Navigation – Plan du site
L’Académie de Marseille : enseignement et réalités

Dessiner d’après le modèle à l’Académie de Marseille

Life drawing at the Marseille Academy
Nelly Vi-Tong
p. 23-38

Résumés

L’exposition qui s’est tenue en 2016 à Marseille a mis en relief les particularismes de l’une des plus importantes académies méridionales du xviiisiècle. Affiliée à l’Académie royale de peinture et de sculpture, l’institution phocéenne se doit, scrupuleusement, de rendre des comptes à son directeur Michel François Dandré-Bardon (1700-1785). Ce dernier noue une longue et riche relation épistolaire avec les professeurs marseillais. En 1754, Dandré-Bardon adresse à ces derniers un précieux lot d’académies dessinées. Il y joint une conférence intitulée Sur la manière de poser le modèle et de le dessiner. Cet article interroge la pratique du dessin d’après nature et le statut du modèle à Marseille, et se propose d’en souligner les spécificités par comparaison avec d’autres établissements contemporains.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Depuis la fondation de la première Académie d’art à Florence en 1563, le dessin d’après le modèle vivant occupe une place essentielle dans la formation artistique. Ces études, exécutées à partir « d’un homme nud », « placé dans une attitude d’action & de vigueur » se nomment « académies ». À partir de 1582, ce sont les Carrache qui développent et popularisent cet exercice à Bologne, au sein de l’Accademia dei Desiderosi, devenue en 1590 l’Accademia degli Incamminati. Là, ils revendiquent un enseignement fondé sur l’observation directe de la nature. Cette pratique se répand dans de nombreux ateliers (Vouet à Paris) ou académies privées (Dominiquin à Rome). Elle est reprise par l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, créée en 1648, qui s’arroge le privilège exclusif de poser ou d’autoriser la pose du modèle vivant. Les lettres patentes du 22 décembre 1676, permettent aux provinces d’entretenir des écoles « sous la protection de l’Académie royale » et imposent un premie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Vi-Tong, « Dessiner d’après le modèle à l’Académie de Marseille », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 23-38.

Référence électronique

Nelly Vi-Tong, « Dessiner d’après le modèle à l’Académie de Marseille », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5350 ; DOI : 10.4000/rives.5350

Haut de page

Auteur

Nelly Vi-Tong

Nelly Vi-Tong, doctorante à l’université de Bourgogne achève une thèse sur les académies de l’école de dessin de Dijon et la représentation du corps humain au temps des Lumières. Elle s’intéresse en particulier à l’enseignement du dessin et au statut du modèle vivant en province. Dans le cadre de ses recherches, elle a participé à la rédaction des contenus scientifiques du site Académies/Académies Apprendre à dessiner dans l’Europe des Lumières : l’École de dessin de Dijon (http://tristan.u-bourgogne.fr/Academie/index.html). Depuis 2012, elle a, à plusieurs reprises, communiqué dans des journées d’études et colloques internationaux et a publié différents articles dans lesquels elle souligne l’importance du dessin dans la formation artistique des écoles et académies d’art du xviiie siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals