Navigation – Plan du site
L'émergence de l'intellectuel au XIXe siècle : histoire, langue et politique

Intellectuels et originalité au cours du XIXe siècle grec

L’œuvre des philologues classiques
Sophia Matthaiou
Traduction de Danielle Morichon
p. 27-39

Résumés

Après la fondation de l’État grec, la production des philologues comprend peu d’études qui pourraient recevoir l’épithète d’originales : il s’agit surtout de livres de grammaire (d’ordinaire traductions ou adaptations d’ouvrages étrangers) ou de chrestomathies (anthologies de textes anciens), de manuels destinés à l’enseignement, de dictionnaires (souvent des adaptations d’originaux étrangers). La première génération des philologues doit donc composer avec les priorités urgentes d’un nouvel État dont elle doit couvrir les besoins élémentaires. Le désir d’inventorier la réalité grecque apparaît constant. Ce phénomène peut être interprété par la prise en compte des circonstances présidant à la formation de l’État grec qui, outre les nécessités pratiques, doit affronter le problème de l’homogénéisation nationale des populations comprises dans ses frontières.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte traduit du grec au français

Texte intégral

  • 1 Alkis Angélou, « Το ρομάντσο του νεοελληνικού μυθιστορήματος », introduction à l’ouvrage de Gr. Pal (...)

1Les vues exprimées au xixe siècle sur la création d’une production grecque originale dans le domaine de la littérature ont déjà été amplement étudiées jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit de la fameuse exigence envers la « philologie nationale », qui voulait que les lectures soient « profitables » et « utiles », non « agréables ». L’objet essentiel et l’occasion de cette discussion furent fournis par les traductions des romans étrangers. En effet, on reconnaît à présent que l’antipathie manifestée envers l’étranger n’était que l’expression du désir anxieux de mettre en valeur le caractère national des Grecs d’une part, et de l’autre de former comme il se doit les citoyens de l’État nouvellement créé1.

  • 2 Kostas Lappas, Πανεπιστήμιο και φοιτητές στην Ελλάδα τον 19ο αιώνα, Athènes, Archives historiques d (...)

2Si l’on étudie la vie et l’œuvre de nombreux érudits de l’époque, on constate que cette question ne concerne pas seulement la littérature, mais presque l'entière production intellectuelle de la période. Par ailleurs, nous avons observé que la notion d’« originalité », au cours du xixe siècle grec, pèche par manque de précision et de clarté2.

  • 3 Philippos Ioannou, Λόγος ολυμπιακός εν τη β΄ εορτή των ιδρυθέντων Ολυμπίων υπό του αειμνήστου Ευαγγ (...)

3Voyons donc ce que notait le professeur de philosophie Philippos Ioannou (1796-1880) dans son bilan intellectuel de la libre nation des Grecs qu’il avait entrepris en 1871 : « …dans les livres à présent rédigés et édités, de nombreuses pensées et croyances propres aux auteurs grecs se trouvent mêlées à des jugements provenant de l’étranger. Il est, je pense, pardonnable aux érudits et savants d’une nation récemment née à la vie politique et scientifique, aux prises avec des difficultés dont les auteurs des autres nations européennes sont quittes, d’emprunter chez les autres petite ou grande part de la matière de leurs écrits »3.

  • 4 Ibidem, p. 47.

4Alors qu’il observait un grand progrès dans les choses de l’éducation4, trente-cinq ans après la fondation de l’Université grecque en 1837, Philippos Ioannou ne manquait pas non plus, dans un discours aux accents panégyriques, de souligner sans nulle ombre de réprobation le fait que la production intellectuelle grecque n’avait pas compté l’originalité au nombre de ses conquêtes.

5Nous allons donc nous concentrer sur les philologues classiques. L’exact contenu du terme de « philologue classique » en Grèce à cette époque constitue lui-même un objet de discussion particulier : qui se consacre à la philologie, dans quelle mesure cette occupation est-elle exclusive, quel est le contenu des écrits ? Ce sont toutes des questions liées à celle de l’« originalité ». De surcroît, cette philologie, au sens large de connaissance de l’antiquité ou à celui, plus étroit, que lui conférait l’époque, occupait de nombreux érudits hors de l’Université othonienne, par exemple les professeurs de collège.

  • 5 Georgios Velios, « Δικηγόρου πάρεργα ήτοι Κριτικαί τινες παρατηρήσεις εις Ευριπίδου Ελένην », Φιλίσ (...)
  • 6 Dimitrios Mavrofydis, [Nécrologie de Velios], Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 496.
  • 7 S.Α.K.[Koumanoudis], « Βιβλιογραφία », Φιλίστωρ, 3 (1863), p. 75-79.
  • 8 Pavlos Kalligas, « Περί Φαίδρου του Πλάτωνος », Πανδώρα, 3 (1852), p. 345-350, 364‑368.

6D’autres lettrés cependant publiaient des études dans les journaux et les revues. Nombre d’entre eux considéraient que leur connaissance des auteurs anciens (acquise soit à l’école soit grâce à leur contact personnel avec les textes de ces auteurs) suffisait à une telle activité. S’occuper de leur langue et de ce qui constituait leur instruction élémentaire leur paraissait un droit naturel. Le résultat était varié. Certaines interventions et corrections philologiques, comme, par exemple, celles de l’avocat G. Vellios, furent publiées dans la revue Philistor5 car ses éditeurs les jugeaient « sagaces et judicieuses dans leur plus grande part »6. D’autres tentatives étaient considérées comme malheureuses7. En outre, certains des textes publiés respirent la certitude que leur rédacteur mène un dialogue d’égal à égal avec les philologues étrangers. Lorsque le juriste Pavlos Kalligas (1814-1896) développe ses vues sur le Phèdre de Platon, il semble parfaitement informé sur ses éditions8.

  • 9 John Edwin Sandys, A History of Classical Scholarship, vol. III, Νew York, Hafner Publishing Co., 1 (...)

7Quelle est donc la définition de l’originalité, quand on se réfère à la philologie classique ? Tout d’abord, on considère comme une contribution originale à ce domaine les travaux qui proposent ou discutent des corrections philologiques dans quelque texte ancien. Puis, on parle aussi d’originalité lors d’une nouvelle édition commentée d’un texte, ou bien d’une nouvelle grammaire du grec ancien, d’une Histoire de la Grèce ancienne ou d’un dictionnaire9.

  • 10 Kostas Lappas, op. cit., p. 211-217 ; Vanguélis D. Karamanolakis, H συγκρότηση της ιστορικής επιστή (...)
  • 11 Vanguélis D. Karamanolakis, « Tο Πρόγραμμα Σπουδών του Φιλολογικού Tμήματος της Φιλοσοφικής Σχολής (...)

8L’œuvre des premiers philologues grecs se distingue par la variété de leur contenu. En effet, produire des écrits n’occupait pas particulièrement les professeurs de l’Université. Il y avait d’autres raisons que la question financière : d’une part, ils ne considéraient pas que cela était absolument lié à leur œuvre didactique, d’autre part ce n’était pas une condition légale de leur nomination à ce poste. Ainsi, la production des philologues comprend peu d’études qui pourraient recevoir l’épithète d’originales : il s’agit surtout de livres de grammaire (d’ordinaire traductions ou adaptations d’ouvrages étrangers) ou de chrestomathies (anthologies de textes anciens), de manuels destinés à l’enseignement, de dictionnaires (souvent aussi adaptation d’originaux étrangers). Les cours dispensés à l’Université étaient d’ailleurs en général des compilations d’auteurs étrangers10 ; les leçons intitulées « Encyclopédie de la philologie grecque » ou « Méthodologie de la littérature grecque », « Vie des Grecs » ou « Vie des Romains » imitent ou recopient celles des universités allemandes11.

  • 12 Stéphanos Bettis, Xριστόφορος Φιλητάς και Kωνσταντίνος Aσώπιος. Oι διδάσκαλοι του γένους, Ioannina, (...)
  • 13 Ioannis Kalitsounakis, « H αναβίωσις των κλασσικών σπουδών εν Eλλάδι από της απελευθερώσεως και εντ (...)
  • 14 Eleni I. Kontiadou, « Γερμανικές επιδράσεις στην ελληνική παιδεία. Ένα κεφάλαιο : Κωνσταντίνος Ασώπ (...)

9Parmi les premiers professeurs de Philologie classique chronologiquement parlant, Konstantinos Asopios (1790-1872), le « prytane des philologues », ainsi qu’on le nommait12, se limita à l’édition de sa Syntaxe, qui se fondait sur les manuels de Thiersch et August Matthiae13, à la moitié d’une Histoire de la littérature ancienne, sur le modèle des ouvrages allemands et à l’Introduction inachevée à l’œuvre de Pindare qu’il publia sous forme de simple traité à l’attention des étudiants de l’Université et qui reposait sur les travaux de Friedrich Thiersch et d’August Boeckh14.

  • 15 Dimitrios Mavrofrydis, Περί της ελεγείας ή ελεγειακής ποιήσες των αρχαίων Ελλήνων, Μέρος Α΄. Γενικό (...)
  • 16 Dimitrios Mavrofrydis, « Περί αγορανόμων », Πανδώρα, 5 (1854), p. 135-136 ; « Περί αστυνόμων », Παν (...)
  • 17 Dimitrios Mavrofrydis, « Λουκιανός ο Σαμοσατεύς », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 385-402, 433-450, 497-538
  • 18 Dimitrios Mavrofrydis, Λουκιανός ο Σαμοσατεύς, Athènes, imprimerie H. Nikol. Philadelpheus, 1861.
  • 19 Dimitrios Mavrofrydis, « Βιογραφίαι των λογίων Ελλήνων των εν Ιταλία την ελληνικήν παιδείαν αναζωπυ (...)
  • 20 Dimitrios Mavrofrydis, Φιλίστωρ, 3, 4 (1863), passim.

10Dimitrios Mavrofrydis (1828-1866), professeur de Philologie classique à l’Université, bénéficia d’une bourse d’études en Allemagne, après avoir terminé ses classes à la Faculté de Philosophie d’Athènes, où il soutint une « thèse » portant « Sur l’élégie et la poésie élégiaque des Grecs anciens » publiée après sa mort. Dans le titre, il notait qu’il s’agissait d’une « Première partie, Généralités » ; manquaient donc les « Particularités ». Les sources de cette étude étaient la bibliographie allemande15. Par la suite, son œuvre comprend des études historico-philologiques reposant sur les auteurs anciens et la bibliographie allemande, qui furent publiées dans la revue Pandora16. Co-rédacteur de la revue Philistor (1861-1863), il donna une longue étude historico-philologique intitulée « Lucien de Samosate »17, qui fit l’objet d’un tiré à part18. Il publia aussi un autre long travail consacré à l’érudition grecque en Italie au xive et xve siècles19, ainsi qu’une multitude de remarques sur des questions de langue grecque20.

  • 21 Dimitrios Mavrofrydis, Εκλογή μνημείων της νεωτέρας ελληνικής γλώσσης, τόμος Α΄, Athènes, imprimeri (...)
  • 22 Dimitrios Mavrofrydis, Δοκίμιον Ιστορίας της Ελληνικής Γλώσσης, Smyrne, imprimerie d’Amalthée, 1871 (...)

11Ses grandes compositions sont Morceaux choisis de la langue grecque moderne, ouvrage inachevé21, et un traité historique de la langue grecque, publié après sa mort22.

  • 23 Aristidis Kyprianos, Περί των Ελληνικών του Ξενοφώντος, Athènes, imprimerie H. X. Philadelpheus, 18 (...)
  • 24 Voir par exemple Aristidis Kyprianos, « Μυθολογικά », Φιλίστωρ, 1 (1861), p. 236-248.
  • 25 Aristidis Kyprianos, « Περί αναλογίας και ανωμαλίας », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 1-12, 146-158, 193-20 (...)
  • 26 Aristidis Kyprianos, Καρόλου Οδοφρ. Μυλλέρου Ιστορία της Ελληνικής Φιλολογίας, traduit de l’alleman (...)

12Son contemporain Aristidis Kyprianos (1830-1869), directeur de collège à Athènes, qui fut boursier en Allemagne en même temps que lui, rédigea un mémoire sur les Helléniques de Xénophon23. Outre ses travaux sur Xénophon, il contribua à la revue Philistor par d’autres études historico-philologiques24, et intervint dans la question de la langue en introduisant dans la discussion les vues scientifiques de spécialistes allemands25. Il traduisit également L’histoire de la littérature grecque de Karl Otfried Müller destinée à des élèves de collège et à ceux qui s’intéressaient généralement au sujet, et dont l’objectif était d’inciter les lecteurs à acquérir une connaissance plus vaste et approfondie des auteurs de l’antiquité26.

  • 27 Sophia Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), Σχεδίασμα βιογραφίας, Αthènes, Bibliothèque (...)

13Stéphanos Koumanoudis (1818-1899), qui enseignait la philologie latine et fut professeur des précédents, lia son nom principalement à la science de l’archéologie, surtout épigraphique. Sa production en études de philologie latine fut maigre, et le Dictionnaire latin-grec qu’il publia était une réédition augmentée du Dictionnaire édité par son prédécesseur à la chaire de Philologie latine de l’Université d’Athènes, Heinrich N. Ulrichs (1807-1843)27.

  • 28 Xénophon Anastasiadis [ = Iωάννης Γ. Γεννάδιος], Γεωργίου Γενναδίου βίος και επιστολαί, Paris, Les (...)
  • 29 Sophia Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece (...)
  • 30 Conrad Bursian, [traduction en grec d’un extrait de l’Histoire de la philologie classique], Αιών, 1 (...)
  • 31 Georgios Gennadios, Ελληνική Γραμματεία ή Γραμματολογία rédigée en allemand par Joh. Christian Ludw (...)
  • 32 Georgios Gennadios, Σύνοψις της Γενικής Ιστορίας, rédigée en allemand par A. S. K. Kammerer, Athène (...)

14L’œuvre écrite de Georgos Gennadios (1786-1854), directeur de collège et un temps professeur de Philologie classique à l’Université28, personnage qui est l’un des exemples les plus caractéristiques de l’érudit grec polygraphe29, concerne exclusivement l’enseignement. Outre ses dizaines de traductions de manuels d’enseignement d’Histoire sainte, d’arithmétique, de morale, etc., il publia des textes d’auteurs anciens sans commentaire, à usage scolaire, tandis que sa Grammaire reçut les louanges des philologues allemands comme étant la première à avoir été rédigée suivant les principes et la méthode de la science allemande30. L’histoire de la littérature grecque qu’il publia, à usage scolaire également, était la traduction de l’ouvrage de Johann Christian Ludwig Schaaf31. Il en va de même de sa Synopsis de l’Histoire générale, également manuel d’enseignement32.

15Que se passe-t-il donc ?

  • 33 Sophia Matthaiou, « De l’Allemagne en Grèce : philologues grecs à l’Université d’Athènes (1837-vers (...)
  • 34 Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece », op. (...)
  • 35 Ibidem, p. 134-147.

16En dépit de leurs connaissances indéniables et de la formation qu’ils avaient acquise au cours du temps plus au moins long passé dans les universités, principalement allemandes33 – il semble qu’au cours de la période précédant la Révolution se soient façonnées les conditions intellectuelles de formation de la science de la philologie classique, telles qu’elles s’étaient déjà manifestées dans le cadre de l’école allemande appelée Altertumswissenschaft (science de l’Antiquité)34 – l’œuvre écrite et l’activité des philologues grecs étaient déterminées par les circonstances dans lesquelles ils vivaient, à savoir le contexte de la construction d’un État grec35.

17Tout d’abord, on constate que la mission confiée à la philologie dans le cadre de l’État grec dépasse les limites de la science.

  • 36 P. Argyropoulos, « Προσλαλιά κατά την αναγόρευσιν του διδάκτορος της Φιλολογίας Κ. Π. Βοζίκη εκ Μεγ (...)

18Il suffit de lire l’allocution du prytane de l’Université P. Argyropoulos (1809-1860), prononcée lors de la cérémonie de remise de diplôme à un étudiant de la Faculté de Philosophie : « Ailleurs, l’étude de la philologie grecque est vivifiée par le seul travail opiniâtre et l’imagination. Chez nous, sur la terre d’Athènes, là où l’intelligence humaine jeta des feux magnifiques, cette étude a quelque chose de vivace et de propre à ces lieux, car nous y sommes face aux reliques sacrées de l’art antique et aux souvenirs de ce qu’ont développé en de multiples domaines les anciens. À l’intérieur d’un tel réceptacle, la critique est plus commode et l’interprétation plus aisée, et il va de soi que la grammaire, qui examine et formule les règles des deux langues anciennes, constitue non seulement l’instrument de leur apprentissage mais aussi la méthode d’un raisonnement strict… La philologie n’a jamais cessé d’être cultivée, même au cours de notre asservissement, mais elle n’était pas alors rafraîchie par la brise de la liberté et elle n’était pas renforcée par les autres connaissances humaines que versent aujourd’hui avec empressement les voix multiples de l’enseignement universitaire. ... Prenant ton élan sur de telles études, tu veux toi aussi tenter d’enseigner dans les écoles et les collèges à la jeunesse studieuse. ... Afin de mener à bien ton ouvrage, tu dois avoir recours à l’étude des savants maîtres de l’Europe occidentale, auxquels enseignants et enseignés doivent une reconnaissance inaltérable. Cette reconnaissance justifiée et l’étude opiniâtre des auteurs étrangers ne doivent pas aliéner l’autonomie de notre intelligence, nous dispenser de toute recherche propre et nous priver de l’espoir que renaisse sur cette terre fertile quelque chose de congénial et d’original »36.

  • 37 Efthymios Kastorchis, Πρώτον εισαγωγικόν μάθημα των Eλληνικών Aρχαιολογιών, διδαχθέν τη α Δεκεμβρίο (...)
  • 38 Anastasiadis, op. cit., p. 369-370.

19D’une part, il y a la certitude que la Grèce constitue l’espace naturel de développement de la science philologique, de l’étude de l’antiquité grecque généralement, et que par conséquent cela aura immanquablement lieu, ainsi que le croyait le professeur de philologie grecque ancienne et d’archéologie Efthymios Kastorchis (1817-1889)37 ; de l’autre, on considérait que le progrès était absolument relié à l’étude de la bibliographie étrangère, surtout allemande. Gennadios estime que l’enseignement de la langue allemande est indispensable « à ceux qui s’occupent de philologie, car elle est la plus riche en instruments de travail favorisant la pénétration exacte des auteurs anciens, grecs et latins »38.

  • 39 S.A.K. [S. A. Koumanoudis], « Μελέτη περί Πινδάρου », Φιλολογικός Συνέκδημος, Α΄ (1849), p. 400.

20Koumanoudis incitait les Grecs à s’occuper des auteurs anciens en adoptant les principes modernes de la science de la philologie classique, qui était alors à son apogée en Allemagne : « C’est ainsi que, nous dépouillant des croyances erronées sur le poète [Pindare], nous admettons les opinions judicieuses qui prévalent auprès de Boeckh, Dissen, Thiersch, etc. »39.

  • 40 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit., p. 150-151.
  • 41 Ibidem, p. 155.

21Il notait aussi dans l’introduction de son cours sur Tacite en 1871 : « Il existe des lieux où la philologie est dispensée dans ses détails les plus méticuleux, théoriquement. Notre pays n’en est pas encore à ce point de science »40. Le sentiment que le terrain en Grèce n’est pas encore suffisamment fertile pour y cultiver même la philologie est diffus. Une décennie plus tard (autour de 1885), Koumanoudis dresse l’inventaire des nouveaux philologues et, constatant une évolution par rapport à la première génération, il admet que « Asopios, Gennadios, Ph. Ioannou n’ont fait l’édition d’aucun auteur et n’ont pas publié de corrections philologiques »41.

  • 42 S.A.K. [S. A. Koumanoudis], « Eίδησις φιλολογική περί Yπερείδου », Πανδώρα, 4 (1853-1854), p. 357.

22À l’occasion de la découverte d’un manuscrit de l’orateur antique Hypéride, Koumanoudis publia dans la revue Pandora un article d’information où il présentait l’historique de cette trouvaille, qu’il terminait par la constatation suivante : « ces découvertes de tels trésors du passé ne peuvent bien sûr être faites que par les [philologues] d’Europe, car ils sont plus riches et ont une soif de connaissances plus grande…car pour nous (avouons-le) nous avons encore du retard à combler dans ces nobles luttes »42.

  • 43 Konstantinos Asopios, Oμιλία εκφωνηθείσα εν τω Πανεπιστημίω Όθωνος επί της πρώτης ενάρξεως των αυτο (...)

23Dans son cours inaugural à l’Université othonienne en 1842, Asopios ne manqua pas, après une analyse scrupuleuse des caractéristiques de la science philologique, de présenter en ces termes quelques exemples d’études philologiques s’épuisant en analyses très fouillées sur des sujets extrêmement affinés, exemples que les philologues grecs devaient s’abstenir de suivre : « de telles choses, nous devons, tout du moins nous les plus pauvres, les laisser comme jeux aux autres plus riches, car la patrie réclame qu’on œuvre à des travaux plus utiles »43.

24La clé de la compréhension d’un aspect important du sujet se trouve dans la phrase « travaux plus utiles ».

  • 44 Dimitrios Mavrofrydis, Περί της ελεγείας ή ελεγειακής ποιήσεως των αρχαίων, op. cit., p. στ΄ – ζ΄.

25À cet égard, ce qui est dit de Mavrofrydis est caractéristique : « Au cours de son séjour de quatre années en Allemagne… il se distingua en grammaire et en ce que l’on nomme linguistique, qui plus est comparée, et il se fit connaître aux philologues allemands par de nombreux mémoires … Il essaya de nourrir de ces connaissances acquises un but pratique et utile »44.

  • 45 Aristidis Kyprianos, « Περί αναλογίας και ανωμαλίας », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 1-2.

26Dans l’introduction de son étude « Sur l’analogie et l’anomalie », Kyprianos notait : « Puisque jusqu’à présent rien n’a été écrit chez nous sur cette lutte d’une importance considérable, j’ai cru utile, en empruntant aux livres étrangers, d’exposer brièvement l’histoire de cette affaire : et j’ai espéré qu’à l’égard de cette lutte autour la langue qui se déroule chez nous ce petit traité s’avèrera utile en ce…qu’elle facilitera grrandement la résolution scientifique de la question »45.

  • 46 S.A.K. [S. A. Koumanoudis], « Βιβλιογραφία », Φιλίστωρ, 3 (1863), p. 79.

27Koumanoudis avait conscience du rôle joué par le professeur dans la construction de la science grecque. Dans une recension, il écrivait que quiconque a des prétentions philologiques doit choisir comme sources les ouvrages les plus appropriés, démarche difficile, même s’il est animé des meilleures intentions. Seul l’enseignement supérieur dispensé par l’Université confère ce savoir, car il arme l’étudiant de la « méthodologie des études », raison pour laquelle nombreux sont ceux qui décident de faire des études parvenus à un âge avancé, lorsqu’ils constatent leur incapacité à affronter une telle entreprise46.

  • 47 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit., p. 45.

28En tant que professeur de Philologie latine, il soulignait toujours dans l’introduction de son cours : « je vais indiquer à l’auditoire davantage la façon de chercher et de trouver, la méthode philologique, que la conclusion matérielle toute prête des trouvailles effectuées qui a tout d’une doctrine impérative »47.

  • 48 Aristidis Kyprianos, « Περί της ελληνικής γραμματολογίας εν γένει », Φιλίστωρ (1861), p. 29‑30.

29Sur l’étude de l’histoire de la littérature grecque de l’antiquité, Kyprianos écrit : « ... nous devons premièrement développer chez nous les autres beaux-arts à un certain degré, car nous avons besoin d’une culture suffisante, que pour l’instant nous n’avons point, et de nombreuses connaissances et d’instruments d’apprentissage dont nous sommes dépourvus en bonne part, mais auxquels il est nécessaire que nous nous initions, car sans longue initiation nous devons prendre la décision que l’art des Grecs du discours, particulièrement celui du discours classique, demeurera chez nous un mystère sans charme et obscur »48.

  • 49 Giorgios And. Christodoulou, « O Aδαμάντιος Kοραής ως διορθωτής των κλασικών κειμένων (Tο χειρόγραφ (...)

30Dans la discussion qui naquit en 1873-1874 sur la réimpression des œuvres de Koraïs, Théagénis Livadas (1827-1903), dans un long article paru dans le journal Kléio de Trieste, expose ses objections à la réimpression des éditions des auteurs anciens effectuées par Koraïs, considérant que leur valeur philologique était à son époque obsolète49. Toute la discussion constitue entre autres une autre preuve de l’« immaturité » de la science philologique même alors.

  • 50 Ioannis Pantazidis, Λόγος εισιτήριος εν τη Φιλοσοφική Σχολή του Εθνικού Πανεπιστημίου, Αthènes, imp (...)

31Ioannis Pantazidis (1827-1900), également professeur de Philologie classique à l’Université, dans son discours inaugural aux étudiants, distinguait des « particularités » dans l’exercice de la philologie en Grèce, qu’il qualifiait de « néophyte » du point de vue scientifique, la considérant comme « au début de sa nouvelle vie scientifique ». Avant de s’élancer vers son objectif scientifique principal, « la recherche de la vérité pour l’amour de celle-ci », elle doit servir trois commandements qui sont des objectifs nationaux, selon sa propre formulation : un premier commandement est « la formation d’une littérature nationale saine et habilement façonnée » ; le deuxième « de contribuer à ce que la nation élabore de la façon la plus exacte et définitive possible l’instrument de notre littérature moderne, la langue » et « de se prononcer sur le parcours général de la langue de notre nation » ; « le troisième et dernier commandement de la philologie, dont l’a chargée officiellement l’État, est de veiller à la formation des enseignants de l’éducation appelée secondaire ». Enfin, un but suprême, le plus important, est celui de « notre destinée nationale, notre grande idée »50.

  • 51 Konstantinos Asopios, Tα Σούτσεια, ήτοι ο κύριος Παναγιώτης Σούτσος εν Γραμματικοίς, εν Φιλολόγοις, (...)
  • 52 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit., p. 56-65.
  • 53 Aristidis Kyprianos, « Προτροπή εις σύνταξιν ιδιωτικών της Νέας Ελληνικής γλώσσης », Φιλίστωρ, 3 (1 (...)
  • 54 Ioannis Pantazidis, « Λέξεις μακεδονικαί συλλεγείσαι υπό Ιωάννου Πανταζίδου », Φιλίστωρ, 3 (1863), (...)

32Ainsi les connaissances des philologues ne devaient-elles pas constituer une fin en soi, mais elles devaient servir des objectifs nationaux. En effet, le désir d’inventorier la réalité grecque dans le but d’explorer l’identité nationale est constante. L’insistance des érudits de la période à transcrire et à étudier la langue parlée est à cet égard très révélatrice. Aujourd’hui, Asopios n’est plus connu pour son œuvre philologique, mais pour l’impressionnante intervention qu’il fit en 1853 sur la question de la langue. Dans son long essai, les fameux Écrits sur Soutsos, il entreprit de répondre aux vues de Panagiotis Soutsos qui proposait la « régénération de la langue grecque ancienne »51. Stéphanos Koumanoudis se pencha aussi sur ce sujet52, constituant un autre exemple renforçant si besoin est tous les autres. Nous avons déjà parlé de l’œuvre de Mavrofrydis. Le matériel linguistique qu’il avait collecté commença à être publié dans la revue Philistor après incitation faite à cette dernière de Kyprianos53. Mentionnons ici, à titre indicatif, la contribution de I. Pantazidis54.

  • 55 J.-A. Buchon, La Grèce continentale et la Morée. Voyage, séjour et études historiques en 1840 et 18 (...)

33Un visiteur étranger est impressionné en 1840 par l’insistance des Grecs accordée à la question de leur langue et de leur philologie : « la philologie est la passion de tous les étudiants grecs, non seulement de ceux qui se vouent au professorat, mais de ceux qui veulent se consacrer aux lois, à l’Église et à l’administration publique »55.

  • 56 Marie-Paule Masson-Vincourt, Paul Calligas (1814-1896) et la fondation de l’État grec, Paris, L’Har (...)
  • 57 Mavrofrydis, Περί της ελεγείας ή ελεγειακής ποιήσεως των αρχαίων, op. cit., p. η΄.

34L’inventaire de la réalité néohellénique avait toujours lieu en termes historiques et concernait, outre la langue, toutes les manifestations de la civilisation grecque. L’histoire politique, les coutumes, les dictons, la poésie populaire, l’art, etc., tout devait être inventorié. Par exemple, parmi ses nombreuses et diverses occupations se rapportant à ces sujets, Pavlos Kalligas dressa aussi l’inventaire systématique de toutes les coutumes grecques afin de composer le code civil grec56. Dans la notice nécrologique de Mavrvophrydis, l’accent est mis sur la passion avec laquelle ce dernier, même au milieu des tortures de la maladie qui le conduisit à la mort, « amassait… infatigablement de tous côtés un matériau linguistique et historique, devinettes, énigmes, dictons, mythes, chants, us et coutumes grecs, inscriptions, etc. »57.

35Ce phénomène peut être interprété par la prise en compte des circonstances présidant à la formation de l’État grec qui, outre les nécessités pratiques, avait à affronter le problème de l’homogénéisation nationale des populations comprises dans ses frontières.

36Un trait général de l’érudition de cette époque que nous devons mettre en relief est également la variété de l’activité littéraire. On pourrait dire, en schématisant un peu, que tous écrivent sur un peu tout.

  • 58 Giorgios V. Dertilis, Ιστορία του ελληνικού κράτους 1830-1920, Αthènes, Hestia, 2005, p. 336-342.
  • 59 Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece », op. (...)
  • 60 Ourania Polycandrioti, Η διάπλαση των Ελλήνων. Αριστοτέλης Π. Κουρτίδης (1858-1928), Athènes, Archi (...)

37À une époque où tout se construit « ex nihilo », ainsi que l’a formulé Giorgos Dertilis58, en dehors des besoins les plus pratiques comme l’est par exemple la formation des institutions de l’État, la conscience de la nécessité de transfuser les connaissances européennes dans l’espace grec est très marquée − trait aussi observé dans les écrits des philologues qui publient dans les revues des annonces se rapportant à l’actualité philologique européenne −par exemple dans Pandora (1850-1872), Evropaïkos Eranistis (1840-1843), Mnèmosyni 1852-1855) etc.59. Le phénomène semble être une continuation sous des auspices nouveaux de la ligne initiée par Koraïs. Le dialogue avec l’Europe est constant. Le didactisme, le désir de « civiliser » le monde grec sont aussi des éléments invariables de l’érudition de la période. Le cas d’Aristotélis Kourtidis, qui vécut à la fin du xixe siècle (1858-1928), renforce cette impression. Tout semble être placé sous la coupe des objectifs nationaux60.

  • 61 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit.

38Ne négligeons pourtant pas les paramètres subjectifs et pratiques de la question. Les philologues, comme la majorité des érudits, survivent au milieu de difficultés financières. Les textes nombreux et variés que nous lisons dans les journaux et les revues constituent aussi pour eux une source de revenu. Ainsi l’anonymat est-il en usage et souvent il ne cache rien d’autre qu’une dimension « professionnelle ». Les philologues exercent aussi bien dans l’enseignement privé que public. Employés du service public, ils ont aussi coutume d’investir des capitaux en prêtant à des particuliers, tandis que leur participation à diverses commissions administratives sur des sujets concernant la formation et le fonctionnement des institutions de l’État implique aussi quelque rémunération, l’exemple caractéristique de cet état de fait étant Koumanoudis61.

39Après ce que nous venons de dire, cette activité polygraphe des érudits semble aller de soi, non seulement pour des raisons idéologiques, mais aussi pratiques.

40À une époque où les spécialités scientifiques comme professionnelles ne sont pas clairement délimitées, et dans le cadre d’un État qui tente d’une part de s’auto-déterminer nationalement et de l’autre d’établir ses institutions, l’absence d’originalité dans l’œuvre des philologues semble s’expliquer d’elle-même. Néanmoins, nous nous demandons si une autre définition du concept d’originalité convenant davantage à la réalité grecque de l’époque ne pourrait pas être débattue.

  • 62 Bursian, op. cit.

41Dans notre discussion sur l’ « originalité », nous ne devons pas négliger le fait que la liaison avec l’enseignement ne constitue pas une particularité grecque, puisque la culture de la philologie classique a été toujours en relation étroite avec l’enseignement, dans la mesure où l’éducation classique était un élément indispensable de la formation européenne. Pour les philologues étrangers, les conceptions sur l’exercice de la philologie dans le cadre de l’État grec ne diffère guère de celles de leurs confrères grecs. Dans la revue de l’activité des philologues grecs que Conrad Bursian intègre dans son ouvrage Histoire de la philologie classique, il mentionne ce qui suit : « Après la fondation du Royaume de Grèce, quelques hommes, ayant acquis dans l’Europe de l’Ouest une connaissance plus profonde de la grammaire grecque et de la méthode de recherche scientifique [il rapporte ici les noms connus ainsi que quelques autres] ont considéré à juste titre que la réorganisation de l’enseignement de la langue grecque dans les collèges et l’amélioration des moyens didactiques devait être le problème principal des savants grecs qui aiment leur patrie »62.

  • 63 Johann Christian Jahn, Neue Jahrbucher fur Philologie und Paedagogik, 18 (1859), p. 305‑307.

42D’un autre côté, la lexicographie grecque constitue un chapitre extrêmement intéressant de la science internationale de la philologie classique. La relation du grec moderne avec l’idiome ancien et l’utilité que trouvaient les philologues étrangers à la langue moderne dans leur approche de la langue antique leur fit suivre de très près la production grecque sur ce sujet63.

43Tracer le profil d’un philologue classique du xixe siècle, c’est reproduire les grandes lignes de l’érudit grec de l’époque. Il vit en général au milieu de difficultés financières, la bibliothèque dont il use est principalement celle qu’il a lui-même constituée, l’objet de son étude n’est pas très bien délimité, tandis que la profession qu’il exerce ne correspond pas entièrement, voire pas du tout, à l’objet de son étude ou de ses intérêts intellectuels. Il s’agit d’un groupe social numériquement restreint qu’anime pourtant un grand optimisme et qui croit avec une sincérité absolue en l’avenir du nouvel État. Mais l’étude de l’érudition grecque présuppose une bonne connaissance des personnes elles-mêmes, et cette enquête a encore beaucoup de chemin devant elle.

Haut de page

Notes

1 Alkis Angélou, « Το ρομάντσο του νεοελληνικού μυθιστορήματος », introduction à l’ouvrage de Gr. Palaiologos Ο Πολυπαθής, Athènes, Hermis, 1989, p. 13-186 ; Pantélis Voutouris, « Ως εις Καθρέπτην »... προτάσεις και υποθέσεις για την ελληνική πεζογραφία του 19ου αιώνα, Αthènes, Néféli, 1995, p. 21-49 ; Nasos Vagénas (éd.), Από τον Λέανδρο στον Λουκή Λάρα. Μελέτες για την πεζογραφία της περιόδου 1830-1880, Héraklion, Éditions universitaires de Crète, 1997 ; Panagiotis Moullas, Ο χώρος του εφήμερου. Στοιχεία για την παραλογοτεχνία του 19ου αιώνα, Athènes, Sokolis, 2007, p. 105-126.

2 Kostas Lappas, Πανεπιστήμιο και φοιτητές στην Ελλάδα τον 19ο αιώνα, Athènes, Archives historiques de la Jeunesse grecque-Secrétariat Général à la Jeunesse/Institut de Recherches néohelléniques-Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, no 41, 2004, p. 216.

3 Philippos Ioannou, Λόγος ολυμπιακός εν τη β΄ εορτή των ιδρυθέντων Ολυμπίων υπό του αειμνήστου Ευαγγέλου Ζάππα, Athènes, 1871, p. 82.

4 Ibidem, p. 47.

5 Georgios Velios, « Δικηγόρου πάρεργα ήτοι Κριτικαί τινες παρατηρήσεις εις Ευριπίδου Ελένην », Φιλίστωρ, 1 (1861), p. 153-166, 249-261, 306-315, 337-352, 385-399, 467-476.

6 Dimitrios Mavrofydis, [Nécrologie de Velios], Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 496.

7 S.Α.K.[Koumanoudis], « Βιβλιογραφία », Φιλίστωρ, 3 (1863), p. 75-79.

8 Pavlos Kalligas, « Περί Φαίδρου του Πλάτωνος », Πανδώρα, 3 (1852), p. 345-350, 364‑368.

9 John Edwin Sandys, A History of Classical Scholarship, vol. III, Νew York, Hafner Publishing Co., 1964 ; Ulrich Wilamowitz-Moellendorf (von), History of the Classical Scholarship, Londres, Duckworth, 1982.

10 Kostas Lappas, op. cit., p. 211-217 ; Vanguélis D. Karamanolakis, H συγκρότηση της ιστορικής επιστήμης και η διδασκαλία της ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών 1837-1932, Athènes, Archives historiques de la Jeunesse grecque-Secrétariat Général à la Jeunesse/Institut de Recherches néohelléniques-Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, 2006, p. 155-159.

11 Vanguélis D. Karamanolakis, « Tο Πρόγραμμα Σπουδών του Φιλολογικού Tμήματος της Φιλοσοφικής Σχολής Aθηνών 1837-1911 », in Eπίκαιρα θέματα ιστορίας εκπαίδευσης, Sifis Bouzakis (éd.), Actes du 1er Colloque scientifique en Histoire de l’Éducation, Patras 28-30 septembre 2000, Αthènes, Gutenberg, 2002, p. 518.

12 Stéphanos Bettis, Xριστόφορος Φιλητάς και Kωνσταντίνος Aσώπιος. Oι διδάσκαλοι του γένους, Ioannina, Société des Études Épirotes, 1991, p. 156-255 ; Sophia Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece », The Historical Review / La Revue Historique, 8 (2011), p. 123-128, 135.

13 Ioannis Kalitsounakis, « H αναβίωσις των κλασσικών σπουδών εν Eλλάδι από της απελευθερώσεως και εντεύθεν », Eπιστημονική Eπετηρίς της Φιλοσοφικής Σχολής του Πανεπιστημίου Aθηνών, 8 (1957-1958), p. 356.

14 Eleni I. Kontiadou, « Γερμανικές επιδράσεις στην ελληνική παιδεία. Ένα κεφάλαιο : Κωνσταντίνος Ασώπιος », Ο Ερανιστής, 15 (1979), p. 170-171.

15 Dimitrios Mavrofrydis, Περί της ελεγείας ή ελεγειακής ποιήσες των αρχαίων Ελλήνων, Μέρος Α΄. Γενικόν, Athènes, imprimerie Io. Kassandreus et Cie, 1867.

16 Dimitrios Mavrofrydis, « Περί αγορανόμων », Πανδώρα, 5 (1854), p. 135-136 ; « Περί αστυνόμων », Πανδώρα, 5 (1854), p. 136-137 ; « Περί ανατροφής (Educatio). Παρά τοις αρχαίοις Έλλησί τε και Ρωμαίοις », Πανδώρα, 5 (1854), p. 186-191, 209-213, 256-262, 272-278.

17 Dimitrios Mavrofrydis, « Λουκιανός ο Σαμοσατεύς », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 385-402, 433-450, 497-538.

18 Dimitrios Mavrofrydis, Λουκιανός ο Σαμοσατεύς, Athènes, imprimerie H. Nikol. Philadelpheus, 1861.

19 Dimitrios Mavrofrydis, « Βιογραφίαι των λογίων Ελλήνων των εν Ιταλία την ελληνικήν παιδείαν αναζωπυρησάντων », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 49-65, 208-217, 241-249, 289-296.

20 Dimitrios Mavrofrydis, Φιλίστωρ, 3, 4 (1863), passim.

21 Dimitrios Mavrofrydis, Εκλογή μνημείων της νεωτέρας ελληνικής γλώσσης, τόμος Α΄, Athènes, imprimerie H. X. Philadelpheus, 1866.

22 Dimitrios Mavrofrydis, Δοκίμιον Ιστορίας της Ελληνικής Γλώσσης, Smyrne, imprimerie d’Amalthée, 1871.

23 Aristidis Kyprianos, Περί των Ελληνικών του Ξενοφώντος, Athènes, imprimerie H. X. Philadelpheus, 1858.

24 Voir par exemple Aristidis Kyprianos, « Μυθολογικά », Φιλίστωρ, 1 (1861), p. 236-248.

25 Aristidis Kyprianos, « Περί αναλογίας και ανωμαλίας », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 1-12, 146-158, 193-207.

26 Aristidis Kyprianos, Καρόλου Οδοφρ. Μυλλέρου Ιστορία της Ελληνικής Φιλολογίας, traduit de l’allemand, vol. I, Αthènes, imprimerie Hermis, 1867, p. ζ΄-κδ΄.

27 Sophia Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), Σχεδίασμα βιογραφίας, Αthènes, Bibliothèque de la Société archéologique d’Athènes, 1999, no 190, p. 41-45.

28 Xénophon Anastasiadis [ = Iωάννης Γ. Γεννάδιος], Γεωργίου Γενναδίου βίος και επιστολαί, Paris, Les Belles Lettres, 1926.

29 Sophia Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece », The Historical Review / La Revue Historique, 8 (2011), p. 136-138.

30 Conrad Bursian, [traduction en grec d’un extrait de l’Histoire de la philologie classique], Αιών, 13.1.1884.

31 Georgios Gennadios, Ελληνική Γραμματεία ή Γραμματολογία rédigée en allemand par Joh. Christian Ludwig Schaaf, Athènes, imprimerie d’Andréas Koromilas, 1850.

32 Georgios Gennadios, Σύνοψις της Γενικής Ιστορίας, rédigée en allemand par A. S. K. Kammerer, Athènes, imprimerie d’Andréas Koromilas, 1850.

33 Sophia Matthaiou, « De l’Allemagne en Grèce : philologues grecs à l’Université d’Athènes (1837-vers 1860) », 2015. En cours d’édition dans les Actes du Colloque Humboldt et la Grèce, organisé par Michel Espagne, École française d’Archéologie, 24‑25 octobre 2013, Αthènes.

34 Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece », op. cit., p. 120-134.

35 Ibidem, p. 134-147.

36 P. Argyropoulos, « Προσλαλιά κατά την αναγόρευσιν του διδάκτορος της Φιλολογίας Κ. Π. Βοζίκη εκ Μεγαλοπόλεως », Πανδώρα, 4 (1853), p. 134.

37 Efthymios Kastorchis, Πρώτον εισαγωγικόν μάθημα των Eλληνικών Aρχαιολογιών, διδαχθέν τη α Δεκεμβρίου 1849, Eν τω Oθωνείω Πανεπιστημίω, Athènes, imprimerie S. K. Vlastos, 1849, p. 23-24.

38 Anastasiadis, op. cit., p. 369-370.

39 S.A.K. [S. A. Koumanoudis], « Μελέτη περί Πινδάρου », Φιλολογικός Συνέκδημος, Α΄ (1849), p. 400.

40 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit., p. 150-151.

41 Ibidem, p. 155.

42 S.A.K. [S. A. Koumanoudis], « Eίδησις φιλολογική περί Yπερείδου », Πανδώρα, 4 (1853-1854), p. 357.

43 Konstantinos Asopios, Oμιλία εκφωνηθείσα εν τω Πανεπιστημίω Όθωνος επί της πρώτης ενάρξεως των αυτού μαθημάτων, Athènes, 1842, p. 30-31.

44 Dimitrios Mavrofrydis, Περί της ελεγείας ή ελεγειακής ποιήσεως των αρχαίων, op. cit., p. στ΄ – ζ΄.

45 Aristidis Kyprianos, « Περί αναλογίας και ανωμαλίας », Φιλίστωρ, 2 (1862), p. 1-2.

46 S.A.K. [S. A. Koumanoudis], « Βιβλιογραφία », Φιλίστωρ, 3 (1863), p. 79.

47 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit., p. 45.

48 Aristidis Kyprianos, « Περί της ελληνικής γραμματολογίας εν γένει », Φιλίστωρ (1861), p. 29‑30.

49 Giorgios And. Christodoulou, « O Aδαμάντιος Kοραής ως διορθωτής των κλασικών κειμένων (Tο χειρόγραφο Xίου αριθ. 490) », Σύμμικτα Kριτικά, Athènes, 1986, p. 265-277.

50 Ioannis Pantazidis, Λόγος εισιτήριος εν τη Φιλοσοφική Σχολή του Εθνικού Πανεπιστημίου, Αthènes, imprimerie Hermis, 1876.

51 Konstantinos Asopios, Tα Σούτσεια, ήτοι ο κύριος Παναγιώτης Σούτσος εν Γραμματικοίς, εν Φιλολόγοις, εν Σχολάρχαις, εν Mετρικοίς και εν Ποιηταίς εξεταζόμενος, Athènes, imprimerie S. K. Vlastos, 1853.

52 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit., p. 56-65.

53 Aristidis Kyprianos, « Προτροπή εις σύνταξιν ιδιωτικών της Νέας Ελληνικής γλώσσης », Φιλίστωρ, 3 (1863), p. 1-28.

54 Ioannis Pantazidis, « Λέξεις μακεδονικαί συλλεγείσαι υπό Ιωάννου Πανταζίδου », Φιλίστωρ, 3 (1863), p. 118-135, 210-227.

55 J.-A. Buchon, La Grèce continentale et la Morée. Voyage, séjour et études historiques en 1840 et 1841, Paris, Charles Gosselin, 1843, p. 87.

56 Marie-Paule Masson-Vincourt, Paul Calligas (1814-1896) et la fondation de l’État grec, Paris, L’Harmattan, 1997.

57 Mavrofrydis, Περί της ελεγείας ή ελεγειακής ποιήσεως των αρχαίων, op. cit., p. η΄.

58 Giorgios V. Dertilis, Ιστορία του ελληνικού κράτους 1830-1920, Αthènes, Hestia, 2005, p. 336-342.

59 Matthaiou, « Establishing the discipline of Classical Philology in nineteenth-century Greece », op. cit., p. 145-146.

60 Ourania Polycandrioti, Η διάπλαση των Ελλήνων. Αριστοτέλης Π. Κουρτίδης (1858-1928), Athènes, Archives historiques de la Jeunesse grecque-Secrétariat Général à la Jeunesse/Institut de Recherches néohelléniques-Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, 2011.

61 Matthaiou, Στέφανος Α. Κουμανούδης (1818-1899), op. cit.

62 Bursian, op. cit.

63 Johann Christian Jahn, Neue Jahrbucher fur Philologie und Paedagogik, 18 (1859), p. 305‑307.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophia Matthaiou, « Intellectuels et originalité au cours du XIXe siècle grec », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 27-39.

Référence électronique

Sophia Matthaiou, « Intellectuels et originalité au cours du XIXe siècle grec », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4781 ; DOI : 10.4000/rives.4781

Haut de page

Auteur

Sophia Matthaiou

Sophia Matthaiou est historienne, chargée de recherche à l'Institut de Recherches Historiques (Département d’Histoire Néohellénique) à la Fondation Nationale Hellénique de Recherches Scientifiques (programme « Littérature grecque moderne et histoire des idées, XVIIIe-XXe siècle »). Ses principales recherches portent sur les intellectuels grecs du xixe siècle dans leur rapport à la formation et l'idéologie de l'État grec nouvellement fondé. Sa recherche en cours se focalise sur les philologues classiques du Département de Philologie de l'Université Ottonien à Athènes, ainsi que sur l'établissement de la philologie classique en tant que discipline organisée pendant le XIXe en Grèce. Depuis 2005, elle enseigne l'histoire grecque à l'Université ouverte en Grèce.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals