Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Dires et dire. Femmes de la migra...

Dires et dire. Femmes de la migration libanaise à Marseille

Liliane Nasser
p. 105-116

Résumés

Après avoir résumé les spécificités de la migration libanaise à Marseille et exposé ma méthode d’enquête orale, je donne la parole aux femmes libanaises. Je mets en parallèle les particularités de la migration précédemment installée dans les colonies françaises d’AEF (Afrique Équatoriale Française) et d’AOF (Afrique Occidentale Française) et celles de la migration arrivée directement à Marseille durant la Guerre du Liban (1975-1990). À travers les récits de ces femmes apparaissent leur rapport à la mobilité, leur relation à la langue maternelle, l’évolution de leur statut social, la force du lien qui les rattache au pays d’origine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Liliane R. Nasser, Ces Marseillais venus d’Orient, L’immigration libanaise à Marseille aux xixe et (...)

1Mes parents étaient des émigrés libanais installés en Afrique, moi-même je suis née au Sénégal et depuis mon enfance, je vis à Marseille. À la fois témoin et acteur de la vie de cette immigration, je me suis proposé d’en restituer l’histoire dans le cadre de mes travaux universitaires qui ont donné lieu à la publication d’un ouvrage1.

2Je me propose ici de mettre en valeur l’histoire des femmes de la migration libanaise. Je résumerai tout d’abord les caractéristiques de cette population, avant d’exposer ma méthode d’enquête orale, puis les itinéraires de vie qui se sont révélés au cours des entretiens.

3À la différence des immigrations engendrées par l’exode rural dans le pays d’origine ou par le besoin de main d’oeuvre dans le pays d’accueil, l’immigration libanaise à Marseille se présente comme une succession d’arrivées individuelles ou familiales – le plus souvent prévues comme de simples passages ou des replis temporaires – qui se sont transformées en installation. Elle s’enracine tout naturellement dans l’ensemble des migrations venues du Levant depuis le début du xixe siècle. Elle s’en distingue au fur et à mesure que se précise une entité libanaise, dans l’Empire ottoman d’abord, avec la création du Moutassarifiya (province) du Mont-Liban en 1861, sous le mandat français ensuite, avec la création de l’État du Grand Liban en 1920, jusqu’à la proclamation d’indépendance de la République libanaise le 22 novembre 1943. Vient alors le temps de la nation libanaise, puis celui de l’exil avec la Guerre du Liban qui débute en 1975 et s’achève en 1990.

  • 2 J’utilise ici le terme général d’Afrique puisque l’implantation des Libanais s’est faite dans le ca (...)
  • 3 L’union Générale des Étudiants Libanais en France qui se développe à Marseille entre 1969 et 1983 e (...)
  • 4 Les milliers d’Arméniens accueillis au Liban à partir de 1921 jouissent de la nationalité libanaise (...)

4Aussi ai-je fixé un cadre chronologique sur la longue durée – 1800 à 1990 – dans lequel apparaissent successivement : les références culturelles communes aux populations venues du Proche-Orient (1800-1900), l’émergence d’une entité libanaise (1900-1943), les courants de l’après indépendance – à savoir les militaires avenantaires syriens et libanais, les Libanais d’Afrique2, la génération de l’Union Générale des Étudiants Libanais en France (UGELF)3 – et enfin les arrivées provoquées par la Guerre du Liban (1975-1990), notamment celles des Libanais d’origine arménienne4 .

5Après avoir étudié différentes archives publiques et privées (les archives départementales, les archives de la Chambre de Commerce et de l’Industrie Marseille-Provence, celles du Consulat du Liban, de la Chambre de Commerce Franco-Libanaise et de l’église Notre Dame du Liban, ainsi que diverses archives familiales), il m’est apparu qu’une grande partie des sources se trouvait auprès de celles et ceux qui conservent la mémoire vive de cette immigration. En effet

  • 5 Philippe Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 260.

… l’histoire ne peut pas être la résurrection intégrale du passé […]. La mémoire peut lui fournir le fil d’Ariane, le lien charnel dont elle a besoin pour rendre le passé plus intelligible5.

Donner la parole…

  • 6 Liliane R. Nasser, op. cit., p. 236-238.

6J’ai rencontré plus d’une centaine de personnes au cours de cette étude. Quelques-unes d’entre elles représentent ce que j’appelle des « personnes ressources ». Il s’agit de personnes libanaises ou non, qui en raison de leur fonction sociale, leur activité professionnelle, leur connaissance sur tel ou tel point, m’ont apporté des éclairages nécessaires à ma recherche. Outre les consuls du Liban en poste à Marseille et les responsables religieux des lieux en lien avec cette immigration, j’ai interrogé des journalistes et d’autres professionnels, des acteurs dans le milieu associatif ou dans divers domaines6. Parmi ces vingt-trois « personnes ressources », on trouve trois femmes : l’épouse d’un diplomate libanais, une journaliste et une militante associative.

  • 7 Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire, Paris, Seuil, 1971, p. 10.

7Les quatre-vingt-deux autres personnes interrogées sont précisément les personnes immigrées et parmi elles, on compte vingt-six femmes. Leurs témoignages constituent des données indispensables pour retracer l’histoire de cette population : « Les historiens racontent des événements vrais qui ont l’homme pour acteur ; l’histoire est un roman vrai7 ».

  • 8 Paul Ricœur, « L’identité narrative », Revue Esprit, juillet p. 295-304.

8Au cours des entretiens, chacun de ces acteurs a découvert l’importance de son histoire personnelle, il a pu reconsidérer son identité à travers ce qu’il énonçait8. Et lorsque j’ai émis la possibilité de garder l’anonymat au moment de la publication de mes travaux, la plupart des personnes interrogées ont souhaité, au contraire, être nommément citées. Pour les femmes notamment il s’agissait d’être reconnues, non seulement en tant que fille ou épouse, mais aussi en tant qu’individu à travers leur témoignage. Seule trois d’entre elles ont souhaité ne divulguer que leur prénom.

  • 9 Évelyne Ribert, « Mémoires des migrations et lien social », Diversité, n°140, juin 2007, p. 201-207

9Parfois, les enfants de ces immigrés ont pris le relais dans la recherche identitaire qui s’est engagée à travers les entretiens. Ils ont alors questionné parents et grands-parents, ils se sont plongés dans les lettres ou les photos qui avaient pris le statut d’archives familiales9.

10Ceux qui sont arrivés plus récemment ont réalisé l’aspect générationnel de leur immigration. Ils ont mesuré l’importance de leur évolution personnelle, une fois éloignés de leur cadre habituel. Ils ont pu parler des changements intervenus dans leur relation au pays d’origine. Les entretiens ont été, pour les uns et les autres, l’occasion de formuler leurs critiques envers ce pays qui inlassablement les captive et les exaspère en même temps.

11En répondant à ce faisceau de questions élaborées à partir de la réalité libanaise, en s’écoutant répondre à un interlocuteur à la fois proche et étranger, chacun a pu apercevoir les différentes facettes de son identité. Lors de manifestations de solidarité pour le Liban, j’ai pu mettre en relation les personnes que j’avais interrogées. Ces rencontres les ont amenées à prendre une conscience plus vive du fait que leur histoire individuelle participait d’une histoire collective.

… à travers l’enquête orale

12Cette méthode d’enquête orale, clef de voûte de mon étude, appelle certaines réserves. Tout d’abord, elle pose un problème d’analyse critique des témoignages humains, nécessairement subjectifs, parcellaires et soumis aux aléas de la mémoire individuelle.

  • 10 Jean-Marie Guillon, « Imaginaire et mythologie politiques », intervention magistrale du 1er février (...)

Les choix qu’opèrent la mémoire et la mise en scène du souvenir qu’elle construit entraînent une amorce de mythification du passé10.

13Par ailleurs, elle exige un certain recul de la part de l’historien vis-à-vis de son interlocuteur. Je me suis efforcée d’être particulièrement vigilante à ce propos sans pour autant dénier mon implication personnelle dans cette étude. Enfin, cette méthode ne peut prétendre être exhaustive ; aussi nécessite-t-elle d’établir un panel pour rendre compte de l’ensemble de l’immigration et d’élaborer un questionnaire pour appréhender sa réalité.

14Mes premières enquêtes gravitaient autour d’un cercle relativement restreint, celui de la famille, des amis et des relations. Puis le système de réseaux ainsi que le phénomène d’inter connaissance, inhérents à une population aussi restreinte, m’ont permis d’étendre mon champ d’investigation. À l’issue d’une première approche, j’ai mis en évidence l’existence de courants qui ne constituent pas formellement des groupes homogènes mais renvoient à des périodes différentes de l’histoire du Liban et de son émigration ; aussi ai-je recherché des personnes appartenant à ces divers courants. Il en résulte un échantillonnage englobant parfois plusieurs générations (la première, la deuxième, voire la troisième génération pour les courants les plus anciens). Cette observation préalable a aussi montré la complexité de cette immigration à travers la diversité des origines, son devenir dans la société d’accueil et ses relations avec le Liban. Les questions posées au cours des entretiens avaient pour objectif de révéler cette réalité.

15Afin de respecter un certain équilibre dans cet échantillonnage, il a fallu renoncer à réaliser un certain nombre d’entretiens en dépit de l’intérêt manifesté par les immigrés eux-mêmes. À l’inverse, il a été impossible de rencontrer d’autres personnes déjà pressenties pour cette enquête. Leurs réticences, exprimées sous forme d’évitement ou de reports successifs de rendez-vous, peuvent s’interpréter de plusieurs façons : elles traduisaient une appréhension pour les uns, une surcharge d’activité professionnelle pour les autres, ou encore, pour quelques rares individus, elles provenaient d’un désintérêt manifeste par rapport à l’objet de cette étude. Enfin, j’ai rencontré quelques cas trop peu nombreux pour constituer un courant : il s’agit de personnes nées de mariages entre des jeunes filles libanaises et des militaires français présents au Liban durant la Deuxième Guerre mondiale.

  • 11 La Holding la plus connue étant la CMA-CGM dirigée par Jacques Saadé. Parmi les TPE on trouve les e (...)

16Le mode de recueil des entretiens a évolué au cours de l’enquête ; après quelques essais infructueux, j’ai abandonné l’utilisation du magnétophone dans la mesure où ce procédé bloquait bien souvent la spontanéité de la parole. J’ai choisi alors de prendre des notes le plus fidèlement possible, sous réserve de combler certaines lacunes en effectuant des vérifications ultérieures auprès de la personne interrogée. Après avoir effectué ces réajustements successifs, j’ai pu constituer un corpus basé sur les enquêtes orales réalisées auprès de quatre-vingt-deux personnes. Sur le plan socioprofessionnel, j’ai recensé vingt-six personnes chefs ou cadres d’entreprise (Holding, PME ou TPE11), seize personnes exerçant des professions libérales (comme architecte, avocat, journaliste, médecin, pharmacien), quinze fonctionnaires ou assimilés (dans l’administration de l’État ou l’administration territoriale) et huit salariés. Sur le plan religieux et confessionnel, cinquante-trois personnes se rattachent à la religion chrétienne, vingt-neuf à la religion musulmane. En ce qui concerne les lieux de naissance, j’ai recensé quarante immigrés nés au Liban, dix-sept dans des pays d’Afrique (Sénégal, Mali, Guinée, Côte d’Ivoire), quatorze en France (Marseille), six en Syrie, trois à Madagascar.

17Les entretiens retracent l’histoire familiale de chaque immigré, son itinéraire et ses souvenirs personnels, son vécu actuel en tant qu’individu issu de l’immigration. Ces rencontres se déroulent à partir d’un canevas de thèmes à aborder, d’une série de questions ouvertes laissant place au discours subjectif et permettant de saisir les différents facettes d’une personnalité : l’origine géographique, sociale et confessionnelle de la personne interrogée, celle de ses ascendants et celle de son conjoint, les raisons et les conditions de son arrivée à Marseille, son milieu socioprofessionnel antérieur et son devenir dans l’immigration, ses relations et celle de ses descendants avec le Liban ainsi que sa perception de l’identité libanaise (la nationalité libanaise, le rapport à la langue arabe, les séjours au Liban, l’intérêt pour l’actualité libanaise, les relations avec le consulat et le reste de l’immigration). Cette trame de questions, m’a servi de fil conducteur pour mener les entretiens. Ces entretiens constituent en quelque sorte des récits de vie que je n’ai pas restitués in extenso. Je les ai fractionnés par thèmes puis je les ai réintroduits pour illustrer les sujets abordés au cours de mon étude.

  • 12 Linda Guerry, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration. Naissance et cheminement d’un suj (...)

18Parmi les vingt-six femmes interrogées, six sont issues de familles implantées à Marseille au cours des premières décennies du xxe siècle, treize appartiennent à l’immigration des années soixante précédemment installée en Afrique, sept sont arrivées au cours de la Guerre du Liban qui débute en 1975. Sans faire une étude comparative du point de vue du genre, j’analyserai certains comportements migratoires à partir des témoignages de ces femmes12.

Itinéraires

  • 13 L’Afrique-Occidentale française (Mauritanie, Sénégal, Mali ex Soudan, Guinée, Côte d’Ivoire, Niger, (...)

19Pour les Libanais qui avaient émigré du Liban vers l’Afrique-Occidentale française (AOF) et l’Afrique-Équatoriale française (AEF)13 du temps de la colonisation française, Marseille était une ville escale lors de leurs allers retours au Liban. Empruntant la voie maritime pour se rendre de Dakar à Beyrouth, ils y restaient en transit plusieurs semaines. Ils pouvaient également scolariser leurs enfants à Marseille ou les alentours dans des pensionnats religieux comme Notre‑Dame de Sion ou Sévigné pour les filles, Lacordaire ou Sainte‑Marie Les Maristes (à La Seyne sur mer) pour les garçons.

  • 14 Le référendum du 28 septembre 1958 préconisait l’autonomie des colonies dans le cadre d’une «Commun (...)

20Avec la vague de décolonisation qui débute en 1958 à la suite du référendum proposé par le général De Gaulle14, Marseille accueille des familles libanaises quittant les États africains devenus indépendants. Certaines partent s’installer définitivement au Liban, d’autres retournent en Afrique quelques temps après, d’autres enfin s’établissent en France, à Marseille notamment. La ville devient alors leur point d’ancrage.

21Bien qu’ils ne constituent pas un groupe homogène et structuré, ces Libanais se connaissent par ouï-dire, ils se repèrent mutuellement et se retrouvent dans une référence commune. Tous conservent d’étroites relations avec l’Afrique. Leurs ascendants sont d’ailleurs inhumés dans les pays où ils se sont implantés et dans lesquels, bien souvent, une partie de leur famille est restée. Tous sont imprégnés de cette terre, véritable entité spatiale découpée en différents états où trois, quatre, voire cinq générations ont vécu :

Mes grands-parents et mes parents sont nés en Afrique. Moi je suis née en Guinée et mes filles, au Mali. Liliane s’est mariée en Haute-Volta et ses enfants sont nés à Ouagadougou. 

Georgette Kamouh, épouse Hadifé, entretien du 2 juillet 1997

22Ce courant migratoire est amené à utiliser trois langues ou plus, l’arabe (pour communiquer au sein du courant), des langues africaines (pour communiquer dans le commerce et avec les domestiques) et le français (la langue des colonisateurs). Les premiers arrivants (fin du xixe – début du xxe) parlent en général l’arabe et les langues locales. L’usage du français tend à se généraliser dès la deuxième ou la troisième génération grâce à la scolarisation des enfants des deux sexes. Le niveau d’études est plus ou moins élevé mais il permet d’acquérir une réelle maîtrise du français, voire d’accéder à une formation professionnelle. C’est le cas de Victoria Bachir (née en 1907). Dans un premier temps, elle reste au Liban avec sa grand-mère maternelle tandis que ses parents partent au Sénégal. Elle apprend à lire et à écrire l’arabe à l’école de son village. Lorsqu’elle se rend en Afrique pour rejoindre ses parents, elle ne parle que l’arabe et il lui faut débuter une scolarité en français :

  • 15 Fondée en 1850 à Paris par Gervais Pigier, l’École Pratique de Commerce sera accessible aux filles (...)

Quand j’ai rejoint mes parents, ils m’ont inscrite chez les religieuses à Saint-Louis. J’étais déjà adolescente et je me suis retrouvée dans la classe des tout petits qui apprenaient à lire et écrire le français ! Par la suite ils m’ont mise en pension à Marseille, avec ma sœur. Après l’école Sévigné, j’ai suivi des cours de comptabilité et de couture de l’école Pigier15. Je suis repartie travailler avec mes parents. Pour perfectionner mon français, je lisais tout ce que je trouvais, des revues, des romans de Delly. Mais… les romans de Colette, je devais les lire en cachette ! 

Victoria Bachir, épouse Nasser, entretien du 1er mars1985

23Nombre d’enfants sont scolarisés loin de leurs parents, dans des internats catholiques français au Liban ou en France. En effet durant des décennies, le pensionnat est considéré comme un facteur d’ascension sociale. Pourtant, génération après génération, il ne laisse que des souvenirs pénibles, voire un sentiment d’abandon, comme le confirme le témoignage de Christine (née en 1959) :

La pension ! Je ne sais pas pourquoi nos parents nous ont mis en pension, peut-être parce que le climat de l’Afrique était pénible à supporter. Mais j’avais quatre ans quand j’ai rejoint mes sœurs aînées au pensionnat de la Sainte-Famille au Liban ! Et je suis restée trois ans sans revoir mes parents. J’en suis même devenue amnésique, j’ai effacé les souvenirs de cette période.

Christine, entretien du 20 avril 2005

24Du point de vue des parents, il s’agit d’offrir à leurs enfants l’accès à des études dont eux-mêmes n’ont pu bénéficier, et ce malgré la place considérable que les frais de scolarisation occupent dans le budget familial. Il s’agit également d’assurer l’éducation et la formation des filles. Un écart de cinquante ans sépare les deux femmes citées précédemment : la première obtient un diplôme de secrétaire comptable et travaille dans l’affaire familiale, la seconde fait des études universitaires et crée une entreprise de traduction. Quel que soit le niveau d’étude atteint, l’accès à une formation professionnelle contribue à l’évolution du statut des femmes libanaises, et ce sont souvent les mères qui incitent leurs filles à acquérir leur autonomie : 

Ma mère nous a poussées à faire des études parce qu’elle tenait absolument à ce que nous soyons indépendantes. Elle avait trop d’exemples autour d’elle de femmes libanaises, ou même françaises, qui restaient avec leur mari simplement parce qu’elles n’avaient aucun moyen de subvenir à leur propres besoins. 

Fabienne Assi, épouse Singer, entretien du 25 février 2004

25L’histoire des Libanais qui immigrent à Marseille au cours de la Guerre du Liban (1975-1990) est tout autre. L’échelonnement des arrivées, la dispersion des individus ou des familles, leurs cheminements spécifiques, tous ces facteurs font apparaître ce nouveau flux migratoire comme une série de cas particuliers. Un point commun cependant à ces parcours singuliers, le besoin de s’éloigner de la violence qui ravage le Liban depuis 1975.

26Bien souvent, « les immigrés de la guerre » sont réticents à parler d’eux-mêmes par réflexes de sécurité ou par crainte de réveiller de douloureux souvenirs. J’ai pu cependant recueillir des témoignages, notamment ceux de sept femmes. Elles présentent des profils différents du point de vue de l’âge, du statut social (célibataire, mariée, mère de famille) ainsi que du point de vue des conditions d’émigration.

27En ce qui concerne la langue d’expression, ce courant migratoire est bilingue à son arrivée. Et l’objectif de ceux qui ont des enfants est de leur permettre de poursuivre leur apprentissage de la langue maternelle ; d’où l’inscription en 1975 d’une quinzaine d’élèves libanais, dont cinq filles, au lycée Montgrand, seul lycée marseillais à enseigner l’arabe. Pour les plus jeunes enfants, les parents feront appel à Souad, une étudiante arrivée elle aussi durant la guerre :

Pendant la guerre, j’ai donné des cours d’arabe au foyer Notre-Dame du Liban. J’enseignais à une quinzaine d’enfants. Je devais faire comprendre aux plus jeunes, le statut et le fonctionnement de chacune des deux langues, l’arabe, leur langue maternelle, et le français, la langue utilisée à l’école et dans leur nouvelle vie.

Souad, entretien du 28 août 2003

28La majorité de l’immigration étudiante s’inscrit dans les facultés de médecine et de sciences. Dans les années 80, la cité universitaire de la Faculté de Saint-Jérôme reçoit une dizaine d’étudiants. Dans le noyau qui se constitue entre 1981 et 1987, toutes les confessions sont présentes : Akram est chiite, Souad est maronite, Taha, Nahala et Soumaya sont sunnites, Walid est orthodoxe et Rabih est druze. Signe de la féminisation progressive de l’émigration étudiante par rapport à celle de la décennie d’avant la guerre, on compte trois femmes dans ce groupe de sept personnes. La diversité géographique, sociale et confessionnelle est la même que dans la génération précédente, celle qui a créé l’UGELF, le sens de la solidarité aussi. Cependant, chacun de ces étudiants a traversé plusieurs années de guerre et ce qui les unit, selon Souad, ce n’est plus un engagement politique commun mais le sentiment d’appartenir à un même pays que la guerre a atomisé :

Très vite on a formé un vrai groupe. On pouvait s’engueuler entre nous mais on était unis face aux autres. Mes parents m’ont donné une éducation fondée sur le respect mutuel, sur la solidarité et pendant la guerre, je n’ai jamais rompu avec mes amis musulmans, je n’ai jamais cessé de traverser [la ligne de démarcation]. Pourtant, j’ai vu des horreurs pendant mes six années de guerre à Beyrouth. D’ailleurs je ressens, non pas une coupure, mais un décalage par rapport aux anciens, je veux dire par rapport aux étudiants d’avant 1975. Bien sûr il y a un écart de générations, mais je pense que la différence tient aussi à l’expérience de la guerre. Et puis, nous n’avons pas connu le Liban d’avant la guerre, cela crée peut-être un autre rapport au pays.

Souad, idem.

29Dans bien des cas, la guerre a eu des effets pénalisants sur le parcours professionnel de ce courant migratoire comme en témoignent les récits des femmes que j’ai interrogées. Toutes exercent une activité soit dans l’entreprise familiale soit en tant que salariée. Mais pour certaines il peut s’agir d’une reconversion forcée du fait de la non équivalence entre diplômes libanais et diplômes français. Pour exemple : Alice, comptable dans une grande entreprise au Liban, ne trouve aucun emploi dans son domaine et Mahabé, infirmière dans un hôpital renommé de Beyrouth, devient garde de nuit dans une maison de retraite.

30Par ailleurs, la Guerre du Liban a un impact sur toutes les composantes de l’immigration. Elle provoque un réveil identitaire y compris au sein des courants les plus anciens et entraîne un élan de solidarité envers le pays d’origine.

  • 16 Fondée en 1959 au Mexique à l’initiative des Libanais de Mexico, sous le parrainage du président de (...)

31Cette mobilisation débute de manière informelle au cours des années 80, elle donne ensuite naissance à des associations qui sont amenées à prolonger leur activité après la fin de la guerre. En effet la poursuite des agressions israéliennes nécessite le maintien d’une solidarité permanente (information envers la population française, collecte de médicaments, accueil de blessés dans les hôpitaux de la région, collecte d’argent etc.). Trois associations « aconfessionnelles et apolitiques » voient le jour à Marseille, l’Association Médicale Franco-Libanaise (AMFL), l’Union Libanaise Culturelle Mondiale (ULCM)16 et l’association France-Liban. L’AMFL est créée en 1989 par des médecins d’origine libanaise dont la plupart avaient été membres de l’UGELF. Cette association qui s’occupe des questions concernant la santé ne compte que des hommes. Les deux autres associations sont dirigées par des femmes.

32À Marseille, en effet, les femmes jouent un rôle moteur dans la mobilisation humanitaire. Wadad Jabre anime la branche locale de ULCM et multiplie les initiatives de solidarité. Installée en France depuis 1960, Wadad se rend régulièrement au Liban où elle a tissé des liens avec diverses associations (entretien du 26 août 2003). Avec un réseau de femmes libanaises et françaises, elle récolte des dons au profit de l’association Orphelins du Liban ou au profit d’exilés en difficulté à Marseille (aide à l’insertion, frais de rapatriement ou toute autre urgence).

  • 17 De janvier à mai 1990, de violents combats opposent l’armée libanaise dirigée par le général Michel (...)

33Début 1990, les affrontements entre dirigeants libanais prennent des proportions telles qu’ils paraissent mettre en danger l’existence même du Liban17. Cette nouvelle guerre dans la Guerre fait l’effet d’un électrochoc. Samira Dagher, ressent la nécessité d’aller au-delà des actions ponctuelles et dispersées qu’elle mène depuis son arrivée à Marseille en 1983. Elle fonde l’association France-Liban, avec pour objectifs l’aide humanitaire et le développement socioculturel à travers des réalisations durables (entretien du 19 septembre 2003).

34Ces deux femmes sont de générations, de confessions et de sensibilités politiques différentes. Elles ont cependant conscience des aspects à la fois particuliers et complémentaires de leurs activités. Et à travers leurs récits elles rendent compte du sentiment partagé par les autres immigrés en ces temps de guerre : la pérennité du Liban est primordiale, elle est indispensable à leur propre existence.

Le cheminement des mots

35À travers les propos des femmes que j’ai rencontrées se dessinent les différents aspects de leur vie. Tel ou tel aspect prédomine selon les temps, selon les lieux. Je souligne ici l’importance de leurs pérégrinations, leur relation à la langue maternelle, l’évolution de leur statut social, la force du lien qui les rattache au pays d’origine. Il resterait à aborder les relations matrimoniales et l’évolution de la famille.

36La mobilité, voulue ou forcée, tient une grande place dans leurs récits ; une mobilité entre trois espaces pour certaines, avec des allers-retours entre le Liban, Marseille, l’Afrique. En ce qui concerne la langue maternelle – la langue arabe –certaines femmes, dont les familles étaient installées dans les colonies françaises, ont eu à s’adapter et elles ont privilégié la langue française (gage d’une progression sociale ultérieure) alors que d’autres, dont l’immigration est plus récente, ont préservé et transmis cette langue arabe. Le statut social de l’ensemble des femmes interrogées évolue vers une plus grande qualification et une autonomisation par rapport à l’entreprise familiale. Quant à leur relation au pays d’origine, elle prend des formes différentes mais elle reste une préoccupation commune à toutes en raison des menaces qui pèsent sur le Liban.

37En donnant à entendre ces paroles singulières de femmes, j’ai essayé d’approcher leur identité multiple. Pour analyser l’impact des entretiens sur celles qui ont bien voulu témoigner, il me faudrait réaliser une nouvelle enquête auprès d’elles, ce qui n’est actuellement pas envisagé. En revanche, je peux énoncer l’effet qu’ont eu ces échanges et cette étude sur moi-même.

38Longtemps j’ai appréhendé d’être dans un entre-deux préjudiciable à la rigueur indispensable pour un historien. J’ai découvert par la suite que cette posture – en dedans et en dehors – permettait une approche plus fructueuse. Mon patronyme, l’histoire de mes parents facilitaient la prise de contact et l’instauration d’un rapport de confiance. Les questions que je posais étaient au plus près des préoccupations, du fonctionnement, de la vie même de cette immigration. J’étais une des leurs. Dans le même temps cette proximité pouvait entraîner des réserves imperceptibles ou des non-dits que j’ai pris en compte.

39À l’issue de cette recherche – je dirais, au terme de cette quête – rien n’est plus comme avant pour moi. J’ai découvert des réalités insoupçonnées, j’ai entendu parfois des propos qui heurtaient mes convictions politiques, j’ai recueilli aussi des souvenirs « arrangés » ou encore des silences significatifs. Il m’a fallu prendre du recul, faire la part des choses, recouper les informations avant de restituer ces récits de vie. Cette démarche a modifié mon ressenti et infléchi mes certitudes sur l’immigration dont je suis partie prenante.

40Rien n’est plus comme avant, non plus pour les personnes que j’ai rencontrées. Chez les immigrés de longue date, les entretiens ont fait surgir le désir de retisser la trame de leur histoire familiale, pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, l’envie de laisser vivre le Liban en eux au lieu de le contenir :

Au cours de l’entretien, je me suis vécue, à nouveau, comme une immigrée. Pourtant, c’est un sentiment que j’avais vraiment dépassé. Depuis, je n’ai cessé de relier les souvenirs entre eux, pour reconstruire mon histoire... J’ai toujours gardé des relations avec mes parents qui vivaient là-bas mais pas avec le Liban lui-même. Maintenant, c’est comme si le Liban était redevenu vivant en moi.

Soraya, entretien du 5 mars 2005

41La question reste ouverte de savoir ce qu’il advient de cette parole qui fait sens pour soi-même et pour l’autre, une fois énoncée. Elle peut être reniée ou tomber dans l’oubli, mais le plus souvent elle s’inscrit dans la mémoire comme une empreinte marquant et l’avant et l’après.

Haut de page

Notes

1 Liliane R. Nasser, Ces Marseillais venus d’Orient, L’immigration libanaise à Marseille aux xixe et xxe siècles, Paris, Karthala, 2010.

2 J’utilise ici le terme général d’Afrique puisque l’implantation des Libanais s’est faite dans le cadre d’une entité coloniale dans laquelle ces émigrants pouvaient circuler d’un pays à l’autre.

3 L’union Générale des Étudiants Libanais en France qui se développe à Marseille entre 1969 et 1983 est une association aconfessionnelle progressiste et internationaliste.

4 Les milliers d’Arméniens accueillis au Liban à partir de 1921 jouissent de la nationalité libanaise et d’une représentativité spécifique (élus, partis politiques, langue, écoles, confessions).

5 Philippe Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 260.

6 Liliane R. Nasser, op. cit., p. 236-238.

7 Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire, Paris, Seuil, 1971, p. 10.

8 Paul Ricœur, « L’identité narrative », Revue Esprit, juillet p. 295-304.

9 Évelyne Ribert, « Mémoires des migrations et lien social », Diversité, n°140, juin 2007, p. 201-207.

10 Jean-Marie Guillon, « Imaginaire et mythologie politiques », intervention magistrale du 1er février 1996, Université d’Aix-en-Provence.

11 La Holding la plus connue étant la CMA-CGM dirigée par Jacques Saadé. Parmi les TPE on trouve les entreprises artisanales ou de services, l’alimentation et la restauration.

12 Linda Guerry, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration. Naissance et cheminement d’un sujet de recherche », Genre et Histoire, n°5, automne 2009.

13 L’Afrique-Occidentale française (Mauritanie, Sénégal, Mali ex Soudan, Guinée, Côte d’Ivoire, Niger, Burkina Faso, ex Haute Volta, Bénin, ex Dahomey) et l’Afrique-Équatoriale française (Gabon, République du Congo, Tchad, République Centrafricaine ex Oubangui-Chari) regroupent les colonies françaises situées à l’ouest de l’Afrique subsaharienne.

14 Le référendum du 28 septembre 1958 préconisait l’autonomie des colonies dans le cadre d’une «Communauté française». La Guinée où le «  non » l’emporte proclame aussitôt son indépendance, son exemple sera suivi par les autres États africains dès 1960.

15 Fondée en 1850 à Paris par Gervais Pigier, l’École Pratique de Commerce sera accessible aux filles dès 1890. De nombreuses succursales sont ouvertes en France ainsi qu’à l’étranger dont une à Alexandrie en 1911 puis à Beyrouth et Damas en 1920.

16 Fondée en 1959 au Mexique à l’initiative des Libanais de Mexico, sous le parrainage du président de la République libanaise Fouad Chehab, l’ULCM s’étend ensuite à d’autres pays et continents.

17 De janvier à mai 1990, de violents combats opposent l’armée libanaise dirigée par le général Michel Aoun et les Forces libanaises dirigées par Samir Geagea.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Nasser, « Dires et dire. Femmes de la migration libanaise à Marseille », Rives méditerranéennes, 52 | 2016, 105-116.

Référence électronique

Liliane Nasser, « Dires et dire. Femmes de la migration libanaise à Marseille », Rives méditerranéennes [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/5003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.5003

Haut de page

Auteur

Liliane Nasser

En 2016, Liliane R. Nasser est docteure en histoire et chercheur associé à l’UMR 7303 Telemme (MMSH). Ses travaux portent sur les migrations libanaise, syrienne et proche-orientales à Marseille. Elle a publié un ouvrage intitulé Ces Marseillais venus d'Orient, L'immigration libanaise à Marseille aux xixe et xxe siècles, (Karthala, 2010). Elle a été commissaire scientifique de l’exposition La France et le Liban, parcours entre archives et bandes dessinées (Centre aixois des Archives départementales, 28 mars-8 juin 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search