Navigation – Plan du site
Après la captivité : l'insertion des esclaves dans les sociétés chrétiennes ibériques

Des êtres sans passé ?

La question du bagage professionnel des esclaves musulmans dans la Méditerranée au bas Moyen Âge
Roser Salicrú i Lluch
p. 125-138

Résumés

Les esclaves en terre chrétienne de l’Europe méditerranéenne médiévale ont toujours été considérés comme un ensemble d’êtres sans passé. Mais l’analyse approfondie de sources conservées par la Couronne d’Aragon permet d’en finir avec l’image de vide existentiel des captifs musulmans arrivés à Valence au cours du xve siècle. Elle révèle une réalité socio-économique riche et complexe de l’Islam occidental. Une information directe sur le passé des captifs était à la disposition de l’acquéreur lors de la première vente, mais leur bagage socio-professionnel fut systématiquement dédaigné. On peut en conclure que l’esclavage ne fut pas pour eux une mort sociale, mais un assassinat. Même si, une fois en terre chrétienne, on leur attribuait une nouvelle naissance sociale et professionnelle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche financé par le Ministère de l’Économie et de la Compétitivité espagnol (MINECO) intitulé «  Tripulaciones, armamentos, construcción naval y navegación en el Mediterráneo medieval  » (HAR2013-48433-C2-1-P).

Texte intégral

Désocialisation et trajectoires opposées

  • 1 Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage : le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.

1Claude Meillassoux a considéré, d’un point de vue anthropologique, que la désocialisation de l’esclave était l’un des éléments consubstantiels à sa condition1. Il ne s’agit pas ici de remettre en question cette consubstantialité. Toutefois, étant donné que Meillassoux a fondé cette caractérisation sur des esclavages modernes et contemporains, il semble juste de se demander, pour certains cas de la période médiévale, dans quelle mesure cette formulation pourrait être nuancée et revue.

2D’un point de vue historiographique, il est vrai que le phénomène de l’esclavage et/ou de la captivité en terres chrétiennes de l’Europe méditerranéenne de personnes provenant d’autres contrées a été abordé, pour le Moyen Âge, comme un ensemble d’êtres sans passé.

3Pour ma part, je crois que cette vision des choses s’est forgée inconsciemment, et davantage par mimétisme ou effet du reflet des sources documentaires dont nous disposons, que par authentique conviction épistémologique ou élaboration analytique.

4Concernant l’époque médiévale, les sociétés pourvoyeuses d’esclaves n’ont pas conservé de sources internes permettant de retracer clairement leur propre ponction démographique, ni de représenter les hommes, les femmes et les enfants socialisés au sein de ces sociétés, avant d’être capturés et asservis.

5Les seules sources documentaires dont nous disposons ont été constituées dans et par les sociétés de destination, qui n’avaient aucune volonté, ni la nécessité (et, par conséquent, pas la capacité) d’explorer les racines et les origines des hommes et des femmes qu’elles absorbèrent comme esclaves. Concernant le passé de ces individus, nos sources se bornent à les classer ou les inventorier par origine, «  nation  », couleur de peau ou religion, à des fins purement descriptives et qualificatives, voire d’ordre public, mais sans aucun intérêt intrinsèque à leur encontre.

6C’est la raison pour laquelle sur la rive nord ou dans les îles de la Méditerranée occidentale, les esclaves balkaniques, eurasiens et musulmans du bas Moyen Âge apparaissent comme des êtres sans passé, dont la vie et l’existence ne sont renseignées qu’en fonction de leur condition, au présent et au futur seulement, en tant qu’êtres engendrés au contact de la société chrétienne occidentale de destination et nés de leur débarquement forcé.

  • 2 Ni les sources archivistiques, ni l’insertion sociale ou l’exploitation par le travail ne permetten (...)

7Malgré la quasi-identité fonctionnelle et l’impossibilité de différencier, dans la Méditerranée du bas Moyen Âge, l’esclavage de la captivité2, il est évident que, globalement, l’état de déracinement et de désocialisation des êtres considérés par l’historiographie comme captifs (les musulmans grenadins et maghrébins ou les sardes asservis dans l’un des territoires de la Couronne d’Aragon, qui pouvaient, du moins en théorie, garder contact avec leurs terres d’origine et aspirer à une libération contre rançon) était moindre que par rapport aux Eurasiens et aux Balkaniques que l’historiographie a plus facilement et directement comparés à des esclaves (dont l’asservissement impliquait inéluctablement une perte complète, l’impossibilité et l’incapacité réelle de maintenir, ou de renouer, un quelconque lien avec leur terre d’origine).

  • 3 Voir, par exemple, Maria Teresa Ferrer i Mallol, La redempció de captius a la Corona catalano-arago (...)

8En revanche, les sources chrétiennes du bas Moyen Âge nous renseignent fréquemment sur le passé ou, du moins, sur le milieu et le cadre de vie auxquels furent arrachés les chrétiens hommes et femmes de la rive nord de la Méditerranée pour être asservis dans le sud islamique. Nous connaissons, dans de nombreux cas, les circonstances de leur capture. Elles permettent également de retrouver la trace de ceux qui réussirent à maintenir des liens avec leurs terres d’origine et à garder l’espoir d’être libérés sous rançon pour rentrer chez eux3. En règle générale, toutefois, et à l’inverse des esclaves débarqués en terre chrétienne, ils devinrent pour la majorité des êtres certes dotés d’un passé, mais sans présent ni futur après leur capture.

9Ces deux réalités révèlent par conséquent des trajectoires vitales – et historiographiques – opposées car, si la capture fait naître la trajectoire de certains, elle fait disparaître celle des autres, et là où des parcours émergent, d’autres s’évaporent.

Vers la rupture du silence : les confessions de captifs, nouvelle approche d’une source connue

10L’analyse extensive d’une source extraordinaire, les Presentacions i confessions de captius, conservée aux Archives du Royaume de Valence, permet d’en finir avec l’image de vide existentiel de quelques captifs musulmans arrivés à la Couronne d’Aragon au cours du xve siècle. Elle révèle par là même une image beaucoup plus riche et complexe que celle que nous avions pu entrevoir de la réalité socio-économique de l’Islam occidental à cette époque.

  • 4 Voir, dans ce sens, Roser Salicrú i Lluch, Desde la otra orilla : las fuentes cristianas catalano-a (...)

11Il est clair que l’un des principaux problèmes rencontrés dans l’étude et la connaissance du monde musulman médiéval tient, en tous cas pour les questions sociales et économiques, au manque de sources internes. Ou, du moins, de sources documentaires internes directes et comparables aux sources archivistiques européennes, permettant d’explorer la société islamique au-delà des sphères puissantes et des aspects juridico-religieux, politiques ou littéraires et culturels. De ce fait, ces questions n’ont pu être étudiées, autant que possible et en fonction de leurs propres limitations, que par le biais de sources chrétiennes et, par conséquent, externes4.

  • 5 De captifs réellement musulmans ou, parfois, assimilés ou comparés à des musulmans, comme ce fut le (...)

12Les Presentacions i confessions de captius sont des interrogatoires réalisés par le plus haut officier royal du royaume de Valence, le bailli général, de captifs musulmans5 arrivés dans la ville et n’ayant pas été légalement enregistrés. L’objectif était de déterminer si leur capture avait été légale (de bona guerra), auquel cas ils pouvaient être vendus comme esclaves ; dans le cas contraire (une hypothèse qui, en réalité, ne s’est jamais confirmée…), il s’agissait de prises illégales et ils devaient être libérés.

  • 6 Le temps écoulé entre la mise en captivité et la présentation dépendait du lieu de capture des musu (...)

13S’agissant d’une source à caractère judiciaire, les captifs présentés devant le bailli étaient interrogés un par un, et les questions et réponses consignées par écrit. Et comme ces individus venaient en majorité d’être faits prisonniers6, ils ne parlaient pas la langue vernaculaire et véhiculaire de Valence, le catalan, et avaient besoin de traducteurs pour se faire comprendre des autorités.

14De manière plus ou moins systématique, les captifs devaient décliner leur nom ; âge ; contrée d’origine et métier ; dire s’ils avaient un/e époux/épouse ; des enfants ; si leurs parents étaient encore en vie ; renseigner les circonstances de leur capture ; le temps qui s’était écoulé depuis ; le nom de leur ravisseur ; leur périple entre le moment de leur enlèvement et leur comparution à Valence… Toutefois, en fonction de la conjoncture et des circonstances de leur capture, certaines questions pouvaient varier. Ils pouvaient par exemple être interrogés sur leur participation à des actions pirates et corsaires ; sur l’armement de navires de course contre des chrétiens dans leurs territoires d’origine ; sur la quantité de passagers et de marchandises transportés par le navire ; ou sur des questions de défense ou de population de leurs terres d’origine…

  • 7 Vicenta Cortés Alonso, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-15 (...)
  • 8 Vicente Graullera Sanz, La esclavitud en Valencia en los siglos xvi y xvii, Valencia, Instituto Val (...)
  • 9 José Hinojosa Montalvo, Confesiones y ventas de cautivos en la Valencia de 1409, Ligarzas 3, 1971, (...)
  • 10 Debra Blumenthal, Enemies and Familiars. Slavery and Mastery in Fifteenth-Century Valencia, Ithaca (...)
  • 11 Voir, fondamentalement, Francisco Javier Marzal Palacios, La esclavitud en Valencia durante la Baja (...)
  • 12 Voir, par exemple, Roser Salicrú i Lluch, Luck and Contingency ? Piracy, Human Booty and Human Traf (...)

15Il ne s’agit pas d’une source inconnue : elle avait déjà été utilisée, partiellement, de diverses manières et selon les orientations respectives, d’auteurs comme Vicenta Cortés7, Vicente Graullera8, José Hinojosa9, Debra Blumenthal10, Francisco Javier Marzal Palacios11, ou moi-même12. Ceci étant, elle présente une telle richesse dans la variété des contenus que nous sommes loin d’en avoir exploité tout le potentiel. Et son dépouillement peut servir à l’étude de multiples facettes comme, dans le cas présent, pour éclairer certains des aspects les plus opaques du monde islamique nasride et maghrébin à la fin du Moyen Âge.

  • 13 Cf., pour l’époque moderne, Cortés, La esclavitud, op. cit., et Graullera, La esclavitud, op. cit.
  • 14 Arxiu del Regne de València (ARV), Reial Cancelleria, 626.
  • 15 ARV, Batllia General, 193.
  • 16 ARV, Batllia General, 194.

16Trois registres ont été conservés pour ce qui est de la chronologie médiévale13. Tous datent du xve siècle et couvrent, respectivement, les années 1409-141214, 1419-1424 et 1433-143415, et 1494-149716. Il ne s’agit pas de registres continus mais de volumes factices de cahiers reliés ensemble et organisés dans certains cas par main et/ou par année. Nous ne pouvons donc pas assurer, loin s’en faut, qu’ils reprennent systématiquement les interrogatoires de tous les captifs arrivés à Valence et présentés devant le bailli général du royaume au cours de ces années. Mais ceci dit, comme l’intérêt des interrogatoires provient de leur qualité plutôt que de la quantité ou de mesures statistiques, cela n’entame en rien leur potentiel.

  • 17 Utilisé par Hinojosa dans Confesiones, op. cit., pour l’année 1409 ; dans idem, Tácticas, op. cit., (...)
  • 18 Il faut souligner que ce sont tous, ce qui est relativement exceptionnel, des hommes. En effet, si (...)

17Nous nous pencherons ici sur le premier de ces volumes17, qui regroupe les témoignages de 187 captifs interrogés entre 1409 et 141218. La finalité est d’analyser le bagage socioprofessionnel qui ressort de leurs interrogatoires et de percer, autant que possible, la réalité socio-économique, le monde du travail et les structures de production de leurs terres d’origine.

18Nous pourrons ainsi doter quelques-uns de ces êtres, captifs-esclaves, d’un passé dont ils étaient, a priori, privés. Et avancer non seulement dans la connaissance des sociétés islamiques, mais aussi vers une meilleure compréhension de la tragédie que représentait la capture de leurs membres sur un plan global, mais aussi personnel, et de la mort sociale à laquelle la réduction en esclavage condamnait, en principe, chacun d’eux.

Vers un changement d’image : des êtres dotés d’un passé

19Bien que les sources chrétiennes qui nous montrent les esclaves musulmans une fois resocialisés ne permettent pas d’entrevoir leur passé, il s’avère pourtant que les travaux sur la piraterie émanant aussi bien des sources chrétiennes que de l’historiographie fondée sur elles, ont toujours projeté une image de gens de la mer, essentiellement de marins, de pirates ou de corsaires qui se livraient, ou étaient susceptibles de le faire, à des actes de violence contre les chrétiens. Il est vrai qu’ils étaient souvent capturés par des chrétiens en état de légitime défense, au cours d’attaques maritimes, d’où l’image pour ainsi dire habituelle de bourreaux convertis – à tort, peut-être, mais de manière compréhensible – en victimes.

  • 19 Voir Roser Salicrú i Lluch, Esclaus i propietaris d’esclaus a la Catalunya del segle xv. L’assegura (...)

20Il est d’ailleurs significatif que, en plein xve siècle, au moment où une assurance contre les fugues d’esclaves était mise en place en Catalogne, les propriétaires de musulmans blancs et de musulmans llors (c’est-à-dire à peau olivâtre) devaient payer, sans distinction, une cotisation supérieure à celle demandée pour les esclaves de n’importe quelle autre provenance, puisqu’ils étaient génériquement considérés comme des «  marins qui savaient naviguer  » et que, par conséquent, le risque qu’ils fuguent était supérieur au reste des esclaves19.

21Or, une analyse minutieuse des interrogatoires des captifs musulmans arrivés à Valence, compilés dans les présentations et les confessions de captifs, entre 1409 et 1412, révèle une image complètement différente. Nous savons, et c’est logique, qu’une bonne partie des captifs présentés devant le bailli général du royaume de Valence (27 sur 187, un peu moins de 14,5 %) déclarent être marins. Cela n’est pas surprenant car nous savons que la majorité des captures avaient lieu en mer, que nombre des embarcations interceptées étaient à l’évidence celles de pirates et de corsaires, et qu’il y avait forcément des hommes de mer parmi l’équipage des embarcations de cabotage. Dans ce sens, la présence d’un pilot (commandant de bord) parmi les captifs présentés n’étonne pas non plus.

22Par ailleurs, huit captifs se déclarent pêcheurs, dont un «  qui vendait et achetait du poisson  » et laisse à penser, à la différence des autres, qu’il était plutôt poissonnier.

23Mais il y a aussi ceux issus de secteurs éminemment ruraux, dont beaucoup se disent rattachés aux tâches agricoles comme laboureurs (32, dont un «  laboureur et terrassier  ») ou maraîchers (12). Au total (44), ils représenteraient environ un quart (23,5 %) des captifs présentés devant le bailli.

24On compte également un bûcheron, trois bergers (dont un vacher, un autre se définissant comme «  gardien de bétail  ») et un «  chasseur d’oiseaux  ».

25Le monde artisanal est représenté par les professions de tailleur (3), de cordonnier (8), de forgeron (2) ou de charpentier (1), et d’autres plus spécifiques comme celle de «  maître en fabrication de caisses  » (1).

  • 20 À la différence d’autres volumes de confessions de captifs, celui de 1409-1412 n’indique pas systém (...)

26Mais celles qui retiennent davantage l’attention – et sans doute moins sur le plan de la quantité que de la qualité, ou par le degré de spécialisation qu’elles dénotent – sont les professions liées à l’industrie textile : tisserand (2), drapier (5, dont deux de lin) ou foulon de draps (1), auxquels on peut ajouter l’un des marins qui, s’il se définit comme tel et seulement âgé d’une vingtaine d’années, déclare avoir été tisserand «  dans sa jeunesse20  ». Compte tenu qu’il s’agissait de captifs enlevés au hasard, leur seule présence nous est déjà d’une grande contribution par rapport à leur milieu d’origine. C’est à peine si nous en avons quelque indice ou notion en matière d’activités économiques, ce qui est d’autant plus vrai pour les activités artisanales proto-industrielles.

27On relève également différents types de «  commerçants  » : marchand (1), revendeur (1) ou détaillant (5, dont un «  vendeur d’huile  » et un autre «  vendeur d’huile et d’autres marchandises  »). Et, parmi eux, d’autres professionnels du secteur alimentaire : un boucher, cinq fabricants de beignets, quatre boulangers et deux fourniers, ainsi qu’un autre musulman sans qualification précise si ce n’est de «  faire du feu  » dans le four.

28Un porteur d’eau, deux charbonniers, deux meuniers (dont un «  de moulin à traction animale  »), un barbier, deux courtiers, un «  ouvrier de ville  » et un maréchal-ferrant de bétail s’ajoutent encore à ce panorama professionnel bigarré.

29Des individus issus du domaine de la religion et de la culture complètent ce paysage (6 alfaquins ou fuqaha, juristes islamistes, et un «  écrivain de livres mauresques  ») ; d’autres qui cumulent des activités ou des métiers de chargement et de transport sans grande qualification ou spécialisation (1 muletier, 6 transporteurs, 4 portefaix – bastaixos – et 6 manœuvres) ; d’autres avec des fonctions probablement en lien avec la cavalerie ou l’armée, ou du moins des activités militaires (deux arbalétriers et, peut-être, deux clairons – mais qui pouvaient aussi provenir du secteur urbain). Sans compter une variété élargie de «  métiers  » en rapport avec le service à des tiers.

  • 21 Mercenaire, chevalier mauresque ?, cf. Ana Echevarría,Caballeros en la frontera : la guardia morisc (...)
  • 22 Je ne suis pas en mesure de dire exactement quelle était la mission d’un pensamà de chevaux, mais d (...)

30Dans ce dernier groupe, on peut inclure le macip – domestique – d’un chevalier de Grenade, ainsi qu’un autre rattaché au gouverneur de Bône ; un «  chevalier qui recevait sa solde du roi  » de Tunis ; un homme qui «  chevauchait aux côtés de l’infante de Castille  », Fernando de Antequera21 ; un pensamà de chevaux du gouverneur et un autre rattaché à la maison du roi de Tunis22 ; deux écuyers au service de chevaliers (l’un déclare n’avoir eu d’autre métier «  que de servir les chevaliers et les uns et les autres  ») ; et cinq rapaces – c’est-à-dire des garçons ou serviteurs d’âge jeune – , l’un d’eux au service du roi de Tunis.

31S’y ajoutent enfin quinze hommes se déclarant sans activité (même si l’un d’eux se dit «  mendiant de mosquées  »), deux vagabonds (l’un se dit sans métier «  car il est vagabond  »), et un autre individu dont je n’ai pas pu identifier l’occupation (melerixer).

32Au total, sans tenir compte des spécificités ou précisions données dans certains cas, ils représentent une cinquantaine de métiers, de professions ou d’occupations distinctes. Une diversité non négligeable pour les quelque cent cinquante individus dont le métier est déclaré, issus d’un contexte que nous pensions, a priori, seulement maritime, et au vu d’une réalité socio-économique largement méconnue.

  • 23 Selon les confessions des captifs, on pourrait établir trois niveaux ou types de captures. D’abord, (...)

33Comme cet échantillon (constitué d’individus pris au hasard dans un environnement maritime, tandis qu’ils naviguaient sur des bateaux de pirates, de pêche, de cabotage ou de simple transport côtier23) est tout à fait aléatoire, l’importance que revêt cette diversité n’en est que plus grande. En effet, elle n’est pas le fruit d’une recherche systématique de profils concrets de captifs, mais est totalement fortuite. Et elle est, par conséquent, le signe d’une société complexe ou du moins nettement développée.

Esclaves et travail dans la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge

34L’étude de l’insertion des esclaves sur le marché du travail de la société chrétienne de destination n’est pas chose facile, du moins pour le Moyen Âge. D’une part, nous disposons de peu d’informations. Mais c’est aussi parce que l’intérêt suscité par cette question est relativement récent et qu’on a souvent confondu l’exception (les esclaves ayant réussi à se spécialiser en acquérant un bagage notable, une reconnaissance et une trajectoire professionnelle, comme les artistes) et la règle (des esclaves apparemment dépourvus de qualification, qui changeaient souvent de propriétaires et étaient donc sans possibilité d’apprendre réellement un métier).

  • 24 Voir Roser Salicrú i Lluch, L’esclau com a inversió ? Aprofitament, assalariament i rendibilitat de (...)

35Les recherches que j’ai menées ces dernières années montrent que la pratique du salariat, la cession ou la location des esclaves à des tiers par leurs propriétaires, étaient courantes. Cette pratique aurait été en effet beaucoup plus répandue qu’il n’y parait à première vue ; seule l’incorporation des sources comptables à l’étude de l’esclavage a permis de l’identifier. Les esclaves effectuaient ces services – organisés, parfois, en de véritables brigades – en échange d’une rémunération à la journée ou d’un salaire perçu par leur maître et équivalent à celui des travailleurs libres24.

36Nous étions partis de l’image de l’esclave en tant qu’outil ou objet de luxe, que seules les sphères les plus puissantes de la société pouvaient se permettre. Des esclaves que l’on n’a donc pas considérés comme main d’œuvre ou force de travail à part entière, mais comme une espèce d’icône indicative du niveau socioprofessionnel et par là même socioculturel de leurs propriétaires.

  • 25 Cf. fondamentalement sa monographie : Charles Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale. I. Pé (...)
  • 26 Cf. fondamentalement sa monographie : Jacques Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge dans le m (...)
  • 27 Cf., comme principales monographies publiées autour de ces villes, outre celles déjà citées de Sali (...)

37Les travaux de Charles Verlinden25 et de Jacques Heers26 nous ont permis d’avancer dans la découverte ou l’identification d’esclaves comme serviteurs et accessibles à tous types de professionnels. Ce fut du moins le cas dans les principales villes portuaires méditerranéennes telles que Gênes, Barcelone, Valence ou Palma de Majorque, où s’articulaient et débouchaient les principales routes du trafic d’esclaves de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge27.

38Dans les grandes lignes, on pourrait dire qu’avant l’arrivée de la Peste Noire (1348) la majorité des esclaves présents dans ces enclaves étaient des captifs musulmans obtenus à la frontière maritime méditerranéenne ou à la frontière terrestre ibérique avec l’Islam.

39Que vers le milieu du xivsiècle, après l’épidémie, les esclaves eurasiens et orientaux – surtout les femmes –, originaires de la Méditerranée orientale et davantage issus de la traite commerciale que des captures directes, s’imposèrent sur le marché. Bien que, et particulièrement dans la Méditerranée occidentale, c’est-à-dire sur les territoires de la Couronne d’Aragon, où les contacts et les frictions avec l’Islam restèrent fréquents, les captures de musulmans – surtout d’hommes – se maintinrent de manière soutenue (ce qu’illustrent parfaitement, pour la première moitié du xve siècle, les Presentacions i confessions de captius).

40Et qu’à partir de la seconde moitié du xve siècle, après la chute de Constantinople (1453) et le début de l’expansion portugaise et de la traite négrière africaine, s’ouvrit une troisième étape, celle de l’esclavage noir sur lequel allait se développer la traite atlantique. Sans toutefois mettre fin à l’existence de captures de musulmans dans une Méditerranée qui, en raison de l’expansion ottomane, allait changer en se détachant progressivement de son histoire médiévale.

41Quoi qu’il en soit, il y eut après la Peste Noire un accroissement notable du nombre d’esclaves, lesquels furent répartis entre toutes les strates sociales non marginales de la population de ces grands ports méditerranéens.

42La question est de savoir, pour la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge, si ces hommes et ces femmes esclaves étaient destinés à servir ou à travailler, c’est-à-dire de connaître l’utilisation de la main d’œuvre non libre dans les grandes villes portuaires du sud de l’Europe occidentale chrétienne au cours des xive et xve siècles, car elle est certainement la clé pour comprendre, d’un point de vue social mais aussi économique, la réalité et la raison de l’esclavage méditerranéen médiéval.

43Ceci étant, les réponses ne peuvent pas être absolues : il existait, ou pouvait exister, une complémentarité entre le service aux propriétaires (service qui n’était pas exclusivement d’ordre domestique étant donné que les esclaves travaillaient aussi dans les ateliers de leurs maîtres) et l’éventuel service à des tiers.

44Tant l’investissement économique que supposait l’achat d’un esclave pour un propriétaire, que les bénéfices escomptés (directs, en travail ou services en bénéfice propre, ou indirects, à travers la monétarisation de son travail et la cession à des tiers) ne font pas de doute. En revanche, le poids ou la valeur que l’éventuelle formation préalable ou postérieure à l’asservissement a pu avoir, en règle générale, dans l’exploitation et l’évaluation de la main d’œuvre servile médiévale demeure une interrogation. Ceci est dû à un manque d’informations que les confessions de captifs enregistrées à Valence peuvent aujourd’hui expliquer en partie.

Formation préalable et premiers acquéreurs des captifs présents devant le bailli général du royaume de Valence : la preuve manifeste de la négligence du passé

45De même que, de manière exceptionnelle, les confessions de captifs nous ont permis d’éclairer un tant soit peu l’activité professionnelle, avant leur capture, de plus de cent cinquante esclaves musulmans arrivés à Valence entre 1409 et 1412, elles donnent également la possibilité de savoir, dans une quarantaine de cas, qui étaient leurs premiers acquéreurs. Autrement dit, d’observer comment furent insérés les captifs, dans un premier temps, sur le marché valencien des esclaves.

46Après leur confession, une fois déclarés de bonne guerre et légalisés, les captifs devenaient la propriété de qui les avaient présentés devant le bailli. Dès lors, ces médiateurs pouvaient disposer d’eux librement et, s’ils le jugeaient opportun, les mettre en vente. Comme certaines de ces premières ventes, effectuées immédiatement ou quelques jours après la légalisation, furent consignées dans le registre des Presentacions i confessions de captius à la suite des interrogatoires, nous pouvons comparer, pour la période allant de 1409 à 1412, les métiers des quarante et un esclaves qui venaient de déclarer devant le bailli général du royaume de Valence avec ceux de leurs premiers acquéreurs. Nous pouvons ainsi constater s’il y avait ou non une certaine logique ou correspondance entre la formation ou l’expérience professionnelle confessée par les esclaves et le profil de leurs premiers maîtres.

47Sept de ces quarante et un esclaves sont des musulmans ayant déclaré ne pas avoir de métier, tandis que dix autres confessent être marins. Leurs profils ne nous renseignent donc en rien sur leurs acheteurs, et ne sont révélateurs d’aucun comportement de marché si ce n’est d’indiquer, comme nous l’avons signalé plus haut, la grande variété d’orientations socioprofessionnelles des propriétaires ou possesseurs d’esclaves. Le fait est que ces esclaves sans métier et ces marins tombèrent indifféremment aux mains de boulangers, de marchands de soie, de fabricants de couvertures, de cardeurs de laine, de fabricants de sacs, de forgerons, de fabricants de dagues, de couteliers, de charpentiers, de savonniers, de prêtres et de marchands.

48D’autres profils professionnels d’esclaves comme ceux de berger, pêcheur, cultivateur ou terrassier, ne pouvaient pas non plus apporter de spécificité ou de qualification particulière au marché du travail valencien. Et ils furent répartis, à la vente, entre boulangers, charpentiers, paraires (entrepreneurs drapiers) ou cotonniers.

49On admet également qu’un musulman qui s’était simplement dédié à «  servir seigneur  », un autre qui avait été au service du roi de Tunis, ou un troisième, sans métier, qui n’avait fait que mendier dans les mosquées, n’avaient aucune valeur ajoutée. Dans ce sens, il n’est pas surprenant qu’ils aient été achetés par un charpentier ou un relieur de livres, comme ils auraient pu l’être par tout autre valencien désireux d’acquérir un esclave.

50Même chose pour l’un des fabricants de beignets qui devint la propriété d’un marchand. On peut aussi comprendre que les fourniers et les boulangers – deux des collectifs les plus actifs dans l’utilisation, et donc, dans l’achat d’esclaves dans la capitale valencienne – se soient passés des services du musulman tunisien sans métier qui avait toutefois travaillé dans un four, pour y alimenter le feu, jusqu’à sa capture, et qui fut acheté par un fabricant de couvertures.

51On peut admettre que, en dépit de leur formation intellectuelle, le savoir de deux alfaquins ou fuqaha de Tanger était de peu d’utilité à Valence ; et que, comme leurs connaissances étaient considérées de faible valeur sur le marché du travail, leurs premiers propriétaires furent un tailleur et un paraire de la ville.

52Nous ignorons, en revanche, la raison particulière qui poussa le mudéjar Yucef Xupió à acheter, précisément, un maure grenadin, transporteur, de Baza, plutôt qu’un autre esclave. Et nous pourrions avancer que si un marchand majorquin acheta un tisserand originaire d’Arcila (Maroc), pour l’emmener aux Baléares, c’était peut-être dans l’idée qu’il y aurait, dans l’archipel, quelqu’un pour exploiter son labeur dans l’industrie textile…

53Par contre, il nous faut conclure que si un maréchal-ferrant finit aux mains d’un tisserand, son expérience professionnelle fut dédaignée par un consort ; si aucun cordonnier ne voulut profiter d’un cordonnier de Malaga, qui fut vendu à un marchand ; si un écrivain de livres mauresques de Salé fut acheté par un charpentier valencien et non par un autre doté d’une spécialisation similaire ; ou si un boulanger de Valence préféra un pêcheur de Malaga à un boulanger de Salé présenté dans le même lot devant le bailli général… c’était, tout simplement, par manque d’intérêt. Par sous-estimation ou absolu mépris du passé, de la formation, des connaissances et de la possible expérience préalable des esclaves qui étaient mis en vente. Par manque de considération et sans le moindre égard vis-à-vis de la possible trajectoire antérieure des nouveaux captifs.

54Car, après avoir assisté à la confession des captifs devant le bailli, l’intermédiaire, devenu vendeur, ne pouvait ignorer l’origine, la formation et le passé de chacun des esclaves qui lui avaient été déclarés de bonne guerre et qu’il mettait en vente. Par conséquent, même si ce bagage des esclaves pouvait être éclipsé dans les actes de vente postérieurs, l’information directe et de première main sur le captif récemment arrivé était, en revanche, à disposition de l’acquéreur dans la première vente. Et s’il décidait de l’ignorer, de ne pas en tirer parti et de rendre cette information invisible, c’était en définitive par manque d’intérêt.

55Dès lors, il m’apparaît complètement aléatoire et anecdotique que, suite à sa légalisation comme prise de bonne guerre, le marin de Salé qui s’était déclaré tisserand dans sa jeunesse, fût acheté par un marchand de soie, ou qu’un boulanger valencien fût le premier propriétaire d’un musulman fournier d’Alger.

56De mon point de vue, ces confessions de captifs ne font que confirmer, ou démontrer, dans la pratique, ce que l’on avait toujours pressenti à travers l’étude des actes de vente d’esclaves hommes et femmes. C’est-à-dire que leur possible passé ou bagage socioprofessionnel (longtemps insondable, mais un tant soit peu plus discernable, aujourd’hui, grâce aux confessions des captifs) fut complètement dédaigné et passé sous silence à leur arrivée en terres chrétiennes. Plutôt que du mépris, on peut penser que cette prise en considération n’entrait tout simplement pas dans les schémas mentaux des hommes et des femmes de la nouvelle société chrétienne dans laquelle ces esclaves devaient être intégrés.

57La tendance du marché dans les premières ventes n’était donc pas différente de celle que nous révèlent constamment les sources notariées. Ce sont en effet des opérations sans logique apparente tant les possibles aptitudes et formation des esclaves discordent avec les profils des propriétaires successifs. De toute évidence, les propriétaires n’étaient pas intéressés par le bagage professionnel des esclaves et il semble qu’il n’était pas non plus avantageux d’investir dans leur formation.

58Que les musulmans capturés, présentés et légalement enregistrés devant le bailli général du royaume de Valence aient pu garder, pour certains, des liens avec leur réalité antérieure entretenant l’illusion d’une possible négociation de libération, ne signifie pas qu’ils n’étaient pas désocialisés dans la société chrétienne. Nous savons qu’ils étaient des êtres logiquement dotés d’un passé, nous l’avons constaté, mais ils ne le conservaient pas car dès le premier instant et bien qu’il fût connu, on le leur refusait. Il ne s’agissait pas, de ce fait, d’une mort sociale, mais d’un assassinat. Même si, une fois en terres chrétiennes, on attribuait aux captifs une nouvelle naissance sociale et professionnelle.

59Quoi qu’il en soit, l’exemple des captifs musulmans arrivés à Valence démontre que la réalité sociale des esclaves s’avère beaucoup plus complexe que nous pouvions l’imaginer, et qu’il nous faut par conséquent adapter nos interrogations à cette réalité.

Haut de page

Notes

1 Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage : le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.

2 Ni les sources archivistiques, ni l’insertion sociale ou l’exploitation par le travail ne permettent de distinguer les hommes et les femmes esclaves des captifs et captives. L’identité est entière, sans compter que les sources emploient systématiquement ces termes comme synonymes. Toutefois, du moins pour la Couronne d’Aragon, il faut admettre qu’à la différence des esclaves hommes et femmes qui arrivaient de la Méditerranée orientale à travers la traite, ceux qui étaient originaires du sultanat nasride de Grenade et des sultanats maghrébins pouvaient garder l’espoir d’être libérés, soit contre rançon, soit autrement, par leur famille, leurs amis, ou leur souverain respectif.

3 Voir, par exemple, Maria Teresa Ferrer i Mallol, La redempció de captius a la Corona catalano-aragonesa (segle xiv), Anuario de Estudios Medievales 15, 1985, p. 237-297, Roser Salicrú i Lluch, Cartes de captius cristians a les presons de Tunis, Miscel·lània de Textos Medievals 7, 1994,p. 549-590, Andrés Díaz Borrás, El miedo al Mediterráneo, Barcelona, Institució Milà i Fontanals – Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2001, ou Jarbel Rodriguez, Captives and Their Saviors in the Medieval Crown of Aragon, Washington, D. C., The Catholic University of America Press, 2007.

4 Voir, dans ce sens, Roser Salicrú i Lluch, Desde la otra orilla : las fuentes cristianas catalano-aragonesas y los círculos de poder del Islam occidental bajo-medieval, dans Mohamed Méouak, éd., Biografías magrebíes. Identidades y grupos religiosos, sociales y políticos en el Magreb medieval, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2012, p. 389-415.

5 De captifs réellement musulmans ou, parfois, assimilés ou comparés à des musulmans, comme ce fut le cas des Noirs subsahariens ou, à la fin du xve siècle, des Canariens.

6 Le temps écoulé entre la mise en captivité et la présentation dépendait du lieu de capture des musulmans et de leur remise directe, ou non, par leurs ravisseurs. Souvent, les présentations étaient effectuées par des tierces personnes ayant acquis des individus ou des lots pour les revendre sur le marché valencien, ou agissant comme procurateurs pour des tiers. Pour une analyse plus détaillée sur le temps écoulé entre la capture et la comparution devant le bailli, voir Roser Salicrú i Lluch, ¿Captores o mediadores ? En torno a los vendedores de esclavos musulmanes en el Mediterráneo medieval occidental, dans Manuel F. Fernández Chaves, Rafael M. Pérez García, éd., Los negocios de la esclavitud. Tratantes y mercados de esclavos en el Atlántico ibérico, siglos xv-xix, Sevilla, Universidad de Sevilla, à paraître. Sur les présentateurs de captifs, voir également José Hinojosa Montalvo, Tácticas de apresamiento de cautivos y su distribución en el mercado valenciano (1410-1434), Qüestions valencianes 1, 1979, p. 14-22.

7 Vicenta Cortés Alonso, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-1516), Valencia, Publicaciones del Archivo Municipal de Valencia, 1964.

8 Vicente Graullera Sanz, La esclavitud en Valencia en los siglos xvi y xvii, Valencia, Instituto Valenciano de Estudios Históricos, Institución Alfonso el Magnánimo, Diputación Provincial, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1978.

9 José Hinojosa Montalvo, Confesiones y ventas de cautivos en la Valencia de 1409, Ligarzas 3, 1971, p. 113-127 ; idem, Tácticas, op. cit., p. 5-41.

10 Debra Blumenthal, Enemies and Familiars. Slavery and Mastery in Fifteenth-Century Valencia, Ithaca and London, Cornell University Press, 2009.

11 Voir, fondamentalement, Francisco Javier Marzal Palacios, La esclavitud en Valencia durante la Baja Edad Media (1375-1425), Valencia, Universitat de València - Servei de Publicacions, 2006 [hdl.handle.net/10803/9996].

12 Voir, par exemple, Roser Salicrú i Lluch, Luck and Contingency ? Piracy, Human Booty and Human Trafficking in the Late Medieval Western Mediterranean, dans Nikolas Jaspert, Sebastian Kolditz, éd., Seeraubim Mittelmeerraum. Piraterie, Korsarentum und maritime Gewalt von der Antike bis zur Neuzeit, Paderborn, Ferdinand Schöningh / Wilhelm Fink Verlag, 2013, p. 349-362 ; eadem, Fronteras que no son frontera : musulmanes a norte y sur del estrecho de Gibraltar en el siglo xv, Vegueta, en cours de publication ; eadem, ¿Captores, op. cit.

13 Cf., pour l’époque moderne, Cortés, La esclavitud, op. cit., et Graullera, La esclavitud, op. cit.

14 Arxiu del Regne de València (ARV), Reial Cancelleria, 626.

15 ARV, Batllia General, 193.

16 ARV, Batllia General, 194.

17 Utilisé par Hinojosa dans Confesiones, op. cit., pour l’année 1409 ; dans idem, Tácticas, op. cit., pour 1410-1412, mais sans tenir compte de l’année 1409 ; par Marcial, La esclavitud, op. cit. ; et par moi-même, Salicrú, Luck, op. cit. ; eadem, Fronteras, op. cit. ; eadem, ¿Captores, op. cit. Non utilisé en revanche par Blumenthal, Enemies, op. cit., puisque son étude renvoie à une période plus tardive.

18 Il faut souligner que ce sont tous, ce qui est relativement exceptionnel, des hommes. En effet, si le gros de l’esclavage méditerranéen au bas Moyen Âge concernait les femmes, dans des collectifs comme les musulmans, la forme de capture impliquait une majorité masculine. C’est logique car ils provenaient essentiellement de prises en mer de navires pirates et corsaires, ou marchands, sur lesquels les femmes étaient rares. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu d’esclaves musulmanes (voir, par exemple, Josep Hernando Delgado, Els esclaus islàmics a Barcelona : blancs, negres, llors i turcs. De l’esclavitud a la llibertat (s. xiv), Barcelona, Institució Milà i Fontanals – Consell Superior d’Investigacions Científiques, 2003), mais elles étaient capturées, en majorité, lors de razzias terrestres (cf. Salicrú, Luck, op. cit., p. 353 ; et eadem, Fronteras, op. cit.). Dans les autres deux registres médiévaux, par contre, quelques femmes apparaissent.

19 Voir Roser Salicrú i Lluch, Esclaus i propietaris d’esclaus a la Catalunya del segle xv. L’assegurança contra fugues, Barcelona, Institució Milà i Fontanals – Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1998.

20 À la différence d’autres volumes de confessions de captifs, celui de 1409-1412 n’indique pas systématiquement l’âge des prisonniers. Par contre, il est souvent mentionné dans les ventes effectuées suite à la déclaration de bonne guerre de certains. Il s’agit, dans tous les cas où il est indiqué, d’hommes âgés de vingt à vingt-six ans.

21 Mercenaire, chevalier mauresque ?, cf. Ana Echevarría,Caballeros en la frontera : la guardia morisca de los reyes de Castilla (1410-1467), Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2006, ou eadem, Knights on the Frontier : The Moorish Guard of the Kings of Castile (1410-1467), Leyde, Brill, 2009.

22 Je ne suis pas en mesure de dire exactement quelle était la mission d’un pensamà de chevaux, mais dans tous les cas, il devait s’agir d’un serviteur spécialisé dans leur soin.

23 Selon les confessions des captifs, on pourrait établir trois niveaux ou types de captures. D’abord, celles en relation directe avec la prise de navires islamiques dédiés à la piraterie ou à la guerre de course ; il s’agissait de bateaux d’une assez grande capacité, dont l’équipage était exclusivement constitué d’hommes de mer ou de marins, embarqués dans tous les cas de leur plein gré et conscients du risque d’être faits prisonniers. Il y avait ensuite les barques qui servaient à pêcher à proximité des côtes, dont les deux ou trois membres de l’équipage étaient surpris par les attaques chrétiennes. Viennent en troisième lieu les embarcations de cabotage, voire de micro-cabotage, qui se déplaçaient le long de la côte africaine, d’un port à l’autre, ou traversaient le détroit de Gibraltar. Il s’agissait de petits bateaux pilotés par trois ou quatre individus effectuant, dans une même journée, des allers et retours pour acheminer des marchandises chargées sur le lieu d’origine, pour être vendues sur le lieu de destination et dont les bénéfices étaient réinvestis, sur le trajet du retour, dans d’autres produits ; mais qui très souvent transportaient également des passagers à l’origine socioprofessionnelle on ne peut plus variée – ce qui explique la grande variété de métiers déclarés par les captifs – en voyage pour des raisons professionnelles ou plus banales, tel que rendre visite à leurs familles ; et qui, comme les pêcheurs mais à la différence des équipages ou des marins «  professionnels  », étaient surpris par les attaques chrétiennes et violemment arrachés à leur réalité quotidienne. Comme je l’ai indiqué précédemment, cela explique également la presque absence de femmes dans les prises maritimes, étant donné qu’elles voyageaient rarement. Voir Salicrú, Fronteras, op. cit.

24 Voir Roser Salicrú i Lluch, L’esclau com a inversió ? Aprofitament, assalariament i rendibilitat del treball esclau en l’entorn català tardomedieval, Recerques 52/53, 2006, p. 35-71 ; eadem, Slaves in the professional and family life of crafstmen in the Late Middle Ages, dans Simonetta Cavaciocchi, éd., La famiglia nell’economia europea secc. xiii-xviii / The Economic Role of the Family in the European Economy from the 13th to the 18th Centuries, Florencia, Firenze University Press, 2009,p. 325-342 ; eadem, La explotación de la mano de obra esclava en el Mediterráneo cristiano bajomedieval desde el observatorio catalano-aragonés, Espacio, Tiempo y Forma, Serie III, Historia Medieval 23, 2010, p. 167-183 ; eadem, L’évaluation des salaires dans le secteur de la construction navale et de la navigation maritime en Catalogne au bas Moyen Âge, dans Patrice Beck, Philippe Bernardi, Laurent Feller, dir., Rémunérer le travail au Moyen Âge Pour une histoire sociale du salariat, Paris, Éditions Picard, 2014, p. 349-364. À compléter, au niveau des synthèses, avec Ivan Armenteros Martínez, Roser Salicrú i Lluch, Des esclaves pour servir ou pour travailler ? L’utilisation de la main-d’œuvre servile dans les villes du sud de l’Europe occidentale (xive-xve siècles), dans Sylvain Burri, Mohamed Ouerfelli, dir., Artisanats et métiers en Méditerranée médiévale, Aix-en-Provence, MMSH / Karthala, à paraître.

25 Cf. fondamentalement sa monographie : Charles Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale. I. Péninsule Ibérique-France, Bruges, De Tempel, 1955 ; idem, L’esclavage dans l’Europe médiévale. II. Italie ; colonies italiennes du Levant ; Levant latin ; Empire byzantin, Gant, Royal University of Ghent, 1977.

26 Cf. fondamentalement sa monographie : Jacques Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge dans le monde méditerranéen, Paris, Fayard, 1981.

27 Cf., comme principales monographies publiées autour de ces villes, outre celles déjà citées de Salicrú, Esclaus, op. cit., Hernando, Els esclaus, op. cit., et Marzal, La esclavitud, op. cit., Domenico Gioffrè, Il mercato degli schiavi a Genova nel secolo xv, Genova, Fratelli Bozzi, 1971, Onofre Vaquer Benàssar, L’esclavitud a Mallorca. 1448-1500, Palma, Consell Insular de Mallorca, 1997, et Ivan Armenteros, L’esclavitud a la Barcelona del Renaixement (1479-1516). Un port mediterrani sota la influència del primer tràfic negrer, Barcelona, Fundació Noguera, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roser Salicrú i Lluch, « Des êtres sans passé ? », Rives méditerranéennes, 53 | 2016, 125-138.

Référence électronique

Roser Salicrú i Lluch, « Des êtres sans passé ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5151 ; DOI : 10.4000/rives.5151

Haut de page

Auteur

Roser Salicrú i Lluch

Roser Salicrú i Lluch est chercheuse en histoire médiévale à l’Institut Milà i Fontanals (IMF) du Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC) à Barcelone. Spécialiste de l’histoire méditerranéenne du bas Moyen Âge, elle s’intéresse aux rapports entre chrétienté et islam, à l’histoire du commerce et de la navigation, et à l’histoire de l’esclavage, surtout en rapport avec la Couronne d’Aragon. Parmi ses publications les plus récentes : Slaves in the Professional and Family Life of Craftsmen in the Late Middle Ages ; Desde la otra orilla : las fuentes cristianas catalano-aragonesas y los círculos de poder del Islam occidental bajo-medieval ; Luck and Contingency ? Piracy, Human Booty and Human-Trafficking in the Late Medieval Western Mediterranean ; L’évaluation des salaires dans le secteur de la construction navale et de la navigation maritime en Catalogne au bas Moyen Âge ; et l’édition de l’ouvrage collectif Els catalans Mediterrània medieval. Noves fonts, recerques i perspectives.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals