Navigation – Plan du site

Un lent processus de reconnaissance professionnelle

Les vignerons en France du xiiie au xve siècle
Mickaël Wilmart
p. 51-63

Résumés

Au regard de l’importance des vignes dans le paysage médiéval, le vigneron semble un personnage incontournable. Pourtant le terme apparaît tardivement dans la documentation. Ce groupe socioprofessionnel est documenté de façon précoce à Provins, où on peut mesurer le poids de la transmission matérielle dans le processus de professionnalisation. Cette culture matérielle est aussi décrite en Bourgogne et en Aquitaine. L’article s’interroge ensuite sur les traits permettant l’émergence d’un groupe vigneron : évolution des techniques, apprentissage, règlementation du métier, confréries. Toutefois, la reconnaissance du vigneron comme professionnel n’est pas partout identique. Si la pluriactivité est encore bien attestée à la fin du xve siècle, l’historien ne peut que constater l’absence des vignerons dans certaines régions viticoles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un groupe social et sa culture matérielle
Un métier de plus en plus organisé ?
Une reconnaissance longue à se généraliser

Aperçu du texte

Le 3 juillet 1390, le Châtelet de Paris est le théâtre du procès d’Olivier le Ruffet et de Thévenin de la Roche, tous les deux dits «  vignerons  ». «  Nez du païs de Bretaigne  », ils sont arrivés à Paris deux ans auparavant pour y «  demourer et ouvrer  » dans les vignes de la capitale, à Charonne, à Montmartre et vers la porte du Temple. C’est à cet endroit qu’ils sont d’ailleurs accusés d’avoir volé des grappes de verjus. Si le propriétaire du clos déclare ne pas les connaître, l’enquête montre qu’il a confié à un homme la «  tâche  » de s’occuper de sa vigne et que celui-ci a recruté les deux hommes pour accomplir le travail. Par sa banalité, cette affaire interpelle l’historien qui s’intéresse à la viticulture médiévale pour deux raisons. Tout d’abord, que recouvre le terme «  vigneron  » définissant le statut professionnel des deux hommes ? À lire l’interrogatoire, on comprend vite qu’il ne s’agit pas de petits tenanciers de clos périurbains, mais bien de manouvriers. Migrant...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mickaël Wilmart, « Un lent processus de reconnaissance professionnelle », Rives méditerranéennes, 55 | 2017, 51-63.

Référence électronique

Mickaël Wilmart, « Un lent processus de reconnaissance professionnelle », Rives méditerranéennes [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5276 ; DOI : 10.4000/rives.5276

Haut de page

Auteur

Mickaël Wilmart

Mickaël Wilmart est historien et consacre ses recherches à une histoire sociale et économique de la fin du Moyen Âge, avec une prédilection pour l’étude des milieux populaires et de l’économie du quotidien. Il a publié en 2013 Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle (éditions Fiacre) et codirigé en 2014 un numéro thématique de la revue L’Atelier du Centre de recherches historiques intitulé Vignes et vins au Moyen Âge. Pratiques sociales, économie et culture matérielle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals