Navigation – Plan du site
L’Académie de Marseille et les autres foyers artistiques : entre émulation et rivalité

Des concurrentes de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille ?

Les écoles de dessin et de sculpture d’Aix d’après un Mémoire du sculpteur Jean‑Pancrace Chastel (1774)
Competition for the Marseille Academy of Painting and Sculpture? The schools of drawing and sculpture in Aix according to a Mémoire of the sculptor Jean‑Pancrace Chastel (1774)
Maël Tauziède-Espariat
p. 129-145

Résumés

L’étude d’un Mémoire du sculpteur Chastel révèle que le développement de l’enseignement artistique aixois dans la seconde moitié du xviiie siècle s’appuie sur des carences de l’Académie de Marseille. Sur le plan artistique, Aix tâche ainsi de favoriser les Beaux-Arts, en particulier la sculpture, afin de s’approprier un espace culturel négligé par Marseille, où les arts décoratifs sont mis à l’honneur. Sur le plan professionnel, les écoles aixoises offrent un statut social enviable aux artistes qui y enseignent, à la fois indépendant du système corporatif et alternatif au statut de l’académicien expérimenté à Marseille. Dès lors, la concurrence entre les écoles d’Aix et l’Académie de Marseille s’analyse positivement comme une quête de distinction dans un espace géographique partagé.

Haut de page

Dédicace

Je dédie cet article à Chantal Donnadieu (Sabatier-Desarnaud), qui m’a transmis le goût de l’Histoire et en a encouragé l’étude.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La création de l’école de sculpture d’Aix 
L’enseignement artistique à Aix
Le statut de l’artiste
Conclusion 

Aperçu du texte

Introduction

L’exposition consacrée en 2016 à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille a permis d’approfondir les connaissances relatives à cette institution. En revanche, ses relations avec le milieu artistique aixois n’ont pas encore été interrogées. En particulier, l’absence d’une académie semblable à Aix, capitale administrative, judiciaire et religieuse de Provence, soulève un certain nombre de questions.

Les sources liées à l’enseignement artistique aixois sont très lacunaires. Les écoles de dessin et de sculpture n’ont laissé aucun document endogène. Quant aux archives de la communauté des peintres et sculpteurs d’Aix, fort peu active par ailleurs, elles ne mentionnent pas l’existence des écoles. Seules une dizaine de délibérations prises par les administrations municipales et provinciales entre 1765 et 1788 ont été découvertes et déjà éditées ou signalées. Celles-ci reflètent ponctuellement l’activité des écoles, mais elles ne permettent pas de recomposer les progr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maël Tauziède-Espariat, « Des concurrentes de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille ? », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 129-145.

Référence électronique

Maël Tauziède-Espariat, « Des concurrentes de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5416 ; DOI : 10.4000/rives.5416

Haut de page

Auteur

Maël Tauziède-Espariat

Maël Tauziède-Espariat est doctorant contractuel chargé de cours en Histoire de l’art moderne à l’université de Bourgogne-Franche-Comté. Rattaché au Centre Georges Chevrier (UMR 7366), il prépare actuellement une thèse sur la reconnaissance publique des artistes parisiens établis en dehors de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1751‑1791). Il a récemment publié « Talent versus argent : un aspect des rapports de domination au sein de la Communauté des peintres et sculpteurs de Paris sous l’Ancien Régime », Revue Transversales du Centre Georges Chevrier - mis en ligne le 1er octobre 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals