Navigation – Plan du site
Varia

Quelques notes sur le Tarquin et Lucrèce de Titien à Cambridge : un « palimpseste » oublié ?

Notes on Titian’s Tarquin and Lucretia in Cambridge: A forgotten “palimpsest”?
Christophe Duriez
p. 183-194

Résumés

De nouveaux éléments permettent d’étayer la théorie selon laquelle le Tarquin et Lucrèce de Titien remis à Philippe II aurait une visée diplomatique dans la constitution de la Sainte-Ligue suite à l’attaque ottomane de Chypre en 1570. Premièrement, deux indices iconiques - la présence discrète d’une tête de dragon sur le fourreau d’épée et le type de ceinture porté par l’agresseur - orientent le regard vers une assimilation de Tarquin à un Turc. Ensuite, une note oubliée de Frédéric Quilliet, conservateur français des collections royales espagnoles durant la période napoléonienne, révèle un repeint « à la turque » des figures en présence. Quilliet explique qu’il a lui-même opéré la restauration et effacé les retouches qui altéraient l’œuvre quand il l’a découverte.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Dans un article récent, Kiyo Hosono propose une lecture « politique » de la « pittura di Lucretia romana violata da Tarquinio » de Titien conservée au Fitzwilliam Museum de Cambridge [ill.1]. Le sujet de cette peinture provient d’un fait majeur de l’histoire romaine, rapporté par des auteurs antiques et repris par des modernes. Événement à forte charge symbolique, le viol de Lucrèce par Sextus Tarquin, fils du roi étrusque, a déterminé, par contrecoup, un bouleversement politique par l’abolition de la royauté dans la Rome antique et la fondation de la République. S’appuyant notamment sur la correspondance du peintre avec Philippe II, Kiyo Hosono considère la peinture de Titien comme un instrument diplomatique des instances politiques dirigeantes de Venise. Le tableau, envoyé en cadeau à Philippe II au printemps 1571, aurait une fonction argumentative visant à convaincre le monarque d’accentuer l’engagement espagnol dans la Sainte-Ligue. Cette alliance militaire entre Venise, la papa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Duriez, « Quelques notes sur le Tarquin et Lucrèce de Titien à Cambridge : un « palimpseste » oublié ? », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 183-194.

Référence électronique

Christophe Duriez, « Quelques notes sur le Tarquin et Lucrèce de Titien à Cambridge : un « palimpseste » oublié ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5456 ; DOI : 10.4000/rives.5456

Haut de page

Auteur

Christophe Duriez

Université Lille 3 / Université Ca’ Foscari

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals