement de la L (...)
  • 48 AN, H¹ 1314, « Mémoire sur l’administration actuelle de Marseille, dressé en consequence des ordres (...)

35Cette mise en ordre de la ville et de son paysage coïncide avec la structuration à l’échelle du royaume d’institutions de police. En 1699, Louis XIV décide d’étendre aux principales villes la charge de Lieutenant général de police créée en 1667 à Paris. Les échevins marseillais rachètent cet office47, et le négoce cumule désormais gestion municipale et maintien de l’ordre public urbain. Un mémoire dressé vers 1765 dans le cadre des projets L’Averdy indique que la police de Marseille « renferme sept différentes branches » : la santé, le commerce en général, l’abondance, le privilège du vin, la justice distributive, la propreté, et la sureté de la ville48. Le texte s’ouvre en déclarant que Marseille est

une ville dont le commerce est l’âme qui donne le mouvement à tout, et dont touttes les parties qu’elle renferme proffitent plus ou moins, suivant le plus ou moins de raport qu’elles ont au commerce.

36Il n’est donc pas surprenant de constater que les sept domaines précités concernent tous, de près ou de loin, l’activité des négociants. Le commerce en général, l’abondance, et le privilège du vin sont limpides. La santé, la propreté et la sureté de la ville suivent le même objectif, car selon ce mémoire « cette ville est l’entrepot général de la France ; [...] et il n’est point de sujet du Roy, qui ne soit interessé a la sureté de Marseille ». Pour les deux auteurs, les échevins Ferrari et Estienne, le maintien de l’ordre public consiste à

tenir soigneusement le Contrôle des Blés qui entreront par terre, et du prix auquel il auront été vendus à l’Annonnerie, à faire netoyer les Rues et entretenir les pavés, aussi bien que les chemins et Edifices publics, à signer les certificats de santé et autres expeditions, concernant la Police et les Commerce, ainsi qu’il est accoûtumé.

37Enfin, les auteurs précisent que le domaine de la justice distributive contient en son sein la « juridiction consulaire, établie pour les affaires des négociants et marchands ».

  • 49 AMM, FF 191.
  • 50 Ainsi la place Jeanquin est réservée aux volailles, le Cours aux fruits et légumes, les portes d’Ai (...)

38Si l’on quitte les énonciations théoriques pour plonger dans la pratique policière, le constat se trouve renforcé. Un registre conservé aux archives municipales, lui aussi confectionné vers 1765, réorganise les normes de police en vigueur en 31 titres et 300 articles49. Sur ces 31 matières, on peut relever 20 titres relatifs au contrôle des métiers et à la circulation des marchandises dans la ville, le tout en lien direct avec le commerce. La circulation constitue à la fois le dispositif de gouvernement sur lequel prend appui cette politique, et l’impératif à suivre et à faire respecter. Une véritable logique spatiale a ainsi été élaborée afin d’imposer aux populations un usage spécifique des différents espaces de la ville. Les négociants, via l’Hôtel de Ville, se sont alors fondés sur les éléments composants la nouvelle ville afin d’édifier un complexe urbain au service de leur activité commerciale : telle place doit servir de marché pour telle marchandise, telle porte pour l’entrée de telle denrée, le port et les quais pour le déchargement et la vente au détail du blé entré par voie de mer, etc50.

39Si la ville et l’ordre public que l’on tente d’y instaurer semblent pour une large part au service du commerce, cette politique ne fut pas sans conséquence sur la gestion de l’objet urbain.

La primauté du commerce

  • 51 Charles Carrière, op. cit., p. 227-232.
  • 52 AN, H¹ 1318, « Dernieres observations sur l’affaire du curage du Port pour la communauté de Marseil (...)

