Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Aux marges des institutions

Aux marges des institutions

Populations mobiles et circuits alternatifs d’échanges en Égypte pharaonique
Juan Carlos Moreno García
p. 47-60

Résumés

L’étude des activités commerciales de l’Égypte pharaonique a été longtemps centrée sur les initiatives de l’État en raison de la documentation conservée. Celle-ci, en effet, concerne surtout les activités des marchands au service des grandes institutions (temples, palais), les expéditions royales envoyées à l’étranger (Pount, Sinaï, Levant, Nubie) et les archives diplomatiques qui évoquent les échanges entre les cours royales. Cependant, l’archéologie révèle une réalité bien plus nuancée, où des acteurs souvent négligés dans les sources officielles jouèrent un rôle très actif dans la diffusion des biens, des techniques et des idées sur de vastes distances. Surtout les populations pastorales (Nubiens, Libyens, Asiatiques) et des marchands indépendants, dont les activités avaient lieu fréquemment en marge des initiatives de l’État et au service de la demande privée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mario Liverani, Prestige and Interest, International Relations in the Near East ca, 1600-1100 BC, P (...)

1L’Égypte pharaonique est souvent considérée comme l’exemple achevé de monarchie « orientale » centralisée, bureaucratique et dirigiste. D’après cette interprétation, le sommet de la hiérarchie sociale serait occupé par le pharaon, exerçant son pouvoir sans entraves et dictant ses ordres à une armée de scribes prêts à exécuter ses instructions jusqu’aux endroits les plus reculés du pays. À la base, on trouverait une multitude de paysans occupés à labourer les champs et à acquitter leurs contributions en travail ainsi que leurs taxes et impôts en grain, en animaux et en produits divers. Ces biens seraient ensuite stockés dans des greniers et d’autres installations de la couronne (Trésor, temples, domaines, etc.), prêts à utiliser selon un système de redistribution étroitement surveillé et organisé par l’administration royale. Toujours dans cette perspective, les activités commerciales étaient, pour l’essentiel, une affaire d’État, fondées sur des expéditions organisées et équipées par la couronne dans le but d’obtenir les produits dont elle avait besoin pour ses travaux de construction (pierre de qualité, bois de charpente) ou pour la fabrication de biens prestigieux de luxe. En fait, les inscriptions relatives aux missions envoyées aux carrières (Sinaï, Ouadi Hammamat, Hatnoub), en Nubie, au Levant ou au pays de Pount (rives méridionales de la Mer Rouge), parmi d’autres, ne concernent qu’une des formes de contact de l’Égypte avec l’extérieur. De nombreux récits célèbrent en revanche les expéditions militaires dirigées contre les peuples voisins ; élément indispensable de l’idéologie royale, ces inscriptions illustrent une autre forme d’acquisition de produits, cette fois-ci sous la forme de butin. En effet, les exploits des armées égyptiennes étaient mesurés non seulement par les victoires remportées mais aussi par le nombre de captifs et le volume des objets et des matières précieuses ramenées en Égypte, depuis l’encens jusqu’à l’or, l’argent ou la vaisselle fine, en passant par les esclaves ou des équipements de prestige (chars de guerre, armes). Enfin, des archives diplomatiques ou des traités internationaux, comme les célèbres « lettres d’El Amarna » ou le traité signé entre les souverains Égyptien et Hittite à l’époque de Ramsès II (1279-1213 av. J.-C.), contiennent des références relatives à la régulation des échanges entre les cours royales et la protection accordée aux caravanes de marchands qui parcouraient les territoires sous leur contrôle1.

  • 2 Juan Carlos Moreno García, Penser l’économie pharaonique, Annales. Histoire, Sciences sociales 69, (...)
  • 3 Juan Carlos Moreno García, The limits of Pharaonic administration, patronage, informal authorities, (...)

2D’après ce modèle historique brièvement esquissé une conclusion s’impose. Les sources officielles et les préjugés historiographiques se combinent pour donner une impression fort institutionnaliste et centralisée des échanges entre l’Égypte et l’extérieur2. Non seulement les initiatives des particuliers restent ainsi réduites à un rôle marginal, au mieux, face au pouvoir et aux capacités de mobilisation et de gestion des ressources de la monarchie. Les peuples voisins figurent aussi dépourvus de toute initiative dans l’entretien des flux commerciaux, considérés soit comme des maraudeurs ou des pasteurs aux conditions de vie primitives, inférieures à celles prévalant dans la Vallée du Nil, soit comme de simples fournisseurs de produits précieux, comme si l’Égypte prenait ce qu’elle voulait quand elle le voulait sans rien donner en échange3. Par conséquent, il serait impensable, dans cette optique, que les populations mobiles aient pu animer des réseaux commerciaux indépendants, y compris à longue distance, sans passer par les circuits et les institutions dominés par les pharaons et leur administration.

  • 4 Susan Sherratt, The Mediterranean economy, “Globalization” at the end of the second millennium B.C. (...)

3Cependant, il faut rester prudent. D’une part parce que, en l’absence d’archives privées de marchands, susceptibles donc d’équilibrer l’image fort stéréotypée et centralisée prévalant dans les inscriptions officielles, on risque d’estimer que ce que celles-ci ne mentionnent pas n’existait pas du tout. D’autre part, parce que les contributions récentes de l’archéologie apportent un vision d’ensemble plus nuancée, notamment sur l’importance des acteurs « invisibles » dans les échanges extérieurs de l’Égypte (comme les populations mobiles) ainsi que sur des circuits qui échappaient au contrôle de l’administration pharaonique4. Dans cette perspective, des informations isolées dans les papyrus administratifs et dans les inscriptions confirment que le rôle de certains groupes sociaux et des réseaux marchands en marge des institutions (palais, temples) a été largement sous-estimé. Prenons, par exemple, les cas des pêcheurs ou des voleurs de tombes de la fin du iie millénaire avant J.-C.

  • 5 Juan Carlos Moreno García, op. cit., 2013, p. 94-96.
  • 6 Juan Carlos Moreno García, op. cit., 2013, p. 94-96, id., 2014, p. 19-34.
  • 7 Mario Liverani, op. cit., 1990, p. 235-236.
  • 8 Bezalel Porten, The Elephantine Papyri in English, Leyde-New York-Cologne, Brill, 1996, p. 54-55.

4Dans le cas des pêcheurs, les documents fiscaux et de dotation des temples évoquent les quantités considérables d’argent qu’ils versaient au fisc royal ou au trésor des temples5. Par conséquent ils étaient capables de transformer régulièrement leurs captures en argent, ce qui révèle l’existence de marchés où de tels échanges avaient lieu. Des lettres de la même époque mentionnent aussi la livraison de lingots d’argent par l’administration à certains de ses agents afin d’obtenir du poisson. Que les métaux précieux circulent donc en marge des réseaux de redistribution de l’État et de ses institutions est confirmé par d’autres documents de la fin du iie millénaire avant J.-C., qui concernent des vols dans les tombes et les temples. Un corpus nombreux de papyrus contient les confessions des voleurs, avec les descriptions minutieuses des monuments profanés, des objets et des quantités volés et de l’emploi du butin ainsi obtenu. Ces textes révèlent que les voleurs utilisaient l’or et l’argent pour acquérir des terres, des esclaves ou des animaux, grâce à la médiation de marchands peu scrupuleux. Dans certains cas les métaux précieux étaient fondus dans les maisons des prêtres. Autrement dit, des circuits d’échanges dont on ignore pratiquement tout permettaient le blanchiment de quantités énormes de métaux précieux, ce qui suggère que leur circulation était assez répandue en Égypte et que l’administration royale, ainsi que les temples, ne monopolisaient pas l’utilisation de l’or et de l’argent. Loin de là, une lettre de la fin du iie millénaire avant J.-C. révèle que des cultivateurs versaient leurs impôts au fisc royal en or ; d’autres cultivateurs, au service des temples, acquittaient (parmi d’autres contributions) des quantités considérables d’argent en tant qu’impôts annuels. Enfin, un responsable du natron de la région du Fayoum, sous le règne de Ramsès II, acquitta 91 kg d’or au trésor au titre de taxes. Compte tenu que le natron était un produit exporté vers le Levant (il était indispensable pour l’industrie du verre, alors en pleine expansion), il est loisible d’imaginer que les exportations et les circuits d’échanges jouaient un rôle considérable dans la transformation en argent de la production céréalière des temples et des domaines royaux ainsi que de certains biens extraits du sol égyptien6. Mario Liverani a suggéré ainsi que la dévalorisation de l’argent en Égypte sous le règne de Mérenptah était la conséquence de l’arrivée massive de ce métal en échange des exportations de grain vers le royaume hittite7. D’autre part, d’autres papyrus de la même période révèlent des pratiques illicites liées au trafic du grain des temples, avec la participation active des commerçants. C’est ainsi qu’un marchand, Khnoumnakht, réussit à se faire nommer chef des bateaux du temple du dieu Khnoum, à Éléphantine. Avec la complicité des scribes, des inspecteurs et des cultivateurs du temple il réussit à voler 5 000 sacs de grain du sanctuaire (385 000 litres environ, soit 239 tonnes) au cours de neuf ans, plus 1 000 sacs additionnels auprès de plusieurs particuliers 8.

  • 9 Dominique Collon, Manuela Lehmann, Sandra E. M. Müller, Tell el Dab‛a sealings 2009-2011, Ägypten u (...)
  • 10 Dominique Collon, Cappadocia and the Eastern Mediterranean, Cécile Michel, dir., Old Assyrian Studi (...)
  • 11 John S. Holladay, Toward a new paradigmatic understanding of long-distance trade in the ancient Nea (...)

5Ces exemples, parmi d’autres, révèlent l’importance des marchés, de la circulation de métaux précieux et de l’existence de réseaux d’échanges qui échappaient au contrôle des grandes institutions et de leurs circuits de redistribution. Des références éparpillées dans les documents administratifs, dans les inscriptions commémoratives et dans les textes littéraires indiquent, en plus, que les marchands assuraient la circulation des produits entre les villes et qu’ils accordaient des prêts aux paysans. Malheureusement, à la différence des régions voisines (comme la Mésopotamie ou l’Anatolie), où de nombreuses archives contiennent des descriptions minutieuses des activités des marchands, des documents comparables, produits par des marchands privés, sont pratiquement inconnus en Égypte, de sorte que leurs activités en dehors des institutions sont très mal documentées. Cependant, l’archéologie peut éclairer certaines de leurs opérations. On peut penser, par exemple, à la découverte récente d’empreintes de sceaux mésopotamiens et syriens de la période paléo-babylonienne à Tell el-Dab‛a, dans le Delta oriental9. Capitale du royaume Hyksôs du Delta (1650-1550 avant J.-C.), des inscriptions royales du milieu du IIe millénaire mentionnent l’importance de ses activités marchandes, avec des centaines de bateaux mouillant dans son port et un flux considérable de marchandises diverses, depuis le bois jusqu’aux pierres précieuses et les aromates. Plus au nord, en Anatolie, l’exceptionnelle archive cunéiforme découverte à Kanesh détaille les activités des marchands assyriens installés dans la région au premier quart du iie millénaire avant J.-C. et qui trafiquaient avec des textiles et de l’étain en échange d’argent. Les empreintes des sceaux qui figurent dans leurs documents administratifs ont été repérées également au long du littoral levantin et il est bien possible que leurs activités aient touché l’Égypte10. Un autre indice pourvu par l’archéologie est le plan égyptien de certaines maisons du Levant du milieu du iie millénaire. Des chercheurs comme John Holladay y voient la possible trace d’une diaspora marchande, avec des commerçants égyptiens installés dans l’une des régions les plus dynamiques dans le trafic international de l’Âge du Bronze Récent11.

  • 12 Richard B. Parkinson, The Tale of Sinuhe and Other Ancient Egyptian Poems, 1940-1640 BC, Oxford, Ox (...)
  • 13 Paul Smither, The Semna dispatches, The Journal of Egyptian Archaeology 31, 1945, p. 3-10.

6Et les populations mobiles ? De nombreux indices révèlent qu’ils assuraient également des réseaux d’échanges, en marge de l’État pharaonique ; entre autre, leurs activités économiques étaient loin de se limiter au pastoralisme, contrairement à leur image habituelle dans l’idéologie pharaonique. En réalité, un des personnages les plus célèbres de la littérature égyptienne, le « paysan éloquent », en constitue un bon exemple. Tout d’abord, le terme « paysan » est inapproprié (le mot égyptien qui le désigne, sékheti, pourrait être traduit par « campagnard », voire « habitant des zones marginales »). D’autant plus qu’il est difficilement applicable à un individu qui résidait, d’après le récit, au Ouadi Natron, un milieu désertique et « marginal » situé à la limite de la vallée du Nil, 75 km au nord-ouest du Caire. C’est ici qu’il prépara une petite caravane d’ânes chargés de produits typiques du désert (des plantes aromatiques et médicinales, des peaux d’animaux, du natron, etc.) pour se diriger ensuite à Héracléopolis, dans la région du Fayoum, 200 km au sud environ12. Des fragments d’archives datées de la même époque (xixe siècle avant J.-C.) mentionnent de petites caravanes similaires, formées par des médjay (des Nubiens habitant les déserts autour de la deuxième cataracte du Nil) qui se dirigeaient vers les forteresses égyptiennes de la région pour  » faire du commerce » 13 .

  • 14 Andrea Manzo, Nubians and the others on the Red Sea, An update on the exotic ceramic materials from (...)
  • 15 Colleen Manassa, Middle Nubian ceramics from Umm Mawagir, Kharga Oasis, Irene Forstner-Müller, Pame (...)
  • 16 Claudia Näser, Nomads at the Nile, Towards and archaeology of interaction, Hans Barnard, Kim Duiste (...)
  • 17 Andrea Manzo, Beyond the Fourth Cataract, Perspectives for research in Eastern Sudan, Julie Anderso (...)
  • 18 Nicole Boivin, Dorian Q. Fuller, Shell middens, ships and seeds : exploring coastal subsistence, ma (...)

7En réalité, le rôle de ces populations nubiennes dans les flux commerciaux devient de mieux en mieux connu grâce à l’archéologie. D’une part, des fouilles dans la région de la quatrième cataracte du Nil révèlent que les habitants des villages des alentours pratiquaient l’extraction saisonnière de l’or, comme une activité économique parmi d’autres ; de l’or qu’ils exportaient ensuite, vraisemblablement, vers Kerma, centre d’un puissant royaume nubien dans la région de la deuxième cataracte du Nil. D’autre part, les fouilles dans le port pharaonique de Mersa/Ouadi Gaouasis, sur la côte de la Mer Rouge, ont exhumé des vestiges céramiques nubiens, provenant tantôt de Kerma tantôt de la région de la quatrième cataracte du Nil. Le rôle de ces Nubiens reste encore à déterminer ; ils auraient pu participer aux expéditions pharaoniques en tant qu’auxiliaires mais d’autres alternatives sont également à explorer comme, par exemple, celle de marchands indépendants qui fréquentaient ce site et qui participaient au trafic qui y avait lieu. Le fait que de la céramique yéménite, érythréenne, voire égéenne figure aussi dans le registre archéologique de Mersa/Ouadi Gaouasis fait penser tantôt à un port tantôt à une sorte de carrefour marchand fréquenté par des populations diverses14. On peut citer également la mention des « Nubiens du désert » dans certaines inscriptions pharaoniques de la fin du iiie millénaire, ce qui conforte l’idée des Nubiens qui se déplaçaient par les pistes du désert et qui arrivaient en Égypte avec leurs produits, comme le révèle l’extraordinaire quantité de céramique nubienne découverte dans les oasis de Dakhla et de Kharga, datant de 1800-1600 avant J.-C15. Enfin, de nombreux cimetières de la population de la culture nubienne Pan-Grave sont attestés partout en Égypte dans les premiers siècles du iie millénaire. Il est probable que leurs déplacements obéissent à des activités de colportage et de petit commerce16. L’ampleur de ces contacts nubiens vers la Mer Rouge et les régions situées au-delà est conforté par la découverte d’un circuit terrestre reliant la zone de la quatrième-cinquième cataracte avec l’Érythrée à travers le Delta de Gash17. De même par la découverte de grains de panicum miliaceum, un type de millet originaire de la Chine, diffusé ensuite vers la Vallée de l’Indus, l’Arabie et le nord de l’Océan Indien et qui apparaît dans plusieurs tombes de la première moitié du iie millénaire à Ukma, en Nubie (entre la deuxième et la troisième cataracte du Nil). La diffusion de ce type de millet s’explique dans le cadre d’un vaste réseau d’échanges qui assura la circulation de plusieurs types de plantes et d’animaux entre l’Afrique et l’Asie du Sud et du Sud-Est par voie maritime, à travers le nord de l’Océan Indien, sans l’intervention de pouvoirs centralisés, uniquement par l’initiative de pêcheurs, de pasteurs, de marchands et de populations mobiles autonomes18.

8L’indépendance de ces réseaux et l’autonomie de leurs protagonistes vis-à-vis des États, même dans l’organisation des échanges à longue distance, trouve une confirmation éclatante dans leurs cycles d’expansion et de contraction, souvent « décalés » par rapport aux périodes de centralisation et de dissolution de la monarchie qui se sont succédé au cours de l’histoire pharaonique. Les exemples des Nubiens, des Libyens et des Asiatiques, entre la fin du iiie et le début du iie millénaire, en constituent la preuve.

  • 19 Une révision critique de cette vision dans Stuart T. Smith, Nubia and Egypt, interaction, accultura (...)
  • 20 Edel Elmar, Die Felsgräbernekropole der Qubbet el-Hawa bei Assuan, Abteilung, Band 2, Paderborn, Fe (...)
  • 21 Juan Carlos Moreno García, Climatic change or sociopolitical transformation ? Reassessing late 3rd (...)
  • 22 Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines (2100-1800 avant J.- (...)

9En ce qui concerne la Nubie, elle a été traditionnellement considérée plus arriérée que l’Égypte du point de vue économique et de l’organisation sociale et politique. Source de matières fort convoitées par les Égyptiens (or, cuivre, peaux exotiques, bois, ivoire, etc.) ainsi que de guerriers enrôlés dans les armées égyptiennes, le rôle de la Nubie dans le trafic international a été interprété comme marginal, une sorte de périphérie dépendant de ses puissants voisins du Nord19. Cependant, vers la fin du iiie millénaire, des guerriers nubiens participaient dans les armées des seigneurs régionaux qui se combattaient en Égypte. Une mention énigmatique dans l’inscription de l’un d’eux, Ânkhtifi, gouverneur des provinces les plus méridionales de l’Égypte, mentionne des livraisons de grain pour la Nubie tandis que les fouilles archéologiques révèlent, précisément, que les populations nubiennes qui habitaient la zone comprise entre la première et la deuxième cataracte du Nil importaient du grain et d’autres produits agricoles de l’Égypte à cette époque-là. L’inscription un peu postérieure de Setka, datée des dernières décennies du iiie millénaire, évoque les missions commerciales effectuées par ce gouverneur d’Éléphantine pour les seigneurs de Héracléopolis (dans la région du Fayoum) ; son objectif était la livraison de produits provenant de la Nubie, du sud de la Mer Rouge mais aussi du Levant. Autrement dit, ce dignitaire avait accès à des biens qui circulaient par des routes traversant des territoires en principe hostiles au royaume de Héracléopolis (comme Thèbes), à une époque où se consolide en Nubie le puissant royaume de Kerma20. Enfin, une inscription récemment découverte à Gébel Ouweinat, dans le Sahara oriental, à des centaines de kilomètres à l’ouest de l’Égypte, indique que le roi thébain qui réunifia l’Égypte à la fin du iiie millénaire cherchait de l’encens et d’autres produits par des routes traversant cette région très éloignée de la vallée du Nil21. D’après ces attestations, les Nubiens figurent moins dans le rôle de spectateurs des flux de richesse qui traversaient leur territoire que des protagonistes actifs dans l’obtention de produits qui, ensuite, arrivaient en Égypte par des voies diverses, comme le Nil ou la route des oasis. Plus tard, pendant la première moitié du iie millénaire, les Nubiens sont bien attestés dans les oasis du désert occidental, où une sorte de station commerciale opérant en marge de l’État a été fouillée à l’oasis de Dakhla. Les oasis semblent donc constituer une route alternative au Nil pour le trafic reliant l’Afrique du nord-est à la Méditerranée, sans que les pharaons y aient exercé un contrôle clair sur la circulation de produits. Enfin, les cimetières de la culture nubienne Pan-Grave sont bien attestés en Égypte, tandis que certains sites ont joué le rôle de pôles de contact où convergeaient des populations mobiles, des routes commerciales et des potentats provinciaux égyptiens qui agissaient avec un degré notable d’autonomie par rapport à leurs souverains. La région de Bersheh/ Beni Hasan, dans la Moyenne-Égypte et la zone autour de Kom el-Hisn, dans le Delta occidental, en sont deux exemples, avec la participation active dans les échanges, entre autres, des Nubiens et des Libyens22.

  • 23 Juan Carlos Moreno García, Ḥwt jḥ(w)t, the administration of the Western Delta and the “Libyan ques (...)

10En effet, le rôle joué par les Libyens dans les réseaux d’échanges de l’Afrique nord-orientale a été largement sous-estimé à cause de leur image conventionnelle dans les inscriptions et dans l’iconographie pharaoniques, une image proche de celle attribuée aux Nubiens. Considérés comme des maraudeurs et des pasteurs à la culture très simple, prêts à s’infiltrer et à s’installer dans les riches pâturages du Delta et de la Moyenne-Égypte à la moindre occasion, la réévaluation des sources égyptiennes ainsi que les contributions récentes de l’archéologie se combinent pour nuancer cette représentation stéréotypée. Dans le cas de Kom el-Hisn, cette localité du Delta occidental jouit d’une importance considérable, voire exceptionnelle, par rapport à d’autres sites du Delta au iiie millénaire. Les inscriptions d’au moins une douzaine d’administrateurs de cette localité révèlent que leur occupation principale consistait à contrôler des pâturages et de la végétation, à pourvoir la table du roi, à surveiller les populations du désert et les accès en Égypte et à exploiter les ressources naturelles du Delta (le miel semble occuper une position particulièrement privilégiée). Cependant leur distribution chronologique n’était pas uniforme, puisqu’ils sont documentés surtout pendant les périodes où les pharaons lancèrent des campagnes militaires contre les Libyens. Par conséquent, il semble que la fonction principale des responsables de Kom el-Hisn était le contrôle de l’accès des populations libyennes aux pâturages du Delta, peut-être en échange d’une partie de leurs troupeaux. Un tel arrangement aurait été mutuellement profitable pour les deux parties : pour les Égyptiens, ils tiraient un profit d’une région difficile à surveiller en raison de sa nature marécageuse et lacustre, peu peuplée et encore moins urbanisée ; pour les Libyens, ils garantissaient l’accès régulier à des ressources indispensables pour leurs troupeaux (de l’eau, des pâturages). On peut estimer le volume de leur cheptel à la lumière du butin capturé par les Égyptiens lors des conflits armés occasionnels qui éclatèrent entre eux, et qui comprenaient des dizaines, voire des centaines de milliers de vaches, de brebis, d’ânes et de chèvres. Bien que ces chiffres exagérés doivent être utilisés avec précaution, ils suggèrent néanmoins que les bovins constituaient une partie très importante de la richesse des Libyens, ce qui implique un accès régulier à des pâturages et des ressources hydriques considérables23.

  • 24 Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines… ; idem, Climatic ch (...)
  • 25 Seth Richardson, Libya domestica, Libyan trade and society on the eve of the invasions of Egypt, Jo (...)
  • 26 Thomas Strasser, Location and perspective in the Theran Flotilla Fresco, Journal of Mediterranean A (...)

11Enfin, la crise de la monarchie vers la fin du iiie millénaire ne fut pas suivie de l’effondrement des activités économiques dans la région. Bien au contraire, des tombes décorées bâties pour la première fois dans le Delta occidental attestent la richesse soudaine des potentats locaux ainsi que leur participation à des réseaux d’échanges avec le Levant. La découverte à Kom el-Hisn de nombreuses « tombes de guerriers », typiques des soldats et des marchands du Levant et de la Mésopotamie septentrionale, constitue un indice précieux de l’importance de cette localité en tant que porte d’entrée en Égypte par voie maritime pendant cette période. En fait, Kom el-Hisn constituait le maillon d’un réseau qui continuait ensuite par le Fayoum vers les régions du sud. La découverte sur place de vestiges de céramique nubienne trahit probablement la présence d’un autre protagoniste des échanges dans ce circuit reliant l’intérieur de l’Afrique à la Méditerranée24. Plus tard, dans la deuxième moitié du iie millénaire, les Libyens apparaissent dans les sources pharaoniques comme des pasteurs installés dans le Delta occidental ainsi que dans le rôle de trafiquants ayant accès à des produits arrivés de l’intérieur de l’Afrique (comme l’ivoire). Ils contrôlaient donc des routes commerciales à travers les oasis du désert occidental et entretenaient des contacts avec des marchands levantins autour de Marsa Matrouh, sur la côte méditerranéenne, et probablement aussi dans le comptoir pharaonique de Zawiyet Umm el-Rakham, situé dans la côte libyenne à 300 km environ à l’ouest d’Alexandrie. Leurs activités agricoles, métallurgiques et artisanales complètent un tableau économique qui s’accorde mal avec l’idée reçue de pasteurs primitifs aux modes de vie simples. Il en va de même avec la possession de biens comme des chariots et d’un armement lourd en bronze25. Bien que l’hypothèse de contacts directs entre Libyens et Égéens suggérée par certaines peintures murales trouvées à Thera soit discutée26, il semble clair que le rôle des Libyens dans le commerce international du Bronze Moyen et Récent ainsi que leurs formes de vie est à reconsidérer en profondeur.

  • 27 Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines… ; idem, Climatic ch (...)

12Une autre région fréquentée par les Libyens à la fin du iiie et au début du iie millénaire est la région de la Moyenne-Égypte située autour de Bersheh et Beni Hasan. Si l’élevage de bétail était ici une activité économique majeure, l’intégration de cette zone dans les réseaux d’échanges internationaux est bien attestée aussi. D’ailleurs, plusieurs responsables de Beni Hasan étaient spécialisés dans la réalisation de missions diplomatiques, militaires ou commerciales au Levant et au pays de Pount (sud de la Mer Rouge) pour le compte des pharaons du Moyen Empire, au point que des monuments inscrits au nom de certains dignitaires locaux ont été découverts au Levant. En outre, si vers la fin du iiie millénaire des responsables de la myrrhe (importée du Levant et du pays de Pount) sont bien documentés dans la localité de Héracléopolis Magna, au Fayoum, cette fonction sera exercée par la suite par des dignitaires de Bersheh, de sorte qu’ils resteront les seuls utilisateurs de l’épithète « celui qui aime la myrrhe » au Moyen Empire. Enfin, l’iconographie fournit d’autres indices sur les liens existant entre les potentats de la Moyenne-Égypte et le commerce extérieur. On peut penser à la décoration de certaines stèles à Beni Hasan et à Meir avec des motifs textiles égéens (tout comme le plafond d’une tombe à Siout, en Moyenne-Égypte aussi), à la représentation d’un tour de potier à Beni Hasan très similaire à ceux utilisés en Crète à la même époque et, surtout, à la célèbre caravane asiatique représentée dans la tombe du gouverneur Khnoumhotep II de Beni Hasan. La scène montre des Asiatiques aux vêtements colorés, accompagnés de leurs ânes et apportant de la galène au gouverneur. En fait, des mines de galène ont été découvertes près de Beni Hasan, à Gébel Zeit, sur la côte de la Mer Rouge, un site devenu le centre d’une communauté de mineurs à laquelle participèrent également des gens venus du Levant, comme l’atteste un sceau-cylindre syrien. Dans ces conditions, il n’y a rien d’extraordinaire à ce que des Asiatiques, mais aussi des Libyens, soient bien attestés dans l’iconographie de Bersheh et de Beni Hasan. Des caravanes de Libyens accompagnés de leurs troupeaux apparaissent représentées dans deux tombes de Beni Hasan, tandis que des guerriers libyens participent, dans une autre scène, au transport d’un colosse en pierre dans une tombe de Bersheh. Enfin, la présence d’Asiatiques ne se limitait pas uniquement à la sphère commerciale. Dans les nombreuses scènes de siège de localités fortifiées représentées dans les tombes des seigneurs de Beni Hasan, les soldats asiatiques figurent comme une composante habituelle des armées locales, tout comme des guerriers nubiens. D’ailleurs un autre élément, plus subtil, atteste l’importance locale de ces populations. En effet, l’iconographie pharaonique montre souvent les pasteurs et les étrangers habillés avec des manteaux de laine aux couleurs vives, très différents des vêtements de lin, de couleur blanche portés par les Égyptiens et considérés plus prestigieux et propres, surtout pour les individus d’un certain statut social. D’où l’importance de plusieurs scènes dans lesquelles les seigneurs de Beni Hasan portent des manteaux de laine, peut- être une mode obéissant à l’influence de populations étrangères. Comme la zone comprise entre Siout et Bersheh/Beni Hasan était aussi le point d’arrivée des caravanes venues de la Nubie et du Désert occidental, cette région de la Moyenne- Égypte apparaît comme un pôle d’échanges où des populations mobiles formées par des Nubiens, des Libyens et des Asiatiques jouèrent un rôle majeur en tant que soldats, pasteurs et marchands qui animaient des réseaux d’échanges sur de vastes distances. Ce n’est pas par hasard que deux termes nouveaux, attestés pour la première fois dans cette région, entrèrent dans le vocabulaire égyptien vers le début du iie millénaire avant J.-C. Il s'agit de ouhyt « tribu, campement », puis « village » et menmenet « bétail en mouvement »27.

  • 28 Michele Marcolin, Andrés Diego Espinel, The Sixth Dynasty biographic inscriptions of Iny : more pie (...)
  • 29 Manfred Bietak, From where came the Hyksos and where did they go, Marcel Marée, dir., The Second In (...)

13Le troisième exemple concerne les Asiatiques. Les sources textuelles du iiie millénaire conservent des références éparses sur les échanges commerciaux entre l’Égypte et ses voisins orientaux. Les inscriptions officielles mentionnent surtout les expéditions maritimes envoyées par les pharaons afin de se procurer du bois de charpente, tandis que l’archéologie révèle des échanges intenses entre l’Égypte et le Levant depuis la fin du ive millénaire avant J.-C. Une inscription récemment publiée apporte des informations complémentaires : Iny, un envoyé royal au Levant, commanda au moins quatre expéditions et rentra en Égypte avec des produits tels que de l’huile, de l’étain, de l’argent, du lapis-lazuli, du bois et des Asiatiques (hommes et femmes) au xxiiie siècle avant J.-C28. Cependant, ce type de textes renvoie à une image unilatérale et fort biaisée des contacts entre les Égyptiens et leurs voisins de l’Est, comme s’ils obéissaient exclusivement aux intérêts de la couronne et aux expéditions qu’elle organisait. La découverte à Tell Ibrahim Awad, dans le Delta oriental, d’un temple au plan levantin suggère la présence d’une colonie d’Asiatiques d’une certaine importance déjà au iiie millénaire. Leurs activités étaient sans doute proches de celles menées dans des colonies similaires postérieures de la même zone, comme celle de Tell el-Dab‛a, pendant la première moitié du iie millénaire, avec sa population de spécialistes (marchands, marins, soldats, chefs de caravanes et interprètes) au service des pharaons29.

  • 30 Manfred Bietak, From where came the Hyksos… ; Orly Goldwasser, Out of the mists of the alphabet - R (...)

14L’effondrement de la monarchie pharaonique à la fin du iiie millénaire n’entraîna nullement la fin de ces échanges mais, au contraire, leur essor sous d’autres formes, plus autonomes et décentralisées. Un des circuits le mieux documenté concerne l’exploitation des mines de cuivre de Feynan, en Jordanie, par des pasteurs locaux. Le minéral était ensuite transporté, au moins en partie, vers l’Égypte par des populations pastorales habitant le Sinaï. L’explosion du nombre de campements dans cette région à la fin du iiie millénaire révèle un dynamisme lié, en partie, à ces opérations d’exploitation et de transport du minéral vers la vallée du Nil. Plus tard, une fois la monarchie pharaonique rétablie, les Égyptiens organisèrent de nombreuses expéditions vers les mines du Sinaï, surtout à Sérabit el-Khadim. Encore une fois, on doit utiliser avec précaution les informations fournies par les inscriptions égyptiennes. Ces textes décrivent une exploitation des ressources minérales du Sinaï obéissant exclusivement aux intérêts de la monarchie et organisée par ses soins. En revanche, la composition du personnel engagé dans ces missions révèle la participation de nombreux Asiatiques, y compris leurs chefs, tandis que des guerriers levantins assuraient la protection des travailleurs. L’importance et les dimensions considérables du temple local d’Hathor seraient donc à nuancer : plutôt qu’une sorte de symbole de la position dominante de l’Égypte dans les activités minières de la région, il faut probablement voir dans ce sanctuaire une sorte de centre de culte et de négociation utilisé par des communautés à l’origine ethnique diverse (bédouins, Asiatiques, Égyptiens, etc.), chacune suivant ses propres intérêts dans l’exploitation du minérai. D’où l’intérêt des inscriptions qui mentionnent la participation de certaines populations du Delta oriental, des « campagnards » qui jouissaient d’une grande autonomie vis-à-vis de l’administration pharaonique. En tant que populations « marginales » mais habitant des zones traversées par les expéditions égyptiennes, leur rôle était fondamental pour assurer la logistique des missions par voie terrestre, d’où l’énumération de ces spécialistes à côté des ânes utilisés par les expéditions30.

  • 31 Anna-Latifa Mourad, Rise of the Hyksos, Egypt and the Levant from the Middle Kingdom to the Early S (...)

15La présence asiatique n’était pourtant pas limitée au Delta oriental et au Sinaï.
Les inscriptions et les documents administratifs pharaoniques des premiers siècles du iie millénaire confirment que les Asiatiques étaient devenus un élément habituel de la population de la vallée du Nil. Si certains étaient des captifs, d’autres étaient en revanche bien intégrés dans la société égyptienne, au point qu’ils évoquent, dans leurs monuments, leurs activités spécialisées et leurs titres (y compris celle de marins), comme n’importe quel Égyptien31. Ce n’est sans doute pas par hasard que certains titres administratifs de cette période d’intensification des réseaux commerciaux évoquent les « navires de Byblos », une localité qui était, précisément, le centre le plus important des échanges entre l’Égypte et le Levant.

16Pour conclure, tous ces éléments permettent de replacer les contacts commerciaux entre l’Égypte et les régions voisines dans une perspective bien plus nuancée que celle fournie uniquement par les inscriptions officielles. Au-delà des expéditions organisées et envoyées par la couronne afin d’obtenir des biens très précis, il existait d’autres circuits marchands où des commerçants privés et des populations mobiles, voire « marginales », jouèrent un rôle capital, bien que pauvrement documenté. Seules l’archéologie et la découverte de nouvelles attestations (textes, empreintes de sceaux, traces des biens échangés, etc.) pourront apporter plus de connaissances sur des activités économiques et des protagonistes des échanges marchands mal connus mais qui ne devraient pourtant pas être sous-estimés.

Haut de page

Notes

1 Mario Liverani, Prestige and Interest, International Relations in the Near East ca, 1600-1100 BC, Padova, Sargon Press, 1990.

2 Juan Carlos Moreno García, Penser l’économie pharaonique, Annales. Histoire, Sciences sociales 69, 2014, 7-38.

3 Juan Carlos Moreno García, The limits of Pharaonic administration, patronage, informal authorities, mobile populations and “invisible” social sectors, Miroslav Bárta, Hella Küllmer, dir., Diachronic Trends in Ancient Egyptian History, Studies Dedicated to the Memory of Eva Pardey, Prague, Czech Institute of Egyptology, 2013, p. 88-101 ; id., Recent developments in the social and economic history of ancient Egypt, Journal of Ancient Near Eastern History 1, 2014, p. 239-243, 249-252.

4 Susan Sherratt, The Mediterranean economy, “Globalization” at the end of the second millennium B.C.E., William G. Dever, Seymour Gitin, dir., Symbiosis, Symbolism and the Power of the Past, Canaan, Ancient Israel, and Their Neighbors from the Late Bronze Age through Roman Palestina, Winona Lake, Eisenbrauns, 2003, p. 37-62, David Wengrow, The voyages of Europa, Ritual and trade in the eastern Mediterranean circa 2300-1850 BC., William A. Parkinson, Michael L. Galaty, dir., Archaic State Interaction, The Eastern Mediterranean in the Bronze Age, Santa Fe, SAR Press, 2009, p. 141-160, Toby C. Wilkinson, Tying the Threads of Eurasia, Trans-Regional Routes and Material Flows in Transcaucasia, Eastern Anatolia and Western Central Asia, c. 3000-1500 BC, Leyde, Sidestone Press, 2014.

5 Juan Carlos Moreno García, op. cit., 2013, p. 94-96.

6 Juan Carlos Moreno García, op. cit., 2013, p. 94-96, id., 2014, p. 19-34.

7 Mario Liverani, op. cit., 1990, p. 235-236.

8 Bezalel Porten, The Elephantine Papyri in English, Leyde-New York-Cologne, Brill, 1996, p. 54-55.

9 Dominique Collon, Manuela Lehmann, Sandra E. M. Müller, Tell el Dab‛a sealings 2009-2011, Ägypten und Levante 22-23, 2012-2013, p. 95-104, Frans Van Koppen, Manuela Lehmann, A cuneiform sealing from Tell el Dab‛a and its historical context, Ägypten und Levante 22-23, 2012-2013, p. 91-94.

10 Dominique Collon, Cappadocia and the Eastern Mediterranean, Cécile Michel, dir., Old Assyrian Studies in Memory of Paul Garelli, Leyde, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2008, p. 91-100.

11 John S. Holladay, Toward a new paradigmatic understanding of long-distance trade in the ancient Near East, from the Middle Bronze II to Early Iron II - A sketch, P. M. Michèle Daviau, Michael Weigl, dir., The World of the Arameans, Studies in Language and Literature in Honour of Paul-Eugène Dion, vol. II, Sheffield, Continuum, 2001, p. 136-198.

12 Richard B. Parkinson, The Tale of Sinuhe and Other Ancient Egyptian Poems, 1940-1640 BC, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 54-88.

13 Paul Smither, The Semna dispatches, The Journal of Egyptian Archaeology 31, 1945, p. 3-10.

14 Andrea Manzo, Nubians and the others on the Red Sea, An update on the exotic ceramic materials from the Middle Kingdom harbour of Mersa/Wadi Gawasis, Red Sea, Egypt, Dionisius A. Agius, John P. Cooper, Athena Trakadas, Chiara Zazzaro, dir., Navigated Spaces, Connected Places, Oxford, Archaeopress, 2012, p. 47-58.

15 Colleen Manassa, Middle Nubian ceramics from Umm Mawagir, Kharga Oasis, Irene Forstner-Müller, Pamela Rose, dir., Nubian Pottery from Egyptian Cultural Contexts of the Middle and Early New Kingdom, Vienna, Österreichisches Archäologisches Institut Wien, 2012, p. 129-148.

16 Claudia Näser, Nomads at the Nile, Towards and archaeology of interaction, Hans Barnard, Kim Duistermaat, dir., The History of the Peoples of the Eastern Desert, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology Press, 2012, p. 81-92 ; id., Structures and realities of Egyptian-Nubian interactions from the late Old Kingdom to the early New Kingdom, dans Stephan J. Seidlmayer, Dietrich Raue, Philipp Speiser, dir., The First Cataract of the Nile : One Region - Diverse Perspectives, Berlin, De Gruyter, 2013, p. 135-148.

17 Andrea Manzo, Beyond the Fourth Cataract, Perspectives for research in Eastern Sudan, Julie Anderson, Derek A. Welsby, dir., The Fourth Cataract and Beyond, Londres, Peeters, 2014, p. 1149-1157.

18 Nicole Boivin, Dorian Q. Fuller, Shell middens, ships and seeds : exploring coastal subsistence, maritime trade and the dispersal of domesticates in an around the ancient Arabian Peninsula, Journal of World Prehistory 22/2, 2009, p. 113-180 ; Dorian Q. Fuller, Nicole Boivin, Tom Hoogervorst, Robin G. Allaby, Across the Indian Ocean : the prehistoric movement of plants and animals, Antiquity 85, 2011, p. 544-558.

19 Une révision critique de cette vision dans Stuart T. Smith, Nubia and Egypt, interaction, acculturation, and secondary state formation from the third to first millennium BC, James G. Cusick, dir., Studies in Culture Contact, Interaction, Culture Change and Archaeology, Carbondale, Southern Illinois University, 1998, p. 256-287 ; Geoff Emberling, Pastoral states : toward a comparative archaeology of early Kush, Origini 36, 2014, p. 125-156.

20 Edel Elmar, Die Felsgräbernekropole der Qubbet el-Hawa bei Assuan, Abteilung, Band 2, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2008, p. 1743-1744.

21 Juan Carlos Moreno García, Climatic change or sociopolitical transformation ? Reassessing late 3rd millennium Egypt, Harald Meller, Roberto Risch, Reinhard Jung, Helge Wolfgang Arz, dir., 2200 BC - A Climatic Breakdown as A Cause for the Collapse of the Old World ?, Proceedings of the 7th Archaeological Congress of Central Germany, Halle, Landesmuseum für Vorgeschichte Halle (Saale), 2015a, p. 79-94.

22 Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines (2100-1800 avant J.-C.), Égypte, Afrique & Orient 73, 2014, p. 7-18 ; idem, Trade and power in ancient Egypt : Middle Egypt at the turn of the 3rd millennium BC, Journal of Archaeological Research 25, 2017, p. 87-132.

23 Juan Carlos Moreno García, Ḥwt jḥ(w)t, the administration of the Western Delta and the “Libyan question” in the 3rd millennium, The Journal of Egyptian Archaeology 101, 2015, p. 25-61.

24 Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines… ; idem, Climatic change or sociopolitical transformation ?…, p. 79-94.

25 Seth Richardson, Libya domestica, Libyan trade and society on the eve of the invasions of Egypt, Journal of the American Research Center in Egypt 36, 1999, p. 149-164, Juan Carlos Moreno García, Invaders or just herders ? Libyans in Egypt in the 3rd and 2nd millennia BCE, World Archaeology 46, 2014d, p. 610-623.

26 Thomas Strasser, Location and perspective in the Theran Flotilla Fresco, Journal of Mediterranean Archaeology 23, 2010, p. 3-26.

27 Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines… ; idem, Climatic change or sociopolitical transformation ?…, p. 79-94 ; idem, Trade and power in ancient Egypt…

28 Michele Marcolin, Andrés Diego Espinel, The Sixth Dynasty biographic inscriptions of Iny : more pieces to the puzzle, Miroslav Bárta, Filip Coppens, Jaromír Krejčí, dir., Abusir and Saqqara in the Year 2010, Prague, Czech Institute of Egyptology, 2011, p. 570-615.

29 Manfred Bietak, From where came the Hyksos and where did they go, Marcel Marée, dir., The Second Intermediate Period (Thirteenth-Seventeenth Dynasties), Current Research, Future Prospects, Louvaine-Paris, Peeters, 2010, p. 139-181.

30 Manfred Bietak, From where came the Hyksos… ; Orly Goldwasser, Out of the mists of the alphabet - Redrawing the “brother of the ruler of Retenu”, Ägypten und Levante 22, 2013, p. 353-374 ; Juan Carlos Moreno García, Les échanges entre l’Égypte et les régions voisines…

31 Anna-Latifa Mourad, Rise of the Hyksos, Egypt and the Levant from the Middle Kingdom to the Early Second Intermediate Period, Oxford, Archaeopress, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Carlos Moreno García, « Aux marges des institutions », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 47-60.

Référence électronique

Juan Carlos Moreno García, « Aux marges des institutions », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/5181 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.5181

Haut de page

Auteur

Juan Carlos Moreno García

Juan Carlos Moreno García est Directeur de recherche au CNRS (UMR 8167, Université Paris-Sorbonne Paris IV) ainsi que Chargé de conférences à l'EHESS (Paris). Docteur en Egyptologie, ses recherches se centrent sur l'histoire économique, sociale et administrative de l'Egypte pharaonique, dans une perspective comparatiste. Il est l'auteur d'une dizaine de livres et de plus d'une centaine d'articles consacrés à ces thématiques. Parmi ses publications récentes : Dynamics of Production in the Ancient Near East, 1300-500 BC, Oxford, 2016 ; « Métaux, textiles et réseaux d’échanges à longue distance entre la fin du iiie et le début du iie millénaires : les “Paddle dolls”, un indice négligé ? », in Du Sinaï au Soudan : Itinéraire d’une égyptologue. Mélanges Dominique Valbelle, N. Favry, Cl. Somaglino, P. Tallet (éd.), Paris, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search