Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

A caccia dell’oro rosso. Le comunità del ponente ligure e la pesca del corallo nel xvii secolo

Paolo Calcagno
p. 17-34

Résumés

À la quête de l’or rouge. Les communautés de la Ligurie occidentale et la pêche au corail au xviie siècle. Grâce aux archives des notaires et en focalisant l’attention sur le cas de la petite communauté de Laigueglia, cet article tente d’approfondir une histoire très importante de l’économie préindustrielle ligure, ayant eu un impact très fort sur la société locale : la pêche du corail dans la mer Tyrrhénienne, pratiquée chaque année entre les mois d’avril et de septembre. Ce travail s’arrête notamment sur le dernier quart du xviie siècle, soigneusement examiné car constituant le moment d’expansion maximale de cette activité en Ligurie occidentale. Les coralines partaient pêcher dans les mers de Sardaigne (Bosa, Alghero, Castello Aragonese - Castelsardo aujourd’hui) et étaient, en même temps, occupées à de petits trafics, non seulement sur le trajet aller, mais aussi sur le chemin du retour (fromages, viande, blé). L’analyse porte sur l’organisation et le financement des expéditions vers les bancs de corail de Sardaigne, et sur la relation entre marchands et patrons de barque pour le recrutement des marins et la vente sur le marché de « l’or rouge ». La concurrence entre Gênes et Livourne pour s’accaparer le corail pêché de la Ligurie à la Sardaigne alimentait une des principales pratiques illicites en mer Tyrrhénienne, mais révèle, dans le même temps, des choix différents sur la commercialisation du produit et la répartition des bénéfices au sein des équipages.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduzione
Dalla spiaggia della comunità ai banchi di corallo (e ritorno)
Conclusione

Aperçu du texte

Introduzione

Sulla sommità di capo Mele, nella Riviera ligure di ponente, sorge un santuario intitolato a Nostra Signora delle Penne: in passato era l’ultimo edificio salutato dalla moltitudine di marinai che a inizio primavera partiva dalla vicina Laigueglia per recarsi sui ricchi banchi coralliferi della Corsica, della Sardegna e del Nordafrica. I grandi occhi della Madonna affrescata sul lato che si affaccia verso il mare servivano a infondere coraggio alle ciurme che si apprestavano a compiere un viaggio di lavoro lungo (il rientro avveniva di solito a fine agosto), faticoso, nonché pericoloso, a causa soprattutto dei corsari barbareschi.

A partire erano i protagonisti di una « transumanza » che ha avuto fortissime ricadute sia sulla struttura socio-economica, sia sulla religiosità popolare. A Cervo con i proventi della pesca del corallo venne costruita una magnifica chiesa, consacrata a S. Giovanni Battista, davanti alla quale le donne del luogo, alla fine della stagione della pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Calcagno, « A caccia dell’oro rosso. Le comunità del ponente ligure e la pesca del corallo nel xvii secolo », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 17-34.

Référence électronique

Paolo Calcagno, « A caccia dell’oro rosso. Le comunità del ponente ligure e la pesca del corallo nel xvii secolo », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5578 ; DOI : 10.4000/rives.5578

Haut de page

Auteur

Paolo Calcagno

Università degli Studi di Genova, NavLab, Gênes, Italie.
Paolo Calcagno est chercheur à l’Université de Gênes et membre du Laboratoire d’histoire maritime et navale (NavLab). Ses intérêts de recherche sont liés à l’histoire sociale et économique de l’espace méditerranéen de l’époque moderne. Il participe aux activités du groupement d’intérêt scientifique d’Histoire & Sciences de la mer. Avec Luca Lo Basso, il dirige la série éditoriale Studi storici marittimi.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals