Navigation – Plan du site
L’Académie de Marseille et les trajectoires individuelles

Joseph II Cellony (1730-1786) : l’Académie contre l’oubli

Joseph II Cellony (1730-1786): Remembered through the Academy
Yohan Rimaud
p. 87-96

Résumés

La récente exposition du musée de Marseille a mis en évidence le rôle central de l’Académie dans la formation et la carrière des artistes, parfois au point d’en constituer la seule trace subsistante. C’est le cas de Joseph II Cellony (1730-1786), fils et petit-fils de portraitistes aixois, qui renonça à une carrière officielle après avoir échoué à se faire reconnaître en tant que peintre d’histoire. Ses peintures, non localisées, ne permettent hélas de se faire une idée de l’artiste ; il existe en revanche un groupe de dessins, la plupart à la plume, qui témoigne d’une main habile. Les deux sources que nous publions ici, la notice manuscrite rédigée par son frère Jean-Louis ainsi que les mentions des relations que Cellony entretint avec l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille au début des années 1760, permettent de mieux comprendre la trajectoire de cet artiste gentilhomme ; à ces quelques points de repère biographiques, nous proposons de relier un premier corpus de dessins.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

La vie et l’œuvre de Joseph Cellony auraient pu sombrer dans un oubli complet et définitif si quelques dessins signés, la plupart à la plume et en mains privées, n’avaient permis à son nom de survivre tant bien que mal. L’artiste n’est entré dans les collections publiques que récemment. Nous voudrions ici, en publiant la notice biographique que lui a consacré son frère et en évoquant les relations qu’il entretint avec l’Académie de Marseille, réunir quelques points de repère biographiques et proposer d’y relier un premier corpus de dessins.

Aucun de ses contemporains ne semble avoir accordé à Cellony la moindre ligne biographique et à peine douze ans après sa mort, « Giovanni Celony » (sic) est placé parmi les artistes de l’école italienne dans le catalogue d’une vente parisienne. Les sources imprimées sont totalement muettes sur son activité jusqu’au milieu du xixe siècle, lorsque les provençalistes Ambroise Roux-Alphéran en 1846 et Etienne Parrocel en 1862 publient quelques lignes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohan Rimaud, « Joseph II Cellony (1730-1786) : l’Académie contre l’oubli », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 87-96.

Référence électronique

Yohan Rimaud, « Joseph II Cellony (1730-1786) : l’Académie contre l’oubli », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5384 ; DOI : 10.4000/rives.5384

Haut de page

Auteur

Yohan Rimaud

Yohan Rimaud est conservateur au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon. Ses recherches portent sur la peinture et le dessin français du xviiie siècle. Il a consacré plusieurs études à Jean-Baptiste Vanloo.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals