Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Récits de femmes en Méditerranée....

Récits de femmes en Méditerranée. Individu, savoir, récit de soi

Introduction
Isabelle Luciani
p. 7-14

Entrées d’index

Mots-clés :

Récit de soi, femmes

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La notion de « récit de soi », en dépit de son apparente proximité avec d’autres catégories des sciences humaines et sociales – tel le récit de vie – apparaît spécifiquement opératoire pour réunir les interrogations de plusieurs disciplines, périodes et aires culturelles pour lesquelles sont utilisées des notions éclatées lorsqu’il s’agit d’entendre la voix des acteurs et de comprendre leurs actes : écritures de soi, écrits du for privé, écritures ordinaires, récits de vie, egodocuments…

  • 1 Sur les réalisations de ce programme de recherche, porté par Catherine Atlan, Kamel Chachoua, Randi (...)
  • 2 Sur les apports du récit de soi comme outil des sciences sociales, et sur son enracinement dans dif (...)
  • 3 Madeleine Foisil « L’écriture du for privé », in Histoire de la vie privée (dir. Philippe Ariès, Ge (...)
  • 4 Rudolf Dekker, éd., Egodocuments and History: Autobiographical Writing in its Social Context sinc (...)
  • 5 Claudia Ulbrich, Hans Medick, Angelika Schaser, Tagung, Selbstzeugnis und Person. Transkulturelle P (...)
  • 6 Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul, François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé en Europe, (M (...)
  • 7 Sur cette nature problématique de la source, voir notamment Adelisa Malena, « Ego-documents or “Plu (...)
  • 8 Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éd. de la MSH, 1997 ; (...)

2De 2009 à 2013, le programme transversal de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme Récits de soi. Méditerranée, Afrique. Individus, communautés, circulations culturelles, xvie-xxie siècles a mobilisé cet outil de recherche réunissant historiens, anthropologues, sociologues et linguistes1. L’enjeu de ce programme était de questionner les processus subjectifs de représentation de soi comme moyen de comprendre les compétences de l’acteur à analyser le monde social, à s’y construire, à y produire des moyens d’action, peut-être aussi des moyens de résistance et de changement. Nous définissons en effet cette forme spécifique de la conscience de soi qu’est le récit comme une action socialement située par laquelle un individu rend compte de lui-même, justifie et actualise en permanence la cohérence et la légitimité de son existence pour lui-même et pour autrui. Cette définition, ancrée dans des traditions narratives aussi bien que philosophiques et sociologiques2, peut générer un objet-corpus, associé à une démarche contextualisante et historicisée, différent des corpus jusqu’ici constitués par le « retour à l’acteur » qui touche les sciences humaines et sociales, tels les « écrits du for privé »3, les egodocuments4 ou les Selbstzeugnisse5, dont les corpus font aujourd’hui l’objet d’inventaires complets dans de nombreux pays d’Europe6. Fondées sur des corpus prédéfinis dont les catégories elles-mêmes sont des éléments de problématique – for privé, écritures ordinaires… – ou sur des corpus potentiellement infinis rassemblant tout ce qui touche à la personne7, ces enquêtes renouvellent l’approche des sources du « je » et rejoignent l’étude des pratiques d’écriture elles-mêmes, associant dans des approches interdisciplinaires fécondes historiens, littéraires et anthropologues8... C’est désormais vers des « corpus-problème » que s’orientent aujourd’hui les enquêtes, en privilégiant l’action de rendre compte de soi, par nécessité existentielle ou sociale, sous des formes explicites ou latentes, rétrospectives ou continues, en quête d’un corpus produit par les contextes d’énonciation de soi et dont la recherche et l’interprétation ouvrent aussi un champ à part entière des sciences humaines et sociales.

3Pour éviter les pièges du culturalisme renvoyant la définition de l’individu à des paradigmes dominants (individualisme occidental vs holisme des sociétés africaines, par exemple), tout comme la tentation d’une théorie générale du sujet ou ses alternatives historicistes, le comparatisme des périodes (xvie-xxie siècles), des disciplines et des espaces (Europe, Méditerranée, Afrique) devaient permettre de mettre à l’épreuve l’existence de formes historiquement et socialement différenciées de la subjectivité.

4Parmi les multiples acquis de ce programme – qui a questionné le lien du récit de soi à l’expression de la souffrance, physique et sociale, ainsi qu’à la quête d’ancestralité – la définition du récit de soi comme acte performatif, lié à l’engagement et à l’action, constitue un point central.

  • 9 Pour François de Singly, « le sociologue compréhensif […] doit faire le recueil de ces consciences (...)

5La nature problématique du corpus mis en œuvre par le récit de soi, envisagé comme une « collection [d’actes] de conscience9 », interroge en effet la performativité – ou si l’on préfère, l’efficacité sociale – du récit de soi : s’il ne produit aucun changement social visible, n’est-il qu’un simple exutoire, essentiel pour comprendre l’économie psychique du sujet, mais sans effet sur les faits sociaux ? Quelle est, lorsqu’ils existent, la nature de ses effets ?

6L’hétérogénéité du corpus, ouvert aux narrations latentes, permet de distinguer la simple narration des faits qui composent une existence de l’engagement d’un individu dans une ligne de vie qui l’identifie à des choix et des valeurs. Dès lors, le récit de soi semble pouvoir se définir moins par la narration que par la notion de performativité, engendrant des actes qui dessinent une histoire. Le récit de soi a ici peut-être moins à voir avec la narration qu’avec la disposition à l’action, dans l’écriture d’une existence.

  • 10 Pierre Bourdieu, Le sens pratique. Paris, Éditions de Minuit, avec le concours de la Maison des Sci (...)
  • 11 Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2005.
  • 12 James Bohman, « Réflexivité, agentivité et contrainte », in Michel de Fornel et Albert Ogien, Bourd (...)

7Quel est le statut cognitif du savoir disposant ainsi à l’action : s’agit-il du « sens pratique » envisagé par Pierre Bourdieu, soit une compétence souvent peu réflexive, et finalement un non-récit de soi10 ? s’agit-il des procédures de réassignation développées par Judith Butler, pour qui la narration permet au sujet de se réapproprier des assignations auxquelles il demeure subordonné11 ? s’agit-il au contraire d’une véritable réflexivité pratique, fondée sur une continuité entre savoirs pratiques et savoirs théoriques sur la société, susceptible d’induire des analyses critiques, de générer des résistances, de produire des jugements de sens commun ? La multiplication d’études de cas différenciés a permis de proposer des pistes sur la manière et les conditions dans lesquelles les individus mobilisent « ces capacités qui constituent la réflexivité des acteurs12 ».

  • 13 Claude F. Poliak, « Manières profanes de “parler de soi” », Genèses, 47, juin 2002, p. 4-20.
  • 14 Danilo Martuccelli, Grégoire Lits, « Sociologie, Individus, Épreuves. Entretien avec Danilo Martucc (...)

8Les conditions d’émergence d’un récit réflexif, et de la mobilisation de ce récit comme un savoir permettant d’agir, conduisent à une typologie encore largement incomplète. Dans l’apprentissage d’une capacité d’action fondée sur une maîtrise du jeu social, qu’on retrouve dans la « sociologie spontanée13 » de nombreux récits de soi, le poids des espaces de socialisation paraît essentiel, à commencer par le poids de la culture familiale, ou encore des associations. Mais les individus mobilisent aussi leur compétence à analyser leur vie dans les moments de crise, impliquant l’ajustement des identités personnelles à ce que Danilo Martuccelli qualifie, à propos des épreuves d’individuation, de « défis historiques, socialement produits14 ».

  • 15 Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éd. de la MSH, 1997, (...)

9Dans cet ajustement au collectif, le récit de soi peut-il opérer une montée en généralité et participer de la construction d’un sens commun ? De tels processus supposent des régimes de vérité qui accordent un statut de connaissance légitime à l’expérience individuelle. Ils interagissent aussi avec le temps court de l’événement, défini comme rupture dans une intelligibilité commune : le récit de soi entre alors dans un processus général de reconfiguration des grilles de lecture du monde dans cet ajustement au collectif, visant à y restaurer la place nouvelle de chacun. L’ensemble de ces processus, enfin, est à replacer dans le contexte des espaces d’interaction – familles, sociabilités savantes, associations... – dans lesquels se créent des « opinions publiques autochtones15 » susceptibles de générer des identités collectives.

  • 16 S’agissant des pratiques d’écriture, on doit rappeler ici l’important constat méthodologique opéré (...)
  • 17 Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2007 [2005].
  • 18 Bernard Lahire, La raison des plus faibles, op. cit.
  • 19 Cité par Francine Bourdeleau, « L’écriture au féminin existe-t-elle ? », Lettres québécoises : la r (...)

10Dans ce cheminement, étudier les récits féminins, sans jamais perdre de vue les récits de soi des hommes, place la dimension relationnelle du genre au croisement des autres modalités de l’appartenance sociale : solidarités familiales, effets de générations, identités professionnelles, catégories socio-économiques, engagements politiques ou religieux16... Par le biais des récits féminins de soi, on peut comprendre comment les femmes se construisent comme individus entre assignations sociales et dispositifs d’émancipation, sur cette « scène d’interpellation » définie par Judith Butler, où le regard légitimant d’« un autre toujours déjà là » ne peut aisément être rejeté, sous peine de perdre toute identité17. Les récits féminins sont ici souvent – mais pas toujours – des témoins privilégiés de « la raison des plus faibles » analysée par Bernard Lahire18. Ils donnent ainsi à connaître les formes de résistance aux assignations quotidiennes : quelles formes de conscience de soi les récits permettent-ils de construire et de transmettre dans la dimension socialisée de leur énonciation ; quelles sont les assignations qui contraignent les femmes à se glisser dans des modes de représentations hétéronomes, et jusqu’où sont-elles vraiment « victimes » de ces assignations ; jusqu’où, inversement, pouvoir parler de soi participe-t-il d’un dispositif d’émancipation, d’une forme d’appropriation de soi et de potentialité critique du monde ? Existe-t-il, par ailleurs, un récit spécifiquement féminin ? La démarche comparative sur le temps long met ici à l’épreuve une aporie : celle qui oppose deux visions du monde : d’un côté des individus totalement singuliers – par-delà tout questionnement de genre ; de l’autre, une nature féminine « essentialisée ». La recherche souligne ainsi depuis longtemps le danger qu’il y a à naturaliser l’écriture féminine, « l’écriture au féminin », sans exclure pour autant l’évidence selon laquelle, comme le souligne l’écrivaine Paule Noyart sur son roman La danse d’Issam, « le fait d’être une femme influence ce que l’on écrit19 ».

11C’est alors aussi par ses enjeux sociaux et politiques que ce questionnement trouve sa place dans un espace méditerranéen qui n’a cessé de connaître de fortes divergences dans la définition relative de la femme en société : mineure, « complémentaire », ou « égale » devant les droits humains, ces alternatives statutaires apparentes sont en réalité négociées au quotidien, depuis cinq siècles, dans une infinité de manières de gérer les rapports de genre et des droits individuels parfois très éloignés des principes généraux. Tout récemment, les « printemps arabes » ont démontré l’actualité de ces enjeux complexes du féminisme, qui peuvent remettre en cause un ordre social dont les bases sont souvent, cependant, simultanément revendiquées.

12C’est dans ces espaces, scènes d’interpellation situées où naissent les récits de soi, que les femmes du présent numéro se construisent comme individus entre assignations sociales et dispositifs d’émancipation, par l’intermédiaire d’appropriations multiples.

13Le premier article (Isabelle Luciani) rappelle l’ampleur de l’essor actuel des recherches sur les écrits des femmes par le fait de ces questionnements historiographiques renouvelés. La considération des pratiques d’écriture au quotidien, appréhendées sous l’angle de la réévaluation de la réflexivité des acteurs, ouvre en effet un questionnement sur les récits féminins comme outils de savoir et de pouvoir. Il s’agit ici d’étudier les formes genrées de l’individuation en Méditerranée sous la description du récit de soi comme action située. À ce titre, l’objectif du chercheur est de parcourir concrètement le trajet de l’expression féminine, des formes assignées du genre au quotidien aux formes de résistance, propres à une action dans le monde, en passant par des modalités multiples d’appropriation. Trois critères d’analyse se dégagent ici de l’apport historiographique récent : l’assignation identitaire d’une écriture féminine prise dans un déficit ontologique tout en occupant des espaces intermédiaires ; les multiples appropriations ouvertes aux marges de résistance et d’invention ; l’espace de l’action propice à la construction d’un jugement autonome enraciné dans de multiples médiations ouvrant à la différence, donc à la comparaison dans le temps et l’espace.

  • 20 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, chapitre IX, « La dialectique du dehor (...)

14Sur la base d’une telle catégorisation historiographique, les articles suivants ouvrent de nouvelles fonctionnalités dans le champ du récit féminin de soi, produisant ainsi, par l’interrogation des formes d’expression spécifiquement féminines appréhendées en contexte, des effets de savoir ancrés dans des moments et des espaces. En premier lieu (Isabelle Lacoue Labarthe), une fonctionnalité nouvelle apparaît lorsque l’on interroge « la dialectique du dehors et du dedans20 », de l’ouvert et du fermé, qui induit un partage entre l’apparente clarté de l’espace domestique des femmes et le vide de leur espace extérieur. La reconstitution de l’espace intime bouscule les normes, s’associe à un plein de l’espace extérieur, par le biais du travail et de l’engagement. Certes, les femmes ressentent alors un sentiment d’éclatement, par la nécessité de jouer des rôles à la fois clivés et imbriqués. Isabelle Lacoue-Labarthe le montre bien à partir de témoignages diversifiés, ouvrant un espace de comparaison volontairement abrupt. Femmes juives pionnières de Palestine, femmes artistes, historiennes françaises construisent leur être double dans une longue durée éclatée soulignant des processus structurants. Être double, c’est désormais être multiple, ce qui engendre une gestion angoissée, voire harassante, du quotidien des femmes. Il en ressort, face à l’assignation identitaire masculine le plus souvent centrée sur l’activité professionnelle, une assignation féminine marquée du sceau de la pluralité, donc plus ouverte au bonheur, aux joies, aux plaisirs, même si elle va de pair avec de la marginalisation et un manque d’harmonie.

15Ces joies et ces risques de l’être double des femmes éclatent dans toute l’horreur de l’univers carcéral franquiste, où les femmes engagées voient partir en fumée leurs années de bonheur conjugal et maternel. Isabelle Renaudet montre bien comment le corps des femmes, mères et épouses déchirées et humiliées, mais aussi ultime lieu de menus plaisirs arrachés au quotidien, structure l’expérience de la prison, entre assignations et appropriations fortement liées à la conscience de genre. C’est ainsi au nom de toutes les militantes et en l’honneur de toutes les militantes, que Juana Doña rédige en 1967 Depuis la nuit et le brouillard (Desde la noche y la niebla), non pas en son nom propre, mais par une autobiographie distanciée, fictionnalisée, permettant, certes, de protéger les siens de la répression franquiste, mais aussi de témoigner pour toutes les autres femmes – ces « voix endormies » qui reçoivent un vif succès lors de la publication du roman de Dulce Chacón, publié en 2002, médiation littéraire ouvrant la voix peut-être à la publication des mots propres de Juana Doña, dont le témoignage n’est publié qu’en 2009.

16L’écriture n’est pas le seul lieu du récit de soi. Une forme de réflexivité conduisant à l’action imprègne aussi ces femmes dont l’engagement artistique bouleverse les rapports de genre, à l’instar de la danseuse syro-libanaise Badi‘a Masabni (Marie Elias) et d’artistes tunisiennes contemporaines (Laetitia Deloustal) dont les œuvres mais aussi la vie, au prisme de l’art, mobilisent assignations et inventions, dans un lien toujours tendu entre tradition et modernité. En tant qu’artiste pionnière à Beyrouth puis au Caire, Badi‘a Masabni, dans ses entretiens réunis pas une journaliste sous forme de Mémoires, considère qu’elle a pleinement vécu sa vie, mais là encore de manière clivée : au vide d’amour dans son espace intime, à son refus de se laisser enfermer dans un espace domestique violent et insatisfaisant, s’est associé le plein d’une vie de danseuse, de chanteuse, puis d’actrice s’exprimant par son corps. Son mode d’expression artistique procède alors de deux modalités, le mode ancien et un mode moderne en pleine émergence, qui ouvre de nouveaux espaces, la situant ainsi comme témoin des transformations de son époque. Femme libre, elle exprime sa liberté à l’aide de son corps.

17La relation entre tradition et modernité se retrouve dans l’étude, par Laetitia Deloustal, des créations féminines contemporaines en Tunisie, tout particulièrement chez les plasticiennes. L’historienne de l’art s’intéresse ici à l’identité féminine au cours de la période de la « Renaissance » arabe dans le domaine culturel et intellectuel, c’est-à-dire tout au long du xxe siècle. Dix descriptions de trajets balisés par des œuvres d’artistes, autant de rencontres singulières et précieuses entre la chercheure et les figures importantes du champ artistique tunisien aujourd’hui, retracent un vaste éventail de compositions de postures féminines saisies dans des situations diverses. Ainsi peintures et photographies rendent compte de formes d’expérimentation de soi et de l’autre féminins à travers les notions d’identité et d’héritage. L’autoportrait, qui situe l’artiste femme face à elle-même, y occupe une place singulière.

18Enfin, l’article de Liliane Nasser pose la question du récit de soi extériorisé par l’entretien chez des femmes auxquelles ni l’écriture ni l’art ne permettaient de s’exprimer, mais dont les épreuves, ici celles de la migration, engageaient nécessairement une forme latente de récit de soi. Approfondissant la question mémorielle, Liliane Nasser clôt l’ensemble de ce dossier par une étude de l’immigration libanaise à Marseille à l’aide d’entretiens avec une centaine de personnes, en lien à ses recherches antérieures dans les archives publiques et privées. Une fois précisée la portée et les limites d’une telle enquête orale, il s’agit là aussi de retracer des itinéraires spécifiques de femmes témoignant de leur vécu. Ainsi se différencient la narration des libanaises venues d’Afrique à Marseille au moment de la décolonisation de celle des femmes arrivées plus récemment dans le contexte de la guerre du Liban. Les dernières arrivées sont réticentes à parler d’elles-mêmes, du fait de leurs souffrances récentes. Le rôle de l’historienne consiste ici à faire advenir une parole qui prend du sens pour elle à condition qu’elle fasse sens pour celles qui l’énoncent. À ce titre, la chercheure contribue à inscrire cette parole dans la mémoire.

Haut de page

Notes

1 Sur les réalisations de ce programme de recherche, porté par Catherine Atlan, Kamel Chachoua, Randi Deguilhem, et Isabelle Luciani : http://www.mmsh.univ-aix.fr/program/Pages/archives/recit.aspx.

2 Sur les apports du récit de soi comme outil des sciences sociales, et sur son enracinement dans différentes traditions des lettres et sciences sociales, nous renvoyons au premier article du présent numéro.

3 Madeleine Foisil « L’écriture du for privé », in Histoire de la vie privée (dir. Philippe Ariès, Georges Duby), Seuil, tome III, 1986, p. 331-369.

4 Rudolf Dekker, éd., Egodocuments and History: Autobiographical Writing in its Social Context since the Middle Ages. Hilverum, Verloren, 2002.

5 Claudia Ulbrich, Hans Medick, Angelika Schaser, Tagung, Selbstzeugnis und Person. Transkulturelle Perspektiven, Berlin, Böhlau-Verlag GmbH, 2010.

6 Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul, François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé en Europe, (Moyen Age, époque moderne, époque contemporaine), Enquêtes, Analyses, Publications, Colloque international de Paris (6-7-8 décembre 2006), Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2010.

7 Sur cette nature problématique de la source, voir notamment Adelisa Malena, « Ego-documents or “Plural Composition” ? Reflections on Women’s Obedient Scriptures in the Early Modern Catholic World », Journal of Early Modern Studies, Firenze University Press, vol. 1, 2012 [en ligne].

8 Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éd. de la MSH, 1997 ; Bernard Lahire, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, PUL, 1993 ; Roger Chartier, Alfred Messerli, Scripta volant, verba manent. Schriftkulturen in. Europa zwischen 1500 und 1900 / Les cultures de l’écrit en Europe entre 1500 et 1900, Zurich, Schwabe, 2008.

9 Pour François de Singly, « le sociologue compréhensif […] doit faire le recueil de ces consciences de soi, et rendre compte ensuite des formes dans lesquelles l’individu parvient à dire “je” dans une musique qui peut paraître répétitive à ceux et à celles qui n’ont pas l’oreille individualisée » (François de Singly, « Opérationnaliser l’individu “individualisé” », in Philippe Corcuff, Christian Le Bart, François de Singly (dir.), L’individu aujourd’hui. Débats sociologiques et contrepoints philosophiques, PUR, 2010, p. 349-357, citation p. 354).

10 Pierre Bourdieu, Le sens pratique. Paris, Éditions de Minuit, avec le concours de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980.

11 Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2005.

12 James Bohman, « Réflexivité, agentivité et contrainte », in Michel de Fornel et Albert Ogien, Bourdieu. Théoricien de la pratique, Raisons pratiques, éd. de l’EHESS, 2011, p. 21-47, p. 23.

13 Claude F. Poliak, « Manières profanes de “parler de soi” », Genèses, 47, juin 2002, p. 4-20.

14 Danilo Martuccelli, Grégoire Lits, « Sociologie, Individus, Épreuves. Entretien avec Danilo Martuccelli », Émulations, 3 (5), 2009, p. 5.

15 Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éd. de la MSH, 1997, p. 9-10. Sur la notion d’« entre nous », voir Laurence Kaufmann, « Faire “être collectif” : de la constitution à la maintenance », in Raisons pratiques, 20, 2010, p. 331-372.

16 S’agissant des pratiques d’écriture, on doit rappeler ici l’important constat méthodologique opéré par Bernard Lahire (La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, PUL, 1993, p. 129) : hommes ou femmes, il est crucial de ne pas se fonder, pour expliquer les pratiques d’écriture d’un individu, sur les seules variables sociologiques externes (comme la profession des parents ou le niveau d’étude…). Bien au contraire, ce sont toujours les pratiques acquises dans de longues expériences de socialisation, souvent propres à chaque famille, qui se retrouvent dans les usages individuels.

17 Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2007 [2005].

18 Bernard Lahire, La raison des plus faibles, op. cit.

19 Cité par Francine Bourdeleau, « L’écriture au féminin existe-t-elle ? », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, 92, 1998, p. 14-18.

20 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, chapitre IX, « La dialectique du dehors et du dedans ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Luciani, « Récits de femmes en Méditerranée. Individu, savoir, récit de soi  », Rives méditerranéennes, 52 | 2016, 7-14.

Référence électronique

Isabelle Luciani, « Récits de femmes en Méditerranée. Individu, savoir, récit de soi  », Rives méditerranéennes [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4970 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4970

Haut de page

Auteur

Isabelle Luciani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search