40Depuis 1599, Marseille est dotée d’une Chambre de Commerce dont l’objet principal est de défendre l’intérêt des négociants et de leur activité51. L’institution prend un essor tel que les sources administratives évoquent progressivement le gouvernement de la ville et celui du Commerce de manière séparée, soulignant l’existence de deux administrations distinctes, voire concurrentes. Cette compétition sera particulièrement exacerbée à propos de la question de l’entretien du port et des quais. Un mémoire de 1773 rappelle la généalogie des responsabilités vis-à-vis de ces espaces52. Jusqu’en 1685, leur entretien revenait à la Chambre de Commerce. À partir de cette date, un intermède de 32 ans en a confié la responsabilité à l’Hôtel de Ville. Mais le règlement municipal de 1717 revient à la procédure antérieure. Cette situation primitive se maintient jusqu’au règlement municipal de 1766, qui prévoit qu’à partir de 1773 ces frais d’entretiens reviendront à la ville. La teneur de ces débats nous intéressent ici uniquement parce qu’ils révèlent à quel point l’ensemble de la ville, et particulièrement le port et les quartiers nés de l’agrandissement, a été mis au service du commerce.

  • 53 AN, H¹ 1314, « Nottes historiques pour en tirer des moyens economiques pour la ville de Marseille, (...)

41Ainsi les quais servent-ils de lieu d’inspection de tous les grains et légumes qui viennent à Marseille par voie de mer. Ils sont également le lieu de chargement et déchargement des marchandises transitant par la ville. Selon ce mémoire « tout est a l’usage du commerce, et destiné uniquement au commerce, et comme c’est cet usage qui cause les dégradations il est juste que le Commerce en suporte les réparations et l’entretien ». Le secteur de l’agrandissement, qui est « le plus bel ornement de la ville », constitue le lieu principal du charriage des marchandises, et entraîne dans son sillage quantité de boues et d’immondices qui finissent par se déverser dans le port à la première pluie. Dans un mémoire postérieur à 1780, les échevins se plaignent que plus de 200 charrettes de commerce passent quotidiennement sur la route d’Aix à Toulon, par le cours Belsunce puis la rue de Rome53. Attelées à 4 ou 5 chevaux, elles dégradent considérablement les rues, entraînant de lourdes dépenses de réfection du pavé. Les édiles marseillais proposent donc que le Commerce, par le biais de la Chambre, prenne en charge l’entretien du port et des quais, ainsi que le secteur de Rive Neuve et l’intégralité des quartiers de l’agrandissement, où « réside presque tout le commerce ».

42Le complexe urbain, patiemment constitué depuis le milieu du XVIIe siècle, apparaît subordonné à l’activité négociante. Même si les contestations évoquées sont alors le fait d’un échevinage transféré aux mains de la noblesse depuis le règlement municipal de 1766, l’administration citadine semble totalement absorbée et dominée par l’objet au service duquel elle gouvernait. À défaut d’investir dans ses premières heures le secteur de l’agrandissement, les négociants ont su, par le biais de multiples instances administratives, le modeler au plus près des impératifs que supposait leur activité : espace, rues rectilignes, impératifs de circulation.

Conclusion

  • 54 Inès Castaldo, Le quartier Mazarin. Habiter noblement à Aix-en-Provence (XVIIe-XVIIIe siècles), Aix (...)

43Au terme de cette étude, il apparaît que le groupe des négociants a véritablement joué un rôle dans l’agrandissement de 1666, mais certainement pas là où on l’attendait. Le plan de la monarchie était simple : conduire un projet d’extension de la ville dont l’élite marchande serait l’investisseur principal. Ce fut, sur le terrain, tout le contraire qui se produisit. C’est ce même groupe social qui mena à bien l’extension, sans pour autant faire preuve d’une véritable implication financière. Les marchands ont laissé à d’autres le soin d’édifier le quartier. Ils ont néanmoins su guider l’action de ces bâtisseurs à travers un cadre règlementaire visant à charpenter un complexe urbain et administratif au service de leur activité économique. Si le quartier Mazarin de la ville voisine d’Aix, ouvert en 1646, est le pur produit d’un mode de vie nobiliaire54, l’agrandissement de 1666 à Marseille illustrerait un mode de fabrique de la ville au service du commerce.

Haut de page

Notes

1 La ville passe ainsi de 67 à 200 hectares.

2 Charles Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Institut historique de Provence, 2 vol, 1973, p. 213 ; Archives Municipales de Marseille (AMM), AA8, « Lettres-Patentes du nouveau règlement fait pour l’Élection des Échevins & autres officiers municipaux de la ville de Marseille », mars 1660.

3 Pour les années 1666 à 1690, ils n’auraient représenté que 10 % des bâtisseurs de la zone, contre 50 % pour les maîtres artisans : Béatrice Hénin, « L’agrandissement de Marseille (1666-1690) : un compromis entre les aspirations monarchiques et les habitudes locales », Annales du Midi, 98, n° 173, janvier-mars 1986, p. 14.

4 Jean Meyer, Jean-Pierre Poussou, Études sur les villes françaises, milieu du XVIIe siècle à la veille de la Révolution française, Paris, SEDES, 1995, p. 241.

5 Sur cet aspect, nous nous permettons de renvoyer à notre contribution et aux références bibliographiques qu’elle contient : Julien Puget, « Détruire pour embellir. Pratiques d’estimation et d’indemnisation des propriétés urbaines à Marseille dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Histoire & Mesure, 28-1, « Réparer, dédommager », 2013, p. 11-44.

6 Lettre du 23 février 1666, citée par Gaston Rambert, Nicolas Arnoul Intendant des Galères à Marseille (1665-1674). Ses lettres et mémoires relatifs à l’agrandissement de la Ville et à l’entretien du port, Marseille, Éditions de Provincia, 1931, p. 213-217.

7 Cette notion est évoquée sous le vocable de « lintherest general » ou des « necessités publiques » dans la documentation. On la trouve sous cette forme respectivement dans AMM, DD 155, « Comparant des eschevins avec responce de Roustan », 9 février 1667, f°23 et AMM, DD 153, « Requete et ordonnance de messieurs les Commissaires… pour la nomination des experts pour vuider le recours sur le faict de lagrandissement portan comission a sieurs Joseph Cabre et Jean Sossin, 13 may 1670 ».

8 AMM, DD 155, « Lettres patentes données par Sa Majesté pour le faict de lagrandissement de cette ville de Marseille du mois de Juin 1666 », f°1

9 Junko T. Takeda, Between Crown and Commerce : Marseille and the Early Modern Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2011.

10 Gaston Rambert, op. cit., lettre du 2 octobre 1666, p. 224.

11 AMM, DD 152, « Requête de M. les echevins en opposition aux lettres patentes de 1666 relatives à l’agrandissement de Marseille, 11 décembre 1666 ».

12 Figure 1.

13 Gaston Rambert, op. cit., lettres du 16 mars et du 4 juin 1669.

14 Ibid., lettre du 22 janvier 1667, p. 232.

15 Ibid., lettre du 12 mars 1667, p. 237.

16 AMM, DD 152, « Lettres de Cachet de Louis XIV portant ordre aux échevins de procéder à l’Agrandissement de Marseille, 23 octobre1669 ».

17 AMM, DD 152, « Conseil Generalle de la communauté assemblée le 6eme du mois de Mars 1668 ».

18 AMM, DD 152, « Dépend du conseil General de la Communauté assemblé le 4 aoust 1669 ». Sur cette institution nous nous permettons de renvoyer à notre article, « Administrer la croissance urbaine au milieu du XVIIe siècle : l’exemple du Bureau de l’Agrandissement de Marseille (1669-1698) », Città e Storia, VIII-2, 2013, p. 453-471.

19 AMM, DD 156, « Registre des délibérations du Bureau de l’Agrandissement ».

20 La lecture du registre du Bureau bat ainsi en brèche la vision un peu simplifiée d’un échevinage tout entier absorbé dans son commerce et totalement désinvesti de cette opération, comme le suggère notamment Max Loubat, Le financement de l’agrandissement de Marseille de 1666 par la perception de taxes sur les plus-values immobilières créées par les travaux, Aix-en-Provence, thèse de droit, 1950, p. 62.

21 Figure 2.

22 André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, vol 1, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996, p. 30-48.

23 Ibid., p. 36.

24 On peut noter les institutions municipales suivantes : commission des Six de la Guerre et expérience d’autonomie communale au Moyen Âge ; bureau de police, bureau du vin et bureau de santé à l’époque moderne.

25 Robert Paris, Histoire du commerce de Marseille, vol 5, de 1660 à 1789, Paris, Plon, 1957, p. 567-568.

26 Béatrice Hénin, op. cit., p. 14.

27 AMM, DD 168, « rapport de vuidange des recours des scindics possédants biens dans l’agrandissement, 10 mars 1688 ».

28 Charles Carrière, op. cit., p. 293.

29 AD13 Marseille, 2B 808 à 878. Les données relatives à la seconde moitié du XVIIe siècle ont été écartées en raison de leur caractère lacunaire.

30 Cette proportion est celle constatée dans la ville de Paris par Daniel Roche, Rémy Arnette, François Ardellier, « Inventaires après-décès parisiens et culture matérielle au XVIIIe siècle », dans Bernard Vogler (sous la dir.), Les actes notariés, source de l’histoire sociale (XVIe-XIXe siècles), Strasbourg, Librairie Istra, 1979, p. 232. En croisant le nombre annuel de sépultures dans les paroisses de Marseille, qui s’élève sur notre période à une moyenne de 2500 (Isabelle Séguy, Michel Signoli, Stéfan Tzortzis, « Caractérisation des crises démographiques en Basse-Provence (1650-1725), dans Michel Signoli et al. (éd.), Peste : entre Épidémies et Sociétés. Plague : Epidemics and Societies, Florence, Firenze University Press, 2007, p. 200), et le nombre d’inventaires après-décès enregistrés (150 par an en moyenne), on atteint une proportion légèrement plus faible que dans la capitale, de l’ordre de 6 % d’une population annuelle enregistrant l’état de leur patrimoine devant la justice royale.

31 Figure 3.

32 Figure 4.

33 André Lespagnol op. cit., p. 733-743.

34 C’est ce que Jean-François Chauvard suggère à propos du patriciat vénitien d’extraction marchande : « Pour en finir avec la pétrification du capital. Investissements, constructions privées et redistribution dans les villes de l’Italie moderne », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, « L’économie de la construction dans l’Italie moderne », 119‑2, 2007, p. 427‑440. Il s’oppose ainsi à ce rapport presque mécanique proposé par Roberto Fregna, La petrificazione del denaro : studi sulla proprietà urbana tra XVI e XVII secolo, Bologne, CLUEB, 1990. Dans la même lignée que Fregna, quoique plus nuancé, on peut se reporter à Richard Goldthwaite, The Building of Renaissance Florence : An Economic and Social History, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1980.

35 AMM, DD 152, « Requête de M. les echevins en opposition aux lettres patentes de 1666 relatives à l’agrandissement de Marseille, 11 décembre 1666 ».

36 Robert Paris, op. cit., p. 129.

37 AD13 Marseille, 362 E 123, f° 853.

38 Figure 5.

39 Ces contrats ont été passés chez maître Besaudin : AD13 Marseille, 362 E 123 à 146. Une carrée carrée correspond à environ 3,96m2 soit en l’espèce un terrain d’environ 9000m2.

40 Louis Bergasse, Une famille de commerçants marseillais : les Cousinery (1540-1920), Marseille, Imprimerie du Sémaphore, 1921.

41 AD13 Marseille, 362 E 219 à 221, tables du notaire Louis Besaudin. Louis Bergasse, op. cit., p. 81-86.

42 Voir la généalogie des investissements immobiliers de ses aïeux dans Louis Bergasse, op. cit.

43 Gaston Rambert, op. cit., lettre du 22 janvier 1667, p. 232.

44 AMM, DD 156, délibération du 22 mai 1677.

45 AMM, DD 156, délibération du 6 mars 1686. Se reporter à la figure 1 pour localiser les différents espaces évoqués.

46 AMM, DD 156, délibération du 29 mai 1686.

47 AMM, FF 161, « Extrait imprimé des lettres patentes de Sa Majesté contenant lestablissement de la Lieutenance generalle de pollice aux sieurs maires eschevins de laditte ville avec permission de tenir leur siege dans lhotel de ville..., 17 août 1700 ».

48 AN, H¹ 1314, « Mémoire sur l’administration actuelle de Marseille, dressé en consequence des ordres communiqués de la part de M. Le comte de St Florentin et de M. Le controleur Genéral, vers 1765 ».

49 AMM, FF 191.

50 Ainsi la place Jeanquin est réservée aux volailles, le Cours aux fruits et légumes, les portes d’Aix, des Fainéants et de Rome au vin, les quais du port aux grains et légumes.

51 Charles Carrière, op. cit., p. 227-232.

52 AN, H¹ 1318, « Dernieres observations sur l’affaire du curage du Port pour la communauté de Marseille, (vers 1773) ».

53 AN, H¹ 1314, « Nottes historiques pour en tirer des moyens economiques pour la ville de Marseille, post. 1780 ».

54 Inès Castaldo, Le quartier Mazarin. Habiter noblement à Aix-en-Provence (XVIIe-XVIIIe siècles), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte
Légende Restitution de la morphologie urbaine de Marseille au début du XVIIIe s.
Crédits Plan Razaud, 1743, Archives municipales de Marseille. Conception et cartographie : J. Puget, UMR 7303 TELEMME, AMU-CNRS
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 2. Tableau
Légende Statut social de 46 directeurs du Bureau de l’Agrandissement (1669-1698).
Crédits Source : "registre de délibérations du Bureau de l’agrandissement", AMM, DD 156.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4746/img-2.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Figure 3. graphique et tableau
Légende Nombre de négociants par secteur de la ville (1700-1770).
Crédits Sources : inventaires de la sénéchaussée de Marseille, AD13 Marseille, 2B 808 à 878.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4. graphique et tableau
Légende Répartition des négociants, bourgeois et maîtres artisans à Belsunce (1700-1770).
Crédits Sources : inventaires de la sénéchaussée de Marseille, AD13 Marseille, 2B 808 à 878.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 5. Schéma
Légende Lotissement de Barthélémy Cousinery au sein du quartier Belsunce (1670-1692).
Crédits Sources : cadastre Napoléonien de 1820 et Jean-Marc Chancel, 1978. Conception et cartographie : J. Puget, UMR 7303 TELEMME, AMU-CNRS
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Puget, « Les négociants marseillais et la fabrique urbaine, entre désintérêt immobilier et implication politique (1666-1789) », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 141-158.

Référence électronique

Julien Puget, « Les négociants marseillais et la fabrique urbaine, entre désintérêt immobilier et implication politique (1666-1789) », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/4746 ; DOI : 10.4000/rives.4746

Haut de page

Auteur

Julien Puget

Julien Puget prépare un doctorat intitulé « Les plans d’agrandissement d’Aix et de Marseille : droit du sol et patrimoines immobiliers (1646-1750) » sous la direction de Brigitte Marin et de Jean-Louis Mestre. Ses recherches portent sur les processus de fabrique de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, et plus particulièrement sur les mécanismes juridiques et spatiaux à l’œuvre au cours des vagues d’urbanisation de l’époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals