Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Catherine Brice (dir.), Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis. La Fraternité en Italie (1820‑1924)

Rome, École française de Rome, collection de l’EFR-259, 2017, 344 p.
Stéphane Mourlane
p. 223-225
Référence(s) :

Catherine Brice (dir.), Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis. La Fraternité en Italie (1820-1924), Rome, École française de Rome, collection de l’École française de Rome-259, 2017, 344 p.

Texte intégral

  • 1 G. Bertrand, G. Montègre, C. Brice (dir.), Fraternité : pour une histoire du concept, Grenoble, Les (...)
  • 2 C. Brice, S. Aprile (dir.), Exil et fraternité au xixe siècle, Bordeaux, ed.Bières, 2013.

1Les études réunies par Catherine Brice dans ce volume constituent le troisième volet éditorial d’un très riche programme soutenu entre 2008 et 2012 par l’Agence nationale de la recherche (ANR) sur « La fraternité comme catégorie de l’engagement politique en Italie et en Europe (1820-1930) ». Les chercheurs de ce programme ont commencé par explorer l’histoire du mot fraternité et de ses usages au cours du xixe siècle1. Une deuxième étape a consisté à mettre la fraternité à l’épreuve de l’exil suscité par l’engagement politique dans le cadre de processus d’affermissement et de constructions nationales en Europe2.

2Le colloque international qui s’est tenu à l’École française de Rome en mai 2012, dont les actes nous sont ici présentés, a resserré la focale sur l’Italie. Au-delà du tropisme italien d’un certain nombre de chercheurs impliqués dans le programme « Fraternité », ce pays dont l’hymne en appelle aux Fratelli d’Italia, offre un terrain d’étude fécond pour saisir à la fois la polysémie du terme « fraternité », mais aussi les modalités et formes de transposition dans le champ de l’action politique. Le foisonnement, la diversité et l’intensité des engagements que suscite le Risorgimento n’en constituent pas seulement le contexte ou le révélateur de cultures politiques, ils donnent aussi à la fraternité une fonction matricielle dans l’élaboration des représentations de la nation. Dans cette perspective, la quinzaine de contributions à l’ouvrage s’attachent essentiellement à examiner au travers du prisme fraternel les rapports entre cultures politiques et engagement qui sous-tendent les formes de mobilisation.

  • 3 A. M. Banti, La nazione del Risorgimento : parentela, santità e onore alle origini dll’Italia unita(...)

3Dans le prolongement des analyses d’Alberto Mario Banti 3, les auteurs de l’ouvrage viennent souligner à quel point la famille a constitué un socle et un ressort dans le processus de formation nationale en Italie. Laura Casella rappelle que le lexique politique très largement emprunté à celui de la famille, au travers de métaphores telles que « mère patrie », « pères de la patrie » et bien sûr « frères d’Italie ». En ce sens, Catherine Brice a raison de souligner dès l’introduction qu’avant d’être un concept, la fraternité est un état, un sentiment. L’un des apports originaux de l’ouvrage collectif est d’ailleurs de mettre en lumière la complexité du rapport entre les liens familiaux fraternels et l’engagement politique. Dans le cas de la fratrie D’Azeglio étudié par Lucy Riall, la famille constitue à la fois un socle et un cadre d’appartenance politique donnant un certain flou à la distinction entre les espaces privés et publics. Les souvenirs de l’illustre Garibaldi et de l’historien, moins connu, Giuseppe Cantu témoignent aussi, nous dit Pascale Budillon Puma, du caractère fondateur du rapport à la fratrie mais aussi de la variété des usages du terme de fraternité. Le cas de l’engagement des frères Ciaroli, mais aussi d’autres fratries de Pavie, étudiées par Arianna Arisi Rota et Marina Tesoro donnent à voir une « fraternité en action » où les liens du sang déterminent durablement l’engagement politique. Mais ces liens se dénouent parfois dans le cadre familial, comme on le sait, ou à l’épreuve de l’engagement politique comme le montrent les « frères asymétriques » qu’examine Agostino Bistarelli.

4Au-delà des rapports familiaux, plusieurs contributions mettent l’accent sur l’influence de la culture chrétienne dans la définition des formes de fraternité convoquées par différent acteurs.

5Claudio Chiancone souligne cet aspect dans l’analyse des rapports entre les élèves du littérateur Melchiore Cesarotti à Padoue tout en observant fort justement que ces rapports fraternels ne peuvent être saisis pleinement sans évoquer la figure paternelle. Filippo Pozzolato remarque que cette fraternité chrétienne n’est pas nécessairement porteuse d’égalité et que la doctrine sociale de l’Église établit des hiérarchies en fonction de la « destination naturelle » et des apports de chacun au « bien-être de la société ». L’imprégnation chrétienne semble aussi justifier en partie la hiérarchie fraternelle au sein d’associations de combattants auxquelles Catherine Brice consacre un article. On est bien sûr moins surpris de voir les origines chrétiennes de la fraternité mobilisées par les contre-révolutionnaires. En revanche, l’article que leur consacre Simon Sarlin montre bien qu’ils partagent avec leurs opposants une fraternité d’armes forgées dans l’expérience combattante. On retrouve ainsi des soldats transnationaux engagés en Italie, en particulier les Allemands étudiés par Ferdinand Göhde, des deux côtés, démocratiques et « légitimistes ». Les contributions d’Alessio Petrizzo et de Gian Luca Fruci en se concentrant sur la séquence cruciale du « long 1848 » contribuent encore à convaincre du caractère opératoire de la fraternité combattante, non sans références à l’expérience de la Révolution française pour les mazziniens et les garibaldiens, comme vecteur politique de mobilisation. Les associations d’anciens combattants constituent d’ailleurs, comme le souligne Catherine Brice, une des formes d’organisation politique spécifique véhiculées par cette fraternité, tout en ouvrant en leur sein des fraternités variées. La guerre civile contre les brigands méridionaux analysée par Pierre-Yves Manchon est une occasion d’élargir à la population civile, appelée à soutenir la répression menée par l’armée, cette forme de fraternité forgée dans la violence dans une perspective d’unité nationale. L’ouvrage se clôt du reste sur une contribution de Teresa Bertilotti consacrée à la Grande Guerre qui redonne de la vigueur à la notion de fraternité comme vecteur de mobilisation nationale pendant et après le conflit.

6Pourtant l’Italie demeure à ce moment, comme aujourd’hui encore à certains égards, un pays « en quête d’unité ». Sans doute, et ce n’est pas le moindre des intérêts de l’ouvrage, faut-il y voir derrière l’apparent consensus fraternel et la convocation systématique de la figure métaphorique de la fraternité, la grande plasticité du terme dont l’acception varie, y compris au sein d’un même groupe uni par des principes et des actions politiques partagés. Les « cohortes » dans lesquelles les Italiens sont appelés à se rassembler par Goffredo Mameli dans l’hymne national sont dans cette perspective à considérer comme l’expression de cette diversité et pas uniquement comme celle de l’unité nationale. La réflexion particulièrement stimulante engagée par Catherine Brice éclaire en cela le processus de construction nationale en Italie, mais pas seulement. Elle offre un socle très solide aux études, bien au-delà de la Péninsule, sur les représentations de l’idée nationale.

Haut de page

Notes

1 G. Bertrand, G. Montègre, C. Brice (dir.), Fraternité : pour une histoire du concept, Grenoble, Les Cahiers du CHRIPA nº 20, 2012.

2 C. Brice, S. Aprile (dir.), Exil et fraternité au xixe siècle, Bordeaux, ed.Bières, 2013.

3 A. M. Banti, La nazione del Risorgimento : parentela, santità e onore alle origini dll’Italia unita, Turin, Einaudi, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Mourlane, « Catherine Brice (dir.), Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis. La Fraternité en Italie (1820‑1924) », Rives méditerranéennes, 56 | 2018, 223-225.

Référence électronique

Stéphane Mourlane, « Catherine Brice (dir.), Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis. La Fraternité en Italie (1820‑1924) », Rives méditerranéennes [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5490

Haut de page

Auteur

Stéphane Mourlane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals