Navigation – Plan du site

Panem et circenses

L’approvisionnement du marché privé en blé fiscal, ou les circuits parallèles des acteurs institutionnels de l’Empire
Gilles Bransbourg
p. 75-89

Résumés

À la fin de la République, Rome devient la plus grande mégapole de la Méditerranée antique. Contrairement à Alexandrie, elle ne s’appuie pas sur un hinterland favorable. Assurer son ravitaillement devient alors le principal défi logistique que doit relever le pouvoir romain. La prise de contrôle par Rome de l’ensemble des zones de production céréalière de la Méditerranée lui permet en théorie de disposer de marges de manœuvre, une fois le développement d’une flotte et de facilités portuaires adaptées réalisé au 1er siècle de notre ère. Que devient alors ce blé excédentaire ? Les sources sur ce sujet demeurent très parcellaires, et c’est à travers le recoupement d’indices séparés chronologiquement et géographiquement que les effets de levier politiques et financiers dont profitent les autorités apparaissent petit à petit. Les pratiques varient dans le temps et l’espace, le public côtoyant le privé, mais le pragmatisme du pouvoir romain ne se dément jamais.

Haut de page

Texte intégral

L’intendance a suivi

  • 1 Notamment, sans prétention à l’exhaustivité : Karl Beloch, Die Bevölkerung der griechisch-römischen (...)
  • 2 Le modius romain représentait une capacité volumétrique de 8,62 litres. Caton allouait à ses esclav (...)
  • 3 Avec notamment les débris d’amphores constituant le Mont Testaccio ; Antoinette Hesnard, L’approvis (...)
  • 4 Voir notamment Geoffrey Rickman, op. cit., 1980, p. 134-143 ; Javier Arce et Bertrand Goffaux, dir. (...)

1La question de l’approvisionnement frumentaire de Rome a fait l’objet d’études aussi poussées que l’état de la documentation le permettait. Elles portent à la fois sur les zones productrices, l’Égypte en premier lieu, et sur les besoins finaux à Rome même, en fonction de sa population estimée1. Pour en résumer les grandes lignes, Rome aurait comporté autour de 600 000 habitants vers la fin de la République, puis environ un million d’habitants. En estimant la consommation moyenne de grain à 4 modii par personne et par mois2, cela aurait impliqué un besoin annuel frumentaire d’environ 50 millions de modii. Le dossier demeure fragile, dans la mesure où le blé ne laisse naturellement que peu de traces archéologiques, contrairement aux cas du vin ou de l’huile, relativement mieux attestés grâce à la nature des récipients utilisés3. Pour le blé, des traces plus indirectes sont notamment recherchées du côté des entrepôts4.

  • 5 Égypte : Epitome de Caesaribus 1, 6 ; Afrique, Flavius Josèphe, Bellum Judaicum 2, 383, qui a été i (...)
  • 6 Richard Duncan-Jones, Money and government in the Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 7 Federico De Romanis, op. cit., 2007, p. 187-230. Concernant la diversité des sources frumentaires d (...)

2Le croisement de différentes sources anciennes mène à un montant de 20 millions de modii pour la contribution fiscale annuelle de l’Égypte et au minimum à 6 millions en provenance d’Afrique au ier siècle J.-C5. Les autorités romaines auraient contrôlé une ressource fiscale qui a été évaluée dans une fourchette large comprise entre 8 et 17,5 millions d’artabes en Égypte (36-79 millions de modii), ce qui, une fois tenu compte des allocations versées sur place, des salaires locaux, pertes au transport et au stockage, semble compatible avec les sources classiques6. Tout ceci offre l’impression d’une ressource fiscale frumentaire d’un ordre de grandeur de 35 à 40 millions de modii et donc proche des besoins totaux de la Ville7.

  • 8 Elio Lo Cascio, Gli Alimenta, l’agricoltura italica, e l’approvvigionamento di Roma, Rendiconti Lin (...)
  • 9 Boudewijn Sirks, Secteur public et secteur privé dans le transport maritime pour l’approvisionnemen (...)
  • 10 Tacite, Annales 2, 87 et 15, 39 ; Suétone, Claudius 18-19 ; Digeste, XLVII, 11, 6 pr. (Ulpien) ; Di (...)
  • 11 Gilles Bransbourg, Rome and the Economic Integration of Empire, New York, ISAW Papers 3, 2012. Comp (...)

3À cela s’ajoutaient des circuits privés d’approvisionnement, notamment originaires d’Italie8, confirmés par des sources tant littéraires qu’épigraphiques9. L’existence de prix de marché est confirmée en creux par les situations ayant entraîné au contraire des interventions officielles qui apparaissent plus comme des exceptions que la règle10. Sans aller jusqu’au postulat irréaliste d’un marché intégré à l’échelle de la Méditerranée11, l’action parallèle d’acteurs privés et institutionnels ressort ainsi des informations disponibles. Leur action combinée aurait permis à la ville de Rome de disposer d’un surplus frumentaire structurel.

  • 12 Dion Cassius, Histoire romaine 54, 1 ; 55, 22, 3, 26, 1-3, 28, 1 ; Tacite, Annales 2, 87 ; 6, 13 ; (...)
  • 13 Henriette Pavie d’Escurac, The Ancient Economy and Graeco-Roman Egypt, Lucia Criscuolo et Giovani G(...)
  • 14 Notamment Peter Garnsey, Famine and Food Supply in the Graeco-Roman World, Responses to Risk and Cr (...)

4Des crises frumentaires n’ont néanmoins pas cessé de secouer Rome, de la fin de la République aux débuts de l’Empire12. Elles semblent réapparaître sous Marc Aurèle, peut-être comme conséquence de la «  peste antonine13  ». Des obstacles logistiques considérables s’opposaient en effet à ce que l’équation frumentaire emploi-ressources de la Ville puisse s’exprimer de manière aussi simpliste. Un équilibre voire un excédent théorique pouvait coïncider, comme dans toute économie d’Ancien Régime, avec des périodes de crise lorsque telle ou telle zone cruciale d’approvisionnement souffrait de conditions climatiques défavorables, à commencer par le régime des crues du Nil. Ensuite, des difficultés majeures de collecte, de stockage et de transport se posaient, la navigation n’étant possible que sur une partie de l’année, défis logistiques majeurs qu’il ne faut pas sous-estimer pour une ressource aussi corruptible que le grain14.

  • 15 Geoffrey Rickman, op. cit., p. 120-155 ; Javier Arce et Bertrand Goffaux, Horrea d’Hispanie et de l (...)
  • 16 Ainsi pour la Narbonnaise, la Ligurie et la région du Pô à partir de Marc Aurèle et des Sévères, Fe (...)

5Des mesures visant à élargir ces goulots d’étranglement se succèdent ainsi : construction ou élargissements de facilités portuaires (Pouzzoles, Ostie et Porto), d’entrepôts à la fois à Rome, dans les ports d’arrivée et dans les lieux de départ, incitations fiscales offertes aux armateurs15, diversification des zones productrices, apparition de domaines impériaux dans des régions où ils n’étaient pas auparavant attestés16.

  • 17 Sans aucune prétention à l’exhaustivité sur ce sujet très étudié : Peter Brunt, op. cit., 1971, p.  (...)

6En réalité, l’excédent structurel de l’équation emplois-ressources de l’État impérial était bien plus élevé. En effet, en tant qu’institution, il n’était responsable que des distributions gratuites de rations alimentaires dont bénéficiaient certains résidents de la capitale. Le nombre des bénéficiaires, les critères d’attribution et la composition et modalités de distribution de cette allocation ont évolué entre la fin de la République et l’Empire tardif. Sous Auguste, il est généralement considéré que 150 000 bénéficiaires recevaient mensuellement 5 modii impliquant 9 millions de modii par an, à comparer aux 35 à 40 millions dont auraient disposé les autorités17. Or il existe très peu d’informations sur le devenir d’un tel surplus.

  • 18 Boudewijn Sirks, Some Observations on Edictum Justiniani XIII.8. A Reaction to Jean-Michel Carrié, (...)
  • 19 Domenico Vera, Fra Egitto ed Africa Fra Roma e Costantinopoli, fra annona e commercio, la Sicilia n (...)
  • 20 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 171.

7Certains chercheurs, étonnés par l’ampleur de cette différence, ont tenté de la réduire en remettant en cause ou en réinterprétant drastiquement certaines sources, afin de conclure à une relative identité entre les ordres de grandeurs des revenus fiscaux en blé et des distributions publiques. Mais cette approche demeure fondamentalement peu convaincante18. Ainsi, même en tenant compte des militaires, fonctionnaires et autres personnels émargeant aux rations publiques, et d’un taux de perte au transport et au stockage pouvant atteindre 20-25 %, la différence d’ordre de grandeur entre recettes et charges frumentaires de l’État romain est massive19. Ainsi que l’écrit Jean-Michel Carrié, le fisc « avait du blé à revendre20  ». Pour qui en doute encore, la relative facilité avec laquelle la ville de Rome se passe finalement du blé égyptien après la fondation de Constantinople dotée d’un régime identique de distributions illustre pleinement cet excédent structurel – même si la Rome tardive bénéficie du redéveloppement de sources frumentaires italiennes ou siciliennes qui avaient pu relativement décliner durant le Haut Empire.

  • 21 Polybe, Histoires 28, 2, 1 et 16, 8.
  • 22 Henriette Pavie d’Escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Co (...)
  • 23 Daniel Sperber, Costs of Living in Roman Palestine II, Journal of the Economic and Social History o (...)
  • 24 Pline, Panegyricus Traiani 30-31.
  • 25 Anonyme, Vita Constantini, dans François Halkin, Bibliotheca Hagiographica Graeca, Bruxelles, 1957, (...)
  • 26 Dominic Rathbone, The Ancient Economy and Graeco-Roman Egypt, Lucia Criscuolo et Giovani Geraci, di (...)
  • 27 Henriette Pavie d’Escurac, op. cit., 1976, p. 131-132.
  • 28 Le transport sur de longues distances est pratiqué pour des produits à plus forte valeur ajoutée co (...)

8Cet excédent trouvait parfois à s’employer dans le cadre de la gestion de crises frumentaires en dehors de Rome. Durant la période républicaine, les Rhodiens avaient dû obtenir une permission du Sénat romain pour importer du blé sicilien dans le contexte de la guerre imminente entre Persée de Macédoine et Rome21. Certaines des inscriptions des cités d’Asie qui bénéficièrent sous Hadrien d’approvisionnements en blé égyptien signalent aussi la priorité donnée à Rome22. Des sources talmudiques font état de l’arrivée de blé égyptien en Palestine23. Trajan avait été en mesure de renvoyer en Égypte une partie du blé annonaire24. Des actions comparables sont attestées pour l’Empire tardif, Constantin et Julien étant amenés à allouer ou vendre du blé à prix modéré, explicitement d’Égypte dans le second cas, notamment à Antioche25. Il a été suggéré qu’une proportion significative de l’excédent net de blé fiscal issu d’Égypte était habituellement utilisée dans les provinces orientales, soit pour l’armée, soit vendue aux cités traversant des crises frumentaires26. Pourtant, ni le caractère ponctuel, limité et concentré sous le règne d’Hadrien des attestations civiques sous le Haut Empire27, ni le relatif éloignement logistique des troupes orientales par rapport à l’Égypte28, ne militent en ce sens.

  • 29 Concernant l’approvisionnement des troupes aux frontières, David Cherry, The Frontier Zones, Walter (...)

9Deux questions symétriques se posent ainsi : que faisait, en temps normal, l’administration impériale de son blé excédentaire, et à quelles sources, en dehors de l’Italie centrale, s’approvisionnaient les marchands qui vendaient à Rome ? Une réponse tentante et simple revient à suggérer que le blé fiscal fournissait l’essentiel du blé vendu sur le marché romain, les acteurs privés n’ayant plus qu’à compléter cette ressource au moyen d’un approvisionnement local quantitativement marginal. En raccourci, l’État romain aurait été le premier fournisseur du blé privé de la capitale – et même ailleurs dans les provinces bénéficiant d’un tribut frumentaire significativement supérieur aux besoins civils et militaires29.

L’Empire, acteur public et privé

  • 30 Henriette Pavie d’Escurac, op. cit., 1976, p. 134-145. Pour l’huile : ibid., p. 188-197 ; Patrick L (...)

10La position de l’exécutif au début de la période impériale ne manquait pas d’ambiguïtés. D’une part, la forme républicaine de l’État romain n’avait jamais été abolie, Auguste n’étant institutionnellement qu’un particulier doté d’un patrimoine hors du commun et détenteur de magistratures cruciales. D’autre part, si aucune loi n’imposait explicitement à la République de faire en sorte que les denrées essentielles ne manquent jamais, le ravitaillement frumentaire représentait un enjeu politiquement trop stratégique pour qu’il puisse être abandonné aux aléas des récoltes et des marchés. Il n’est pas étonnant qu’en 23 avant J.C., lors de la première crise alimentaire sérieuse ayant suivi Actium, Auguste entreprit de concentrer sur sa personne cette responsabilité. Sans entrer dans les détails de ce processus, les magistrats édilitaires et questeurs d’origine républicaine disparaissent ou s’effacent devant des fonctionnaires impériaux affranchis ou de rang équestre pour les plus élevés d’entre eux, d’abord à Rome, puis à Ostie. Dans le même temps, cette administration étend ses ramifications en dehors de Rome, d’abord vers l’Égypte et la Numidie, puis l’Espagne, l’Afrique, le sud de la Gaule ou le nord de l’Italie. L’ajout de l’huile aux fournitures de blé contribue à renforcer cette évolution sous les Sévères30.

  • 31 Elio Lo Cascio, The Role of the State in the Roman Economy : Making Use of the New Institutional Ec (...)

11Néanmoins, elle ne substitue pas une administration au maillage des naviculaires privés, marchands, propriétaires de navires, négociants, les utilisant comme sous-traitants contre paiements et privilèges. L’État fournit des incitations aux marchands et propriétaires de navires, agrandit les ports, développe les infrastructures, mais n’assume pas directement cette charge31.

  • 32 Henriette Pavie d’Escurac, op. cit., 1976, p. 77-78.
  • 33 Jane Rowlandson, Landowners and Tenants in Roman Egypt, The Social Relations of Agriculture in the (...)
  • 34 David Potter et Dennis Kehoe, S.v. «  The Fiscus  » and «  The Patrimonium  », Gagarin Michael, dir (...)

12À partir d’Auguste, le blé tributaire parvenant à Rome (ou dans ses ports d’arrivée) est ainsi supervisé par une structure correspondant à la logique de gestion d’un patrimoine privé soumis à une contrainte d’ordre public visant à la sécurité alimentaire de Rome. La porosité des notions de privé et de public se matérialise par le fait que des fonctions de gestion des biens privés de l’empereur représentent souvent une étape avant l’accession à des responsabilités au sein de l’administration de l’annone32. Des distinctions formelles et légales subsistent. En Égypte, l’administration des biens impériaux, l’idios logos, possède ses propres circuits de perception, distincts de ceux de la préfecture, diokesis33. En Afrique, le Prince possède directement de vastes domaines gérés par des procurateurs. Des différences formelles se maintiennent entre les fisci provinciaux et le patrimonium34. Mais le blé sous contrôle impérial parvenant à Rome résulte bien de la réunion de produits tributaires et issus des domaines impériaux.

13Ce blé « impérial », transporté par des marchands, excédentaire par rapport aux besoins institutionnels au sens strict, ne pouvait manquer de donner lieu à des interactions multiples à tous les niveaux entre fonctionnaires du prince et acteurs privés, des propriétaires et exploitants de navires jusqu’aux négociants assurant l’écoulement des produits aux consommateurs finaux.

L’Empire, revendeur « honteux »

  • 35 Symmaque, Epistulae 10, 37.
  • 36 Jean-Michel Carrié, Les distributions alimentaires dans les cités de l’empire romain tardif, Mélang (...)
  • 37 Elio Lo Cascio, op. cit., 2006, p. 215-234, p. 228 ; Domenico Verra, op. cit., 2002, p. 353, n. 142 (...)
  • 38 Ammien Marcellin, Histoires 21, 1, 18.
  • 39 Jean de Nikiou, Chronique 95.
  • 40 P. Oxy. XVI 1909, daté de la fin du vie siècle.

14Le contraste est grand d’une part entre la certitude arithmétique des surplus dont disposaient les agents de l’administration annonaire, et la timidité des sources concernant leur interaction avec le marché privé. La période impériale tardive apparaît comme la plus explicite, grâce à quelques rescrits impériaux conservés par les compilations légales opérées sous Théodose II et Justinien. L’existence d’un marché privé du grain à Constantinople est ainsi confirmée par des constitutions en 409 (C. Th. XIV, 16, 1) et 416 (CJ XI, 24, 1) ainsi que par le préfet Symmaque35. Un autre rescrit de 416 donné à Constantinople (C. Th. XIV, 16, 2) démontre que les céréales stockées publiquement pouvaient être vendues sur le marché36. Un marché de la viande de porc et du vin, composants des rations annonaires de la période tardive, est largement attesté également37. À Carthage lors d’une disette dans les années 360, le proconsul d’Afrique procède à la vente de grain public au prix élevé de 10 modii par solidus38. Enfin, plus tardivement, l’empereur Maurice est accusé d’avoir vendu le blé d’Égypte destiné à Constantinople39, ce que confirment des sources papyrologiques contemporaines40. Ces informations confirment que les autorités disposaient en temps normal de réserves de grains publics qui pouvaient être vendues, ainsi que du caractère politiquement sensible de ce sujet. Il est à noter que dans tous ces cas la vente de blé résulte de détournements, de manœuvres inavouables, de pénuries ou encore implique des prix scandaleux, comme s’il fallait des circonstances particulières pour interrompre le silence relatif des sources.

  • 41 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 153-212.

15Il n’est pas difficile de percevoir la tension latente créée par ces excédents frumentaires : alors que des années de pénurie surviennent nécessairement et que la responsabilité ne peut que retomber sur le pouvoir politique, il s’agit d’éviter que ce dernier ne soit associé à l’idée de profits illégitimes réalisés aux dépens d’un peuple qui, certaines années, souffre de la faim. Jean-Michel Carrié voit ainsi dans l’omission de l’unité de mesure après le chiffre des huit millions d’unités de blé fournies par le tribut frumentaire (embolè) de l’Égypte par l’Édit XIII de Justinien une véritable tentative de dissimulation ou tout au moins de discrétion concernant les ressources fiscales de cette province41.

  • 42 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 154-166 et Constantin Zuckerman, Du village à l’empire, Auto (...)
  • 43 L’établissement, sous Justinien, du quaestor Iustinianus exercitus, responsable civil et peut-être (...)
  • 44 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 170.
  • 45 P. Yale inv. 296 désormais P. Yale III ; Julien, Misopogon 369A-C ; Roberta Mazza, L’archivio degli (...)
  • 46 http://orbis.stanford.edu/. Concernant les prix du transport maritime fixés par l’Édit des Prix de (...)
  • 47 Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique 2, 17 ; Sozomène, Histoire ecclésiastique, 1, 8, (...)
  • 48 Julien, Epistulae 84.

16Si huit millions d’artabes étaient fournies par l’Égypte, soit 36 millions de modii italiques, le pouvoir disposait de suffisamment de blé pour nourrir en théorie autour de 600 000 personnes. Même en admettant un taux de perte élevé de l’ordre du tiers, cet ordre de grandeur dépasse de loin toutes les estimations du nombre des bénéficiaires du pain public, entre 40 000 et 80 00042. Il ne fait nul doute qu’une partie du grain égyptien ne soit allée au ravitaillement de l’armée. Mais, en dehors d’Égypte, seules les troupes situées dans les Balkans, au nombre d’environ 200 000 mais déjà partiellement approvisionnées par la Thrace et les îles de l’Égée43, étaient en mesure de recevoir ce grain sans difficulté logistique majeure44. La fourniture de blé égyptien aux troupes situées face à la Perse est certes attestée dans le contexte de campagnes militaires majeures, ainsi sous Septime Sévère, Julien ou encore sous Anastase45. Mais ces mesures ne représentent pas la norme. D’après le calculateur du modèle géospatial de l’Université de Stanford, transporter du blé d’Oxyrhynchus à Doura Europos coûtait plus de trois fois plus que son expédition vers Constantinople ou Rome46. Cette solution ne pouvait donc être envisagée que de manière exceptionnelle. Prêtres et églises bénéficiaient aussi d’allocations frumentaires47, mais ces versements devaient pour l’essentiel provenir de ressources fiscales locales, comme l’illustre une mesure parallèle prise par Julien en Galatie au profit du clergé païen48. Il ne fait ainsi nul doute que des quantités significatives de blé annonaire devaient être vendues à Alexandrie ou Constantinople.

  • 49 L’annone, identifiée à la déesse Cérès, apparaît au revers de nombreuses monnaies à partir de Néron (...)

17Cela n’empêchait pas le pouvoir impérial d’insister officiellement sur le caractère moral voire sacré de sa mission annonaire vis-à-vis de ses capitales et de ses armées, justification ultime des contributions demandées aux provinciaux49. Nous touchons ici au cœur de l’idéologie impériale, issue de l’évergétisme classique transfiguré sous forme de la benevolentia et de la munificentia impériale.

18Vendre du blé fiscal ne pouvait pas constituer un secret d’État – les quantités en jeu et les multiples niveaux de responsabilité impliqués dans ce processus en auraient rendu l’accomplissement impossible. Néanmoins, cela demeurait un sujet sensible, expliquant la primauté des sources juridiques, sauf lorsqu’une situation scandaleuse est évoquée par des sources littéraires.

Le dossier des Sulpicii

  • 50 Catherine Virlouvet, Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles, Cahiers (...)
  • 51 Jean Andreau, Modernité économique et statut des manieurs d’argent, Mélanges de l’École Française d (...)
  • 52 Catherine Virlouvet, 2000, p. 143-147 ; Julien Dubouloz, Propriété et exploitation des entrepôts à (...)

19Durant le Haut Empire, nous disposons d’un témoignage explicite quant au passage dans la sphère privée du blé égyptien au sein des transactions financières des Sulpicii, partiellement conservées par les tablettes de Murecine (TPSulp.). Ces archives font intervenir un certain nombre de denrées alimentaires faisant l’objet de ventes ou servant de garantie à des prêts, et parmi elles le blé égyptien figure en bonne place50. Deux dossiers en particulier ont retenu l’attention : celui de Jucundus et celui d’Eunus. Différentes hypothèses ont été émises, notamment dans le cas d’Eunus, empruntant en juin 37 en gageant une quantité de denrées où le blé alexandrin occupe une place prééminente. Soit il s’agissait d’une opération spéculative51, soit Eunus avait été contraint de différer la vente de ce stock du fait des difficultés de navigation liées à la période du mare clausum ou de l’insuffisance des capacités de stockage à Rome ou à Ostie52.

  • 53 TPSulp. 51, 52, 45, 67 et 68.
  • 54 Gilles Bransbourg, Les taux d’intérêt flottants des Sulpicii, Catherine Apicella,
    Marie-Laurence Haa (...)

20Nous optons ici pour une spéculation. En effet, le dossier se prolonge sur plus de deux années, aboutissant à une situation tendue entre ce dernier et les prêteurs53. Eunus ne parvient pas à tout rembourser et renouvelle ses emprunts dans des conditions qui se dégradent54. S’il s’était agi d’emprunter à court terme pour financer une acquisition de blé devant être livrée quelques semaines ou mois plus tard une fois des entrepôts disponibles, il est difficile de comprendre pourquoi l’opération se serait étalée sur une telle durée – plus d’une année pour le premier emprunt – plus compatible avec le temps séparant deux arrivées successives de la flotte du blé fiscal égyptien. Quant à l’hypothèse de la difficulté de navigation, elle ne tient pas dans le cadre d’une transaction démarrant un 18 juin.

  • 55 Mais il ne semble pas que le grain soit le produit que l’Égypte ait le plus exporté en dehors des c (...)
  • 56 Le terme triticum alexandrinum pourrait avoir dénoté l’origine fiscale de ce blé : Catherine Virlou (...)
  • 57 Arthur Hunt et Campbell Edgar trad., Select Papyri, Private Documents I. Londres, Loeb, 1932, papyr (...)

21Dans tous les cas, cela prouve qu’un négociant pouvait acquérir du blé égyptien à titre privé. Deux hypothèses s’imposent alors : soit ce blé provenait de négociants l’ayant transporté depuis Alexandrie pour leur propre compte en sus du blé fiscal55, soit des stocks de blé annonaire eux-mêmes. Nous préférons la seconde hypothèse pour des raisons qui, prises séparément, ne seraient pas décisives et dont seule la convergence suggère cette voie. Tout d’abord vient l’appellation inhabituelle de « blé alexandrin56 », non attestée dans les sources anciennes en dehors des archives Sulpicii. Ensuite, il s’agit d’une transaction chronologiquement compatible avec l’arrivée et le déchargement de la flotte apportant le blé fiscal. L’emprunt et le dépôt du gage se finalisent entre le 18 juin et le 2 juillet 37, et un papyrus du iie ou iiie siècle atteste d’une arrivée de la flotte annonaire un 30 juin pour un déchargement un 12 juillet57. Ensuite, le grain est stocké dans un grenier public, les horrea Bassiana publica, contre un loyer particulièrement bas. Enfin, le prêteur, l’esclave Hesychus, agit pour le compte d’un affranchi impérial, puis, à la fin du dossier, comme esclave de l’empereur directement.

  • 58 TPSulp. 53, 46 et 79.
  • 59 Catherine Virlouvet, op. cit., 2000, p. 140, n. 32 et 33.
  • 60 Un prix de détail de l’ordre de 5 sesterces au modius à Pompéi peut être considéré comme standard à (...)

22Bien entendu, esclaves et affranchis impériaux pouvaient bien se livrer à des transactions financières n’ayant aucun lien fonctionnel avec les opérations de l’annone ou des caisses officielles. Des particuliers sous-louaient des emplacements dans des greniers publics et le loueur, ancien maître d’Eunus, a probablement consenti un traitement favorable à son ancien esclave. Ensuite, l’autre transaction céréalière disponible au sein des archives Sulpicii mentionne toujours le blé alexandrin, aucun membre de la bureaucratie impériale n’étant impliqué, les greniers étant privés et le loyer cent fois plus élevé, ce qui démontre l’existence de multiples canaux d’écoulement du blé égyptien excédentaire58. Par contre, dans ce second cas, la transaction intervient en mars. Si le blé était fiscal à l’origine, ce dernier avait déjà fait l’objet de transactions antérieures. Dans le cas d’Eunus, le fait que l’opération se déroule en deux temps, entre le 18 juin et le 2 juillet, représente peut-être l’élément décisif. En effet, bien que la quantité de grain ne varie pas, le montant du prêt s’ajuste à la hausse entre ces deux dates, comme si la valeur du chargement n’avait été connue qu’à la fin. Le processus ressemble plus à une forme d’adjudication, où l’acheteur aurait affiché son intention d’acquérir une quantité de blé au moment même de l’arrivée de la flotte du grain mais avant que son prix d’acquisition ne soit fixé. Cela expliquerait pourquoi Eunus joint à son dépôt de garantie en blé 4 000 modii de légumes dont l’origine pourrait être italienne59, afin d’assurer une marge de sécurité entre la valeur du dépôt et celle du prêt60.

  • 61 Gilles Bransbourg, op. cit., 2014, p. 105-117.
  • 62 Suétone, Claudius 18, 3-4 ; Tacite, Annales 12, 43, 1-2 et 15, 18, 3.

23Si l’hypothèse d’un achat direct de blé fiscal par Eunus pouvait être pleinement confirmée, les fonds étant prêtés par un affranchi de la maison impériale, nous disposerions alors d’une source primaire (peut-être la seule source pour cette période) illustrant une des voies par laquelle le pouvoir romain disposait de son blé fiscal excédentaire. L’implication à titre privé d’un membre de la maison impériale illustrerait alors de manière fascinante les opportunités de profit personnel offertes à certains agents de la bureaucratie impériale. Cela n’aurait pas nécessairement nui à l’intérêt général, puisque ces affranchis auraient facilité des transactions bénéficiant in fine aux finances impériales et au bon fonctionnement des réseaux de distribution, en échange d’un revenu financier basé sur des taux d’intérêt qui semblent licites dans ce dossier61. Mais il n’est pas difficile de concevoir le caractère politiquement sensible de ces transactions. L’empereur est bien en première ligne, ce qu’illustre le cas de Claude subissant des jets de croûtons de pain de la part de la population de Rome ou celui de Néron amené à faire jeter dans le Tibre du blé de mauvaise qualité62.

Un revenu fiscal non chiffré

24La revente de blé fiscal doit avoir contribué de manière significative aux revenus du fisc impérial. À titre indicatif, si les ports de Rome recevaient une moyenne annuelle de 40 millions de modii à comparer à des distributions de l’ordre de 10 millions, en utilisant un prix relativement bas de 3 sesterces le modius, le trésor aurait bénéficié d’un revenu supplémentaire d’un ordre de grandeur de 60 millions de sesterces. Il est probable que d’autres caisses provinciales accumulaient aussi de leur côté des surplus. En effet, les envois à longue distance de blé cilicien, judéen ou autre en faveur des troupes opérant en Mésopotamie, révèlent d’autres surplus structurels.

25Nous ne souhaitons pas donner du monde romain l’image distordue d’une ère de surplus agricoles permanents : des mauvaises années survenaient et des tempêtes détruisaient des flottes frumentaires. Le grain étant un bien coûteux et fragile à transporter, abondance structurelle et fréquentes insuffisances pouvaient voisiner. Enfin, le monde romain était dynamique, évoluant régionalement au sein de cycles agricoles et démographiques.

  • 63 Richard Duncan Jones, op. cit., 1994, p. 45, tableau 3.7.

26Néanmoins, si un chiffre d’environ 100 millions de sesterces de surplus frumentaire annuel moyen pouvait être suggéré pour le ier siècle, cela aurait représenté un ordre de grandeur équivalent à 10 % du budget estimé de l’Empire63. Ce supplément de ressources offrait de surcroît à Rome un soutien additionnel à son modèle impérial. En effet, cela permettait la mobilisation de concentrations militaires dans des lieux géographiques très variés. L’autorité romaine pouvait aussi suppléer à des crises frumentaires locales lorsque nécessaire, apparaissant comme évergète en dernier ressort.

27Le silence des sources quant à l’existence structurelle de surplus frumentaires n’en demeure pas moins assourdissant. Il faut aller aux détours de textes législatifs, rechercher l’unité de mesure manquante d’un édit impérial ou exhumer certaines archives privées pour en trouver une trace, presque en négatif. La tendance naturelle du pouvoir impérial consistait à minimiser la perception que ses citoyens et sujets se faisaient de ses surplus frumentaires. Une vision trop optimiste aurait certainement accru la pression politique sur son système de distribution. Dans le cadre d’un monde d’excédents limités et de déplacements lents et coûteux, l’ensemble de la structure logistique sur laquelle une part de sa sécurité militaire et de sa légitimité politique reposait aurait pu être fragilisé. Un certain degré de non-dit s’imposait donc. Il est à croire que ce « secret » fut bien gardé, puisque nous en débattons encore.

Haut de page

Annexe

Sources anciennes : abréviations des éditions citées

BGU Aegyptische Urkunden aus den Königlichen (later Staatlichen) Museen zu Berlin, Griechische Urkunden, Berlin, 1895-.

CIL T. Mommsen et al. (éd.), Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin, 1863-.

IGR R. Cagnat et al. (éd.), Inscriptiones Graecae ad res Romanas pertinentes, vol. 1, 3, 4, Paris, 1906-27 ; repr. Chicago, 1975.

ILS H. Dessau (éd.), Inscriptiones Latinae Selectae, 3 vol. , Berlin, 1892-1916, repr. 1954-55.

O. Douch H. Cuvigny, G. Wagner, Les ostraka grecs de Douch, 5 vol. , Le Caire, 1986-2001.

O. Waqfa H. Cuvigny, A. Hussein, G. Wagner, Les ostraka grecs d’Aïn Waqfa, Le Caire, 1993.

P. Turner Papyri Greek and Egyptian edited by various hands in honour of E. G. Turner, Londres 1981.

P. Oxy. B. P. Grenfell et al. (éd.), The Oxyrinchus Papyri (Londres, 1898-)

P. Yale III P. Schubert, American Studies in Papyrology 41, New Haven, 2001.

TPSulp. G. Camodeca, Tabulae Pompeianae sulpiciorum (TPSulp.). Edizione critica dell’archivio puteolano dei Sulpicii, Rome : Quasar, 1999.

Haut de page

Notes

1 Notamment, sans prétention à l’exhaustivité : Karl Beloch, Die Bevölkerung der griechisch-römischen Welt, Leipzig, Duncker et Humblot, 1886, p. 392-412 au sujet de la population de Rome ; Denis Van Berchem, Les distributions de blé et d’argent à la plèbe romaine au Haut-Empire, Genève, Georg and Co, 1939 ; Peter A. Brunt, Italian Manpower. 225 B.C.-A.D. 14, Oxford, Clarendon Press, 1971 ; Giuseppe Camodeca, Tabulae Pompeianae sulpiciorum (TPSulp.), Edizione critica dell’archivio puteolano dei Sulpicii, Rome, Quasar, 1999, p. 376-383 ; Geoffrey Rickman, The Corn Supply of Ancient Rome, Oxford, Clarendon Press, 1980, p. 94-119 concernant les terres productives et p. 156-197 au sujet des distributions à Rome ; André Tchernia, Subsistances à Rome : problèmes de quantification, Claude Nicolet, Robert Ilbert et Jean-Charles Depaule, dir., Mégapoles méditerranéennes, Géographie urbaine rétrospective, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 751-760 ; Catherine Virlouvet, L’approvisionnement de Rome en denrées alimentaires de la République au Haut-Empire, Brigitte Marin et Catherine Virlouvet, Nourrir les Cités de Méditerranée, Antiquité – Temps modernes, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003, notamment p. 67-72 ; Paul Erdkamp, The grain market in the Roman Empire, A social, political and economic study, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 244-257 ; Federico De Romanis, In tempi di guerra e di peste, Horrea e mobilità del grano publico tra gli Antonini e i Severi, Antiquités Africaines 43, 2007, p. 187-230.

2 Le modius romain représentait une capacité volumétrique de 8,62 litres. Caton allouait à ses esclaves agricoles entre 4 et 4,5 modii par mois, les travailleurs soumis à des tâches moins physiques recevant 3 modii : Caton, De agricultura 56. Cet ordre de grandeur est confirmé par d’autres sources, Sénèque, Epistulae 80, 7 ; Térence, Phormio 43 ; Polybe, Histoires 6, 39, 12-15.

3 Avec notamment les débris d’amphores constituant le Mont Testaccio ; Antoinette Hesnard, L’approvisionnement alimentaire de Rome à la fin de la République et au Haut-Empire, La ville de Rome sous le Haut-Empire, nouvelles connaissances, nouvelles réflexions, Pallas 55, 2001, p. 285-301.

4 Voir notamment Geoffrey Rickman, op. cit., 1980, p. 134-143 ; Javier Arce et Bertrand Goffaux, dir., 2011, concernant l’identification effective des lieux de stockage ; Catherine Virlouvet, Encore à propos des horrea Galbana de Rome : entrepôts ou ergastules ? Cahiers du Centre Gustave Glotz 17, 2006, p. 23-60. Par ailleurs, l’importance du nombre des horrea, leur dispersion géographique entre Rome et ses ports d’approvisionnement, leur rôle exact entre stockage et négoce, et la nature des denrées qui y étaient stockées rendent très délicat tout effort global de quantification : Claire Holleran, Shopping in Ancient Rome, The Retail trade in the Late Republic and the Principate, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 70-80.

5 Égypte : Epitome de Caesaribus 1, 6 ; Afrique, Flavius Josèphe, Bellum Judaicum 2, 383, qui a été interprété comme 20 ou 6 millions selon qu’il s’agisse des envois totaux ou de la seule contribution au blé fiscal : Franck Tenney, Rome and Italy of the Empire, An Economic Survey of Ancient Rome, vol. V., Baltimore, The John Hopkins Press, 1940, p. 218-220, Federico De Romanis, op. cit., 2007, p. 223.

6 Richard Duncan-Jones, Money and government in the Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press 1994, p. 47-55 ; Dominic Rathbone, Roman Egypt, Walter Scheidel, Ian Morris et Richard Saller, dir., The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 698-719 et ibid., 2007, p. 698-719.

7 Federico De Romanis, op. cit., 2007, p. 187-230. Concernant la diversité des sources frumentaires dont dispose la Rome impériale : Paul Erdkamp, op. cit., 2005, p. 244-257 et Henriette Pavie d’Escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome, École Française de Rome, 1976, p. 165-187. Au sujet de l’Asie, Michel Cottier et al., The Customs Law of Asia, Oxford, Oxford University Press, 2008. Pour la Sicile : Sylvie Pittia, Données chiffrées dans le De Frumento, Jonathan Prag, dir., Sicilia Nutrix Plebis Romanae, Rhetoric, Law and Taxation in Cicero’s Verrines, Londres, BICS suppl. 97, 2007, p. 49-79 ; Claude Nicolet, Dîmes de Sicile, d’Asie et d’ailleurs, Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire, actes du colloque international de Naples, 1991, Naples-Rome, Centre Jean Bérard, École Française de Rome, 1994, p. 215-229.

8 Elio Lo Cascio, Gli Alimenta, l’agricoltura italica, e l’approvvigionamento di Roma, Rendiconti Lincei 33, 1978, p. 311-351 ; M. Stephen Spurr, Arable Cultivation in Roman Italy 200 B.C. - A.D.100, Londres, Journal of Roman Studies Monographs 3, 1986 ; Jean Andreau, Pompéi et le ravitaillement en blé et autres produits de l’agriculture (ier siècle ap. J.-C.). Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire, actes du colloque international de Naples 1991, Naples-Rome, Centre Jean Bérard, École Française de Rome, 1994, p. 129-136 ; Concernant le modèle «  tax and trade  » et la spécialisation géographique, Keith Hopkins, Tax and Trade in the Roman Empire (200 BC - AD 400), Journal of Roman Studies 70, 1980, p. 101-125 ; Rome, Taxes, Rents and Trade, Walter Scheidel et Sitta von Reden, dir., The ancient economy, Edinburgh, Edinburgh University Press et New York, Routledge, 2002 p. 190-232

9 Boudewijn Sirks, Secteur public et secteur privé dans le transport maritime pour l’approvisionnement de Rome et de Constantinople, Jean-Jacques Aubert, dir., Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain, Neuchâtel, Université de Neuchâtel, 2004, p. 267-287. Les sources juridiques offrent l’exemple d’un chargement mixte de blé et d’huile originaire de Cyrène et parvenant à Aquilée, Digeste, 19, 2, 61, 1 (Scaevola 7, Dig.) ; les sources épigraphiques attestent d’un T. Caesius Primus achetant du blé en Ombrie et Toscane pour le revendre à Rome, CIL XIV 2852 = ILS 3696.

10 Tacite, Annales 2, 87 et 15, 39 ; Suétone, Claudius 18-19 ; Digeste, XLVII, 11, 6 pr. (Ulpien) ; Digeste, L, 6, 6, 3 et 6 (Callistratus). Voir aussi Suétone, Augustus 42. Au sujet du rôle du commerce privé du blé en général, Jean-Michel Carrié, L’institution annonaire de la première à la deuxième Rome, continuité et innovation, Brigitte Marin et Catherine Virlouvet, dir., op. cit. ; 2003, p. 153-212. Le blé égyptien, une fois le tribut prélevé, aurait pu être librement vendu, Lionel Casson, The Role of the State in Rome’s Grain Trade, John d’arms et E. Christian Kopff, dir., The Seaborne Commerce of Ancient Rome, Studies in Archaeology and History, Rome, MAAR 36, 1980, p. 21-33.

11 Gilles Bransbourg, Rome and the Economic Integration of Empire, New York, ISAW Papers 3, 2012. Comparer Peter Temin, The Roman Market Economy, Princeton, Princeton Economy Press, 2012 avec Peter Bang, The Roman Bazaar, A Comparative Study of Trade and Markets in a Tributary Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 et André Tchernia, Les Romains et le commerce, Naples, Centre Jean Bérard et Centre Camille Jullian, 2011, p. 101-131.

12 Dion Cassius, Histoire romaine 54, 1 ; 55, 22, 3, 26, 1-3, 28, 1 ; Tacite, Annales 2, 87 ; 6, 13 ; 15, 39, 2 ; Suétone, Augustus 42, 3 et Claudius 18.

13 Henriette Pavie d’Escurac, The Ancient Economy and Graeco-Roman Egypt, Lucia Criscuolo et Giovani Geraci, dir., Egitto e storia antica dall’ellenismo all’età araba, bilancio di un confronto, Atti del colloquio internazionale, Bologna, 31 agosto-2 settembre 1987, Bologne, CLUEB, 1989, p. 159-176, 133-134.

14 Notamment Peter Garnsey, Famine and Food Supply in the Graeco-Roman World, Responses to Risk and Crises, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 218-243 ; Boudewijn Sirks, op. cit., 2004, p. 267-287 ; André Tchernia, Le ravitaillement de Rome : les réponses aux contraintes de la géographie, Brigitte Marin et Catherine Virlouvet, dir., Nourrir les Cités de Méditerranée, Antiquité – Temps modernes, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003, p. 45-60.

15 Geoffrey Rickman, op. cit., p. 120-155 ; Javier Arce et Bertrand Goffaux, Horrea d’Hispanie et de la Méditerranée romaine, Madrid, Casa de Velázquez, 2011.

16 Ainsi pour la Narbonnaise, la Ligurie et la région du Pô à partir de Marc Aurèle et des Sévères, Federico De Romanis, op. cit., 2007, p. 220-221. Sous l’Empire tardif, la diversification des sources de production est confirmée par la création de l’Italie annonaire : Lellia Ruggini, Economia e società nell’ «  Italia Annonaria  », Rapporti fra agricoltura e commercio dal iv al vi secolo d.C., Bari, Edipuglia, 1995.

17 Sans aucune prétention à l’exhaustivité sur ce sujet très étudié : Peter Brunt, op. cit., 1971, p. 376-383 ; Geoffrey Rickman, op. cit., p. 48-54 et 156-197 ; Catherine Virlouvet, Les lois frumentaires d’époque républicaine, Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire, Rome, Collection de l’École française de Rome, 196, p. 11-29 ; Catherine Virlouvet, La consommation de céréales dans la Rome du haut-Empire : les difficultés d’une approche quantitative, Histoire et Mesure 10. 3, 1995, p. 261-275 ; Domenico Vera, Panis Ostiensis atque fiscalis : vecchie e nuove questioni di storia annonaria romana, Jean-Michel Carrié et Lizzi Testa Rita, dir., Humana sapit, Études d’antiquité tardive offertes à Lellia Cracco Ruggini, Turnhout, Brepols, 2002, p. 341-356.

18 Boudewijn Sirks, Some Observations on Edictum Justiniani XIII.8. A Reaction to Jean-Michel Carrié, Brigitte Marin et Catherine Virlouvet, op. cit., 2003, p. 213-222, à comparer avec Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, notamment p. 166-172 et Roger Bagnall, Agricultural productivity and taxation in later Roman Egypt, Transactions of the American Philological Association 115, 1985, notamment p. 304-305.

19 Domenico Vera, Fra Egitto ed Africa Fra Roma e Costantinopoli, fra annona e commercio, la Sicilia nel Mediterraneo tardoantico, Atti del IX congresso internazionale di studi sulla Sicilia antica (1997-1998), Kokalos 43-44. 1, 2000, p. 48-49.

20 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 171.

21 Polybe, Histoires 28, 2, 1 et 16, 8.

22 Henriette Pavie d’Escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome, École Française de Rome, 1976, p. 263, n. 61 et 62.

23 Daniel Sperber, Costs of Living in Roman Palestine II, Journal of the Economic and Social History of the Orient 9, 3, 1966, p. 182-211.

24 Pline, Panegyricus Traiani 30-31.

25 Anonyme, Vita Constantini, dans François Halkin, Bibliotheca Hagiographica Graeca, Bruxelles, 1957, p. 122 ; Julien, Misopogon 369A-C.

26 Dominic Rathbone, The Ancient Economy and Graeco-Roman Egypt, Lucia Criscuolo et Giovani Geraci, dir., op. cit., 1989, p. 173.

27 Henriette Pavie d’Escurac, op. cit., 1976, p. 131-132.

28 Le transport sur de longues distances est pratiqué pour des produits à plus forte valeur ajoutée comme l’huile et le vin. Pour le blé, ces témoignages se concentrent sur des périodes de forte activité militaire : voir par exemple Nigel Pollard, Soldiers, Cities & Civilians in Roman Syria, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2000, p. 182-191, où Syrie-Palestine et Cilicie contribuent aux campagnes perses d’Alexandre Sévère, pratique confirmée par les sources classiques, Tacite, Annales 1, 71 ; 2, 5-6 ; 13, 35 ; Dion Cassius, Histoires romaines 60, 24, 5 ; Ammien Marcellin, Histoires 14, 10, 2.

29 Concernant l’approvisionnement des troupes aux frontières, David Cherry, The Frontier Zones, Walter Scheidel, Ian Morris et Richard Saller, dir., The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 720-740.

30 Henriette Pavie d’Escurac, op. cit., 1976, p. 134-145. Pour l’huile : ibid., p. 188-197 ; Patrick Le Roux, L’huile de Bétique et le Prince sur un itinéraire annonaire, Hommage au professeur Robert étienne, Revue des Études Anciennes 88, 1, 1986, p. 247-271 ; Michel Christol, L’huile du prince : évergétisme impérial et administration annonaire au iie siècle ap. J.-C., Marguerite Garrido-Hoey et Antonio Gonzalès, dir., Histoire, Espaces et Marges de l’Antiquité, Hommage à Monique Clavel-Lévêque, vol. I. Paris, Presses universitaires Franc-Comtoises, 2003, p. 209-226. Concernant l’implication des domaines impériaux d’Afrique : Dennis Kehoe, The economics of agriculture on Roman imperial estates in North Africa, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1988.

31 Elio Lo Cascio, The Role of the State in the Roman Economy : Making Use of the New Institutional Economics, Peter Bang, Mamoru Ikeguchi and Hartmut Ziche, dir., Ancient Economies, Modern Methodologies, Archaeology, comparative history, models and institutions, Bari, Edipuglia, 2006, p. 215-234.

32 Henriette Pavie d’Escurac, op. cit., 1976, p. 77-78.

33 Jane Rowlandson, Landowners and Tenants in Roman Egypt, The Social Relations of Agriculture in the Oxyrhynchite Nome, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 61, voir notamment BGU IV 1091 (212).

34 David Potter et Dennis Kehoe, S.v. «  The Fiscus  » and «  The Patrimonium  », Gagarin Michael, dir., The Oxford Encyclopedia of Ancient Greece and Rome, vol. 3, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 183-186. La commercialisation des productions issus de domaines impériaux est directement attestée, Galien, 14, 9 ; 10 ; 53 et Pline, HN 12, 111-113.

35 Symmaque, Epistulae 10, 37.

36 Jean-Michel Carrié, Les distributions alimentaires dans les cités de l’empire romain tardif, Mélanges de l’École Française de Rome, Antiquité 87, 2, 1975, p. 1049-1051.

37 Elio Lo Cascio, op. cit., 2006, p. 215-234, p. 228 ; Domenico Verra, op. cit., 2002, p. 353, n. 142, avec plusieurs titres de Code Théodosien. XIV, 4 et Novella Valentiniani 36.

38 Ammien Marcellin, Histoires 21, 1, 18.

39 Jean de Nikiou, Chronique 95.

40 P. Oxy. XVI 1909, daté de la fin du vie siècle.

41 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 153-212.

42 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 154-166 et Constantin Zuckerman, Du village à l’empire, Autour du registre fiscal d’Aphroditô (525/526), Paris, Association des amis du Centre d’histoire et de civilisation de Byzance, 2004, p. 194-206.

43 L’établissement, sous Justinien, du quaestor Iustinianus exercitus, responsable civil et peut-être militaire de la Carie, des Cyclades, de Chypre et du Bas-Danube, implique l’existence d’une coordination logistique entre l’Égée et les armées du Danube (Novella Iustiniani 41), Jacek Wiewiorowski, Quaestor Iustinianus exercitus – A late Roman military commander ? Eos 93, 2006, p. 319-342. Certaines des îles avaient joué un rôle similaire pour l’Athènes du ive siècle a.C, Peter Garnsey, Famine and Food Supply in the Graeco-Roman World, Responses to Risk and Crises, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 218-243.

44 Jean-Michel Carrié, op. cit., 2003, p. 170.

45 P. Yale inv. 296 désormais P. Yale III ; Julien, Misopogon 369A-C ; Roberta Mazza, L’archivio degli Apioni, Terra, lavoro e proprietà senatoria nell’Egitto tardoantico, Bari, Edipuglia, 2001, p. 55.

46 http://orbis.stanford.edu/. Concernant les prix du transport maritime fixés par l’Édit des Prix de Dioclétien, Pascal Arnaud, Diocletian’s Prices Edict : the prices of seaborne transport and the average duration of maritime travel, Journal of Roman Archaeology 20, 2007, p. 321-336.

47 Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique 2, 17 ; Sozomène, Histoire ecclésiastique, 1, 8, 10 et 5, 5, 3 ; Theodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique 1, 11, 2-3.

48 Julien, Epistulae 84.

49 L’annone, identifiée à la déesse Cérès, apparaît au revers de nombreuses monnaies à partir de Néron : ANNONA AVGVSTI CERES SC, puis simplement ANNONA AVG, souvent représentée par un modius avec des épis de blé sous Antonin : http://numismatics.org/search/results?q=annona+AND+department_facet%3A%22Roman%22&sort=year_minint+asc. Les termes annona sacra ou annona sancta se retrouvent dans différentes inscriptions latines ou grecques, ainsi sous Antonin l’inscription de Thyatire IGR IV 1213 (ΙΕΡΑΣ ΑΝΝΟΝΗΣ), Caracalla (P. Mich. Inv. 183 =PTurner 34) ou Alexandre Sévère (CIL XIII 1807 = ILS 1330). Cassiodore peut parler de «  l’annone de la cité sacrée  » (Variae, 6, 18), ou O. Douch. V 625 et O. Waqfa 20 mentionner l’annone sacrée. Dans l’Édit XIII, 4, Justinien justifie les distributions à Alexandrie par la volonté d’assurer l’abondance en toutes choses et l’associe à l’assentiment divin.

50 Catherine Virlouvet, Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles, Cahiers du Centre Gustave Glotz 11, 2000, p. 131-149.

51 Jean Andreau, Modernité économique et statut des manieurs d’argent, Mélanges de l’École Française de Rome, Antiquité 97, 1985, p. 373-410, repris dans Jean Andreau, Patrimoines, échanges et prêts d’argent : l’économie romaine, Rome, «  L’Erma  » di Bretschneider, 1997, p. 32 ; Affaires financières à Pouzzoles au ier siècle ap. J.-C. : les tablettes de Murecine, Revue des Études Latines 72, p. 39-55, p. 48.

52 Catherine Virlouvet, 2000, p. 143-147 ; Julien Dubouloz, Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (ier-iiie siècles), Mélanges de l’École Française de Rome, Antiquité 120, 2008, p. 286-288.

53 TPSulp. 51, 52, 45, 67 et 68.

54 Gilles Bransbourg, Les taux d’intérêt flottants des Sulpicii, Catherine Apicella,
Marie-Laurence Haack, François Lerouxel, dir., Les affaires de Monsieur Andreau : économie et société du monde romain, Bordeaux, Ausonius, 2014, p. 105-117.

55 Mais il ne semble pas que le grain soit le produit que l’Égypte ait le plus exporté en dehors des circuits fiscaux : Peter Van Minnen, Agriculture and the ‘Tax-and-Trade’ Model in Roman Egypt, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik
133, 2000, p. 205-220.

56 Le terme triticum alexandrinum pourrait avoir dénoté l’origine fiscale de ce blé : Catherine Virlouvet, op. cit., 2000, p. 140, n. 36.

57 Arthur Hunt et Campbell Edgar trad., Select Papyri, Private Documents I. Londres, Loeb, 1932, papyrus 113 = BGU 27.

58 TPSulp. 53, 46 et 79.

59 Catherine Virlouvet, op. cit., 2000, p. 140, n. 32 et 33.

60 Un prix de détail de l’ordre de 5 sesterces au modius à Pompéi peut être considéré comme standard à cette période, contre environ 2 sesterces en Égypte, Gilles Bransbourg, op. cit., 2014, Les affaires de Monsieur Andreau, économie et société du monde romain, Bordeaux, Ausonius, 2014, p. 105-117. Un lot de 7 000 modii pourrait avoir valu environ 20 000 sesterces, soit le double du prêt final consenti.

61 Gilles Bransbourg, op. cit., 2014, p. 105-117.

62 Suétone, Claudius 18, 3-4 ; Tacite, Annales 12, 43, 1-2 et 15, 18, 3.

63 Richard Duncan Jones, op. cit., 1994, p. 45, tableau 3.7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bransbourg, « Panem et circenses », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 75-89.

Référence électronique

Gilles Bransbourg, « Panem et circenses », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5210 ; DOI : 10.4000/rives.5210

Haut de page

Auteur

Gilles Bransbourg

Gilles Bransbourg partage ses recherches entre les aspects fiscaux d’une part, monétaires de l’autre, du monde gréco-romain au sens large. Une exploration plus approfondie du champ d’investigation ouvert par sa thèse de doctorat de 2010 dans le domaine de l’économie politique du monde romain constitue le fil conducteur reliant ses travaux, avec notamment parmi ses publications récentes : Rome and the Economic Integration of Empire, New York, ISAW Papers 3, 2012 ; The Later Roman Empire, in A. Monson and W. Scheidel (dir.), Fiscal Regimes and the Political Economy of Pre-modern States, Cambridge University Press, 2015 ; La politique monétaire de la République romaine. In : C. Doyen (dir.), Colloque International, Étalons Monétaires et mesures pondérales, Bruxelles, 5-6 septembre 2013, Numismatica Lovaniensia (21), Louvain-la-Neuve, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals