Navigation – Plan du site
Après la captivité : l'insertion des esclaves dans les sociétés chrétiennes ibériques

Le Portugal et l'Atlantique

Expansion, esclavage et race en perspective (xive-xvie siècles)
António de Almeida Mendes
p. 139-157

Résumés

Les recherches engagées ces dernières années sur la première traite atlantique (xve-xvisiècles) et sur l’esclavage en péninsule Ibérique se caractérisent par des approches surtout quantitatives. Le désintérêt pour l’étude des conséquences socio-politiques pour les sociétés européennes est alimenté par la difficulté à penser l’histoire coloniale comme étant une partie intégrante de l’histoire de l’Europe et enfin à poser la problématique de la longue durée de l’esclavage colonial et de la construction des catégories socio-raciales. Le croisement de milliers de documents des fonds d’archives portugaises, castillans et de la Couronne d’Aragon permet de repenser la place de l’esclavage colonial européen dans la construction d’un paradigme économique et racial sinon différent du moins autonome du modèle des sociétés esclavagistes des Amériques.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

race, esclavage, commerce, traite

Keywords :

race, slave trade

Géographie :

Péninsule ibérique
Haut de page

Texte intégral

La première expansion portugaise, la captivité et la traite en perspective

  • 1 Pour l’histoire de la première expansion portugaise au Maroc et en Afrique voir, entre autres, Antó (...)
  • 2 Dominique Valérian, Bougie, port maghrébin. 1067-1510, Rome, École française de Rome, 2006 et Chris (...)

1Le 25 juillet 1415, une armada composée de 270 navires et de plus de 2 000 hommes quitte les côtes du Portugal en direction de la rade de Ceuta, à l’entrée du détroit de Gibraltar. Un tel rassemblement n’a été possible qu’au prix d’efforts importants, de mobilisations difficiles. Les premiers plans d’attaque datent des années 1410. Les multiples intrusions des musulmans sur les littoraux du Portugal, le contexte politique ibérique et les difficultés financières ont conduit la Couronne du Portugal à reporter plusieurs fois la grande attaque. Finalement, le 21 août 1415, le roi João Ier et les trois infants du Portugal, Henri, Duarte et Pedro, arrivent en vue de Ceuta. Les troupes chrétiennes percent le mur qui s’élève à 16 mètres au-dessus de la Méditerranée et prennent d’assaut la citadelle de l’Afrag. Dans la trame de l’histoire de l’Occident, la conquête de Ceuta est un événement ; une action brève et de courte durée : commencée au petit matin, la bataille prend fin à la tombée de la nuit1. La victoire portugaise suscite une certaine indifférence dans les royaumes d’Occident, du Maghreb et, y compris, en péninsule Ibérique. Si elle conforte le contrôle des Latins et des Portugais autour du Détroit de Gibraltar et en Méditerranée occidentale amorcé au xive siècle, elle ne marque pas la fin de la Méditerranée musulmane2.

2Le 21 août 1415 représente dans les livres d’histoire du Portugal la première étape de l’expansion moderne dans l’Atlantique. Or 1415 n’intègre les lignes du temps long de l’Histoire qu’en 1450. 35 ans après la victoire portugaise, Gomes Eanes de Zurara fait paraître la Crónica da Tomada de Ceuta. La publication répond à un programme politique précis. Nommé en 1448 au poste de cronista-mor du royaume du Portugal, Zurara s’attaque sans relâche à la rédaction de la Crónica da Tomada de Ceuta, qui est suivie de quatre autres écrits : la Crónica do Descobrimento e Conquista da Guiné (1453), la Crónica de dom Pedro de Meneses (1463) et la Crónica de dom Duarte de Meneses (1468). Le discret fonctionnaire royal s’affirme en quelques années comme l’un des auteurs les plus influents de la deuxième moitié du xve siècle. Il devient du même coup le gardien de la mémoire de la première expansion portugaise.

  • 3 Fernão Lopes, Crónica de D. João I segundo o códice no 352 do Arquivo nacional da Torre do Tombo, P (...)

3Créée en 1434 pour Fernão Lopes, la charge de cronista-mor revêt une importance stratégique pour la monarchie portugaise. Fernão Lopes reçoit pour mission de mettre par écrit les faits et gestes des souverains, princes et grands hommes du royaume du Portugal des origines jusqu’au règne de son père Jean Ier. Il s’agit de faire l’Histoire d’un royaume mais surtout de légitimer la dynastie des Avis sur la scène péninsulaire et méditerranéenne. La Chronique de dom João Ier réécrit l’histoire du royaume autour de la figure de Jean Ier, le fondateur de la dynastie des Avis et de la politique expansionniste du xve siècle. La Chronique de Fernão Lopes s’interrompt en 1411. La mise sous silence de la conquête de Ceuta et des 22 dernières années du règne de Jean Ier interrogent3. La tradition veut que l’illustre Fernão Lopes (1380-1458) ait été rattrapé par la vieillesse et la maladie après 1436 et qu’il n’ait pas trouvé l’énergie de finir son œuvre. L’Histoire est surtout faite de fidèles tombés en déchéance. Le désastre retentissant que les troupes portugaises subissent à Tanger en 1437, les difficultés rencontrées lors de l’exploration de la côte saharienne puis la mort de dom Duarte en janvier 1438 ne sont pas étrangers au niveau virage politique de la monarchie et à la disgrâce de Fernão Lopes.

  • 4 Gomes Eanes de Zurara, Crónica da tomada de Ceuta, Publicações Europa-América, Lisbonne, 1992, p. 2 (...)
  • 5 Ibidem, p. 240.

4On se trompe donc si l’on cherche dans les chroniques de Zurara le récit glorieux de la geste portugaise. En réalité, Zurara propose une mise à distance avec les pratiques du passé et un changement de temps. Et les actes commis par les Portugais ce lointain 21 août 1415 apparaissent peu dignes de l’idéal de la croisade et de la guerre juste contre l’Islam. L’assaut terminé, et une fois que le roi, les Infants et la noblesse guerrière ont repris la mer, la ville est livrée à la barbarie des «  autres gens, le petit peuple qui n’avait d’autre motivation que celle de voler  » écrit Zurara4. Les Portugais éventrent les maisons à la recherche d’or et d’argent qu’ils ne trouvent pas, se contentent alors «  de vieux matelas et d’autres choses sans la moindre valeur5  ». Ce jour-là, plusieurs milliers d’enfants, de femmes et d’hommes sont massacrés ou réduits en esclavage.

  • 6 Roser Salicrú I Lluch, Esclaus i propietaris d’esclaus a la Catalunya del segle xv. L’assegurança c (...)

5Soutenue par plusieurs bulles papales et l’esprit de chevalerie, l’expédition de Ceuta transporte une vision archaïque du gouvernement des hommes qui fait désormais problème en 1450. Le capitaine-gouverneur de Ceuta Pedro de Meneses, qui exerce pendant 22 ans (1415-1437) les pouvoirs militaire, politique et administratif, multiplie les razzias et les raids dans les campagnes autour de Ceuta. Les prises de guerre alimentent en captifs les économies d’Andalousie et du Levant espagnol. Les milliers de maures de Ceuta qui débarquent dans les ports de Valence et de Barcelone s’inscrivent dans un marché de l’esclavage en plein essor. Entre 1380 et 1440, les arrivées d’esclaves orientaux issus de la traite en mer Noire et d’esclaves sarrasins victimes de la guerre de course se multiplient en Méditerranée6 occidentale. Esclaves russes, tartares, caucasiens et surtout esclaves de «  lignages de maures  » alimentent un vaste marché de main d’œuvre servile entre Barcelone, Valence, Lisbonne et les ports du Maghreb. Cet afflux d’esclaves maghrébins en Europe du sud s’accompagne de tensions. Au Portugal, il suscite les réserves des Cortès et d’une partie des élites. Le royaume n’a eu de cesse depuis la fin du xive siècle de renforcer le contrôle sur les minorités juive et musulmane. En 1446, les Ordenações Afonsinas reprennent les droits réclamés par certaines catégories de la population et promulguent une législation répressive contre les juifs et les musulmans du royaume. Ces derniers sont contraints de vivre dans des quartiers séparés au sein des villes portugaises, de porter des signes vestimentaires distinctifs et ne peuvent s’unir avec des femmes chrétiennes. L’assimilation des maures du royaume et plus encore des captifs maghrébins ne semble alors guère possible pour une partie toujours grandissante des élites et de la population portugaise.

  • 7 Maria de Lurdes Rosa, «  Mortos- “tidos por vivos” : o tribunal régio e a capacidade sucessória das (...)
  • 8 António de Almeida Mendes, «  Maures, Musulmans et construction d’une identité “mourisca” au Portug (...)
  • 9 António de Almeida Mendes, «  Slavery, Society and the First Steps Towards an Atlantic Revolution i (...)

6Le servage et la captivité, qui ont contribué à la formation des hiérarchies sociales et économiques et à l’assimilation des vaincus de la Reconquista portugaise du xiiie siècle, apparaissent comme une pratique de plus en plus archaïsante. L’un et l’autre sont porteurs de tensions religieuses et ethniques au royaume et outre-mer. La présence d’importantes communautés de musulmans et de mouriscos au Portugal tout au long du xvie siècle, a permis le maintien d’une pratique régulière de l’islam et de liens très forts entre les deux rives de la Méditerranée par-delà la migration forcée. Les solidarités, qui voient le jour entre les juifs et les musulmans convertis du royaume et les captifs sarrasins, alimentent la défiance des vieux-chrétiens et des convertis. L’abandon progressif du rapt sur mer et sur terre au profit du trato, l’échange négocié, s’ajuste aux nouveaux discours sur les minorités du royaume et aux pratiques marchandes que les Portugais rencontrent sur les côtes du Maroc atlantique et de Haute Guinée. Après 1450, l’arrivée massive à Lisbonne d’esclaves noirs négociés à Arguin, au large de la Mauritanie, donne un nouveau souffle aux relations euro-marocaines et euro-africaines. Les Latins entrent indirectement en contact, via les marchands juifs, arabes et andalous fixés au Maghreb, avec les empires soudanais (Ghana, Mali Songhaï, Kanem Bornou) qui se sont érigés sur la traite transsaharienne. L’occupation de villes et la construction d’imposantes forteresses sur la côte atlantique à Alcácer Ceguer (1458), Anafé (1469), Arzila (1471), Tanger (1471), Graciosa (1489), Safim (1508), Agadir (1505), Mogador (1506), Aguz (1507), Azamor (1513), Mazagan (1514) ou Mamora (1515) traduit une nouvelle phase politique et économique. Le territoire marocain passe du statut de terre d’infidèles au statut de province du royaume du Portugal. Marchands portugais et arabes ont intériorisé qu’une nouvelle entité économique est née. Vainqueur à Arzila en 1471, le roi Afonso V prend, par «  la Grâce de Dieu  », les titres de roi du Portugal et des deux Algarves : d’Europe et celui d’outre-mer en Afrique. L’«  Algarve de la rive sud  » (Algarve de Além Mar) se construit en miroir de l’Algarve portugais (Algarve de Aquém Mar7). La frontière entre terres de chrétienté et terres d’islam se brouille. Les passages incessants de marchands, d’esclaves, de travailleurs libres, d’interprètes, d’ambassadeurs, de militaires ou de marins entre le Portugal et le Maroc contribuent à façonner des identités multiples dans ce premier Atlantique8. Les ambitions des élites portugaises et marocaines se rejoignent pour construire une politique africaine et atlantique. La consolidation de circuits de traite avec les royaumes de Sénégambie est autant le fait des Portugais que des marchands arabes. De multiples circuits de traites relient les fleuves de Haute-Guinée et du Golfe de Guinée (trato dos Rios de Guiné) aux îles atlantiques et aux ports de la Méditerranée et du Maghreb. Les flux et les reflux des navires induisent de façon naturelle un raccordement entre les espaces arabo-ibériques et les espaces ouest-africains9. Le double mouvement de populations vers l’Europe et depuis l’Europe est porteur de changements profonds pour les sociétés qui bordent l’Atlantique.

  • 10 Gomes Eanes de Zurara, Chronique de Guinée (1453), Paris, éditions Chandeigne, 2012.
  • 11 António de Almeida Mendes, «  Les «  Portugais noirs  » de Guinée : destins mêlés (xve-xviie siècle (...)
  • 12 John K. Thornton, «  Les débuts des relations luso-africaines : une nouvelle interprétation  », Cah (...)

7La Chronique de Guinée10, dont Zurara conclut la rédaction en 1453, ébauche donc un nouveau cadre théorique et opératoire pour les rapports entre les souverainetés africaines et portugaise. Elle annonce aussi les mutations en cours et à venir en Afrique et en Europe, sur le plan économique et social. L’expédition de Ceuta de 1415 s’inscrivait dans un temps de tension. Les dévalorisations monétaires décrétées par Jean Ier dans les années 1380-1410 répondaient à un contexte international de pénurie de métaux précieux. Le commerce africain permet à la monnaie portugaise de se stabiliser avec la frappe des premiers cruzados d’or en 1457. Les premiers comptoirs surgis de façon spontanée à l’embouchure des cours d’eau se consolident pour accueillir des populations toujours plus importantes. L’entrepôt de Santiago du Cap-Vert voit émerger très tôt un groupe de mulâtres et de noirs libres, qui deviennent les acteurs centraux dans la mise en place des circuits reliant le Cap-Vert aux côtes de Guinée. Au xvie siècle, ils voyagent entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique espagnole11. Ces Portugais d’outre-mer (moradores) ravitaillent les navires, chassent les esclaves, fabriquent des articles de traite (tissus) ou embarquent sur les navires. Issus de différentes religions et de différentes cultures, ils produisent de nouvelles identités métisses. Ces «  Blancs du pays  » enfoncent les portes de la modernité et ouvrent les marchés africains sur le monde transatlantique12.

  • 13 Pedro Cardim, «  Los Portugueses frente a la Monarquía Hispánica  », dans Antonio Alvarez Ossorio e (...)
  • 14 Orlando Ribeiro, Aspectos e problemas da expansão portuguesa, Lisbonne, Fundação da Casa de Bragan (...)
  • 15 Charles Boxer, Race Relations in the Portuguese Colonial Empire (1450-1825), Oxford, Oxford Univers (...)
  • 16 Vitorino Magalhães Godinho, Os descobrimentos e a economia mundial (4 vol. ), Lisbonne, Presença, 1 (...)

8Les débats sur la nature de l’expansion portugaise et sur le devenir des sociétés créoles d’Afrique ont une longue histoire. Elle traverse les siècles. Aux xve et xvie siècles, Rui de Pina, Garcia de Resende, Damião de Góis ou Luís de Camões produisent déjà des lectures contradictoires sur les mutations nées de la mondialisation ibérique. Le mot empire fait aujourd’hui florès. L’essor des études sur les empires répond au développement des courants de la World History et de toute une historiographie qui refuse les lectures nationales13. Le pape, les rois portugais et les chroniqueurs des temps modernes n’ont pas repris à leur compte le mot latin imperium ni le mot portugais império. Le terme demande à être défini. L’empire n’est pas l’impérialisme. Durant les deux premiers siècles d’expansion, les stratégies se sont multipliées : le contrôle des mers et les conquêtes territoriales ont permis aux Portugais d’être présents aux quatre coins du monde. Ces portugais nourrissaient le plus souvent un rapport ambigu avec la métropole. En réalité, le mot império ne s’impose officiellement que dans les années 1850 alors que le Portugal se lance dans une nouvelle phase de colonisation de l’Afrique. La «  conscience coloniale  » portugaise qui émerge au tournant du xixe siècle s’incarne dans un double discours de légitimation : l’antériorité de l’arrivée des Portugais et la longévité de la présence portugaise en Afrique, qui font de l’empire portugais le premier empire des temps modernes, et l’absence de problème racial qui traduit l’émergence de communautés de luso-africains ou de luso-indiens14. L’empire portugais a longtemps gardé cette image d’empire multiséculaire et d’empire multiculturel. La publication en 1963 de Race Relations in the Portuguese Colonial Empire (1450-1825) par l’historien anglais Charles Boxer enterre à jamais l’image feutrée d’un empire portugais fondé sur des rapports harmonieux15. Les études quantitatives conduites par Frédéric Mauro et Vitorino Magalhães Godinho dans les années 1960-1980 ont offert un panorama du commerce des esclaves africains des xvie-xviie siècles en connectant les flux de traite aux flux mondiaux des métaux et à l’essor de la plantation coloniale16. Esclavage colonial et empire portugais commencent dès lors à être pensés de façon concomitante.

  • 17 António de Almeida Mendes, «  Les “Portugais noirs” de Guinée : destins mêlés (xve-xviie siècles)   (...)

9Cette perspective s’est renforcée au cours des décennies suivantes avec la multiplication des travaux sur le Middle Passage et le renouveau des études sur l’esclavage et les esclaves au Brésil et aux États-Unis. Les nouvelles approches proposées par les historiographies brésiliennes et anglophones concernent majoritairement les xviiie et xixe siècles et s’inscrivent dans le cadre de la formation des sociétés coloniales et des catégories raciales dans le monde américain. Par contraste, les recherches engagées ces trente dernières années sur les premiers siècles de traite atlantique portugaise (xve-xviie siècles) et sur les esclaves en péninsule Ibérique se caractérisent par des approches surtout quantitatives. Ce désintérêt pour l’étude des conséquences sociopolitiques de l’esclavage pour les sociétés européennes est alimenté par les préjugés et par la difficulté à penser l’histoire coloniale comme étant une partie intégrante de l’histoire de l’Europe et enfin et surtout à poser la longue durée de l’esclavage colonial et de la construction des catégories socio-raciales qui lui sont associées. Dans plusieurs articles, j’ai réfléchi d’une part aux continuités entre la course, la guerre, le pillage et la traite des esclaves noirs, et d’autre part, à la longue durée de l’esclavage au Portugal17.

10Le croisement de milliers de documents des fonds d’archives conservés à la Torre do Tombo de Lisbonne, à l’Archivo General de Indias de Séville ou à l’Archivo del Reino de Valencia permet de repenser la place des traites précoces et de l’esclavage européen dans la construction d’un paradigme économique et racial sinon différent du moins autonome du modèle des sociétés esclavagistes des Amériques. Les déplacements forcés entre l’Afrique et la péninsule Ibérique ont atteint des chiffres considérables pour la période des xive-xvie siècles. Ces mouvements s’accompagnent de la création de nouvelles institutions, de l’apparition de nouvelles pratiques d’exclusion et d’inclusion. La colonisation et la mise en valeur des Amériques n’étaient pas envisageables sans le recours à l’esclavage des Africains. Il en allait tout autrement de l’Europe. À quels besoins répond alors la traite vers l’Europe et les formes d’esclavage massif qui en résultent ? Un décryptage s’impose qui ne soit ni un simple récit des faits militaires ou politiques ni un carnet de route des acteurs.

Le Maroc et les traites précoces

  • 18 Elementos para a história do Municipio de Lisboa, Première partie, Lisbonne Tipographia universal, (...)
  • 19 Luís Filipe Thomaz, «  A evolução da política expansionista portuguesa na primeira metade de Quatro (...)
  • 20 En 1341, Alphonse VIe obtient une bulle de croisade pour attaquer Ceuta. Saturnino Monteiro, Batalh (...)

11Années 1400, à Lisbonne, on vit dans une ambiance d’armes depuis des années. Les dévalorisations monétaires, l’état de guerre permanent, les cycles de mauvaises récoltes, les attaques des corsaires basques, bretons et musulmans contre les ports de la façade atlantique et méditerranéenne posent la question de l’indépendance économique et politique du royaume. Les premières années du xve siècle ont été des années critiques pour la monarchie : «  l’excitation du peuple est si grande que plus d’une fois elle a été sur le point de dépasser toutes les limites  », écrit Jean Ier en 140518. Les souverains portugais cherchent des solutions aux crises chroniques qui touchent les campagnes et les finances de l’État. Avec 2 % de la population européenne, le royaume fait figure de petite puissance. Situation prosaïque que celle de cet État pauvre et désorganisé et, en définitive, bien moins occidental qu’il n’y paraît. Le plan de bataille contre le Maroc est en préparation depuis 1407. Il est d’une ampleur inédite : des milliers d’hommes ont été mobilisés. Pour les conseillers de Jean Ier, l’aventure marocaine a une sonorité singulière19. Les eaux poissonneuses des littoraux, les riches terroirs du centre, l’or des caravanes et la main-d’œuvre du Maroc sont au Moyen Âge des mécanismes plus puissants que les mines d’or africaines et les épices indiennes. La campagne marocaine marque en réalité un choix de survie plutôt que la poursuite de la Reconquista médiévale ou le temps inaugural des découvertes maritimes. Le chroniqueur officiel Gomes Eanes de Zurara livra un récit de la conquête de Ceuta vingt ans après les faits dans lequel on devine la volonté de restituer sa grandeur à l’entreprise portugaise20.

  • 21 Monumenta Henricina, II, no 57, p. 132-146.
  • 22 La reddition du royaume nasride de Grenade n’a lieu qu’en 1492.
  • 23 Le titre reçu de Rome traduit l’association qui unira la dynastie portugaise et l’Église romaine pe (...)
  • 24 À savoir le «  bon gouvernement  ». Le terme portugais governança englobe à l’époque moderne la ges (...)

12En réalité, la conquête de Ceuta est une action d’une rare sauvagerie au regard des codes de la guerre moderne. La vieille ville arabe est mise à sac par une armée composée de condamnés de droit commun (homiziados) et de mercenaires étrangers peu fiables, qui en retour de leur apport militaire ont reçu la promesse de gains conséquents. La moitié de la population fut massacrée et l’autre moitié réduite en captivité. Le sort des captifs est scellé de longue date. Avant de partir en guerre, les Portugais ont négocié avec le baille de Valence leur placement sur le marché aragonais21. Les compagnies de commerce florentines et génoises qui collaborent avec les autorités de Valence ont été sollicitées pour mettre leurs embarcations et leurs équipages au service de cette première déportation humaine de masse des temps modernes. Le projet conjoint portugais et aragonais n’aurait pu aboutir sans la violence mais surtout sans la bénédiction de Rome. La papauté, qui se méfie des souverains de Castille, qu’elle perçoit comme peu interventionnistes22, bascule après 1400 dans un régime de change favorable au «  Très Fidèle  » roi du Portugal23. La cartographie des actions engagées à Ceuta pendant les vingt années du gouvernement de Pedro de Meneses (1415-1437) témoigne de la velléité portugaise de créer une zone d’exclusive de chasse à l’homme autour du détroit de Gibraltar24.

  • 25 Cette documentation n’a pas fait l’objet d’une étude systématique. Pour une première approche stati (...)
  • 26 Filipe Themudo Barata, Navegação, Comércio e Relações Políticas : os Portugueses no Mediterrâneo Oc (...)
  • 27 Pour une approche d’ensemble sur le phénomène de la captivité, lire Michel Fontenay, La Méditerrané (...)

13Les prétentions portugaises s’appuient sur une bulle papale de 1417, qui concède aux Portugais le monopole de la navigation jusqu’à l’archipel des Canaries et décrète que tous les royaumes, duchés, comtés et principautés conquis au Maroc passeront sous la domination du roi du Portugal. En 1416, l’infant Henri reçoit la gestion des territoires marocains et, en 1419, le gouvernement du royaume de l’Algarve portugais et des îles de l’Atlantique. Pedro de Meneses, descendant d’une des plus illustres familles nobles du royaume (les Teles de Meneses), reçoit de Jean Ier des droits extrêmement étendus sur les territoires de além-mar : droit de distribuer des biens fonciers, de nommer les fonctionnaires, de prélever l’impôt du quint sur les prises sur terre et sur mer, «  droit de vie et de mort sur ceux que la Loi, le Droit et Dieu ont placé en situation de non égalité  ». Lorsque Pedro de Meneses meurt en 1437 plus de 5 à 6 000 Marocains ont déjà été déportés vers la péninsule Ibérique. Une procédure formelle entoure l’arrivée de ces individus en péninsule Ibérique. En posant le pied sur le sol chrétien, le captif est soumis à un interrogatoire individualisé au moment duquel il décline son nom et celui de ses parents, son âge, sa profession, son lieu de naissance, le nom de son propriétaire et les conditions de sa mise en captivité. Ce n’est qu’après que l’officier royal a vérifié la légitimité et la régularité de la captivité que le propriétaire reçoit ou non un certificat déclarant les captifs de «  bonne guerre  » et légalement acquis qui l’autorise, une fois les taxes légales payées, à les introduire en péninsule Ibérique25. Les réponses fournies par les musulmans sont évidemment à prendre avec les réserves de circonstance, l’enquête se réalisant souvent en présence du ou des responsables de la capture. Il ne s’agit cependant pas d’une simple formalité : plusieurs propriétaires ont vu rejeter leur droit de propriété sur un captif pour des prises illégales26. Pour l’administration, l’enquête revêt un caractère officiel. En s’assurant de l’honnêteté de la parole du maître, l’État cherche à se certifier que le Maure recevra une éducation religieuse et morale stricte. Ce qui n’était au Moyen Âge qu’une activité épisodique pour les populations des ports de l’Algarve se mue au xvsiècle en un système permanent de captation de main-d’œuvre. La légitimation de ces pratiques par l’État et par Rome sur le modèle de la «  guerre juste27  », qui sert alors de base au droit international, contribue à faire du commerce des captifs maures un modèle de développement qui se transpose à l’Afrique subsaharienne.

  • 28 António Miguel Galvão, Um século de história da Companhia de Pescarias do Algarve, Faro, Edição da (...)

14En 1434, les caravelles de Gil Eanes doublent le cap Bojador au large de la Mauritanie au nom de l’infant Henri. L’attrait des marins portugais pour ces côtes s’explique par les eaux poissonneuses du banc d’Arguin, au large de la Mauritanie et du Sénégal. Nuno Tristão et beaucoup de marins qui explorèrent les côtes d’Afrique avaient fait leurs armes dans les pêcheries qui s’étendent de Sagres à Lagos et dont les rentes sont concédées en 1433 à l’infant Henri. L’exportation de thon et de sardine nord-africains vers la Méditerranée est une source considérable de revenus pour la Couronne et c’est sans doute cette activité qui fournit le plus de rentrées d’argent28. L’argent de la revente permet de financer les coûts des expéditions portugaises morutières et à de nombreux armateurs de faire fortune. Des côtes du Portugal au Maroc, l’Atlantique Nord est le théâtre d’enjeux politiques et économiques liés à cette pêche née des grandes découvertes entreprises. En 1442, les Portugais établissent une factorerie qu’ils nomment Arguin sur un îlot situé au large du Sahara occidental. La présence d’un point d’eau douce permanent permet l’ouverture d’une route marchande régulière entre le comptoir et le port de Lagos, à l’extrémité sud du Portugal. En 1461, le comptoir est fortifié et prend le nom de château d’Arguin. On le dote de forces militaires permanentes, d’un prêtre et d’un alcaide mor. Les colons en nombre réduit ne cherchent pas encore à s’intégrer aux sociétés locales mais à reproduire le cadre de leurs sociétés d’origine.

  • 29 Le terme Maure servait à désigner les Berbères d’Afrique du Nord et les Africains censés venir de l (...)
  • 30 Robert Ricard, «  Les Portugais et le Sahara atlantique au xve siècle  », Hesperis 11, 1930, p. 97- (...)
  • 31 Cette période de l’histoire du Maroc est mal connue. On consultera les travaux anciens de Vitorino (...)
  • 32 Les Wattassides ont exercé la régence sous le dernier souverain mérinide Abû Muhammad Abd al-Haqq ( (...)
  • 33 Jean Devisse, «  Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerr (...)
  • 34 Soudanais : terme qui désigne au Maghreb tous les individus à la peau noire.
  • 35 Terme par lequel les Portugais désignent leurs intermédiaires locaux.
  • 36 Vítor Luís Gaspar Rodrigues, Organização militar e práticas de guerra dos Portugueses em Marrocos n (...)

15Présentes au Maroc avant l’invasion des Arabes, les communautés marchandes berbères et juives que les sources portugaises englobent sous le terme de Maures29 achètent leur tranquillité en participant au fonctionnement du système économique portugais. En réalité, elles anticipent un partage colonial du Maroc qui, en ouvrant un chapitre complètement neuf pour la région, leur permettrait de jouer à nouveau un rôle majeur dans le commerce régional. La collaboration des Berbères de Mauritanie était un rêve ancien des Européens, qui n’avait pu voir le jour au xiiie siècle lorsque les Catalans, Dieppois, Florentins, Provençaux, Vénitiens et Génois avaient déjà abordé ces côtes arides30. Au xve siècle, les communautés politiques du Sahel se trouvent à la croisée des chemins31 : les Portugais profitent des désordres qui accompagnent l’affirmation militaire des Banû Wattâs32 pour s’imposer comme les partenaires privilégiés33 et d’un contexte économique difficile pour s’imposer34. Le contrôle exercé par les chrétiens sur la navigation côtière contribue à asphyxier les cités caravanières du sud-ouest du Maroc et de l’Adrar (Mauritanie) qui avaient été au Moyen Âge deux des carrefours traditionnels du commerce transsaharien. Affaiblis économiquement et divisés par les luttes internes, les chefs des tribus berbères se retrouvent acculées à signer des traités avec les Portugais. Les Zénètes et les Nasiryya sont les premiers à se déclarer vassaux des rois du Portugal. Ils savent que les caravelles sont prêtes à prendre le relais des caravanes et que les Portugais ont installé un solide réseau de consuls et de facteurs dans les grands ports de Méditerranée et de l’Atlantique (Agadir, Barcelone, Gênes, Florence, Malaga, Oran, Safi, Séville, Tunis, Valence). Les alformas35 se procurent des esclaves venus du Sahel et les convoient jusqu’aux comptoirs portugais. La transaction est soumise à une table de concordances entre la valeur des marchandises issues de la production artisanale nord-africaine, le cours de l’or et des esclaves. Burnous, djellabas, haïks, tapis, scelles, étriers, bassines en cuivre sortent par milliers des ateliers marocains de Safi avant d’être embarqués à destination du comptoir d’Arguin où ils sont destinés à être troqués contre des esclaves. Ce système d’équivalence est indexé sur celui des rançons pratiquées sur les places marocaines. Le marché portugais de traite renvoie clairement à celui de la rançon et de la traite transsaharienne arabe. Le mot resgate (rachat) sert ainsi à nommer la rançon versée par le captif pour sa restitution à la condition libre et à qualifier l’esclave acquis (escravo de resgate) sur l’îlot d’Arguin. En 1471, le roi Alphonse V conclut avec le sharif de Arzila un pacte d’accueil et de défense mutuelle pour une durée de vingt ans. Il ajoute à sa titulature de «  roi du Portugal  » celle de roi «  des Algarves de chaque côté de la mer en Afrique  ». Les tributs exigés par les Portugais marquent les liens de soumission entre les deux parties, l’acceptation du tribut et des accords commerciaux par les élites et par les habitants des présides dépendant de la capacité des Portugais à associer le plus grand nombre au rêve atlantique. En 1486, un accord de collaboration économique est signé entre les représentants du roi Jean II et les habitants de la ville d’Azemmour, puis en 1488, avec les marchands de Safi36.

Commerce, traite et arithmétique

  • 37 Ordenaçoens do senhor Rey D. Affonso V (1446), Coimbra, Real Imprensa da Universidade, 1792.
  • 38 Vers la fin du viiie siècle, l’adoption précoce du papier et des chiffres arabes pour les transacti (...)

16Dans ces espaces nord-africains règne une grande hétéronomie juridique et hétérodoxie religieuse et linguistique. Le recours à la numération indo-arabe et l’adoption du papier par l’administration portugaise permet des progrès rapides dans la gestion de la confiance. Les transactions consignées sur du papier et dans une arithmétique compréhensible de tous rendent vraisemblables des recours potentiels devant le droit musulman. La science des nombres est un «  art démonstratif par essence. Elle permet de connaître beaucoup de choses, elle permet aux hommes de parler vrai, d’aimer la vérité et de rejeter la fausseté37  ». Dans les factoreries portugaises, les écrivains s’affairent : on se met à soustraire, à additionner des onces et des carats d’or, des pièces et des demi-pièces d’esclaves, on rature, on barre… Le système de troc (esclaves contre marchandises) n’a pu se développer que grâce au recours à la numération indo-arabe, à l’adoption du papier par l’administration portugaise selon le modèle en usage dans les transactions transsahariennes38 puis au rattachement du système monétaire portugais au double maghrébin. La mise au point d’une comptabilité précise permet des progrès rapides dans la gestion de la confiance dans des espaces où règne une grande hétéronomie juridique et hétérodoxie religieuse et linguistique. Gratter le papier pour altérer ou falsifier des informations laisse des traces visibles de tous.

17La consolidation des flux marchands entre l’Europe et l’Afrique débouche sur la création dans les années 1450 de la «  Casa de Arguin  », organisme qui remplace la «  Casa de Ceuta  », et sur la construction en 1456 d’un second entrepôt négride sur l’île de Santiago du Cap-Vert, face au Sénégal. En 1490, Jean II lance le projet des gigantesques magasins de la «  Casa da Guiné et da Mina  » de Lisbonne, organe centralisateur de toute l’administration portugaise. Tous les ans 1 000 et 1 500 esclaves et des tonnes de poissons sont troqués dans les deux comptoirs d’Arguin et du Cap-Vert. Esclaves et poissons débarquent dans les entrepôts de Lisbonne et de Séville, les deux ports qui ont l’exclusif du commerce avec l’Afrique, avant de se retrouver sur les marchés méditerranéens (Valence, Barcelone, Gênes) et les arrière-pays du sud de l’Europe (Alentejo, Algarve, Andalousie). L’État pousse les privés à prendre le relais et les incite par des exemptions de taxes à investir des sommes toujours plus conséquentes. Dans une économie fortement monétarisée après 1474 grâce à l’entrée en Europe de l’or de São Jorge da Mina, les mathématiques deviennent le modèle de gestion de l’économie atlantique. Elles permettent de quantifier sans recours à des paramètres arbitraires. Dans les années 1480, le florentin Bartolomeo Marchionni achète le monopole du commerce des esclaves, des épices et de l’ivoire des «  rivières du sud  » et des fleuves du Golfe de Guinée. Entre 1488 et 1493, les seuls navires de Bartolomeo Marchionni déversent en Méditerranée, en moyenne et tous les ans, 500 à 600 esclaves africains. Les livres de comptes complétés par les facteurs installés dans le comptoir de Santiago du Cap-Vert sont d’une remarquable précision. Les Portugais possèdent l’un des systèmes de fiscalisation des recettes et des dépenses dans l’Atlantique les plus efficaces d’Europe.

  • 39 António de Almeida Mendes, «  Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord. Aux origine (...)

18Au xvie siècle, la finance et la culture mathématique tiennent un rôle central dans l’expansion atlantique de ce qu’on appelle désormais la «  Traite des Nègres  » (Trato dos Negros). Ce sont d’abord les économies de l’Atlantique sud qui nécessitent un modèle de travail plus intensif, une gestion du risque, un savoir-faire technique et des capitaux. Les fazendas de la petite île de São Tomé reçoivent à elles seules près de 40000 esclaves congos entre 1510 et 1527, soit une moyenne de 2000 esclaves par an. Le système de la plantation de São Tomé traverse l’Atlantique grâce à la hardiesse des financiers italiens et flamands. Vers 1510, le modèle économique s’étend aux Amériques lorsque Ferdinand II d’Aragon autorise l’envoi depuis Séville vers ses colonies de Santo Domingo (île d’Hispaniola) et de Porto Rico d’une première cargaison de 50 esclaves africains. La complexité du circuit transatlantique et la mobilisation de ressources importantes au profit de l’économie sucrière témoignent d’un nouveau modèle de développement économique à l’échelle de l’Atlantique. Les va-et-vient entre l’Afrique, l’Europe et les Caraïbes se multiplient après 1525, quand le cycle du sucre des Caraïbes remplace celui des mines. En 1527, un premier voyage relie en droiture le comptoir de Santiago du Cap-Vert à celui de Santo Domingo, sur l’île d’Hispaniola. À son bord une centaine d’esclaves destinés aux premiers champs de canne à sucre du monde caribéen. À partir des années 1535, une route maritime régulière relie l’île de São Tomé aux grandes Caraïbes (Hispaniola, Porto Rico, Cuba), qui alimente les îles espagnoles en main-d’œuvre servile majoritairement masculine. Les chargements sont plus importants – jusqu’à 250 esclaves par navire – et les conditions de transport ont changé. Le stockage des esclaves à fond de cale, qui voit le jour avec la traversée américaine, conditionne la survie des hommes durant la traversée de l’Atlantique, la violence et la rentabilité du voyage. La mortalité touche souvent plus de la moitié des esclaves embarqués et les révoltes au moment de l’embarquement et pendant le voyage se multiplient. En 1540, plus de 15000 esclaves wolofs, sérères, minas et congos ont déjà été introduits aux Grandes Antilles. Au même moment, les arrivées d’Africains en Europe du sud connaissent un premier recul net39.

19La concordance entre l’expansion portugaise au Maroc, les captifs de Ceuta, les débuts de la traite des Noirs en Sénégambie et le développement de nouvelles pratiques esclavagistes en Europe du Sud et dans les îles de l’Atlantique est totale. Il existe une claire acculturation entre les sociétés ibériques dans l’émergence à la fin du Moyen Âge d’un régime de travail qui avait presque disparu de l’Europe occidentale. Certes, des esclaves existent alors en Europe, de la Manche à la Méditerranée, mais la plupart ne sont esclaves que de façon provisoire. Prisonniers, captifs, serfs sont en perpétuelle situation de rachat et de retour à la liberté. La traite portugaise et l’esclavage atlantique impliquent un système de travail et des rapports maîtres-esclaves différents. La probabilité de mourir du paludisme ou d’épuisement dans les marécages insalubres, les champs de culture de riz et de sucre de Gandia, de l’Algarve, de Madère, de São Tomé est si élevée que seul un système d’esclavage à vie est adapté. La probabilité de transmettre son statut de domestique à ses enfants l’est plus encore tant, au xvie siècle, l’esclavage est devenu un pilier des économies ibériques. Il est un des enjeux cruciaux de ces sociétés et de leurs colonies d’outre-mer aux Temps modernes.

  • 40 Cristovão Ridrogues de Oliveira, Lisboa em 1551. Sumário, Lisbonne, Livros Horizonte, 1987.

20Devenue capitale d'empire, la ville de Lisbonne offre de nouvelles opportunités de travail dans les domaines public ou privé, dans l’industrie ou l’artisanat. La mesure monétarisée de ces activités leur confère une visibilité juridique. Le droit privé fait partie de la vie moderne. Exercer une activité en ville offre à tout individu, libre ou esclave, une protection juridique extrêmement vaste. Les différentes législations royales, les confréries et les institutions religieuses, les associations professionnelles permettent de réguler les rapports entre les hommes, d’encadrer la violence ou la maltraitance. Elles n’améliorent pas les conditions matérielles de travail, bien au contraire. La rapide croissance de l’emploi dans les services conduit les hommes et les femmes à se détourner de la «  domesticité  », une catégorie qui englobe une série de tâches qui n’ont pas de valeur sociale. Faire le ménage, entretenir le linge, aller chercher l’eau, faire la cuisine ne sont pas des activités neutres, ce sont des activités ingrates et dégradantes, peu attractives qu’on réserve à certaines catégories de la population : les captifs musulmans et surtout les esclaves noirs. Dans les espaces privés des demeures, ces tâches reviennent essentiellement à des femmes. L’importance numérique de ces activités est difficile à quantifier car elles n’entrent pas toujours dans l’échange marchand et ne font l’objet que de rares dénombrements. En 1551, Jean III confie à Cristóvão Rodrigues d’Oliveira la mission de recenser les habitants des différentes paroisses de Lisbonne et de lister leurs professions. La croissance rapide de la population de la capitale contraint le pouvoir à organiser des services basiques, tels que l’approvisionnement ou la salubrité de l’urbs, à réglementer le marché du travail sur des bases corporatistes. Au milieu du siècle, avec 100000 habitants, Lisbonne est alors l’une des villes les plus peuplées et les plus riches d’Europe. Elle est aussi celle où les esclaves noirs sont les plus nombreux (près de 1000040).

  • 41 Colonies d’exilés construites au Moyen Âge à proximité de la frontière méridionale avec la Castille (...)
  • 42 Loi qui établit le principe de l’expropriation de la propriété dans le cas où le terrain ne serait (...)
  • 43 Beatriz Alonso Acerro, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad. Exilio musulmán, conversi (...)
  • 44 Garcia de Resende fut le secrétaire particulier du roi Jean II et de son successeur Manuel I. Sa fr (...)

21Au xvie siècle de larges portions du royaume sont vides faute d’hommes ou abandonnées à la forêt, d’autant plus que le repeuplement des zones de frontière et des grandes plaines céréalières du sud piétine malgré la politique de déplacements forcés à large échelle et de fixation de familles dans les coutos instaurée par la Couronne41. Année après année, mois après mois, le peuple abandonne les campagnes pour les villes du littoral. La Loi des Sesmarias42, promulguée en 1375, et les mesures prises pendant la première moitié du xve siècle pour réduire la faible productivité de l’agriculture et facilité la transmission des offices ruraux n’ont pas réduit l’exode vers les villes. Pire l’expansion outre-mer s’est accompagnée d’une migration de masse vers le Maroc puis vers les îles de l’Atlantique. La crise démographique qui a durablement façonné le marché du travail en Europe du sud. La nécessité de peupler les îles de l’Atlantique, d’édifier des villes et des comptoirs sur les littoraux marocains ou guinéens construisent des expériences humaines inédites pour l’époque. L’arrivée massive de migrants noirs en Europe du sud engage l’Occident dans un nouveau modèle de croissance et un nouveau modèle de société. Les migrants noirs ne sont pas alors perçus comme un problème et l’esclavage des Noirs n’est pas qu’une séquence historique de notre présent et n’annonce pas un monde racialisé. Ces migrations ont d’abord un impact local. La perpétuation de la captivité et de l’esclavage «  productifs  » dans les mondes ibériques et marocains produisent des normes, des institutions et des rapports sociaux circonstanciés. Si l’esclavage n’est pas une spécificité ibérique à l’époque moderne, son institutionnalisation, liée à des expériences historiques et économiques, dessine un paysage social et économique particulier. Les flux massifs d’hommes – esclaves ou libres43 – et de marchandises qui unissent la péninsule Ibérique, le Maroc et la Sénégambie sur la longue durée ne sont pas que de simples mouvements démographiques ou marchands, ils induisent l’existence précoce de lieux de contacts et contribuent à la formation de territoires travaillés par la question de l’origine, des liens du sang et des statuts individuels. Au xvie siècle, les présides du Maroc, les comptoirs de Guinée et Lisbonne sont des portes ouvertes sur l’autre monde. Des milliers d’habitants du continent africain empruntent la route vers le Nord. En sens inverse, l’Afrique est un continent d’exil pour beaucoup de Blancs. La première colonisation de l’Atlantique fut l’œuvre de minorités religieuses (juifs et nouveaux-chrétiens), de renégats et d’hommes jeunes qui abandonnent leurs villages pour chercher une vie meilleure dans les villes. Des deux côtés la terre féconde fait fuir les hommes qu’elle n’arrive plus à faire vivre. De nombreux migrants portugais, marocains et africains garderont un lien affectif à la terre et à la société rurale. Ils ne reviendront jamais. La majorité des migrants portugais quitte la métropole sans autorisation officielle, c’est-à-dire sans avoir reçu de licença. Ils deviennent des illégaux et des ennemis de la nation. La politique répressive de la Couronne n’empêcha pas les départs ; bien au contraire, ce qui amena ces hommes à envisager des stratégies d’intégration et de naturalisation au sein des sociétés africaines d’arrivée. Dans les contrées lointaines où ils se fixaient (Brésil, Inde ou Afrique), les Portugais «  oubliaient leurs origines et leur culture  ». Un processus identique se produit avec les Musulmans et les Africains qui entrent au Portugal44. La mise en place de taxes sur la mobilité suppose un usage intensif de monnaie en or et l’existence d’une économie marchande en Afrique. La généralisation du droit de migrer et du droit de résidence s’accompagne de l’instauration du système de la licence de circuler, un laissez-passer qui vise à limiter les transactions illégales, mais surtout à encadrer la mobilité sociale et économique des individus. Les Marocains profitèrent des liaisons maritimes qui reliaient les présides à Lisbonne pour migrer par milliers entre 1520 et 1600. Ils fuyaient les persécutions et la misère, mais étaient aussi attirés par le développement que connait alors Lisbonne. Les Maghrébins représentaient une main d’œuvre nombreuse et bon marché, qui se retrouve cantonnée dans des activités de services (domestiques, écuyers, muletiers, lavandières) à Lisbonne, artisanales et rurales dans l’Alentejo.

Égaux et inégaux, sauvages et barbares

22Durant l’époque moderne, l’arrivée de milliers d’esclaves africains, maures, indiens dans des territoires ibériques qui sont déjà une mosaïque ethnique représente un tournant dans la formation des sociétés politiques du sud de l’Europe. Elle marque un clivage entre ceux qui se pensent comme les vrais naturels du royaume, ceux composant la vraie nation, et les Africains qui sont perçus comme des imposteurs, des individus qui ont été transportés en Espagne et au Portugal pour des nécessités économiques, qui doivent assurer leur survie et leur liberté. La distinction entre les vrais étrangers et les Africains n’est pas un simple préjugé de couleur des petits blancs, juifs, maures avec qui les noirs peuvent partager des pratiques de sociabilité et une condition de main d’œuvre corvéable et captive : elle est inscrite jusque dans la loi. La procédure qui entoure l’introduction des Africains en Espagne et au Portugal a des allures de mise en quarantaine. À son arrivée, l’esclave passe dans les bureaux des douanes. Il est soumis à un interrogatoire au cours duquel un fonctionnaire professionnel (l’almoxarife des esclaves) le questionne sur son identité, son origine, sa profession et sur les circonstances de sa réduction en captivité. L’enquête permet aux fonctionnaires de vérifier la légitimité de la captivité. Ce n’est qu’après cette étape que l’esclave peut être mis en vente et que l’acte de propriété est inscrit dans les registres officiels. À Lisbonne, c’est une même institution, la mesa des esclaves des Sete Casas, qui émet les actes de propriété et les certificats d’affranchissement (carta de alforria). Cette étape bureaucratique induit une présomption d’égalité, une ligne de partage entre égaux et inégaux. Dans la péninsule Ibérique, cette frontière est déterminée par une double dynamique coloniale : la (re)conquête par les chrétiens de l’espace continental ibérique et la conquête de territoires outre-mer.

  • 45 António Manuel Hespanha, «  A constituição do Império português. Revisão de alguns enviesamentos co (...)

23Au Moyen Âge, l’égalité est devenue, en Espagne, au Portugal, dans les îles du Cap-Vert et de São Tomé, une valeur qu’il faut cultiver. Pour être considéré comme l’égal d’un vieux chrétien, le juif, le maure ou le noir doit démontrer par ses actes et ses mœurs qu’il incarne la nation portugaise. La chronologie médiévale du racisme occidental fait aujourd’hui débat parmi les historiens. L’antijudaïsme et la répression des musulmans du Portugal et d’Espagne préfigurent-ils l’assignation aux noirs d’une infériorité naturelle ? Au milieu du xvie siècle, Luís de Molina est l’un des premiers juristes occidentaux à questionner la légitimité de la traite des Africains pratiquée par les rois du Portugal. Il n’est sans doute pas anodin que les débats sur la justesse de l’esclavage se soient intensifiés au milieu du xvie siècle. Luis de Molina est l’auteur du premier discours théologique et juridique sur la question de l’esclavage des Noirs45. Pour lui, la légitimité de l’esclavage des Noirs relève de caractéristiques objectives. Acquis dans des royaumes gouvernés par des roitelets parés de fétiches et de superstitions, qui vivent de la razzia, de la prédation et du tribut, les Africains sont restés rivés dans un temps pré-politique. Cette condition de sauvagerie concerne surtout les Africains de la Guinée d’en bas et de la côte de São Tomé (Congo, Angola) qui sont vendus par le roi chrétien du Manicongo et qui proviennent des razzias que les sobas (les chefs) mènent dans l’intérieur contre les barbares de l’intérieur. La vision judéo-chrétienne portée sur le sauvage africain influence largement un discours d’infériorisation : les noirs issus de royaumes sauvages sans lois, sans foi et sans rois sont porteurs de vices et de pulsions, voire d’une impulsion animale, qu’il convient de corriger. La légitimité de l’esclavage des Noirs relève de caractéristiques objectives. Les Africains sont pensés comme étant objectivement dépendants car porteurs de vices et de pulsions, voire d’une impulsion animale, qu’il s’agit de corriger.

  • 46 João Pedro Marques, Os Sons do Silêncio. O Portugal de Oitocentos e a Abolição do Tráfico de Escrav (...)

24Indéniablement, sur le long terme, il existe une expérience ibérique prolongée de l’exclusion sociale par la race, la couleur et le sang, qui se nourrit du contact prolongé des Portugais avec les Africains. En Europe du sud et dans les Amériques ibériques, la «  blancheur  » s’impose dès lors comme le marqueur de la pureté dans l’échelle des couleurs et sera déterminante pour l’accès à une naturalité pleine. La «  racialisation  » de la société s’appuie sur la perception de la différence, et sa construction implique une réflexion sur la manière dont la société classe les individus sur le plan racial, culturel ou socio-économique. L’attention portée par les juristes et les théologiens à la définition des statuts des «  naturels  » au xvie siècle (la naturalité est la sujétion au seigneur du pays où l’individu est né et à ses lois fixées par la norme) relève d’une définition précoce en péninsule Ibérique de ceux qui peuvent ou non être naturels sur la base de la pureté de la «  race  ». L’abolition de l’esclavage se fera progressivement, elle va de pair avec la transformation de la société et de l’économie. La baisse des arrivées d’esclaves africaines après 1550 a été compensée par l’«  immigration  » féminine rurale. Au xviiie siècle, le développement de nouveaux secteurs d’activités proto-industriels, la mécanisation des processus de production s’accompagnent d’une restructuration du marché de la domesticité urbaine au moment où les Lumières portugaises imposent une abolition progressive de l’esclavage46. Au Portugal, la réduction de la taille des familles, la baisse des revenus d’une partie des élites, la modification du noyau familial, la diminution du nombre d’enfants, le regard nouveau porté par la bourgeoisie urbaine sur la structure familiale, et la transformation juridique et sociale du statut des domestiques, ont autant fait que les lois d’abolition pour mettre fin à l’esclavage.

Haut de page

Notes

1 Pour l’histoire de la première expansion portugaise au Maroc et en Afrique voir, entre autres, António Dias Farinha, Portugal e Marrocos no século xv, Lisbonne, 1990, 3 vol. ; Luís Filipe F. R. Thomaz, «  Le Portugal et l’Afrique au xve siècle : Les débuts de l’expansion  », dans Le Portugal du xve siècle  », Actes du colloque, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre Culturel Portugais, 1989, p. 163-258 et Isabel M. R. Mendes Drumond Braga et Paulo Drumond Braga, Ceuta portuguesa (1415-1656), Instituto de Estudios Ceutís, 1998.

2 Dominique Valérian, Bougie, port maghrébin. 1067-1510, Rome, École française de Rome, 2006 et Christophe Picard, La mer des Califes. Une histoire de la Méditerranée musulmane, Paris, Seuil, 2015.

3 Fernão Lopes, Crónica de D. João I segundo o códice no 352 do Arquivo nacional da Torre do Tombo, Porto, Civilização, 1983.

4 Gomes Eanes de Zurara, Crónica da tomada de Ceuta, Publicações Europa-América, Lisbonne, 1992, p. 234-235.

5 Ibidem, p. 240.

6 Roser Salicrú I Lluch, Esclaus i propietaris d’esclaus a la Catalunya del segle xv. L’assegurança contra fugues, Barcelone, Consejo Superior De investigaciones Científicas, 1998.

7 Maria de Lurdes Rosa, «  Mortos- “tidos por vivos” : o tribunal régio e a capacidade sucessória das “almas em glória” (campanhas norte-africanas, 1472-c. 1542)  », Anais de História de Além-mar, 6, 2005, p. 9-46.

8 António de Almeida Mendes, «  Maures, Musulmans et construction d’une identité “mourisca” au Portugal à l’époque moderne (xve-xvie siècles)  », dans Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. 1 : Une intégration invisible, éd., Jocelyne Dakhlia et Bernard Vincent, Albin Michel, 2011, p. 151-171 et Bernard Vincent, «  Esclavage au Portugal : entre mer Méditerranée et océan Atlantique  », Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, XLIII, Lisbonne-Paris, 2002, p. 61-70.

9 António de Almeida Mendes, «  Slavery, Society and the First Steps Towards an Atlantic Revolution in Western Africa (xv-xvi Centuries)  », dans Brokers of Change : Atlantic commerce and cultures in Precolonial Guinea of Cape Verde, Toby Green, éd., Royal Academy, 2012, p. 239-257.

10 Gomes Eanes de Zurara, Chronique de Guinée (1453), Paris, éditions Chandeigne, 2012.

11 António de Almeida Mendes, «  Les «  Portugais noirs  » de Guinée : destins mêlés (xve-xviie siècles)  », dans L’esclavage en couleur. Europe du Sud, Afrique du Nord, Turquie, du Moyen Âge au xxe siècle, Roger Botte et Alessandro Stella, éd., Karthala, 2012, p. 159-198 ; Toby Green, The Rise of the Trans-Atlantic Slave Trade in Western Africa, 1300-1589, Cambridge University Press, 2012.

12 John K. Thornton, «  Les débuts des relations luso-africaines : une nouvelle interprétation  », Cahiers des Anneaux de la Mémoire, 3, 2001, p. 39-63 ; António de Almeida Mendes, «  Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord. Aux origines de la traite atlantique (1440-1640)  », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2008/4, p. 739-768.

13 Pedro Cardim, «  Los Portugueses frente a la Monarquía Hispánica  », dans Antonio Alvarez Ossorio et Bernardo José García García, éd., La monarquía de las naciones : patria, nación y naturaleza en la monarquía de España, Madrid, Carlos de Amberes, 2004, p. 355-384 ; Pedro Cardim, Tamar Herzog et José Javier Ruiz Ibañez, Polycentric monarchies : How did Early Modern Spain and Portugal Achieve and Maintain a Global Hegemony ?, Sussex Academic Press, 2012 et Giuseppe Marcocci, A consciência de um império : Portugal e o seu mundo, séc. xv-xvii, Imprensa da Universidade de Coimbra, 2012.

14 Orlando Ribeiro, Aspectos e problemas da expansão portuguesa, Lisbonne, Fundação da Casa de Bragança, 1955 et Armando Cortesão, «  O problema colonial português  », Lisbonne, 1925.

15 Charles Boxer, Race Relations in the Portuguese Colonial Empire (1450-1825), Oxford, Oxford University Press, 1963.

16 Vitorino Magalhães Godinho, Os descobrimentos e a economia mundial (4 vol. ), Lisbonne, Presença, 1984 [1962] et Frédéric Mauro, Le Brésil du xve à la fin du xviiie siècle, Paris, Sedes, 1977.

17 António de Almeida Mendes, «  Les “Portugais noirs” de Guinée : destins mêlés (xve-xviie siècles)  », dans L’esclavage en couleur. Europe du Sud, Afrique du Nord, Turquie, du Moyen Âge au xxe siècle, éd., Roger Botte et Alessandro Stella, Paris, Karthala, 2012, p. 159-198 ; «  Le premier Atlantique portugais entre deux Méditerranées (xve-xvie siècles). Comment les Africains ont développé le Vieux Monde  », dans Fabienne Guillén et Salah Trabelsi, éd. Esclavages en Méditerranée et en Europe continentale. Espaces de traite et dynamiques économiques (Moyen Âge et Temps Modernes), Madrid, Casa de Velázquez, 2012, p. 151-170 ; «  Slavery, Society and the First Steps Towards an Atlantic Revolution in Western Africa (xv-xvi Centuries)  », dans Brokers of Change : Atlantic commerce and cultures in Precolonial Guinea of Cape Verde, Toby Green, éd., Royal Academy, 2012, p. 239-257 ; Id., «  De la Méditerranée à l’Atlantique : les traites modernes en perspective  », Cahiers des Anneaux de la Mémoire, vol. 13, décembre 2010, p. 287-306.

18 Elementos para a história do Municipio de Lisboa, Première partie, Lisbonne Tipographia universal, 1882.

19 Luís Filipe Thomaz, «  A evolução da política expansionista portuguesa na primeira metade de Quatrocentos  », dans De Ceuta a Timor, Lisbonne, Difel, 1994, p. 43-147.

20 En 1341, Alphonse VIe obtient une bulle de croisade pour attaquer Ceuta. Saturnino Monteiro, Batalhas e combates da marinha portuguesa, Lisbonne, Sá da Costa, 1989, p. 21-24. La reconstruction de la conquête de Ceuta repose exclusivement sur le récit du chroniqueur portugais Gomes Eanes de Zurara, Crónica da tomada de Ceuta por El Rei dom João I, Lisbonne, Academia das Ciências de Lisboa, 1915.

21 Monumenta Henricina, II, no 57, p. 132-146.

22 La reddition du royaume nasride de Grenade n’a lieu qu’en 1492.

23 Le titre reçu de Rome traduit l’association qui unira la dynastie portugaise et l’Église romaine pendant près d’un siècle. Ainsi, entre 1418 et 1493, près d’une quinzaine de bulles sont promulguées en faveur du Portugal. Voir à ce sujet Charles-Martial de Witte, «  Les bulles pontificales et l’expansion portugaise au xve siècle  », Revue d’histoire ecclésiastique, XLviii, 1953, XLIX, 1954, LI, 1956 et LIII, 1958.

24 À savoir le «  bon gouvernement  ». Le terme portugais governança englobe à l’époque moderne la gestion des biens matériels, des activités marchandes et économiques. La vie mouvementée de Pedro de Meneses est mal connue. On se reportera aux ouvrages de Nuno Miguel Silva Campos, D. Pedro de Meneses e a construção da casa de Vila Real (1415-1437), Lisbonne, Colibri, 2004 et D. Pedro de Meneses. O primeiro capitão de Ceuta, Lisbonne, Sete Caminhos, 2008. Voir également André Pinto de Sousa Dias Teixeira, «  Uma linhagem ao serviço da “ideia imperial manuelina” : Noronhas e Meneses de Vila Real, em Marrocos e na Índia », dans João Paulo Oliveira e Costa, Vítor Luís Gaspar Rodrigues, dir., A alta nobreza e a fundação do Estado da Índia, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, CHAM, 2004, p. 109-174.

25 Cette documentation n’a pas fait l’objet d’une étude systématique. Pour une première approche statistique des flux de captifs marocains entre les deux rives voir Vicenta Cortès Alonso, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-1516), Valencia, 1964 et Filipe Themudo Barata, «  Le rachat des captifs. Une affaire d’état au Portugal au xve siècle  », dans Wolfgang Kaiser, éd., Le commerce des captifs : les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, xve-xviiie siècles, Rome, École française de Rome, 2008, p. 109-122.

26 Filipe Themudo Barata, Navegação, Comércio e Relações Políticas : os Portugueses no Mediterrâneo Ocidental (1385-1466), Lisbonne, JNICT/Fundação Calouste Gulbenkian, 1998, p. 404 et suivantes.

27 Pour une approche d’ensemble sur le phénomène de la captivité, lire Michel Fontenay, La Méditerranée entre la Croix et le Croissant. Navigation, commerce, course et piraterie (xvie-xixe siècle), Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010.

28 António Miguel Galvão, Um século de história da Companhia de Pescarias do Algarve, Faro, Edição da Companhia das Pescarias, 1948.

29 Le terme Maure servait à désigner les Berbères d’Afrique du Nord et les Africains censés venir de la Mauritanie, le «  pays des Maures  ».

30 Robert Ricard, «  Les Portugais et le Sahara atlantique au xve siècle  », Hesperis 11, 1930, p. 97-110 et Georges Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale : fin xie-début xive siècle. Ebauche d’une stratégie pour un empire, Paris, 1993.

31 Cette période de l’histoire du Maroc est mal connue. On consultera les travaux anciens de Vitorino Magalhães Godinho, notamment A Economia dos descobrimentos henriquinos, Lisbonne, Sá da Costa, 1962.

32 Les Wattassides ont exercé la régence sous le dernier souverain mérinide Abû Muhammad Abd al-Haqq (1428-1465). En 1465, ils se rendent indépendants. Après une violente transition Abû Abd Allâh al-Chaykh Muhammad Ibn Yahyâ commence une reconquête du territoire du sultanat mérinide et fonde le royaume de Fès en 1472. Dominique et Janine Sourdel, Dictionnaire historique de l’Islam, Paris, PUF, Quadrige, 2004.

33 Jean Devisse, «  Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée. Un essai sur le commerce africain médiéval du xie au xvie siècle  », Revue d’histoire économique et sociale, 50/1, 1972,p. 42-73, 50/3, 1972,p. 357-397 ; Jacob Oliel, Les juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, CNRS éditions, 1994 et Roger Botte, «  Les réseaux transsahariens de la traite de l’or et des esclaves au haut Moyen Âge : viiie-xie siècle  », L’Année du Maghreb vii, 2011, p. 27-59.

34 Soudanais : terme qui désigne au Maghreb tous les individus à la peau noire.

35 Terme par lequel les Portugais désignent leurs intermédiaires locaux.

36 Vítor Luís Gaspar Rodrigues, Organização militar e práticas de guerra dos Portugueses em Marrocos no século xv, princípios do século xvi : sua importância como modelo referencial para a expansão portuguesa no Oriente, Anais de História de Além Mar II, 2001, p. 157-168 ; Maria de Lurdes Rosa, Mortos «  tidos por vivos  » : o tribunal régio e a capacidade sucessória das «  almas em glória  » (campanhas norte-africanas, 1472-c. 1542), Anais de História de Além-mar, VI, 2005, p. 9-46.

37 Ordenaçoens do senhor Rey D. Affonso V (1446), Coimbra, Real Imprensa da Universidade, 1792.

38 Vers la fin du viiie siècle, l’adoption précoce du papier et des chiffres arabes pour les transactions transsahariennes avait augmenté l’efficacité des réseaux commerciaux musulmans et juifs en activité dans le Sahara et en Méditerranée orientale. Voir à ce sujet les travaux de Nehemia Levtzion, Islam in Africa and the Middle East. Studies on Conversion and Renewal, Aldershot-Burlington, Ashgate Variorum, 2007 et plus récemment de Ghislaine Lydon, On Trans-Saharan Trails : Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

39 António de Almeida Mendes, «  Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord. Aux origines de la traite atlantique (1440-1640)  », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2008/4. p. 739-768.

40 Cristovão Ridrogues de Oliveira, Lisboa em 1551. Sumário, Lisbonne, Livros Horizonte, 1987.

41 Colonies d’exilés construites au Moyen Âge à proximité de la frontière méridionale avec la Castille. Timothy J. Coates, Convicts and Orphans : Forced and State-Sponsored Colonizers in the Portuguese Empire, 1550-1755, Stanford University Press, 2001.

42 Loi qui établit le principe de l’expropriation de la propriété dans le cas où le terrain ne serait pas cultivé.

43 Beatriz Alonso Acerro, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad. Exilio musulmán, conversión y asimilación en la Monarquía hispánica (siglos xv y xvii), Madrid, Ediciones Bellaterra, 2006.

44 Garcia de Resende fut le secrétaire particulier du roi Jean II et de son successeur Manuel I. Sa fréquentation de la Cour et son regard critique sur les transformations sociétales lui permirent de produire de remarquables états des lieux de la société portugaise de la première moitié du xvie siècle, en particulier Miscelanea e variedade de historias, costumes, casos, e cousas que em seu tempo aconteceram, Coimbra, França Amado, 1917.

45 António Manuel Hespanha, «  A constituição do Império português. Revisão de alguns enviesamentos correntes  », dans J. Fragoso, M. Bicalho et M. Gouvêa, éd., O Antigo Regime nos trópicos, Rio de Janeiro, Civilização, 2001, p. 163-188 et du même auteur, Imbecilitas. As bem-aventuranças da inferioridade nas sociedades de Antigo Regime, AnnaBlume, 2010.

46 João Pedro Marques, Os Sons do Silêncio. O Portugal de Oitocentos e a Abolição do Tráfico de Escravos, Lisbonne, Imprensa de Ciências Sociais, 1999 et du même auteur, Sá da Bandeira e o fim da escravidão, Lisbonne, ICS, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

António de Almeida Mendes, « Le Portugal et l'Atlantique », Rives méditerranéennes, 53 | 2016, 139-157.

Référence électronique

António de Almeida Mendes, « Le Portugal et l'Atlantique », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5152 ; DOI : 10.4000/rives.5152

Haut de page

Auteur

António de Almeida Mendes

António de Almeida Mendes est historien spécialiste de l’esclavage et des traites négrières de la première modernité (XIVe-XVIe siècles) et de l’histoire du premier Atlantique portugais. Maître de conférences à l’université de Nantes, il est membre fondateur du Centre International de Recherches sur les Esclavages (www.ciresc.cnrs.fr) et l’un des coordinateurs du programme de recherche STARACO (STAtuts, RAce et COuleurs dans l’Atlantique), qui s’intéresse à une histoire de la race dans le monde atlantique (www.staraco.org). Parmi les publications récentes : La Péninsule ibérique et le monde 1470-1640, Etienne Bourdeu, António de Almeida Mendes, Guillaume Gaudin (dir.), Natividad Planas, Paris, Atlande, 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals