Navigation – Plan du site
Investissement, profit et fiscalité publique autour du commerce des esclaves

Un marchand italien d’esclaves à Lisbonne à la fin du xve siècle : Bartolomeo Marchionni

Francesco Guidi Bruscoli
p. 63-81

Résumés

Pendant la seconde moitié du xve siècle, la Couronne portugaise a adopté différentes stratégies pour contrôler le marché des esclaves africains. En 1486, un contrat fut conclu avec le marchand florentin Bartolomeo Marchionni, qui put de cette façon importer au Portugal la majorité des esclaves de la région des Rios dos Escravos. Marchionni ne se limitait pas à importer les esclaves à Lisbonne, mais il jouait également un rôle important dans la redistribution vers les autres pays. Dans les années 1490, il fut le plus grand exportateur vers Valence, place sur laquelle il utilisait l’Italien Cesare Barzi comme intermédiaire. Par ailleurs, Marchionni envoyait des esclaves vers Séville et Florence, sa patrie d’origine.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

esclaves, commerce

Keywords :

slaves, trade

Géographie :

Afrique

Chronologie :

XVe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Agnès Pallini-Martin pour son aide dans la traduction en français de ce texte.

Certo pacto cum rege habito, omnes nigros in sua manu habet, et eos per omnem Italiae et Hispaniae oram vendit, et dicunt regem ex eo quotannis plus quadriginta milibus ducatorum habere1.

  • 2 Pour des éléments biographiques sur Marchionni voir Francesco Guidi Bruscoli, Bartolomeo Marchionni (...)

1C'est ainsi qu’en 1494-95 Hieronymus Münzer (ou Monetarius) décrit le rôle du Florentin Bartolomeo Marchionni dans le commerce des esclaves africains destinés à l’Italie et l’Espagne. Ce monopole, selon Münzer, a coûté à Marchionni 40000 ducats par an ; ce montant, qui équivaut à près de 16000000 reais, semble cependant, – en particulier à la lumière de ce que nous verrons plus loin – largement exagéré2.

2L’importation d’esclaves africains vers l’Europe en général, et au Portugal en particulier, au xve et au xvie siècle a été largement discutée dans l’historiographie. Beaucoup d’efforts ont été consacrés à fournir des données quantitatives, comme nous allons le voir. Cependant, bien qu’il y ait un consensus général sur le développement et la dynamique du commerce, les tentatives menées pour estimer le nombre d’esclaves importés, les coûts et les bénéfices de ce trafic ont donné des résultats très différents. Ces questions seront brièvement discutées plus loin, cependant l’essentiel de ce travail est consacré au Florentin Bartolomeo Marchionni, l’un des marchands étrangers les plus importants à Lisbonne entre la fin du xve et le début du xvie siècle. Nous ne ferons donc pas de remarques générales sur le commerce des esclaves, ni sur les parcours et les moyens de transport utilisés ; on négligera également les réseaux du commerce interne au continent africain. Enfin, nous ne discuterons pas la très nombreuse littérature – à la fois ancienne et moderne – d’une part celle concernant le cadre juridique, de l’autre celle qui a trait aux implications éthiques et morales relatives à la traite des esclaves. Cependant, grâce à l’étude de l’activité de Marchionni, il est possible de suivre les stratégies adoptées par la Couronne portugaise dans la gestion du commerce africain et son évolution dans le temps, dans une période charnière comme les dernières décennies du xve siècle. En outre, le commerce international organisé par Marchionni, qui a été ré-exportateur d’esclaves africains vers le reste de la Péninsule ibérique et vers Florence, met également en évidence l’importance croissante du Portugal dans les réseaux commerciaux européens.

Le Portugal et les esclaves africains

  • 3 Filipe Themudo Barata, Navegação, comércio e relações políticas : os portugueses no Mediterrâneo oc (...)
  • 4 Le navigazioni di Alvise da Ca’ da Mosto e Pietro di Sintra, dans Giovan Battista Ramusio, Navigazi (...)

3Les esclaves africains étaient devenus de plus en plus importants dans l’Europe occidentale au cours du xve siècle, en particulier depuis que la conquête ottomane de Constantinople avait réduit le nombre d’esclaves importés de l’Est. Dans la même période, en outre, l’exploration portugaise le long de la côte africaine avait eu pour conséquence l’introduction d’un nombre croissant de Noirs en Europe depuis le Portugal, c’est-à-dire avec un intermédiaire européen et non via l’Afrique du Nord par un intermédiaire arabe. Le Portugal, qui avait jusque-là été un importateur d’esclaves, devint en très peu de temps un exportateur ou plutôt, un ré-exportateur. En 1441, les premiers esclaves africains furent emmenés au Portugal et selon le chroniqueur Gomes Eanes de Zurara – jusqu’en 1448 une moyenne de 115 esclaves arrivait chaque année à Lisbonne (927 au total3). En 1455, le vénitien Alvise Ca’ da Mosto estimait que le nombre d’esclaves importés de la seule zone d’Arguim (aujourd’hui en Mauritanie) était de 700 à 8004.

4Alors que les esclaves africains étaient généralement d’abord capturés par les Européens par la violence, ces manières agressives ont rapidement cédé la place au commerce. En 1479, le traité d’Alcáçovas sanctionna le monopole portugais sur les territoires africains au sud du Cap Bojador et les Rois catholiques décidèrent de ne pas interférer dans le commerce des esclaves, à condition que leur domination sur les îles Canaries fût reconnue. Ainsi, de plus en plus, Lisbonne et les autres villes portugaises devinrent les ports européens d’arrivée pour les esclaves d’Afrique noire. Les descriptions d’observateurs contemporains soulignent leur nombre élevé, estimé à environ 10 % de la population de Lisbonne au milieu du xvie siècle.

  • 5 John L. Vogt, The Lisbon Slave House and African Trade, 1486-1521, Proceedings of the American Phil (...)
  • 6 João Martins da Silva Marques, Descobrimentos portugueses : documentos para a sua historia, 3 vol.  (...)
  • 7 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 2-3.

5En 1486, pour faire face à ce qui était devenu une arrivée massive d’esclaves, la Couronne portugaise décida de créer un nouveau bureau : la Casa dos Escravos, un organe subsidiaire au sein de la Casa da Guiné5. Dans la même année, et dans ce cadre-là, le commerce des esclaves noirs d’une vaste zone de la côte ouest- africaine fut confié à Bartolomeo Marchionni. Ce n’était pas la première fois qu’un particulier stipulait un contrat de ce genre : en 1469, le roi Alphonse V avait nommé Fernão Gomes « Reçebedor de todollos mouros e mouras e de quaaesquer outras cousas que nos prazemdo a deus daqui endiamteveerem do nosso rresgate de Ginea6 ». Mais, dans les années 1480, alors que les Portugais avançaient le long de la côte du golfe de Guinée, il y eut aussi des incursions de plus en plus fréquentes dans la région alors appelée Rio dos Escravos (correspondant plus ou moins au Bénin actuel), qui devinrent habituelles après la construction de la forteresse de São Jorge da Mina. En 1474, le souverain avait également interdit tout commerce dans la zone, à moins d’avoir obtenu une licence royale7. La Couronne pouvait contrôler le commerce des esclaves de trois façons : soit en le confiant directement à ses propres fonctionnaires, soit en sous-traitant des domaines spécifiques (c’est le cas de Marchionni), soit en concédant des licences à des marchands particuliers.

  • 8 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis, Raphael Eduardo de Azevedo Basto, dir., Lisbonne, (...)
  • 9 Giovanni Scopoli, Relazione di Leonardo da Ca’ Masser alla Serenissima Repubblica di Venezia sopra (...)
  • 10 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 8-9. Voir, par exemple, pour la présence et le t (...)

6Dans la deuxième moitié du xve siècle, Duarte Pacheco Pereira, qui, dans les années 1480 et 1490, avait navigué le long de la côte africaine, estimait que le nombre d’esclaves importés chaque année depuis la côte comprise entre le « Reyno de Jalofo » (Sénégal) et la Sierra Leone était d’environ 3 5008. Au début du xvie siècle, selon un observateur considéré comme fiable, le Vénitien Leonardo da Ca’ Masser, la Couronne portugaise « traze pure della Ginea per l’appalto delli Negri, ch’entrano in questa città da teste 2 000, all’anno ducati 5 000 » (« il reçoit de Guinée, pour le contrat des noirs qui arrivent dans cette ville, de 2 000 têtes, 5 000 ducats par an »), ou 1 950 000 reais9. Cependant, une grande partie du commerce était interrégionale (avec l’intermédiation portugaise) et, afin de maintenir les coûts de transport peu élevés, les esclaves destinés à l’Europe étaient pris depuis la zone de la Sénégambie, plutôt que du Golfe de Guinée plus lointain. Les esclaves pris dans le Golfe de Guinée étaient généralement employés localement, dans la zone de la Mina de Ouro ou dans les plantations des îles de l’Atlantique10.

  • 11 Ivana Elbl a rassemblé les estimations réalisées par différents chercheurs, soulignant que les moye (...)

7Estimer le nombre d’esclaves achetés et vendus par les Portugais aux débuts de la traite négrière transatlantique est une tâche extrêmement ardue et qui occupe de nombreux chercheurs, avec des résultats souvent contradictoires. La pénurie des sources primaires est évidemment le principal problème ; en outre, celles qui nous sont parvenues sont de genre différent et sont parfois peu compréhensibles. S’ajoutent à ces difficultés, les fluctuations importantes des envois d’une année à l’autre, ainsi que l’existence d’importations illégales. Tous ces facteurs conduisent à des estimations et des approximations, basées sur des pourcentages de correction (à la hausse ou à la baisse), qui génèrent des résultats très différents. Pour les quinze dernières années du xve siècle et le début du xvie siècle, par exemple, les estimations oscillent de 800-900 à près de 4000 esclaves par an, avec une augmentation constante, bien que celle-ci se fasse de manière inégale11.

Les coûts et les profits

8Nous sommes confrontés à des problèmes similaires lorsque nous tentons d’estimer avec précision les profits qui viennent du commerce des esclaves. Par exemple, il est difficile de savoir si le prix indiqué dans les sources se réfère au prix payé en Afrique (souvent, d’ailleurs, payé au moyen du troc), ou à la valeur attribuée à Lisbonne, ou au prix de vente à Lisbonne ou encore à une moyenne établie sur le prix total payé pour le contrat et le nombre approximatif d’esclaves importés en Europe.

  • 12 Vitorino Magalhães Godinho, Os Descobrimentos e a Economia Mundial, Lisbonne, Editorial Presença, 1 (...)

9À la première période caractérisée par la capture des Africains par les Européens, succéda celle du commerce avec les populations locales et les esclaves étaient achetés en échange de biens ou de l’argent. En 1445, un cheval valait 25 à 30 esclaves ; en 1455, 10 à 15 esclaves. Dans la région entre Arguim et la Gambie, le cheval a continué à être un objet de grande valeur pour le troc, même si progressivement au cours du xvie siècle, un cheval permettait d’acheter de moins en moins d’esclaves, environ 6 à 7 par cheval. Au sud du fleuve Gambie, d’autre part, les conditions climatiques très humides et les mouches tsé-tsé rendaient la vie du cheval très difficile, et par conséquent les populations locales préféraient les objets en laiton (manilhas de latão). À la fin du xve siècle, un esclave pouvait être acheté sur l’île do Principe, dans le Golfe de Guinée, pour 12 ou 15 manilhas ; vingt ans plus tard, le prix passait à 57 manilhas12. D’autres biens, en particulier les tissus, ont également été utilisés pour acheter des esclaves.

  • 13 Le prix était légèrement inférieur pour les femmes esclaves et beaucoup plus faible pour les esclav (...)
  • 14 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 25-27. Pour le taux de change entre le cruzado e (...)
  • 15 A. C. de C. M. Saunders, A Social History of Black Slaves and Freedmen in Portugal, 1441-1555, Camb (...)

10À Lisbonne, pendant le règne de Jean II (1481-1495), le prix des meilleurs esclaves oscillait entre 5000 et 5500 reais ; au début de celui de Manuel Ier (1495-1521) le prix passait à 6000-7200, pour atteindre 8000 reais vers la fin du règne13. En général, la demande croissante de main-d’œuvre esclave signifia que les prix eurent tendance à augmenter dans le temps, malgré le nombre croissant d’esclaves importés. Cependant, dans nos calculs, nous devons également tenir compte de la dévaluation du real au cours de cette période. Les prix des esclaves étaient souvent exprimés en reais, mais il faut noter que, dans les quarante dernières années du xve siècle, le real a progressivement perdu de sa valeur par rapport au cruzado (pièce d’or dont le cours est resté constant, semblable au ducat/florin) : en 1460, en effet, 253 reais valaient un cruzado, alors qu’à la fin du règne de Jean II le taux de change passa à 380 et pendant le règne de Manuel Ier à 390, puis à 400. En d’autres termes, bien que les prix en reais aient augmenté d’environ 3000 en 1460 à environ 5000 en 1500, en termes de cruzados ils restèrent plus ou moins constants : entre 12 et 13 cruzados par esclave. Dans la décennie suivante, le prix augmenta constamment, atteignant 17,5 cruzados (ou 6825 reais14). Ce prix correspondait à un peu moins que le salaire annuel d’un ouvrier15.

  • 16 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 11.

11Dans tous les cas, nous pouvons estimer que la valeur des objets offerts pour le troc, le coût du transport, de l’alimentation et de l’habillement, dans les dernières années du royaume de Manuel Ier, arrivaient à un total de 4 000-4 500 reais. Cela signifie que, même en considérant que la perte découlant de la mort d’une partie de chaque cargaison devait être « répartie sur » les esclaves survivants, il y avait une grande marge de profit sur chaque esclave de qualité16.

  • 17 Ainsi que le souligne Iván Armenteros Martínez, La esclavitud en Barcelona a fines de la edad media (...)

12Une fois ces questions de prix et de coûts des esclaves discutées, il convient d’aborder les opérations commerciales dans lesquelles Bartolomeo Marchionni et ses correspondants furent impliqués. Ce commerce s’étendait sur trois zones géographiques : Lisbonne, Valence/Séville et, dans une moindre mesure, Florence. Il ne sera pas question ici de Barcelone, bien que – à cette période – la ville était un marché d’esclaves très important dans la Péninsule ibérique. Les données dont nous disposons, en effet, ne nous permettent pas de confirmer que Marchionni était impliqué dans le trafic commercial avec la ville ; les références sont absentes autant dans les documents florentins, que dans les documents catalans (notariaux et municipaux17).

Marchionni et la traite des esclaves

  • 18 «  Pare che […] nel 1458 [Usodimare] fosse fiduciario della casa fiorentina dei Marchionni a Caffa  (...)

13C’est dans les années 1450 que la famille Marchionni est mentionnée pour la première fois dans le cadre de la traite des esclaves. Selon certaines études, en 1458 les Marchionni envoyèrent leur agent, le Génois Antoniotto Usodimare (qui, dans les années 1450 également achetait des esclaves le long du fleuve Gambie), pour acquérir des Tartares à Caffa dans la Mer Noire18. Cette affirmation semble toutefois hautement improbable : Bartolomeo était à l’époque âgé de 8 ou 9 ans, et son implication personnelle est donc à exclure ; son père était un speziale (apothicaire) à Florence et il n’existe aucune preuve qu’il conduisait un commerce parallèle des esclaves. En revanche, nous savons avec certitude que quelques années plus tard, alors résident de Lisbonne, Bartolomeo sut saisir les nombreuses opportunités offertes par le commerce maritime portugais.

  • 19 Jacques Heers, Marchione, Bartolomeu, dans Joel Serrão, dir., Dicionário de História de Portugal, P (...)
  • 20 En réalité, la zone concernée se réfère probablement à «  all the coastal regions trading in slaves (...)

14À la fin du xve siècle, la suprématie portugaise en pleine croissance entraînait une importation d’esclaves africains en Europe par la route de l’Atlantique, et non plus par l’Afrique du Nord via les marchands musulmans. Les étrangers résidants à Lisbonne contribuaient à l’armement des flottes envoyées vers le sud, selon des critères et des règles strictement établis par la Couronne portugaise. En 1474-75, par exemple, Marchionni joua un rôle clé dans le financement de la flotte que Jean II envoyait vers les côtes de Guinée19. Une décennie plus tard, en 1486, il obtint un contrat pour le trafic du Rio dos Escravos20. Dans la même année, il obtint également des Rois catholiques l’autorisation de faire du commerce d’esclaves dans les royaumes de Castille et d’Aragon.

  • 21 Arquivo Nacional da Torre do Tombo de Lisbonne [désormais ANTT], Leitura Nova, liv. 17, Livro 1 da (...)
  • 22 Charles Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, vol. I : Péninsule Iberique-France, Bruges, (...)

15Les comptes des héritiers de João do Porto, almoxarife de la Casa dos Escravos, fournissent des chiffres sur l’importation des esclaves à Lisbonne entre le 15 juin 1486 et le 31 décembre 1493 : en sept ans et demi, l’almoxarife reçut 14 580 278 reais pour 3 589 esclaves, avec un prix moyen d’un peu plus de 4 000 reais par tête21. Selon les calculs de C. Verlinden, Marchionni importa dans cette période au moins 1 648 de ces 3 589 esclaves, soit 45,9 % des esclaves importés22.

  • 23 António Carreira, Notas sobre o tráfico português de escravos, Lisbonne, Faculdade de Ciencias Soci (...)
  • 24 Au début du xvie siècle, le même contrat (ou un contrat similaire) semble avoir été assigné à Fernã (...)

16Ces calculs ne peuvent pourtant pas être établis avec certitude ; nous pouvons dire cependant que dans la même période Marchionni contribue pour 9000000 (61,7 %) des 14580278 reais. En réalité, les chiffres ne sont que partiellement complets. En effet, le Florentin a payé : 6,3 millions de reais en 1486 « que era obrigado por bem do seu tracto do Rio dos Escravos » ; 500000 en 1489-1490 comme acompte sur le 1 100 000 « que era obrigado do seu tracto dos Rios » de 1490 ; et enfin 2,2 millions en 1492 comme un acompte pour la période 1493-95. Le contrat de Bartolomeo a donc probablement duré sept années et demie et couvrait une vaste zone de la côte ouest-africaine23. On ignore cependant combien d’argent il a réellement dépensé. En effet, aux 9000000 de reais, s’ajoutent au moins 600000 reais pour compléter le paiement effectué en 1490 et une somme inconnue pour compléter celui de 1493-1495 ; nous ne savons pas non plus exactement à quoi correspond la forte somme initiale. Dans tous les cas, sur la base des chiffres donnés, le montant moyen payé chaque année par Marchionni était certainement plus important que les 1,1 millions de reais que le contrat énonçait en 149024.

  • 25 Respectivement 25 % et 3,75 % de la valeur, étant donné que la vintena était calculée sur les 75 % (...)
  • 26 A.C. de C.M. Saunders, A Social History of Black Slaves, op. cit., p. 18-19.

17Une fois arrivés à Lisbonne, tous les esclaves passaient par la Casa dos Escravos, où ils étaient comptés et évalués ; la valeur assignée était utilisée pour établir l’impôt de douane, c’est-à-dire le quarto et la vintena25. Certains esclaves étaient attribués à des fonctionnaires de haut rang, mais la plupart d’entre eux étaient vendus, soit directement par les marchands, soit à travers l’almoxarife. Souvent, la vente des esclaves (comme celle des autres marchandises) à Lisbonne nécessitait la présence de corretores (intermédiaires) nommés par le roi, qui avaient droit à une commission de 2 % sur les ventes. Il est à noter qu’en 1491 le souverain interdit aux corretores d’appliquer cette commission à la vente des esclaves importés par la Casa dos Escravos et par Bartolomeo Marchionni26. Bien qu’il n’ait pas été prolongé dans le temps, ce décret pourrait être vu comme un privilège accordé au Florentin, mais cependant, il aurait peut-être fait partie d’une stratégie plus générale visant à encourager un commerce qui, en dépit d’une croissance rapide, en était encore à ses débuts.

  • 27 Ivana Elbl, The Volume of the Early Atlantic Slave Trade, op. cit., p. 38-40.
  • 28 Pour une analyse détaillée de ces calculs et des problèmes liés, voir Francesco Guidi Bruscoli, Bar (...)
  • 29 Maria Emilia Madeira Santos, Mercanti di uomini dall’isola di Capo Verde ai circuiti afro-europei, (...)

18Il est presque impossible de faire un calcul réellement satisfaisant des profits obtenus par Marchionni, parce que, comme nous l’avons déjà mentionné, nous ne possédons que des données fragmentaires d’interprétation incertaine. Néanmoins, Ivana Elbl a tenté d’en faire une lecture : elle a calculé que les profits de Marchionni étaient de 31,1 %, ce qu’elle considère être en correspondance avec les profits d’autres opérateurs contemporains27. Ces données, cependant, sont basées sur des valeurs initiales imprécises et des calculs inexacts, qui, de plus, ne prennent pas en compte le temps qu’il a fallu pour obtenir ces profits (autrement dit, combien d’années après l’investissement initial). Divers ajustements seraient donc nécessaires, à la fois en nature et en quantité28. En d’autres termes, les inconnues sont si nombreuses qu’il est hasardeux d’émettre d’autres hypothèses. Il est certain, cependant, que la marge bénéficiaire était certes élevée et justifiait l’intérêt que Marchionni montra dans ce type d’investissement entre les années 1480 et 1490. Vers la fin du siècle, il avait apparemment un agent à São Tomé, qui après 1493 était devenu l’un des principaux centres de vente d’esclaves acquis dans les régions du Bénin et du Congo. En 1502, d’ailleurs, son beau-fils, Francesco Corbinelli, reçut le contrat pour le commerce des esclaves d’Arguim29.

  • 30 Hugh Thomas, The Slave Trade. The History of the Atlantic Slave Trade : 1440-1870, Londres, Paperma (...)
  • 31 Manuel Nunes Dias, O capitalismo monárquico português (1415-1549). Contribução para o estudo das or (...)

19Bien que dans les années qui suivent le voyage de Vasco de Gama (1497-1499) l’intérêt de Marchionni se tourna de plus en plus vers les épices asiatiques, il doit néanmoins avoir maintenu un certain intérêt pour l’importation d’esclaves africains : en 1510, c’était Marchionni qui fournissait les Rois catholiques avec les premiers noirs d’Afrique de l’Ouest envoyés vers le Nouveau Monde30. En outre, dans la période 1511-1513 Gonçalo Lopes, almoxarife dos escravos, recevait plus de 27 millions de reais, dont environ 83000 par le Florentin : un chiffre beaucoup moins important que dans les années précédentes, mais qui indique encore l’intérêt constant de Marchionni pour ce commerce31.

  • 32 Luís de Albuquerque, Maria Emilia Madeira Santos, dir., Portugaliae Monumenta Africana, Lisbonne, C (...)

20De tous les esclaves importés de Guinée à Lisbonne, une esclave en particulier est liée à Marchionni pour une période de plusieurs années. À la fin des années 1480, Catarina, alors âgée de huit ans, fut vendue par Marchionni au juif « Guedelha Guoallite » ; deux ans plus tard, la jeune fille, alors convertie au christianisme, fut libérée, pour entrer ensuite au service de Marchionni « como fora e livre ». Après un certain temps, cependant, il nia avoir jamais vendu Catarina, affirmant que, par conséquent, elle avait toujours été son esclave ; mais en 1492 il perdit sa cause et Catarina reçut une Carta de alforria, déclarant qu’elle était une femme libre32.

  • 33 ANTT, Obras Várias Impressas e Manuscritas, Núcleo Antigo, 759 ; Duarte Fernandes, Livro da viagem (...)

21Peu de temps après la découverte du Brésil, les esclaves ont également commencé à être importés de cette zone : en 1511, par exemple, le navire Bretoa (dont Marchionni était un des armateurs), revint à Lisbonne avec 36 esclaves, ainsi que du bois de brésil, des perroquets et des jaguars. Les esclaves ont été évalués à 173000 reais en tout, soit une moyenne de 4 942 reais par « tête33 ».

  • 34 En revanche, ni Marchionni ni ses représentants ne semblent avoir été impliqués dans la vente des e (...)

22La participation de Marchionni à la traite des esclaves ne se limitait cependant pas à la route Afrique-Lisbonne (ou même Brésil-Lisbonne), mais s’étendait au-delà, à la redistribution vers les marchés de la péninsule italienne, et surtout de l’Espagne méditerranéenne34. Cette exportation était, en outre, encouragée par Alphonse V et ses successeurs à la Couronne portugaise, qui pouvaient gagner un avantage financier considérable en termes de droits de douane sur les esclaves. Pour la redistribution sur le continent européen, sur le continent américain et dans les îles de l’Atlantique, il y avait deux centres principaux : Valence et Séville.

L’exportation des esclaves vers Valence

  • 35 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico. Mercaderes, productos (...)
  • 36 Debra Blumenthal, La Casa dels Negres : Black African Solidarity in Late Medieval Valencia, dans To (...)

23Valence et Lisbonne commencèrent à établir des liens économiques dans le dernier quart du xvsiècle. Attirées par la possibilité de faire de bons profits, les entreprises de la péninsule italienne (toscanes, mais pas seulement) s’insérèrent très rapidement dans un flux de marchandises qui, à partir du milieu du xve siècle, commençait à inclure les produits des îles Atlantiques : le sucre tout d’abord et, un peu plus tard, les esclaves35. À Valence comme à Lisbonne, il doit y avoir eu une assez grande population noire qui constituait une « minorité visible » (« conspicuous minority ») ; dans les années 1470, les Africains représentaient environ 40 % des esclaves vendus sur le marché local36.

  • 37 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 164, 168.
  • 38 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 177, 179 (...)

24Le marché des esclaves à Valence attirait les hommes d’affaires portugais et toscans – en particulier les Florentins – qui étaient également impliqués dans le marché des assurances et des lettres de change37. En 1482, par exemple, Marchionni et Giovanni di Corrado Berardi envoyaient une centaine d’esclaves noirs à Giovanni del Vigna, marchand florentin à Valence. Toutefois, dans cette même ville, un autre italien, Cesare Barzi, le plus proche partenaire d’affaires de Marchionni, traitait à la fois les ventes locales d’esclaves et leur réexportation. En 1487, lorsque le marchand de Valence Joan Adrover achetait « des Noirs qui devaient venir sur une caravelle », c’était Barzi, « facteur de ce Florentin » (c’est-à-dire de Marchionni), qui recueillit le paiement de 1500 ducats38.

  • 39 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-1516), Va (...)
  • 40 «  Cinq comptant al quinze  » (Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 65).
  • 41 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 180.

25Pratiquement toutes les études concernant le marché aux esclaves de Valence se réfèrent à la vaste documentation publiée en 1964 par Vicenta Cortés39. Ces documents sont tous conservés dans les registres du Mestre Racional, qui enregistrait l’impôt du quinto sur les esclaves vendus. En réalité, l’impôt du quinto ne correspond pas à un cinquième (c’est-à-dire 20 % de la valeur des esclaves), mais plutôt à un quinzième (6,67 %), comme on peut le démontrer par un simple calcul basé sur les chiffres des registres40. Dans certaines occasions, la documentation relative aux ventes n’existe pas, et seules restent des données concernant les arrivées des esclaves : par exemple, on trouve des documents pour le 21 février 1491 sur la caravelle commandée par Alfonso de Cadiz, en provenance de Lisbonne, avec 152 esclaves (dont six morts) destinés à Barzi41.

  • 42 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 270 (doc. no 354), 291 (doc. no 489).

26Dans le Mestre Racional, malheureusement, le nom de Marchionni apparaît seulement deux fois : le 26 septembre 1494, jour où « Blas Francolí, peletero, presenta una negra. Gamba, de 20 años, de Mantegna, comprada en Lisboa al mercader Florentino micer Bartolomé » (« Blas Francolí, fourreur, présente une négresse, Gamba, de 20 ans, de Mantegna, acheté à Lisbonne au marchand florentin messer Bartolomeo ») ; et le 3 juillet 1497, lorsque « Cesaro de Barchi presenta 119 negros de Jalof, que ha consignado micer Bartolomé Marchoni, mercader florentino, en Portugal. Vendidos en 1 950 lbs » (« Cesare Barchi présente 119 nègres de Jalof qui lui ont été consignés par Bartolomeo Marchionni, marchand florentin au Portugal. Vendus pour 1 950 livres42 »). Il peut cependant être généralement admis que, même dans les cas où Marchionni n’est pas explicitement mentionné, Barzi agissait en son nom. La preuve peut en être trouvée, d’une part dans le rôle joué par Bartolomeo à Lisbonne dans le cadre de la traite négrière, d’autre part dans la relation existante entre les deux marchands. Cesare Barzi a sans doute été le marchand d’esclaves le plus important sur le marché de Valence pendant les années 1490 : un grand nombre d’esclaves passait par ses mains et seul un nombre limité de « peças » ont été vendues sans son intermédiaire.

27Le tableau ci-contre présente les chiffres tirés de l’œuvre de Cortes : tous les esclaves étaient « negros de Jalof » (wolof, originaire de la Sénégambie).

  • 43 Des tableaux similaires, qui utilisent les mêmes sources, mais fournissent des données légèrement d (...)

Tableau 1. Ventes d’esclaves africains par Cesare Barzi à Valence, 1489-149743

Tableau 1. Ventes d’esclaves africains par Cesare Barzi à Valence, 1489-149743

Les montants sont exprimés en livres, sous et deniers de Valence (1 £ = 20 s. = 240 d.). Les chiffres en italique sont nos ajouts.
Le document ne mentionne pas le prix ; nous avons supposé un prix moyen de 16 livres et ainsi obtenu le prix de vente et le quinto.
* Il ne s’agit pas ici du prix de vente, mais celui auquel chaque esclave est « ajustado » (14 livres). Le prix de vente est d’environ de 10 à 20 % plus élevé. Voir, par exemple, Vicenta Cortés. La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 274 (doc. 375, 377). Le prix total, manquant dans le document, a été calculé en multipliant par 14 le nombre d’esclaves ; le quinto a ensuite été calculé à partir de cette base ; très probablement les chiffres définitifs sont sous-estimés.
§ La moyenne a été calculée en ne tenant compte que des prix de vente effectivement réalisés (excluant donc les valeurs marquées d’un * ou d’un °).

Source : Tableau élaboré par nos soins d’après Vicenta Cortés. La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-1516). Valence, Publicaciones del Archivo Municipal de Valencia, 1964, p. 232-291.

28Prenant comme préalable que les esclaves que les sources définissent comme « ajustados » ont également été finalement vendus, Barzi vendit une moyenne de 268,5 esclaves par an : le pic était en 1495 avec 640 esclaves, et la période creuse en 1490, avec 33 esclaves. Si on exclut les chiffres où il n’y a pas d’indication explicite du prix de vente, le prix moyen de 1 617 « negros de Jalof » sur le marché de Valence était de 17,1 livres de Valence par « tête » (27 632 livres au total) ; il convient de noter, cependant, que le prix varie considérablement – d’une moyenne de 10,9 sur la cargaison du 17 septembre 1490 à 22,5-23,3 sur deux cargaisons du 20 janvier 1496.

  • 44 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 257 (doc. 269), 259 (doc. 286) et 267 (doc. (...)
  • 45 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 180.

29Barzi vendit également quelques esclaves des îles Canaries : entre 1493 et 1494, ils passèrent par ses mains à trois reprises, pour un total de 14 « têtes44 ». En outre, en 1488 et 1494, Barzi reçut à Valence, au nom de Marchionni, aussi 96 « sclaus moros » et un esclave blanc45.

  • 46 Vicenta Cortés, La trata de esclavos, op. cit., p. 40-41.
  • 47 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 299-466.

30Au début du xvie siècle, après l’apparition sur le marché d’un nombre croissant de commerçants, le marché des esclaves africains changea considérablement du point de vue de l’offre et de la distribution : sur le plan de l’offre, l’influence des marchands portugais augmentait, en ce qui concerne la seconde, les Valenciens acquirent un rôle croissant. Cela n’a cependant pas conduit à un flux régulier ou à une augmentation du nombre d’esclaves à Valence ; en revanche, entre 1502 et 1508 il y eut une chute notable, suivie par une augmentation marquée de 1509 à 151646. Les comptes du Mestre Racional montrent que déjà en 1497 le quinto fut payé seulement sur quelques cas isolés (tout au plus 3 à 4 par an), provenant de divers endroits, et pas seulement du continent africain. Depuis quelques années d’ailleurs, il n’y avait plus les cargaisons de dizaines d’esclaves qui avaient caractérisé la période précédente. Pour certaines des opérations mentionnées, Barzi utilisait ses propres agents portugais, espagnols ou italiens47. Combien d’entre eux étaient-ils liés aussi à Marchionni ? Il est impossible de le dire avec certitude.

Esclaves africains à Séville

  • 48 Selon un recensement de 1565, les esclaves (la grande majorité d’entre eux étaient noirs) vivant da (...)
  • 49 Ruth Pike, Sevillian Society in the Sixteenth Century : Slaves and Freedmen, The Hispanic American (...)
  • 50 Alfonso Franco Silva, Esclavitud en Andalucía, 1450-1550, Granada, Universidad de Granada, 1992, p. (...)

31Avec Valence, Séville était l’autre grand marché de la Péninsule ibérique vers lequel les esclaves africains étaient envoyés au départ de Lisbonne. Les liens commerciaux entre Lisbonne et Séville s’intensifièrent après 1479 : cela conduisit également à une augmentation du nombre d’esclaves arrivant dans la ville, dont une partie était ensuite réexportée vers d’autres zones de Castille ou vers les îles de l’Atlantique48. Il y avait de bons profits à réaliser, si l’on considère que le prix moyen d’un esclave à Séville à cette période oscillait autour de 20 ducats49 et, comme on a vu, à Lisbonne il était de 12,5 cruzados en 1500 et 17,5 en 1510. Malgré le fait que les marchands de diverses nationalités ont été impliqués dans ce trafic, les plus importants étaient les Florentins, les Génois et les Portugais, en particulier ces derniers à partir du début du xvie siècle. Parmi les Florentins résidants à Séville et actifs dans ce trafic on trouve Donato Niccolini, Piero Rondinelli, et Iacopo Fantoni50.

  • 51 Violeta Medrano Fernandez, Un mercado entre fronteras : las relaciones comerciales entre Castilla y (...)
  • 52 Consuelo Varela, Colombo e i fiorentini, Florence, Vallecchi, 1991, p. 42.
  • 53 Juan de Mata Carriazo, Ramón Carande, dir., El Tumbo de los Reyes Catolicos del Concejo de Sevilla, (...)

32À Séville, à cette époque, nous trouvons aussi les Florentins Giovanni et Giannotto Berardi, qui étaient étroitement liés à Marchionni. En 1485, les Berardi furent impliqués dans plusieurs affaires judiciaires concernant le commerce des esclaves dans la ville. Dans l’un de ces cas, les Berardi firent une pétition pour demander la restitution d’un certain nombre d’esclaves en provenance du Portugal, qui avaient été confisqués par les fonctionnaires des douanes de Séville. Parmi les Portugais et les Florentins qui avaient envoyé les esclaves de Lisbonne – et qui avaient probablement essayé de les faire arriver à Séville sans payer la douane – on trouve Bartolomeo51. Dans la même période, le roi Ferdinand ordonna de restituer aux Berardi plusieurs esclaves qui – cette fois par représailles – avaient été séquestrés par Esteban Pérez Cabitos52. En 1486, Bartolomeo et les deux Berardi obtinrent des Rois catholiques un sauf-conduit qui les autorisait à échanger des marchandises diverses (y compris les esclaves) dans tous les territoires des couronnes de Castille et d’Aragon53.

  • 54 Antonio De la Torre, Luis Suárez Fernández, dir., Documentos referentes a las relaciones con Portug (...)
  • 55 Juan de Mata Carriazo, Ramón Carande, dir., El Tumbo de los Reyes Catolicos, op. cit., V, p. 129-13 (...)
  • 56 Archivo General de Simancas, Cancillería. Registro del Sello de Corte, leg. 149206, no 150 ; Antoni (...)

33En 1489, Marchionni appartenait vraisemblablement au groupe des marchands florentins et portugais pour lesquels le Roi catholique demanda la restitution d’une cargaison d’esclaves qui avait été capturée par Gomez Arias de Inclán, même si ce dernier avait été autorisé, par le souverain espagnol lui-même, à agir ainsi en représailles à la prise d’une de ses caravelles par des Portugais54. En 1490, les Rois catholiques ordonnèrent que tous ceux qui avaient acheté des esclaves et d’autres produits auprès de Giannotto Berardi devaient payer à la date convenue et sans délai : Berardi, en effet, devait recevoir une somme d’argent considérable à la suite des opérations précédentes et craignait de ne pas être remboursé55. En 1492, un navire appartenant à Marchionni et portant une charge de 127 esclaves noirs destinés à Lisbonne fut attaqué par des pirates basques ; l’appel du Florentin au Roi catholique dut avoir été efficace : le souverain condamna immédiatement l’attaque56.

  • 57 Consuelo Varela, Colombo e i fiorentini, op. cit., p. 136-137.

34Après la mort de Giannotto Berardi, Bartolomeo a dû établir des liens plus étroits avec Piero Rondinelli, qui menait une activité commerciale fructueuse à Séville, en particulier le commerce du sucre en provenance des îles Canaries, la laine anglaise, les soies italiennes et de nombreux autres produits, ainsi que des esclaves. En 1496, 103 esclaves de Guinée furent vendus aux enchères pour le compte de Rondinelli et de Donato Niccolini : on peut supposer que ces esclaves furent amenés à Séville en passant, via Lisbonne, par Bartolomeo. En 1512-1514, Rondinelli vendit des esclaves qui étaient arrivés de Valence, envoyés par ou au nom de Cesare Barzi57.

35En 1510, la Couronne portugaise commença à exporter des noirs africains vers les Antilles (via Lisbonne-Séville) ; en 1517 elle autorisa les navires espagnols à transporter des esclaves vers la même destination directement à partir du Cap-Vert. Dans les années 1530, l’exportation d’esclaves vers les Antilles augmenta énormément, mais désormais Marchionni était mort.

Esclaves africains sur le marché florentin

  • 58 Iris Origo, The Domestic Enemy : The Eastern Slaves in Tuscany in the Fourteenth and Fifteenth Cent (...)

36Pendant la seconde moitié du xive et au début du xve siècle, les esclaves constituaient – en empruntant les mots d’Iris Origo – « une proportion non négligeable de la population florentine » (« no inconsiderable proportion of the Florentine population »). Beaucoup venaient du Levant, devenant particulièrement nombreux après la peste de 1348 ; un décret de 1363 sanctionna l’importation illimitée d’esclaves – à la condition qu’ils ne fussent pas chrétiens. La plupart d’entre eux travaillaient comme domestiques. Cependant, dans la deuxième moitié du xvsiècle, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, en raison de la conquête ottomane de Constantinople (1453) et de Caffa (1475), l’approvisionnement en esclaves par le Levant diminua ; par conséquent, Florence, comme le reste de l’Europe occidentale, commença à se tourner vers la côte dalmate et vers l’Afrique58.

  • 59 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves in Fifteenth-century Florence, dans Tom F. Earle (...)
  • 60 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves, op. cit., p. 219.

37Bartolomeo n’avait jamais perdu les liens avec sa ville d’origine et en plus de cinquante ans de résidence à Lisbonne, il expédia à Florence les marchandises du vaste monde commercial portugais. Parmi celles-ci figuraient des esclaves, en particulier des femmes. C’était une pratique courante parmi les Florentins travaillant au Portugal pour la banque Cambini, pour laquelle Bartolomeo était allé à Lisbonne en 1470. En 1461, le coût d’un esclave noir destiné à être au service de la famille Cambini atteignait à Florence 50 florins di suggello (ou environ 10000 reais), le prix de vente et les frais divers compris (par exemple le transport par mer à Livourne, et de là par voie de terre à Florence59). En 1476, Giovanni Guidetti fut payé par ses propres maggiori (commanditaires) la très forte somme de 1071 florins larghi (soit 1 285,2 florins di suggello) comme « recettes nettes » sur la vente de 25 esclaves sur le marché de Florence (la moyenne est donc de 43 florins larghi, ou 51,6 florins di suggello, par esclave). Dans les deux années qu’il fallut entre l’envoi des esclaves à Florence et leur vente, Guidetti dépensa l’équivalent de 140 florins larghi (l’armement du navire, les opérations portuaires, le transport terrestre, les taxes, les vêtements pour les esclaves et les intermédiaires60). Les profits sont difficiles à estimer avec précision, puisque nous ne savons pas le prix auquel les esclaves ont été initialement achetés ; mais on doit considérer que la valeur d’un esclave à Lisbonne oscillait autour de 12 à 15 florins, alors que le prix de vente à Florence aurait été compris entre 30 et 60.

  • 61 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves, op. cit., p. 221-222 ; Archivio dell’Ospedale d (...)

38Le 23 septembre 1478, le navire Santa Maria Nunziata arriva à Livourne de Lisbonne avec deux femmes esclaves envoyées par Marchionni. Luza, âgée de seize ans, fut vendue à Florence pour 40 florins larghi ; Margherita, quant à elle, fut échangée à Pise contre quatre pièces de tissu « achordellati » qui ont été plus tard vendus pour près de 42 florins larghi. Au moment de la conclusion du contrat en mai 1479, Marchionni avait obtenu comme « recettes nettes » environ 38 florins61.

  • 62 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves, op. cit., p. 223.

39Malheureusement, les données que nous avons ne s’étendent pas au-delà de 1482, lorsque la banque Cambini fit faillite. Cela signifie que les sources ne fournissent aucune information sur la période pendant laquelle Marchionni gérait le contrat des esclaves africains. Mais si on considère les caractéristiques du marché de Florence – où la possession d’un esclave « est due en grande partie à des motifs essentiellement non économiques, tels que les notions de prestige social et la fascination de l’exotique » (« was due in large part to mainly non-economic motives, such as notions of social prestige and the fascination of the exotic62 ») – il est peu probable que l’implication directe de Bartolomeo dans l’importation d’esclaves à Lisbonne conduisit en aucune façon à une augmentation du nombre d’esclaves envoyés à Florence, envois qui semblent être restés sporadiques.

  • 63 Hugh Thomas, The Slave Trade, op. cit., p. 792.

40L’écrivain et historien gallois Hugh Thomas a, avec emphase, appelé Bartolomeo Marchionni « le premier marchand européen moderne d’esclaves à grande échelle » (« The first modern European slave merchant on the grand scale63 »). On ne débattra pas ici de l’exactitude d’une telle définition, ni de la signification de « moderne » ou de « grande échelle » en parlant de la traite des esclaves. Nous pouvons cependant être d’accord avec Thomas sur le point que Marchionni était présent et très actif dans les périodes où le commerce portugais en Afrique est devenu plus formel et organisé. De plus, son réseau international signifiait qu’il ne se limitait pas à organiser l’importation d’esclaves à Lisbonne, mais qu’il s’occupait également de la réexportation : d’une part – sur une échelle relativement petite – vers Florence (sa ville natale) ; de l’autre – sur une échelle décidément plus grande – vers les villes ibériques (Valence et Séville) qui étaient des centres d’importation et d’exportation ultérieure.

  • 64 Pour un aperçu des sources qui ont permis la reconstruction de la vie et l’activité de Bartolomeo M (...)

41Malheureusement, la nature fragmentaire des documents qui nous sont parvenus empêche une estimation de l’effort global de Marchionni dans le cadre de la traite des esclaves. Plus encore, elle rend vaine toute tentative qui viserait à relier ce commerce à l’ensemble de ses activités afin d’en évaluer le poids au fil des années64. Cependant la participation de Marchionni dans la traite des esclaves semble avoir été particulièrement forte au cours des quinze dernières années du xve siècle, en particulier sur l’axe Afrique de l’Ouest-Lisbonne-Valence. En 1503, la Couronne portugaise prit un contrôle plus direct sur le commerce de la Costa dos Escravos ; Marchionni dut donc se limiter à superviser la réexportation de Lisbonne, en prenant en ligne de mire alors plus Séville que Valence, sans doute parce que la demande était croissante dans la ville andalouse, en raison de son rôle de pont entre l’Europe et les Antilles, dont les plantations exigeaient des quantités croissantes de main-d’œuvre pas chère. Parfois Marchionni importait des esclaves du Brésil, mais en très petites quantités par rapport à son commerce d’esclaves africains dans les années 1480 et 1490. D’autre part, au début du xvie siècle, ses investissements commencèrent à se déplacer vers la nouvelle frontière du commerce portugais : les Indes orientales.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Agnès Pallini-Martin pour son aide dans la traduction en français de ce texte.

Hieronymus Münzer, Itinerarium, dans António Brásio, dir., Monumenta Missionaria Africana. Africa Ocidental (1342-1499). Lisbonne, Agência Geral do Ultramar, 1958 (II série, vol. I), p. 246.

2 Pour des éléments biographiques sur Marchionni voir Francesco Guidi Bruscoli, Bartolomeo Marchionni, « homem de grossa fazenda » : un mercante fiorentino a Lisbona e l’impero portoghese (ca. 1450-1530), Florence, Olschki, 2014.

3 Filipe Themudo Barata, Navegação, comércio e relações políticas : os portugueses no Mediterrâneo ocidental (1385-1466), Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 1998, p. 125-128.

4 Le navigazioni di Alvise da Ca’ da Mosto e Pietro di Sintra, dans Giovan Battista Ramusio, Navigazioni e viaggi, Marica Milanesi, dir., Turin, Einaudi, 1978, 6 vol. , I, p. 487. Pour une édition avec la traduction en portugais, voir Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra, João Franco Machado et Damião Peres, éd., Lisbonne, Academia Portuguesa de História, 1948 (rééd. 1988).

5 John L. Vogt, The Lisbon Slave House and African Trade, 1486-1521, Proceedings of the American Philosophical Society 117, 1973, p. 1-2.

6 João Martins da Silva Marques, Descobrimentos portugueses : documentos para a sua historia, 3 vol. , Lisbonne, Instituto para a alta cultura, 1944-1971, vol. I, supplement, p. 47.

7 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 2-3.

8 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis, Raphael Eduardo de Azevedo Basto, dir., Lisbonne, Imprensa Nacional, 1892, p. 58. Pour une édition avec la traduction en français, voir Esmeraldo de situ orbis de Duarte Pacheco Pereira : édition critique et commentée, Joaquim Barradas de Carvalho, éd., Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian 1991. Trouvée dans un texte d’éloge de l’entreprise portugaise, cette estimation est certainement exagérée (cf. Ivana Elbl, The Volume of the Early Atlantic Slave Trade, 1450-1521, Journal of African History 38, 1997, p. 67-68).

9 Giovanni Scopoli, Relazione di Leonardo da Ca’ Masser alla Serenissima Repubblica di Venezia sopra il commercio dei portoghesi nell’India dopo la scoperta del Capo di Buona Speranza (1497-1506), Archivio Storico Italiano I série, 1845, Appendix 10, p. 30, 44.

10 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 8-9. Voir, par exemple, pour la présence et le travail des esclaves dans l’île de Terceira, Gregório Rute Dias, Terra e Fortuna : os primórdios da humanização da ilha Terceira (1450 ?-1550), Lisbonne, Centro de História de Além-Mar, 2007, p. 87-91, 325-328.

11 Ivana Elbl a rassemblé les estimations réalisées par différents chercheurs, soulignant que les moyennes annuelles de chacune d’entre elles renvoient cependant à des périodes différentes et sont donc difficiles à comparer utilement. Elle fournit également des projections sur les totaux de la période 1450-1521, avec des résultats qui vont d’environ 64000 à 211000 (Ivana Elbl, The Volume of the Early Atlantic Slave Trade, op. cit., p. 32-34, 59-62). D’autres estimations ont été faites depuis, comme par exemple, celles d’Antonio de Almeida Mendes.

12 Vitorino Magalhães Godinho, Os Descobrimentos e a Economia Mundial, Lisbonne, Editorial Presença, 1981-19832, 4 vol. , IV, p. 163.

13 Le prix était légèrement inférieur pour les femmes esclaves et beaucoup plus faible pour les esclaves âgés ou très jeunes ; mais il augmentait énormément, jusqu’à atteindre pratiquement le double, pour les esclaves vendus localement aux marchands d’or qui commerçaient avec les Portugais dans la région de la Mina (John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 10).

14 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 25-27. Pour le taux de change entre le cruzado et le real dans cette période, voir par exemple Augusto Carlos Teixeira de Aragão, Descripção geral e historica das moedas cunhadas em nome dos reis, regentes e governadores de Portugal, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1874, vol. I, p. 223-258 ; voir aussi António Henrique de Oliveira Marques, A Moeda Portuguesa durante a Idade Média, dans Id., Ensaios de História Medieval Portuguesa, 2e Éd. Lisbonne, Editorial Vega, 1980, p. 195-220.

15 A. C. de C. M. Saunders, A Social History of Black Slaves and Freedmen in Portugal, 1441-1555, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 88.

16 John L. Vogt, The Lisbon Slave House, op. cit., p. 11.

17 Ainsi que le souligne Iván Armenteros Martínez, La esclavitud en Barcelona a fines de la edad media (1479-1516). El impacto de la primera trata atlántica en un mercado tradicional de esclavos, thèse de doctorat, Barcelone, Universitat de Barcelona, 2012, p. 358-359. On peut se référer aux travaux de Armenteros Martínez pour un aperçu général sur la traite des esclaves à Barcelone à cette période.

18 «  Pare che […] nel 1458 [Usodimare] fosse fiduciario della casa fiorentina dei Marchionni a Caffa  » est la référence – sans indication de source – présentée par Rinaldo Caddeo, dir., Le navigazioni atlantiche di Alvise da Cà da Mosto, Antoniotto Usodimare e Niccoloso da Recco, Milan, Edizioni «  Alpes  », 1928, p. 88 et citée par plusieurs historiens.

19 Jacques Heers, Marchione, Bartolomeu, dans Joel Serrão, dir., Dicionário de História de Portugal, Porto, Figueirinhas, 1963-1973, vol. 4, p. 171.

20 En réalité, la zone concernée se réfère probablement à «  all the coastal regions trading in slaves  » ; en tout cas, ce n’était pas un monopole, parce qu’il devait entrer en concurrence avec les privilèges de plusieurs acteurs, y compris les colons des îles (Ivana Elbl, The Volume of the Early Atlantic Slave Trade, op. cit., p. 55-56).

21 Arquivo Nacional da Torre do Tombo de Lisbonne [désormais ANTT], Leitura Nova, liv. 17, Livro 1 da Estremadura, c. 268v ; publié dans Anselmo Braamcamp Freire, dir., Cartas de quitação del Rei D. Manuel, Arquivo Historico Portuguez 3, 1905, p. 477-478 (no 404).

22 Charles Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, vol. I : Péninsule Iberique-France, Bruges, De Tempel, 1955, p. 626-627.

23 António Carreira, Notas sobre o tráfico português de escravos, Lisbonne, Faculdade de Ciencias Sociais e Humanas, Universidade Nova de Lisboa, 1978, p. 22-23 décrit Marchionni comme le titulaire du contrat pour les Rios dos escravos en 1486-93 et pour les Rios de Guiné en 1490-1495.

24 Au début du xvie siècle, le même contrat (ou un contrat similaire) semble avoir été assigné à Fernão de Noronha ; le montant annuel était équivalent à 1,6 millions de reais (John William Blake, Europeans in West Africa, 1450-1560, London, Hakluyt Society, 1942, 2 vol. , II, p. 198).

25 Respectivement 25 % et 3,75 % de la valeur, étant donné que la vintena était calculée sur les 75 % de la valeur restant après la soustraction du quarto (Ivana Elbl, The Volume of the Early Atlantic Slave Trade, op. cit., p. 38, note 22).

26 A.C. de C.M. Saunders, A Social History of Black Slaves, op. cit., p. 18-19.

27 Ivana Elbl, The Volume of the Early Atlantic Slave Trade, op. cit., p. 38-40.

28 Pour une analyse détaillée de ces calculs et des problèmes liés, voir Francesco Guidi Bruscoli, Bartolomeo Marchionni, op. cit., p. 120-122.

29 Maria Emilia Madeira Santos, Mercanti di uomini dall’isola di Capo Verde ai circuiti afro-europei, dans Giovanna Motta, dir., Mercanti e viaggiatori per le vie del mondo, Milan, FrancoAngeli, 2000, p. 32.

30 Hugh Thomas, The Slave Trade. The History of the Atlantic Slave Trade : 1440-1870, Londres, Papermac, 1998, p. 95.

31 Manuel Nunes Dias, O capitalismo monárquico português (1415-1549). Contribução para o estudo das origens do capitalismo moderno, Coimbra, Universidade de Coimbra, 1963-64, 2 vol. , II, p. 183.

32 Luís de Albuquerque, Maria Emilia Madeira Santos, dir., Portugaliae Monumenta Africana, Lisbonne, Commissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses - Imprensa Nacional Casa da Moeda, 1993-2002, 4 vol. , II, p. 84-85 (doc. 46).

33 ANTT, Obras Várias Impressas e Manuscritas, Núcleo Antigo, 759 ; Duarte Fernandes, Livro da viagem da nao “Bretoa” ao Cabo Frio (em 1511), Francisco Adolfo de Varnhagen, dir., Rio de Janeiro, D. L. Dos Santos, 1867, p. 97-111.

