Navigation – Plan du site

Vin cacher et non cacher à Marseille et en Provence au bas Moyen Âge et « professionnalisation » des acteurs économiques juifs et chrétiens

Juliette Sibon
p. 65-78

Résumés

À Marseille et en Provence au bas Moyen Âge, le marché du vin cacher et non cacher fait l’objet de vigilance et de régulation de la part des autorités municipales et comtales comme des rabbins, du fait des mélanges que le vin subit, des fluctuations de sa production et des difficultés de sa conservation. Les sources de la pratique révèlent que viticulteurs et hommes d’affaires chrétiens et juifs participent en partenariat à la vente locale et à l’exportation du vin «  juif  », production labellisée par excellence, sans pourtant enfreindre les normes rabbiniques. Ainsi, sur ce marché intégré, le processus de «  professionnalisation  » ne passe pas par le monopole ni par la spécialisation, mais plutôt par la garantie du label. Outre les garanties formelles des transactions par le biais des actes notariés, la circulation de l’information économique et normative, l’interconnaissance et la fama publica des acteurs jouent un rôle déterminant dans la garantie de la licéité du produit.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

vin, viticulture, juifs, cacherout

Keywords :

Wine, Vineyard, Jews, kashrut

Géographie :

Provence

Chronologie :

Bas Moyen Age
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les juifs et la vigne
Marché du vin et marché du vin cacher
Labellisation et «  professionnalisation  » sur le marché du vin

Aperçu du texte

Les juifs de l’Occident médiéval seraient cantonnés dans la sphère économique de l’intermédiation, n’opérant des incursions dans la sphère de la production que marginalement, de manière involontaire – par le biais de la circulation des biens fonciers dans le cadre du crédit, par exemple – ou à titre exceptionnel . Or, les monographies des dernières décennies, développées à partir des larges fonds latins des pays de droit écrit, ceux de Provence notamment, ont désormais démontré que c’est en dehors de tout ghetto économique qu’ils développent leurs activités et que ces dernières s’apparentent même parfois à de véritables entreprises . Certes, le crédit et le courtage ont la visibilité historique la plus grande et la plus accessible. Ils constituent, en quelque sorte, les seules activités économiques des juifs institutionnalisées dans l’Occident du bas Moyen Âge. Les législations ecclésiastiques, royales et municipales fixent des taux d’intérêt et déterminent des sanctions, pour les c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Sibon, « Vin cacher et non cacher à Marseille et en Provence au bas Moyen Âge et « professionnalisation » des acteurs économiques juifs et chrétiens », Rives méditerranéennes, 55 | 2017, 65-78.

Référence électronique

Juliette Sibon, « Vin cacher et non cacher à Marseille et en Provence au bas Moyen Âge et « professionnalisation » des acteurs économiques juifs et chrétiens », Rives méditerranéennes [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5286 ; DOI : 10.4000/rives.5286

Haut de page

Auteur

Juliette Sibon

Juliette Sibon est agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Institut national universitaire Champollion (Albi). Après une thèse de doctorat consacrée à la communauté juive de Marseille au xive siècle parue en 2011, ses travaux portent sur l’insertion économique et politique des juifs en Provence du bas Moyen Âge. Elle est également l’auteure de deux ouvrages consacrés aux juifs dans la France des derniers Capétiens.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals