Navigation – Plan du site
L’Académie de Marseille et les autres foyers artistiques : entre émulation et rivalité

Les ateliers de peinture et de sculpture des arsenaux en Provence en marge de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille

Painting and sculpture workshops in the arsenals of Provence on the fringes of the Marseille Academy of Painting and Sculpture
Magali Théron
p. 147-174

Résumés

Ce fut l’une des ambitions formulées dès 1755 par la future Académie de Marseille, de former des artistes et des dessinateurs pour les arsenaux de Marine. Se proposant de pallier le manque de peintres et de sculpteurs pour l’ornementation des vaisseaux, elle ambitionnait en outre d’enseigner « les éléments des arts du dessin » à un public plus élargi rassemblant l’ensemble du personnel maritime. Ces effets d’annonce de l’institution tendent toutefois à occulter cette réalité : que les arsenaux étaient déjà pourvus depuis le xviie siècle d’un ensemble de structures d’apprentissage du dessin. Quel a donc pu être l’apport de l’Académie phocéenne à l’arsenal de Toulon ? Pour y répondre, cet article se propose de revenir en amont, sur la genèse de l’apprentissage du dessin dans les arsenaux comme sur la délicate question du dessin d’après le modèle vivant, qui constituait, depuis 1655, le privilège de l’enseignement académique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les artistes des arsenaux
Les écoles de dessin des arsenaux
Les fonds d’atelier et l’étude par la copie
Le dessin d’académie
L’apport de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille à l’arsenal de Toulon

Aperçu du texte

« Il a presque toujours manqué de peintres et de sculpteurs pour les ornements que l’on fait à Toulon, ayant été obligé d’en faire venir des provinces voisines et du comtat d’Avignon. L’Académie de Marseille est en état d’en former et d’en entretenir un nombre suffisant, ainsi que plusieurs autres artistes nécessaires à ces mêmes ornements ».

Ce fut l’une des ambitions formulées par l’Académie de Marseille, de former des artistes et des dessinateurs pour les arsenaux de Marine. Dans leur mémoire du 5 mai 1755, envoyé au contrôleur général et au Duc de Villars, les membres de la nouvelle « École académique gratuite des arts du dessin » fondée en 1752, soulignaient le rôle que cette institution pourrait jouer « pour le bien du service du Roi » et « pour les arsenaux de la Provence ». En se proposant de « former » et « d’entretenir » un nombre suffisant d’artistes, l’école devait pallier le manque récurrent « de peintres et de sculpteurs pour les ornements » dans les arsenaux. Mais plu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Théron, « Les ateliers de peinture et de sculpture des arsenaux en Provence en marge de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 147-174.

Référence électronique

Magali Théron, « Les ateliers de peinture et de sculpture des arsenaux en Provence en marge de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5430 ; DOI : 10.4000/rives.5430

Haut de page

Auteur

Magali Théron

Maître de conférences en histoire de l’art moderne à Aix-Marseille Université-UMR TELEMMe, Magali Théron est spécialiste de l’ornementation navale et de la population des artistes dans les arsenaux. Ses travaux récents portent plus spécifiquement sur les artistes et les collectionneurs en Provence ou sur la théorie artistique au xviie siècle et sur les procédés de représentation.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals