Navigation – Plan du site
Les acteurs économiques de la transition énergétique

Le rôle des opérateurs historiques et émergents dans le développement des centrales photovoltaïques au sol dans les territoires méditerranéens français

Kévin Duruisseau
p. 99-117

Résumés

L'implication des territoires méditerranéens français dans la transition énergétique, et plus particulièrement dans le développement de l'énergie photovoltaïque au sol a été peu questionnée. Les politiques publiques énergétiques françaises s'inscrivent, d'une part, dans un contexte de miniaturisation des moyens de production d'électricité d'origine renouvelable, qui autorise un certain niveau de décentralisation et, d'autre part, dans un contexte d'ouverture et de libéralisation des marchés européens et français de l'électricité qui permettent une multiplication et une diversification des acteurs énergéticiens. Cet article interroge plus particulièrement la place et le rôle des opérateurs dans le développement des centrales photovoltaïques au sol à l'aune des trois phases de territorialisation du photovoltaïque au sol.

Haut de page

Texte intégral

1Le système énergétique dominant est confronté à deux limites inhérentes à ses propriétés : l'épuisement programmé des ressources énergétiques dites de stock – charbon, gaz naturel, pétrole et uranium – à plus ou moins long terme (Chevalier, 2004, 2009 ; Battiau, 2008 ; Smil, 2010 ; Deshaies et Baudelle, 2013 ; Dessus, 2014) et le réchauffement climatique anthropique observable (Tsayem-Demaze, 2009, 2010, 2011 ; Mouhot, 2012 ; Aykut et Dahan, 2014). La question climatique constitue une limite inédite dans toute l'histoire des anthroposystèmes énergétiques. Ces propriétés, la hausse de la demande énergétique mondiale – due à l'effet combiné de la croissance démographique et au développement économique des Pays émergents et des Suds – ainsi que le maintien à un niveau élevé de la consommation énergétique des Pays du Nord, nous interrogent sur la durabilité de notre système, et plus largement sur la durabilité de notre modèle de développement. Nous assistons actuellement à une nouvelle conscientisation de la question énergie-climat ayant permis l'émergence de politiques publiques visant au développement des énergies nouvelles renouvelables (EnR), et à l'amorce d'une nouvelle transition énergétique (Brücher, 2009 ; Fouquet et Pearson, 2012 ; Defeuilley, 2014 ; Duruisseau, 2014). Cette transition énergétique « bas carbone » devrait répondre aux exigences d'un système énergétique durable.

2En France, la production d'électricité ayant absorbé près de 48,8 % de la consommation d'énergie primaire en 2013, nous nous intéresserons, plus particulièrement, à l'évolution de notre système électrique dans cette transition. Or, il connaît, depuis quelques années, deux mutations majeures. D'une part, la miniaturisation des moyens de production d'électricité d'origine renouvelable autorise un certain niveau de décentralisation (Dunsky, 2004). D'autre part, l'ouverture et la libéralisation des marchés européens et français de l'électricité permettent une multiplication et une diversification des acteurs énergéticiens (Grand et Veyrenc, 2011). En conséquence, nous assistons à des dynamiques de territorialisation des EnR, et en particulier du photovoltaïque au sol (PVS), ainsi qu'à l'émergence de nouveaux opérateurs sur le marché électrique français. Néanmoins, malgré des études récentes (Dubois et Thomann, 2012 ; Chabrol et Grasland, 2014, 2015 ; Duruisseau, 2015), le rôle des opérateurs dans le développement des centrales photovoltaïques au sol (CPVS) des territoires méditerranéens français a été peu questionné. Or, l'abondante ressource solaire et les disponibilités foncières de l'arrière-pays méditerranéen font de ces territoires des cibles de choix pour les opérateurs historiques et émergents. Cet article vise donc à étudier la nature et le rôle des opérateurs dans le développement des CPVS au sein des territoires méditerranéens français. Ainsi, après une première partie consacrée aux opérateurs proprement dits, nous montrerons les possibles corrélations entre la nature des opérateurs et l'évolution des conditions législatives et réglementaires de leur déploiement.

Les opérateurs historiques et émergents

Une certaine diversité des opérateurs historiques et émergents

3En 2014, les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, qui constituent ici le territoire d'étude, comptaient cent-dix-huit CPVS en activité (cf. figure 1).

Figure 1. Carte

Figure 1. Carte

Les CPVS des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.

Lambert II Carto-Paris - 1/2 700 000 - IGN-BD. Carto & données personnelles : Kévin Duruisseau, 2015.

4En d'autres termes, elles concentraient, d'une part, 39,9 % des capacités photovoltaïques au sol installées en France métropolitaine et, d'autre part, 24,6 % des capacités photovoltaïques installées en France métropolitaine. Ces deux régions ont été pionnières dans le développement de ces nouvelles infrastructures énergétiques. En 2008, deux des trois premières CPVS raccordées au réseau électrique national sont implantées dans les communes de Lunel – située dans l'Hérault (Languedoc-Roussillon – et de Narbonne – située dans l'Aude (Languedoc-Roussillon). Ces deux CPVS urbaines apparaissent comme des projets pilotes sur le plan économique, technologique et réglementaire, et ont préfiguré la diversité du parc français actuel. Nous pouvons également noter que la première CPVS rurale raccordée au réseau électrique national, en 2009, est implantée dans la commune du Lauzet-Ubaye – située dans les Alpes-de-Haute-Provence (Provence-Alpes-Côte-d'Azur). Nous pouvons enfin observer que ces trois premières CPVS méditerranéennes ont été développées, respectivement par l'opérateur émergent Valeco (Lunel) et par les opérateurs historiques EDF EN (Narbonne) et EON AG (Lauzet-Ubaye).

5En 2014, les cent-dix-huit CPVS en activité implantées dans le territoire d'études étaient exploitées par trente-cinq opérateurs différents. L'ensemble de ces opérateurs présentent une diversité relativement importante. Sur le plan de la nature des entreprises, nous avons pu identifier des Très Petites Entreprises (TPE), des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Grandes Entreprises (GE) (cf. figure 2).

Figure 2. Tableau

Figure 2. Tableau

Les opérateurs historiques et émergents des CPVS du territoire d'étude en 2014.

Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.

  • 1 L'adoption par le Bundestag de la loi dite Stromeinspeisegesetz ou loi StrEG, le 5 octobre 1990, ma (...)

6D'après une classification des entreprises élaborée par la Commission Européenne en 2011 : [1] une TPE correspond à une entreprise comprenant moins de 10 salariés et présentant un chiffre d'affaire inférieur à deux millions d'euros ; [2] une PME correspond à une entreprise comprenant entre 10 et 499 salariés et présentent un chiffre d'affaire inférieur à cinquante millions d'euros ; [3] une GE est une entreprise comprenant au moins 500 salariés et présentant un chiffre d'affaire égal ou supérieur à cinquante millions d'euros. Parmi les PME, nous avons pu identifier des entreprises indépendantes et des filiales appartenant à des PME et à des GE. Ces filiales ont pu être créées ou rachetées par ces entreprises. À titre d'exemple, EDF Énergies Nouvelles (EDF EN), filiale du groupe français EDF, était à l'origine une entreprise indépendante, fondée en 1990, sous le nom de SIIF Énergies tandis qu'EON Climate & Renewables (EON CR), filiale du groupe allemand EON AG, a été fondée en 2007 par ce dernier. Sur le plan de la nationalité des entreprises, nous avons pu identifier quatre nationalités différentes : française, allemande, états-unienne et belge. Si près de 77,1 % d'entre elles sont françaises, il est intéressant de noter la percée des entreprises allemandes sur ce segment de marché. Nous observons ici les conséquences, d'une part, de l'ouverture et de la libéralisation des marchés européens et français de l'électricité et, d'autre part, des politiques allemandes de développement des EnR amorcées au tournant des années 19901 conduisant à une multiplication et à une diversification des opérateurs. Sur le plan de l'historicité des entreprises, nous avons pu noter que dans leur très grande majorité les entreprises ont été fondées après 2000, permettant ainsi de distinguer les opérateurs historiques des opérateurs émergents. Nous observons ici les conséquences directes de la mise en place des tarifs d'achat de l'électricité d'origine éolienne, dans un premier temps, puis d'origine photovoltaïque, dans un second temps.

Un phénomène progressif de concentration des CPVS entre quelques opérateurs

7Toutefois, à l'intérieur de cette relative diversité entre les différents opérateurs historiques et émergents, nous pouvons constater des phénomènes progressifs de concentration. Entre 2008 et 2014, le nombre d'opérateurs ayant développé des CPVS dans le territoire d'étude est passé de deux à trente-cinq. En d'autres termes, le nombre d'opérateurs entrants s'est accru, en moyenne, de 4,7 par an au cours de cette période. Il existe une nette corrélation entre l'évolution du nombre d'implantations de CPVS et l'évolution du nombre d'opérateurs développant des CPVS dans le territoire d'étude entre 2008 et 2014 (cf. figure 3). Entre 2008 et 2011, nous avons assisté à une forte hausse du nombre d'implantations de CPVS et du nombre d'opérateurs développant des CPVS dans le territoire d'étude.

Figure 3. Graphique

Figure 3. Graphique

Évolution du nombre d'implantations de CPVS et du nombre de nouveaux opérateurs développant des CPVS en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2008 et 2014.

Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.

8L'année 2011 constitue un pic avec trente-cinq nouvelles CPVS et dix nouveaux opérateurs entrants qui n'avaient pas encore développé au moins une CPVS sur le territoire d'étude. Entre 2011 et 2012, nous avons assisté à une forte baisse du nombre d'implantations et du nombre d'opérateurs entrants. L'année 2012 constitue un creux avec huit nouvelles CPVS et un nouvel opérateur entrant qui n'avait pas encore développé au moins une CPVS sur le territoire d'étude. Entre 2012 et 2014, nous avons assisté à une forte hausse du nombre d'implantations et du nombre d'opérateurs entrants mais avec une nette tendance baissière en 2014.

9En outre, l'étude des mises en activité annuelles de CPVS, selon que l'opérateur a déjà ou non développé une CPVS dans le territoire d'étude, permet d'affiner les dynamiques observées (cf. figure 4).

Figure 4. Graphique

Figure 4. Graphique

Les mises en activité annuelles de CPVS, selon que l'opérateur est établi ou non sur le territoire, en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2008 et 2014.

Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2015.

10Entre 2008 et 2011, nous pouvons noter que le nombre de CPVS développées par des opérateurs entrants est supérieur au nombre de CPVS développées par des opérateurs ayant déjà une CPVS. Entre 2011 et 2014, nous pouvons constater le phénomène inverse. Nous pouvons donc observer un retournement de tendance qui va se traduire par un phénomène de concentration des CPVS entre un nombre restreint d'opérateurs sur le territoire d'étude.

  • 2 L'entreprise française Solaire Direct a été fondée en 2006. Elle est spécialisée dans le développem (...)
  • 3 L'entreprise française Eco Delta a été fondée en 2002. Elle est spécialisée dans le développement d (...)
  • 4 L'entreprise française Luxel a été fondée en 2008. Elle est spécialisée dans le développement d'uni (...)
  • 5 L'entreprise française Soleil du Midi a été fondée en 2008. Elle est spécialisée dans le développem (...)

11En 2014, un nombre restreint d'opérateurs historiques et émergents détenaient la majorité des CPVS en activité dans les territoires méditerranéens français. En d'autres termes, moins d'un cinquième des opérateurs – Solaire Direct2, Delta Solar/Eco Delta3, EDF EN, Luxel4 et Soleil du Midi5 – concentraient à eux seuls près de 50 % des CPVS en activité. Ce phénomène de concentration est néanmoins partiel puisque près de 40 % des opérateurs ont développé une CPVS sur le territoire d'étude, et que près de 80 % des opérateurs en ont développé une à quatre tout au plus (cf. figure 5).

Figure 5. Tableau

Figure 5. Tableau

Répartition des trente-cinq opérateurs en fonction du nombre d'implantation de CPVS dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.

Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.

12Cette concentration économique se traduit par une concentration géographie inégale entre les principaux opérateurs – EDF EN, Solaire Direct, Delta Solar, Luxel et Soleil du Midi – sur le territoire d'étude (cf. figure 6).

Figure 6. Carte

Figure 6. Carte

Les CPVS des cinq principaux opérateurs des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.

Lambert II Carto-Paris - 1/2 700 000 - IGN-BD. Carto & données personnelles : Kévin Duruisseau, 2015.

13À l'échelle du territoire d'étude, les entreprises Solaire Direct et Delta Solar concentrent quasiment l'ensemble de leur CPVS dans les Alpes-de-Haute-Provence et le Var tandis que les entreprises Luxel et Soleil du Midi concentrent quasiment l'ensemble de leur CPVS dans l'Aude. L'entreprise EDF EN, quant à elle, a dispersé ses CPVS dans l'Aude, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence. Ces stratégies divergentes d'implantation entre un opérateur historique – EDF EN – et des opérateurs émergents – Solaire Direct, Delta Solar, Luxel et Soleil du Midi – résultent, en grande partie, de moyens différents et de liens historiquement construits entre les opérateurs et les acteurs locaux. Nous nous proposons, maintenant, d'appréhender l'ensemble des dynamiques observées à travers l'évolution des conditions législatives et réglementaires du PVS en France métropolitaine.

Les évolutions législatives et réglementaires et leur influence sur la nature et le rôle des opérateurs dans le développement des CPVS

Les évolutions législatives et réglementaires dessinent trois phases successives de territorialisation du photovoltaïque au sol en France métropolitaine

14Malgré les caractéristiques atypiques défavorables au développement des EnR du système électrique français, la nécessité d'une nouvelle transition énergétique a poussé les pouvoirs publics à mettre en place des politiques de développement de ces nouvelles énergies. Pour ce faire, les pouvoirs publics disposent de plusieurs outils : « il existe de nombreuses formes de subventions, [directes et indirectes], pour favoriser la production d'électricité au départ [d'EnR] » (Hansen et Percebois, 2010, p. 562). Les formes de subventions les plus sollicitées dans le monde sont les certificats verts – green certificates –, les subventions en capital – capital subsides –, et les tarifs de rachats préférentiels – feed-in tariffs (Levratto et Abbes, 2008 ; Hansen et Percebois, 2010 ; Debourdeau, 2011). Élaboré successivement par les pouvoirs publics danois et allemands, le dispositif des tarifs d'achat préférentiels (ou tarifs d'achat) s'applique aujourd'hui en France (Debourdeau, 2011 ; Évrard, 2013). C'est L'arrêté du 13 mars 2002 qui autorisa la mise en place des premiers tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque. Trop bas, il fallut attendre L'arrêté du 10 juillet 2006 pour assister au fort développement des CPVS. Mais la défaillance du dispositif et l'absence d'un cadre réglementaire national régulant leur développement jusqu'en 2009 ont abouti à l'apparition d'une bulle spéculative à laquelle les pouvoirs publics répondirent par le décret du 9 décembre 2010 instaurant un moratoire. L'arrêté du 4 mars 2011 dessine finalement le cadre réglementaire en vigueur en 2015. Ces évolutions législatives et réglementaires ont structuré le processus de territorialisation du PVS en trois phases successives (Duruisseau, 2015).

15La première phase – dite de territorialisation anarchique (2002-2009) – se caractérise par un vide juridique, résultat de l'absence d'un cadre réglementaire national. La non-existence du panneau photovoltaïque dans le Code de l'urbanisme et le Code des impôts explique « qu'à l'exception des bâtiments techniques nécessaires à l'exploitation, une [CPVS] n'avait besoin d'aucun permis de construire ni de formulaire de déclaration préalable » (Dubois et Thomann, 2012, p. 39). Dans ce contexte, les collectivités territoriales et leurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), les acteurs institutionnels – principalement les parcs naturels régionaux et les chambres d'agriculture – et les services déconcentrés étatiques – principalement les directions départementales de l'équipement (DDE), les directions régionales de l'environnement (DIREN) et les directions régionales de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (DRIRE) – ont alors tenté de s'organiser en émettant des documents de cadrage sous forme de doctrines, de chartes et de livrets de bonnes pratiques.

  • 6 Dans le cas des départements marins, il s'agit de Directions Départementales des Territoires et de (...)

16La deuxième phase – dite de territorialisation régulée (2009-2011) – se caractérise par la mise en place d'un cadre réglementaire national. D'une part, le décret du 19 novembre 2009 soumet les CPVS, présentant une puissance installée supérieure à 0,25 MWc, à l'obtention d'un permis de construire, à la réalisation d'une étude d'impacts et d'une enquête publique. D'autre part, la circulaire du 18 décembre 2009 prohibe – théoriquement – les terres agricoles et forestières comme terrain possible d'implantation d'une CPVS. Il s'agit d'orienter le développement des CPVS vers des terrains anthropisés dégradés tels les anciennes carrières, les anciennes décharges, les délaissés d'autoroutes ou encore les terrains pollués impropres à toutes autres activités humaines. Toutefois, cette circulaire omet de définir, de manière limpide, la notion de terres agricoles, laissant ainsi une fenêtre d'opportunités aux porteurs de projet. Ce nouveau cadre réglementaire cohabite alors avec les autres documents de cadrage locaux de la phase précédente et en suscite même de nouveaux. Si le permis de construire pour les CPVS relève du préfet de département et que l'avis de l'autorité environnementale pour les CPVS relève du préfet de région, ce sont bien les DDE, devenues en 2010 les directions départementales des territoires (DDT)6, qui s'affirment comme l'acteur-clé de la régulation des projets du fait de leur rôle d'interface entre les différentes parties prenantes.

  • 7 Les tarifs d'achat de l'électricité d'origine PVS passent alors de 27,6 centimes par kWh à 12 centi (...)

17La troisième phase – dite de territorialisation bimodale (depuis 2011) – se caractérise par la coexistence de deux types de territorialisation liée à la coexistence de deux dispositifs réglementaires différents. La première – dite de territorialisation régulée – s'inscrit dans la continuité de la phase précédente. La seconde – dite de territorialisation amoindrie – se caractérise par le retour de l'État central au centre du processus décisionnel. Après une période de moratoire, instaurée par le décret du 9 décembre 2010, caractérisée par une suspension du rachat de l'électricité d'origine photovoltaïque, L'arrêté du 4 mars 2011, outre la réorganisation du système des tarifs d'achat7, a mis en place un système d'appel d'offres national. Celui-ci est organisé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) pour le ministre en charge de l'énergie. La CRE est chargée de l'évaluation des projets soumis, au regard d'un cahier des charges révisé à chaque appel d'offre ; elle émet un avis au cas par cas. Cette évaluation et cet avis doivent faciliter la sélection des projets par le ministre en charge de l'énergie. En d'autres termes, les projets retenus résultent d'un choix ministériel.

18Ces évolutions successives sont révélatrices des relations complexes existantes au sein du triptyque État-collectivités territoriales-EnR :

deux lignes de force […] aux finalités en partie opposées […] se dégagent avec d'un côté les bénéfices que les collectivités […] entendent tirer des EnR […] et de l'autre le positionnement de l'État qui […] souhaite orchestrer ce secteur comme il l'a fait depuis des décennies » (Boutaud, 2013, p. 200-201).

19Le retour de l'État central est également révélateur d'un phénomène d'inertie ou de « path dependence » (North, 1990 ; Pierson, 2000), dans le sens où « les réformes sont toujours limitées et s'inscrivent dans les logiques établies » (Palier et Bonoli, 1999, p. 399). En d'autres termes, dans l'attente de la promulgation de la loi de transition énergétique, la politique énergético-électrique française a peu évolué depuis les années 1970 et le choix de l'électronucléaire (Debeir et alii, 2013 ; Évrard, 2013, 2014 ; Duruisseau, 2015). Ce phénomène de « path dependence » est d'ailleurs, pour plusieurs géographes, un trait caractéristique de la transition énergétique « bas carbone » (Bridge et alii, 2013 ; Chabrol et Grasland, 2014). En outre, ces évolutions sont également révélatrices de la forte inertie d'un système électrique centralisé ayant nécessité de lourds investissements de l'État. Par conséquent, « l'architecture organisationnelle des systèmes énergétiques en France demeure centralisée » (Chabrol et Grasland, 2014, p. 6). Interrogeons-nous maintenant sur l'influence de ces trois phases de territorialisation, d'une part, sur les types d'opérateurs dominants et, d'autre part, sur la place des opérateurs en tant qu'initiateurs des projets.

L'influence des trois phases de territorialisation sur les types d'opérateurs dominants et leur rôle d'initiateur

20Notre typologie des opérateurs dominants reposent sur différents critères : l'année de création de l'entreprise, sa nationalité et la structure du mix de production électrique. Le caractère historique ou émergent de l'opérateur est déterminé par son année de création. Toutefois, cette « année de création » ne prend pas toujours en considération les éventuelles fusions d'entreprises qui impliquent des opérateurs historiques. C'est pourquoi il a fallu distinguer ces deux cas de figure et adapter notre analyse. L'opérateur historique est défini comme un acteur économique public ou privé exploitant une ou des unités de production d'électricité à partir d'une ou plusieurs sources d'énergie primaire dont la création remonte à une période pré-tarifs d'achat de l'électricité d'origine EnR en France. Néanmoins, si l'opérateur est étranger, la prise en compte du contexte propre à son pays d'origine a été nécessaire. L'opérateur émergent est défini comme un acteur économique public ou privé exploitant une ou des unités de production d'électricité à partir d'une ou plusieurs sources d'énergie primaire dont la création remonte à une période post-tarifs d'achat de l'électricité d'origine EnR en France. Toutefois, si l'opérateur est étranger, la prise en compte du contexte propre à son pays d'origine a été nécessaire. La nationalité de l'opérateur, qu'il soit français ou étranger, sert à définir deux grands types d'opérateurs. L'étude de la structure du mix de production électrique a fait l'objet d'une distinction entre différents opérateurs : les opérateurs spécialisés dans le photovoltaïque, les opérateurs qui exploitent des renouvelables et les opérateurs qui utilisent à la fois des ressources fossiles et renouvelables. À partir de ces différents paramètres, nous avons établi une typologie des opérateurs définissant des types, sous-types et genres (cf. figure 7).

Figure 7. Graphique

Figure 7. Graphique

Les types, sous-types et genres d'opérateurs en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.

Kévin Duruisseau, 2015.

21À partir de ces trois niveaux de lecture des opérateurs, nous avons défini les caractéristiques des opérateurs. L'analyse de l'importance de ces opérateurs a été évaluée à l'aune des trois phases de territorialisation (cf. figure 8).

Figure 8. Graphique

Figure 8. Graphique

L'évolution des genres d'opérateurs au cours des trois phases de territorialisation dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2002 et 2014 (en %).

Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.

  • 8 Cette absence réduisait alors considérablement le temps d'instruction et de délivrance des autorisa (...)
  • 9 Dans certains cas, il s'agit de filiales de ces grandes entreprises (La Compagnie du Vent).

22Nous observons, toutes phases confondues, la nette prédominance du type opérateurs français (83,9 % des CPVS), du sous-type opérateurs français émergents (57,6 % des CPVS), et des genres opérateurs français émergents mix-renouvelable (29,7 % des CPVS) et opérateurs français émergents mix-photovoltaïque (28 %). Au cours de la phase dite de territorialisation anarchique, l'absence d'un cadre réglementaire national8 et la montée à partir de 2006 du niveau des tarifs d'achat ont constitué des éléments déterminants pour l'entrée sur le marché de nouveaux opérateurs et expliquent la prédominance du type opérateurs français (83,3 % des CPVS), du sous-type opérateurs français émergents (52,1 % des CPVS) et des genres opérateurs français émergents mix-renouvelable (31,25 % des CPVS) et opérateurs français émergents mix-photovoltaïque (20,8 % des CPVS). Au cours de la phase dite de territorialisation régulée, la mise en place d'un cadre réglementaire national n'impacte pas les rapports de forces entre les différents sous-types d'opérateurs. Enfin, la mise en place d'un système d'appel d'offres national, lourd et complexe, apparaît comme favorable aux opérateurs français historiques dans la mesure où ce nouveau système rallonge le processus de développement des projets et rend leurs concrétisations plus incertaines encore. Elle explique que la part du sous-type opérateurs français historiques croît si l'on ne considère que les CPVS relevant de la territorialisation amoindrie en cours (41,2 % des CPVS). Les opérateurs français historiques, qui sont soit des grandes entreprises ou bien des petites et moyennes entreprises9, possèdent des ressources humaines et économiques diversifiées leur permettant de répondre aux défis du rallongement du processus. Toutefois, interrogeons-nous maintenant sur la place des opérateurs historiques et émergents dans le développement des CPVS dans les territoires méditerranéens français à l'aune de la typologie des acteurs initiateurs (Duruisseau, 2015).

23Notre étude s'intéresse donc également à l'acteur-clé initiateur du projet. Cet acteur vient s'ajouter à un système d'acteurs donné autour duquel se cristallise le processus de décision d'un projet. Entre 2002 et 2014, ce système d'acteurs a connu des évolutions suite à des nouvelles réglementations et législations. Les acteurs considérés dans cette étude sont ceux qui interviennent uniquement durant la phase d'obtention des autorisations administratives et de raccordement. Il est à noter que la typologie proposée ne suppose pas que l'acteur-clé, à l'initiative du projet, soit au final son maître d'œuvre et son exploitant. Afin d'identifier le rôle des opérateurs dans le développement des CPVS, nous avons choisi de construire notre réflexion autour de trois niveaux de lecture de la nature de l'acteur-clé initiateur en affinant progressivement notre analyse. Nous avons tout d'abord distingué deux grands « types » d'acteurs selon qu'ils soient publics ou privés. Ceux-ci se composent eux-mêmes de deux « sous-types » (acteurs publics : [1] collectivités territoriales ou [2] hors collectivités territoriales ; acteurs privés : [1] opérateurs ou [2] hors opérateurs). À partir de là, trois « genres » d'acteurs publics ont été dégagés ([1] commune, [2] EPCI et [3] institutionnel) ainsi que six « genres » d'acteurs privés ([1] opérateur historique, [2] opérateur émergent, [3] entreprise, [4] développeur, [5] particulier et [6] agriculteur) (cf. figure 9).

Figure 9. Graphique

Figure 9. Graphique

Les types, sous-types et genres d'acteurs initiateurs de CPVS en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.

Kévin Duruisseau, 2015.

24À partir de ces trois niveaux de lecture de l'acteur-clé initiateur, nous avons évalué la place des opérateurs à l'œuvre dans les projets réalisés. L'importance de ces opérateurs a été évaluée à l'aune des trois phases de territorialisation (cf. figure 10).

Figure 10. Graphique

Figure 10. Graphique

L'évolution des genres d'acteurs initiateurs de CPVS au cours des trois phases de territorialisation dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2002 et 2014 (en %).

Kévin Duruisseau, 2015 /données personnelles, 2014.

25Nous observons, toutes phases confondues, la nette prédominance du type acteur-clé privé (76,3 % des CPVS), du sous-type acteur clé opérateurs (70,3 % des CPVS), et du genre acteur-clé opérateur émergent (50,8 % des CPVS). Au cours de la phase dite de territorialisation anarchique, l'absence d'un cadre réglementaire national et le manque d'expérience des collectivités territoriales, des EPCI et des acteurs publics institutionnels expliquent la prédominance du type acteur-clé privé (81,3 % des CPVS), du sous-type acteur-clé opérateur (79,2 % des CPVS) et du genre acteur-clé opérateur Émergent (62,5 % des CPVS). Malgré la mise en place d'un cadre réglementaire national, d'une sensibilisation des pouvoirs publics locaux après le Grenelle de l'Environnement et du retour des premières expériences, le type acteur-clé public est inexistant au cours de la phase dite de territorialisation régulée. En revanche, l'importance du type acteur-clé public croît fortement si l'on ne considère que la phase de territorialisation amoindrie (47,1 % des CPVS). La tendance actuelle à l'utilisation de terrains anthropisés dégradés (centres d'enfouissement technique (CET) ou décharges, carrières, terrils), le plus souvent propriétés des collectivités territoriales ou de leurs établissements publics de coopération intercommunal (EPCI), les critères d'évaluation des projets soumis aux appels d'offres de la CRE et une meilleure connaissance des acteurs publics des CPVS, pourraient expliquer ce rééquilibrage. Dans une moindre mesure, la recherche de nouvelles ressources financières de la part des collectivités territoriales et de leurs EPCI, dans un contexte de baisse des dotations étatiques et de contraintes budgétaires, explique, par ailleurs, la nette domination du genre acteur-clé Commune (41,2 % des CPVS). Si l'on ne considère que la territorialisation régulée, le type acteur-clé privé domine encore (70,3 % des CPVS).

Conclusion

26Le développement des centrales photovoltaïques au sol dans les territoires méditerranéens français a donc été, en majorité, le fait d'opérateurs émergents toutes phases confondues (50,8 % des CPVS). Le marché français se répartit en trois ensembles : 57,6 % d'opérateurs français émergents, 26,3 % d'opérateurs français historiques et 16,1 % d'opérateurs étrangers, principalement allemands. Le marché français du photovoltaïque au sol apparaît, ainsi, comme un révélateur de l'ouverture et de la libéralisation du marché français de l'électricité.

27Néanmoins, la mise en place d'un système d'appel d'offres national apparaît, dans une certaine mesure, plus défavorable aux opérateurs émergents. En conséquence, si les évolutions des politiques publiques françaises du photovoltaïque au sol sont révélatrices d'un phénomène de « path dependence », elles ne semblent pas encore déboucher, dans le territoire d'étude, sur une domination des opérateurs historiques. En d'autres termes, si cette évolution marque bien une reprise en main du secteur photovoltaïque au sol par l'État central (Évrard, 2013), elle ne s'accompagne pas encore à ce jour, d'une reprise en main du marché du photovoltaïque au sol par les opérateurs historiques du secteur de l'électricité. À ce titre, il est intéressant de noter que les deux principaux opérateurs historiques français – EDF et GDF Suez – ont adopté des stratégies diamétralement opposées depuis la fin du moratoire. Tandis que le groupe GDF Suez a axé sa stratégie de développement du photovoltaïque au sol à travers les appels d'offres nationaux, le groupe EDF s'est, quant à lui, désinvesti temporairement du secteur au profit du développement de l'éolien off-shore. En outre, nous pouvons penser que l'atteinte prochaine de la parité-réseau – qui se traduira, à titre d'exemple, par un prix similaire entre le kWh photovoltaïque et le kWh nucléaire sur certains marchés – devrait conduire à de nouvelles évolutions stratégiques des principaux opérateurs historiques et émergents du secteur.

Haut de page

Bibliographie

AYKUT, Stefan C. DAHAN, Amy. Gouverner le climat ? 20 ans de négociations internationales. Paris : SciencesPo. Les Presses, 2014, 749 p.

BATTIAU, Michel. L'énergie. Un enjeu pour les sociétés et les territoires. Paris : Ellipses, 2008, 201 p.

BOUTAUD, Benoit. Les énergies renouvelables, énergies des collectivités territoriales ? In MARCOU, Gérard, POUPEAU, François-Mathieu, STAROPOLI, Carine. Collectivités territoriales et énergie : ambitions et contradictions. Paris : Éditions Le Moniteur, 2013, p. 195‑204.

BRIDGE, Gavin, BOUZAROVSKI, Stefan, BRADSHAW, Michael, EYRE Nick. Geographies of energy transition : Space, place and the low-carbon economy. Londres : Energy Policy n° 53, 2013, p. 331‑340.

BRÜCHER, Wolfgang. Energiegeographie. Berlin : Gber Bortraeger Verlagsbuchhandlund, 2009.

CHABROL, Maxime, GRASLAND, Loïc. Contraintes spatiales et enjeux territoriaux d'une déclinaison régionale de la transition énergétique : l'exemple de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. VertigO – la revue électronique en sciences de l'environnement vol. 14, 2014, n° 3.

CHABROL, Maxime, GRASLAND, Loïc. Les liens entre forme urbaine et consommation d'énergie. Analyse d'un préalable pour la mise en œuvre de la transition énergétique aux échelles locales et régionales. In SCARWELL, Helga-Jane, LEDUCQ Divya, GROUX, Annette (dir.). Réussir la transition énergétique. Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2015, p. 193‑201.

CHEVALIER, Jean-Marie. Les grandes batailles de l'énergie. Paris : Gallimard, Folio, 2004, 472 p.

CHEVALIER, Jean-Marie (dir.). Les nouveaux défis de l'énergie. Climat-Économie-Géopolitique. Paris : Economica, 2009, 299 p.

DEBEIR, Jean-Claude, DELÉAGE, Jean-Paul, HÉMERY, Daniel. Une histoire de l'énergie. Les servitudes de la puissance. Paris : Flammarion, 2013, 590 p.

DEBOURDEAU, Ariane. De la « solution » au « problème ». La problématisation de l'obligation d'achat de l'énergie solaire photovoltaïque en France et en Allemagne. Paris : Politix n° 95, 2011, p. 103‑127.

DEFEUILLEY, Christophe. Portrait d'entreprise. La transition énergétique-1. Marne-la-Vallée : Flux, 2014, n° 95, p. 65‑76.

DESHAIES, Michel, BAUDELLE, Guy. Ressources naturelles et peuplement. Paris : Ellipses, 2013, 358 p.

DUBOIS, Jérôme, THOMANN, Sandra. Tensions sur les champs et les bois. L'essor des énergies vertes en Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Paris : Éditions de l'Aube, 2012, 184 p.

DUNSKY, Philip U. La révolution électrique en cours : portrait de l'émergence d'une nouvelle architecture dans les pays industrialisés. VertigO – la revue électronique en sciences de l'environnement vol. 5, 2004.

DURUISSEAU, Kévin. L'émergence du concept de transition énergétique. Quels apports de la géographie ? Bulletin de la Société Géographique de Liège n° 63, 2014, p. 21‑34.

DURUISSEAU, Kévin. Les centrales photovoltaïques au sol dans le sud de la France. Un exemple de territorialisation de la transition énergétique. In SCARWELL, Helga-Jane, LEDUCQ, Divya, GROUX, Annette (dir.). Réussir la transition énergétique. Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2015, p. 57‑65.

ÉVRARD, Aurélien. Contre vents et marées. Politiques des énergies renouvelables en Europe. Paris : SciencesPo. Les Presses, 2013, 268 p.

ÉVRARD, Aurélien. Les énergies renouvelables et l'électricité. À propos d'un conflit entre un secteur et une alternative de politique publique. Écologie & politique n49, 2014, p. 67‑80.

FOUQUET, Roger, PEARSON, Peter J. G. Past and prospective energy transitions : Insights from history. Energy Policy n° 50, 2012, p. 1‑7.

GRAND, Emmanuel, VEYRENC, Thomas. L'Europe de l'électricité et du gaz. Acteurs, marchés, régulations. Paris : Economica, 2011, 564 p.

HANSEN, Jean-Pierre, PERCEBOIS, Jacques. Énergie. Économie et politiques. Bruxelles : Éditions De Boeck, 2010, 779 p.

JAGLIN, Sylvy, VERDEIL, Éric. Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction. Flux n° 93-94, 2013, p. 7‑18.

LEVRATTO, Nadine, ABBES, Nader. À qui profitent les certificats verts en France : à l'environnement ou aux fournisseurs d'électricité ? Revue de l'organisation responsable n° 3, 2008, p. 4‑18.

MOUHOT, Jean-François. Du climat au changement climatique : chantiers, leçons et défis pour l'histoire. Cultures & Conflits n° 88, 2012, p. 19‑42.

NORTH, Dwight. Institutions, Institutionnel Change and Economic Performance. Cambridge University Press, 1990.

PALIER, Bruno, BONOLI, Giuliano. Phénomènes de Path Dependence et réformes des systèmes de protection sociale. Revue française de science politique vol. 49, n° 3, 1999, p. 399‑420.

PIERSON, Paul. Increasing returns, Path Dependence, and the Study of Politics. American Political Science Review vol. 94, n° 2, 2000, p. 251‑267.

RAINEAU, Laurence. Vers une transition énergétique ? Natures Sciences Sociétés n° 19, 2011, p. 133‑143.

REGHEZZA-ZITT, Magali. La France dans ses territoires. Paris : Sedes, 2010, 243 p.

RUMPALA, Yannick. Recherche de voies de passage au « développement durable » et réflexivité institutionnelle. Retour sur les prétentions à la gestion d'une transition générale. Revue Française de Socio-Économie n° 6, 2010, p. 47‑63.

RUMPALA, Yannick. Formes alternatives de production énergétique et reconfigurations politiques. La sociologie des énergies alternatives comme étude des potentialités de réorganisation du collectif. Flux n° 92, 2013, p. 47‑61.

SMIL, Vaclav. Energy Transitions. History, Requirements, Prospects. Santa Barbara : Praeger, 2010, 178 p.

TSAYEM-DEMAZE, Moïse. Paradoxes conceptuels du développement durable et nouvelles initiatives de coopération Nord-Sud : le Mécanisme pour un Développement Propre (MDP). Cybergeo : European Journal of Geography, 2009, 443.

TSAYEM-DEMAZE, Moïse. Éviter ou réduire la déforestation pour atténuer le changement climatique : le pari de la REED. Annales de géographie n° 674, 2010, p. 338‑358.

TSAYEM-DEMAZE, Moïse. Géopolitique du développement durable. Les États face aux problèmes environnementaux internationaux. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011, 228 p.

Haut de page

Notes

1 L'adoption par le Bundestag de la loi dite Stromeinspeisegesetz ou loi StrEG, le 5 octobre 1990, marque un tournant majeur dans la mesure où « les compagnies d'électricité sont désormais contraintes de racheter l'électricité produite par les énergies renouvelables à un tarif de 65 % à 90 % du tarif moyen facturé aux utilisateurs finaux » (Évrard, 2013, p. 168-169).

2 L'entreprise française Solaire Direct a été fondée en 2006. Elle est spécialisée dans le développement d'unités photovoltaïques.

3 L'entreprise française Eco Delta a été fondée en 2002. Elle est spécialisée dans le développement d'unités photovoltaïques et d'unités éoliennes. Initialement, elle s'est déployée sur le développement d'unités éoliennes.

4 L'entreprise française Luxel a été fondée en 2008. Elle est spécialisée dans le développement d'unités photovoltaïques et d'unités éoliennes. Son activité initiale était le développement d'unités photovoltaïques.

5 L'entreprise française Soleil du Midi a été fondée en 2008. Elle est spécialisée dans le développement d'unités photovoltaïques et éoliennes, son activité initiale.

6 Dans le cas des départements marins, il s'agit de Directions Départementales des Territoires et de la Mer (DDTM).

7 Les tarifs d'achat de l'électricité d'origine PVS passent alors de 27,6 centimes par kWh à 12 centimes par kWh.

8 Cette absence réduisait alors considérablement le temps d'instruction et de délivrance des autorisations nécessaires.

9 Dans certains cas, il s'agit de filiales de ces grandes entreprises (La Compagnie du Vent).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte
Légende Les CPVS des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.
Crédits Lambert II Carto-Paris - 1/2 700 000 - IGN-BD. Carto & données personnelles : Kévin Duruisseau, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 2. Tableau
Légende Les opérateurs historiques et émergents des CPVS du territoire d'étude en 2014.
Crédits Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3. Graphique
Légende Évolution du nombre d'implantations de CPVS et du nombre de nouveaux opérateurs développant des CPVS en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2008 et 2014.
Crédits Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 4. Graphique
Légende Les mises en activité annuelles de CPVS, selon que l'opérateur est établi ou non sur le territoire, en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2008 et 2014.
Crédits Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 5. Tableau
Légende Répartition des trente-cinq opérateurs en fonction du nombre d'implantation de CPVS dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.
Crédits Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 6. Carte
Légende Les CPVS des cinq principaux opérateurs des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.
Crédits Lambert II Carto-Paris - 1/2 700 000 - IGN-BD. Carto & données personnelles : Kévin Duruisseau, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 7. Graphique
Légende Les types, sous-types et genres d'opérateurs en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.
Crédits Kévin Duruisseau, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 8. Graphique
Légende L'évolution des genres d'opérateurs au cours des trois phases de territorialisation dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2002 et 2014 (en %).
Crédits Kévin Duruisseau, 2015 / données personnelles, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 9. Graphique
Légende Les types, sous-types et genres d'acteurs initiateurs de CPVS en régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en 2014.
Crédits Kévin Duruisseau, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 10. Graphique
Légende L'évolution des genres d'acteurs initiateurs de CPVS au cours des trois phases de territorialisation dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d'Azur entre 2002 et 2014 (en %).
Crédits Kévin Duruisseau, 2015 /données personnelles, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4955/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kévin Duruisseau, « Le rôle des opérateurs historiques et émergents dans le développement des centrales photovoltaïques au sol dans les territoires méditerranéens français », Rives méditerranéennes, 51 | 2015, 99-117.

Référence électronique

Kévin Duruisseau, « Le rôle des opérateurs historiques et émergents dans le développement des centrales photovoltaïques au sol dans les territoires méditerranéens français », Rives méditerranéennes [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4955 ; DOI : 10.4000/rives.4955

Haut de page

Auteur

Kévin Duruisseau

Kévin Duruisseau, doctorant en géographie à Aix-Marseille Université, Cnrs, Umr 7303 Telemme, il travaille sous la direction du Professeur Sylvie Daviet. Sa thèse, qui met l’accent sur les relations entre territoire et transition énergétique, s’intitule « Nouvelle géographie et territorialisation des énergies renouvelables : l’exemple du solaire photovoltaïque dans le Sud de la France : acteurs, facteurs et jeux d’échelles ». Après trois années en tant que doctorant contractuel chargé d’enseignement (2011-2014), il occupe un poste d’ATER. Publication récente : Kévin DURUISSEAU, « Les centrales photovoltaïques au sol dans le Sud de la France. Un exemple de territorialisation de la transition énergétique », In Helga-Jane SCARWELL, Divya LEDUCQ, Annete GROUX (dir.), Réussir la transition énergétique, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2015, p. 57-65.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals