Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Femmes et récits de soi. Un champ...

Femmes et récits de soi. Un champ méditerranéen entre assignations, appropriations et action (xvie-xxie siècle) ?

Isabelle Luciani
p. 15-33

Résumés

À partir d’un champ historiographique en plein essor, cet article souhaite questionner la manière dont il est possible d’analyser des pratiques d’écriture féminine dans une Méditerranée de la longue durée où l’hétérogène acquiert une valeur heuristique. Les récits de soi, des diverses possibilités de dire « je » qui s’emparent de la subordination féminine jusqu’à la déconstruction de catégories prétendues naturelles telles les appartenances à un sexe donné, à une société plus ou moins individualiste, à une aire culturelle étanche, sont autant de ressources permettant de décrire les formes genrées de l’individuation, de mesurer leur degré d’autonomie, de sonder leur capacité émancipatrice.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : pour relan (...)
  • 2 Silvia Bovenschen, « Is There a Feminine Aesthetic ? », New German Critique, 10, 1977, 111-137.
  • 3 Eleni Varikas, « Subjectivité et identité de genre. L’univers de l’éducation féminine dans la Grèce (...)
  • 4 Écriture féminine : réception, discours et représentation, Actes du colloque international organisé (...)
  • 5 Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012, p. 34-37.
  • 6 Vincent Descombes, « Individuation et individualisation », Revue européenne des sciences sociales, (...)
  • 7 Laurence Kaufmann, « Faire “être collectif” : de la constitution à la maintenance », in Raisons pra (...)

1De la Provence moderne au Maroc contemporain, de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales ont déploré le peu d’écrits que les femmes ont laissés sur elles-mêmes1. Un accès plus tardif à l’écriture et à l’éducation, une relégation dans la sphère domestique où le temps manque pour revenir vers soi, des normes morales qui n’encouragent guère les femmes à parler d’elles-mêmes : de nombreux éléments semblent concourir longtemps à maintenir les femmes dans le silence, ou du moins à ne pas « publier » leurs voix. Cependant, ces femmes s’emparent, dès qu’elles le peuvent, des instruments du récit de soi, par exemple des genres dits « pré-esthétiques2 » tels que les journaux ou la correspondance, ou des genres littéraires du « je », comme la poésie3. Les actes d’un colloque tenu à Oran en 2006 sur Écriture féminine : réception, discours et représentation4 commencent par le constat d’un essor des femmes sur la scène littéraire, associé à de multiples enjeux de visibilité et de transgression : le fait même d’écrire semble déranger l’ordre établi5. Ce dérangement conduit à analyser les conditions de possibilité et le pouvoir des récits féminins de soi, au croisement du processus d’individuation entendu comme la présence subjective de l’individu à lui-même6 et des processus d’identification à un ou des collectifs qui fondent socialement l’économie des régimes d’appartenance7.

  • 8 Cf. notamment Isabelle Lacoue-Labarthe, « L’écriture de soi au féminin, un refuge subversif », Tumu (...)
  • 9 Jean Déjeux, La Littérature féminine de langue française au Maghreb, Paris, Karthala, 1994, Monique (...)
  • 10 Francine Bourdeleau, « L’écriture au féminin existe-t-elle ? », Lettres québécoises : la revue de l (...)
  • 11 Isabelle Larrivée (dir.), Qu’est-ce qu’un auteur maghrébin ? Expressions maghrébines, revue de la C (...)

2Le questionnement historiographique peut s’appuyer ici sur un champ en plein essor8. En effet, l’écriture des femmes fait l’objet d’études approfondies depuis les années 1970, tant en Europe que pour la Méditerranée. La possibilité de dire « je » trouve une position centrale dans ces études, comme le montrent les travaux de Jean Déjeux ou de Monique Gadant pour la littérature maghrébine9. La remise en cause d’une naturalité de « l’écriture féminine » constitue également un enjeu fort de ces débats10. Il en va de même des catégories d’aires culturelles, réifiant a priori des écrivains singuliers dans des catégories pré-construites, comme le souligne la revue Expressions maghrébines dans son numéro Qu’est-ce qu’un auteur maghrébin11 ?

  • 12 Bernard Lahire, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures e (...)
  • 13 Marina Caffiero évoque notamment la diversification des corpus ainsi découverts, témoignant de la d (...)
  • 14 Zoubida Haddad, art. cit. ; Amina Benmansour, « Au Maroc » et Dalenda Largueche, « En Tunisie », Cl (...)

3Simultanément, l’intérêt pour les pratiques d’écriture au quotidien se développe en sciences humaines et sociales autour de la réévaluation des acteurs. Cette approche interdisciplinaire des écritures dites ordinaires doit beaucoup à l’anthropologie et a suscité une meilleure connaissance des usages féminins. En témoignent, tout particulièrement, les travaux de Bernard Lahire, Agnès Fine ou Florence Weber12. Ces dernières années, les études historiques progressent sur ce terrain. Écrire au quotidien, récent numéro de la revue Clio, a permis, sous la coordination d’Isabelle Lacoue-Labarthe et Sylvie Mouysset, de prendre acte des chantiers en construction au sud de l’Europe (Espagne, France, Italie, Suisse) et souligné l’intérêt de se pencher sur les sources manuscrites13. La construction des corpus méditerranéens, associée à une approche synthétique et comparée, reste cependant encore à faire, en lien avec le développement des études de genre en Europe et dans le monde arabe14.

4Sans ignorer les écarts socio-culturels inscrits dans la temporalité historique et les espaces de vie, est-il possible et pertinent de questionner les récits féminins comme outil de savoir sur les formes genrées de l’individuation en Méditerranée ? Quelles sont les assignations qui contraignent les femmes à se glisser dans des modes de représentations hétéronomes ? Jusqu’où pouvoir parler de soi participe-t-il d’un dispositif d’émancipation, d’une forme d’appropriation de soi et de potentialité critique du monde ? Quelles formes de conscience de soi la possibilité du récit permet-elle de construire et de transmettre dans des espaces aux héritages culturels, politiques et religieux enchevêtrés ?

Le récit de soi : un savoir réflexif de l’individu sur lui-même et le monde ?

  • 15 Cet outil a été l’objet de recherche privilégié, de 2010 à 2013, du programme transversal de la MMS (...)
  • 16 Simon Harel, Le récit de soi, Éditions XYZ, Montréal, 1997 ; Ruth Amossy, La présentation de soi : (...)
  • 17 François de Singly, « Opérationnaliser l’individu “individualisé” », in Philippe Corcuff, Christian (...)
  • 18 Sur le livre de comptes comme récit de soi, cf. par exemple Anna Iuso, « Dé-chiffrer l’intimité. Le (...)

5De plus en plus utilisé comme un outil heuristique des sciences humaines et sociales, le récit de soi, n’apparaît pas seulement comme la narration de ce qui nous arrive, mais aussi comme le produit d’une compétence réflexive de l’individu, conduit à se projeter au cœur du monde social15. Une telle définition suppose de considérer les multiples usages disciplinaires de cette notion, auprès de la psychanalyse, de la narratologie, des études littéraires et philosophiques (Simon Harel, Ruth Amossy, Philippe Lejeune, Judith Butler16), et particulièrement auprès des sociologues qui, comme François de Singly, en font le fondement d’une « méthodogie de l’individu ». Contrairement au « récit de vie » qui donne à voir une trame artificiellement linéaire fondée sur des processus sédimentés de socialisation, le récit de soi est « un portrait géographique » permettant de saisir « comment l’individu se construit ici et maintenant […] sous la forme de l’actualisation [de soi]17 ». Pour l’historien, une telle définition permet de dépasser les approches nécessaires mais restreintes des écrits personnels fondées sur des inventaires et des analyses de corpus définis a priori, pour privilégier une description du récit de soi comme une action socialement située par laquelle l’individu rend compte de lui-même, justifie et actualise en permanence la cohérence et la légitimité de son existence pour lui-même et pour autrui. Il s’ensuit des corpus hétérogènes, que la narration soit explicite à des degrés de réflexivité divers (autobiographie, pratiques artistiques, entretiens…) ou simplement « latente » (dans des manières d’être, des identités vestimentaires, ou encore des comptes domestiques18…).

  • 19 Irène Théry, Pascale Bonnemère (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éd. de l’EHESS, 2 (...)
  • 20 Bernard Lahire, op. cit.

6La médiation du genre permet ici d’analyser la part éminemment relationnelle de la construction narrative de soi au travers d’une structuration à la fois commune et extrêmement différenciée des sociétés humaines : la dimension sexuée de la vie sociale, dans ce qu’elle « fait aux personnes19 ». S’y joue la place de chacun dans un ordre politique et social qui organise la pluralité dans des liens d’égalité ou d’inégalité, administre des rapports de domination, légitime des droits fondamentaux ou personnels. Témoins privilégiés de « la raison des plus faibles20 », les récits féminins donnent à connaître les formes de résistance aux assignations de genre au quotidien.

Assignations

7S’interroger sur les récits féminins de soi impose de mesurer le poids des freins matériels et moraux qui pèsent sur l’expression de soi.

Une éducation subalterne inégale et normative

  • 21 Sur l’éducation des filles à l’époque moderne, voir notamment Linda Timmermans, L’accès des femmes (...)
  • 22 Éliane Viennot, « Ce que l’imprimerie changea pour les femmes », Revue de la BNF, 2011/3, n° 39, p. (...)
  • 23 Maria Papapetrou Miller, « Le Dialogue de Placide et Sévère de Madeleine et Catherine des Roches : (...)
  • 24 Eleni Varikas, « Subjectivité et identité de genre. L’univers de l’éducation féminine dans la Grèce (...)
  • 25 Christine Détrez, op. cit., p. 166.
  • 26 Ibid., p. 168-170.

8L’accès à la culture écrite, souvent secondaire par rapport à l’éducation des fils, rend les filles largement tributaires des choix familiaux et de l’implication des pères21. Les processus par lesquels les femmes entrent en écriture restent encore souvent mystérieux, comme le souligne Éliane Viennot questionnant une publication féminine précoce, dès le xvie siècle22. Le Dialogue de Placide et Sévère, qui paraît en 1583 à Poitiers dans les Secondes Œuvres des dames des Roches, met ainsi en scène deux pères d’opinion opposée, débattant au hasard d’une rue de l’opportunité d’introduire les filles à ces « ames sans cors » que sont les livres23. C’est également le cas dans la Grèce du xixe siècle étudiée par Eleni Varikas. Même si l’instruction est devenue obligatoire pour tous depuis 1834, la bourgeoisie n’envoie souvent ses filles à l’école, jusqu’au secondaire, que par ostentation sociale24. Il en va de même dans les entretiens de Christine Détrez avec des auteures marocaines, citant le plus souvent des pères admirés, presque tous lettrés, ayant porté leurs filles aux études25. Une « écriture en souffrance » naît cependant aussi, dans ces situations toutes singulières, d’assignations contradictoires : les espaces de socialisation s’enchevêtrent, des écoles françaises aux écoles coraniques, comme pour Bouchra, qui passe l’année dans une école française et les week-ends dans la zaouïa de son grand-père, où elle apprend des versets du Coran, ou encore Lamia, élevée par des parents modernes et une grand-mère traditionnelle26.

  • 27 Daniele Tossato-Rigo, « Charlotte, Angletine, Catherine… Le journal comme instrument de socialisati (...)

9L’écriture quotidienne, lorsqu’elle est encouragée par la famille, reste souvent le lieu d’une intériorisation des normes. Dans le journal, écriture normée qui s’affirme en xviiie siècle dans la Suisse romande (Danielle Tosato-Rigo), un peu plus tard en France (Philippe Lejeune, Marylin Himmesoëte), l’écriture est un « instrument de socialisation » dans lequel la jeune femme incorpore des normes relationnelles (visites, événements familiaux, chronique médicale des proches…) et des normes de valeurs (comportement, vêtement…) transmises aussi de femme à femme, comme lorsque la lausannoise Angletine Charrière de Sévery transmet son journal à sa nièce27.

Une incorporation des rôles sociaux associés à la sphère domestique

10Des positions sexuées dans la société génèrent des pratiques d’écriture associées à des espaces relationnels et à des rôles.

  • 28 Colette Cosnier, Le silence des filles. De l’aiguille à la plume, Paris, Fayard, 2001.
  • 29 Cf. Virginia Woolf, A Room of One’s Own, London, The Hogarth Press, 1929.
  • 30 Christine Détrez, op. cit., p. 30. De même, les travaux d’Isabelle Lacoue-Labarthe sur les égo-hist (...)

11Le confinement dans l’espace domestique restreint ainsi les possibilités du retour sur soi. Analysant ce « silence des filles », Colette Cosnier a bien montré comment cette partition des rôles, au tournant du xixe et du xxe siècle, contraint les femmes à s’approprier d’abord les marges d’écritures qui leur sont assignées, tels que les journaux intimes ou les cahiers d’écolières28. Ce confinement sous-tend l’interdiction, portée par ces instances morales que sont notamment la famille, l’église et l’école, du dévoilement de soi dans la sphère publique. L’épouse doit se consacrer à son foyer et les empêchements matériels, tels que le manque de temps et d’un lieu à soi29 s’enchevêtrent avec ces considérations morales. Aujourd’hui encore, l’écriture apparaît souvent comme un temps volé à la famille. C’est le cas d’écrivaines marocaines qui confirment, dans leurs entretiens avec Christine Détrez, qu’elles écrivent dans les interstices de la vie familiale et, matériellement, dans des lieux qui en sont l’extension, telle la cuisine30.

  • 31 Bernard Lahire, op. cit., p. 153.
  • 32 Ibid., p. 153-158. Si les livres de raison de l’époque moderne sont avant tout masculins, en lien a (...)
  • 33 Richard Hoggart, 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires an (...)

12Dans ce temps restreint, l’écriture répond d’abord à des fonctions sociales et à des genres précis. Les travaux de Bernard Lahire ont ainsi souligné, pour la France contemporaine, une « division sexuelle du travail d’écriture (et de lecture) domestique » qui peut placer les femmes en situation de service auprès des leurs31. Hors de ce qui est à l’interface du privé et du public (feuilles d’impôts, démarches administratives, entretien de la voiture, itinéraires de voyages…), plus souvent tenu par les hommes, ce sont les femmes qui écrivent le plus : listes de courses, échanges familiaux, livres de comptes, carnets d’adresses, recettes de cuisine32... L’activité domestique fait aussi des femmes les dépositaires de domaines spécifiques, telle la mémoire familiale, où elles opèrent en véritables « historiennes de la famille33 ».

  • 34 Agnès Fine, « Écritures féminines et rites de passage », Communications, 70, 2000, p. 121‑142, cita (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Bernard Lahire, op. cit., p. 167.

13Ces écritures conduisent aussi à intérioriser des rôles sexués et générationnels. Chaque pratique, explique Agnès Fine, « exclut la précédente, comme si elles devaient exprimer des temps féminins antagoniques marqués par quelques passages essentiels, définissant chacun les différentes étapes de la construction de l’identité sexuelle féminine34 ». Au journal intime, qui s’impose en France dans la deuxième moitié du xixe siècle et gagne peu à peu, au xxe siècle, tous les milieux sociaux depuis la noblesse et la bourgeoisie, succèdent le « temps des cahiers », cahiers de textes détournés en cahiers d’amitiés et autres supports collectifs, et la « correspondance avec l’inconnu » (célébrités de la télévision ou du cinéma, par exemple). Ce sont des écritures de l’attente, auxquelles succède encore l’écriture amoureuse, axant l’identité féminine adulte vers la valorisation de la relation amoureuse, puis conjugale et maternelle (faire-part, livres de naissance…)35. De telles pratiques font incorporer jusque dans la graphie des valeurs supposées naturelles chez les femmes, telle l’importance de la « jolie écriture » et de la maîtrise de soi dans des textes sensés exprimer des dispositions féminines, socialement acquises et valorisées36.

Écritures et paroles des femmes : l’imaginaire d’un déficit ontologique ?

  • 37 Ibid., p. 162.

14Simultanément, le confinement dans la sphère domestique dévalorise les pratiques d’écriture qui y sont associées. L’écrit ordinaire, précieux lorsque l’écriture était encore peu maîtrisée et surtout par les hommes, devient la « paperasse » dont s’occupent les femmes37.

  • 38 Anna Iuso, « “Ma vie est un ouvrage à l’aiguille”. Écrire, coudre et broder au xixe siècle », Clio. (...)
  • 39 Anna Iuso, art. cit., p. 100.
  • 40 Michèle Biraud, Evrard Delbey, « Philomèle : Du mythe aitiologique au début du mythe littéraire », (...)
  • 41 Ibid., p. 8.
  • 42 La Fontaine fait de Philomèle une hirondelle, comme cela arrive depuis les versions latines du myth (...)

15De manière plus profonde, ce confinement relaie l’imaginaire d’une parole inégale à celle de l’homme. Ainsi, dans une interrogation anthropologique du lien ambigu entre la culture féminine de l’aiguille ou du tissage et la culture masculine de la plume, Anna Iuso s’est penchée sur le mythe de Philomèle, rendu célèbre par Eschyle et par les Métamorphoses d’Ovide notamment38. Véritablement fondateur du statut subordonné, voire empêché, de la femme face à l’écriture et au récit de soi, ce mythe conte l’histoire de Philomèle, fille du roi Pandion d’Attique. Le roi de Thrace Térée, époux de sa sœur Procné, abuse d’elle puis l’enferme au milieu des esclaves, lui ayant coupé la langue pour la faire taire. Philomèle conte alors son malheur dans une tapisserie qu’elle tisse pour sa sœur, laquelle, folle de rage, tue son fils et le donne à manger à Térée. Lorsque Térée souhaite à son tour se venger, les dieux interviennent et transforment les protagonistes de l’histoire en oiseaux : Philomèle en hirondelle, Procné en rossignol, Térée en huppe. Ce mythe exprime doublement le rapport ambigu des femmes à l’expression de soi. Tout d’abord, comme le rappelle Anna Iuso à la suite de l’ethnolinguiste Glauco Sanga, l’invention de l’écriture revient à une femme qui brode son récit sur le tissu. Toutefois, le lien « matriciel » de la femme à l’écriture est aussi « symboliquement affirmé » qu’il est « socialement dénié » par les dangers qu’il représente, ici l’effondrement de la société, en prise à un infanticide contre-nature39. Dans leur analyse du mythe, Michèle Biraud et Evrard Delbey constatent également que l’intervention des dieux explicite l’ambiguïté de la parole publique réglementée des femmes40. Le choix des oiseaux conduit en effet « à une modélisation des rapports entre homme et femmes dans la distribution sociale de la parole41 » : le chef de famille est transformé en huppe, dont le chant est articulé ; l’épouse s’exprime aussi, mais le rossignol qu’elle est devenue se réduit au chant et à la déploration ; la femme célibataire, enfin, est socialement privée de la parole, car les dieux transforment Philomèle en hirondelle, connue pour pousser un cri inarticulé proche du bégaiement ou encore, chez Eschyle, proche de la parole incompréhensible de l’étranger42.

  • 43 Tassadit Yacine, « Femmes et espace poétique dans le monde berbère », Clio. Histoire, femmes et soc (...)
  • 44 Ibid. mis en ligne le 22 mai 2006, consulté le 03 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/287 ; (...)
  • 45 Ibid., p. 2.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid., p. 3.

16On retrouve cette partition ambiguë de la communication dans l’espace kabyle décrit par Tassadit Yacine43. Entre l’espace public des hommes et l’espace clos des femmes, des espaces intermédiaires – cour intérieure (afrag), fontaines, champs… – s’organisent dans lesquels la poésie féminine participe de la régulation sociale. Lors des fêtes, ces espaces sont souvent mixtes mais socialement organisés, par exemple en tirant une couverture dans l’afrag entre hommes et femmes. L’absence de face-à-face neutralise une parole qui ne subvertit pas l’ordre social44. Par ailleurs, toute une mythologie de la femme déchue ayant trahi dieu après avoir été la mère du monde fait de son corps un corps interchangeable : « [c]orps anonyme, les femmes ne parlent pas, elles sont parlées », et incapables de créer45. Les poétesses kabyles doivent exprimer les valeurs d’une communauté « sans y “apporter” la moindre touche personnelle, la moindre création46 ». Si cette littérature orale dénonce parfois les dysfonctionnements de la société, c’est pour préserver l’ordre du monde47.

  • 48 Cf. notamment Isabelle Poutrin, Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l’Es (...)
  • 49 Jean Déjeux, op. cit. ; Monique Gadant, op. cit.
  • 50 Manuela Marin, « Biography and autobiography », dans Randi Deguilhem (dir.), Individu et Société da (...)

17Le poids des facteurs religieux est ici à la fois essentiel et parfois contradictoire, entre les interdits pesant sur la représentation de soi et les assignations d’écriture visant à se former ou témoigner de sa foi, par exemple dans le contexte des réformes protestantes et tridentines48. Il est indispensable toutefois de mesurer le poids de ces facteurs dans des rapports plus généraux au récit de soi. Ainsi pour de nombreux spécialistes de la littérature du Maghreb, c’est la forme même de l’autobiographie qui reste inenvisageable jusqu’à une date assez récente49. Pour autant, le « je » se dit malgré tout, chez les hommes comme les femmes, par exemple dans la poésie orale et dans les chansons que les femmes esclaves des palais abbassides maîtrisent, dès les débuts de la culture musulmane50.

Appropriations

18Malgré ces assignations identitaires qui préexistent à tout discours sur soi, existe-t-il des marges possibles de résistance, d’appropriations, d’invention de son identité ?

Aux marges des discours autorisés : espaces de liberté et d’invention ?

  • 51 Marylin Himmesoëte, art. cit., p. 311.
  • 52 Colette Cosnier, Marie Bashkirtseff. Un portrait sans retouches, Paris, Pierre Horay, 1985.

19Dans les marges autorisées, comme celles des journaux personnels, se trouvent aisément frustrations et rébellions, des « empreintes non verbales51 » aux épanchements qui causèrent la censure des familles et des éditeurs, comme dans le cas de Marie Bashkirtseff52. L’audace et le goût d’écrire peuvent alors s’affirmer par des textes hybrides, à partir de genres scripturaires ou de fonctions sociales autorisées.

  • 53 Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, ms. 827. Sur l’écriture généalogique, cf. Germain Butaud, Va (...)
  • 54 Colette H. Winn, « La mise en scène de la parole et ses implications pour la mémoire familiale dans (...)
  • 55 Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, ms. 827, fol. 25-25 v.

20Dans les années 1630, Jeanne du Laurens, fille du médecin arlésien Louis du Laurens, insère de longs fragments autobiographiques dans un texte manuscrit intitulé Genealogie de Messieurs du Laurens descrite par moy Jeanne du Laurens veufve a Monsieur Gleyse et couchee vrayement en ces termes53. Elle y ressuscite des scènes familiales jusque dans l’introduction de paroles rapportées en style direct (« mon père qui estoit là avec humilité lui disant… »)54. Dans cette écriture, c’est sa propre mémoire et sa leçon de vie qu’elle s’autorise à immortaliser, son récit n’étant pas autre chose que l’enregistrement, sur le papier, d’un récit oral dont elle avoue elle-même abreuver son entourage : « Quand je parle aux quelques sortes de gens qu’il y a, et leur raconte le discours cy escrit, me disent, c’estoit un temps bien autre et meilleur que du present, mais je repons que tout temps son bon (sic), pour mieux vivre bien et vertueusement55 ». Dans ce texte tardif – Jeanne est née en 1563 –, situé entre l’écriture normée d’une généalogie et l’appropriation autobiographique, se retrouve le complexe héritage d’une éducation soignée, voulue par un père humaniste également convaincu, cependant, de la destinée simplement conjugale des femmes.

  • 56 Soumya Ammar Khodja, « Écritures d’urgence de femmes algériennes », Clio. Femmes du Maghreb, 9/1999 (...)
  • 57 Ces auteures sont notamment Naila Imaksen, Assima Fériel, Fatiah, Nina Hayat… Naila Imaksen, ne sac (...)

21Le devoir féminin de mémoire, évoqué plus haut pour la sphère domestique, peut faire advenir de nouvelles écritures, dans des contextes où le besoin de dire devient irrépressible. En Algérie, Soumya Ammar Khodja note le fleurissement, depuis 1994, des témoignages féminins en état d’urgence, exprimant tels des cris la chronique d’une violence insupportable56. Mémoriels, ces textes sont souvent un hommage aux disparus retenant leurs noms, la date de leur décès, les circonstances de leur mort. Ces femmes commencent ensuite à publier des romans, forme d’expression privilégiée des hommes57.

  • 58 Les travaux de Pascale Barthélémy ont montré, dans le cas sénégalais, l’importance des écritures sc (...)

22Marges d’appropriation, autonomisation de l’écriture et processus d’invention existent donc, mais par quelles médiations passent de tels processus58 ?

Des médiations conjoncturelles : le changement des configurations normatives

23À quel moment un récit personnel, potentiellement critique, peut-il s’insinuer dans une configuration discursive autorisée, en transformer le sens tant pour celui qui l’énonce que pour celui qui le reçoit ?

  • 59 Élianne Viennot, art. cit. L’immense bibliographie relative à la présence des femmes dans les cercl (...)
  • 60 E. Varikas, art. cit., en particulier p. 34. sqtes.
  • 61 Sur les effets ambigus de l’alphabétisation, cf. Aissatou Mbodj, « Le genre du privé. Pratiques d’é (...)

24L’alphabétisation, mais plus encore l’accès aux productions et aux sociabilités lettrées peuvent précéder la création personnelle. C’est le cas à l’époque moderne, avec l’ouverture aux femmes lettrées de sociabilités humanistes et de salons59. Dans la Grèce du xixe siècle également, Eleni Varikas montre qu’au-delà d’une alphabétisation croissante, c’est surtout le contact avec les sociétés lettrées, baignées d’une idéologie de la libération nationale associant l’instruction à son rôle libérateur, qui conduit à enclencher aspiration politique et réflexivité. Ainsi, un nombre croissant de femmes figurent parmi les abonnés soutenant la publication des livres ou parmi le public des conférences qu’organisent les sociétés culturelles de la diaspora grecque de l’empire ottoman. Cette ouverture, liée notamment au besoin d’attirer les donations des riches épouses de commerçants ou de riches héritières, permet la participation des femmes aux manifestations culturelles, l’échange à parité avec les hommes, le goût de la lecture romanesque, et conduit à l’expression littéraire, par la poésie notamment, de la douleur d’une exclusion persistante hors du champ politique60. Dans un tout autre contexte, l’existence d’un lien direct entre alphabétisation et autonomie discursive est d’ailleurs remise en cause aujourd’hui par les analyses de l’empowerment féminin en Afrique61.

  • 62 Sarah Elfassy-Bitoun, « Féminisme et résistances ambiguës dans les montagnes marocaines : étude d’u (...)

25L’irruption de nouveaux publics peut également conduire à la prise de parole. Sarah Elfassy-Bitoun, analysant une fête traditionnelle du Haut Atlas, montre bien comment la présence nouvelle d’associations et de journalistes conduit quelques femmes à s’approprier des formes rituelles de l’expression de soi62. En 2010, les habitants du petit village des Sources renouvellent la fête d’Amawa, fête de trois jours précédant les moissons, abandonnée depuis plus de 15 ans. Journalistes étrangers, anthropologues, associations régionales sont conviés à assister aux chants, danses, poésies et autres performances orales dont les femmes sont en partie exclues, alors même qu’un spectacle de femmes et d’enfants, organisé en 2009 à l’école du village sans présence d’aucun homme, est à l’origine de la fête de 2010. Ainsi, les femmes qui en 1960 étaient au centre du cercle de danse doivent se tenir, en 2010, à 50 m de la place où dansent les hommes et les jeunes filles ; elles doivent également raconter leurs histoires dans une maison, tandis que les hommes content à ciel ouvert sur la place du village. Mais trois femmes, de trois générations différentes, choisissent la transgression : Halima, trentenaire sans enfant séparée de sa belle-famille, s’empare d’un tambour et en joue en public ; Lalla Fadma, vieille poétesse, raconte dans un cercle comment, jeune mariée, elle dansa publiquement une chorégraphie réservée aux hommes ; Malika, jeune femme célibataire, s’introduit dans une chorégraphie guerrière. Ces transgressions réinvestissent des espaces traditionnels du pouvoir féminin. Peut-on pour autant parler de résistance en termes de genre et de rapports sociaux ? L’analyse de Sarah Elfassy-Bitoun montre l’ambiguïté de l’appropriation : incarné dans un temps ritualisé et porté par des états de femmes en situation de marginalité – sans homme, sans enfants –, ce discours subversif est également désamorcé, entre résistance et exutoire.

  • 63 Tassadit Yacine, art. cit., p. 111.
  • 64 Ibid., p. 114-115.
  • 65 Zineb Laouedj, « Poétesses d’expression arabe », Clio, Femmes du Maghreb, 9, 1999, p. 121-139.

26Au contact de sociétés différentes, lors de migrations notamment, les récits traditionnels font également l’objet de nouvelles appropriations. Tassadit Yacine montre comment, depuis les années 1960, les chanteuses kabyles affirment leur individualité. Sous leur seul prénom, souvent d’emprunt, sans lien avec leur généalogie, elles produisent un « chant individuel » qui est « souvent l’expression d’une révolte contre la société » au terme d’un parcours difficile63. C’est le cas de Nouara Bali, née en 1939 dans la région de Bedjaïa, orpheline jeune, engagée à douze ans par ses tantes paternelles dans le jeu des mariages et des divorces, suivant en France ses différents maris. Elle y acquiert de nouveaux modes d’expression, apprend à transcrire ses poèmes, et raconte les moments fondateurs de sa vie (mort de sa mère, reniement de son père, absence d’enfants, mariages de contrainte, émigration)64… À partir des années 1980, peut émerger une nouvelle génération de poétesses qui n’ont désormais plus de complexe à écrire en langue arabe, ni à traduire65.

Le besoin de se dire : souffrance et justification à la racine du récit de soi ?

  • 66 Theodor W. Adorno, Dialectique négative, Paris, Payot, 1992, p. 22, cité par Estelle Ferrarese, « L (...)
  • 67 Ainsi, pour Judith Butler, « l’action du sujet semble être un effet de sa subordination. Tout effor (...)
  • 68 Danilo Martuccelli, définissant la valeur heuristique d’une sociologie des épreuves, rappelle que c (...)
  • 69 E. Varikas, art. cit., cf. supra.
  • 70 Ibid., p. 41-42.
  • 71 Ibid.

27La possibilité de se dire, néanmoins, n’explique pas le moment du basculement vers le récit. Pourquoi des situations collectivement acceptées deviennent-elles soudain insupportables, au point que des individus cherchent à restaurer dans le récit de soi un horizon d’intelligibilité du monde vécu ? Le poids de la souffrance comme « objectivité qui pèse sur le sujet66 », permet de comprendre la nécessité du re-saisissement de soi par le récit qui, s’il ne libère pas le sujet de ses assignations, le conduit néanmoins à en prendre pleinement conscience67. Les « épreuves d’individuation » (déracinements, exils, migrations, guerres civiles, conflits religieux et conversions, marginalisation socio-économique…) permettent notamment de comprendre la manière dont l’individu, confronté à la quête de reconnaissance, à la souffrance et au besoin de justification, témoigne, dans le récit de soi, de l’appropriation subjective d’une situation socialement située, par-delà l’aporie qui oppose déterminisme social et réflexivité radicale de l’acteur68. Dans la Grèce du xixe siècle, c’est une injustice insupportable qui pousse au récit de soi des femmes cultivées, insérées dans la vie littéraire de leur temps, mais toujours exclues de l’espace politique et n’en souffrant que plus de n’y pouvoir directement intervenir69. C’est de cette douleur que naît le témoignage, première forme de leur expression littéraire. L’autobiographie féminine fleurit, pour Eleni Varikas, comme une « écriture de la souffrance » née du « malaise éprouvé par ces femmes devant l’espace restreint qui leur était assigné dans la réalité70 ». La poésie de Fotini Palamas compare alors son sort à celui du forçat au bagne ou de l’oiseau en cage, à l’image de la poésie et de la littérature féminines du temps, brodant la métaphore de l’esclavage71.

Action

28Le récit féminin de soi – comme tout récit de soi – participe donc de l’économie psychique du sujet. Mais au-delà d’un mode de conscience de soi et du monde, ces récits ont-ils du pouvoir ?

Les récits ont-ils du pouvoir ?

  • 72 Tassadit Yacine, art. cit., p. 120.
  • 73 Christine Détrez, op. cit., p. 16.

29Les récits changent-ils vraiment la vie des femmes qui les produisent ? Que doit-on penser de textes personnels qui ne seront jamais beaucoup lus, de poétesses inconnues au-delà de leur village, de femmes qui continuent à respecter les formes traditionnelles de leur existence ? Tassadit Yacine remarque que les chanteuses kabyles déplorent leur condition de femmes sans pour autant revendiquer le bouleversement de l’ordre existant. Portant aussi les valeurs de la masculinité, elles ont « conformément à la tradition, […] essayé de respecter cette vision du monde72 ». De même, Christine Détrez note que les écrivaines qui encourent les foudres de leurs époux et de leur famille « affirment la suprématie de leur identité de mère et d’épouse, et […], chaque soir, continuent à préparer les repas73 ».

  • 74 Ibid., p. 17. L’importance des conditions d’énonciation spécifiques qui ôtent au discours sa dimens (...)
  • 75 Natacha Bordeaud-Garciandia, Dans les failles de la domination, Paris, PUF, 2009, citée par Christi (...)

30Elle constate néanmoins, aussi, l’importance des changements invisibles. Écrire est une « résistance en actes », que l’inscription dans des normes de conduite acceptées, à l’instar des « textes cachés » analysés par James C. Scott pour les Subaltern Studies, permet cependant d’énoncer74. Simultanément, cette résistance suppose, derrière le questionnement abstrait de la construction de soi, le cheminement singulier d’une « faille de la domination75 ». C’est le cheminement de cette faille, la manière dont elle peut se construire en conscience critique, se transmettre, nourrir une force sociale, que les terrains concrets permettent d’explorer.

Réflexivité critique : construction d’une conscience de genre ?

  • 76 Claude F. Poliak, « Manières profanes de “parler de soi” », Genèse, 47, juin 2002, p. 4-20.
  • 77 E. Varikas, art. cit., p. 35.
  • 78 Ibid., p. 44
  • 79 E. Moutzan Martinengou, Autobiographie, p. (59/60), cité par E. Varikas, art. cit., p. 36.
  • 80 Nicole Cadène, « L’invention du genre dans le journal de Marie-Edmée… », in Isabelle Luciani, Valér (...)

31Il convient donc de mesurer la réflexivité critique de ces récits. « Sociologie spontanée76 », le récit de soi permet-il la mise en œuvre d’une autonomie du jugement à l’intérieur du champ social ? Espace de liberté et d’imaginaire, l’écriture, comme la lecture, permettent de penser des alternatives au monde existant. « Citoyennes du pays des romans77 », les femmes grecques étudiées par Eleni Varikas commencent à construire leur autonomie par l’écriture : « la formulation écrite de ce je féminin, trempée dans l’aigreur que nourrit la position subalterne de l’“être femelle” est la première manifestation de la quête d’une identité autonome par les femmes78 ». Ainsi, dans l’autobiographie qu’elle rédige en 1831, Elisavet Moutzan-Martinengou témoigne de sa douloureuse frustration à la nouvelle du soulèvement national dans le continent : « J’ai senti mon sang chauffer, j’ai voulu du fond de mon cœur courir à l’aide des hommes qui ne luttaient […] que pour cette liberté précieuse […] mais en regardant les murs de la maison où l’on me tenait enfermée, regardant les longues robes de l’esclavage féminin, je me rappelai que j’étais femme et je soupirai79 ». C’est sur le même ton qu’en Lorraine, en 1863, la jeune artiste Marie-Edmée Pau s’enflamme et se consume lors du soulèvement de la Pologne contre la Russie, écrivant dans son journal, le 16 novembre : « Ah ! si j’étais un homme, aujourd’hui quel bonheur ! / Mes dix-huit ans seraient accueillis en vengeurs / De la plus sainte et juste cause80 ! ».

  • 81 Ibid., p. 243.
  • 82 Ibid., p. 234.
  • 83 Ibid.

32L’écriture, sous sa plume, n’est pas juste une déploration : elle construit une « poétique du genre » qui fait advenir dans l’univers textuel des possibles un brouillage des signes sexués de l’identité81. Il peut s’agir de procédés graphiques, tels le mouvement signifiant des lettres manuscrites, dont la calligraphie finit par confondre les sexes : ainsi, « le jambage des lettres s’étire vers le bas ; celui du “h” s’affaisse puis s’enroule en une boucle presque analogue à celle du “f” ; le “e” et le “o” finissent par se confondre. “homme” et “femme” sont ainsi calligraphiés presque de la même manière, comme pour abolir la différence entre les sexes82 ». L’orthographe également affirme une discordance des catégories sexuées, comme dans l’accord fautif du questionnement sur soi, « quel est donc ma catégorie ? », ou plus loin, dans l’expression d’un désir homosexuel : « elle a pris mon cœur non pas en amie […] mais d’une autre manière qui me fait dire sans crainte parce que je ne suis pas un homme : je suis amoureux […] d’elle plus que n’importe qui » (31 janvier 1864)83.

  • 84 Christine Détrez, op. cit., p. 207-208.

33Le récit féminin ne saurait, il est vrai, s’identifier à la seule conscience de genre. Christine Détrez souligne ainsi, chez les écrivaines maghrébines, le rejet d’un féminisme à l’occidentale, associé au souci de se revendiquer d’un humanisme défendant contre l’injustice des droits féminins mais aussi masculins84. Le questionnement pose alors la part du rapport de genre dans des engagements universels.

De la réflexivité à l’action sur le monde : tout un programme ?

  • 85 Claude F. Poliak, art. cit.

34Analyser le pouvoir du récit suppose de reconstruire des trajectoires singulières, d’ancrer les dispositions à « parler de soi » dans une sociologie de ces récits, d’en mesurer les effets sur la société où ces récits sont énoncés85.

  • 86 Christine Détrez, op. cit., p. 34 sqtes.
  • 87 Marie-Claire Hoock-Demarle, L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace (...)
  • 88 Eleni Varikas, art. cit., notamment p. 29 et p. 45-46.
  • 89 Ibid., p. 30-31.

35Le fait même d’écrire, s’il dérange l’ordre établi, participe d’un acte transformant le monde. Les écrivaines questionnées par Christine Détrez rencontrent ainsi une opposition qui traduit la réalité de leur résistance : tel mari brûle les écrits de sa femme tout en l’encourageant à d’autres passe-temps tels l’art du bouquet ; tel autre humilie son épouse par des paroles très dures86. Ces résistances prennent corps et se visibilisent dans leur transmission, d’une génération à une autre comme par les espaces de sociabilités, tels que les réseaux d’épistolières87. La réflexion d’Eleni Varikas, par exemple, permet de dépasser la critique des notions abstraites de conscience et de sujet en décrivant les processus par lesquels le sentiment d’injustice face à la condition féminine, objectivé dans des critiques et des aspirations communes, elles-mêmes médiatisées, au-delà des seules autobiographies, dans des supports collectifs tels que les réseaux de correspondances et les premières revues féminines – le Journal des Dames paraît en 1887 – conduit à la conscience individuelle, collectivement partagée, de l’appartenance à une catégorie aussi bien biologique que sociale88. Se dessine alors un processus historique par lequel les femmes ont pu « réélaborer les données objectives de leur existence » et « contester la signification sociale qui était accordée à celle-ci89 ».

  • 90 Bernard Berdou d’Aas, Jeanne d’Albret. Chronique (1528-1572), Anglet, Atlantica, 2002 ; Susan Broom (...)
  • 91 Sur cette « réflexivité radicale », supposant la conscience et le questionnement de soi, cf. notamm (...)
  • 92 Anne Montenach, « Les femmes dans le commerce lyonnais au xviie siècle : ressources et stratégies d (...)
  • 93 Claire Chatelain, « Le mari violent et la femme insoumise. Entre conflit d'intérêt et théâtralité d (...)
  • 94 Sandra Houot, « Éthique du corps et enjeux contemporains du sacré dans la réflexion du cheikh Sa‘îd (...)

36Il convient ici d’évaluer la diversité des engagements qui prolongent ces résistances par le récit, sans oublier que ces engagements sociaux, politiques ou religieux, même lorsqu’ils ne sont pas portés par une aspiration de genre, supposent des femmes conscientes de leur capacité et de leur légitimité à agir dans l’espace public, à l’instar, au xvie siècle, des mémoires, poésies et épîtres d’une Jeanne d’Albret ou d’une Charlotte de Minut90. Mais c’est aussi au quotidien dans la nécessité de se dire et de négocier les rapports sociaux – dont les rapports de genre – que les femmes construisent en lien avec les autres un récit de soi aux vertus réflexives, quand bien même cette réflexivité pratique n’a rien de « radicale91 ». Les scènes judiciaires font ici l’objet d’enquêtes privilégiées, permettant de saisir les compétences et la réflexivité des individus face à leurs droits. C’est le cas dans les suppliques adressées au consulat de Lyon par les revendeuse de fromages du xvie siècle, qui placent l’historien devant « des expériences individuelles » et non des groupes sociaux ou corporatifs prédéfinis92 ; c’est le cas des factums judiciaires rédigés au xviie siècle pour les séparations de corps que sollicitent – même sans en être directement les rédactrices – des femmes mal mariées93 ; c’est encore le cas des consultations juridiques à caractère personnel (fatâwâ) de femmes – et d'hommes – de l'Islam contemporain, tel ce récit d'une solliciteuse transsexuée auprès du muftî syrien al-Bûtî, construisant dans la narration de soi depuis l’enfance une forte identité de genre, validée par son interlocuteur94.

37Les analyses micro-historiques et micro-sociologiques s’imposent ici pour comprendre le fonctionnement de ces récits, la manière dont ils transforment locuteur et interlocuteur, dont ils peuvent créer du collectif.

Conclusions provisoires. Genre, temporalités, espaces : les apports attendus du comparatisme ?

38Dans ce passage de l’individuel au collectif, de l’expression singulière de soi à l’interprétation et au changement des configurations sociales, la double médiation du genre et du comparatisme méditerranéen peut s’avérer particulièrement intéressante.

  • 95 Cf. Isabelle Larrivée (coord.), Qu’est-ce qu’un auteur maghrébin ?, op. cit.
  • 96 Aicha Barkaoui et Leila Bouasria, « Les paradoxes de l’indigène. La voix d’une femme est une Révolu (...)

39L’approche transculturelle dans la longue durée crée les conditions d’une enquête qui, sans ignorer les contextes socio-historiques qui pèsent sur la définition de l’individu (Rinascimento, empirisme des Lumières, Nahda et Tanzimat…), permet de comprendre la diversité des manières, toujours contextualisées, par lesquelles un individu exprime sa présence consciente au monde et aux autres. Elle conduit à mettre en cause les paradigmes dominants (« fictions historiographiques » de la naissance de l’individu ; opposition schématique entre individualisme occidental et holisme arabo-musulman...) comme les réifications trompeuses que sous-tendent les catégories d’aires culturelles95. Les réflexions qui s’opèrent aujourd’hui, dans le monde arabe, sur un « féminisme indigène », permettent d’interroger le caractère universel de catégories de l’individu, sans céder à une opposition simpliste entre nord et sud. Aicha Barkaoui et Leila Bouasria définissent ainsi « des » féminismes, sans exclure par ailleurs le recours à l’universel, dans une dialectique entre droits personnels et adoption de référents juridiques internationaux96.

  • 97 Cf. rencontres de l’Inalco à Lille en juin 2008 « Au-delà de la conception occidentale de l’individ (...)
  • 98 Rania Abdelatif, Yassir Benhima, Daniel König, et Élisabeth Ruchaud (éds.), Construire la Méditerra (...)
  • 99 Cf. sur ce questionnement de l’individu dans un espace hétérogène, Alain Marie (dir.), L’Afrique de (...)

40Mais il ne s’agit pas seulement, dans l’espace méditerranéen, de comparer le différent97. Questionner les modes de conscience et d’action des individus, c’est penser une Méditerranée des échanges et des pratiques, prise dans des héritages historiques, des traditions culturelles, des systèmes politiques et juridiques divers, soumis au mode du conflit comme à celui de la mobilité : à la pensée culturaliste d’un espace fracturé comme à la pensée écologique d’un continuum doit ici se substituer l’espace vécu et traversé par les acteurs98. C’est au seul prix de cette apparente hétérogénéité des corpus, des terrains et des temporalités, entre temps long et événements, qu’il devient possible de questionner une « Méditerranée des individus99 ».

  • 100 Miriam Cooke, Women Claim Islam : Creating Islamic Feminism Through Literature, New York : Routledg (...)

41Dans ce questionnement, le prisme des rapports de genre peut constituer un fil directeur privilégié. La voix des femmes prend notamment son sens à l’horizon problématique d’un régime commun de reconnaissance. La médiation de l’expérience vécue permet de confronter la différence des droits et des statuts en Méditerranée, de femmes souvent tout à la fois « mineures » (de l’Europe moderne à un xxe siècle où la puissance maritale survit longtemps et où les inégalités demeurent), « complémentaires » (notion proposée mais écartée de la Constitution tunisienne en 2013, présente toutefois dans certains courants du féminisme islamique100, comme dans la hiérarchisation théologique du monde en ordres à l’époque moderne) mais aussi « égales » devant les droits humains. En deçà des statuts juridiques, n’y-a-t-il pas une infinité de manières de négocier au quotidien des rapports de genre et des droits individuels parfois très éloignés des principaux généraux ? C’est alors également par ses enjeux sociaux et politiques que le récit de soi trouve sa place dans l’espace méditerranéen, lieu de contestation mais aussi d’échanges.

Haut de page

Notes

1 Jean Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : pour relancer une enquête », Revue historique, 2002/4, p. 993-1011 ; Zoubida Haddad, « En Algérie », Clio. Histoire, femmes et sociétés, Femmes du Maghreb [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 22 mai 2006.

2 Silvia Bovenschen, « Is There a Feminine Aesthetic ? », New German Critique, 10, 1977, 111-137.

3 Eleni Varikas, « Subjectivité et identité de genre. L’univers de l’éducation féminine dans la Grèce du xixe siècle », Genèses, n° 6, décembre 1991, p. 29-51.

4 Écriture féminine : réception, discours et représentation, Actes du colloque international organisé le 18 et 19 novembre 2006 au CRASC, Oran, Groupe de Recherche France – Maghreb, ENS-LSH, Oran, Éd. Crasc, 2010.

5 Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012, p. 34-37.

6 Vincent Descombes, « Individuation et individualisation », Revue européenne des sciences sociales, XLI, n° 127, 2003, p. 17-35.

7 Laurence Kaufmann, « Faire “être collectif” : de la constitution à la maintenance », in Raisons pratiques, 20, 2010, p. 331-372.

8 Cf. notamment Isabelle Lacoue-Labarthe, « L’écriture de soi au féminin, un refuge subversif », Tumultes, 36-2011, 113-132.

9 Jean Déjeux, La Littérature féminine de langue française au Maghreb, Paris, Karthala, 1994, Monique Gadant, « La permission de dire “je”. Réflexions sur les femmes et l’écriture à propos d’un roman de Assia Djebar, L’amour, la fantasia. », in Femmes et pouvoir, Peuples méditerranéens no 48-49, juil.-déc. 1989, p. 93-105.

10 Francine Bourdeleau, « L’écriture au féminin existe-t-elle ? », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, 92, 1998, p. 14-18 ; Merete Stistrup Jensen, « La notion de nature dans les théories de l’“écriture féminine” », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 11, 2000, p. 165-178. Francine Bourdeleau situe cet intérêt pour l’écriture « au féminine » au début des années 1970.

11 Isabelle Larrivée (dir.), Qu’est-ce qu’un auteur maghrébin ? Expressions maghrébines, revue de la CICLIM, vol. 1, n° 1, été 2002.

12 Bernard Lahire, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, PUL, 1993 ; Daniel Fabre, Agnès Fine (dir.), « Parler, chanter, lire, écrire », Clio, 2000, no 11 ; Natacha Coquery, François Menant, Florence Weber, Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2006 ; Agnès Fine, « La production du féminin. L’exemple de l’écriture de soi », in Pascale Bonnemère et Irène Théry (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éd. de l’EHESS, 2008, p. 235-254.

13 Marina Caffiero évoque notamment la diversification des corpus ainsi découverts, témoignant de la diversité des genres pratiqués comme de l’autonomie des voix féminines, jusque dans les pratiques les plus normées, livres de couvents, pratiques épistolaires… (« Écrire au féminin : nouvelles recherches en Italie », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 35-2012, p. 163-175).

14 Zoubida Haddad, art. cit. ; Amina Benmansour, « Au Maroc » et Dalenda Largueche, « En Tunisie », Clio. Histoire, femmes et sociétés, Femmes du Maghreb [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 08 février 2005, consulté le 07 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/1528 ; DOI : 10.4000/clio.1528.

15 Cet outil a été l’objet de recherche privilégié, de 2010 à 2013, du programme transversal de la MMSH Récits de soi : Europe-Méditerranée, XVIe-XXIe siècles, dirigé par Catherine Atlan (Cemaf-Aix), Kamel Chachoua (Iremam), Randi Deguilhem (Telemme), Isabelle Luciani (Telemme).

16 Simon Harel, Le récit de soi, Éditions XYZ, Montréal, 1997 ; Ruth Amossy, La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, PUF, 2010 ; Philippe Lejeune, Le Moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993 ; Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2007 [2005].

17 François de Singly, « Opérationnaliser l’individu “individualisé” », in Philippe Corcuff, Christian Le Bart, François de Singly (dir.), L’individu aujourd’hui. Débats sociologiques et contrepoints philosophiques, PUR, 2010, p. 349-357, p. 356.

18 Sur le livre de comptes comme récit de soi, cf. par exemple Anna Iuso, « Dé-chiffrer l’intimité. Les ressources inattendues d’un livre de raison contemporain », in Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul, François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe, (Moyen Age, époque moderne, époque contemporaine), Enquêtes, Analyses, Publications, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 419-428.

19 Irène Théry, Pascale Bonnemère (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éd. de l’EHESS, 2008.

20 Bernard Lahire, op. cit.

21 Sur l’éducation des filles à l’époque moderne, voir notamment Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993. Pour un large panorama historique, Bernard Bodinier, Martine Gest, Marie-Françoise Lemonnier-Delpy & Paul Pasteur (dir.), Genre et éducation. Former, se former, être formée au féminin, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009.

22 Éliane Viennot, « Ce que l’imprimerie changea pour les femmes », Revue de la BNF, 2011/3, n° 39, p. 14/21.

23 Maria Papapetrou Miller, « Le Dialogue de Placide et Sévère de Madeleine et Catherine des Roches : l’Antiquité grecque à l’appui de l’émancipation spirituelle des femmes au xvie siècle », in Bernard Bodinier, Martine Gest, Marie-Françoise Lemonnier-Delpy & Paul Pasteur (dir.), Genre et éducation…, op. cit., p. 69-84, citation p. 73.

24 Eleni Varikas, « Subjectivité et identité de genre. L’univers de l’éducation féminine dans la Grèce du xixe siècle », Genèses, n° 6, décembre 1991, p. 29-51, p. 34.

25 Christine Détrez, op. cit., p. 166.

26 Ibid., p. 168-170.

27 Daniele Tossato-Rigo, « Charlotte, Angletine, Catherine… Le journal comme instrument de socialisation à l’ère des salons », Clio. Histoire, Femmes et Société, 35, 2012, p. 191‑201 ; Philippe Lejeune, op. cit. ; Marylin Himmesoëte, « Juvenilia. Pratiques d’écriture adolescente au xixe siècle », in Jean-Pierre Bardet, Michel Cassan, François-Joseph Ruggiu (dir), Les écrits du for privé - Objets matériels, objets édités, Limoges, PULIM, 2007, 297‑315, et notamment p. 195.

28 Colette Cosnier, Le silence des filles. De l’aiguille à la plume, Paris, Fayard, 2001.

29 Cf. Virginia Woolf, A Room of One’s Own, London, The Hogarth Press, 1929.

30 Christine Détrez, op. cit., p. 30. De même, les travaux d’Isabelle Lacoue-Labarthe sur les égo-histoires d’historiennes françaises montrent comme ces dernières mettent en œuvre une forte réflexivité, se réappropriant sous la forme d’un choix, par la réaffirmation insistante d’une supériorité de leur vie familiale, la confusion sans cesse subie entre écriture savante et vie privée (Isabelle Lacoue-Labarthe, « Récit de soi des historiennes », in Isabelle Luciani (dir.), Récit de soi, présence au monde : jugements et engagements (Europe, Afrique, xvie-xxie siècles), Aix-en-Provence, PUP, 2014, p. 99‑119.

31 Bernard Lahire, op. cit., p. 153.

32 Ibid., p. 153-158. Si les livres de raison de l’époque moderne sont avant tout masculins, en lien avec la maîtrise de l’écriture, Bernard Lahire rappelle que cette division sexuée des tâches s’exprime déjà sous la plume de Xénophon, pour qui, « c’est l’activité du mari qui généralement fait entrer les biens dans la maison, mais c’est la gestion de la femme qui en règle souvent la dépense » (Xénophon, l’Economique, Paris, Les Belles Lettres, 1949, p. 45), cité par Bernard Lahire, op. cit., p. 162. Pour l’écriture domestique de la première modernité, cf. Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, xvexixe siècle), Rennes, PUR, 2007 ; Isabelle Luciani, « De l’espace domestique au récit de soi ? Écrits féminins du for privé (Provence, xvie-xviiie siècle) » in Clio, n° 35/2012, « Écrire au quotidien », p. 21‑44.

33 Richard Hoggart, 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Paris, 1991, p. 42, cité par Bernard Lahire, op. cit., p. 10.

34 Agnès Fine, « Écritures féminines et rites de passage », Communications, 70, 2000, p. 121‑142, citation p. 121.

35 Ibid.

36 Bernard Lahire, op. cit., p. 167.

37 Ibid., p. 162.

38 Anna Iuso, « “Ma vie est un ouvrage à l’aiguille”. Écrire, coudre et broder au xixe siècle », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, vol. 35, 2012, Écrire au quotidien, p. 89-106.

39 Anna Iuso, art. cit., p. 100.

40 Michèle Biraud, Evrard Delbey, « Philomèle : Du mythe aitiologique au début du mythe littéraire », Rursus [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 09 juillet 2006, consulté le 24 octobre 2013. URL : http://rursus.revues.org/45 ; DOI : 10.4000/rursus.45

41 Ibid., p. 8.

42 La Fontaine fait de Philomèle une hirondelle, comme cela arrive depuis les versions latines du mythe. Elle chante, et verbalise son histoire … mais refuse de suivre sa sœur pour retourner s’exprimer parmi les hommes.

43 Tassadit Yacine, « Femmes et espace poétique dans le monde berbère », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 9, 1999, p. 107-120.

44 Ibid. mis en ligne le 22 mai 2006, consulté le 03 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/287 ; DOI : 10.4000/clio.287, p. 4.

45 Ibid., p. 2.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 3.

48 Cf. notamment Isabelle Poutrin, Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne, Madrid, Casa de Velazquez, 1995 ; Marina Caffiero, Le scritture della memoria femminile a Roma in età moderna : la produzione monastica, in G. Ciappelli (éd.), Memoria, famiglia, identità tra Italia e Europa nell’età moderna, Bologne, Il Mulino, 2009, p. 235-268.

49 Jean Déjeux, op. cit. ; Monique Gadant, op. cit.

50 Manuela Marin, « Biography and autobiography », dans Randi Deguilhem (dir.), Individu et Société dans le Monde Méditerranéen Musulman : questions et sources, Aix-en-Provence, Éd. Paul Roubaud, 1998, p. 69-76.

51 Marylin Himmesoëte, art. cit., p. 311.

52 Colette Cosnier, Marie Bashkirtseff. Un portrait sans retouches, Paris, Pierre Horay, 1985.

53 Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, ms. 827. Sur l’écriture généalogique, cf. Germain Butaud, Valérie Piétri, Les enjeux de la généalogie, Paris, Autrement, 2006.

54 Colette H. Winn, « La mise en scène de la parole et ses implications pour la mémoire familiale dans la Généalogie de Messieurs du Laurens (1631) », Tangence 2008/87, p. 63-85.

55 Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, ms. 827, fol. 25-25 v.

56 Soumya Ammar Khodja, « Écritures d’urgence de femmes algériennes », Clio. Femmes du Maghreb, 9/1999, 141-156.

57 Ces auteures sont notamment Naila Imaksen, Assima Fériel, Fatiah, Nina Hayat… Naila Imaksen, ne sachant se lacérer les joues, se met à écrire lorsqu’elle apprend l’assassinat du journaliste et écrivain Tahar Djaout (Soumya Ammar Khodja, art. cit., p. 143).

58 Les travaux de Pascale Barthélémy ont montré, dans le cas sénégalais, l’importance des écritures scolaires dans les processus d’appropriation et d’autonomisation des écrits féminins (Pascale Barthélémy, « “Je suis une Africaine… J’ai vingt ans”. Écrits féminins et modernité en Afrique occidentale française (c. 1940-c. 1950), Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009/4, p. 825-852).

59 Élianne Viennot, art. cit. L’immense bibliographie relative à la présence des femmes dans les cercles lettrés à l’époque moderne est impossible à indiquer ici.

60 E. Varikas, art. cit., en particulier p. 34. sqtes.

61 Sur les effets ambigus de l’alphabétisation, cf. Aissatou Mbodj, « Le genre du privé. Pratiques d’écriture personnelles et domestiques dans la région cotonnière du Mali », L’Homme, 2012/3 - n° 203 – 204, p. 321 à 345), qui montre que la promotion de l’alphabétisation au Burkina Faso a pu contribuer « à restreindre le pouvoir des femmes sur certains segments de l’économie domestique » qui sont devenus matériellement l’apanage des seuls chefs de famille (p. 341). Sur les limites de l’empowerment institutionnalisé, Cf. Sarah Andrieu, « Quand danser, c’est parler de soi pour évoquer toutes les autres ». Récits chorégraphiques de soi féminins au Burkina Faso, in I. Luciani, Récit de soi, présence au monde…, op. cit., p. 159-179. Sarah Andrieu montre bien ici comment le récit que les femmes chorégraphes font d’elles-mêmes dans la danse dépasse les préconisations d’un empowerment institutionnel. Là où l’État, par exemple, dénonce exclusivement les risques sanitaires de l’excision, ces femmes n’hésitent pas à exprimer leurs douleurs les plus intimes.

62 Sarah Elfassy-Bitoun, « Féminisme et résistances ambiguës dans les montagnes marocaines : étude d’un rituel », Dire, été 2012 p. 34-41.

63 Tassadit Yacine, art. cit., p. 111.

64 Ibid., p. 114-115.

65 Zineb Laouedj, « Poétesses d’expression arabe », Clio, Femmes du Maghreb, 9, 1999, p. 121-139.

66 Theodor W. Adorno, Dialectique négative, Paris, Payot, 1992, p. 22, cité par Estelle Ferrarese, « Le regard micrologique. L’héritage de la réflexion de la Théorie Critique sur la souffrance », Revue internationale de psychosociologie, 2002/2, volume VIII, p. 81-82. Sur le lien entre souffrance et récit de soi, voir notamment Isabelle Luciani, Valérie Piétri (dir.), Écriture, récit, trouble(s) de soi. Perspectives historiques. France, xvie-xxie siècle, Aix-en-Provence, PUP, 2012.

67 Ainsi, pour Judith Butler, « l’action du sujet semble être un effet de sa subordination. Tout effort pour lutter contre cette subordination la présuppose et la convoque nécessairement de nouveau. Par chance, le récit survit à cette impasse. Que signifie pour l’action d’un sujet de présupposer est-il identique à l’acte de réinstaller ? » (La vie psychique du pouvoir, Paris, Éd. Leo Scheer, 2002, [1997], p. 35-36.

68 Danilo Martuccelli, définissant la valeur heuristique d’une sociologie des épreuves, rappelle que celles-ci permettent de faire jouer à l’échelle de l’individu tout un contexte historique et social et sont inséparables de leur mise en récit (Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, 2006).

69 E. Varikas, art. cit., cf. supra.

70 Ibid., p. 41-42.

71 Ibid.

72 Tassadit Yacine, art. cit., p. 120.

73 Christine Détrez, op. cit., p. 16.

74 Ibid., p. 17. L’importance des conditions d’énonciation spécifiques qui ôtent au discours sa dimension socialement subversive, et leurs modalités, sont développées p. 62 sqtes. Sur la manière dont l’apparence de conformité peut renforcer la résistance, cf. James C. Scott, Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, CT, Yale University Press, 1985.

75 Natacha Bordeaud-Garciandia, Dans les failles de la domination, Paris, PUF, 2009, citée par Christine Détrez, op. cit., p. 81.

76 Claude F. Poliak, « Manières profanes de “parler de soi” », Genèse, 47, juin 2002, p. 4-20.

77 E. Varikas, art. cit., p. 35.

78 Ibid., p. 44

79 E. Moutzan Martinengou, Autobiographie, p. (59/60), cité par E. Varikas, art. cit., p. 36.

80 Nicole Cadène, « L’invention du genre dans le journal de Marie-Edmée… », in Isabelle Luciani, Valérie Piétri (dir.), Écriture, récit, trouble(s) de soi…, op. cit., p. 231-246, citation p. 236.

81 Ibid., p. 243.

82 Ibid., p. 234.

83 Ibid.

84 Christine Détrez, op. cit., p. 207-208.

85 Claude F. Poliak, art. cit.

86 Christine Détrez, op. cit., p. 34 sqtes.

87 Marie-Claire Hoock-Demarle, L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace européen, Paris, Albin Michel, 2008.

88 Eleni Varikas, art. cit., notamment p. 29 et p. 45-46.

89 Ibid., p. 30-31.

90 Bernard Berdou d’Aas, Jeanne d’Albret. Chronique (1528-1572), Anglet, Atlantica, 2002 ; Susan Broomhall, « “In my opinion” : Charlotte de Minut and Female Political Discussion in Print in Sixteenth-Century France », The Sixteenth Century Journal, 31, 1, Spring 2000, p. 25-45.

91 Sur cette « réflexivité radicale », supposant la conscience et le questionnement de soi, cf. notamment Charles Taylor. Source of the Self : The Making of the Modern Identity. Cambridge, MA : Harvard University Press, 1989.

92 Anne Montenach, « Les femmes dans le commerce lyonnais au xviie siècle : ressources et stratégies des « travailleuses de l’ombre » », in Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Karine Lambert, Martine Lapied (dir.), La place des femmes dans la cité, Aix-en-Provence, PUP, 2012, p. 73-84, p. 75.

93 Claire Chatelain, « Le mari violent et la femme insoumise. Entre conflit d'intérêt et théâtralité des genres, le procès Pommereu », Épreuves de noblesse, textes réunis par Elie Haddad et Robert Descimon, Paris, Belles-Lettres, 2010, p. 125-155 ; Isabelle Luciani, art. cit.

94 Sandra Houot, « Éthique du corps et enjeux contemporains du sacré dans la réflexion du cheikh Sa‘îd Ramadân al-Bûtî, 113-114, novembre 2006, Remmm. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, p. 327-342, p. 43-44.

95 Cf. Isabelle Larrivée (coord.), Qu’est-ce qu’un auteur maghrébin ?, op. cit.

96 Aicha Barkaoui et Leila Bouasria, « Les paradoxes de l’indigène. La voix d’une femme est une Révolution », in Revue des femmes philosophes. Printemps arabes, printemps durables ? 2/3, mai 2013, p. 123-147.

97 Cf. rencontres de l’Inalco à Lille en juin 2008 « Au-delà de la conception occidentale de l’individu » ; colloque du GDR Les écrits du for privé, en juin 2011, sur Les usages de l’écrit du for privé ; Afriques, Amériques, Asies, Occidents, Orients.

98 Rania Abdelatif, Yassir Benhima, Daniel König, et Élisabeth Ruchaud (éds.), Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Munich, Oldenbourg, collection « Études de l’Institut historique allemand de Paris », n° 8, 2012.

99 Cf. sur ce questionnement de l’individu dans un espace hétérogène, Alain Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans la société contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala, 1997.

100 Miriam Cooke, Women Claim Islam : Creating Islamic Feminism Through Literature, New York : Routledge 2001, Zahra Ali, Féminismes islamiques, Paris, La Fabrique, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Luciani, « Femmes et récits de soi. Un champ méditerranéen entre assignations, appropriations et action (xvie-xxie siècle) ? », Rives méditerranéennes, 52 | 2016, 15-33.

Référence électronique

Isabelle Luciani, « Femmes et récits de soi. Un champ méditerranéen entre assignations, appropriations et action (xvie-xxie siècle) ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4972

Haut de page

Auteur

Isabelle Luciani

En 2016, Isabelle Luciani est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’UMR 7303 Telemme – CNRS, où elle dirige, avec Valérie Piétri le groupe de recherche Écritures de soi. Méditerranée, Afrique, xvie-xxie siècle. Au sein de la MMSH, elle a été co-responsable, de 2009 à 2013, du programme transversal Récits de soi – Europe, Méditerranée, Afrique, xvie-xxie siècle. Spécialiste d'histoire sociale des pratiques d'écriture, elle a dirigé récemment la publication de Récit de soi, présence au monde. Jugements et engagements. Europe, Afrique. xvie-xxie siècle (2014) et, avec Valérie Piétri, Écriture, récit, trouble(s) de soi. Perspectives historiques. France, xvie-xxie siècle (2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search