Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

Être corailleur en Algérie au xixe siècle : pratiques du métier et reconversion professionnelle chez une population maritime en déclin à l’époque coloniale (Bône, La Calle, 1832‑1888)

Hugo Vermeren
p. 35-54

Résumés

L’or rouge joue un rôle moteur dans la conquête de l’Algérie, son développement économique au xixe siècle et le peuplement européen de ses ports. L’exploitation de cette ressource se situe à l’origine des premières décisions d’occupation durable des côtes et occupe une large frange de la population allochtone, principalement italienne. Cet article se propose de retracer les modalités d’implantation des corailleurs dans les deux principaux centres de pêche du corail que sont Bône et La Calle depuis le décret de 1832 qui libéralise l’activité à la loi de 1888 qui participe à son arrêt brutal. Les nombreux rapports des administrateurs maritimes éclairent les évolutions structurelles de l’industrie du corail et leur impact négatif sur le métier de corailleur. Les parcours des corailleurs témoignent quant à eux de la dégradation des conditions de ces pêcheurs et de leurs familles à mesure que la ressource s’épuise et que le Gouvernement général de la colonie en restreint l’accès.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La « francisation » du secteur corallien
Déficit de main-d’œuvre et concurrence
La Calle, capitale des corailleurs
Reconversions professionnelles
« Communautés closes » ? 
Conclusion

Aperçu du texte

Dans un article pionnier paru en 1980, Jean-Louis Miège présentait les spécificités de la pêche du corail en Algérie et les mutations qui s’étaient opérées au xixe siècle. Il insistait notamment sur la structure et l’organisation de cette activité, sur sa dimension « spéculative » la distinguant, à bien des égards, des pêches dites « nourricières » de poissons pélagiques (sardines, allaches, anchois, thons, etc…) exercées en Algérie à la même époque. Ne créant pas de liens directs entre le pêcheur et le consommateur, la pêche du corail incluait un grand nombre d’acteurs : armateurs, patrons de barque, marins, transporteurs, négociants, ouvriers-sculpteurs. Elle couvrait une zone maritime très large, raccordant les différents ports qui se prêtaient à sa pêche, à sa transformation et à sa revente. Au xixe siècle, le corail rouge était principalement pêché sur le littoral oriental du Maghreb, le long de la « côte du corail », portion du rivage reliant Bône à La Calle ainsi désignée dep...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Vermeren, « Être corailleur en Algérie au xixe siècle : pratiques du métier et reconversion professionnelle chez une population maritime en déclin à l’époque coloniale (Bône, La Calle, 1832‑1888) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 35-54.

Référence électronique

Hugo Vermeren, « Être corailleur en Algérie au xixe siècle : pratiques du métier et reconversion professionnelle chez une population maritime en déclin à l’époque coloniale (Bône, La Calle, 1832‑1888) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5622 ; DOI : 10.4000/rives.5622

Haut de page

Auteur

Hugo Vermeren

Membre de première année de l’École française de Rome, Section Époques moderne et contemporaine.
Hugo Vermeren est membre de l’École française de Rome. Il est l’auteur de Les Italiens à Bône. Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie (1865-1940) (Rome, 2017). Ses recherches actuelles portent sur la gouvernance des ressources halieutiques en Méditerranée et les migrations des pêcheurs italiens vers le Maghreb au xixe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals