Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Les intellectuels et les Cahiers ...Les Cahiers du Sud, un style de vie

Les intellectuels et les Cahiers du Sud

Les Cahiers du Sud, un style de vie

Alain Paire
p. 147-153

Texte intégral

  • 1 Albert Coste était un homme de lettres et médecin originaire de Montpellier. Ce proche ami de Paul (...)
  • 2 André Gaillard (1898-1929) fut l’introducteur du mouvement surréaliste au sein des Cahiers du Sud. (...)

1Jean Ballard mourut le 18 juin 1973, il était âgé de 79 ans. Il avait préféré arrêter le cours de sa revue en 1966, quelques mois après que fut célébré le cinquantenaire des Cahiers du Sud. Parmi les rares articles qu’il publia pendant l’ultime séquence de sa vie, on peut lire une contribution au Cahier de L’Herne consacré à Julien Gracq, ainsi qu’un article à propos d’André Suarès qu’il avait confié au quotidien Le Provençal : deux textes que je regrette de n’avoir pas inscrit dans le sommaire d’un reprint rapidement réalisé pendant l’hiver de 1981 pour les éditions Rivages, à la faveur d’une exposition qui se tenait place Carli, dans l’ancienne salle des archives municipales de Marseille, un petit volume intitulé Jean Ballard, une vie pour les Cahiers. À ces deux articles pourrait s’ajouter un texte qui eut une poignée d’auditeurs et pour lequel il faudrait trouver un nouvel éditeur, le manuscrit d’une conférence prononcée par Jean Ballard dans la région de Nice, auprès d’un centre de formation au métier de journaliste, une vingtaine de feuillets qui m’avaient été confiés par sa fille Françoise Jacquemet-Ballard. Dans ces pages rédigées avec beaucoup d’aisance et de vivacité, Ballard racontait remarquablement l’histoire des Cahiers du Sud : on y trouve par exemple trace de ses souvenirs et confidences à propos de deux personnes dont le souvenir lui était particulièrement cher, Albert Coste1 et André Gaillard2.

2Le corpus des textes rédigés par Jean Ballard est étonnamment mince : la publication effectuée en 1981 comporte moins de 95 pages. La véritable œuvre de Jean Ballard, c’est évidemment l’immense travail qu’il aura accompli pendant toute sa vie, la collection reliée de sa revue, plusieurs lignes d’étagères que j’apercevais quelquefois dans un appartement d’Hyères, lorsque j’entreprenais de composer la monographie de l’IMEC (Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine) qui relate l’histoire de sa revue. Lorsque Ballard écrivait pour son périodique, il s’agissait, sauf exception majeure – entre autres, le décès de son vieux compagnon du comité de rédaction Gabriel Bertin, ou bien la mort d’Eluard – de textes « utiles » qui se nichaient la plupart du temps sans prétention parmi les pages de publicité des Cahiers du Sud. La marque de fabrique de Jean Ballard, son style de vie tout à fait particulier, il faut en rechercher les indices au cœur d’une énorme masse de papier : d’abord dans l’ensemble des 390 numéros de sa revue, ensuite dans le flux de sa correspondance de chaque jour, parmi les dizaines de milliers de pages et dossiers conservés et classés par son épouse Marcou Ballard, un gisement qu’on peut consulter au fonds méditerranéen de la BMVR, la Bibliothèque Municipale de l’Alcazar de Marseille. Quand on examine cette documentation, on appréhende une époque pendant laquelle l’usage de téléphone n’était pas intensif : on scrute la désarmante foultitude des courriers que Ballard dictait à sa femme qui fut la secrétaire permanente de la revue. Tous les jours, Marcou Ballard venait travailler au quatrième étage du local des Cahiers : elle avait soin d’introduire un carbone dans le rouleau de sa machine à écrire, afin de garder un double des lettres envoyées aux nombreux correspondants de la revue. Au total, pour une période qui se situe entre 1930 et 1966, on découvre un gisement de documents difficilement égalable : dans l’Hexagone, si l’on excepte les fonds conservés pour la Nrf dans les archives de Gallimard, ce réceptacle provincial n’a pas d’équivalent.

  • 3 Jean Tortel (1904-1993) était l’un des membres du conseil de rédaction des Cahiers du Sud au lendem (...)

3Les gens des Cahiers du Sud étaient profondément marseillais ou bien méridionaux. Pour autant ils n’étaient pas totalement dépendants par rapport à leurs appartenances sudistes, leur mobilité fut extraordinaire : Ballard n’avait pas de permis de conduire, il ne cessait pas de prendre le train ou le bateau. Et puis surtout, ses lettres étaient prodigieusement nombreuses, il tenait en mains une multiplicité de fils et de relations : son activisme, tel qu’il se déploie dans ses courriers, c’est un peu internet avant l’heure. Pour dire ce que fut l’opiniâtreté de son combat de longue durée, j’ai coutume de répéter une phrase de Jean Tortel3 qui insistait sur ce point avec une franche véhémence : « Oui, les Cahiers de Sud se sont faits à Marseille. Mais pas avec Marseille, contre Marseille ! ». Pour exprimer ce qu’il y avait d’irréductible dans cette contradiction, il aurait pu ajouter, Thierry Fabre m’a soufflé ce complément d’information : « au plus près, tout contre Marseille ». Pendant toute sa vie de directeur de revue, Jean Ballard n’aura pas cessé d’effectuer de longues et souvent pénibles démarches. Les abonnés et les soutiens ne furent jamais nombreux. Jusqu’au terme, il fut obligé de solliciter et de quémander pour continuer de « faire tourner la meule » : il ne faut jamais oublier que pour donner vie à sa revue, Jean Ballard accepta constamment de se comporter comme « un frère mendiant ». L’essentiel du financement de la revue provenait des pages de publicité financées par le commerce et l’industrie de Marseille, principalement quelques connaissances de Ballard, avec lesquelles il avait noué de solides relations, en particulier au sein des Grandes Compagnies de Navigation, un milieu dans lequel André Gaillard avait su l’introduire pendant les années 1925/1930. 

  • 4 Gabriel Bertin succéda à André Gaillard au comité de rédaction des Cahiers du Sud. Il mourut en jan (...)

4C’est effectivement dans un espace d’échanges permanents, sur le Vieux‑Port, aire constante de départs et de retours, que fut façonnée la revue. Mais dans des pièces minuscules, sans infrastructure autre que le fragile foyer d’un périodique, sans que l’environnement immédiat soit véritablement favorable. Un autre marseillais, le cinéaste René Allio avait coutume de répéter que pendant sa jeunesse – l’auteur d’« Une vieille dame indigne » et de « L’heure exquise » se consacra tout d’abord au décor de théâtre et aux arts plastiques – au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Marseille était foncièrement un désert culturel. Sur place, il n’y avait pas d’université littéraire, la décentralisation culturelle n’allait pas commencer avant le début des années soixante du vingtième siècle. Certes, à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, Jean Ballard pouvait compter sur une poignée d’amis et collaborateurs occasionnels comme Henri Fluchère, Georges Mounin, Bernard Guyon, Georges Duby et Raymond Jean : mais là encore, la présence et le dynamisme de ces personnes relèvent des années qui suivent la Libération. Quand il regardait autour de lui, dans la Marseille de l’entre-deux guerres, mis à part quelques rares individualités comme Marcel Brion et Gabriel Bertin4 qu’il sut justement rallier à la cause de sa revue, Jean Ballard ne pouvait pas trouver de point d’appui. Le ressort profond de ce creuset paradoxal, c’était l’incroyable mobilité, la disponibilité d’un micro-milieu qui n’avait pas d’ambition particulière et qui n’était pas primitivement programmé pour réaliser pendant plusieurs décennies le tour de force que constitue l’élaboration d’une revue littéraire de haut niveau. 

5Jean Ballard n’avait pas fait d’études supérieures, son baccalauréat au lycée Thiers n’était pas littéraire. Son métier de peseur-juré lui donnait un emploi du temps relativement libre. Si ce n’est une insatiable curiosité, une très belle énergie et un grand appétit de rencontres, rien de précis ne l’avait prédestiné à diriger une revue : cet homme de petite taille, cette vie minuscule engendra quelque chose d’immense, son désintéressement et son inventivité ne sont pas contestables. Ballard disait avec une réelle humilité qu’il fut« l’écolier de sa revue ». Il savait que la littérature est inépuisable, il fut fidèle à certains événements de sa vie qui l’avaient profondément ébranlé ; des deuils inévitables, les disparitions de quelques-uns de ses grands amis comme André Gaillard et Joë Bousquet relancèrent constamment ses intuitions. Pendant plusieurs décennies, inlassablement, il aura façonné quotidiennement un écosystème tout à fait paradoxal, un espace merveilleusement ouvert à l’imprévu : en dépit des embûches et des difficultés multiples qu’il aura rencontrées, on peut écrire à la suite de Bernard Pingaud qui évoquait une autre revue également enracinée dans le Sud, la revue L’Arc dont le domicile était implanté à Aix-en-Provence, que les Cahiers du Sud, c’était « un petit bonheur ». 

  • 5 Gabriel d’Aubarède (1898-1995) participa aux Cahiers du Sud pendant les années 1920/ 1930.

6Songeant à son métier de peseur-juré, évoquant les nuits de labeur que Jean Ballard passait en toute saison sur le Cours Julien, parmi les étals de fruits et légumes du ventre de Marseille, j’ai l’habitude de citer une savoureuse anecdote livrée par l’une de ses vieilles connaissances, le journaliste et écrivain des Nouvelles littéraires, Gabriel d’Aubarède5. D’Aubarède est l’un des rares interlocuteurs et survivants que j’ai pu rencontrer lorsque je rédigeais les Chroniques des Cahiers du Sud. Il avait plus de 90 ans lorsque je conversais avec lui : ce personnage de grande courtoisie mesurait sans la plus petite illusion à quoi il avait été confronté tout au long de sa vie. Son domicile était situé à Paris rue Madame, à deux pas du Jardin du Luxembourg, où il avait coutume de se promener. En fin d’entretien, il s’était souvenu d’une anecdote pleine de malice et de vivacité. Un jour de 1920 ou bien de 1930, André Gide l’avait interpellé et questionné. Voici ce que Gide, avec un rien d’étourderie, un brin de condescendance, et puis tout de même avec une réelle admiration, lui avait demandé : « Mais, dîtes-moi, D’Aubarède, quel est le nom de ce personnage ? Je ne m’en souviens plus. Pendant la nuit, il pèse des fruits et des légumes. Mais le jour, il s’adonne à toute autre chose : il pèse des textes et des vers ! ».

7Quand on configure la courbe de vie de cette revue, il ne faut jamais oublier la formation initiale de Jean Ballard. Un autre journaliste – il travailla au Petit Marseillais, et puis au Provençal pendant toute sa vie – son vieux compagnon Léon-Gabriel Gros en avait clairement conscience. Un jour d’été, au milieu des années soixante-dix du siècle dernier, dans le jardin de son domicile, quelque part dans la campagne des Milles, il m’avait dit à quoi pouvait ressembler une revue de littérature, qu’elle soit petite ou grande. Gros savait très bien qu’il peut arriver que les sommaires de tel ou tel numéro de revue soient d’une qualité moyenne. L’instrument n’est pas toujours à son meilleur niveau : le véhicule se maintient et se perpétue modestement, il prépare les surprises de son avenir. Léon-Gabriel Gros qui fut pendant la Seconde Guerre mondiale un proche ami d’Eugène Ionesco prétendait, cet aperçu me semble extrêmement juste, qu’une revue « c’est un peu comme la bonté, çà entretient l’espérance ». Avec beaucoup d’exactitude et de modestie, pensant aussi à la personne qu’il incarnait lui-même quotidiennement, Gros précisait que les auteurs que Jean Ballard préférait, ceux dont il connaissait par cœur les poèmes, n’étaient pas des gens issus de la modernité. Les écrivains qu’il affectionnait, Ballard les avait découverts pendant sa scolarité au lycée Thiers de Marseille : ils s’appelaient Lecomte de Lisle ou bien Edmond Rostand. 

8Léon-Gabriel Gros ajoutait immédiatement que Jean Ballard avait construit sa revue en stricte opposition par rapport à sa formation et ses premières amours. Il répétait que si les Cahiers du Sud, pendant toute leur trajectoire, avaient su rester « jeunes » et « créatifs », c’était précisément parce qu’avec l’appui de son équipe qu’il consultait régulièrement, Ballard avait constamment su faire preuve d’ouverture et de discernement, en face des individualités et des propositions des mouvements littéraires de son époque. L’un de ses plus lucides compagnons du comité de rédaction, Gabriel Bertin expliquait que « découvrir doit être la préoccupation dominante de ceux qui veillent sur le destin d’une revue littéraire. C’est une mission difficile et souvent ingrate mais dont la nécessité s’impose sous peine de vieillissement rapide ». Jusqu’en janvier 1945, date de son décès, les choix rédactionnels de Bertin furent profondément respectés : dans son « jardin neuf » d’Avignon où il avait pris sa retraite en compagnie de son épouse Jeannette, le vauclusien Jean Tortel m’expliquait qu’au sein du comité de lecture qui examinait les manuscrits, « ce que Bertin admettait ne faisait plus guère discussion ». Il ajoutait : « C’est lui qui a amené Kafka et les romanciers américains. Paradoxalement, l’extension du regard mondialiste de la revue provenait de l’homme le plus discret, le plus retiré, le plus invisible qui se puisse trouver. C’était un hidalgo silencieux, grand et brun. Il ne parlait pas, il impressionnait beaucoup... Bertin avait une lucidité parfaite sur ce qu’il était, sur ce que nous étions, les uns par rapport aux autres... Dans une large mesure, l’esprit des Cahiers, c’est l’esprit de Bertin. Un mélange de timidité, d’écart et d’audace ». À son propos, Joë Bousquet qui aimait profondément Gabriel Bertin livra l’une des plus belles définitions de l’amitié que je connaisse : « J’appelle amis ceux qui me manquent chaque jour ». Infatigable lecteur de manuscrits, Bertin estimait que la plus belle récompense qu’on puisse offrir à la revue, c’était « la rencontre d’un texte valable signé par un inconnu ». Une intuition identique habitait évidemment Joë Bousquet que Ballard venait fréquemment consulter à Carcassonne. Bousquet savait très bien que sa dette à l’égard des Cahiers du Sud était considérable. Il pensait profondément qu’« il n’est pas d’œuvre de l’homme seul » : Joë Bousquet estimait que dans le domaine de la littérature, « il n’est pas de carrière, mais seulement des vocations ».

9C’est cette attitude d’indéfectible ouverture qui explique le nombre considérable de premiers textes émanant d’auteurs presque inconnus qui furent publiés à partir de Marseille : par exemple, pendant les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, ce sont Arthur Adamov, Roger Caillois, André Chastel et Benjamin Fondane en 1933, Marguerite Yourcenar en 1936, Jean Cayrol, Armand Robin, Léopold Senghor ou Georges-Emmanuel Clancier en 1938. La même chose s’observe trois décennies plus tard, pendant les années soixante : les Cahiers du Sud qui furent auparavant en France la toute première revue capable d’inscrire dans un sommaire une traduction de poèmes de Paul Celan, publièrent de jeunes écrivains comme par exemple Jean-Jacques Viton (1961) Pierre-Albert Jourdan (1962) Roger Giroux (1962) Gérard Arseguel (1962) Joseph Guglielmi (1963) Marcelin Pleynet (1963) Michel Deguy (1963) Jean-Pierre Faye (1964) Jean-Marie Le Clezio (1964) Jude Stefan (1965) Maurice Roche (1966) et Jacques Roubaud (1966).

  • 6 Georgette Camille (1900-2000) fut une proche amie d’André Gaillard, Roger Caillois et Armand Petitj (...)

10Pour clore cette brève évocation, il faut ajouter que la poésie et la littérature n’étaient certes pas l’unique préoccupation de l’équipe de Jean Ballard : les Cahiers du Sud furent capables de publier bien avant qu’ils ne soient célèbres des philosophes et des auteurs de sciences humaines comme Ferdinand Alquié, Louis Althusser, Roger Bastide, Walter Benjamin, Jacques Berque, Gilles Deleuze, Jean Duvignaud et Paul Zumthor. Il faut également se souvenir des remarquables cahiers spéciaux qui furent réunis par la revue : Le Théatre élizabethain (1933), Le Romantisme allemand (1937) deux ensembles suscités par Georgette Camille6Message de l’Inde (1942)Le Génie d’Oc(1943), Petits Romantiques françaisGrands courants de la pensée mathématique (1947), Le Pré-classicisme français (1951).

11À propos des premiers numéros spéciaux des Cahiers du Sud, je viens de mentionner le nom de Georgette Camille. J’aime me souvenir de cette magnifique personne qui fut l’une des protagonistes de la période surréaliste des Cahiers du Sud. Elle habita jusqu’à la fin des années 1990 un appartement de la rue de Grenelle. Elle était née en 1900, elle mourut centenaire. Il existe d’elle un beau portrait, une photographie de Man Ray. Elle aimait raconter avoir déjeuné pendant une journée de la fin des années 20, à deux pas du Prado de Marseille, dans une pension de famille de la rue Saint-Sébastien, en compagnie d’André Gaillard dont elle était follement éprise : dans son souvenir, autour de la table, il y avait Henri Michaux, Mas Ernst et Marie-Berthe Aurenche. Chaque fois qu’elle invoquait la mémoire d’André Gaillard, son visage muait. Un profond respect, de très intimes souvenirs la traversaient : elle devait à Gaillard son entrée dans le monde de la poésie. Dans la transcription d’un entretien réalisé avec Michel Carassou pour le n° 679/680 de la revue Europe consacré à René Crevel, son témoignage se termine ainsi : « Presque tous ceux dont je vous ai parlé ont disparu... j’ai marché longtemps en tête d’une grande foule. Mais quand je me suis retournée, il n’y avait plus personne ».

Haut de page

Bibliographie

Les Cahiers du Sud / La génération de 1930, éd Garae/Hésiode, 1987, texte de Daniel Fabre. Plusieurs reprints des numéros spéciaux de la revue furent édités à partir de 1981 par Rivages, à l’initiative de Jean-Louis Guiramand. 

Chronique des Cahiers du Sud, 1914-1966, éditions de l’Imec, 1993. Une plaquette fut publiée en 2012 par la Fondation Saint-John Perse d’Aix-en-Provence : Pierre Guerre / Je demande aux hommes d’être des promeneurs. Pour les éditions Claire Paulhan, Clara Mure-Petitjean prépare la publication de la correspondance de Georgette Camille. En août 2015, à Cerisy, à l’occasion d’un colloque Francis Ponge, j’évoquerai Les jardins neufs de Jean Tortel. Pour des articles à propos des années 40 sur le Vieux‑Port, ainsi que des petits films (7 minutes) à propos des passants considérables de Marseille, Antonin Artaud, Walter Benjamin, André Breton et Simone Weil, consulter mon site http://www.galerie-alain-paire.com. Jusqu’à une date récente, entre 1986 et 2010, l’ancien local des Cahiers du Sud, le 10 du Cours Jean Ballard fut le lieu de rendez-vous, l’une des bases de travail des éditions Ryoan-Ji / André Dimanche.

Haut de page

Notes

1 Albert Coste était un homme de lettres et médecin originaire de Montpellier. Ce proche ami de Paul Valéry décéda à Marseille en mai 1931. Jean Ballard fut l’un de ses familiers pendant les dernières années de sa vie.

2 André Gaillard (1898-1929) fut l’introducteur du mouvement surréaliste au sein des Cahiers du Sud. Son influence fut déterminante dans le destin de la revue.

3 Jean Tortel (1904-1993) était l’un des membres du conseil de rédaction des Cahiers du Sud au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Cet ami de Francis Ponge a publié des recueils chez Mermod et aux éditions Gallimard. Ses derniers recueils furent édités par André Dimanche.

4 Gabriel Bertin succéda à André Gaillard au comité de rédaction des Cahiers du Sud. Il mourut en janvier 1945. Cf mon article « Gabriel Bertin, l’éminence grise des Cahiers du Sud » in catalogue de l’exposition « Autour de Jean Ballard et les Cahiers du Sud », Marseille, la Vieille Charité, octobre 1993.

5 Gabriel d’Aubarède (1898-1995) participa aux Cahiers du Sud pendant les années 1920/ 1930.

6 Georgette Camille (1900-2000) fut une proche amie d’André Gaillard, Roger Caillois et Armand Petitjean.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Paire, « Les Cahiers du Sud, un style de vie », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 147-153.

Référence électronique

Alain Paire, « Les Cahiers du Sud, un style de vie », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4862

Haut de page

Auteur

Alain Paire

Alain Paire est né à Saint-Étienne en 1949 et vit à Aix-en-Provence depuis 1968. Parmi ses livres : Chronique des Cahiers du Sud, 1914-1966 aux éditions de l’Imec, Peinture et sculpture à Marseille au xxe siècle, Picasso à Vauvenargues / Le grand atelier de la Sainte-Victoire. Entre 1987 et 1991, il était critique d’art pour le quotidien La Provence. De 1994 à 2013, il fut le responsable d'une galerie d'art contemporain à Aix-en-Provence. En 2014, il a réalisé des films de petit format sur des séjours à Marseille d'Antonin Artaud, de Walter Benjamin, d'André Breton et de Simone Weil. Depuis novembre 2013, il livre une chronique hebdomadaire ou compose des entretiens avec des écrivains et des chercheurs en sciences humaines, sur la Web-Radio Zibeline.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search