Navigation – Plan du site
Repenser la question de la main d'oeuvre esclave en Méditerranée médiévale

Travail et esclavage

Y a-t-il eu un modèle oriental ?
Salah Trabelsi
p. 21-39

Résumés

Les sources arabes font état de profonds changements liés à la formation d’un immense empire, s’étendant de l’Atlantique à l’océan Indien. La conquête arabe a incontestablement favorisé les débuts d’une économie agraire stimulée par le travail des esclaves. Dès le milieu du viie siècle, on voit apparaître les grands traits d’un monde nouveau, accordant à l’acquisition des esclaves un intérêt supérieur. Principale source d’énergie et de prestige, les esclaves font ainsi très tôt l’objet d’une demande effrénée. Tout en soulignant la différence des statuts entre les salariés libres, les fermiers pauvres et les travailleurs dépendants, les chroniques décrivent des systèmes marqués par une extraordinaire extension de l’esclavage. Cette phase transitoire se renforce sous l’empire omeyyade et atteint des paliers décisifs sous les Abbassides et les Fatimides.

Haut de page

Texte intégral

1Pendant de nombreuses décennies, l’histoire de l’esclavage s’est particulièrement polarisée sur ses formes gréco-romaines et précoloniales. Cette attention, quasi exclusivement portée aux mondes antique et transatlantique, a suscité de nombreux malentendus quant aux visages et aspects revêtus par l’institution dans le monde arabe. Sans chercher à examiner les réalités de ce phénomène à partir de son histoire propre et des conditions de son extension, on a souvent estimé qu’il suffisait d’inverser les termes de l’équation pour en dégager les traits et la nature. Au lieu d’aborder le problème à partir de ce qu’il a été réellement, on s’est souvent contenté d’affirmer la spécificité des pays musulmans par rapport au reste du monde. En sus des problèmes épistémologiques qu’elle soulève, cette approche binaire érige des barrières entre le local et le global, le spécifique et l’universel comme si l’histoire des Arabes et des Musulmans avait surgi et évolué dans un monde clos.

  • 1 Le paradoxe de ce paradigme est qu’il sert de justification à l’emporte-pièce aux assertions les pl (...)

2Basée sur une explication peu crédible, cette lecture continue cependant de peser sur l’historiographie. Régie par un discours juridico-moral, elle confère au modèle esclavagiste des traits exclusifs que les espaces maghrébins et proche-orientaux n’auraient pas connus. Pour la rendre plus vraisemblable, l’on a cherché à dégager une catégorie singulière dite arabo-islamique. À partir de ce syntagme, les « terres d’islam », comme on se plaît souvent à le dire dans les sciences sociales, sont désignées comme une entité régie par un droit et des dogmes immuables1.

  • 2 D’autres, partant du même postulat ont voulu expliquer la prolifération et les survivances de l’esc (...)

3Il est à constater que, chaque fois que l’on soulève le problème des esclaves, le propos achoppe sur la question des codes et des lois qui sont censés être cléments et charitables à l’endroit des faibles et des démunis. Aussi, ne manque-t-on pas d’affirmer que, à l’opposé des mondes antique et atlantique, les pays d’islam ont ignoré la grande propriété domaniale et la violence de l’esclavage massif et anonyme2. Soutenue par une rhétorique essentialiste, l’opposition entre les deux modèles est portée au plus haut point. Au concept d’esclavage, l’on a préféré une nomenclature incertaine. Les différentes catégories d’esclaves sont souvent exprimées à travers les classes sémantiques de domesticité, de dépendance voire de servitude bénigne. Or, l’un des traits typiques de cette vision est le déni du recours durable à une main d’œuvre servile dans les oasis, les mines, les champs et les chantiers de construction.

4L’emploi de nombreux contingents d’esclaves en Irak et l’agitation chronique qu’ils y ont entretenue, ont souvent été réduits à un phénomène mineur, voire anecdotique sans commune mesure avec la forme dominante d’un esclavage familial, doux et tolérable, habituellement attribué à ces espaces historico-géographiques. Ainsi, ces faits n’auraient été qu’un épisode éphémère, avorté dès le commencement. Or, on oublie assez souvent que cette prétendue exception s’est reproduite durant plusieurs siècles successifs. En dehors des chantiers hydrauliques et du paradigme sucrier, les indications des auteurs arabes témoignent de l’ampleur du travail des esclaves au Hedjaz, dans le Golfe arabo-persique, en Syrie, en Égypte, au Maghreb, en Sicile et dans l’Espagne musulmane. Ces faits sont attestés par les annales d’al-Tabarî, les chroniques d’al-Balâdhurî, d’Ibn ‘Abd al-Hakam, d’al-Mas‘ûdî, d’al-Maqrîzî et d’Ibn ‘Idhârî. D’autres documents, assez nombreux, de nature juridique comme les recueils de hisba et de fatâwî ou relevant de la géographie descriptive, de la littérature hagiographique et narrative, jettent une vive lumière sur ce pan méconnu de l’histoire des pays musulmans.

5Enfin, pour étayer davantage ce parti pris d’un régime bienveillant, on a imaginé des analogies entre l’Europe méridionale et les pays d’Orient. Ces deux espaces se sont trouvés accrédités d’un esclavage paternaliste et intégrateur. Les esclaves y auraient joui de la reconnaissance de leur personne morale et bénéficié des droits les mettant à l’abri des violences des maîtres. À ces arguments, il faudrait en ajouter d’autres, estimant que la majeure partie des esclaves correspondait au genre féminin. Celles-ci auraient été particulièrement appréciées comme servantes et concubines ; une fois devenues mères, umm walad, elles étaient censées jouir d’une émancipation certaine. Outre la bienveillance généralisée à l’endroit des esclaves, le monde musulman aurait ignoré les préjugés raciaux et témoigné d’une singulière indifférence à la question des couleurs.

6Ainsi énoncé, cet angélisme rassurant s’est-il imposé durant plusieurs générations. Ses effets s’en ressentent encore de nos jours. Ce schéma n’offre pourtant aucune clé pour comprendre la corrélation entre la forte demande d’esclaves, les travaux des champs et les aménagements hydroagricoles entrepris aux temps médiévaux. Il ne permet pas non plus de saisir la complexité des formes d’esclavage, la prolifération du marronnage et le durcissement des lois contre les esclaves fugitifs. Pour donner force à cette thèse, on n’a pas hésité à figer arbitrairement l’espace de référence, invoquant des classifications historiographiques et des synthèses établies dans d’autres aires culturelles, comme celles élaborées par M. I. Finley. En effet, lors de l’une de ses conférences données au collège de France en novembre 1978, ce dernier avait expliqué que :

  • 3 Moses I. Finley, Esclavage antique et idéologie moderne, trad. par D. Fourgous, Paris, Minuit, 1981 (...)

Bien que la plupart des sociétés, selon les témoignages les plus anciens, aient exploité des esclaves, cinq seulement furent d’authentiques sociétés esclavagistes ; sur ce nombre, deux se rencontrent dans l’Antiquité, la Grèce classique et l’Italie classique. Ce sont elles qui font l’objet de ce livre ; on ne les étudiera pas isolément mais, pour autant que cette démarche soit significative, en les comparant avec les autres, toutes trois situées dans le Nouveau monde3.

  • 4 Alessandro Stella, Histoires d’esclaves dans la Péninsule ibérique, Paris, EHESS, 2000, p. 41.

7Or, on ne peut légitimement reprocher à M. I. Finley d’avoir centré sa réflexion sur l’épicentre du monde occidental ancien et moderne. De toute évidence, il n’a jamais prétendu ériger son opinion en principe universel. Comme il le fait remarquer lui-même, son enquête touche avant tout à l’Italie et à la Grèce antiques. On n’a pas à s’étonner, partant de son champ de compétences et des corpus entre ses mains, qu’il se désintéresse du monde musulman médiéval et moderne. Il faudrait rappeler également le contexte de ces débats4, aujourd’hui dépassés, qui s’inscrivaient dans une perspective marxiste, axée sur une approche quantitative et économiste.

  • 5 Arnold A. Sio, «  Interpretation of Slavery : The slave status in the Americas  », Comparative Stud (...)
  • 6 Jacques Annequin (compte rendu), «  Formes et aspects de l’esclavage  », dans Annales Économies, So (...)

8De son côté, M. Arnold A. Sio, se penchant sur la question des rapports maître-esclave en Amérique, considère que : «  dans les colonies espagnoles et portugaises, les esclaves n’auraient pas été assimilés à des objets et considérés comme dépourvus de toute personnalité morale, comme ce fut le cas aux États-Unis5 […]  ». L’auteur estime que, les contacts durables avec les Arabes et les Noirs, l’influence du catholicisme et du droit romain ont amené les Espagnols et les Portugais à adopter une attitude bienveillante envers les esclaves. En revanche, la culture protestante, conjuguée avec la quête du profit individuel aux États-Unis «  aurait, selon lui, conduit à considérer les esclaves uniquement comme des choses entièrement subordonnées au maître6  ».

9Pourtant, Arnold A. Sio montre bien la fragilité de cette assertion ; car sur le fond, il y avait peu de différences entre le vécu des esclaves dans le nord et le sud de l’Amérique :

  • 7 Ibid., p. 1330.

Si la possibilité pour les esclaves d’accéder à la liberté fut plus large au Brésil que dans les colonies françaises ou anglaises, dans des pays comme Cuba ou Porto-Rico, les traditions culturelles ibériques qui reconnaissaient à l’esclave une personnalité morale n’empêchèrent pas celui-ci de subir, lorsque se développèrent les plantations de sucre, une dégradation aussi profonde qu’à la Jamaïque ou en Amérique du Nord. À l’époque coloniale, le Brésil n’ignora pas d’ailleurs les discriminations raciales. Comme en Amérique du Nord, les Noirs même libres étaient considérés comme appartenant à une caste inférieure et les mulâtres qui atteignaient à un rang social élevé n’étaient jamais acceptés par la société blanche7.

10L’objectif de la présente contribution est de dénouer les récits et de sonder les contextes d’émergence d’une économie esclavagiste dans le monde musulman. Nous tentons, à partir d’une approche critique des sources disponibles, d’en dégager les traits les plus saillants et de retranscrire brièvement les logiques discernables, dans des espaces politiques soumis à de perpétuels changements. Et c’est bien en raison de ces fluctuations et des agencements variables que nous nous proposons d’élargir l’enquête documentaire au-delà des pratiques agraires connues dans l’Irak méridional. Le choix de varier les espaces de comparaison, plutôt que de se concentrer sur l’exploration d’une seule et unique province, risque sans doute de réduire le problème à ses éléments essentiels. Mais il ne s’agit pas ici d’éluder le débat ou de simplifier une question si complexe. Il s’agit tout simplement d’esquisser un cadre d’analyse comparative susceptible de faire la lumière sur quelques aspects des nombreuses activités productives assignées aux esclaves chez leurs maîtres arabes. Notre intention est claire ; ce tour d’horizon succinct et rapide vise à réunir des textes susceptibles d’ouvrir de nouvelles voies de lecture. C’est une condition préalable à un examen approfondi permettant d’atténuer l’emprise d’une prétendue exception orientale.

11Loin des logiques manichéennes, les sources arabes dessinent des typologies et des dynamiques complexes qui donnent à repenser, de manière nuancée, l’histoire sociale des esclaves. Elles offrent l’opportunité de sortir du cadre des discours convenus et des clichés tous faits. En reconsidérant les faits et juste les faits, les données textuelles donnent à voir une grande diversité des formes d’esclavage. Elles montrent que son étaiement ne se limite pas aux sphères militaire, urbaine ou familiale ; ces informations, soutenues par l’étendue des sources primaires disponibles, nous engagent à reconsidérer les aspects encore méconnus de ce pan de l’histoire qui a marqué, durant de nombreux siècles, l’espace proche-oriental et méditerranéen.

12Il ne fait pas de doute que, dès le premier siècle de l’hégire et à la faveur des campagnes militaires successives, le nombre d’esclaves et de captifs s’est prodigieusement accru. On sait également que, en vertu du principe du fay’, les terres conquises ont fait l’objet d’une distribution au profit des conquérants et du bayt al-mâl. De bonne heure, les membres de l’oligarchie militaire se sont attribués de vastes propriétés et des fortunes considérables. Ces épisodes historiques ont entraîné une expansion remarquable des activités agricoles et minières et un accroissement des besoins en main d’œuvre. L’histoire des prix et du commerce, les traités juridiques et les actes notariaux montrent qu’il était bien commode de se procurer des esclaves d’autant plus qu’un homme coûtait moins cher qu’un cheval, qu’un bœuf ou qu’un mulet. La conjonction de ces événements et leurs effets cumulatifs ont ainsi jeté les jalons d’une économie de type antique. Les chroniques arabes, attentives à la vie des nobles familles d’Orient et d’Occident musulman, en disent parfois long sur les moyens matériels détenus par l’aristocratie arabe sous les premiers califes. Maints exemples sont ainsi mis en exergue pour célébrer la richesse et le prestige des figures les plus emblématiques de ces époques inaugurales. Pour ne pas alourdir ce court exposé, nous en citerons juste quelques-uns.

13Aux dires d’al-Mas‘ûdî, dès la deuxième moitié du viie siècle, les travaux agricoles étaient, non exclusivement mais en grande partie, confiés à une main d’œuvre asservie. Dans son ouvrage, Murûdj al-dhahab écrit autour de 332/943, l’auteur assure que le calife ‘Uthmân Ibn ‘Affân avait des fermes, des jardins et des sources d’eau dans les environs de Wâdî al-Qurâ et de Hunayn d’une valeur de cent mille dinars. Il possédait des troupeaux et disposait de foules abondantes d’esclaves. On apprend également que, sous son règne, de nombreux compagnons acquirent des terres et de riches demeures. ‘Abd al-Rahmân Ibn ‘Awf al-Zuhrî était à la tête d’une fortune qui s’élevait à quatre-vingt mille dinars. Il possédait mille chameaux, une centaine de chevaux, dix mille brebis et un nombre considérable d’esclaves. De son côté al-Zubayr Ibn al-‘Awwâm avait fait construire un hôtel particulier à Basra qui :

  • 8 Al-Mas‘ûdî, Murûdj al-Dhahab, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1973, II, p. 342.

aujourd’hui, est encore bien connu et sert d’hôtel pour les marchands, les banquiers et les négociants maritimes […]. Il fit construire d‘autres maisons à Kûfa, à Fustât et à Alexandrie, précise al-Mas‘ûdî. Ces maisons […] y sont connues jusqu’à nos jours et personne n’en ignore l’origine. À sa mort, il légua des propriétés de la valeur de cinquante mille dinars, mille chevaux, mille esclaves des deux sexes et de vastes domaines dans les villes que nous venons de nommer8.

14Un autre compagnon, Talha b. ‘Ubayd Allah al-Tyamî avait lui aussi un hôtel particulier à Kûfa. Il possédait de grandes propriétés rurales en Irak qui lui procuraient un revenu journalier de mille dinars. Objectivement, rien ne permet de récuser en bloc ces informations d’autant plus qu’elles sont corroborées par des témoignages analogues, directs et concordants. Bien évidemment, les chiffres avancés ici gagneraient à être revus à la baisse. On eût souhaité également que les Murudj al-Dhahab, cette œuvre historico-géographique riche et abondante, nous éclairât sur le patrimoine des Banû Tâlib et les fortunes amassées par des hommes comme al-Hasan b. ‘Alî ou ‘Abd Allah b. Dja’far. On regrettera seulement ce silence gêné de la part de l’auteur. Selon toute vraisemblance, al-Mas‘ûdî était un partisan de la cause alide ; et il est fort probable que cet attachement doctrinal ait été à l’origine de cette discrétion inattendue. Il convient de rappeler, néanmoins, que ses sympathies envers le shî‘isme étaient bien modérées par son rationalisme et sa vision universelle de l’humain. Ses biographes postérieurs, Ibn al-Nadîm, Ibn Hadjar al-‘Asqalânî et même Ibn Khaldûn, qui ne se privent d’ailleurs pas de le critiquer ouvertement, le décrivent comme un grand maître en le gratifiant du titre de chef de file des historiens et d’imâm al-mu’arrikhîn. Tout comme al- Djâhiz, il fait partie des rares rationalistes et libres penseurs musulmans. C’est un encyclopédiste doublé d’un mu‘tazilite et doué d’une riche culture acquise au travers de ses longs voyages. Partant de ses qualités intellectuelles et humaines, unanimement reconnues par ses pairs, il est donc permis de faire foi aux indices qu’il fournit pour reconfigurer, du moins en partie, les cadres du réel.

  • 9 Ibn ‘Abd al-Hakam, Futûh Ifrîqiya wa-l- Andalus, Alger, 1942, p. 50-51.
  • 10 Ibn ‘Idhârî, al-Bayân al-Mughrib fî akhbâr al-Andalus wa-l-Maghrib, Beyrouth, Dâr al-Thaqâfa, éd. G (...)

15De son côté, al-Balâdhurî, historien et biographe du iiie/ixe siècle, très apprécié pour son talent, sa probité et son esprit critique, apporte des matériaux substantiels. Avec lui, on perçoit concrètement les effets de la suprématie de l’aristocratie mecquoise dans le domaine de l’économie. Dans sa fresque généalogique, Ansâb al-Ashrâf, il décrit l’évolution du système de production et souligne les caractéristiques du grand domaine. De manière plus concise mais plus précise, le Kitâb Futûh Ifrîqiya wa-l-Andalus, composé une génération avant al-Balâdhurî par le juriste égyptien Ibn ‘Abd al-Hakam, offre là encore des indications irremplaçables. Les passages qu’il consacre à l’Afrique septentrionale et à al-Andalus mettent en scène des foules importantes d’esclaves, arrachés à leurs terres et à leurs familles. Après que Mûsâ Ibn Nusayr eut envahi le Maghreb et l’Espagne, il semblerait que la part du butin humain, revenant de droit à l’autorité califale, eût atteint des effectifs considérables. Les chiffres parlent de soixante mille et de cent vingt mille esclaves. Et Ibn ‘Abd al-Hakam9 de préciser que les Médinois avaient été sidérés par les hauts faits du général Ibn Nusayr et surtout par les colonnes d’esclaves conduits en Égypte et dans le Hedjaz. L’annonce préalable de ces fournitures extravagantes leur sembla, nous dit l’auteur, invraisemblable. Nous retrouvons, avec quelques variantes, le même récit chez l’historien maghrébin Ibn ‘Idhârî10 qui vivait dans la seconde moitié du viie/xiiie siècle et le début du viiie xive siècle.

  • 11 Mohamed Talbi, «  Droit et économie en Ifrîqiya au iiie/ixe siècle  », dans Études d’Histoire Ifriq (...)

16Beaucoup plus que des indices mineurs et improbables, les textes se font l’écho d’une économie dévoreuse d’esclaves, soutenue par un trafic multipolaire et de grands moyens financiers. Les richesses acquises et l’affluence des captifs ont profondément transformé les cadres traditionnels de la vie en Arabie. Les données numériques, livrées par l’historien tunisien Mohamed Talbi, renforcent notre hypothèse. En moins d’un siècle, précise-t-il, plus de quatre cent mille berbères ont été expédiés en Orient comme esclaves11. Ce n’est qu’à partir du califat de ‘Umar Ibn al-‘Azîz que l’on épargna aux Berbères ce tragique destin. Mais c’est vers des horizons plus lointains que les négriers orientaux dirigèrent leur quête de denrées humaines ; trafic auquel des marchands berbères, victimes d’hier, allaient prêter main forte. Ainsi, leur émancipation s’est-elle traduite par un redoublement des puissances de rapine et de prédation à l’encontre des populations soudanaises, des gens du Sind et du Caucase, des Slaves, des Ibères et des Lombards. Aux marchands et maquignons musulmans se joindront des colonies de négociants d’origines diverses.

  • 12 Voyage de Bernard et de ses compagnons en Égypte et en Terre Sainte, éd. F. X. Michel et A. d’Avez (...)

17Le récit de voyage de Bernard le Moine, consigné à la suite de son pèlerinage en Terre sainte, vers l’an 870, confère davantage d’évidence à la permanence et à la récurrence des faits12. Aussi rappelle-t-il :

Nous vînmes donc, précise-t-il, au Monte Garand […]. De là, après soixante milles, nous atteignîmes la ville de Bari des Sarrasins qui appartenait jadis aux Bénéventais […]. Sortant de Bari, nous allâmes
à quatre-vingt-dix milles à Tarente où nous trouvâmes six navires emportant neuf mille captifs chrétiens de Bénévent. Dans deux navires, qui partirent d’abord pour l’Afrique, il y en avait trois mille ; deux autres, partant pour Tripoli, en emmenaient de même trois mille. Dans les deux autres encore, où il y avait le même nombre de captifs, nous entrâmes et fûmes conduits au port d’Alexandrie après trente jours de navigation […].

  • 13 Ibn Fadhlân, Risâlat Ibn Fadhlân, éd. S. Dahhan, Beyrouth, Dâr Sâder, 1991.

18Par ailleurs, l’ambassade dirigée par Ibn Fadhlân en 309/921 chez les Bulgares constitue un témoignage vivant sur les enjeux du commerce de l’homme13.

19Les esclaves étaient utilisés pour la garde des troupeaux, les travaux des champs, de terrassement et de construction, l’entretien des maisons, le tissage, l’artisanat, les mines, le commerce et toutes sortes de corvées dans les demeures bourgeoises et même parfois dans les maisons du petit peuple. Une partie des effectifs était également absorbée par les métiers de soldats, d’eunuques et de chambellans. D’autres, particulièrement ceux doués d’une vocation artistique comme le chant ou la musique, faisaient l’objet d’un commerce fort rémunérateur. Durant de nombreux siècles, les plus illustres représentants de la production artistique et de la composition musicale furent des esclaves nés dans le Hedjaz, en Irak ou en Syrie. Ce fut le cas de ‘Azza al-Mâ’ila, Djamîla, Habbâba, Sallâma, Tuways ou Ma‘bad b. Wahb. Ce dernier est considéré comme l’un des «  quatre grands chanteurs des débuts de l’islam  ». Il était le fils d’un esclave noir qui travaillait à Médine et appartenait à une famille des Banû Makhzûm. Ma‘bad était à l’origine employé comme berger. Dès son plus jeune âge, il gardait, jour et nuit dans la solitude du désert, les troupeaux de son maître. Il aurait appris seul à battre la mesure en enfourchant la selle de ses montures, scandant ses vers à l’aide d’un qadhib. Ses talents lyriques lui permirent de gagner, par le plus grand des hasards, un concours de chant organisé à La Mecque en 73/692. Ce succès lui offrit l’occasion rêvée de se délier de ses chaînes et d’intégrer les cénacles artistiques des princes omeyyades. Devenu riche et célèbre, Ma‘bad se hâta de racheter la liberté de sa mère, de ses frères et sœurs. À ces artistes de renom, il faudrait bien sûr ajouter deux autres figures ; Khulayda al-Makkiyya et Ziryâb. Ce dernier avait reçu ce sobriquet en raison de la couleur extrêmement noire de sa peau et de la douceur de sa voix. Il appartenait au riche musicologue de Bagdad, Ishâq al-Mawsilî. Son exil en Espagne lui permit d’accéder au faîte de la célébrité. Aussi marqua-t-il de son empreinte l’histoire de la musicologie arabe.

20Quant à Khulayda, sa grâce et son talent lui permirent de gravir les échelles sociales. Elle appartenait à Ibn al-Shammâs, un négrier médinois, enrichi par le commerce des esclaves-chanteuses. D’après le Kitâb al-Aghânî d’al-Isfahânî, Khulayda était la fille d’un couple d’esclaves d’origine éthiopienne. Ses parents, rapportait-elle, s’étaient éreintés au travail :

  • 14 Al-Isfahânî, Kitâb al-Aghânî, Le Caire, Dâr al-Kutub al-Misriyya, 1928, xvi, p. 133-134.

Ils ne rêvaient que de fuir la maison de leur maître. À force de fugues manquées et de récidives, ils finirent par être souvent attachés. Epuisé, son père mourut dans le désespoir et l’abattement, les fers au pied et la chaîne au cou ; sa mère périt, à son tour, dans l’errance et le marronnage, précise-t-elle14.

21À l’évidence, il ne s’agit pas d’un cas isolé. Ces violences étaient assez fréquentes aussi bien en Orient qu’au Maghreb ou en al-Andalus. De manière générale, les juristes estiment qu’il est licite pour un maître de prendre les dispositions nécessaires pour protéger son patrimoine. C’est ce qui ressort explicitement de l’une des fatâwî d’al-Wansharîsî. Le faqîh Abû ‘Abd Allah Ibn ‘Abd al-Karîm al-Aghsâwî fut interrogé à propos d’une affaire similaire :

Un individu possède un esclave qu’il traite bien. Mais ce dernier a un mauvais caractère et a tenté de s’évader à plusieurs reprises. Alors, il lui met un gros anneau de fer (khalkhâl min hadîd) au pied pour que tout un chacun reconnaisse, en cas de fugue, qu’il s’agit bien d’un esclave en fuite. Ce que le maître a imposé à son esclave est-il permis ?

  • 15 Ahmad Ibn Yahiya al-Wansharîsî, Al-Mi‘yâr al-mughrib wa-l-djâmi‘al-mu‘rib ‘an fatâwî ahl Ifrîqiya w (...)

Réponse : La mesure prise par le maître est licite, car il est tout à fait légitime qu’il protège son bien15 (siyânati mâlihi).

22Les textes arabes font état de profonds changements liés à la formation d’un espace impérial, s’étendant de l’Atlantique à l’océan Indien. Cette mutation a fait voler en éclat les valeurs traditionnelles et les mœurs patriarcales du Hedjaz. Dès le milieu du ier/viie siècle, on voit se dessiner les grands traits d’une société nouvelle. Principale source d’énergie et de prestige des dynasties califales, les esclaves feront ainsi très tôt l’objet d’une demande effrénée. De façon sans doute différente mais concordante, les chroniques arabes attestent cette quête d’une main-d’œuvre taillable et corvéable à merci. Les esclaves ne venaient pas tous du même monde. Ils formaient une mosaïque d’origines et de couleurs disparates. Même si, comme le montrent al-Djâhiz et al-Mas‘ûdî, on observe, dès le premier siècle, les signes avant-coureurs d’une racialisation des discours, il faut dire que le recrutement des esclaves n’était pas fondé sur une base phénotypique. C’est peut- être là la principale caractéristique opposable au modèle atlantique. Il est sans doute difficile de parler d’une exacte symétrie entre esclavage et négritude.

  • 16 Al-Mas‘ûdî, Murûdj al-Dhahab, éd. M. M. al-Din Abd al-Hamid, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1973, I, p. 106
  • 17 Ibid, p. 97.
  • 18 Al-Muqaddasî, Ahsân al-Taqâsîm fî Ma‘rifat al-Aqâlîm (La meilleure répartition pour la connaissance (...)
  • 19 Al-Mas‘ûdî, op. cit., I, p. 94.

23Au regard des éléments que nous venons de voir, il serait vain de conclure sur une opposition absolue entre des modèles d’esclavages, certes différenciés, mais résolument inscrits dans un système monde. Au-delà des dichotomies spatiales et temporelles qui les séparent, les sources arabes offrent des matériaux tangibles pour une réflexion sur les héritages communs aux différentes formes d’asservissement. De façon générale, et en dépit des statuts clairement différenciés entre les esclaves, les ouvriers salariés, les métayers et les fermiers pauvres, les textes décrivent des systèmes impériaux marqués par une extension de la servitude. Sans doute, la deuxième moitié du viie siècle aura-t-elle inauguré le premier âge d’une économie agraire soutenue par le travail servile. Ce processus initial de transformation se prolongera jusqu’au déclin du califat omeyyade. Avec le triomphe des Abbassides, cette longue phase connaîtra un tournant décisif. Aussi, les chroniques arabes présentent-elles des ressources infinies d’intelligibilité pour déconstruire le discours totalisant assignant, à l’Orient arabo-musulman, une altérité radicalement irréductible. Elles montrent, avec une clarté suffisante, que la question des esclaves y avait tenu une place centrale. C’est surtout dans les grands domaines et tout particulièrement dans le Hedjaz, en Mésopotamie, en Iran, dans le golfe Persique que l’on rencontre les plus gros effectifs d’esclaves. Ces espaces matriciels ont joué un rôle majeur dans la mise en valeur des terres agricoles. Les marchands et les armateurs étaient en contact permanent avec les mers du Yémen, d’Oman, de la Péninsule arabique, d’Abyssinie, de Chine, du Sind, de l’Inde, de la mer Caspienne, de la mer Rouge, de la Méditerranée et de l’Afrique orientale. C’est également dans cette extrémité du golfe Persique, aux portes de Basra et plus précisément entre ‘Abbâdân et al-Ubulla que viennent mouiller les navires de Sirâf et de l’Oman16. La proximité du golfe Persique a constitué, pour la province du Sawâd, un atout formidable. Al-Mas‘ûdî prête à ce couloir de navigation la forme d’un triangle long de mille quatre cents milles dont le sommet serait situé à al-Ubulla17. Commandants de navires, armateurs et marchands étaient le plus souvent des Persans ou des Arabes originaires de Sirâf, de l’Oman, de ‘Adan, de Basra, d’Abbâdân ou de Kermân. Certains pilotes étaient devenus très célèbres comme Abû ‘Alî Ibn Khâzim, «  le premier des marchands dont les vaisseaux étaient en perpétuels voyages18 […]  », Muhammad Ibn Zaydabûd al-Raydûn, Djawhar Ibn Ahmad Ibn Sîra, les frères ‘Abd al-Rahîm ou ‘Abd al- Samad Ibn Dja‘far al-Sîrâfî19. Le copiste du Kitâb Sûrat al-Ard d’Ibn Hawqal, qui visita la ville de Kermân et son port, parle d’une ville opulente et riche en palmeraies. À propos de sa population, il explique qu’elle :

  • 20 Ibn Hawqal, La configuration de la terre, trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Paris, Maisonneuve et Lar (...)

faisait preuve d’une libéralité évidente et d’une circonspection parfaite. Parmi elle, on comptait un certain nombre de négociants cossus dont un nommé Hasan Ibn ‘Abbâs, propriétaire de navires qui cinglaient vers les extrémités de l’Inde […]. Il avait à son service des esclaves noirs qui donnaient une aubade cinq fois par jour à la porte de sa mosquée. Le fait fut rapporté au seigneur du Kermân, Muhammad Ibn Arslân Shâh, qui déclara : « Ferait-il donner cinquante aubades par jour, que je ne m’y opposerais pas, car c’est un homme dont les vaisseaux déversent dans mes caisses environ cent mille dinars par an. Comment rivaliser avec lui tant que le vent sera favorable20 ? »

24Forgées par la mer et le commerce au long cours, ces villes étaient le point de jonction des routes maritimes et le centre de redistribution des esclaves, de l’or, des épices et des bois précieux. Les vaisseaux des marins byzantins, russes, indiens, chinois et musulmans étaient relayés par des caravanes parcourant le désert arabique, l’Égypte et le Maghreb, l’Asie centrale, le pays des Russes et des Bulgares de la Volga. Les ports et leurs entrepôts regorgeaient de marchandises importées des quatre coins du monde. Nous ne possédons pas d’inventaires précis et complets, mais les indications des auteurs arabes parlent d’afflux d’esclaves originaires d’Inde, d’Éthiopie, de Nubie, de Somalie, de Zanzibar, des royaumes de Ghana et d’Europe. Évoquant les désastres causés par un incendie qui ravagea l’Oman en l’an 324/935, une année marquée par les famines et la peste à Bagdad et Ispahan, Ibn al-Djawzî signale la mort d’un nombre élevé d’esclaves noirs et blancs. Selon l’auteur d’al-Muntazam fî târîkh al-umam wa-l-mulûk :

  • 21 Ibn al-Djawzî, Al-Muntazam fî târîkh al-umam wa-l-mulûk, éd. Muhammad et Mustapha A. al-Kâdir ‘Atâ, (...)

douze mille esclaves noirs périrent dans les flammes ainsi qu’un nombre indéterminé d’esclaves blancs. À cela s’ajoute la perte de quatre cents charges de musc21.

  • 22 Al-Tabarî, Târîkh al-umam wa-l-mulûk, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1988, V, p. 444.
  • 23 Al-Maqrîzî, Histoires des Sultans mamluks d’Égypte, Paris, 1837, t. 2e partie, p. 131.
  • 24 Al-Mâlikî, Riyadh al-Nufûs, éd. B. Bakkouch et M. Métoui, Beyrouth, Dâr al-Gharb al-Islâmî, 1981, I (...)
  • 25 Voyages Ibn Battouta, Paris, 1854, IV, p. 445.

25Certaines données témoignent d’un accroissement rapide de la population servile dans l’ensemble des provinces du califat. L’attrait des bonnes terres avait stimulé le commerce de traite et l’arrivée des esclaves en grand nombre. Ce rythme s’est maintenu durant plusieurs siècles. Les esclaves étaient présents à tous les échelons de la société et occupaient toutes sortes de métiers. Dans certaines provinces, leur nombre avait déséquilibré la structure ethnique et sociale. Nous ne possédons pas de données statistiques exploitables, mais quelques témoignages permettent de pallier ce défaut. Al-Tabarî précise que, au milieu du ixe siècle, les travaux de terrassement et les grandes fermes oasiennes de Basra réunissaient, sur un même chantier, cinq cents à quinze mille esclaves des deux sexes22. Il en était de même en Égypte et jusqu’aux marges sahariennes du Maghreb. Al-Maqrîzî, dans son Histoire des sultans mamluks, parle d’une vente en 1275 de dix mille esclaves d’origine soudanaise23. Nous savons par ailleurs que ce fut également le cas, à la même époque, dans les oasis d’Ifrîqiya. Lors de la révolte dirigée contre le prince aghlabide Ziyâdat Allah 1er, en 209/824, environ mille esclaves, travaillant dans les osais de Qastîliya, prirent la fuite armés de pioches et de herses24. Ibn Battûta rapporte, quant à lui, avoir rencontré des convois de plusieurs centaines de filles esclaves. Il précise que ces jeunes femmes, achetées à prix d’argent, devaient travailler dans les mines de cuivre25.

  • 26 Nassiri Khosrau, Relation du voyage de Nassiri Khosrau, trad. Charles Schefer, Paris, 1881, p. 225.
  • 27 Ibid., p. 225.

26Dans certaines cités du golfe Persique, leur nombre dépassait parfois celui des hommes libres. Pour le milieu du xie siècle le récit de voyage de Nassiri Khosrau, permet de se faire une idée précise. Ces derniers représentaient, rapporte-il, environ 150 % de l’ensemble de la population masculine libre «  en âge de porter les armes26  ». Nassiri Khosrau qui visita le Bahrayn, nous renseigne sur la composition de la population et le ratio entre hommes libres et esclaves dans la ville d’al-Ahsâ ; une ville bien peuplée située à une journée du littoral et où : «  on y trouve, explique-t-il, tout ce qui constitue une grande cité ; et l’on y compte plus de vingt mille habitants en état de porter les armes27  ». Un peu plus loin dans sa relation, il ajoute :

  • 28 Ibid., p. 227-228.

Lorsque je me trouvais à Lahssa, ces princes possédaient trente mille esclaves nègres ou Abyssiniens, achetés à prix d’argent et qui étaient employés à des travaux d’agriculture et de jardinage. Le peuple n’avait à payer ni impôt ni dîme […]. Si le propriétaire d’une maison ou d’un moulin vient à être ruiné, et s’il n’a pas le moyen de remettre son immeuble en état, les gouverneurs désignent un certain nombre de leurs esclaves qui sont chargés de réparer les dommages éprouvés par les maisons ou les moulins ; il n’est rien réclamé, pour ce fait, au propriétaire28.

  • 29 Al-Mas‘ûdî, op. cit., I, p. 149.
  • 30 Al-Tabarî, op. cit., V, p. 476-477.

27En relation immédiate avec l’Abyssinie et le pays des Zendj, al-Ahsâ était en contact très étroit avec le Bahrayn et Basra ; cette proximité lui conférait une place de choix. Mais, Basra, avec son port d’al-Ubulla, jouissait d’une évidente prééminence sur l’ensemble des villes du golfe Persique. Selon al-Mas‘ûdî 29, un phare avait été placé à l’entrée de la rade qui présentait, du côté d’al-Ubulla, un tourbillon périlleux. Ce fut d’ailleurs aux abords d’al-Ubulla et à proximité du canal d’Abî al-Khasîb, nous dit al-Tabarî, que les esclaves insurgés interceptèrent en 871 de l’ère chrétienne, vingt-quatre bateaux de haute-mer. Ils mirent trois jours à en décharger les cargaisons30. Ces bâtiments, chargés d’esclaves et de riches marchandises, s’apprêtaient à regagner le port de Basra. Outre les circuits régionaux, les marchés étaient irrigués par les courants du négoce à longue et moyenne distance. À ces parcours de longues circumnavigations vient se raccorder un important noeud de routes de grandes caravanes et de transport fluvial. Selon les géographes arabes, il n’existerait pas, dans le monde entier, de lieu qui ait été plus couvert de canaux et d’eau que les environs de Basra.

  • 31 Ibn Hawqal, op. cit., I, p. 228.
  • 32 Ibid.

28À en croire Ibn Hawqal, ce système, dénombré aux temps de Bilâl Ibn Abî Burda, «  se montait à plus de cent mille cours d’eau et sur la plupart d’entre eux naviguaient de petits bateaux31  ». Le creusement des canaux avait occasionné le recrutement d’une abondante main-d’œuvre servile. Basra était parsemée de fermes et d’oasis. Elle «  possède des palmeraies sans interruption depuis Abdasi jusqu’à Abbadan, sur une étendue de plus de cinquante parasanges ; à quelque endroit qu’on se trouve, on est au milieu de cours d’eau et de palmiers32  ». Avec ses multiples variétés de plantations, ses arsenaux, ses chantiers hydrauliques et urbains, Basra était aussi le foyer d’une brillante activité intellectuelle et religieuse. Au milieu du viiie siècle, sa population comptait, vraisemblablement, plus de deux cent mille âmes, presque le double de celle de Lisbonne vers la fin du xve siècle.

  • 33 Al-Djâhiz, «  Kitâb al-Awtân wa-l-Buldân  », dans Rasâ'il al-Djâhiz, éd. A. S. Muhammad Haroun, Le (...)

29Négociants, banquiers et bailleurs de fonds jouissaient pour leurs affaires d’avantages garantis par les préfets. Ils se réunissaient tous les jours au marché qui se tenait de trois heures de l’après-midi jusqu’à la nuit, dans les dédales du Mirbad, centre d’affaires le plus célèbre de la cité. Non loin de là, fut édifiée une place de la bourse, dâr al-samâsira, qui rapportait chaque jour au fisc une somme de mille dirhems. D’après al-Djâhiz, le Mirbad était le cœur battant de l’Irak. Ce serait en ces termes, nous dit le polygraphe basrien, que le préfet de la ville, Dja‘far b. Sulaymân s’exprimait : «  l’Irak est le cœur du monde, Basra le cœur de l’Irak, le Mirbad, le cœur de Basra et ma maison le cœur du Mirbad 33  ». La ville garda longtemps son rang de grande métropole, et ce en dépit de la fondation de Bagdad en 762. Elle ne perdit de son influence et de son prestige que vers la fin du xe siècle ; bien après la troisième révolte des esclaves noirs en 255/869 qui, après avoir fait main basse sur al-Ubulla, investirent la cité en 257/871.

  • 34 Ibn Hawqal, op. cit., I, p. 229.
  • 35 Mohamed Ouerfelli, Le sucre. Production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale(...)

30Al-Ubulla était la porte d’entrée des esclaves et des produits étrangers. Ce port fluvial pouvait recevoir des navires d’assez gros tonnage. Son canal, qui porte le même nom, était le plus important des canaux du district. Il s’étirait sur quatre parasanges. Ses deux rives étaient bordées de palais, de riches maisons et de gracieux belvédères. Les géographes arabes décrivent un pays couvert de vergers et d’opulentes oasis34. Les domaines s’étendaient à perte de vue dans la basse vallée mésopotamienne. Le cours inférieur des deux fleuves était couvert de roseaux et de grands marécages vite devenus un foyer de rébellion et de marronnage. Cette zone d’accumulation fit l’objet de grands travaux de revivification des terres destinées à l’acclimatation de cultures intensives comme la canne à sucre, le coton et le lin. Ces plantes feront aussi l’objet d’un soin particulier après leur introduction en Syrie, en Égypte, au Maghreb, en Espagne et en Sicile35.

  • 36 Al-Mâwardî, al-Ahkâm al-sultâniyya wa-l-wilâyât al-dîniyya, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, (s. (...)

31Il est difficile d’apprécier exactement les dimensions du Sawâd, ce territoire qui, selon toute, vraisemblance, représenterait le quart de la superficie totale de l’Irak. En ce qui concerne les marécages, les textes arabes avancent des chiffres qui varient du simple au triple, allant de neuf cents à deux mille cinq cents parasanges carrées, c’est-à-dire entre trente-deux mille et quatre-vingt-dix mille kilomètres carrés. Ces variations sont, sans doute, liées à l’ampleur des crues et des décrues. De manière générale, les approximations remontent jusqu’à la fin du règne du dernier roi sassanide. À cette époque, la superficie du Sawâd utile aurait été de cent cinquante millions d’arpents, générant des revenus fiscaux de l’ordre de six cents millions de dirhams36.

  • 37 Ibn Abî al-Hadîd, Nahdj al-Balâgha, Beyrouth, éd. M. Abdu, II, p. 296-297.
  • 38 Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, éd. S. Zakkâr et R. Zereklî Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1996, V, p. 60-61
  • 39 Al-Balâdhurî, Futûh al-Buldân, p. 290.
  • 40 Ibid, p. 290-292.
  • 41 Al-Balâdhurî, op. cit., p. 270.

32À la suite des désordres causés par la guerre et la ruine des campagnes d’Irak, le rendement de l’impôt accusa une baisse spectaculaire ; il fut évalué au temps de ‘Umar Ibn al-Khattâb à quatre-vingt millions de dirhams. Avec les Omeyyades, la course à la spéculation et au monopole de la terre connut une accélération remarquable. Sous le règne de Yazîd 1er (r. 60-4/680-3), son gouverneur ‘Ubayd Allâh Ibn Ziyâd parvint à obtenir cent trente-cinq millions de dirhams. Les textes attestent l’emploi d’une main d’œuvre servile dès le premier siècle. Dans le recueil des serments attribués à ‘Alî Ibn Abî Tâlib, celui-ci fait allusion aux esclaves noirs du sud de l’Irak et au péril qui menaçait la ville du fait de leur nombre37. Des lettres d’archives, consignées par al-Balâdhurî, évoquent la présence sur les domaines de Mu‘âwiya 1er et de ‘Abd Allah b. al-Zubayr, de troupes abondantes d’esclaves blancs et noirs «  humrân wa sûdân38  ». Par ailleurs, Ibn Khurdadhbeh ainsi qu’al-Balâdhurî39 affirment que Maslama Ibn ‘Abd al-Malik, le frère du calife omeyyade al-Walîd Ibn ‘Abd al-Malik Ibn Marwân (86/705-96/714), s’était approprié des circonscriptions agraires après qu’il eut investi plusieurs millions de dinars pour dégager des terres englouties sous les marécages40. Mais le district restait pauvre en hommes et en force de production. Pour résorber la pénurie de main d’œuvre, le préfet al-Hadjdjâdj Ibn Yûssuf décida de repeupler ces espaces désolés et de mettre fin à l’exode des villageois41. Aussi des dizaines de milliers de migrants furent-ils reconduits vers les campagnes.

33Les sources documentaires offrent des éclairages édifiants sur les politiques de peuplement du sud de l’Irak. À la suite de l’occupation du Sind, le même préfet ne tarda pas à transformer ce territoire en réservoir de main d’œuvre. Un grand nombre de familles sindiennes, surtout des Zott, fut réquisitionné pour renforcer les contingents d’esclaves déjà établis. La région était également le foyer naturel de communautés nabatéennes. Ces populations autochtones pauvres et asservies étaient particulièrement connues pour leur modèle de constructions en roseaux et de villages flottants. Ils sont souvent désignés, de manière dépréciative, comme des ‘ulûdj al-qurâ. Le terme arabe de‘ildj, dont le pluriel est ‘ulûdj, désigne normalement l’étranger, l’esclave ou le captif. Après le développement de la piraterie en Méditerranée, c’est par ce même vocable que l’on désigna les captifs chrétiens, réduits en esclavage ou rançonnés. Il s’applique ici aux habitants tributaires des villages lacustres du delta du Tigre et de l’Euphrate. Leur statut était d’une ambiguïté déconcertante. Ils n’étaient ni libres ni franchement esclaves. Ils étaient attachés à vie à la terre et ne pouvaient s’y arracher en cas de vente du domaine. Ces indigènes furent très tôt placés sous la suzeraineté de l’aristocratie militaire issue des cinq circonscriptions tribales du haut pays du Hedjaz, les Ahl al-‘Aliya installés de bonne heure à Basra et ses environs.

  • 42 Ibid.
  • 43 Al-Mas‘ûdî, op. cit., I, p. 91.

34Sur la formation des marécages, les historiens arabes ne disent que très peu de chose. Tout ce que l’on sait c’est qu’elle remonte à une date récente. Selon toute vraisemblance, ce pays aurait été parsemé, sous les derniers rois perses, de canaux d’irrigation et de vastes domaines. Mais, vers le premier quart du viie siècle, le Tigre et l’Euphrate connurent, simultanément, une crue considérable telle qu’on n’en avait jamais vue auparavant ni depuis, explique al-Balâdhurî42. De fait, la physionomie de la région a de tout temps été modelée en fonction de la dynamique propre aux deux fleuves, de leurs affluents et de leurs dépôts. Ici, donc, plus qu’ailleurs, l’entretien des sols et des ouvrages hydrauliques s’avérait un impératif vital et nécessitait une lutte incessante pour contenir l’eau et remédier aux crues dévastatrices. Lorsque le calife Mu‘âwiya accéda au trône, il nomma comme directeur de l’impôt son affranchi, ‘Abd Allâh Ibn al-Darrâdj. Celui-ci, nous dit al-Mas‘ûdî, engagea un vaste plan de mise en valeur de la région. Il fit arracher les roseaux, construire des barrages et des digues, creuser des canaux, gagnant ainsi des terrains dont le produit « s’éleva à quinze millions de dirhams43 ». Peu de temps après, sous le califat d’al-Walîd, Hassân al-Nabatî, un affranchi de la famille des Dabba, fit dessécher une partie des marais, offrant de nouveaux domaines aux grandes familles.

  • 44 Al-Mâwardî, op. cit., p. 193.

35Ainsi la nouvelle ère de domination arabe ne semble pas avoir provoqué de ruptures radicales et définitives avec les époques ultérieures. A priori, les règlements relatifs à l’impôt et aux domaines présentent des analogies évidentes avec les traditions perses et byzantines. C’est ce cadre originel, fait d’héritages et d’emprunts anciens et rénovés, qui a inspiré les dispositions afférentes à l’exploitation des sols. Ici comme dans bien d’autres provinces, les textes offrent des exemples mettant en exergue le travail des esclaves. Ces grands domaines appartenaient à des propriétaires qui résidaient généralement en ville. Leur gestion était confiée à un intendant, wakîl secondé parfois par des esclaves ou des métayers. Des princes de sang, des généraux de l’armée, des secrétaires et des chefs tribaux avaient reçu des terres taillées dans le domaine public, en contrepartie du paiement de l’impôt foncier, la dîme ou al-‘ushr. La terre était une source sûre d’enrichissement. Elle offrait aussi des revenus substantiels surtout lorsque le propriétaire bénéficiait d’exonération de charges. Les domaines étaient fiscalement rattachés à un office particulier, diwân al-diyâ‘. Sous les Omeyyades et les Abbassides, la part la plus importante des diyâ‘, dites khâlisa, était administrée par un office royal, diwân al-diyâ‘ al-sultâniyya44. Les textes y attestent une forte concentration d’esclaves, en sus des fermiers pauvres écrasés par les taxes et les corvées. Il s’agit principalement de terres récupérées, murtaja‘a ou musâdara, confisquées à leurs anciens propriétaires, de riches possédants et souvent des ennemis politiques.

  • 45 Miskawayh, Tadjârib al-’umam, Téhéran, 2002, I, p. 143.

36Parallèlement à ces bureaux royaux, des marchands enrichis, de hauts fonctionnaires et des membres de la famille califale disposaient de leur propre office. Shaghab, la mère du calife al-Muqtadir (r. 295/908-320/932), une esclave d’origine grecque, était à la tête d’une grande fortune avec de fastueux palais, des domaines fonciers et des esclaves. Ses propriétés lui procuraient des revenus annuels estimés à un million de dinars. D’après Miskawayh, la reine mère disposait également d’un diwân particulier pour administrer ses biens et ses dépenses personnelles. Celles-ci étaient évaluées à plusieurs dizaines de milliers de dinars45. À ces concessions perpétuelles ou occasionnelles, il faudrait ajouter les terres dites al-diya‘ al-diwâniyya, relevant du domaine de l’État et qui étaient astreintes à payer l’impôt zakât. Le gouvernement central avait encouragé la revivification des terres incultes, dites mawât ou vierges, mustahdatha, notamment dans les districts de Furât al-Basra, de la Batîha, d’al-Ahwâz et en Iran. Ces riches terres n’étaient pas toutes soumises au kharâdj.

  • 46 Hasan Husni Abd al-Wahab, Waraqât, Tunis, Maktabat al-Manar, 1972, III, p. 319.
  • 47 Al-Mâlîkî, op. cit., I, p. 193-194.

37L’exemple du Maghreb, de la Sicile et d’al-Andalus présente quelques analogies particulièrement significatives. Une série de documents offre des indications capitales sur le train de vie de l’aristocratie arabe. Même si elles n’y apparaissent que d’une manière inopinée et désordonnée, elles nous renseignent sur le monde des campagnes et des catégories laborieuses. Des ouvrages comme les Madârik du cadi ‘Iyâd, le Tabaqât ‘ulamâ’ Ifrîqiya wa Tûnis d’Abû al-‘Arab, le Riyâdh al-Nufûs d’al-Mâlikî, le Ma‘âlim al-’imân d’Ibn Nâdjî ou encore les consultations juridiques d’al-Wansharîssî, celles d’Ibn Rushd ou d’al-Mâzirî, pour ne citer que ces exemples, contiennent des descriptions assez détaillées sur le paysage agraire au Maghreb. Il en ressort parfois des inventaires minutieux relatifs à la taille des domaines, à l’irrigation des sols d’autant plus que l’essentiel des ressources fiscales de l’État provenait du secteur agricole46. Là aussi, les textes attestent une forte présence des esclaves. Sur la foi d’al-Mâlîkî, le célèbre savant et ascète Abû ‘Abd Allâh Muhammad Ibn Masrûq 47 avait acquis, à la mort de son père, un riche patrimoine. Son défunt père Masrûq se constitua, à la faveur de la conquête du Maghreb, une fortune colossale. En outre des honneurs et des parts de butin inestimables, Masrûq reçut des propriétés qu’il fit fructifier et agrandir par des achats successifs. Il légua ainsi à son fils des troupeaux, des esclaves et des domaines couvrant les villages de l’actuel district tunisien Sîdî al-Hânî, situé entre Sousse et Kairouan.

  • 48 Abû al-‘Arab, Tabaqât ‘Ulam’ Ifrîqiya wa Tûnis, éd. A. Chabbi et N. H. Yafi, Tunis, 1985, p. 185.
  • 49 C. Iyâd, Tartîb al-madârik wa taqrîb al-masâlik, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1998, I, p. 36 (...)

38Les notices biographiques décrivant la carrière de Sahnûn, chef de file du malikisme maghrébin et grand juge de Kairouan (m. en 240/855), livrent des informations qui confirment l’emprise de l’aristocratie arabe sur l’économie rurale aux temps des Aghlabides. Lors de sa nomination comme juge, à l’âge de soixante-quatorze ans, le 4 ramadân 234/1er avril 849, il refusa toute sorte de rétribution, jaloux qu’il était de sa liberté48. Ce souci d’indépendance et son empressement à soigner l’image d’un homme intègre, aimant consoler les pauvres, le cadi Sahnûn pouvait bien se les permettre grâce à l’abondance de ses revenus. Il possédait douze mille pieds d’oliviers, des troupeaux de dromadaires, des terres céréalières à perte de vue, des bœufs et des esclaves. Apparemment, pour commercialiser ses produits, il employait des courtiers qui lui assuraient des profits notables. En dépit de ses obligations professionnelles, il se rendait souvent dans ses champs, ne craignant pas de mettre la main à la tâche ou de remplacer un esclave malade. Ses entrepôts étaient riches et bien garnis. Lors des campagnes militaires, il n’hésitait pas à les mettre à la disposition des troupes. Il lui arrivait même de payer avec ses propres deniers la rançon des musulmans faits prisonniers49.

  • 50 Al-Mâliki, op. cit., I, p. 363-364.

39Al-Mâlikî glorifie son inépuisable générosité et célèbre sa bonté légendaire. Aussi rapporte-t-il que, après avoir eu connaissance de l’infortune d’un certain Muhammad Ibn Bashshâr al-Zarînî, un modeste imam, Sahnûn se porta aussitôt à son secours. L’imam impécunieux venait de perdre la seule esclave noire en sa possession. Il en fut profondément abattu. C’était elle, expliquait- t-il, qui prenait soin de son ménage et le déchargeait des «  corvées d’eau et de bois pour le fourneau50 ». Sahnûn le fit savoir au cercle de ses amis et rassembla quelques dons. Il mit en vente une quantité d’huile d’olives et le gratifia de la somme de cinquante dinars. D’autres exemples sont également mis en exergue. Abû Mahriz Muhammad Ibn Qays al-Kinânî était un éminent juriste qui officia à Kairouan jusqu’en 203/818. Il était doté d’une solide formation et d’une fortune inestimable. Lorsqu’il fut nommé cadi, il rassembla ses esclaves et ses troupeaux et les présenta aux gens du pays. Il leur dit :

  • 51 Ibid., I, p. 278.

«  Voici tout ce que je possède  ». Il y avait là une foule d’esclaves et toutes sortes d’espèces de troupeaux, précise al-Mâlikî. Puis il ajoute : «  Si vous voyez que, durant mon mandat, mes biens ont augmenté, vous pourrez m’accuser d’enrichissement illicite. Puis il fit acheminer le tout vers ses bourgs (manâzil) là où ils étaient auparavant51.

  • 52 Al-Mâliki, op. cit., I, p. 194, 528.
  • 53 Ibn ‘Idhârî, al-Bayân al-Mughrib fî akhbâr al-Andalus wa-l-Magrib, Dâr al-Thaqafa, éd. G. S. Colin (...)

40À travers l’agencement pointilleux de ces portraits, nous retrouvons d’autres figures de marchands cossus et de propriétaires descendants, pour la plupart d’entre eux, des premiers conquérants arabes. Ces générations de riches citadins, officiers et hauts fonctionnaires, marchands d’esclaves, ‘ulamâ’ et même ascètes, se nourrissant frugalement et portant des vêtements grossiers52, disposaient de gros revenus tirés des produits de la terre. Il arrive que leur puissance et leur aisance matérielle éveillent les soupçons des princes. Ibrâhîm Ibn Ahmad Ibn Muhammad Ibn al-Aghlab confisqua, en 280/893, les terres, les chevaux et les esclaves des grands propriétaires de Tunis, du Cap Bon, de Laribus, de Gammûda et de Béja. Cet épisode fut à l’origine d’une violente rébellion qui mit le pays à feu et à sang. Après des revers successifs, il finit par rassembler une armée forte de cinq mille esclaves noirs. Il confia la direction des opérations à un général éthiopien nommé Maymûn al-Habashî qui réussit à mettre fin à l’agitation53.

  • 54 Mohamed Talbi, L’émirat aghlabide. 184-296/800-909. Histoire politique, Paris, Librairie d’Amérique (...)

41Au terme de ce travail, l’on voit bien que les sources primaires offrent de précieux renseignements sur la vie des esclaves. Ils étaient présents quasiment partout dans les grandes métropoles comme dans les petits villages ; ils généraient des profits appréciables, prenant part à un large éventail de fonctions et de situations. Les bribes d’informations, que nous venons de réunir, font ressortir une extrême variété d’aspects et de formes d’esclavage. Il s’agit bien ici d’un dépouillement très limité qu’il faudra sans doute approfondir pour établir des inventaires significatifs. La mise en perspective de ce versant de l’historiographie arabe, encore méconnu malgré les travaux pionniers de M. Talbi, V. Lagardère et T. Mansouri54, aiderait à sortir de l’impasse des raccourcis et des schémas simplificateurs. Mais une telle démarche ne pourrait véritablement aboutir qu’au prix d’une inversion de l’angle à partir duquel cette histoire a souvent été envisagée. En dégageant ces quelques premiers points sensibles, nous espérons pouvoir scruter des voies nouvelles et trouver des clés pour une histoire comparée.

42En tout état de cause, les textes nous donnent à voir une grande polysémie des significations de l’histoire des esclaves. La diversité et la richesse des témoignages nous engagent à poursuivre cette enquête sur les héritages, les filiations historiques et les rapports analogiques entre des espaces insérés dans des économies globalisées. Elles nous invitent à la recherche d’une épistémologie susceptible de déconstruire le récit national et les logiques d’essentialisation. Comparer, c’est avant tout examiner la manière dont la comparaison aide à résoudre des problèmes liés à l’histoire de la différence et de l’indifférence. Il s’agit donc d’un outil intellectuel qui mérite d’être interrogé pour penser l’esclavage et ses héritages au travers d’une histoire longue, traumatisante et constitutive des fondements socioculturels de nos sociétés modernes.

Haut de page

Notes

1 Le paradoxe de ce paradigme est qu’il sert de justification à l’emporte-pièce aux assertions les plus contradictoires. Jacques Heers, Les négriers en terres d’islam, La première traite des Noirs viie-xvie siècle, Paris, Perrin, 2003 ; Bernard Lewis, Race et esclavage au Proche-Orient, trad. par R. Saint-James, Paris, Gallimard, 1993 ; Roger Botte, Esclavage et Abolition en terres d’Islam, Paris, A. Versaille, 2010 ; Salah Trabelsi, compte-rendu dans Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée 133, 2013.

2 D’autres, partant du même postulat ont voulu expliquer la prolifération et les survivances de l’esclavage en pays arabes comme un fait consubstantiel à l’islam et à ses dogmes.

3 Moses I. Finley, Esclavage antique et idéologie moderne, trad. par D. Fourgous, Paris, Minuit, 1981, p. 11.

4 Alessandro Stella, Histoires d’esclaves dans la Péninsule ibérique, Paris, EHESS, 2000, p. 41.

5 Arnold A. Sio, «  Interpretation of Slavery : The slave status in the Americas  », Comparative Studies in Society and History vii/3, 1965, p. 289-308.

6 Jacques Annequin (compte rendu), «  Formes et aspects de l’esclavage  », dans Annales Économies, Sociétés, Civilisations 22/6, 1967, p. 1328.

7 Ibid., p. 1330.

8 Al-Mas‘ûdî, Murûdj al-Dhahab, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1973, II, p. 342.

9 Ibn ‘Abd al-Hakam, Futûh Ifrîqiya wa-l- Andalus, Alger, 1942, p. 50-51.

10 Ibn ‘Idhârî, al-Bayân al-Mughrib fî akhbâr al-Andalus wa-l-Maghrib, Beyrouth, Dâr al-Thaqâfa, éd. G. S. Colin et É. Lévi Provençal, 1983, I, p. 40.

11 Mohamed Talbi, «  Droit et économie en Ifrîqiya au iiie/ixe siècle  », dans Études d’Histoire Ifriqiyenne et de Civilisation musulmane médiévale, Tunis, Publications de l’Université de Tunis, 1983, Xxvi, p. 194.

12 Voyage de Bernard et de ses compagnons en Égypte et en Terre Sainte, éd. F. X. Michel et A. d’Avezac-Macaya, Paris, 1839, p. 786-787.

13 Ibn Fadhlân, Risâlat Ibn Fadhlân, éd. S. Dahhan, Beyrouth, Dâr Sâder, 1991.

14 Al-Isfahânî, Kitâb al-Aghânî, Le Caire, Dâr al-Kutub al-Misriyya, 1928, xvi, p. 133-134.

15 Ahmad Ibn Yahiya al-Wansharîsî, Al-Mi‘yâr al-mughrib wa-l-djâmi‘al-mu‘rib ‘an fatâwî ahl Ifrîqiya wa-l-Andalus wa-l-Maghrib, Rabat, 1981-83, V, 146-147 ; V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Madrid, 1995, p. 206.

16 Al-Mas‘ûdî, Murûdj al-Dhahab, éd. M. M. al-Din Abd al-Hamid, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1973, I, p. 106.

17 Ibid, p. 97.

18 Al-Muqaddasî, Ahsân al-Taqâsîm fî Ma‘rifat al-Aqâlîm (La meilleure répartition pour la connaissance des provinces), trad. André Miquel, Damas, 1963, p. 31.

19 Al-Mas‘ûdî, op. cit., I, p. 94.

20 Ibn Hawqal, La configuration de la terre, trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, I, p. 48.

21 Ibn al-Djawzî, Al-Muntazam fî târîkh al-umam wa-l-mulûk, éd. Muhammad et Mustapha A. al-Kâdir ‘Atâ, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1992, xiii, p. 357.

22 Al-Tabarî, Târîkh al-umam wa-l-mulûk, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1988, V, p. 444.

23 Al-Maqrîzî, Histoires des Sultans mamluks d’Égypte, Paris, 1837, t. 2e partie, p. 131.

24 Al-Mâlikî, Riyadh al-Nufûs, éd. B. Bakkouch et M. Métoui, Beyrouth, Dâr al-Gharb al-Islâmî, 1981, I, p. 101.

25 Voyages Ibn Battouta, Paris, 1854, IV, p. 445.

26 Nassiri Khosrau, Relation du voyage de Nassiri Khosrau, trad. Charles Schefer, Paris, 1881, p. 225.

27 Ibid., p. 225.

28 Ibid., p. 227-228.

29 Al-Mas‘ûdî, op. cit., I, p. 149.

30 Al-Tabarî, op. cit., V, p. 476-477.

31 Ibn Hawqal, op. cit., I, p. 228.

32 Ibid.

33 Al-Djâhiz, «  Kitâb al-Awtân wa-l-Buldân  », dans Rasâ'il al-Djâhiz, éd. A. S. Muhammad Haroun, Le Caire, 1979, IV, p. 139.

34 Ibn Hawqal, op. cit., I, p. 229.

35 Mohamed Ouerfelli, Le sucre. Production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale, Leyde-Boston, Brill (The Medieval Mediterranean, 71), 2008, 809 p. ; Andrew M. Watson, «  The Arab Agricultural Revolution and Its Diffusion, 700-1100  », dans The Journal of Economic History, 34/1, 1974, p. 8-35.

36 Al-Mâwardî, al-Ahkâm al-sultâniyya wa-l-wilâyât al-dîniyya, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, (s.d.), p. 219.

37 Ibn Abî al-Hadîd, Nahdj al-Balâgha, Beyrouth, éd. M. Abdu, II, p. 296-297.

38 Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, éd. S. Zakkâr et R. Zereklî Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1996, V, p. 60-61.

39 Al-Balâdhurî, Futûh al-Buldân, p. 290.

40 Ibid, p. 290-292.

41 Al-Balâdhurî, op. cit., p. 270.

42 Ibid.

43 Al-Mas‘ûdî, op. cit., I, p. 91.

44 Al-Mâwardî, op. cit., p. 193.

45 Miskawayh, Tadjârib al-’umam, Téhéran, 2002, I, p. 143.

46 Hasan Husni Abd al-Wahab, Waraqât, Tunis, Maktabat al-Manar, 1972, III, p. 319.

47 Al-Mâlîkî, op. cit., I, p. 193-194.

48 Abû al-‘Arab, Tabaqât ‘Ulam’ Ifrîqiya wa Tûnis, éd. A. Chabbi et N. H. Yafi, Tunis, 1985, p. 185.

49 C. Iyâd, Tartîb al-madârik wa taqrîb al-masâlik, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1998, I, p. 360.

50 Al-Mâliki, op. cit., I, p. 363-364.

51 Ibid., I, p. 278.

52 Al-Mâliki, op. cit., I, p. 194, 528.

53 Ibn ‘Idhârî, al-Bayân al-Mughrib fî akhbâr al-Andalus wa-l-Magrib, Dâr al-Thaqafa, éd. G. S. Colin et É. Lévi Provençal, Beyrouth, Dâr al-Thaqâfa, 1983, I, p. 123.

54 Mohamed Talbi, L’émirat aghlabide. 184-296/800-909. Histoire politique, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1966 ; Id., «  Droit et économie en Ifrîqiya  », op. cit., p. 185-229 ; Vincent Lagardère, op. cit. ; Tahar Mansouri, «  Les ‘Ulamā’ et la propriété foncière en Ifrîqiya (ier-iiie/viie-ixe siècles)  », dans Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 126, 2009, p. 173-183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salah Trabelsi, « Travail et esclavage », Rives méditerranéennes, 53 | 2016, 21-39.

Référence électronique

Salah Trabelsi, « Travail et esclavage », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5146 ; DOI : 10.4000/rives.5146

Haut de page

Auteur

Salah Trabelsi

Salah Trabelsi est maître de conférences en histoire et civilisation du Maghreb et du Proche-Orient à l'université Lumière Lyon 2 ; il est vice-président puis membre du Comité Scientifique International du projet La Route de l'Esclave de l'UNESCO, et également membre du Comité scientifique du Centre International de Recherches et d'Etude sur les Esclavages à l’EHESS. Il était directeur adjoint puis directeur du Groupe de Recherches et d'étude sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO)-UMR 5291-CNRS-Université Lumière Lyon 2 de 2010 à 2015.Parmi ses récentes publications : « Résistances et mémoires des esclavages. Espaces arabo-musulmans et transatlantiques », dir. O. Leservoisier et S. Trabelsi, Paris, Karthala-CIRESC, 2014 ; F. P. Guillén et S. Trabelsi (dir.), Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals