Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56L’Académie de Marseille : enseign...D’autres points de vue sur l’Acad...

L’Académie de Marseille : enseignement et réalités

D’autres points de vue sur l’Académie de peinture de Marseille : une lettre anonyme, un libelle, un brouillon de discours

Alternative points of view on the Marseille Academy of Painting and Sculpture: An anonymous letter, a pamphlet, and a draft speech
Olivier Bonfait
p. 39-68

Résumés

Cette contribution édite et étudie trois textes inédits : une lettre anonyme de 1763 au recteur de l’Académie Verdiguier, l’informant de rumeurs contre l’Académie et de la possibilité de leur publication ; un libelle de 1780 adressée par certains membres de l’Académie à son protecteur, le Surintendant des bâtiments du Roi, demandant une réforme de l’institution ; un brouillon de discours du secrétaire de l’Académie, Moullinneuf, qui demande à ses collègues académiciens de revenir à une observation fidèle aux premiers principes de l’institution, afin de restaurer le lustre ancien de celle-ci. Elle montre ainsi qu’il existe une autre histoire possible de l’Académie que la chronique idéalisante dressée par l’érudition positiviste au xixe siècle, faite de tensions, et parfois d’échecs, mais qui permet de mieux comprendre les enjeux de cette école académique dans la France des Lumières.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Maël Tauziède-Espariat pour sa relecture et ses conseils.

1La chance de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille ne serait-elle pas d’avoir perdu ses procès-verbaux ? L’absence de ceux-ci explique sans doute qu’à la différence d’autres institutions qui les avaient gardés, il fut décidé de conserver un grand nombre de papiers la concernant, rassemblés dans les huit volumes de miscellanea, qui constituent les dix-neuf volumes du manuscrit 988 de la bibliothèque de l’Alcazar de Marseille. Or ces mémoires, brouillons, ébauches de comptes, lettres, documents imprimés, sont habituellement jetés lorsque l’on sait posséder la série complète des procès-verbaux. Ce sont ces derniers documents qui ont généralement été publiés par l’érudition positiviste au xixe siècle pour établir une histoire officielle des institutions d’Ancien Régime.

  • 1 Étienne Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Par (...)
  • 2 Luc Georget (dir.), Marseille au xviiie siècle. Les années de l’Académie de peinture et de sculptur (...)
  • 3 Le seul témoignage sûr semble une académie de Jean-Baptiste Giry, (Georget, Marseille au xviiie siè (...)
  • 4 Olivier Bonfait, « Ecole de dessin, académie, académies. L’« Académie de Peinture, &c de Marseille  (...)

2Après avoir publié plusieurs recueils sur les peintres en Provence, l’érudit Étienne Parrocel, à partir de ce magma de documents conservés à la bibliothèque municipale de Marseille, voulut, à l’instar de la publication des procès-verbaux de l’Académie royale de Paris, rédiger « une histoire documentaire » de l’Académie de Marseille, en composer en quelque sorte une histoire officielle1. L’exposition récente consacrée à cette Académie, si elle a mis au jour de nouveaux documents, ne s’est pas dissociée du récit de Parrocel. Elle a permis aussi de révéler l’écart entre cette histoire officielle et les témoignages artistiques restant de cette Académie2. Il n’existe par exemple, presqu’aucun dessin d’académie fait à Marseille au sein de l’institution, que ce soit par les professeurs ou les élèves, ce qui constitue une situation exceptionnelle par rapport aux autres académies ou écoles de dessin provinciales3. L’Académie de Marseille au xviiie siècle présente en fait plusieurs facettes et j’avais cherché à montrer combien, très tôt, elle a fait un travail de construction de sa propre histoire qui fut consolidée par l’Histoire documentaire de l’érudit Parrocel4.

3Il me semble donc qu’une autre histoire de l’Académie soit légitime, moins glorieuse, pas forcément plus vraie, pas nécessairement plus fausse. L’abondance du matériel documentaire conservé à la bibliothèque de l’Alcazar permet déjà d’en esquisser quelques fragments. D’autres aspects nécessiteraient des recherches plus longues : une prosopographie de l’institution, à partir des almanachs qui détaillent ses membres, pour mesurer son rayonnement et sa capacité de renouvellement, une étude des inventaires des collections et des saisies révolutionnaires, pour voir l’impact de sa production ; une analyse de la mise en place d’un enseignement artistique et du musée au début du xixe siècle, pour saisir son importance dans la cité. En attendant, je souhaiterais ici publier trois documents, naturellement non reproduits dans l’ouvrage d’Etienne Parrocel, qui montrent qu’au xviiie siècle, à Marseille et au sein même de l’institution, il pouvait exister un discours critique sur l’Académie.

Le café contre l’Académie, 1763

  • 5 Ces initiales n’ont pu être développées. Une possibilité serait Préaudeau de Monchamp, nommé en 175 (...)
  • 6 Il n’existe pas de périodique régulier alors à Genève, et la consultation de catalogues en ligne de (...)

4Le premier texte (document 1 ; fig. 1) est à une lettre signée uniquement par des initiales (P. de M.5) adressée à Verdiguier, alors directeur et recteur perpétuel de l’Académie le 20 mai 1763. Elle l’informe du contenu d’une conversation dans un café, et de critiques envers l’Académie qui risquent d’être imprimées à Genève6. L’auteur prétexte de son intérêt envers l’institution pour expliquer sa missive et recommande à Verdiguier d’empêcher la publication d’un tel libelle.

  • 7 Pour les documents cités, voir Parrocel, Histoire documentaire, op. cit., I, p. 20-27.

5La lettre enregistre l’écart entre deux mondes : celui de l’espace public et celui du privilège. C’est en lisant la gazette, dans un café, que l’informateur apprend ces critiques contre l’Académie, et leur risque de diffusion par l’imprimé à Genève. Une grande partie des reproches faits porte sur le primat accordé aux titres plutôt qu’au talent dans l’institution : perpétuité du directeur, grand intérêt porté par le directeur présent (Verdiguier) au rang plus qu’au mérite ; achat en quelque sorte des postes d’académiciens honoraires comme pour la noblesse de robe avec la paulette ; système satellitaire autour du directeur. Même le nom donné à l’institution, Académie de peinture, plutôt que les désignations courantes de l’institution marseillaise, Académie des arts (titre de l’affiche de 1756 ou du résumé des lettres patentes de 1780) ou École académique (titre du règlement de 1756), renvoie à la titulature officielle de l’Ancien Régime7.

  • 8 Le rédacteur de la lettre est en effet bien informé, et montre qu’à Marseille, dès janvier 1763, à (...)

6Selon ces propos, l’institution marseillaise fonctionne plus sur le mode d’une société de cour, avec ces hiérarchies et ses intrigues que sur celui d’une république des Lettres ou des Arts. L’informateur omet d’ailleurs de rapporter les piques personnelles sur les membres de l’institution ou sur leurs œuvres, pour se concentrer sur les critiques institutionnelles. Aucun reproche n’est formulé quant aux activités pédagogiques et l’absentéisme du directeur ne semble pas mis en cause8.

  • 9 Pour les changements de localisation, voir Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., p. 105-10 (...)

7La date du document n’est pas anodine. Elle correspond au premier moment de crise de l’Académie. À la fin de 1762, celle-ci avait dû quitter l’Arsenal et louait un « grand magasin ». Elle avait fait la demande d’une subvention complémentaire pour cette location de 500 livres en plus des 3000 livres qu’elle recevait de la ville, mais la Couronne avait refusé une telle dépense, qui n’était guère souhaitée par l’administration communale9. Cette déstabilisation de l’institution autorisait les premiers discours critiques…

De nouveaux entrants pour une réforme de l’institution, 1780

  • 10 Ce n’était pas la première fois qu’un artiste membre de l’Académie critique l’institution : le 29 j (...)

8Le deuxième texte est issu des marges de l’institution (document 2 ; fig. 2). Il s’agit d’une lettre signée par onze personnes plus ou moins liées à celle-ci, qui dénoncent les conditions de fonctionnement de l’Académie en 1780 et proposent d’améliorer celui-ci par une meilleure gestion des finances, dans le souci du « bien public », afin de restaurer l’Académie dans son ancienne grandeur originelle10.

  • 11 Lettre de d’Angiviller à Dandré-Bardon, du 26 mars 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. ci (...)
  • 12 Pour la correspondance en réaction à ce libelle, voir Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., (...)

9La lettre est adressée au protecteur de l’institution, le directeur général des Bâtiments du Roi, et aurait pu ruiner ce qui était la grande affaire de celle-ci et de son directeur perpétuel, l’obtention des lettres patentes pour établir encore plus fermement l’institution marseillaise. Il n’en fut rien, d’Angiviller ne considérant ce mémoire que comme « l’ouvrage d’une odieuse jalousie ou méchanceté11 ». Les accusations portées par ce libelle furent cependant prises au sérieux à Paris par Dandré-Bardon, qui demanda de éclaircissements sur certains points au secrétaire Moulinneuf, lui démontra qu’il se trompait dans certaines de ses justifications, et en profita pour contraindre l’institution marseillaise à certaines réformes. De plus, Dandré-Bardon imposa la clémence envers les auteurs du libelle, alors que l’Académie marseillaise voulait les punir12.

  • 13 Sur lui, voir la lettre de Moulinneuf à Beaufort du 24 janvier 1780 (Parrocel, Histoire documentair (...)
  • 14 Il est cité dans l’Almanach comme membre associé en 1779. Pour l’avis de l’Académie marseillaise, v (...)
  • 15 Il est cité pour la première fois comme agréé dans l’Almanach de Marseille de 1782 (p. 257). Parroc (...)
  • 16 Etienne Parrocel, Annales de la peinture. Ouvrage contenant l’histoire des écoles des d’Avignon d’A (...)
  • 17 Sur Philippe-Henri Coclers Van Wick, voir Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., cat. 59.
  • 18 Ces dates d’intégration sont tirées de l’Almanach de Marseille de 1779 (p.254-255). Parrocel ne les (...)
  • 19 Parrocel le déclare agréé à l’Académie en 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., II, p (...)
  • 20 En effet, à part Marchand, graveur du duc de Chartres et Durand, inspecteur de la Librairie en Prov (...)

10La liste des onze auteurs ne forme pas vraiment un groupe cohérent, mais plutôt une conjuration de mécontents. Elle mêle en effet une personne qui se définit comme « ancien militaire » de Salignac, et que l’Académie considère « n’ayant jamais fait partie de l’Académie »13, un dessinateur inspecteur de la Librairie de Provence, Durand, nommé comme associé en 1779 alors qu’il souhaitait, selon l’Académie, être pourvu du titre d’honoraire14, un graveur, Marchand, qui est agréé à l’Académie en 178115 et un certain Lamy (probablement Louis-Augustin, né à Marseille en 1747, qui expose après la Révolution, et serait donc le plus jeune signataire de la liste16). Les sept autres signataires peuvent être rassemblés en deux groupes. Crozier et Robert sont deux anciens élèves de l’Académie à sa fondation en 1752 qui n’ont pas réussi à intégrer l’institution alors qu’ils pouvaient prétendre avoir les qualités pour le faire : Crozier faisait partie d’une famille de peintres connus à Marseille, Robert est à la tête d’une importante manufacture de porcelaine de Marseille, et Moulinneuf, pour mieux le déconsidérer auprès des autorités de tutelle parisiennes, affirme qu’il voulait créer sa propre école de dessin et d’étude devant le modèle. Le second groupe est constitué de nouveaux entrants : Van Wick17 et Chays sont associés en 1777 selon l’Almanach de 1779, Casati, membre d’une importante famille de peintres, l’est en 1778, comme Fauchier18. Plus ambiguë est la situation de Marquetti, cité comme associé en 1780, mais qui n’apparaît jamais dans les listes des membres de l’Académie de l’Almanach (ni d’ailleurs des élèves primés)19. Peut-on penser qu’agréé en 1779, il a par la suite subi une damnatio memoriae20 ?

  • 21 Cette jalousie est d’ailleurs suggérée par Moulinneuf, dans une addition à la lettre du 2 février 1 (...)

11Ces deux derniers groupes étaient sans doute jaloux de la carrière rapide de certains de leurs confrères, simples élèves en 1752 et cités comme agréés dès 1767, tel Laurent, ou en 1772 comme Giry, selon l’Almanach de 1777, ou d’enfants de professeurs, comme Adélaïde Kappeler, agrée en 1772 toujours selon la même source21. La seconde cohorte (Chaix, Fauchier, Van Wick) espérait probablement constituer un groupe assez nombreux (ils représentent un tiers du nombre des associés cités dans l’Almanach de 1780 résidant à Marseille et la moitié des artistes professionnels de cette même liste) pour faire bouger l’institution. D’autant plus que le reproche d’immobilisme qu’ils adressent à celle-ci n’était pas dénué de fondement : sur les neuf professeurs de dessin en charge en 1780, six l’étaient déjà en 1756, soit vingt-quatre ans auparavant. Et ce statisme du corps enseignant n’était pas inscrit dans les gènes de l’institution : ces trois-là l’avaient en effet connue, dans ses débuts, avec une certaine mobilité du corps professoral puisque sur les dix professeurs de 1756, cinq étaient nouveaux par rapport à 1752.

12Ce désir d’exercer des responsabilités dans l’institution est attesté d’ailleurs par le projet qu’ils envoient au directeur des Bâtiments du Roi, en proposant un nouvel édifice pour abriter l’Académie, une réforme de l’école de dessin, et une meilleure gestion des fonds. Il se réalisera d’ailleurs quelques années plus tard, une fois que la génération des fondateurs (Verdiguier, Moulinneuf) aura disparu : Casati est nommé professeur en 1789, Chays et Van Wick adjoint à professeur la même année.

13Les reproches envers l’institution, émanant de personnes qui la fréquentaient et connaissaient bien son fonctionnement comme le prouve le paragraphe relatant son histoire, portent sur son administration actuelle, et non sa légitimité, et tout laisse entendre qu’ils sont justifiés. Quatre points sont plus particulièrement critiqués.

  • 22 Voir la lettre de Moulinneuf à Dandré-Bardon du 4 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., (...)

14Le local de l’Académie est jugé inapproprié, dans un « appartement mal éclairé » et dans un édifice créant une promiscuité avec d’autres métiers. Si la qualification de « grenier à foin » (une expression qui a marqué les contemporains) est sans doute exagérée, les Académiciens sont eux-mêmes conscients de l’inadéquation de ce local avec les ambitions de l’établissement. Moulinneuf envoie à Dandré-Bardon (qui n’est donc plus venu à Marseille depuis l’installation de l’Académie dans ce logement, soit depuis 1772) un plan du local pour montrer qu’il a une certaine décence22. Mais depuis 1763, l’Académie chassée de l’Arsenal, est en mouvance perpétuelle, sans réussir à trouver un lieu approprié, à la différence de sa consœur, l’Académie des Lettres et des Arts, logée dans l’ancien couvent des Jésuites. Elle est en 1780 hébergée à l’intérieur d’une fabrique, rue d’Aubagne. Ce n’est qu’en 1788 qu’elle semble trouver un logement plus décent, aux allées de Meilhan, un lieu de promenade en dehors de la ville, moderne, aménagé avec l’aide de l’intendant de Provence. L’édifice est alors sous la garde d’un concierge, à la livrée de la ville, comme elle le fait annoncer fièrement dans l’Almanach de 1789 (p. 280), soit l’année où Chays, Van Wick et Casati ont réussi à obtenir des responsabilités.

  • 23 La plupart de ses justifications sont précisées dans une lettre envoyée à Beaufort à Paris en date (...)
  • 24 Voir sur ce point, notamment la lettre de Dandré-Bardon du 15 mars 1780 adressée à l’Académie (Parr (...)
  • 25 L’affiche annonçant le poste de modèle à pourvoir n’est en effet prête à être envoyée à Paris que d (...)
  • 26 Lettre de Moulinneuf à Beaufort du 2 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, (...)

15Pour l’enseignement du dessin, les pétitionnaires critiquent la défectuosité de l’éclairage artificiel, propageant une abondante fumée, l’absence d’un éclairage zénithal, si bien que l’été la lumière latérale avec le coucher du soleil fait changer rapidement les ombres, et la faible qualité des modèles. Ils reprochent également la petitesse de la salle du modèle qui ne permet qu’un nombre restreint d’élèves (huit) et l’absence d’un ordre dans le placement de ceux-ci, à la différence de ce qui était prévu dans les règlements et du système parisien, ce qui empêche de faire des progrès et de stimuler une émulation entre les élèves. Enfin, ils sous-entendent que les enseignants, ne dessinant plus eux-mêmes d’après le modèle, ne s’investissent guère dans cet enseignement, qu’ils ont d’ailleurs suspendu le jeudi. Le secrétaire Moulinneuf ne peut ici qu’essayer de se justifier23. Il prétexte que l’absence des cours le jeudi était prévu dès l’origine (ce que contredira de Paris Dandré-Bardon, preuves à l’appui24), affirme que le directeur de l’Académie de Montpellier est venu examiner la lampe et qu’il l’a trouvée bonne, et même meilleure que celle utilisée à Montpellier, construite pourtant sur le modèle de celle employée à Paris. Il doit reconnaître que « le » modèle est trop âgé, après plus de vingt ans de service, et que l’Académie est à la peine pour en trouver un autre (un changement qui se fait donc après la connaissance du libelle25). Pour la pratique du dessin d’après le modèle par les professeurs, il prétend que ceux-ci n’ont pas à rendre compte de leur action et que « l’essentiel est que la classe soit surveillée et les élèves dirigés »26.

16Quant à l’utilisation de la bibliothèque, le secrétaire reconnaît que celle-ci est habituellement fermée et n’est ouverte qu’à la demande, et qu’il en a les clés. Il ne mentionne nul inventaire, comme indiqué dans le libelle et de fait il n’en n’existe pas dans les archives de l’Académie conservées.

17Le secrétaire est enfin presque totalement muet sur le dernier point, l’administration des comptes, se contenant de préciser que le concierge reçoit 300 livres de gage par an. Il met en avant la bonne foi des professeurs, et leur engagement pour l’institution, en réponse au reproche du monopole exercé sur l’institution par un petit groupe qui économiserait sur la somme allouée pour l’enseignement afin de s’enrichir personnellement.

Un secrétaire conscient d’un échec mais pris au piège de l’illusion académique, avant 1780

  • 27 Voir une liste de ces discours et la transcription de quelques uns dans Parrocel, Histoire document (...)

18Le dernier texte émane du cœur même de l’Académie, puisqu’il est écrit par son secrétaire Moulinnneuf (document 3 ; fig. 3). C’est un brouillon de discours faisant état des difficultés de l’Académie, analysant les raisons de celles-ci, et proposant de restaurer un parfait respect règlement pour retrouver la première grandeur de l’Académie. Puisqu’il fait allusion à la vacance des cours le jeudi, il a vraisemblablement été écrit avant le libelle de 1780 et la réaction de Dandré-Bardon de supprimer cette vacance. Vu son contenu, il est peu probable qu’il s’agisse d’un discours lu lors de la remise des prix, comme c’est le cas d’autres brouillons conservés de Moulinneuf27. L’état du manuscrit conservé présente un nombre trop élevé de ratures et de rajouts pour qu’il puisse correspondre à celui du texte lu, si ce discours a été vraiment prononcé.

19Dès sa première phrase, le secrétaire reconnaît que l’Académie « n’est plus ce qu’elle était » et qu’elle pourrait disparaître. Il affirme plus loin que, en raison du petit nombre de ses membres, la disparition de seulement quelques-uns « lui serait funeste ». Un passage rayé contient même l’hypothèse probable « de la voir déserte et languissante ». Cherchant la cause de cet état de fait, il admet plus ou moins ce que le libelle de 1780 affirmera : les enseignements sont négligés ; les agrées et associés ne viennent plus guère aux séances, et encore moins les académiciens amateurs, d’autant plus que la plupart des assemblées générales ont été supprimées ; la vie de l’Académie est dirigée uniquement par le directeur et deux ou trois professeurs.

  • 28 En 1778, ils sont au nombre de 65 selon l’Almanach de 1779.

20Pour remédier à cette situation, il propose, tout en maintenant la direction de l’institution par un bureau constitué du directeur et de quelques professeurs, de donner un certain rôle aux amateurs. Leur nombre d’abord doit être de nouveau limité (vingt-six en plus des quatre de l’Académie royale et des membres de l’Académie des Lettres de Marseille) afin de leur redonner un certain lustre28. Restaurés dans leurs droits, participant aux réceptions d’artistes et même ayant voix délibérative pour le jugement des médailles, ces honoraires viendraient de nouveau aux séances académiques. Une fois cette « unanimité de sentiments » recréé, « les académiciens et les agrégés » rejoindraient naturellement le corps surtout s’ils sont admis à participer aux activités de l’institution, des assemblées générales à la pose du modèle. Une telle « affabilité » inciterait, espère toujours le secrétaire, « plusieurs artistes externes », jusque-là traités avec trop de mépris, à rejoindre l’institution.

  • 29 Le mémoire de 1755 mentionne bien une « école académique de dessin, peinture, sculpture, géométrie, (...)

21Cependant, Moulinneuf a bien conscience qu’il ne suffit pas de rétablir l’importance quantitative de l’Académie, il est également nécessaire de la restaurer dans son enseignement. Le programme de leçons qu’il évoque montre en creux les lacunes de celles alors prodiguées dans l’institution : l’assiduité des professeurs de dessins et la régularité des cours devraient alors impliquer un cours d’anatomie. Il en est de même pour la perspective dont l’« étude est négligée quoique que nous soyons obligé de l’enseigner à nos élèves ». Il reconnaît par ailleurs que l’Académie a supprimé l’enseignement de la mécanique et de la construction navale (malgré le titre officiel de l’institution29) et propose que ces deux disciplines soient enseignées dans la suite de la géométrie. Le long passage sur les cours de l’architecture et de son contenu laisse entendre que ceux-ci ne sont guère dispensés.

22Le secrétaire propose dans le dernier paragraphe un calendrier pour cet enseignement : « les professeurs du dessin exerceront alternativement deux heures » l’un dans la salle de dessin, l’autre dans la salle du modèle, se partageant l’année équitablement, les professeurs de géométrie, d’architecture, de perspective et d’anatomie doivent enseigner une heure avec une répartition égale par discipline tout au long de l’année. Or celui-ci correspond en fait à peu près au règlement de l’Académie. Là encore, l’emploi du futur et le détail dans les précisions fournies suggèrent que la situation contemporaine était bien éloignée de l’enseignement prévu au départ.

23L’état de l’Académie dressé par Moulinneuf, assez souvent creux il est vrai, n’est pas donc contradictoire avec la situation décrite dans le libelle de 1780 : une Académie réduite à quelques membres ; un enseignement guère florissant.

24Dans les deux textes, il s’agit bien de restaurer l’Académie dans sa grandeur première, et Moulinneuf dresse un historique de sa fondation qui est un véritable mythe des origines. Le petit groupe qui a eu l’initiative de fonder l’Académie est au principe de toute la fortune de celle-ci. C’est l’Académie de Marseille, après avoir inauguré ses locaux dans l’Arsenal et fait poser le modèle comme Apollon couronné qui demande à être sous la direction de l’Académie royale, et cette dernière applaudit à sa demande d’avoir un officier de l’Académie royale de Paris comme directeur perpétuel. Les académiciens ont volontairement cédés le titre de fondateur aux Echevins de Marseille qui leur accordèrent naturellement les 3000 livres annuelles pour les dépenses de l’institution…

25Mais alors que pour retrouver la vitalité des premiers temps, Chaix et ses collègues proposent un changement de l’équipe dirigeante et la création de nouveaux locaux, Moulinneuf pense qu’il convient simplement de revenir aux règlements originels, de restaurer l’Académie, pris au piège de l’illusion du discours académique, d’une institution idéale qui n’a pas besoin d’évoluer, ne serait que dans ces membres. On comprend dès lors qu’il ait cherché à connaître les signataires du libelle et à vouloir les punir, car à ses yeux, ils détruisaient cet idéal du « corps » académique (le mot corps revient quatre fois sous sa plume).

  • 30 Ce point de vue n’empêche pas la confiance dans les vertus de l’apprentissage académique, qui perme (...)

26Aux yeux de Moullinneuf, ce corps est fortement structuré, hiérarchiquement et socialement. À sa tête est non un directeur (le terme fut rayé) mais un « chef », accompagné de « professeurs entourés de personnes distinguées et honorablement connues » et on retrouve ici le système hiérarchique et curial critiqué dans le premier texte. La collégialité, une idée de république des arts, lui semble impossible, car c’est encore le modèle de la structure de la corporation, ou d’une école qui prévaut et non celui d’une Académie des Lumières. En outre, le prestige de l’Académie découle en premier lieu de la naissance et du faste de ses membres, puis de leur mérite et de leur talent, et enfin de leur grand nombre. Le secrétaire considère que c’est par le degré d’honneur obtenu que l’Académie réussira à faire voir ses talents et pourra former des sujets utiles à la société et des artistes célèbres30. On a vu que cette composante de distinction sociale, du rang plus que du mérite est au principe même de sa restauration telle qu’elle est rêvée par le secrétaire : le retour des honoraires au sein de l’Académie fera revenir les artistes associés, et attirera les artistes externes à l’institution.

  • 31 Daniel Roche estime ainsi que le travail dans les académies repose toujours sur un petit nombre d’i (...)
  • 32 Voir par exemple les tribulations de l’Académie royale de Pau (Christian Desplat, L’Académie Royale (...)

27Assurément, ces trois points de vue sont exagérés, et même Moulinneuf a dû noircir un peu la situation pour inciter ses quelques collègues présents à accepter de revenir à une stricte observance des règlements académiques. Le faible nombre de présents aux assemblées des académies est fréquent au siècle des Lumières31, et même certaines académies périclitèrent faute d’être assez fréquentées32. Pour toute institution, il existe un écart entre les représentations qu’elle produit ou génère et les réalités du quotidien.

  • 33 On n’en sait malheureusement guère plus sur ces deux incidents. Le premier est relaté par Parrocel (...)
  • 34 « J’ai reçu les académies que vous m’aviez adressées. Je vous avouerai qu’en les examinant j’ay reg (...)

28Ces textes légitiment cependant la possibilité d’une autre histoire de l’Académie de Marseille que celle, idéalisée et idéalisant, de Parrocel. Ils révèlent des tensions et donnent une autre dimension aux épisodes violents qui marquent la fin de cette institution : le 23 juillet 1790, Renaud, statuaire, Brard, peintre et Charlier sabres à la main, injures à la bouche, envahirent l’Académie et exigèrent une réforme entière de celle-ci ; trois ans plus tard, pendant la tourmente révolutionnaire, les registres de l’institution furent lacérés et brûlés33. Les trois textes examinés laissent entendre que l’Académie put connaître des échecs (au moins relatifs) sur deux points. La convivialité académique en tant que telle et la sociabilité autour des arts sont peut-être moins étendues que ce que veut faire croire, de Marseille, Moulinneuf au parisien Dandré-Bardon, ce qui expliquerait peut-être les contrariétés rencontrées pour obtenir les lettres patentes. Les liens entre l’élite provençale et l’institution marseillaise sont à réétudier. L’Académie semble en fait plus fonctionner comme une école de dessin, même si elle a des velléités plus élevées, avec des manifestations publiques de remise de prix et de discours. Néanmoins, même le fonctionnement de cette école dessin semble irrégulier. Dandré-Bardon lui-même en paraît conscient : il signalait, dans une lettre du 25 aout 1761, trouver les académies envoyées plus faibles que celles envoyées au début des années 175034, et par la suite, alors qu’il complimente l’Académie sur les discours tenus dans les assemblées publiques, il ne parle plus des académies envoyées de Marseille à Paris.

29Les probables difficultés que connut cette Académie pourrait dès lors expliquer la fondation à Aix des écoles de dessin et de sculpture, et l’« école d’élèves peintres » mentionnée à l’Arsenal de Toulon en 1774, deux lieux d’apprentissage du dessin qui développent d’autres logiques pédagogiques et institutionnelles que l’Académie de Marseille et étudiés dans ce numéro.

Haut de page

Annexe

Fig. 1 : Lettre anonyme adressée à Verdiguier, Marseille, 20 mai 1763

Fig. 1 : Lettre anonyme adressée à Verdiguier, Marseille, 20 mai 1763

Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 988, folio 30r.

Fig. 2 : Lettre adressée par plusieurs « associés de l’Académie » au Directeur des Bâtiments du Roi demandant un changement à l’Académie, janvier 1780

Fig. 2 : Lettre adressée par plusieurs « associés de l’Académie » au Directeur des Bâtiments du Roi demandant un changement à l’Académie, janvier 1780

Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 988, folio 82r.

Fig. 3 : Brouillon de discours de Moulinneuf décrivant l’état de difficulté de l’Académie et proposant de revenir au règlement pour la rétablir (avant 1780)

Fig. 3 : Brouillon de discours de Moulinneuf décrivant l’état de difficulté de l’Académie et proposant de revenir au règlement pour la rétablir (avant 1780)

Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 899, folio 17r.

Éditions de documents

Afin de faciliter la lecture et l’utilisation de documents mis en ligne, l’orthographe des textes et la ponctuation ont été modernisées.

Document 1 : Lettre anonyme adressée à Verdiguier, Marseille, 20 mai 1763

Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 988, fº 30-31

Je m’intéresse trop, Monsieur, sur tout ce qui regarde l’académie de peinture et vous en particulier, pour que je ne me fasse un devoir de vous faire part de ce que j’ai été témoin auriculaire.

J’étais hier au soir dans le café de la Rioux, comme en embuscade derrière la porte à lire la Gazette, lorsque deux messieurs, un papier en main, entrèrent brusquement et furent en riant se camper du coté opposé au mien. Ils ne m’apercevaient sans doute pas, puisqu’ils lâchèrent tout à coup un essaim de mordantes épigrammes sur la plupart de vos collègues.

Ils [rayé : lâchèrent] achevèrent ensuite la lecture d’une critique en forme de lettres contre votre académie, ou elle est déchirée impitoyablement. On y répand de grands flots sur chacun de ses membres, un venin des plus satiriques, mais rien ne me révolta tant que la malignité avec laquelle le caustique parut charger le directeur. Vos talents y sont anéantis ; vos sculptures raillées par des sanglants outrages ; votre réputation flétrie et votre caractère ignominieusement méprisé. Buts auxquels ces invectives semblent viser pour assouvir [fº 30v] sa rage.

Entre autres j’entendis (autant que je puis m’en souvenir) ces traits piquants « Le directeur perpétuel, on peut bien nous prophétiser que cette perpétuité détruira tôt ou tard cette brillante école… Celui qui y est à la tête et gouverne selon la sienne, d’un caractère fier et hautain, il a la manie de vouloir primer. Il ne sort sans cesse de sa bouche que les noms des princes, des ducs des marquis et des barons qui l’admettent dans leurs confidences : la tête lui en tourne… Il fait ce qu’il veut (non en sculpture), il reçoit des agréés tant qu’on souhaite et jamais des académiciens, ni de professeurs, qu’à moins qu’ils n’en achètent le rang. Il n’admet aussi pour honoraires amateurs que ceux qui lui prodiguent leurs bienfaits, moyennant quoi l’ignorance et non le mérite vient à bout de lui plaire et de l’approcher, toutefois on peut dire qu’il permet à ceux qui ont l’honneur d’être ses satellites d’agir avec autant d’injustice que lui, avec tout ce sera bien pire dit-on en son absence, il va nous donner en partant un d.f. encore plus fier et plus ignorant que lui et comme l’on dit toujours tel maitre tel valet. Le secrétaire, tout impertinent qu’il est, nous prépare pire… ».
Je perdis [fº 31r] le reste.

Après tout, Monsieur, cela ne me semblerait que fumée, si l’auteur
(qui paraît être un des deux) n’eut dit fort doucement (mais que je ne restai pas d’entendre très bien) qu’il comptait envoyer vers la fin du mois prochain imprimer son manuscrit à Genève. Je vous conseillerais d’empêcher par toute sorte de voie la publication d’un libelle si désavantageux à votre académie, et qui en particulier attaque cruellement votre honneur. J’ai crû qu’il était du mien de vous en avertir. Soyez persuadé de la continuité de mon zèle à vous servir ainsi que votre académie, surtout lorsqu’il s’agira comme aujourd’hui d’un motif aussi précieux que votre réputation et celle de vos confrères. J’ai l’honneur, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. P. de M.

A Marseille, ce 20 mai 1763

[inscription sur un papier collé sur la lettre : Haec ingeniosè furata consulaque sunt]

Document 2 : Lettre adressée par plusieurs « associés de l’Académie » au Directeur des Bâtiments du Roi demandant un changement à l’Académie, janvier 1780

Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 988, folios 82-87

Monsieur

Les soussignés, membres associés de l’académie de peinture et de sculpture de la ville de Marseille, ont l’honneur de vous exposer que cet établissement, dont l’objet est important, avait procuré des avantages considérables à la ville et produit des artistes distingués dès son commencement. Mais les abus qui se sont glissés dans l’administration et la négligence de quelques particuliers qui s’en sont emparés en ont arrêté les progrès et détruit tout le bien qu’on en pouvait attendre. Ce n’est qu’à la faveur d’un règlement sage qu’on peut rétablir cette académie.

[fº 82v] C’est dans cet objet que les sous signés prennent la liberté de s’adresser à vous, Monsieur, qui avez daigné accepter le titre de protecteur de cet établissement.

Plusieurs peintres, sculpteurs et dessinateurs de ville de Marseille se réunirent en 1753 pour dessiner d’après le modèle, sous l’agrément de Monsieur de Villars qui voulut bien accepter le titre de protecteur de cet établissement. L’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris en agréa la direction générale. Ces mêmes artistes dressèrent à leur dépens une école de dessin et permirent aux jeunes gens d’y venir étudier, soit en dessinant eux d’après le modèle, soit en apprenant les principes de l’art.

MM. les Echevins témoins des progrès de cette école naissante et sensible au zèle de ces artistes qui procurent aux diverses manufactures relative au commerce nombre de sujets qu’on trouvait à peine auparavant, firent prendre une délibération au conseil municipal le 19 mars 1776 [erreur pour 1756] qui accorde à l’académie de peinture et de sculpture 3000 Lt [livres tournois] chaque année, pour fournir à ses dépens. Cette délibération fut autorisée par arrêt du conseil du 15 juin suivant et par une autre délibération du 6 mars 1779. Cette somme a été augmentée de 1000 Lt tout récemment. [fº 83r] Dès lors cet établissement prit une nouvelle forme : les artistes qui l’avaient fondé cédèrent le titre de fondateurs à MM les Echevins et prirent celui de professeurs. La compagnie fut composée d’un directeur perpétuel choisi parmi les membres de l’académie royale de peinture et de sculpture, d’un directeur recteur éligible de trois en trois ans, de divers professeurs, d’un secrétaire et d’un nombre illimité d’académiciens et d’agrégés.

Les écoles étaient ouvertes tous les jours à l’exception des fêtes et dimanches ; on avait pour cela des appartements commodes et bien éclairés, on avait soin d’avoir un bon modèle, les professeurs étaient exacts et attentifs, l’académie était fréquentée par une foule de jeunes gens et d’amateurs. Elle faisait des progrès, il en était sorti des artistes qui se sont distingués à Paris et à Rome, parmi les professeurs il y avait des gens à talents, la pension accordée par la municipalité, qui n’était alors que de 3000 Lt, suffisait à toutes les dépenses et tout était en ordre.

Les choses sont bien changées depuis quelque temps. Aux premiers professeurs, dont la plupart avaient du talent pour l’histoire et pour la sculpture, ont succédé quelques peintres de genre, qui ne dessinent presque [fº 83v] jamais au modèle et qui ne paraissent à l’académie que pour poser ; ils se sont emparés au nombre de huit de l’administration des fonds et de la direction, pour avoir à la fin de l’année quelque chose de plus entre eux, ils ont économisé sur tous les objets au préjudice de l’établissement qu’une bonne direction et administration rendait profitable au bien public.

Ils ont logé l’académie dans un grenier à foin, c’est un appartement mal éclairé, précédé d’une latrine, d’une salle à faire des armes, d’un corps de maison où sont plusieurs métiers à faire du galon, des bas, d’une salle à damer. La jeunesse qui vient apprendre les éléments du dessin ajoutent par le bruit qu’ils font au vacarme que font ces différentes professions, interrompent les élèves qui travaillent au modèle. La lampe qui l’éclaire n’est pas suffisante et produit d’ailleurs une fumée et une puanteur insupportables. On a choisi pour modèle [deux personnes] qui posent alternativement une semaine chacun ; l’un est très médiocre et l’autre absolument mauvais ; ils sont très mal payés parce qu’on leur supprime tous les jeudi, les jours de fête et touts les temps des vacances, qui durent depuis la saint Louis jusqu’à la saint Luc.

Depuis les mois de mai jusqu’à la saint Louis les séances [fº 84r] se tiennent de jour pour le modèle et pour le dessein. Le modèle est éclairé par une fenêtre qui donne la lumière obliquement. On ne peut placer que huit élèves qui se font de l’ombre et se dérangent réciproquement pour peu qu’ils remuent. Le soleil couchant change les effets du modèle d’un quart d’heure à l’autre : on aurait pu parer à cet inconvénient par une lucarne ou lanterne aux toits du grenier, mais les professeurs s’y sont opposés.

On observe aucun ordre pour les places : le directeur fait placer qui bon lui semble et souvent un enfant qui ne sait pas dessiner occupera la meilleure place ; point d’ordre, non pour les jours de pose ni pour la durée de chaque pause ; ces variations empêchent les élèves d’étudier les académies.

L’académie a 4000 Lt de rente de bienfaits de la communauté ; elle a de plus une rétribution de huit sols par mois de chaque enfant qui vient apprendre le dessein. Les fonds que donne la ville excèdent de beaucoup la dépense que fait l’académie

Le local ou elle tient ses séances coute le loyer par an : 300 Lt

On paye trente sols par jour le modèle qui pose ; en retranchant les jeudis, les fêtes et dimanches et le temps des vacances, il reste à payer deux cent six jours de pose qui sont : 309 Lt

L’huile et le charbon peut monter tout au plus : 400 Lt

Ce qui ferait mille neuf livres en tout pour la dépense. Il reste par conséquent plus de trois mille francs que les professeurs se partagent entre eux. Le valet ou le concierge est payé par le logement qu’il trouve dans le local et par les étrennes et autre profit qu’il fait dans la vente du papier, crayons, cartables et autres objets qu’il vend aux enfants.

L’académie a une bibliothèque qui contient des effets précieux soit en livres, manuscrits, ou desseins. L’un des professeurs s’en est emparé et quoi qu’elle dût être publique, personne ne peut la voir ; on ignore même s’il en a été fait un inventaire et un chargement ; c’est encore là un abus de la dernière conséquence.

[fº 85r] Une pareille administration et une direction si mal entendue ne peuvent durer plus longtemps sans détruire et anéantir un établissement des plus utiles au bien public en général et à celui de la ville en particulier. L’objet vous paraitra assez important pour mériter l’attention d’un protecteur aussi zélé et aussi bienfaisant que vous, Monsieur. Les fonds de cette académie sont suffisants pour l’entretenir avec 1000 Lt de rente on aurait une maison décente, ou l’on trouverait le salon pour le modèle, les autres appartements nécessaires, le logement d’un directeur du modèle rayé] et d’un concierge ; avec 500 Lt on payerait l’huile et le charbon ; avec 500 Lt on aurait un bon modèle à choisir ; 300 Lt suffiraient pour un concierge même à moins parce que ces places seront recherchées ; 100 Lt suffiraient encore pour les médailles impressions d’affiches et autres dépenses de cette espèce ; tout cela joint ne monterait qu’à la somme de 2400 Lt ; il resterait par conséquent 1600 Lt pour payer le directeur. Cette place pourrait se donner au concours et serait recherchée. On pourrait trouver [fº 85v] avec1000 Lt de loyer des entrepreneurs à Marseille qui bâtiraient une maison exprès et un salon pour le modèle qui aurait toutes les proportions requises pour être éclairé d’une manière suffisante tant en été qu’en hiver.

L’académie logée décemment et commodément, un modèle bien choisi et bien payé, une directeur zélé et attentifs, des professeurs assidus, les fonds employés conformément aux vues de l’établissement, on verrait bientôt cette académie fréquentée par des citoyens de tous les états et procurer par ses progrès à la ville de Marseille tous les avantages qu’elle est en droit d’en attendre.

Ce sont là, Monsieur, les effets qui résulteraient infailliblement, d’un règlement sage. C’est de votre zèle pour le bien public, de votre bienfaisance et de la protection que vous vous accordez aux Beaux-Arts que les sous signés osent attendre ce règlement, persuadés que vous [fº 86r] voudrez bien interpréter votre autorité, vos bons offices et votre crédit pour l’obtenir de sa majesté et les sous signés ne cesseront de faire des vœux pour votre conservation.

L. Chais de Salignac, ancien militaire, F Crozier, L. Lamy, J. Fauchier, J. Marchand, F. Marquetti, Robert, Durand, Vanvick, Cassati.

[fº 87v] : « 1780 janvier : fausses imputations contre l’académie de peinture, et justifications d’icelle »

Document 3 : Brouillon de discours de Moulinneuf décrivant l’état de difficulté de l’Académie et proposant de revenir au règlement pour la rétablir (avant 1780)

Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 899, folios 17-23

Messieurs,

Dans la position actuelle où se trouve notre académie, qui non seulement n’est plus ce qu’elle était dans les premières années de son établissement, [rayé : ayant cru être obligé à faire quelques observations pour] mais qui paraît [illisible], j’ai cru, comme les apparences le prouvent, en pénétrer les motifs que l’indifférence de nos honoraires amateurs à l’égard de notre compagnie en était la cause, que l’éloignement affecté de nos académiciens et agrégés y contribuait. En ce cas, il convient, autant qu’il est en notre pouvoir d’éviter une pareille [rayé : catastrophe] dépérissement qui ne peut qu’ [illisible] à sa chute et de travailler réunis avec vous. Il n’est pas douteux que bien loin de craindre un écroulement s’attachant à ce qui nous a couté tant de peines et de soins, ce ne soit le vrai moyen d’étayer avec solidité notre académie et de la rendre toujours plus digne de l’attention qu’elle mérite.

Oui, mes chers confrères, je pense que cet événement dépend de nous, de notre bonne volonté et de nos démarches mesurées et réfléchies, et qu’un succès heureux ne peut qu’être le fruit, si nous formons une résolution qui tienne véritablement à l’amour des arts et à la gloire de la patrie. En conséquence, permettez moi de vous communiquer quelques observations et de vous prévenir [rayé : que mon intention n’est point d’attaquer personnellement aucun de mes confrères que j’estime et considère comme moi-même, leur protestant de n’avoir en vue que l’ordre de nos exercices sans interruptions d’aucune omission d’aucune de leurs parties telles que nos règlements nous les présentent] que dans tout ce que j’oserai avancer, je n’ai pour objet que d’entretenir le zèle et l’harmonie entre les amateurs, les professeurs, les académiciens et agrégés, de maintenir l’ordre et l’arrangement de nos différents exercices sans interruption ni omission d’aucune de leurs parties conformément à ce que nous règlements nous prescrivent.

Les académies de peinture et de sculpture existaient depuis longtemps dans les principales villes du royaume tandis que Marseille, non moins florissante que toutes celles qui jouissaient d’un pareil établissement, ne pouvait se la procurer. En vain des artistes avant nous avaient tenté d’en jeter les premiers fondements, cet avantage nous était réservé et notre projet eut tout le succès possible. Après l’avoir formé et lui avoir donné l’arrangement requis en pareil cas, afin qu’aucun artiste résidant dans cette ville vienne à se plaindre de notre oubli à leur égard, nous appelâmes sans exception toutes les personnes dont les talents et les professions étaient particulièrement relatives au dessin comme peintres, sculpteurs, architectes, graveurs pour venir nous aider dans les fonctions qui nous nous étions proposées à cet effet.

[fº 17v] Les uns refusèrent poliment nos invitations, d’autres les méprisèrent, quelques-uns pourtant furent charmés de se joindre à nous, et se conformant à nos idées, ils n’hésitèrent pas un instant de contribuer en communauté aux frais de la dépense pour fournir à l’entretien annuel d’un modèle, d’un concierge et de l’huile, du charbon, etc. en un mot de tout ce qui était nécessaire pour une pareille exécution. Cependant, pour avoir la liberté de nous assembler et de tenir nos séances, il nous fallait, [ajouté : avec l’agrément des Echevins] la permission de M. le duc de Villars, qui, en qualité de Gouverneur de la Provence, non seulement nous l’accorda, mais encore qui se fit un plaisir d être protecteur de notre école académique. Revêtus de cette protection dont nous étions redevables aux sollicitations des personnes les plus qualifiées de la Province, ainsi qu’à celles qui s’intéressaient sensiblement aux progrès des beaux-arts, il était de notre devoir d’avoir quelques reconnaissances envers ces mêmes personnes : nous crûmes que nous ne saurions mieux le leur témoigner plus honorablement qu’en les associant à notre académie en qualité d’honoraires amateurs et dès ce moment, le nom de chacune d’entre elles, joint au titre d’associé amateur fut inscrit dans nos registres. Ces Messieurs charmés d’appartenir à un corps académique qui les affectait particulièrement et dont ils recevaient en toute occasion des marques d’estime et de considération, se firent un plaisir d’y correspondre autant qu’il leur était possible. L’Académie des belles-lettres y parut même fort sensible, lorsqu’ayant donné à tous les membres qui la composaient le titre d’honoraires académiciens, nous les invitâmes et les autres honoraires amateurs à venir assister à l’ouverture de nos exercices. Ce fut le 2 janvier de l’année 1753 dans un logement que M. Charron intendant de la Marine nous donna dans l’enceinte de l’arsenal avec l’agrément du M. Machault, Ministre de la Marine, que cette première séance eut lieu et que nous posâmes le modèle en Apollon couronné de lauriers, tenant [rayé : sa main gauche] en une de ses mains un livre. Ayant de la sorte posé les fondements de notre établissement, comme il nous convenait de lui donner une existence toujours plus [fº 18r] ferme et plus solide, nous envoyâmes à l’Académie royale de peinture et sculpture le plan de nos exercices et les règlements que nous avions dressés pour leur exécution afin qu’elle les examinât, étant bien aises d’être sous sa direction. En conséquence cette première académie du monde nous fit tenir son approbation, rectifia nos règlements, et [rayé : souscrivit] applaudit à notre demande d’avoir un de ses officiers pour Directeur perpétuel de notre école. Notre premier choix fut en faveur de M. Dandré Bardon un de ses professeurs que nous avons le bonheur de posséder [rayé : et dont les jours sont infiniment précieux à toute notre compagnie] et pour qui notre reconnaissance ne saurait être trop marquée, attendu le vif intérêt qu’il a toujours pris à l’honneur et au bien de notre compagnie.

Au bout de trois ans, M. de la Tour Premier Premier [sic] au Parlement de Provence et Intendant en sa généralité, informé par MM. nos Echevins, MM. nos honoraires amateurs et par Messieurs de l’Académie des belles-lettres combien notre académie devenait avantageuse à tous les arts, méritait l’attention du ministre et qu’il n’était pas juste que ceux qui l’avaient fondée en supportassent la dépense, tandis qu’ils donnaient gratuitement leur peines et leurs temps pour l’instructions des élèves. M. l’Intendant, dis-je, sensible à toutes ces représentations, voulut voir par lui-même si ce que l’on disait de nos exercices académiques n’était point annoncé avec exagération. À cet effet, il se rendit à Marseille, et témoin satisfait de la vérité telle qu’on lui avait dépeinte, il écrivit le lendemain en notre faveur au ministre. Nous obtînmes bientôt en vertu d’un arrêt de conseil que la communauté de Marseille donnerait tous les ans la somme de de trois mille livres pour fournir aux autres dépenses de notre académie. Sa stabilité devenant alors plus ferme et plus assurée, MM. Roux, Rémusat, Ricaud et Villet qui étaient alors Echevins, portés par le bien public, avaient déjà pensé que notre académie ainsi établie deviendrait utile à la navigation, à la chirurgie, à la géométrie, à la perspective, à l’architecture, à la mécanique, outre la peinture et la sculpture qui étaient les deux fondement sur lesquels les autres sciences ou arts étaient appuyés. Ce fut à cette [rayé : occasion] époque que notre académie, prenant un nouvel essor, fut obligé de dresser de nouveaux règlements relatifs à toutes [fº 18v] les parties qu’elle devait professer, et que nous cédâmes le titre de fondateur à MM. nos Echevins comme un honorifique que notre reconnaissance leur devait et que nous prîmes celui de professeur. C’est à dire que notre Académie, sous la protection de M. le duc de Villars, sous la direction de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture de Paris et soutenue par les fondateurs fut composée d’un directeur perpétuel en la personne de M. Dandré Bardon, professeur de la dite Académie royale, d’un directeur en exercice, autrement dit d’un recteur, de douze professeurs du dessin, de six autres professeurs, savoir un de géométrie, un d’architecture, un de perspective, un d’anatomie, un de construction navale, un de mécanique. Outre ces professeurs qui faisaient, pour ainsi dire, le fond de l’académie, attendu les fonctions auxquelles ils étaient obligés conformément au tableau qui en avait été dressé, il y avait plusieurs honoraires-amateurs et un nombre illimité d’académiciens et agrégés qui tous ensemble formaient un corps assez considérable, et qui ne manquaient jamais d’assister à nos séances et assemblées, toutes les fois et quantesque nous les convoquions. Le zèle des uns et des autres s’est manifesté avec toute la satisfaction que nous pouvions désirer pendant quelques années. Mais aujourd’hui il n’en est plus question. Le directeur en exercice accompagné des professeurs isolés et dont le nombre diminue tous les jours sont les seuls qui paraissent quelque peu et n’ont de liaison qu’avec MM. de l’Académie de belles-lettres, sciences et arts. Quant aux honoraires amateurs, il semblent nous avoir complètement oubliés et nullement se soucier de notre académie ; il n’y pas même jusqu’aux associés académiciens et agrégés qui méprisent nos invitations. Dans de telle démarche, il y sans doute un motif qui les détermine à agir de la sorte : sans vouloir ou des craintes et des appréhensions imaginaires : bien loin de dire [rayé : selon nous, il paraît qu’à leur égard nous n’ayons rien à nous reprocher et] que leur éloignement n’est qu’en effet de caprice et de refroidissement occasionné par un désir de vouloir maitriser dans nos séances, nous imposer des lois, nous soumettre au joug de la dépendance, et nous réduire au point de n’avoir [fº 19r] dans notre académie ni voix délibérative ni le droit exclusif tel qu’on ne saurait nous le contester d’en exercer la police. Avouons plutôt que c’est nous mêmes qui en sommes les premiers auteurs par le peu d’observation que nous avons à maintenir leurs droits et que s’ils paraissent nous oublier, ils ne font que suivre notre exemple : car que faisons nous pour les obliger à s’attacher à notre académie, comment les traitons-nous ? [rayé : Voilà en vérité des raisons importantes à objecter, mais qui n’ont leur fondement que sur des craintes et des appréhensions imaginaires : j’avoue cependant que si ce projet pouvait être exécuté, il faudrait plutôt le laisser s’écraser sous les ruines de notre académie que de condescendre à des propositions si révoltantes, quelque avantage qu’on nous offrit d’ailleurs pour nous dédommager de l’usurpation [rayé : l’abandon] de nos droits].

[passage suivant rayé : Quoi ? Nous aurions tout fait pour le bien public, nous aurions sacrifié notre intérêt personnel pendant environ l’espace de vingt cinq années et notre récompense après tant de soins, de peines et de travaux, et du temps perdu serait de recevoir des maitres qui nous tiendraient comme dans l’esclavitude ? Je vous assure, chers confrères, que l’idée seule d’une si indigne révolution me révolte, et je suis assuré que vous [rayé : n’accepteriez] [ne] condescendriez jamais, tout tant que vous êtes, à un si honteux avilissement. Supposons néanmoins que cette envie de maitriser [rayé : se trouve] existe dans l’esprit de nos amateurs, et que les professeurs ne semblant pas s’y soumettre, leur obstination occasionne cette désertion générale de nos associés honoraires. Le motif, bien loin d’écarter les académiciens et les agréés résidant dans cette ville devrait au contraire le lier à nous, nous prêter leur secours, pour résister aux injustes prétentions de ces premiers puisque nous défendons leur liberté en voulant conserver la notre. Mais point du tout, sans y réfléchir nullement, le même esprit les anime et il n’y pas jusqu’à des artistes externes qui ne cherchent à nous détruire et à nous perdre par les calomnies les plus outrées et les plus injurieuses. Dans cette fâcheuse position, sans pourtant appréhender d’être subjugués de la sorte, voyons si ce sont les vrais griefs qui rebutent nos amateurs, dépouillés de touts prévention, considérons en juges intègres qui sont bien aises de maintenir chacun dans ses droits sans usurpation quelconque, ainsi nous laissons jouir de leurs prérogatives les associés honoraires, les académiciens et les agréés.]

Nous nous contentons de les convoquer par billet une fois l’année, qui est le dimanche après la saint Louis, pour assister à la séance publique que [nous] tenons à l’hôtel de ville en présence de MM. les Maire, Echevins, et Assesseur qui en qualité de fondateurs [fº 19v] de notre académie, président et distribuent les prix adjugés par les professeurs aux élèves qui ont concouru par leurs dessins académiques. En vérité cette convocation est bien peu de chose, il vaudrait bien mieux la commencer dans les règles ainsi qu’il est prescrit dans l’article [lacuna] de nos règlements [rayé : de trouver] d’appeler le nombre mentionné des amateurs pour juger conjointement avec les professeurs les dessins et les modèles des élèves. En négligeant une telle invitation, nous leur manquons essentiellement sans que nous puissions y apporter aucune excuse et vous devez sentir, mes chers confrères, que de quelque peu de valeur que soit un droit et une prérogative, il suffit qu’il nous appartienne pour s’en affecter et même pour nous indisposer sérieusement contre quiconque ose nous l’enlever. Il ne faut donc pas s’étonner alors que nous ne voyons aucun de nos honoraires amateurs assister à nos séances publiques. Un second reproche qu’ils peuvent nous faire, fondé sur des raisons très plausibles, est qu’il est dit dans nos règlements que nous n’aurons qu’un nombre limité d’associés amateurs, savoir quatre de ceux qui tiennent à l’Académie royale, vingt-six de Marseille ou d’autres lieux et Messieurs de l’Académie des Belles-Lettres, Sciences et Arts à qui, comme je vous ai déjà fait observer, nous avons concédé le titre d’honoraires académiciens. Voilà certainement un arrangement irréprochable et on aurait tort de le quereller. Mais Messieurs, vous diront-ils, le suivez-vous exactement ? Vous nommez toutes les fois et quantesque vous le jugez a propos ceux qu’il vous plait de mettre dans cette association et nous qui sommes les vrais membres de ce corps qui le composons, qui le représentons personnellement, nous sommes exclus de la liberté de donner notre suffrage ou de le refuser, par ce moyen nous voyons parmi nous des amateurs qui sont, pour ainsi dire, tombés des nues. Vous êtes donc les distributeurs despotes des dons de l’Académie ? Ils vous diront aussi que [fº 20r] aux réceptions des académiciens, ils ont les mêmes prérogatives que nous avons, et qu’il n’est pas décent que nous les en privions en leur faisant ignorer le motif de ces assemblées. Les amateurs ainsi indisposés contre nous attendent le peu d’attention que nous portons aux articles de nos règlements qui les complètent, peuvent le devenir encore plus à la suppression de celui qui fait mention de nos quatre assemblées générales dans le courant de l’année. Pourquoi les négliger lorsqu’elles ne sauraient qu’intéresser la gloire et les progrès de l’Académie ?

C’est par les conférences [rayé : qu’on y tient] tenues sur toutes les parties [rayé : illisible] qu’on y démontre que le goût et l’amour des arts se nourrissent et [rayé : augmente] se perfectionnent, et tel amateur en entrant n’a que de faibles lumières sur ce qui en fait la beauté, leur valeur [rayé : et l’étendue de savoir et de génie que ces mêmes arts exigent] qu’il acquiert dans la suite des connaissances étendues et qui contribuent beaucoup à augmenter l’estime et la considération que méritent les talents des artistes lorsqu’ils les professent avec honneur et sagacité. Ne soyons donc point surpris, mes chers confrères, de nous voir séparés de nos honoraires-amateurs : c’est nous qui sommes [rayé : la cause] les auteurs de cette séparation et sans craindre qu’ils empiètent sur nos droits, n’entreprenons rien sur les leurs. Ceux des articles de nos règlements que je viens de vous communiquer sont les seuls dont ils peuvent prétendre l’exécution ; au-delà ils n’ont rien à voir ; l’explication en est nette et décisive. [Ils ne sont] nullement admis dans les délibérations du bureau pour ce qui concerne l’administration des deniers, l’arrangement de nos exercices, le maintien de la police ; les assemblées alors nous sont particulières et ne sont composées que du directeur, des professeurs, du chancelier, du trésorier, du secrétaire et de l’administrateur qui sont tous nommés tant ceux qui sont officiers perpétuels que ceux qui sont mobiles que dans le nombre des professeurs. C’est dans ces assemblées que nous avons le pouvoir de délibérer souverainement. Dans l’académie le directeur, de sa propre [fº 20v] autorité, sans l’approbation des amateurs en a l’inspection générale. Il veille à l’ordre de la discipline, il tient la main pour que les professeurs soient assidus chacun dans son école, maitre dans leurs fonctions ; il n’est pas permis à qui que ce soit de les interrompre, ni les déranger en aucune façon quelconque. Nos règlements sont expressifs sur tous les faits tels qu’ils sont annoncés dans plusieurs articles 9, 19 28 et 30.

N’y ayant point d’obscurité dans ces explications, quel obstacle peut nous empêcher de travailler à faire venir nos amateurs dans le sein de notre académie ? Vous n’ignorez pas qu’elle est faible par le petit nombre que nous sommes ; que si certains membres, de ceux en qui le zèle existe encore, venaient à manquer, peut-être ce manquement lui serait funeste c’est pourquoi comme il est un des moyens, à ce que je crois, de remédier aux revers qui pourraient nous accabler sans retour, prévenons, Messieurs, par nos attentions, par notre exactitude à en tout ce qui leur est de droit dans notre académie, soit qu’il s’agisse de la réception de leurs associés ou de toute autre admission d’artiste, qu’ils y aient ainsi que nous leur voix délibérative aussi bien qu’au jugement des médailles. Il n’est pas douteux que se trouvant alors plus liés à notre compagnie, ils se feront un plaisir tour à tour de parler dans nos assemblées publiques, de nous y entendre, d’assister à nos conférences de nos assemblées générales et de nous communiquer leurs réflexions et de nous instruire mutuellement. Je me flatte même que non contents de se prêter par cette approvénation [sic, pour approbation] à faire briller notre académie, ils mettront en mouvement leurs amis, leur protection pour l’illustrer de plus en plus et que leurs sollicitations, leurs démarches, leurs visites à cet effet nous seront des garants de [rayé : toute leur bienveillance] leur attachement. Un corps composé d’un [directeur rayé] chef et de professeurs entourés de personnes distinguées et honorablement connues qui se présentent devant quelqu’un d’un rang éminent, fut-ce même devant un roi, et qui font gloire de porter le titre [fº 21r] d’amateur des arts, est plus capable d’en imposer qu’un simple directeur à la tête de deux ou trois professeurs qui les accompagnent. Et l’on a vu de tout temps que la naissance, le faste, le mérite, le talent et le grand nombre influent sur l’esprit des grands et en imposent au peuple. En un mot, la vénération devient générale et dans le degré d’honneur où nous tacherons d’atteindre, ils seront forcés à veiller à nos avantages personnels, à faire valoir nos divers talents pour ne nous laisser que le soin de les exercer, de former des sujets utiles à la société et des artistes célèbres.

Déjà vous avez eu la satisfaction, mes chers confrères d’en voir sortir plusieurs de vos écoles que l’académie n’a pas dédaigné de recevoir. Si c’est à vos [rayé : enseignements] leçons et à vos soins qu’ils en sont recevables, n’abandonnons point notre ouvrage et continuons le avec plus d’ardeur que jamais. [rayé : première version : Peut-on voir d’un œil satisfait une assemblée languissante ? ; deuxième version. Ce sera d’un œil satisfait que nous verrons briller notre académie sans être dans la perplexité de la voir déserte et languissante] C’est le vrai moyen de réussir dans nos entreprises, et d’effectuer bientôt l’attente de ce qui peut combler nos dessins. Oui, je le répète, les amateurs réunis dans leurs droits, viendront à nos séances académiques, ils seront charmés de nous voir poser le modèle, ils sentiront les difficultés de le poser avec harmonie, avec contraste [ajouté : d’un ensemble frappant et] d’un clair obscur entendu dans le choc de petites parties de brun et de lumière ; ils nous applaudiront dans nos salles des élèves du dessin, et témoins oculaires de nos peines et de nos fatigues, il est sûr qu’ils mettront tout en crédit pour que la communauté nous en ait une juste reconnaissance. A cette unanimité de sentiments qui ne peut que coopérer au bien général de l’académie, les académiciens et les agrégés qui se tiennent éloignés de nous, soit qu’ils s’autorisent des raisons qui obligent les amateurs à s’en écarter, soit qu’ils en aient de particulières pour croire que nous ne faisons pas beaucoup de cas de leur personne, viendront avec empressement se joindre à notre corps, surtout si, faisant attention à leur présence, nous les invitons à prendre part à nos exercices, comme par [fº 21v] exemple, de leur permettre, je dis plus, de les prier, s’il le faut, de poser quelques fois le modèle, de les convoquer aux réceptions des académiciens et des agréés, de leur donner parfois de certaines prérogatives qui tiennent du professeur, et de ne pas les oublier quand il sera question de nos assemblées générales outre notre séance publique. C’est ainsi qu’en leur faisant sentir que nous les regardons en qualité d’amis et de confrères, ils n’auront pas à se plaindre de notre façon d’agir à leur égard et que nous en coûtera-t-il de les traiter avec cordialité ? Elle ne peut qu’attirer de la considération tandis que le talent les liera à notre compagnie autant pour leur propre satisfaction que pour faciliter les moyens de rendre l’exposition de nos ouvrages plus fréquente et plus nombreuse [ajouté : Cette affabilité que nous leur montrerons portera même plusieurs artistes externes à se faire proposer pour être reçus et qui peut-être n’osent pas se présenter par rapport au peu d’attention que nous faisons à l’égard de ceux qui sont admis dans notre académie]. Ainsi donc tout en étant remis dans l’état primitif, les honoraires-amateurs revenus, les académiciens et les agréés attachés à nous aider dans nos travaux, ce sera par l’ordre et l’attachement à nos exercices que nous ne saurions craindre aucun mauvais retour.

Dans nos derniers règlements notre académie est dénommée Académie de Peinture et de Sculpture, c’est-à-dire que les arts et les sciences qu’elle démontre ne doivent avoir lieu qu’autant qu’elles sont relatives au dessin qui en fait la base et que c’est par cette raison que nous n’avons pas précisément suivi l’idée de nos premiers fondateurs qui se proposaient de dresser chez nous une école de chirurgie. Cette idée, quoique juste, mais qui pour nous n’était nullement praticable, soit que cette étude nous fut totalement étrangère, attendu que nous aurions empiété sur les privilèges de MM. les chirurgiens, et dont ils étaient en droit de se formaliser, fut bientôt rejetée, et c’est à la connaissance des os et des muscles, de leurs insertions et de leurs jeux que notre professeur d’anatomie a borné ses leçons académiques, les [fº 22r] regardant comme l’objet essentiel des dessinateurs, surtout de ceux qui travaillent d’après le modèle vivant. Cette partie ne doit donc pas être négligée, et quand les professeurs du dessin sont assidus à faire alternativement leurs fonctions, il est juste que le professeur, dans un temps prescrit de chaque année, fasse un cours d’anatomie qui en instruisant nos élèves, les mette à même de ne se point tromper dans la position des os et des muscles. Outre l’anatomie, il y a une autre partie qui doit être entendue de tout homme qui se sert du crayon. Cette partie est la perspective ; il n’est pas possible de dessiner sans la savoir : comment se soumettre à un point de vue, comment couper les épaisseurs, placer un corps, quelque simple et uni qu’il soit, si les règles de cet art sont ignorées ? Peintres, sculpteurs, architectes, graveurs, dessinateurs dans toutes ces opérations, vous prendrez de la peine inutilement si vous n’avez pas l’intelligence de la perspective. Cependant cette étude est négligée quoique que nous soyons obligé de l’enseigner à nos élèves. Si nous sommes bien aises de leur progrès, de voir de nouveau sortir de notre académie des sujets distingués et recommandables par leurs talents, nous ne saurions nous dispenser de la leur démontrer lorsqu’elle est si intimement unie au dessin, et qu’il est impossible de dessiner si on ne pratique pas la perspective. En conséquence, il convient, sans différer, que le Professeur qui s’est chargé du soin d’en montrer les préceptes et les règles se mette en état d’en donner des leçons à nos jeunes artistes et qu’en se perfectionnant dans leur art, il n’aient pas à se plaindre de nous. En vain, croirions nous que leurs plaintes seraient vaines, et qu’il nous est permis de supprimer cette étude ainsi que nous avons fait de la mécanique et de la construction navale. Ces deux parties, s’il le faut, peuvent bien entrer à la suite de la géométrie comme dépendantes de cette science, et c’est à la sagacité du membre qui la [fº 22v] profère qu’on peut en remettre l’exécution, avec indemnité du surplus de ses exercices. Mais il n’en est pas de même de la perspective, il faut la savoir [rayé : particulièrement] pour devenir artiste, et ce serait inutilement que nous nous obstinerions à faire le refus de l’apprendre telle qu’elle doit être enseignée.

Pour ce qui est de l’architecture, je crois fort que nous sommes dans le cas d’en faire connaître les [rayé : vrais] principes, la différence des ordres qui la composent, les proportions qu’il est nécessaire d’observer dans toutes les parties d’un édifice, [ajouté : somptueux ou simple ; rayé : l’ordre], la solidité et la disposition, les commodités nécessaires. L’ensemble bien entendu des élèves qui dessinent dans notre académie ne sont pas des peintres et des sculpteurs : elle est ouverte à tous les arts, et c’est par là que l’affluence des dessinateurs est toujours grande. Si donc elle [ajouté : facilite] le progrès des orfèvres, des faïenciers, des serruriers, des menuisiers, des maçons, des tailleurs de Pierre et de tant d’autres arts mécaniques que nous ne professons pas, pourquoi celui qui aurait du goût pour l’architecture ne trouverait pas chez nous le même avantage, d’autant mieux qu’il y a [rayé : nomination] exprès pour cette partie un professeur titré qui la démontre. L’élève qui prétendrait à cette science faisant un fond de géométrie et de dessins dont il s’occuperait aux heures destinées à cet exercice, peut devenir par la suite un habile architecte. On oppose qu’un art si noble, si riche, si magnifique ne soit point fait pour être enseigné à des jeunes gens d’une classe basse et abjecte : mais qu’on me permette de présenter que ce n’est ni le rang, ni la naissance qui forme les grands maitres et que tel qui n’a qu’un bonnet pour toute coiffure peut devenir [rayé : en s’appliquant] en étudiant un artiste des plus célèbres. Au contraire, il en est bien plus estimable [rayé : de ne devoir son savoir qu’à] de n’être redevable qu’à lui seul de son génie et de sa capacité, sans le devoir à l’éclat de sa famille. Or ne rebutons aucun jeune homme dans quelque état que la Providence l’ait fait naitre, fut-il [fº 23r] dans la dernière misère, si nous lui trouvons du talent, que cet enfant s’applique, que son intelligence se développe, c’est alors que nous devons nous attacher plus fortement à l’avancement, que nous devons aiguillonner plus vivement son émulation, et s’il parvient un jour à ce degré de perfection qui le rende recommandable sans compter sur aucun retour de quelque reconnaissance de la part des élèves, contentons nous de la satisfaction d’avoir donné à la société un sujet distingué qui fait honneur à notre académie. D’ailleurs s’il y a des peintres, des sculpteurs, de dessinateurs, il nous faut des temples, des palais, des maisons pour les décorer de leurs productions. On peut encore objecter qu’avec de bons livres d’architecture, on peut y faire des progrès : oui si l’élève est instruit par un maitre, si ce maitre lui a communiqué ses lumières, s’il lui a fait connaître et sentir les difficultés de l’art. Autrement le liseur restera enseveli dans la poussière de ses livres, et l’on na jamais entendu dire que celui qui y puise simplement son savoir, sans autre secours plus effectif, ait acquis le tire de fameux architecte. Il en est la même chose à l’égard de tous les arts : les livres font beaucoup pour perfectionner le talent, mais il faut auparavant se former une bonne pratique par le secours de quelqu’un qui vous en démontre les principes. Si le fait n’était pas prouvé, les académies, les chaires, les collèges et les écoles publiques depuis longtemps n’existeraient plus.

Après vous avoir communiqué mes idées, c’est à vous, mes chers confrères, d’examiner si elles sont justes, si j’ai trop dit, ou trop peu, et d’en décider selon vos équitables lumières. J’ose pourtant avancer, de quelque manière que vous délibériez, qu’il nous convient de contribuer par nos talents à l’illustration de notre académie, et que si ce même sentiment vous anime, tandis que les Professeurs du dessin exerceront alternativement deux heures les jours que l’académie est ouverte, savoir l’un dans la salle du dessin et l’autre dans la salle du [fº 23v] modèle, en se partageant également le nombre de séances comprises dans le courant de l’année, les professeurs de géométrie, d’architecture, de perspective et d’anatomie doivent à leur tour les tenir pendant une heure et se les partager pareillement, en supprimant cependant le jeudi de toutes les semaines. [rayé : Il est aussi à propos, ainsi qu’il est d’usage que] Leurs séances selon l’usage précèdent celles du dessin et du modèle [rayé : afin que] les élèves au sortir des études des sciences aient la liberté de dessiner. Chaque professeur ainsi attaché à son devoir, [ajouté : bien loin d’être inquiété en aucune sorte], il en résultera tous les avantages possibles, et enfin à l’abri de tout fâcheux événement, nos démarches, nos soins par les progrès qui se manifesteront en faveur de tous les arts, seront sans cesse les garants de l’utilité de notre académie.

En bas de la page, titre du document (mais en position inversée : Mémoire de la position actuelle où se trouve notre académie

NB. Il existe au bas de la page des lignes écrites au crayon difficilement lisibles qui correspondent sans doute aux ajouts.

Haut de page

Notes

1 Étienne Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie Nationale, 1881-890, 2 vol.

2 Luc Georget (dir.), Marseille au xviiie siècle. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture (1753-1793), Paris, Somogy, 2016, 319 p. [catalogue de l’exposition présentée au musée des Beaux-Arts de Marseille du 17 juin au 16 octobre 2016].

3 Le seul témoignage sûr semble une académie de Jean-Baptiste Giry, (Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., cat. 63 p. 135) qui doit en fait être dessinée d’après une gravure. En revanche, l’exposition (Ibidem, p. 256-265) qui montrait le succès qu’elle avait dans le domaine de l’architecture, avec un professeur de l’envergure de Claude Jacques Dageville.

4 Olivier Bonfait, « Ecole de dessin, académie, académies. L’« Académie de Peinture, &c de Marseille » dans l’espace des Lumières », dans Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., p. 77-85.

5 Ces initiales n’ont pu être développées. Une possibilité serait Préaudeau de Monchamp, nommé en 1755 académicien honoraire, et qui est cité dans l’almanach de 1770 comme receveur des Fermes du Roi, habitant rue Lafont.

6 Il n’existe pas de périodique régulier alors à Genève, et la consultation de catalogues en ligne de bibliothèques suisses et françaises semble indiquer que le texte n’a pas été publié.

7 Pour les documents cités, voir Parrocel, Histoire documentaire, op. cit., I, p. 20-27.

8 Le rédacteur de la lettre est en effet bien informé, et montre qu’à Marseille, dès janvier 1763, à peu près tout le monde savait que le directeur-recteur, Verdiguier, quittait vraisemblablement définitivement Marseille pour travailler en Espagne, information que fournit le secrétaire de l’Académie, Moulinneuf à son directeur perpétuel, Dandré-Bardon, simplement dans une lettre en date du 30 mai (Parrocel, Histoire documentaire, op. cit., I, p. p. 96).

9 Pour les changements de localisation, voir Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., p. 105-106.

10 Ce n’était pas la première fois qu’un artiste membre de l’Académie critique l’institution : le 29 juin 1761, Moulinneuf informe Verdiguier, alors à Bayonne, que Loys, reçu depuis peu a déblatéré contre l’Académie (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 89).

11 Lettre de d’Angiviller à Dandré-Bardon, du 26 mars 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. p. 69).

12 Pour la correspondance en réaction à ce libelle, voir Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. p. 270-294.

13 Sur lui, voir la lettre de Moulinneuf à Beaufort du 24 janvier 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 272) et celle du 2 février 1780 (Ibidem, p. 279-280).

14 Il est cité dans l’Almanach comme membre associé en 1779. Pour l’avis de l’Académie marseillaise, voir la lettre de Moulinneuf à Beaufort du 24 janvier 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 272). Avec Marchand, il fait partie des rares noms qui ne furent pas bannis par la suite des almanachs (voir note infra).

15 Il est cité pour la première fois comme agréé dans l’Almanach de Marseille de 1782 (p. 257). Parrocel le déclare agréé en 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., II, p. 289).

16 Etienne Parrocel, Annales de la peinture. Ouvrage contenant l’histoire des écoles des d’Avignon d’Aix et de Marseille, Paris/Marseille, Ch. Albessard et Berard, 1862, p. 409.

17 Sur Philippe-Henri Coclers Van Wick, voir Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., cat. 59.

18 Ces dates d’intégration sont tirées de l’Almanach de Marseille de 1779 (p.254-255). Parrocel ne les fournit pas toujours. Chays était réputé pour avoir mauvais caractère, et Moulinneuf s’était plaint en 1764 du comportement de Foucou et de cet artiste (voir la lettre citée dans Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., II, p. 232).

19 Parrocel le déclare agréé à l’Académie en 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., II, p. 289) sans doute d’après la lettre de Dandré-Bardon à l’Académie du 3 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 275), mais il n’apparaît jamais cité comme relevant de l’Académie dans les listes des Almanachs, publiés depuis 1770, ni dans les premiers documents sur l’Académie.

20 En effet, à part Marchand, graveur du duc de Chartres et Durand, inspecteur de la Librairie en Provence, tous les signataires du libelle qui avaient intégré à un titre ou un autre l’Académie ne sont plus cités dans la liste fournie par l’Almanach pour les années 1780-1788, soit à peu près jusqu’à la mort du Moulinneuf (1789). On peut penser que celui-ci, qui n’avait pu les punir comme il le souhaitait à cause de l’interdiction de Dandré-Bardon, avait trouvé au moins ce moyen pour les exclure de la représentation publique de l’Académie. Ces exclus semblent néanmoins continuer à faire carrière au sein de l’institution, comme on le verra plus bas.

21 Cette jalousie est d’ailleurs suggérée par Moulinneuf, dans une addition à la lettre du 2 février 1780, dans laquelle le secrétaire évoque les attentions de l’Académie envers un sculpteur qui avait été envoyé à Rome par l’impératrice de Russie, Mikhaïl Kolovski, qui est agréée en 1780 (mais qui selon l’Almanach de 1781, réside alors à Saint-Petersbourg).

22 Voir la lettre de Moulinneuf à Dandré-Bardon du 4 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 282).

23 La plupart de ses justifications sont précisées dans une lettre envoyée à Beaufort à Paris en date du 2 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 277-280).

24 Voir sur ce point, notamment la lettre de Dandré-Bardon du 15 mars 1780 adressée à l’Académie (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 284-285).

25 L’affiche annonçant le poste de modèle à pourvoir n’est en effet prête à être envoyée à Paris que dans une addition à une lettre du 2 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 281-282).

26 Lettre de Moulinneuf à Beaufort du 2 février 1780 (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 279).

27 Voir une liste de ces discours et la transcription de quelques uns dans Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 335-349). Pour un autoportrait de Moulinneuf, voir Georget, Marseille au xviiie siècle, op. cit., cat. 34.

28 En 1778, ils sont au nombre de 65 selon l’Almanach de 1779.

29 Le mémoire de 1755 mentionne bien une « école académique de dessin, peinture, sculpture, géométrie, mécanique, perspective, architecture et anatomie » (Parrocel, Histoire documentaire..., op. cit., I, p. 13) et les statuts de 1756 citent expressément un professeur d’architecture navale (Parrocel, ibidem, I, p. 20).

30 Ce point de vue n’empêche pas la confiance dans les vertus de l’apprentissage académique, qui permet que même « tel qui n’a qu’un bonnet pour coiffure peut devenir en étudiant un artiste des plus célèbres ».

31 Daniel Roche estime ainsi que le travail dans les académies repose toujours sur un petit nombre d’individus, autour de douze membres environ (Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province, Académies et Académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris/La Haye, Mouton, 1978, 2 vol. ; vol. I, p. 360 pour cette indication).

32 Voir par exemple les tribulations de l’Académie royale de Pau (Christian Desplat, L’Académie Royale de Pau au 18e siècle, Pau, Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, Collection « Béarn-Adour », 1971)

33 On n’en sait malheureusement guère plus sur ces deux incidents. Le premier est relaté par Parrocel d’après une protestation émise par l’Académie de peinture et conservée dans les archives municipales (Parrocel, Histoire documentaire, op. cit., I, p. 75-76), le second dans Révolutions de France et de Brabant, 1789, nº 35, p. 545-546.

34 « J’ai reçu les académies que vous m’aviez adressées. Je vous avouerai qu’en les examinant j’ay regretté les premiers tributs de votre zèle que je présentais avec tant de plaisir à l’Académie royale. Serais-je devenu plus délicat, seriez-vous devenus plus faibles ? Permettez moy de vous rappeler les beaux-ensembles, les formes pures et élégantes, les détails exacts qui sont exposés sous vos yeux dans les dessins que vous avez de nos maitres » (cité dans Parrocel, Histoire documentaire, op. cit., I, p. 155).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Lettre anonyme adressée à Verdiguier, Marseille, 20 mai 1763
Crédits Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 988, folio 30r.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2 : Lettre adressée par plusieurs « associés de l’Académie » au Directeur des Bâtiments du Roi demandant un changement à l’Académie, janvier 1780
Crédits Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 988, folio 82r.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 3 : Brouillon de discours de Moulinneuf décrivant l’état de difficulté de l’Académie et proposant de revenir au règlement pour la rétablir (avant 1780)
Crédits Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, manuscrit 899, folio 17r.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bonfait, « D’autres points de vue sur l’Académie de peinture de Marseille : une lettre anonyme, un libelle, un brouillon de discours », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 39-68.

Référence électronique

Olivier Bonfait, « D’autres points de vue sur l’Académie de peinture de Marseille : une lettre anonyme, un libelle, un brouillon de discours », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/5365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.5365

Haut de page

Auteur

Olivier Bonfait

Olivier Bonfait est professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Bourgogne, après l’avoir été à l’Université d’Aix-Marseille de 2006 à 2011.
Il est spécialiste de l’histoire sociale de l’art des xviie et xviiisiècles, et a notamment étudié la genèse et l’histoire de l’Accademia Clementina de Bologne (dans Les Tableaux et les pinceaux. La naissance de l’école bolonaise, Rome, 2000). Il dirige des travaux sur l’école de dessin de Dijon au xviiie siècle. Sa dernière publication : « Les frères Le Nain : ateliers, autoportraits et autobiographies » dans Nicolas Milovanovic et Luc Piralla Heng-Vong, (dir.), Le mystère Le Nain, Lens/Paris, Musée du Louvre-Lens/Liénard éditions, 2017, p. 66-77.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search