34 En revanche, ni Marchionni ni ses représentants ne semblent avoir été impliqués dans la vente des esclaves de la Mina (où les esclaves étaient vendus à des marchands locaux en échange d’or). On n’en trouve en effet aucune mention dans le travail – pourtant extrêmement documenté – de Joseph Bato’ora Ballong-Wen-Mewuda, São Jorge da Mina 1482-1637. La vie d’un comptoir portugais en Afrique occidentale, 2 vol. , Lisbonne - Paris, Fondation Calouste Gulbenkian - Centre culturel portugais, 1993.

35 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico. Mercaderes, productos y empresas italianas entre Valencia y Portugal (1450-1520), dans Luís Adão da Fonseca, Maria Eugenia Cadeddu, dir., Portogallo mediterraneo, Cagliari, CNR, Istituto sui rapporti italo-iberici, 2001, p. 150-157.

36 Debra Blumenthal, La Casa dels Negres : Black African Solidarity in Late Medieval Valencia, dans Tom F. Earle, Kate J. P. Lowe, dir., Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 229-231.

37 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 164, 168.

38 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 177, 179 (note).

39 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-1516), Valence, Publicaciones del Archivo Municipal de Valencia, 1964.

40 «  Cinq comptant al quinze  » (Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 65).

41 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 180.

42 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 270 (doc. no 354), 291 (doc. no 489).

43 Des tableaux similaires, qui utilisent les mêmes sources, mais fournissent des données légèrement différentes, ont été publiés par Virginia Rau, Notes sur la traite portugaise à la fin du xve siècle et le Florentin Bartolomeo di Domenico Marchionni, dans Miscellanea offerts à Charles Verlinden à l’occasion de ses trente ans de professorat, Gand, Universa, 1975, p. 541, et par Vicenta Cortés, La trata de esclavos durante los primeros descubrimentos (1489-1516), Anuario de Estudios Atlánticos 9, 1963, p. 46.

44 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 257 (doc. 269), 259 (doc. 286) et 267 (doc. 340).

45 Paulino Iradiel Murugarren, David Igual Luis, Del Mediterráneo al Atlántico, op. cit., p. 180.

46 Vicenta Cortés, La trata de esclavos, op. cit., p. 40-41.

47 Vicenta Cortés, La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 299-466.

48 Selon un recensement de 1565, les esclaves (la grande majorité d’entre eux étaient noirs) vivant dans la ville étaient au nombre de 6 327 sur 85 538 (7,4 %) : Ruth Pike, Aristocrats and Traders : Sevillian Society in the Sixteenth Century, Ithaca, Cornell University press, 1972, p. 172.

49 Ruth Pike, Sevillian Society in the Sixteenth Century : Slaves and Freedmen, The Hispanic American Historical Review 47, 1967, p. 344-359.

50 Alfonso Franco Silva, Esclavitud en Andalucía, 1450-1550, Granada, Universidad de Granada, 1992, p. 54-60.

51 Violeta Medrano Fernandez, Un mercado entre fronteras : las relaciones comerciales entre Castilla y Portugal al final de la Edad Media, Valladolid, Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones e Intercambio Editorial, 2010, p. 365-366 ; Helen Nader, Desperate Men, Questionable Acts : The Moral Dilemma of Italian Merchants in the Spanish Slave Trade, The Sixteenth Century Journal 33, 2002, p. 408.

52 Consuelo Varela, Colombo e i fiorentini, Florence, Vallecchi, 1991, p. 42.

53 Juan de Mata Carriazo, Ramón Carande, dir., El Tumbo de los Reyes Catolicos del Concejo de Sevilla, Séville, Universidad Hispalense, 1929-1971, 5 vol. , IV, p. 135-136.

54 Antonio De la Torre, Luis Suárez Fernández, dir., Documentos referentes a las relaciones con Portugal durante el reinado de los Reyes Catolicos, Valladolid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Patronato Menendez Pelayo, 1958-1963, 3 vol. , II, p. 348, no 395.

55 Juan de Mata Carriazo, Ramón Carande, dir., El Tumbo de los Reyes Catolicos, op. cit., V, p. 129-131.

56 Archivo General de Simancas, Cancillería. Registro del Sello de Corte, leg. 149206, no 150 ; Antonio De la Torre, dir., Documentos sobre relaciones internacionales de los Reyes Catolicos, Barcelone, Consejo superior de investigaciones científicas, 1958-1963, 6 vol. , IV, p. 46-48 ; Antonio De la Torre, Luis Suárez Fernández, dir. Documentos referentes a las relaciones con Portugal, op. cit., p. 406, no 454.

57 Consuelo Varela, Colombo e i fiorentini, op. cit., p. 136-137.

58 Iris Origo, The Domestic Enemy : The Eastern Slaves in Tuscany in the Fourteenth and Fifteenth Centuries, Speculum 30, 1955, p. 321-366 (citation p. 321).

59 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves in Fifteenth-century Florence, dans Tom F. Earle, Kate J. P. Lowe, dir., Black Africans in Renaissance Europe, op. cit., p. 217-218.

60 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves, op. cit., p. 219.

61 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves, op. cit., p. 221-222 ; Archivio dell’Ospedale degli Innocenti de Florence, 12700, c. 152, 171.

62 Sergio Tognetti, The Trade in Black African Slaves, op. cit., p. 223.

63 Hugh Thomas, The Slave Trade, op. cit., p. 792.

64 Pour un aperçu des sources qui ont permis la reconstruction de la vie et l’activité de Bartolomeo Marchionni, voir Francesco Guidi Bruscoli, Bartolomeo Marchionni, op. cit., p. xxiii-xxv, 225-230.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Ventes d’esclaves africains par Cesare Barzi à Valence, 1489-149743
Légende Les montants sont exprimés en livres, sous et deniers de Valence (1 £ = 20 s. = 240 d.). Les chiffres en italique sont nos ajouts.Le document ne mentionne pas le prix ; nous avons supposé un prix moyen de 16 livres et ainsi obtenu le prix de vente et le quinto.* Il ne s’agit pas ici du prix de vente, mais celui auquel chaque esclave est « ajustado » (14 livres). Le prix de vente est d’environ de 10 à 20 % plus élevé. Voir, par exemple, Vicenta Cortés. La esclavitud en Valencia, op. cit., p. 274 (doc. 375, 377). Le prix total, manquant dans le document, a été calculé en multipliant par 14 le nombre d’esclaves ; le quinto a ensuite été calculé à partir de cette base ; très probablement les chiffres définitifs sont sous-estimés.§ La moyenne a été calculée en ne tenant compte que des prix de vente effectivement réalisés (excluant donc les valeurs marquées d’un * ou d’un °).
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5148/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Guidi Bruscoli, « Un marchand italien d’esclaves à Lisbonne à la fin du xve siècle : Bartolomeo Marchionni », Rives méditerranéennes, 53 | 2016, 63-81.

Référence électronique

Francesco Guidi Bruscoli, « Un marchand italien d’esclaves à Lisbonne à la fin du xve siècle : Bartolomeo Marchionni », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5148 ; DOI : 10.4000/rives.5148

Haut de page

Auteur

Francesco Guidi Bruscoli

Francesco Guidi Bruscoli est professore associato en histoire économique à l’Université de Florence. Il est honorary fellow à Queen Mary University of London et à l’Université de Bristol. Il est aussi fellow de la Royal Historical Society, membro associado de la Academia de Marinha (classe História Marítima) et Académico Correspondente Estrangeiro de la Academia Portuguesa da História.Parmi ses publications : Papal Banking in Renaissance Rome (Aldershot, 2007) et Bartolomeo Marchionni, «homem de grossa fazenda» (ca. 1450-1530). Un mercante fiorentino a Lisbona e l’impero portoghese (Florence, 2014), qui a reçu le prix de la Fundação Calouste Gulbenkian dans la section Historia da Europa.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals