Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56L’Académie de Marseille : enseign...Dessiner d’après le modèle à l’Ac...

L’Académie de Marseille : enseignement et réalités

Dessiner d’après le modèle à l’Académie de Marseille

Life drawing at the Marseille Academy
Nelly Vi-Tong
p. 23-38

Résumés

L’exposition qui s’est tenue en 2016 à Marseille a mis en relief les particularismes de l’une des plus importantes académies méridionales du xviiisiècle. Affiliée à l’Académie royale de peinture et de sculpture, l’institution phocéenne se doit, scrupuleusement, de rendre des comptes à son directeur Michel François Dandré-Bardon (1700-1785). Ce dernier noue une longue et riche relation épistolaire avec les professeurs marseillais. En 1754, Dandré-Bardon adresse à ces derniers un précieux lot d’académies dessinées. Il y joint une conférence intitulée Sur la manière de poser le modèle et de le dessiner. Cet article interroge la pratique du dessin d’après nature et le statut du modèle à Marseille, et se propose d’en souligner les spécificités par comparaison avec d’autres établissements contemporains.

Haut de page

Texte intégral

J’adresse des remerciements tout particuliers à Gérard Fabre, assistant de conservation au musée des Beaux-Arts de Marseille, qui m’a généreusement communiqué la documentation et les photographies utiles à l’écriture de cet essai. Ma gratitude va également à Olivier Bonfait et Émilie Roffidal pour leurs nombreuses relectures.

  • 2 Karen-Edis Barzman, The Florentine Academy and the early modern state: the discipline of disegno, C (...)
  • 3 Des expositions, organisées par l’École nationale des Beaux-Arts de Paris et de récentes recherches (...)
  • 4 Charles-Antoine Jombert, Méthode pour apprendre le dessein où l’on donne les Règles générales de ce (...)
  • 5 Sylvain Bedard, Les académies dans l’art français au xviie siècle (1630 1720), Paris, Thèse de doct (...)
  • 6 Cécile Michaud, Johann Heinrich Schönfeled Un peintre allemand du xviie siècle en Italie, Munich, M (...)
  • 7 INHA, 8 pièce 2595, Déclaration du Roi, en faveur de l’Académie Royale de Peinture & de Sculpture, (...)
  • 8 Ibidem, art. 1, p. 3.
  • 9 A.N. O1933 A 2, Règlement pour l’établissement des Écoles académiques de peinture et sculpture da (...)
  • 10 Agnès Lahalle, Les écoles de dessin au xviiie siècle Entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes (...)

1Depuis la fondation de la première Académie d’art à Florence en 15632, le dessin d’après le modèle vivant occupe une place essentielle dans la formation artistique3. Ces études, exécutées à partir « d’un homme nud », « placé dans une attitude d’action & de vigueur » se nomment « académies4 ». À partir de 1582, ce sont les Carrache qui développent et popularisent cet exercice5 à Bologne, au sein de l’Accademia dei Desiderosi, devenue en 1590 l’Accademia degli Incamminati6. Là, ils revendiquent un enseignement fondé sur l’observation directe de la nature. Cette pratique se répand dans de nombreux ateliers (Vouet à Paris) ou académies privées (Dominiquin à Rome). Elle est reprise par l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, créée en 1648, qui s’arroge le privilège exclusif de poser ou d’autoriser la pose du modèle vivant7. Les lettres patentes du 22 décembre 1676, permettent aux provinces d’entretenir des écoles « sous la protection de l’Académie royale8 » et imposent un premier règlement9. Cependant, les quelques établissements créés à la fin du xviie siècle n’ont qu’une brève existence, faute de soutien et de moyens. Une seconde génération d’écoles de dessin et d’académies d’art se développe dès les années 1750. La plupart de ces institutions, soutenues par les autorités locales – municipalités, ou États – incluent dans leur enseignement l’étude du modèle vivant10.

  • 11 INHA, 8 pièce 2595, Déclaration du Roi, en faveur de l’Académie Royale [….], art. IV, p. 4.
  • 12 Ibidem, art. VII, p. 5.

2Jalouse de ses prérogatives, et contrariée par l’expansion de ces nouveaux établissements, l’Académie parisienne réaffirme sa supériorité dans la Déclaration royale de 1777. En sa qualité « d’académie […] première & principale […] », elle doit être « regardée comme la mère & l’appui de toutes celles qui seront dans la suite établies pour l’exercice des Peinture, Sculpture & Arts en dépendans11 ». Désormais, seuls les établissements désignés par la capitale sont autorisés à poser le modèle « dans les lieux par elle choisis et accordés, […] sous sa conduite, ou avec sa permission12 ».

  • 13 Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture, 1648 1793, (...)
  • 14 Ibidem, p. 208
  • 15 Daniel Chol, Dandré-Bardon ou l’apogée de la peinture en Provence au xviiie siècle, Aix-en-Provence (...)
  • 16 Ibidem, n. 204, p. 133.
  • 17 Christian Michel, « L’enseignement à l’École royale des élèves protégés », Le Progrès des arts réun (...)
  • 18 Jean Locquin, La peinture d’histoire en France de 1747 à 1785 (1912), Étude sur l’évolution des idé (...)
  • 19 Louis Courajod, L’École royale des élèves protégés, précédée d’une étude sur le caractère de l’ense (...)
  • 20 Locquin, La peinture…, 1978, op. cit., p. 87.
  • 21 Laëtitia Pierre, Markus A. Castor, « Faire œuvre de pédagogie Le directorat de Michel François Dand (...)
  • 22 Michel-François Dandré-Bardon, Traité de Peinture, suivi d’un essai sur la sculpture pour servir d’ (...)
  • 23 Michel-François Dandré-Bardon, Histoire universelle traitée relativement aux arts de peindre et de (...)
  • 24 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit., p. 148.
  • 25 Michel-François Dandré-Bardon, Costume des anciens peuples, à l’usage des artistes, par M. Dandré-B (...)
  • 26 Michel-François Dandré-Bardon, 5 mai 1753, « Vie de Jean-Baptiste Van Loo » ; 1er mars 1755, « Plan (...)
  • 27 Michel, « L’enseignement… », 1989, op. cit., p. 83.
  • 28 Paul Van Tieghem, L’Année littéraire (1754-1790) comme intermédiaire en France des littératures étr (...)
  • 29 Chol, Dandré-Bardon..., 1987, op. cit., p. 12.
  • 30 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit., p. 141-142.
  • 31 Bibliothèque municipale d’Avignon, Le Courrier, feuille du mardi 20 février 1753, Avignon, Alexandr (...)
  • 32 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit. p. 141.
  • 33 Jean-Baptiste Lautard, Histoire de l’Académie de Marseille depuis sa fondation en 1726, jusqu’en 18 (...)
  • 34 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit., p. 141.
  • 35 Ibidem, p. 141-142.

3François Michel Dandré-Bardon (1700 1785) est admis à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris en 173513. Deux ans plus tard, il est nommé adjoint14 puis professeur en 175215. Sous la direction de Carle Van Loo (1705-1765)16, il enseigne, entre 1755 et 1771 la géographie, l’histoire et la fable à l’École Royale des Élèves protégés17 créée en 174818, afin de réformer l’enseignement des lauréats19 des Grands Prix de l’Académie royale20. Dandré-Bardon se consacre également à l’écriture d’ouvrages didactiques21 : en 1765, il fait imprimer son Traité de Peinture22, quatre ans plus tard, il rédige une Histoire universelle traitée relativement aux arts de peindre et de sculpter23, entre 1772 et 177424, il publie son Costume des anciens peuples, à l’usage des artistes25. Il multiplie dès 1753 les conférences à l’Académie royale26 et collabore à plusieurs reprises. L’Année littéraire, périodique dirigé par Élie Fréron (1718-1776)27 et publié à Paris à partir de 175428. Originaire d’Aix-en-provence29 et formé dans cette province30, Dandré-Bardon contribue largement au rayonnement de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille créée en 175331. Ses relations étroites avec les milieux artistiques et littéraires méridionaux32 lui permettent d’obtenir, en 1749, le poste d’inspecteur des peintures du roi dans l’Arsenal des galères de Marseille. En octobre 1750, il est nommé membre de l’Académie des belles Lettres33 de la ville34. Il prononce alors un Discours sur l’avantage de l’union des arts et des lettres et expose son désir de fonder, dans la cité phocéenne, une école académique de dessin, placée sous l’autorité de l’Académie royale35.

  • 36 Ms. fr. 13081, fol. 306 310 et fr. 13075, p. 43-76. B.N.F., département des manuscrits. Cette confé (...)
  • 37 Sylvain Bedard, « Modèles parisiens un lot de figures académiques pour Marseille », Marseille au xv (...)
  • 38 Michel-François Dandré-Bardon, 9 février 1754, « Sur la manière de poser et de dessiner le modèle » (...)
  • 39 Ibidem, p. 325-333.
  • 40 Ibidem, p. 334.

4Conscient que l’étude du modèle vivant doit être au centre de l’enseignement, il n’a de cesse de le rappeler à ses confrères marseillais. C’est à ces fins qu’il présente, à l’Académie royale de Paris, le 9 février 1754, une conférence intitulée Sur la manière de poser le modèle et de le dessiner36. Bien que ce texte commence par flatter la jeune Académie phocéenne de peinture et de sculpture, il n’en est pas moins constitué d’une succession de directives données à des enseignants que la capitale estime encore fort peu au fait des pratiques pédagogiques37. Dandré-Bardon s’applique à dispenser des principes qu’il estime solides et capables de perpétrer à Marseille le « bon goût et [le] vrai beau »38. Il définit et détaille les « différentes attitudes ou caractères de figures » qu’il convient de faire prendre au modèle, posé seul ou en groupe : figures de contraste « qui produisent des effets bien piquants », figures d’actions « qui forment un mouvement décidé » et figures de repos qu’il [faut] travailler par de beaux effets de clair obscur39 ». Dandré-Bardon souligne l’importance du contour et celle de l’éclairage qui module les ombres et les surfaces, creuse les chairs et apporte du relief à la musculature. Enfin, il met en garde contre les dérives d’une étude trop systématique de l’antique qui donne aux élèves une manière sèche et les éloigne des vérités de la nature40. En prodiguant ainsi ses conseils, Dandré-Bardon raffermit son autorité et rappelle à Marseille qu’elle ne saurait se dispenser de consulter Paris pour ce qui touche à l’instruction des arts.

  • 41 Ibidem, p. 324.
  • 42 Ibidem, p. 336.
  • 43 Bedard, « Modèles parisiens... », 2016, op. cit., p. 161-163.
  • 44 Sylvain Bedard, « Un envoi de dessins de l’Académie royale de peinture et de sculpture à Marseille (...)
  • 45 Bibliothèque municipale à vocation régionale de Marseille (BMVR), Lettre de Dandré-Bardon à l’acadé (...)
  • 46 BMVR, Lettre de l’académie à Dandré-Bardon, 22 janvier 1766, Ms. 988, t. 16, fº 2 rº et lettre de D (...)
  • 47 BMVR, Lettre de l’Académie à Dandré-Bardon, 22 janvier 1776, Ms. 988, t. 16, fº 2 rº.
  • 48 BMVR. Ms 988, t. 2, fº 47 rº-vº.
  • 49 AM, P 29, Inventaire des effets de l’académie de peinture de la Commune Sans Nom, fº 136-146. Je re (...)
  • 50 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. D 393, Académie d’homme debout de dos, en appui sur le bras (...)
  • 51 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. D 395, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la droit (...)
  • 52 Carle Van Loo : premier peintre du roi (Nice, 1705 - Paris 1765), Nice, Musée Chéret, Clermont-Ferr (...)
  • 53 Collection de la bibliothèque de l’INHA, EA BONNET, L.M. 318 – Inv. 100.148, Carle Van Loo, Académi (...)
  • 54 Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, inv. D. 56.157, Académie d’homme assis de trois-quarts vers l (...)
  • 55 T 3 Sup 1, Registre pour servir à l’enregistrement des gravures, dessins et autres de ce genre qui (...)
  • 56 Collection de la bibliothèque de l’INHA, EA BONNET, L.M. 300 – Inv. 100.075, François Boucher, Acad (...)
  • 57 Dandré-Bardon, 9 février 1754, « Sur la manière de poser… », Conférences…, op. cit., 2015, t. VI, v (...)
  • 58 Les problèmes de discipline sont récurrents dans les académies d’art et les écoles de dessin au xvi (...)

5La capitale parvient à accroitre son emprise sur Marseille par l’envoi de « précieux desseins […] fruits de l’expérience et des travaux de ses principaux officiers41 », « source [d’étude] féconde et inépuisable42 ». Un premier ensemble d’académies est expédié en 175443, en même temps que la conférence Sur la manière de poser le modèle44. À diverses reprises, Dandré-Bardon accompagne ses lettres de modèles dessinés et gravés pour servir d’exemple aux élèves. En 1765, il envoie deux académies de Jean-Baptiste Van Loo (1684-1745)45. Puis successivement, en 1775 et 1782, il fait parvenir à Marseille des estampes de fleurs, ornements, animaux, ainsi que des « principes de dessin pour la figure & surtout pour le détail des têtes, partie trop négligée par les Étudians46 ». L’Académie s’emploie à conserver précieusement ses collections pédagogiques : chaque morceau est paraphé et rangé dans des portefeuilles47. Deux inventaires, – l’un non daté mais certainement dressé dans les années 177048 et l’autre établi en 179449 – signalent l’importance des fonds pour servir de modèles aux élèves. Le musée des Beaux-Arts de Marseille conserve dans ses collections quatre académies [inv. C 10, D 39350, D 394, D 39551] copiées d’après des modèles tirés en manière de sanguine par Gilles Demarteau (1722-1776) ou Louis Marin Bonnet (1736-1793). Ces dessins ont peut-être été envoyés par Dandré-Bardon ou bien ils ont été acquis dans le commerce. Ils reproduisent des modèles de Carle Van Loo et de François Boucher (1703-1770) abondamment gravés et diffusés auprès des écoles de dessin. L’un d’eux est une copie d’un tirage d’après Van Loo [inv. C 10, ill. 1], annoncé dans le Mercure de 177252, représentant un homme assis de trois-quarts vers la gauche qui souffle en direction de sa main. Cette estampe53 a également servi d’exemple aux élèves de l’Académie de peinture et de sculpture de Valenciennes54. En 1786, celle-ci conserve plus de soixante-deux académies gravées d’après Van Loo55. L’un des dessins de Marseille [inv. D 394, ill. 2], copié sur Boucher56 – un homme debout le bras gauche en appui sur un gourdin recouvert d’une peau de lion – personnifie un Hercule. Le visage fermé, les membres relâchés et la posture calme l’associent aux « figures de repos » décrites par Dandré-Bardon dans sa conférence de 175457. Curieusement, une feuille de vigne a été ajoutée afin de dissimuler le sexe. Cet appendice est peut-être à associer à la pudibonderie de professeurs craignant d’offenser la délicatesse des élèves ou de provoquer, chez les plus dissipés, des railleries et ricanements indécents58.

  • 59 BMVR, Statuts et Réglemens de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, 25 septem (...)
  • 60 Archives municipales de Marseille (AM), GG 188, Statuts et Réglemens de l’École académique des Beau (...)
  • 61 Ibidem, art. 17.
  • 62 BMVR, Statuts et Réglemens […], 1752, Ms. 988, t. 1, art. 20, fº 7 rº.
  • 63 AM, GG 188, Statuts et Réglemens […], 1766, art. 17.

6L’Académie royale est un exemple pour Marseille qui lui emprunte son organisation, ses statuts et règlements59. Comme à Paris, les professeurs, au nombre de douze, dirigent la classe du modèle vivant, chacun à leur tour, pendant un mois60. L’enseignant en place se charge de choisir une pose qui est étudiée pendant une semaine, au cours de plusieurs séances61 organisées chaque soir, pendant deux heures62. Conformément à ce qui se pratique dans la capitale, l’entrée dans la salle du modèle est régie par un cérémonial solennel : les professeurs, les adjoints, les académiciens, les agréés et enfin les élèves sont appelés et placés selon leur rang d’ancienneté63.

  • 64 BMVR, État des dépenses annuelles, non daté, Ms. 988, t. 2, fº 62 rº-vº.
  • 65 BMVR, Statuts et règlements pour l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, approu (...)
  • 66 BMVR, Lettre de l’académie à Dandré-Bardon, 28 mai 1778, Ms. 988, t. 16, fº 55 rº.
  • 67 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.
  • 68 BMVR, Avis au Public/Modèle pour l’académie, [1780], Ms. 988, t. 2, fº 94 rº.
  • 69 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.
  • 70 Le nommé Servier, attaché au service de l’École de dessin de Montpellier depuis sa création en 1779 (...)
  • 71 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

7L’Académie de Marseille entretient deux modèles qu’elle gratifie de 800 livres par an64 : ils posent alternativement une semaine chacun, à l’exception de quatre séances, qui les réunissent pour l’étude d’un groupe65. Le dessin d’académie a pour objectif de préparer l’élève à la peinture d’histoire. C’est dans ce but que le modèle, à l’aide d’accessoires, incarne un héros mythologique ou une figure biblique. C’est justement à l’une de ces séances qu’assistent, en 1778, le maire et les quatre échevins, venus en visite à l’Académie : « Le moment était très favorable ; le modèle était posé. C’était le lundi de la Semaine sainte : il était couché sur la croix. Cette attitude les a vivement intéressés66 ». Le recrutement du modèle fait l’objet de recherches minutieuses. En 1780, le nommé Roux doit être remplacé après plus de vingt années de service. Un « Avis au public » est diffusé dans la feuille hebdomadaire et par « des affiches […] plaquées dans tous les carrefours de la ville67 ». L’annonce précise que « quiconque voudra s’employer […] doit avoir au moins cinq pieds quatre pouces de hauteur. Il faut que toutes les parties de son corps soient bien articulées, qu’il n’ait aucune cicatrice dans le jeu des muscles, ni autres défectuosités qui puissent en altérer le jeu68 ». Mais l’institution a bien du mal à trouver un candidat capable de succéder à Roux que tous les pensionnaires du Roi, de passage à Marseille, avaient par ailleurs « trouvé fort bon et en état de fournir de très belles poses69 ». C’est peut-être ce même modèle qu’Abraham Fontanel (1740-1817), administrateur de l’École de dessin de Montpellier, avait pu admirer en 1780, lors de son séjour à l’Académie. Venu se renseigner sur le type d’éclairage en usage dans les salles de dessin, ce dernier confie à ses hôtes que son modèle « ne vaut rien70 », et qu’il serait bien heureux « d’en avoir un aussi bon que le moindre des deux » attachés à leur service71. De telles déclarations ne pouvaient que plaire aux académiciens.

  • 72 Ibidem.
  • 73 Bibliothèque municipale de Montpellier, Séance du 26 juin 1782, Ms. 247, fº 92.

8Marseille tente en vain d’améliorer l’éclairage de sa classe du modèle. Elle fait successivement construire quatre lampes, qui en dépit des efforts déployés, continuent de produire une luminosité insuffisante et une fumée persistante72. La tombée de la nuit est un moment propice pour dessiner d’après nature. Les ombres projetées sculptent et animent la musculature. Une clarté, bien modulée, apporte de beaux jeux d’ombres et souligne les reliefs. Mais un éclairage trop faible et de mauvaise qualité nuit aux élèves qui ne peuvent dessiner sans se fatiguer la vue73. Le changement de luminosité, au fur et à mesure que le jour décroît, modifie l’emplacement des ombres, et altère les effets du modèle.

  • 74 BMVR, Mémoire adressé au comte d’Angiviller par plusieurs membres associés de l’académie, sans date (...)
  • 75 Ibidem, fº 83 vº.
  • 76 Ibidem.
  • 77 Ibidem, fº 84 rº.
  • 78 Ibidem.
  • 79 Ibidem, fº 83 vº.

9C’est notamment la mauvaise qualité de cet éclairage que dénoncent, en janvier 1780, quelques membres associés de l’Académie, dans un mémoire adressé au comte d’Angiviller (1730-1810)74. Les cabaleurs, menés par le peintre Louis Chais (1744-1811), dénigrent avec force l’organisation de la classe du modèle vivant. Ils accusent les professeurs d’avoir, par négligence, placé l’Académie dans un appartement mal éclairé, où le vacarme constant ne fait que gêner les élèves qui dessinent d’après nature. Les modèles très mal payés, sont « l’un très médiocre et l’autre absolument mauvais75 ». La lampe produit une lumière insuffisante et dégage une odeur nauséabonde76. La fenêtre apporte une lumière si faible, qu’au moindre mouvement, les élèves « se font ombre et se dérangent réciproquement pour peu qu’ils remuent »77. Une lucarne ou une lanterne auraient pu pallier ces désagréments mais les professeurs s’y sont opposés. La distribution des places n’obéit plus à aucun ordre « et souvent un enfant qui ne sait pas dessiner occupera la meilleure place78 ». Les professeurs ne dessinent quasiment plus d’après le modèle et se contentent simplement de le poser79.

  • 80 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.
  • 81 Ibidem.
  • 82 Camille Desmoulins, « Liste des cinquante citoyens qui se sont emparés du fort Notre Dame de la Gar (...)
  • 83 Antoine Cahen, L’École du modèle au xviiie siècle, la pratique de l’enseignement à l’Académie royal (...)
  • 84 Ibidem.
  • 85 Claude-Henri Watelet, « Modèle », Dictionnaire des arts de peinture, sculpture et gravure, Paris, L (...)
  • 86 Jean II Restout, Adresse, mémoires et observations présentées à l’Assemblée nationale le 19 avril 1 (...)
  • 87 Watelet, 1792, op. cit., p. 472.
  • 88 Carter E. Foster, « Deschamps (Descamps), Jean-François French, ?-1773 », Jill Berk Jimenez (éd.), (...)
  • 89 Eighteenth century French Life drawing: Selections from the Collection of Matthias Polakovits, Prin (...)

10Faut-il se figurer des modèles aussi pitoyables que ceux décrits par Chais et ses suiveurs ? Il est vrai qu’après plus de vingt ans de service, le nommé Roux a vieilli « et que les muscles de son corps n’ont plus la même élasticité d’un homme de vingt-cinq ans80 », mais est-il pour autant très « médiocre » ou « absolument mauvais » ? Ce qui est sûr, c’est que l’Académie a bien du mal à se résigner à lui trouver un remplaçant. Elle éprouve d’ailleurs des scrupules à se séparer de son modèle : « Il lui seroit douteux d’être mis à la porte et de se voir réduit à demander l’aumône, ce à quoi notre humanité […] se refuse, et puisant dans nos bourses, autant que nos facultés nous le permettent pour subvenir à ses besoins en attendant que MM. nos fondateurs lui donnent une place […]81 ». Roux n’est pas le seul modèle à être connu. En effet, en 1789, une cinquantaine de citoyens, dont une bonne proportion d’artistes, s’emparent du Fort de Notre-Dame de la Garde. La seule personne liée à l’Académie est « Julien Feissolle, modèle […], natif de Bray en Provence, établi à Marseille depuis 36 ans […]82 ». Se défaire d’un bon modèle, même vieillissant, est une tâche ardue. C’est sans aucun doute pour cette raison que l’Académie royale a, de son côté, elle-même tant de mal à se séparer du fameux Jean-François Deschamps, qu’elle employe dès 172583 et garde à son service pendant plus de quarante ans, jusqu’à sa mort en 177384. Pendant cette longue période, il a prêté ses traits à presque toutes les figures de l’école française : « tantôt Deschamps était Mercure toujours jeune, tantôt il était le terrible Mars, tantôt Neptune, Pluton, Jupiter. Ceux qui avoient quelqu’habitude de l’école reconnoissent l’éternel Deschamps dans les differens ouvrages des peintres & des statuaires, & admiroient les nombreuses métamorphoses qu’on lui faisoit subir85 ». De Deschamps, le peintre Jean II Restout (1692-1768) livre, en 1791, une description railleuse et en profite également pour dénigrer l’Académie royale : « Tout le monde se rappelle le nommé Deschamps, d’une nature très défectueuse, ayant un large et rouge estomac, des bras minces et des jambes grêles […] modèle par excellence, copié par tous les artistes, [il] a tellement rempli leur imagination, qu’il reparaissait sous tous les différents rôles qu’ils lui faisaient jouer dans leurs tableaux86 ». C’est, en effet, la face « un peu bachique87 » de ce même modèle qui apparaît de manière récurrente dans les académies de Charles Joseph Natoire (1700-1777) et de François Boucher. Certaines de ces compositions, exécutées dans les années 1730-174088, ont même été gravées89 de sorte que les jeunes dessinateurs de province, comme leurs homologues parisiens, sont familiers du type physique de Deschamps.

  • 90 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. C 41, Académie d’homme assis tourné vers la droite, sanguin (...)
  • 91 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. C 70, Académie d’homme assis, les deux bras levés, sanguine (...)
  • 92 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.
  • 93 Georges Brunel, « L’art et la manière », L’Académie mise à nu, cat. exp., Paris, 2009, op. cit., p. (...)
  • 94 BMVR, Statuts et Réglemens de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, 25 septem (...)
  • 95 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

11Peut-être convient-il de reconnaître Roux dans quatre académies à la sanguine du musée des Beaux-Arts de Marseille [inv. C 4190, C 7091, D 410 ill. 3, D 414 ill. 4]. Si chacune de ces études témoignent de niveaux disparates, le tracé parfois malhabile, les contours et reliefs par moments hésitants semblent pourtant présenter un même visage. Auréolés d’une chevelure bouclée, les traits sont marqués, les yeux légèrement enfoncés et le nez aquilin. L’académie d’homme assis, le bras droit levé [inv. D 410, ill. 3] peut être l’une des représentations les plus tardives du modèle : la figure aux joues creusées, l’expression fatiguée et les chairs affaissées au niveau de l’abdomen trahissent la décrépitude d’un corps soumis depuis plus de vingt ans92 à des poses pénibles93. Mais, se calquant sur l’Académie parisienne, qu’elle cherche à imiter en tous points94 Marseille se résigne à conserver son modèle vieillissant, familier du cérémonial des séances de pose et adoubé par les pensionnaires du Roi95.

  • 96 BMVR, Statuts et règlements pour l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, approu (...)
  • 97 BMVR, Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 25 août 1761, Ms. 988, t. 9, fº 16 rº.
  • 98 BMVR, Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 9 novembre 1777, Ms. 988, t. 10, fº 69 rº.
  • 99 BMVR, Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 4 juillet 1782, Ms. 988, t. 10, fº 150 rº.
  • 100 Lettre de Michel-François Dandré-Bardon au comte d’Angiviller, 23 août 1781 », cité par Chol, Dandr (...)
  • 101 Ibidem.
  • 102 Cabinet des arts graphiques du musée du Louvre, vingt-cinq académies reliées en un recueil, dessiné (...)
  • 103 Ibidem.

12Afin de répondre aux exigences de l’Académie royale, Marseille se soumet, chaque année, à l’envoi d’un « tribut ». Elle adresse alors à son directeur quelques académies dessinées d’après le modèle : certaines exécutées par un professeur et un adjoint, d’autres réalisées par des élèves qui se sont distingués aux concours96. Or, à plusieurs reprises, Dandré-Bardon juge ces travaux de piètre qualité. « J’ai reçu les académies que vous m’avez adressées. Je vous avouerai qu’en les examinant j’ay regretté les premiers tributs de votre zèle que je présentais avec tant de plaisir à l’Académie royale. Serais-je devenu plus délicat, seriez-vous devenus plus foibles ? […] Tâchez, messieurs, de lire un peu mieux la nature, de l’étudier avec plus de sang-froid, de la rendre avec plus de précision, […]97 ». Le manque de rigueur dont l’Académie fait preuve lui vaut quelques moments embarrassants. En 1777, elle recommande à l’Académie royale quelques-uns de ses élèves qui s’étaient distingués au concours. Dandré-Bardon fit à leur sujet un retour bien négatif : « À l’égard de vos Médaillistes qui viennent à Paris dénués de moyens & de preuves de capacité, c’est pour leur bien que je vous fais sçavoir la peine qu’on a de leur trouver des places dans les ateliers de nos bons Maîtres. Les deux derniers étoient si foibles que je n’ai pu leur donner une attestation, pour être admis à dessiner d’après le modèle98 ». Enfin, il réprouve la malhonnêteté dont l’Académie fait preuve à son égard en tentant de le duper : « Que la bonne foi soit de la partie. [...] Vous me [rendrez] la justice de penser, que je vois assés clair encore pour distinguer le dessin vierge & d’après nature d’un Écolier d’avec une copie retouchée de toutes parts, quelque adroit que puisse être le Maître qui retouche99 ». Cette exigence à propos du dessin d’académie, Dandré-Bardon se l’applique à lui-même. En 1780, pourtant « paralytique et octagénaire100 », il s’attèle à l’exécution de vingt-cinq dessins d’académies, reliés en un album dont il fait don l’année suivante au comte d’Angiviller (1730-1809), directeur général des Bâtiments du Roi101. Ces Réminiscences dessinées à la Pierre noire pendant les quartiers d’octobre 1780 et conservées au cabinet d’arts graphiques du Louvre102 sont accompagnées d’une note qui souligne l’attachement profond de Dandré-Bardon pour ses activités pédagogiques : « Dans l’obligation où me mets l’exercice de recteur de corriger les dessins des élèves dans les écoles j’examinais le modèle avec tant d’attention que j’en imprimais les principales formes dans ma mémoire. Le lendemain je les rappelais dans mon cabinet, les retraçais de ressouvenir103 ». Certainement Dandré-Bardon attendait des professeurs et élèves marseillais la même implication dans l’étude d’après nature.

  • 104 Gérard Fabre, « De l’école académique de dessin à l’Académie de peinture, sculpture et architecture (...)
  • 105 Ibidem.
  • 106 Ibidem, cat. 34, p. 95.
  • 107 Ibidem, cat. 63, p. 135.
  • 108 Dandré-Bardon, « Sur la manière de poser… », 1754, Conférences…, 2015, op. cit., t. VI, vol. 1, p.  (...)
  • 109 Fabre, « De l’école académique… », 2016, op. cit., cat. 63, p. 135.
  • 110 Dandré-Bardon, « Sur la manière de poser… », 1754, Conférences…, 2015, op. cit., t. VI, vol. 1, p.  (...)
  • 111 L’Académie mise à nu, cat. exp., Paris, 2009, op. cit., p. 40.
  • 112 Ibidem.

13Une académie d’homme allongé, exécutée à la Pierre noire rehaussée de craie blanche sur papier bleu [inv. D 321, ill. 5], signée et datée Jean Baptiste Giry fcit/1787104 constitue un très rare exemple d’exercice réalisé par un professeur marseillais. Lauréat d’une première médaille au concours de 1754, Giry (1733-1809) est recommandé auprès de l’Académie de peinture et de sculpture de Toulouse105 par Étienne Moulinneuf (1706-1789), secrétaire perpétuel de l’Académie des arts de Marseille106. Vers 1779, de retour dans la cité phocéenne, il s’associe à l’Académie de peinture et de sculpture avant d’être nommé adjoint à professeur en 1781107. La posture du modèle, couché sur le dos, la tête renversée en arrière, les bras et les jambes relâchés et légèrement écartés permet de faire saillir la musculature du torse et creuse le relief de la cage thoracique tandis que le bleu du papier renforce les contrastes. Ce type d’attitude, défini comme « figures de repos » par Dandré-Bardon108, se retrouve après les années 1750 dans plusieurs dessins de l’Académie royale, où le corps, parfois saisi dans un raccourci, est façonné au moyen d’un savant jeu de clair-obscur109. Le discours de 1754 prononcé à l’Académie royale par Dandré-Bardon110, avant d’être adressé à Marseille, contribue à mettre en place, parallèlement dans les deux institutions, une typologie de figures111 qui définit durablement le répertoire des poses académiques112. Le dessin de Giry montre qu’à la fin des années 1780 le corps professoral de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille perpétue l’héritage pédagogique de Dandré-Bardon.

  • 113 Locquin, La peinture…, 1978, op. cit., p. 126.
  • 114 Archives municipales d’Orléans, 7 R 1, Règlements de l’École académique de peinture, sculpture, arc (...)
  • 115 Bibliothèque municipale de Bordeaux, A 4283, Statuts et Règlemens pour l’Académie de peinture, scul (...)
  • 116 BMVR, Statuts et Règlements de l’École académique des Beaux-Arts établie à Marseille en vertu de l’ (...)
  • 117 BMVR, Statuts et règlements pour l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, approu (...)
  • 118 AM, P 29, Inventaire des effets de l’académie de peinture de la Commune Sans Nom, fº 136-146.

14Plusieurs autres académies et écoles de dessin entretiennent une correspondance avec Paris113. Mais ces institutions ne paraissent pas soumises à l’envoi d’un tribut. Tout au plus doivent-elles consulter la capitale sur des sujets relatifs à l’art114, et lui adresser chaque année un récapitulatif sommaire « de ce qui se sera passé de plus considérable dans le cours de l’année »115. L’envoi annuel de quelques académies dessinées semble être une particularité marseillaise, sans doute mise en place à l’instigation de Dandré-Bardon, soucieux de notifier les progrès de son établissement. Ces envois ont par ailleurs évolué : si dans les premiers règlements (1756) ils ne concernent que les dessins de professeurs116, ils s’étendent par la suite aux exercices exécutés par les adjoints et élèves (1773)117. Que sont devenus ces dessins ? Est-il possible qu’ils aient été renvoyés à Marseille ? Font ils alors partie du matériel pédagogique inventorié, le 23 janvier 1794, par Louis Ricord, membre de la Commission municipale118 ? La question reste en suspens.

Haut de page

Annexe

Ill. 1 - Anonyme, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la gauche, soufflant en direction de sa main

Ill. 1 - Anonyme, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la gauche, soufflant en direction de sa main

sanguine sur papier blanc, 0,72 x 0,54 m

inv. C 10, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Ill. 2 - Anonyme, Académie d’homme debout, en appui sur un gourdin, une peau de lion sur l’épaule gauche

Ill. 2 - Anonyme, Académie d’homme debout, en appui sur un gourdin, une peau de lion sur l’épaule gauche

sanguine sur papier blanc, 0,577 x 0,348 m

inv. D 394, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Ill. 3 - Anonyme, Académie d’homme assis se tournant vers la droite, le bras gauche levé

Ill. 3 - Anonyme, Académie d’homme assis se tournant vers la droite, le bras gauche levé

sanguine sur papier blanc, 0,535 x 0,413 m

inv. D 410, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Ill. 4 - Anonyme, Académie d’homme debout en appui sur un bâton

Ill. 4 - Anonyme, Académie d’homme debout en appui sur un bâton

sanguine sur papier blanc, 0,535 x 0,34 m

inv. D 414, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Haut de page

Notes

2 Karen-Edis Barzman, The Florentine Academy and the early modern state: the discipline of disegno, Cambridge, University Press, 2000, 377 p., p. 23-59.

3 Des expositions, organisées par l’École nationale des Beaux-Arts de Paris et de récentes recherches ont été consacrées à l’étude du modèle vivant dans l’enseignement académique : Eighteenth century French Life drawing : Selections from the Collection of Matthias Polakovits, cat. exp., Princeton, The Art Museum, 1977, 103 p. ; Figures du corps Une leçon d’anatomie à l’École des Beaux-Arts, cat. exp., Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2008 2009, 509 p. ; L’Académie mise à nu, L’école du modèle à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, cat. exp., Paris, Ensba, 2009, 120 p. (Carnet d’études 15) ; Susanna Caviglia-Brunel, “Life Drawing and the Crisis of Historia in French Eighteenth-Century Painting”, Art History, 39, issue 1, February 2016, p. 40-69.

4 Charles-Antoine Jombert, Méthode pour apprendre le dessein où l’on donne les Règles générales de ce grand Art, & des préceptes pour en acquérir la connoissance, & s’y perfectionner en peu de tems ; Enrichie de cent planches représentant différentes parties du Corps Humain d’après Raphaël & les autres grands Maîtres, plusieurs Figures Académiques dessinées d’après nature par M. Cochin, les proportions & les mesures des plus beaux Antiques qui se voient en Italie, & quelques études d’Animaux et de Paysages, Paris, Jombert, 1755, 159 p., p. 49.

5 Sylvain Bedard, Les académies dans l’art français au xviie siècle (1630 1720), Paris, Thèse de doctorat, Antoine Schnapper (dir.), Université Paris IV Sorbonne, 1999, vol. 1, 509 p., p. 10 11 et 50.

6 Cécile Michaud, Johann Heinrich Schönfeled Un peintre allemand du xviie siècle en Italie, Munich, M. Meidenbauer, 2006, 308 p. (Forum Kunstgeschichte 2), p. 64.

7 INHA, 8 pièce 2595, Déclaration du Roi, en faveur de l’Académie Royale de Peinture & de Sculpture, Donnée à Versailles le 15 mars 1777, Registrées en Parlement le deux Septembre mil sept cent soixante dix-sept, Paris, P.G. Simon, 1777, 23 p., art. VII, p. 5.

8 Ibidem, art. 1, p. 3.

9 A.N. O1933 A 2, Règlement pour l’établissement des Écoles académiques de peinture et sculpture dans toutes les villes du royaume où elles seront jugées nécessaires, registré en Parlement avec les lettres patentes le 22 décembre 1676.

10 Agnès Lahalle, Les écoles de dessin au xviiie siècle Entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 358 p., p. 69.

11 INHA, 8 pièce 2595, Déclaration du Roi, en faveur de l’Académie Royale [….], art. IV, p. 4.

12 Ibidem, art. VII, p. 5.

13 Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture, 1648 1793, Paris, Jean Schemit, tome V, 383 p., p. 158.

14 Ibidem, p. 208

15 Daniel Chol, Dandré-Bardon ou l’apogée de la peinture en Provence au xviiie siècle, Aix-en-Provence, Édisud, 1987, 149 p., p. 62.

16 Ibidem, n. 204, p. 133.

17 Christian Michel, « L’enseignement à l’École royale des élèves protégés », Le Progrès des arts réunis : 1763-1815. Mythe culturel des origines de la Révolution à la fin de l’Empire ?, Actes du colloque d’histoire de l’art international, (Bordeaux-Toulouse, 1989), Bordeaux, CERCAM, Université Michel de Montaigne Bordeaux III, Toulouse, Centre d’études méridionales CNRS UA, Université de Toulouse- Le Mirail Toulouse II, 1989 ; p. 83 90, p. 83.

18 Jean Locquin, La peinture d’histoire en France de 1747 à 1785 (1912), Étude sur l’évolution des idées artistiques dans la seconde moitié du xviiie siècle, Paris, Arthéna, 1978, 346 p., p. 12.

19 Louis Courajod, L’École royale des élèves protégés, précédée d’une étude sur le caractère de l’enseignement de l’art français aux différentes époques de son histoire et suivie de documents sur l’École royale gratuite de dessin fondée par Bachelier, Paris, J.-B. Dumoulin, 1874, 264 p., p. LVII.

20 Locquin, La peinture…, 1978, op. cit., p. 87.

21 Laëtitia Pierre, Markus A. Castor, « Faire œuvre de pédagogie Le directorat de Michel François Dandré-Bardon à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille 1749-1783 », Marseille au xviiie siècle Les années de l’Académie de peinture et de sculpture 1753 1793, Luc Georget (dir.), cat. exp., Marseille, Musées de Marseille, Paris, Somogy Editions d’art, 2016, p. 141-157.

22 Michel-François Dandré-Bardon, Traité de Peinture, suivi d’un essai sur la sculpture pour servir d’introduction à une histoire universelle, relative à ces Beaux-Arts, Paris, Saillant, 1765, 2 tomes, 325 p. et 253 p.

23 Michel-François Dandré-Bardon, Histoire universelle traitée relativement aux arts de peindre et de sculpter, ou tableaux de l’histoire enrichis de connaissances analogues à ces talens, 3 tomes. Paris, Merlin, 1769, 3 tomes, 442 p., 516 p., 518 p.

24 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit., p. 148.

25 Michel-François Dandré-Bardon, Costume des anciens peuples, à l’usage des artistes, par M. Dandré-Bardon : contenant les usages religieux, civils, domestiques & militaires des Grecs, des Romains, des Israélites & des Hébreux, des Egyptiens, des Perses, des Scythes, des Amazones, des Parthes, des Daces, des Sarmates & autres peuples tant orientaux qu’occidentaux, &c. Nouvelle édition rédigée par M. Cochin, Paris, Jombert, 1782 1786, 4 tomes, 230 p., 230 p., 410 p., 170 p.

26 Michel-François Dandré-Bardon, 5 mai 1753, « Vie de Jean-Baptiste Van Loo » ; 1er mars 1755, « Plan d’étude sur l’histoire pour l’instruction des Élèves protégés », 4 septembre 1756, « Sur l’utilité d’une histoire universelle traitée relativement aux arts de peindre et de sculpter », Jacqueline, Lichtenstein, Christian Michel (dir.), Conférences de l’Académie royale […], t. VI, vol. 1, Paris, Ensba, 2015, p. 102 124, p. 396, p. 481-500 ; Michel-François Dandré-Bardon, 5 mai 1759, « Introduction des Éléments des Beaux-Arts fondés sur le dessin » ; 1er décembre 1759, « Discours sur l’expression, relative au nouveau concours » ; 31 décembre 1763, « Recherches historiques ur les casques et quelques vêtements des anciens » ; 1er juin 1765, « Nécessité de la connaissance des principes » ; 7 septembre 1765, « Éloge historique de Carle Van Loo », 2 mai 1767, « Prospectus de son Histoire universelle », Lichtenstein, Michel (dir.), Conférences de l’Académie royale, Paris, Ensba, 2015, t. VI, vol. 2, p. 562-563, p. 570-583, p. 823-835, p. 862-871, p. 873-892, p. 934 ; Michel-François Dandré-Bardon, 26 avril 1777, « Description du mausolée du comte de Saxe de Jean Pigalle » 5 juillet 1777, « Apologie des allégories introduites dans les galeries du Luxembourg et de Versailles », 2 août 1777, « Description du mausolée du Dauphin et de la Dauphine de Guillaume II Coustou », 31 octobre 1778, « Éloge historique de Jean-Baptiste Lemoyne », Lichtenstein, Michel (dir.), Conférences de l’Académie royale […], 2015, Paris, Ensba, t. VI, vol. 3, p. 1030-1037, p. 1038-1054, p. 1055-1067, p. 1067-1086.

27 Michel, « L’enseignement… », 1989, op. cit., p. 83.

28 Paul Van Tieghem, L’Année littéraire (1754-1790) comme intermédiaire en France des littératures étrangères, Genève, Slatkine Reprints, 1966, 162 p.

29 Chol, Dandré-Bardon..., 1987, op. cit., p. 12.

30 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit., p. 141-142.

31 Bibliothèque municipale d’Avignon, Le Courrier, feuille du mardi 20 février 1753, Avignon, Alexandre Giroud, 1753, nº 15, 424 p., p. 64.

32 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit. p. 141.

33 Jean-Baptiste Lautard, Histoire de l’Académie de Marseille depuis sa fondation en 1726, jusqu’en 1826. Première partie, Marseille, Achard, 1826, 470 p.

34 Pierre, Castor, « Faire œuvre… », 2016, op. cit., p. 141.

35 Ibidem, p. 141-142.

36 Ms. fr. 13081, fol. 306 310 et fr. 13075, p. 43-76. B.N.F., département des manuscrits. Cette conférence a été publiée par Lichtenstein, Michel (dir.), Conférences de l’Académie royale, Paris, 2015, t. VI, vol. 1, 502 p., p. 322-337.

37 Sylvain Bedard, « Modèles parisiens un lot de figures académiques pour Marseille », Marseille au xviiie siècle. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture 1753 1793 Luc Georget (dir.), cat. exp., Marseille, Musées de Marseille, Paris, Somogy Editions d’art, 2016, p. 159 185.

38 Michel-François Dandré-Bardon, 9 février 1754, « Sur la manière de poser et de dessiner le modèle ». Lichtenstein, Michel (dir.), Conférences de l’Académie royale, 2015, t. VI, vol. 1, p. 336.

39 Ibidem, p. 325-333.

40 Ibidem, p. 334.

41 Ibidem, p. 324.

42 Ibidem, p. 336.

43 Bedard, « Modèles parisiens... », 2016, op. cit., p. 161-163.

44 Sylvain Bedard, « Un envoi de dessins de l’Académie royale de peinture et de sculpture à Marseille en 1754 », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 2003, p. 209-219.

45 Bibliothèque municipale à vocation régionale de Marseille (BMVR), Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 6 juin 1762, Ms. 988, t. 9, fº 55 rº.

46 BMVR, Lettre de l’académie à Dandré-Bardon, 22 janvier 1766, Ms. 988, t. 16, fº 2 rº et lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 8 juin 1782, Ms. 988, t. 10, fº 142 vº.

47 BMVR, Lettre de l’Académie à Dandré-Bardon, 22 janvier 1776, Ms. 988, t. 16, fº 2 rº.

48 BMVR. Ms 988, t. 2, fº 47 rº-vº.

49 AM, P 29, Inventaire des effets de l’académie de peinture de la Commune Sans Nom, fº 136-146. Je remercie Gérard Fabre de m’avoir aimablement indiqué ce document.

50 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. D 393, Académie d’homme debout de dos, en appui sur le bras droit, sanguine sur papier blanc, 0,575x0,35 m.

51 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. D 395, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la droite, les deux mains sur la jambe gauche, sanguine sur papier blanc, 0,455x0,493 m.

52 Carle Van Loo : premier peintre du roi (Nice, 1705 - Paris 1765), Nice, Musée Chéret, Clermont-Ferrand, Musée Bargoin, Nancy, musée des Beaux-Arts, 1977, 206 p., nº 595, p. 115.

53 Collection de la bibliothèque de l’INHA, EA BONNET, L.M. 318 – Inv. 100.148, Carle Van Loo, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la gauche, soufflant en direction de sa main, 17e Figure, tirage en manière de sanguine gravé par Louis-Marin Bonnet. 0,54x0,57 m.

54 Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, inv. D. 56.157, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la gauche, soufflant en direction de sa main, copie d’après Carle Van Loo, sanguine sur papier blanc, 0,571x0,388 cm.

55 T 3 Sup 1, Registre pour servir à l’enregistrement des gravures, dessins et autres de ce genre qui appartiennent à l’Académie de Peinture et de Sculpture de la Ville de Valenciennes, archives municipales de Valenciennes, fº 48 rº-51 vº.

56 Collection de la bibliothèque de l’INHA, EA BONNET, L.M. 300 – Inv. 100.075, François Boucher, Académie d’homme debout, en appui sur un gourdin, une peau de lion sur l’épaule gauche, tirage en manière de sanguine gravé par Louis-Marin Bonnet, 0,543x0,363.

57 Dandré-Bardon, 9 février 1754, « Sur la manière de poser… », Conférences…, op. cit., 2015, t. VI, vol. 1, p. 329.

58 Les problèmes de discipline sont récurrents dans les académies d’art et les écoles de dessin au xviiie siècle. En janvier 1785 l’élève Lefevre de la classe du modèle à Montpellier trouble fréquemment les séances de pose par ses « propos très indécents, très peu respectueux et très injurieux ». Bibliothèque municipale de Montpellier, Séance du 12 janvier 1785, Ms. 247, fº 137-138.

59 BMVR, Statuts et Réglemens de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, 25 septembre 1752, Ms. 988, t. 1, fº 5 rº 7 rº.

60 Archives municipales de Marseille (AM), GG 188, Statuts et Réglemens de l’École académique des Beaux-Arts établie à Marseille en vertu de l’arrêt du Conseil d’État du 15 juin 1766, art. 9.

61 Ibidem, art. 17.

62 BMVR, Statuts et Réglemens […], 1752, Ms. 988, t. 1, art. 20, fº 7 rº.

63 AM, GG 188, Statuts et Réglemens […], 1766, art. 17.

64 BMVR, État des dépenses annuelles, non daté, Ms. 988, t. 2, fº 62 rº-vº.

65 BMVR, Statuts et règlements pour l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, approuvés le 19 juillet 1773 à Compiègne par Marigny, art. 49, Ms. 988, t. 1, fº 60 vº.

66 BMVR, Lettre de l’académie à Dandré-Bardon, 28 mai 1778, Ms. 988, t. 16, fº 55 rº.

67 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

68 BMVR, Avis au Public/Modèle pour l’académie, [1780], Ms. 988, t. 2, fº 94 rº.

69 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

70 Le nommé Servier, attaché au service de l’École de dessin de Montpellier depuis sa création en 1779, (D 235, Archives départementales de l’Hérault), fait l’objet de nombreuses plaintes : il remplit très mal son devoir et manque souvent les leçons sans motif légitime. (Séance du 17 juin 1781, Ms. 247, fº 66, Bibliothèque municipale de Montpellier). Mais c’est sans doute en raison de la difficulté qu’elle éprouve à recruter un modèle satisfaisant, que la Société des Beaux-Arts de Montpellier attendra février 1784 avant d’entreprendre des recherches pour remplacer ledit Servier (Séance du 17 février 1784, fº 124).

71 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

72 Ibidem.

73 Bibliothèque municipale de Montpellier, Séance du 26 juin 1782, Ms. 247, fº 92.

74 BMVR, Mémoire adressé au comte d’Angiviller par plusieurs membres associés de l’académie, sans date, Ms 988, t. 1, fº 82 rº- 86 rº. Il existe une autre version de ce mémoire, AM, GG 188.

75 Ibidem, fº 83 vº.

76 Ibidem.

77 Ibidem, fº 84 rº.

78 Ibidem.

79 Ibidem, fº 83 vº.

80 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

81 Ibidem.

82 Camille Desmoulins, « Liste des cinquante citoyens qui se sont emparés du fort Notre Dame de la Garde », Révolutions de France et de Brabant, nº 35, 1790, p. 545-548, p. 546. J’adresse des remerciements tout particuliers à Olivier Bonfait qui m’a indiqué cette information.

83 Antoine Cahen, L’École du modèle au xviiie siècle, la pratique de l’enseignement à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Antoine Schnapper (dir.), Mémoire de maîtrise, Paris, Université Paris IV la Sorbonne, 1998, 198 p., p. 116.

84 Ibidem.

85 Claude-Henri Watelet, « Modèle », Dictionnaire des arts de peinture, sculpture et gravure, Paris, L.F. Prault, 1792, p. 472.

86 Jean II Restout, Adresse, mémoires et observations présentées à l’Assemblée nationale le 19 avril 1791 par la commune des arts qui ont le dessin pour base, Paris, 1791, Collection Deloynes, vol. 53, nº 1497, BNF, Cabinet des estampes, 80 p., n. 9. fº 660-661.

87 Watelet, 1792, op. cit., p. 472.

88 Carter E. Foster, « Deschamps (Descamps), Jean-François French, ?-1773 », Jill Berk Jimenez (éd.), Dictionary of Artists’ Models, Chicago, Fitzroy Dearborn, 2001, 614 p., p. 157.

89 Eighteenth century French Life drawing: Selections from the Collection of Matthias Polakovits, Princeton, The Art Museum, 1977, 103 p.

90 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. C 41, Académie d’homme assis tourné vers la droite, sanguine sur papier blanc, 0,52x0,653 m.

91 Musée des Beaux-Arts de Marseille, inv. C 70, Académie d’homme assis, les deux bras levés, sanguine sur papier blanc, 0,57x0,43 m.

92 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

93 Georges Brunel, « L’art et la manière », L’Académie mise à nu, cat. exp., Paris, 2009, op. cit., p. 7-17.

94 BMVR, Statuts et Réglemens de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, 25 septembre 1752, Ms. 988, t. 1, fº 5 rº 7 rº.

95 BMVR, Lettre de l’académie à Beaufort, 2 février 1780, Ms. 988, t. 17, fº 31 vº.

96 BMVR, Statuts et règlements pour l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, approuvés le 19 juillet 1773 à Compiègne par Marigny, Ms 988, t. 1, art 59, fº 63 rº.

97 BMVR, Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 25 août 1761, Ms. 988, t. 9, fº 16 rº.

98 BMVR, Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 9 novembre 1777, Ms. 988, t. 10, fº 69 rº.

99 BMVR, Lettre de Dandré-Bardon à l’académie, 4 juillet 1782, Ms. 988, t. 10, fº 150 rº.

100 Lettre de Michel-François Dandré-Bardon au comte d’Angiviller, 23 août 1781 », cité par Chol, Dandré-Bardon..., 1987, op. cit., nº 153, p. 113.

101 Ibidem.

102 Cabinet des arts graphiques du musée du Louvre, vingt-cinq académies reliées en un recueil, dessinées à la Pierre noire sur papier bleu collé en plein. 0,315x0,200m. L’album est annoté sur la page de garde, à la plume et encre brune : Réminiscences dessinées par Dandré-Bardon, recteur, âgé de 80 ans pendant les quartiers d’8bre 1780. Inv. 26042 à 26066. Chol, Dandré-Bardon.., 1987, op. cit., nº 153, p. 113.

103 Ibidem.

104 Gérard Fabre, « De l’école académique de dessin à l’Académie de peinture, sculpture et architecture civile et navale de Marseille 1753-1793 », Marseille au xviiie siècle. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture 1753-1793, Luc Georget (dir.), cat. exp., Marseille, Musées de Marseille, Paris, Somogy Editions d’art, 2016, p. 87-139, cat. 68, p. 135.

105 Ibidem.

106 Ibidem, cat. 34, p. 95.

107 Ibidem, cat. 63, p. 135.

108 Dandré-Bardon, « Sur la manière de poser… », 1754, Conférences…, 2015, op. cit., t. VI, vol. 1, p. 329.

109 Fabre, « De l’école académique… », 2016, op. cit., cat. 63, p. 135.

110 Dandré-Bardon, « Sur la manière de poser… », 1754, Conférences…, 2015, op. cit., t. VI, vol. 1, p. 325-329.

111 L’Académie mise à nu, cat. exp., Paris, 2009, op. cit., p. 40.

112 Ibidem.

113 Locquin, La peinture…, 1978, op. cit., p. 126.

114 Archives municipales d’Orléans, 7 R 1, Règlements de l’École académique de peinture, sculpture, architecture et autres arts dépendans du dessin, établie à Orléans, sous la protection de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Duc d’Orléans, Orléans, Imprimerie Couret de Villeneuve, 1787, art. XXVII, fº 18.

115 Bibliothèque municipale de Bordeaux, A 4283, Statuts et Règlemens pour l’Académie de peinture, sculpture et architecture civile et navale de Bordeaux, du 25 mai 1780, à Bordeaux, Michel Racle, 1780, art. XLVI, p. 44 45.

116 BMVR, Statuts et Règlements de l’École académique des Beaux-Arts établie à Marseille en vertu de l’arrest du Conseil d’État des 15 juin 1756, art. 10, fº 18 vº, Ms. 988, t. 1.

117 BMVR, Statuts et règlements pour l’Académie de peinture et de sculpture établie à Marseille, approuvés le 19 juillet 1773 à Compiègne par Marigny, Ms. 988, t. 1, art. 59, fº 63 rº.

118 AM, P 29, Inventaire des effets de l’académie de peinture de la Commune Sans Nom, fº 136-146.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 - Anonyme, Académie d’homme assis de trois-quarts vers la gauche, soufflant en direction de sa main
Légende sanguine sur papier blanc, 0,72 x 0,54 m
Crédits inv. C 10, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Ill. 2 - Anonyme, Académie d’homme debout, en appui sur un gourdin, une peau de lion sur l’épaule gauche
Légende sanguine sur papier blanc, 0,577 x 0,348 m
Crédits inv. D 394, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Ill. 3 - Anonyme, Académie d’homme assis se tournant vers la droite, le bras gauche levé
Légende sanguine sur papier blanc, 0,535 x 0,413 m
Crédits inv. D 410, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Ill. 4 - Anonyme, Académie d’homme debout en appui sur un bâton
Légende sanguine sur papier blanc, 0,535 x 0,34 m
Crédits inv. D 414, Marseille, Musée des Beaux-Arts de Marseille. © Musée des Beaux-Arts de Marseille.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Vi-Tong, « Dessiner d’après le modèle à l’Académie de Marseille », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 23-38.

Référence électronique

Nelly Vi-Tong, « Dessiner d’après le modèle à l’Académie de Marseille », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/5350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.5350

Haut de page

Auteur

Nelly Vi-Tong

Nelly Vi-Tong, doctorante à l’université de Bourgogne achève une thèse sur les académies de l’école de dessin de Dijon et la représentation du corps humain au temps des Lumières. Elle s’intéresse en particulier à l’enseignement du dessin et au statut du modèle vivant en province. Dans le cadre de ses recherches, elle a participé à la rédaction des contenus scientifiques du site Académies/Académies Apprendre à dessiner dans l’Europe des Lumières : l’École de dessin de Dijon (http://tristan.u-bourgogne.fr/Academie/index.html). Depuis 2012, elle a, à plusieurs reprises, communiqué dans des journées d’études et colloques internationaux et a publié différents articles dans lesquels elle souligne l’importance du dessin dans la formation artistique des écoles et académies d’art du xviiie siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search