Navigation – Plan du site

Un marché sans marchands ?

Les acteurs de la vente de vin au détail en France méridionale à la fin du Moyen Âge
Judicaël Petrowiste
p. 21-49

Résumés

En France méridionale, les acteurs du commerce de détail du vin sont difficilement saisissables, car ils forment un groupe très éclaté. Dans cet espace marqué par l’omniprésence de la vigne, chacun bénéficiait en effet de la possibilité d’écouler la production de ses domaines dans des tavernes improvisées. La vente du vin y répondait donc d’abord à des enjeux domestiques, mais également communautaires – nombre de localités restreignant la commercialisation de vin forain. Est-on donc face à un marché sans marchands, caractérisé par des intervenants occasionnels ? Les nécessités du ravitaillement de consommateurs nombreux impliquaient l’existence d’acteurs plus spécialisés susceptibles de proposer une offre régulière, abondante et de qualité. Il en résultait une imbrication à l’échelle locale de circuits de distribution du vin aux logiques très différentes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié de la relecture critique de Sandrine Lavaud, que je remercie pour ses précieuses suggestions.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un marché actif
Faire taverne de son vin, un enjeu économique et social
Les voies de la professionnalisation des détaillants de vin

Aperçu du texte

Pour les populations de l’Occident médiéval, le vin n’a rien d’une marchandise comme les autres. N’est-il pas l’objet dès le début du xiiie siècle, avec la fameuse Bataille des vins d’Henri d’Andeli, de personnifications littéraires qui font de lui le protagoniste – au sens fort du terme – de pièces versifiées  ? Symbole chrétien, en vertu notamment de sa place centrale dans le rituel eucharistique, composante indispensable des festivités privées et publiques, moyen de rétribution ou de gratification, gage de la bonne conclusion d’une transaction marchande, il constitue en outre un marqueur social fort : sa présence sur les tables paysannes, bourgeoises ou aristocratiques est le signe de l’aisance du maître de maison. C’est d’ailleurs ce riche champ de significations symboliques que mobilisent, à des fins politiques, les spectaculaires fontaines à vin aménagées à la fin du Moyen Âge à l’occasion des cérémonies d’entrée des rois de France dans leurs bonnes villes .

Cette importance at...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judicaël Petrowiste, « Un marché sans marchands ? », Rives méditerranéennes, 55 | 2017, 21-49.

Référence électronique

Judicaël Petrowiste, « Un marché sans marchands ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5263 ; DOI : 10.4000/rives.5263

Haut de page

Auteur

Judicaël Petrowiste

Judicaël Petrowiste, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université Paris Diderot, consacre ses recherches aux structures et aux acteurs du commerce local dans les villes et les campagnes du Midi médiéval, ainsi qu’aux pratiques de consommation à la fin du Moyen Âge. Il a récemment codirigé les 36es journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran consacrées au paysan consommateur dans l’Europe médiévale et moderne, ainsi que le colloque Faire son marché au Moyen Âge. Le consommateur et le marché en Méditerranée occidentale (France méridionale, Espagne, Italie, fin du xiiie-début du xvie siècle), dont les actes paraîtront prochainement, respectivement aux Presses universitaires du Midi et aux éditions de la Casa de Velázquez.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals