Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Les intellectuels au XXe siècle e...Relations intellectuelles et arti...

Les intellectuels au XXe siècle en Europe et dans les pays arabes

Relations intellectuelles et artistiques entre la France et la Grèce au xxe siècle

L’action de deux philhellènes, Octave Merlier (1897-1976) et Roger Milliex (1913-2006)
Lucile Arnoux-Farnoux
p. 53-64

Résumés

Octave Merlier (1897-1976) et Roger Milliex (1913-2006) sont deux grands néohellénistes et philhellènes qui ont joué un rôle déterminant dans les relations culturelles entre la France et la Grèce au XXe siècle, aussi bien par leurs travaux personnels que par les fonctions officielles qu’ils ont exercées. S’ils n’ont pas hésité à prendre clairement position à titre personnel quand il le fallait, en particulier durant la Deuxième Guerre mondiale, ils sont surtout connus pour leur contribution essentielle à la constitution de réseaux franco-grecs d’intellectuels et d’artistes, grâce à des initiatives aussi audacieuses qu’originales. En se faisant les inlassables intermédiaires entre les deux pays, c’est évidemment l’idée d’une culture méditerranéenne et, plus largement, européenne, qu’ils ont servie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jours(...)
  • 2 Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de la (...)

1Située entre domaine culturel et espace public, la position de l’intellectuel, » homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie 1,» est sans cesse à redéfinir, dans un entre-deux instable. Le terme doit à la conjoncture historique dans laquelle il est né, l’affaire Dreyfus, son « ambiguïté originelle » : « il renvoie en effet tantôt à l’ensemble des producteurs culturels, tantôt à ceux d’entre eux qui interviennent dans l’espace public en tant que tels 2. »  Cette ambivalence demeure dans l’espace méditerranéen, compliquée des spécificités propres à chaque aire ou pays concernés. En ce qui concerne les relations entre la France et la Grèce, la figure de l’intellectuel philhellène s’est imposée, dans la continuité du philhellénisme du XIXe siècle, mais prenant de nouvelles formes à l’époque contemporaine. Octave Merlier (1897-1976) et Roger Milliex (1913-2006) en constituent deux cas exemplaires à la fois par l’étendue de leur action et par la force de leur engagement.

2Octave Merlier et Roger Milliex peuvent-ils être considérés comme des intellectuels ? Professionnellement oui, ils ont une formation universitaire, sont agrégés de lettres, et travaillent d’abord comme enseignants avant d’être nommés respectivement directeur et directeur adjoint d’un établissement dépendant du Ministère des affaires étrangères : l’Institut français d’Athènes. De plus, tout au long de leur carrière, parallèlement à leurs responsabilités administratives, ils poursuivent leur activité scientifique, rédigeant articles et études, traduisant, éditant. Octave Merlier termine d’ailleurs sa carrière comme professeur de grec moderne à l’université d’Aix-en-Provence, de 1962 à 1971.

3Mais ces deux personnalités d’exception, même si à certain moment de leur parcours elles ont su s’engager à titre personnel de manière très forte, sont davantage connues par le rôle essentiel qu’elles ont joué dans les relations culturelles entre la France et la Grèce depuis les années 30 jusqu’aux années 70 que par une œuvre ou des prises de position personnelles. C’est donc essentiellement cette fonction d’intermédiaire entre les deux cultures et de diffuseurs, que je vais explorer ici.

4L’ancrage méditerranéen, chez ces deux néo-hellénistes français, est à la fois évident et multiple, personnel, scientifique et professionnel : si Merlier est un enfant du Nord, né à Roubaix, à partir de janvier 1925, date de son arrivée à Athènes, à l’âge de 28 ans, déjà marié avec une Grecque rencontrée à Paris, Melpo Logotheti, sa vie se recentre définitivement autour de la Grèce, où il dirige pendant 25 ans l’Institut français d’Athènes, et qu’il ne quittera – provisoirement – qu’en 1961, pour … Aix-en-Provence, jusqu’en 1971. Puis c’est le retour à Athènes jusqu’à sa mort, en juillet 1976. Roger Milliex, lui, est un Méditerranéen intégral : né à Marseille en 1913, il arrive à Athènes en 1936, comme professeur lui aussi à l’Institut français, y rencontre la future romancière Tatiana Gritsi, qu’il épouse en 1939. Devenu directeur adjoint de l’IFA, il est contraint de quitter la Grèce, fin 1959, mais reste en Méditerranée orientale puisqu’il prend le poste d’attaché culturel auprès de l’ambassade de France à Chypre, qui vient d’obtenir son indépendance, et où il devient le directeur du tout nouveau Centre culturel français de Nicosie. Il y reste jusqu’en 1971, puis il est nommé directeur du Centre culturel français de Gênes, en Italie, jusqu’en 1974, année où il rentre à Athènes, après la chute de la dictature des colonels. Athènes, surtout, mais aussi Aix-en-Provence, Marseille, Nicosie, Gênes, sont donc les différentes escales méditerranéennes du parcours de ces deux grands philhellènes qui ont consacré leur vie entière à faire mieux connaître en France la culture grecque dans toute sa diversité, sa complexité et sa richesse.

5Il s’agira dans cet article de mettre en lumière les aspects les plus caractéristiques de ce parcours dans le contexte de l’espace intellectuel méditerranéen. On abordera par conséquent tout d’abord la question de l’engagement personnel de ces deux philhellènes et des formes publiques que cet engagement a pu prendre, puis les réseaux d’intellectuels et d’artistes qu’ils ont créés, afin de favoriser la diffusion de la culture grecque en France et de la culture française en Grèce, avant d’évoquer rapidement la contribution de leur œuvre personnelle à cette diffusion.

Un engagement personnel et ses manifestations publiques

La Seconde Guerre mondiale

6Cet engagement se manifeste d’abord pendant la Deuxième Guerre mondiale et la guerre civile grecque. Merlier s’engage dès la première heure dans la France Libre de de Gaulle, et ne cache pas ses opinions anti-vichystes, qui lui valent d’être rappelé en France en juillet 1941 ; assigné à résidence à Aurillac, il y entre dans un réseau de résistants ; enfin sa traduction du poème Akritika de Sikélianos, qui lui a été envoyé clandestinement, est interdite de diffusion par les autorités de Vichy parce que dans la préface il fait allusion aux souffrances du peuple grec sous l’Occupation allemande et en particulier à la famine à Athènes, aux enfants qui meurent dans les rues.

7Milliex s’engage dans l’EAM (Front de libération national) à la suite de sa femme Tatiana ; il maintient l’activité de l’IFA, en l’absence de Merlier, et y accueille des activités clandestines, comme des conférences privées, ou les cours de théâtre dispensés à des jeunes acteurs par Georges Sevastikoglou, metteur en scène et communiste ; il introduit clandestinement des œuvres interdites par la censure de l’occupant, comme en 1943, Le Silence de la mer, de Vercors (1942), que Tatiana, sa femme, traduit en grec, ou, en mars 1943, le poème « Une seule pensée », d’Éluard, publié dans la revue Fontaine en juin 1942 et que Nassos Detzortzis traduit en grec et réussit à publier dans la revue Nea Estia en avril 1943, malgré la censure. Rappelé en France en août 1945, il entreprend une série de conférences pour faire connaître aux Français la résistance grecque ; et commence à recueillir des témoignages d’intellectuels et d’artistes français en hommage à la Résistance grecque, dans le but d’obtenir une reconnaissance internationale de celle-ci et de favoriser un règlement diplomatique de la guerre civile. Il revient en juin 1946, mais ces nombreux témoignages recueillis ne seront toutefois publiés qu’en 1979 (après la chute de la dictature).

La question chypriote 

  • 3 Roger Gellon [Roger Milliex], « Pour comprendre et pour soutenir la lutte du peuple chypriote », Le (...)

8Milliex est très concerné par le combat des Chypriotes pour mettre fin au régime colonial anglais. Fin 1955, il écrit à Camus, qu’il a rencontré à Athènes en avril de la même année à l’occasion du premier voyage en Grèce de l’écrivain, pour lui demander d’intervenir afin d’obtenir la grâce d’un étudiant chypriote, Michalakis Karaolis, condamné à mort par les tribunaux britanniques pour activité terroriste ; Camus écrit de fait un article intitulé « L’Enfant grec », par référence au célèbre poème de Victor Hugo, qui paraît dans l’Express du 5 décembre 1955. Mais le jeune Karaolis est pendu le 10 mai 1956. Deux mois plus tard Milliex publie dans une revue française, sous un pseudonyme – à cause du devoir de réserve auquel l’oblige son statut de fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères – un article intitulé « Pour comprendre et pour soutenir la lutte du peuple chypriote »3, dans lequel il démontre le bien-fondé du combat des Chypriotes grecs en faveur de la réunion avec la Grèce et en appelle à l’opinion publique française. En 1959, l’ambassadeur de France en Grèce obtient enfin son déplacement, demandé depuis 1945 ; Milliex est nommé attaché culturel à Chypre où il devient le directeur du tout nouveau Centre culturel français.

La dictature des colonels 

  • 4 Revue des Études Néo-helléniques, t. 1, Aix-en-Provence, 1968, p. 8.

9Selon l’état actuel de la documentation, il semble que Merlier reste neutre pendant la dictature des colonels ; il est à l’université d’Aix-en-Provence depuis janvier 1962, très pris par ses activités d’enseignement, de recherche et de publication dans le domaine néo-hellénique ; 1967 est justement l’année où il fonde la revue Études Néo-helléniques, dont le premier numéro paraît en 1968 ; Merlier n’y fait aucune allusion au coup d’État et exprime sa reconnaissance à l’égard des « Services Helléniques qui [l’]ont aidé et [l’]aideront, [il] en [est] sûr, à faire vivre sa Revue 4.  » 

  • 5 Entretien de Roger Milliex avec Dimitris Doukakis dans la revue Tomès, numéro spécial d’Hommage aux (...)

10Milliex, de son côté, est déclaré « indésirable » en Grèce en raison de ses opinions démocratiques. Il ne pourra y revenir qu’en août 1974. En 1971, pour les mêmes raisons, il doit quitter Chypre et prend la direction du Centre culturel franco-italien de Gênes ; sa femme et lui suivent l’actualité grecque depuis l’Italie ou la France, lisant Athènes Presse Libre, l’organe de l’opposition à la dictature publié en France par Richard Someritis, et courant les concerts de Mikis Théodorakis et de Maria Farandouri5.

La création de réseaux franco-grecs d’artistes et d’intellectuels

  • 6 Voir entre autres l’entretien de Roger Milliex avec Dimitris Doukakis dans la revue Tomès op. cit.,(...)

11Octave Merlier comme Roger Milliex se constituent peu à peu un réseau personnel d’artistes et d’écrivains grecs avec qui ils entretiennent des relations amicales : les écrivains Georges Théotokas et Pantélis Prévélakis sont liés aux deux hommes, par exemple ; mais par sa femme Tatiana, Roger Milliex entre dès la fin des années 30 dans le groupe de Kallithéa, formé d’intellectuels très engagés à gauche : Elli Alexiou, Galateia Kazantzaki, Markos Avgeris, Ménélaos Loudemis. Pendant la guerre le couple se lie également étroitement avec le poète Angélos Sikélianos, ainsi qu’avec le sculpteur Apartis, les peintres Spyros Vassiliou et Gounaropoulos, le sculpteur Kapralos, le graveur Tassos, puis le poète Nikiphoros Vrettakos et bien d’autres6.

12Mais au-delà de ces cercles amicaux, les deux hommes travaillent à établir des réseaux franco-grecs susceptibles de favoriser le développement des relations culturelles entre les deux pays. Les initiatives sont si nombreuses que l’on se contentera de quelques exemples caractéristiques.

Le Mataroa 

  • 7 Le voyage du Mataroa – Portrait d’une génération en exil, Journée d’étude organisée par Servanne Jo (...)

13Fin 1945 le directeur de l’Institut français d’Athènes, Octave Merlier, ayant obtenu du ministère un nombre exceptionnellement élevé de bourses, envoie en France plus de 150 jeunes Grecs de toutes spécialités afin d’y poursuivre leurs études loin du climat délétère de la guerre civile. Ces boursiers de l’État français auxquels s’ajoutent un certain nombre de jeunes gens partis à leurs frais, et qui ont quitté Athènes en décembre 1945 à bord du navire britannique le Mataroa, constituent certainement l’un des plus heureux investissements du ministère des Affaires étrangères au lendemain de la guerre. Certains d’entre eux resteront définitivement en France où ils feront partie de l’élite intellectuelle et artistique de l’après-guerre, comme les philosophes Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos, Kostas Papaïoannou, la spécialiste de philosophie allemande et écrivain Mimika Cranaki, ou le sculpteur Coulentianos, auxquels il faut ajouter l’ingénieur et compositeur Yannis Xenakis, qui les rejoint un an plus tard. D’autres reviendront en Grèce au bout de quelques années, comme l’architecte Nikos Hadzimichalis, mais tous constitueront la base d’un vaste réseau francophone et francophile dans les milieux intellectuels, artistiques mais aussi scientifiques grecs de la deuxième moitié du XXe siècle. Une journée d’étude consacrée à la génération Mataroa a d’ailleurs été organisée par l’École française d’Athènes au mois d’octobre 20137, pour tenter justement de faire le point sur cet événement sans précédent et sur ses retombées.

La Collection de l’Institut français d’Athènes

14L’une des premières initiatives d’Octave Merlier lorsqu’il revient à Athènes en 1945, outre la mise sur pied de l’opération Mataroa, est la création d’un service d’édition propre à l’Institut français qui va lui permettre de publier plus d’une centaine de livres entre 1945 et 1961 dans la fameuse Collection de l’Institut français d’Athènes. L’originalité de ces éditions est que, loin de se contenter de faire la promotion de la littérature française traduite en grec, elles vont s’attacher au contraire à publier un très grand nombre d’études d’universitaires et de chercheurs grecs dans les domaines les plus divers (droit, littérature, histoire, sociologie, ethnologie, musique…), aussi bien en grec qu’en français, ainsi que des œuvres de la littérature grecque moderne, dans leur version originale ou traduites en français. C’est ainsi par exemple que Solomos, Séféris, Sikélianos, ou Kazantzakis sont traduits en français, mais également que l’œuvre théâtrale de Sikélianos, refusée par les éditeurs grecs de l’époque, est éditée en grec. Enfin, complétant la Collection de l’IFA, un Bulletin de bibliographie hellénique est publié dont l’ambition est de répertorier toute la production éditoriale grecque contemporaine afin de la rendre accessible à un public non hellénophone. Merlier est en effet persuadé que le meilleur moyen d’assurer la diffusion de la culture française en Grèce est de manifester un intérêt sincère pour la culture grecque et d’en soutenir de manière efficace le développement. Dans le même sens va l’organisation, parallèlement à des expositions d’artistes français, d’expositions consacrées à des écrivains grecs (Valaoritis en 1957, Solomos en 1958) ou à des artistes grecs contemporains (Gounaropoulos en 1957).

L’Hommage à la Grèce

  • 8 En fait Roger Milliex est rappelé en France et mis en disponibilité d’août 1945 à juin 1946, sous l (...)
  • 9 Roger Milliex, Catalogue de l’Exposition des œuvres offertes par des artistes français en hommage à (...)
  • 10 L’original manuscrit précise : « tels que : Bonnard, Picasso, Braque, Laurens […], Rouault, Dufy, G (...)
  • 11 Lettre d’Henri Matisse à Roger Milliex, 3 décembre 1945, publiée dans Hommage à la Grèce 1940-1944, (...)
  • 12 Roger Milliex, Catalogue 1949, op. cit., p. 8.
  • 13 Ibid.

15Mais l’événement le plus spectaculaire de ces années-là est sans doute, après le Mataroa, l’Exposition des œuvres offertes par des artistes français en Hommage à la Grèce qui ouvre ses portes à l’Institut français le 17 avril 1949. Elle est d’ailleurs le pendant parfait du premier : au voyage Athènes-Paris de plus de 200 jeunes Grecs partis étudier en France répond en miroir, quatre ans plus tard, le voyage Paris-Athènes d’une quarantaine d’œuvres d’artistes contemporains français. L’initiative en revient cette fois à Roger Milliex. Au cours de l’hiver 1945-1946, le couple Milliex se trouve en France8 et entreprend de rassembler des témoignages d’intellectuels français en hommage à la résistance grecque : « Nous songions alors uniquement à un monument écrit, à une sorte de Livre d’Or où des Français de tout rang et de toute culture viendraient évoquer les sentiments d’admiration, de piété, de fraternelle solidarité qu’ils éprouvèrent en silence, de 1940 à 1944, devant l’exemplaire attitude de la Grèce en guerre »9. Alors que les témoignages commencent à parvenir aux Milliex, le peintre André Fougeron, sollicité, leur propose de choisir entre quelques phrases manuscrites et une œuvre signée de lui. Puis Henri Matisse, qui offre un ouvrage illustré par lui pendant la guerre, la « Pasiphaé » de Montherlant suivie du « Chant de Minos », demande humblement en post-scriptum si « un de [ses] dessins pour le Musée Moderne d’Athènes serait agréé » et ajoute : « Ne pourriez-vous pas accepter cette suggestion : sur mon conseil, demander à quelques artistes qualifiés10 un dessin pour le musée d’Athènes en hommage aux intellectuels grecs11? ». Dès lors naît l’idée d’accompagner l’hommage écrit d’un hommage artistique. Grâce aux encouragements d’Henri Matisse et d’André Fougeron, ce dernier leur ouvrant l’accès aux peintres plus jeunes, mais aussi de Christian Zervos, le fameux éditeur d’art parisien d’origine grecque, « doublement intéressé par ce projet franco-grec12 », Roger et Tatiana prennent le chemin des ateliers parisiens, « ravis d’avoir reçu des circonstances, sans l’avoir cherchée, cette mission de “quêteurs” pour le compte de la Pinacothèque d’Athènes, pour le compte de la Grèce, de son peuple, de ses intellectuels 13». Trente ans plus tard il évoque encore ces moments avec exaltation :

  • 14 Roger Milliex, « Avant-Propos », in Hommage à la Grèce 1940-1944, op.cit., p. 9-10.

Et de nous mettre sur le champ à courir, en frères quêteurs, les ateliers de Picasso, Marquet, Lhote, Marchand, Gromaire, Desnoyer, d’autres encore, sans oublier celui de Bourdelle, et de solliciter par écrit Bonnard, Braque, Gimond, Survage, etc., et bientôt leurs « cadeaux » pour la Grèce, assortis de dédicaces senties au peuple destinataire, de s’accumuler dans une étroite chambre, juste sous les mansardes, de pension d’étudiants, au numéro 3 de la rue de l’Odéon…14

  • 15 Roger Milliex, Catalogue 1949, op. cit., p. 9.
  • 16 Aux noms déjà cités il faut ajouter encore ceux, parmi les plus connus, d’André Masson et de Franci (...)

16Milliex et sa femme arrivent finalement à rassembler « 29 toiles, gravures, dessins, sculptures, livres d’art offerts à la Grèce par 26 artistes Français (ou Français d’adoption comme Galanis et Mario Prassinos) auxquels avait bien voulu se joindre Madame Sébasto-Bourdelle, [leur] remettant une belle "Pallas" de bronze, comme un hommage posthume de son mari à la terre de ses attaches spirituelles et charnelles 15» ; s’y ajoute ensuite un lot supplémentaire envoyé par la Direction Générale des Relations Culturelles du Ministère des Affaires étrangères, qui a pris le relais de l’initiative individuelle de Milliex, portant l’ensemble à 46 pièces (28 tableaux, 12 gravures ou dessins, 4 sculptures, 2 livres)16. Elles sont exposées du 17 au 29 avril 1949 à l’Institut Français, avant d’être remises solennellement au Ministre grec de l’Éducation de l’époque, Constantin Tsatsos, puis déposées à la Pinacothèque Nationale.

  • 17 Roger Milliex, Catalogue 1949, op. cit., p. 7.
  • 18 Voir Evgenios Matthiopoulos, « Les arts plastiques en Grèce dans les années 1945-1953 », in Chr. Ha (...)
  • 19 Roger Milliex, « Avant-propos », in Hommage à la Grèce 1940-1944, op. cit., p. 10.

17Cette exposition est un double événement : tout d’abord, en tant qu’hommage, de la part d’artistes français, à la résistance grecque pendant la guerre, sa signification est avant tout éthique, comme le souligne Milliex au début de son avant-propos au catalogue de 1949 : « L’Exposition d’œuvres d’art français contemporain que notre Institut présente pour quelques jours au public athénien n’est pas une exposition comme les autres. Qu’elle doive être soustraite aux critères habituels et appréciée de façon toute particulière, c’est ce que montrera aux destinataires de la collection, c’est-à-dire à tous nos amis Grecs, un bref historique des conditions dans lesquelles elle fut constituée17. » Il faut garder à l’esprit qu’en avril 1949 la guerre civile n’est pas terminée, et que par conséquent cette exposition s’est déroulée dans un contexte social et politique très tendu. La presse de droite, par exemple, la critique non seulement pour les tendances esthétiques qui y sont représentées, mais aussi pour la participation d’artistes communistes18. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Octave Merlier prend la décision de ne pas publier tout de suite le fameux Livre d’Or avec les témoignages écrits réunis par Milliex, jugeant « dans sa prudente sagesse, que la publication de certains textes dont les signataires, écrivains français, avaient pris position dans le déchirement intestin de la Grèce (1946-1949), nuirait à l’objectif d’unanimité de la part de l’opinion publique grecque auquel visait la parution de l’Hommage 19». C’est seulement en 1979, cinq ans après le retour de la démocratie en Grèce, et trente ans après l’exposition, que les textes constituant cet Hommage seront publiés.

18Ces textes frappent avant tout par la diversité de leurs auteurs, toutes les tendances politiques étant représentées, depuis la droite la plus conservatrice, avec Jacques de Lacretelle ou Gabriel Boissy, jusqu’à la gauche, majoritaire il est vrai, et au parti communiste, avec Éluard et Guillevic, mais aussi les courants spiritualistes d’inspiration catholique, avec entre autres Jacques Maritain ou Emmanuel Mounier, le fondateur de la revue Esprit. Un grand nombre d’écrivains ont répondu, qu’ils aient été engagés dans la Résistance ou non : Bernanos, René Char, Georges Duhamel, Roger Martin du Gard, Louis Guilloux, François Mauriac, André Maurois, Francis Ponge, Jules Romains, Vercors…, certains par une simple lettre, d’autres par un poème (Paul Éluard, Guillevic, Tristan Tzara), un texte poétique (René Char, André Suarès) ou encore un texte théâtral (Paul Claudel). On trouve également de nombreux journalistes, éditeurs, hommes de lettres comme Jean Ballard, directeur des Cahiers du Sud, Jean Cassou, Jean Cayrol, Max-Pol Fouchet, directeur de la revue Fontaine à Alger, Jean Paulhan, Pierre Seghers ; les hellénistes (Mario Meunier), philhellènes (Philéas Lebesgue) et néohellénistes (André Mirambel, Hubert Pernot) sont également représentés, ainsi que les scientifiques (Robert Debré, Louis de Broglie ou Louis Pasteur Vallery-Radot, le petit-fils de Louis Pasteur). L’architecte Le Corbusier évoque sa venue à Athènes en 1933 à l’occasion du 4e Congrès International d’Architecture Moderne. Enfin l’Université de Paris s’exprime officiellement par la voix de son recteur, de même que les élèves de l’École Normale Supérieure, sur papier à en-tête de l’Université de Paris.

  • 20 Éluard donne son poème Athena, écrit juste après les événements de décembre 1944, qu’il inclut ensu (...)

19La teneur des hommages est moins variée, le plus grand nombre se contentant d’un éloge un peu vague de l’héroïsme grec pendant la guerre, avec souvent un recours assez attendu à la référence antique. Quelques-uns toutefois, mieux informés et plus engagés, font directement allusion à la guerre civile. Les poèmes de Paul Éluard et de Guillevic renvoient ainsi tous deux aux événements sanglants de décembre 194420, tandis que plusieurs correspondants font des vœux pour le triomphe de la liberté et de la démocratie en Grèce. On comprend que Merlier, en avril 1949, ait jugé plus sage de ne pas rendre ces textes publics…

  • 21 Voir Evgenios Matthiopoulos, « Les arts plastiques en Grèce dans les années 1945-1953 », p. 217.
  • 22 D. E. Evangelidis, Nea Hestia, 15 mai 1949, p. 675-676 (traduit par l’auteur).

20Si elle a avant tout une valeur morale, l’exposition de 1949 n’en fait pas moins entrer l’art français contemporain dans la vie culturelle athénienne, et à ce titre a un impact esthétique évident. Il y avait eu dans ce domaine un précédent : deux ans auparavant, l’Institut français avait soutenu une exposition organisée par la très active Union Franco-Hellénique des Jeunes, en juillet 1947, « Les Graveurs français 1808-1947 », dans laquelle furent présentées 135 œuvres de Daumier, Manet, Rodin, Lautrec, Matisse, Rouault, Galanis, Villon, et bien d’autres21. Mais en 1949 il s’agit non d’une simple exposition mais d’une donation, susceptible de constituer le noyau d’une collection permanente d’art français contemporain. Cette dimension n’a guère été perçue sur le moment à Athènes. Seule la revue Nea Hestia donne un écho positif à l’événement, dans son numéro du 15 mai 1949, où sont reproduites un certain nombre des œuvres présentées dans l’exposition. Le journaliste qui rend compte de cette dernière la qualifie d’« événement artistique important » et évoque le projet plus ambitieux encore de Roger Milliex de constituer à la Pinacothèque une salle entière consacrée à l’art français contemporain, dont, souligne-t-il, il n’existe pour l’instant quasiment aucun exemple en Grèce. Certes, reconnaît-il, ces formes artistiques sont peu appréciées pour l’instant dans ce pays, mais elles reflètent un mouvement mondial et on ne peut exclure qu’elles aient une influence déterminante sur la prochaine génération. Cette série d’œuvres, une fois qu’elle sera complétée par d’autres, constituera, conclut-il, « une école de la plus haute importance pour notre art et notre culture22 ».

  • 23 Il faudra trente ans pour que celle-ci soit pleinement perçue. L’exposition fait dès lors l’objet d (...)
  • 24 Tomès, op. cit., p. 53 (traduit par l’auteur).
  • 25 Ibid., p. 43.

21Suivront d’autres manifestations présentant l’art français contemporain à l’IFA, comme l’exposition, fin 1955, de dessins et de lithographies de Fernand Léger, en hommage au peintre disparu quelques mois plus tôt. Mais celle de 1949 reste unique par son histoire et sa signification23. Une vingtaine d’années plus tard le peintre Panayotis Tetsis témoigne : « Le but n’était pas la promotion de l’art français en Grèce, au profit de la France. Au contraire le but était de faire bénéficier les artistes grecs de ce contact [avec l’art français]24. » Et Spyros Vassiliou de renchérir : « La Pinacothèque Nationale devrait graver dans le bronze les noms de Roger et Tatiana Milliex pour cet acte d’amour unique et inégalable25. »

Contribution scientifique

  • 26 Skiathos, île grecque. Nouvelles par A. Papadiamandis, traduites du grec et préfacées par Octave Me (...)
  • 27 Solomos, La Vision prophétique du moine Dionysios ou La Femme de Zante. Essai d’anastylose de l’œuv (...)
  • 28 D’abord Revue des Études Néo-helléniques, puis Études Néo-helléniques, dirigée par Octave Merlier, (...)

22Il faudrait dans un troisième temps montrer comment l’œuvre personnelle et scientifique des deux néo-hellénistes a contribué également à l’enrichissement des relations culturelles entre les deux pays, mentionner les traductions effectuées par Merlier, en particulier de deux auteurs majeurs de la littérature néo-hellénique : le prosateur réaliste Alexandre Papadiamantis, dont il a publié deux choix de nouvelles26, et le poète romantique Dionysios Solomos, considéré comme le fondateur de la poésie grecque moderne27 ; rappeler le très grand nombre d’articles et d’études publiés par Milliex dans des journaux et revues tant grecs que français – y compris les Cahiers du Sud – sur des sujets très variés, littéraires, historiques ou culturels, mais le temps me manque. Je me contenterai d’évoquer pour finir, puisque le contexte m’y engage, l’œuvre scientifique accomplie par Merlier à l’université d’Aix dans les années 60, alors qu’il crée de toutes pièces un centre de recherches néo-helléniques, publie Études néo-helléniques, la première revue universitaire consacrée à la recherche dans le domaine de la littérature grecque moderne28, et suscite un certain nombre de vocations, parmi lesquelles celle de Louis Coutelle, qui fera une thèse sur Solomos.

23L’action d’Octave Merlier et de Roger Milliex à l’Institut français d’Athènes a fait l’objet de jugements très contradictoires. Appréciés par les milieux artistiques et littéraires grecs, ainsi que par les philhellènes français, aimés de manière plus générale par le public athénien pour leur dévouement à la cause grecque, ils ont été très vivement critiqués à la fois par les milieux gouvernementaux les plus à droite en Grèce, qui voyaient en ces démocrates convaincus des sympathisants des communistes, et l’administration du Quai d’Orsay en France, ainsi que ses représentants en Grèce, qui leur a reproché de faillir à leur tâche en oeuvrant davantage pour la Grèce que pour la France. Tout ce qui faisait aux yeux d’Octave Merlier le succès de son action en tant que directeur de l’Institut français – la Collection de l’IFA, l’énorme succès de l’exposition Solomos en 1958, la multiplication du nombre d’annexes de l’Institut en Attique et en province, etc., lui était reproché par son administration et dès 1945 Vaux Saint Cyr, l’ambassadeur de France en Grèce, demande son rappel en France, que son successeur Guy Girard de Charbonnières obtiendra finalement 15 ans plus tard. Ce rappel, qui a été précédé par le départ, un an auparavant, de Roger Milliex, marque la fin d’une aventure, et un changement définitif de style à la tête de l’Institut français. La configuration des années 1935-1960, qui a vu à la tête de cet établissement prestigieux deux philhellènes passionnés, amoureux fous de la langue et de la culture grecques, ne se reproduira plus jamais. Une autre ère commence.

Haut de page

Notes

1 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1992, p. 10.

2 Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009-1 n° 176-177, p. 9.

3 Roger Gellon [Roger Milliex], « Pour comprendre et pour soutenir la lutte du peuple chypriote », Le Bulletin – Documents et recherches, n° 9-10 (juillet-août 1956), p. 30-40.

4 Revue des Études Néo-helléniques, t. 1, Aix-en-Provence, 1968, p. 8.

5 Entretien de Roger Milliex avec Dimitris Doukakis dans la revue Tomès, numéro spécial d’Hommage aux Milliex, Athènes (mai-juin 1977), p. 9.

6 Voir entre autres l’entretien de Roger Milliex avec Dimitris Doukakis dans la revue Tomès op. cit., p. 8-9.

7 Le voyage du Mataroa – Portrait d’une génération en exil, Journée d’étude organisée par Servanne Jollivet et Nicolas Manitakis dans le cadre du programme de recherche de l’École française d’Athènes « Athènes-Paris 1945-1975 », Athènes, 11 octobre 2013 (actes à paraître en 2015 en grec chez Hestia).

8 En fait Roger Milliex est rappelé en France et mis en disponibilité d’août 1945 à juin 1946, sous la pression des milieux gouvernementaux grecs. Il revient à l’été 1946 avec la fonction de sous-directeur qu’il exercera jusqu’en 1959. Fin 1959, il est nommé attaché culturel de l’ambassade de France à Nicosie, puis, en 1971, il devient directeur du Centre culturel français à Gênes. Il revient en Grèce dès la chute de la dictature, à l’été 1974. (Christophe Chiclet, « Hommage à Roger Milliex (1913-2006) », Confluences Méditerranée, 2006/4 n° 59, p. 189‑190.)

9 Roger Milliex, Catalogue de l’Exposition des œuvres offertes par des artistes français en hommage à la Grèce, du 17 au 29 avril à l’Institut français d’Athènes, Athènes, IFA, 1949, p. 7.

10 L’original manuscrit précise : « tels que : Bonnard, Picasso, Braque, Laurens […], Rouault, Dufy, Gromaire » (Lettre d’Henri Matisse du 3 décembre 1945, Fonds Roger Milliex, ELIA).

11 Lettre d’Henri Matisse à Roger Milliex, 3 décembre 1945, publiée dans Hommage à la Grèce 1940-1944, Textes et témoignages français recueillis et présentés par Roger Milliex, Athènes, 1979, (Collection de l’Institut français d’Athènes), p. 220.

12 Roger Milliex, Catalogue 1949, op. cit., p. 8.

13 Ibid.

14 Roger Milliex, « Avant-Propos », in Hommage à la Grèce 1940-1944, op.cit., p. 9-10.

15 Roger Milliex, Catalogue 1949, op. cit., p. 9.

16 Aux noms déjà cités il faut ajouter encore ceux, parmi les plus connus, d’André Masson et de Francis Picabia.

17 Roger Milliex, Catalogue 1949, op. cit., p. 7.

18 Voir Evgenios Matthiopoulos, « Les arts plastiques en Grèce dans les années 1945-1953 », in Chr. Hadziiossif (dir.), Histoire de la Grèce au 20e siècle. 1945-1952, Athènes, 2002, Bibliorama, p. 218, et « La donation des artistes français » in Hommage à la Grèce, Pinacothèque Nationale et Musée Alexandros Soutsos, Athènes, 2007, p. 23.

19 Roger Milliex, « Avant-propos », in Hommage à la Grèce 1940-1944, op. cit., p. 10.

20 Éluard donne son poème Athena, écrit juste après les événements de décembre 1944, qu’il inclut ensuite dans son recueil Grèce, ma rose de raison (1949).

21 Voir Evgenios Matthiopoulos, « Les arts plastiques en Grèce dans les années 1945-1953 », p. 217.

22 D. E. Evangelidis, Nea Hestia, 15 mai 1949, p. 675-676 (traduit par l’auteur).

23 Il faudra trente ans pour que celle-ci soit pleinement perçue. L’exposition fait dès lors l’objet de plusieurs reprises : à la Pinacothèque Nationale du 4 au 28 février 1980, à la Pinacothèque municipale de Patras du 12 avril au 30 juillet 2003, au Musée Macédonien d’art contemporain à Thessalonique du 9 décembre 2003 au 1er février 2004, à l’annexe de Corfou de la Pinacothèque Nationale du 3 mai au 30 juin 2004, et enfin du 5 juin au 5 juillet 2007 de nouveau à la Pinacothèque Nationale, parallèlement au centenaire de l’IFA. Elle a également été présentée à Paris du 2 octobre au 30 novembre 2008, au Mémorial Leclerc-Musée Jean Moulin, sous le titre « Hommage à la Grèce résistante ».

24 Tomès, op. cit., p. 53 (traduit par l’auteur).

25 Ibid., p. 43.

26 Skiathos, île grecque. Nouvelles par A. Papadiamandis, traduites du grec et préfacées par Octave Merlier. Société d’édition « Les Belles Lettres », Paris, 1934 ; Alex. Papadiamandis, Nouvelles, traduites du grec et présentées par Octave Merlier, Athènes, 1965 (cet ouvrage est le « 16e de la série de traductions publiées sous les auspices du Conseil de l’Europe en vue de faire connaître au grand public les œuvres littéraires écrites dans une langue européenne peu répandue »).

27 Solomos, La Vision prophétique du moine Dionysios ou La Femme de Zante. Essai d’anastylose de l’œuvre, introduction, traduction, commentaires par Octave Merlier, CEAM / Les Belles Lettres, Paris, 1987 (Archives Melpo et Octave Merlier – 1)

28 D’abord Revue des Études Néo-helléniques, puis Études Néo-helléniques, dirigée par Octave Merlier, , Les Belles Lettres, Aix-Paris, 1968-1976 (5 tomes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Arnoux-Farnoux, « Relations intellectuelles et artistiques entre la France et la Grèce au xxe siècle », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 53-64.

Référence électronique

Lucile Arnoux-Farnoux, « Relations intellectuelles et artistiques entre la France et la Grèce au xxe siècle », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4798

Haut de page

Auteur

Lucile Arnoux-Farnoux

Lucile ARNOUX-FARNOUX est agrégée de lettres modernes et maître de conférences en littérature comparée à l’Université François-Rabelais de Tours. Ses travaux portent actuellement sur les questions de traduction et de réception, ainsi que sur la littérature néo-hellénique et les transferts culturels entre la Grèce et la France au XXe siècle. Récemment, elle a contribué à l’Histoire des Traductions en langue française. XIXe siècle, 1815-1914 dirigée par Y. Chevrel, L. D’hulst et Chr. Lombez (Verdier, 2012), et dirigé, avec Sylvie Humbert-Mougin et Yves Chevrel, le volume collectif L’Appel de l’étranger. Traduire en langue française en 1886 (PUFR 2015). Elle a également traduit en français des œuvres d’écrivains grecs contemporains.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search