Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Dossier : Autour du corail rouge ...Pêche du corail et défense des re...

Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

Pêche du corail et défense des recettes publiques dans le contexte ligure : réglementations et problèmes de contrôle (xviie‑début xviiie siècle)

Alessio Boschiazzo
p. 55-70

Résumés

Cet article propose une première analyse des principaux problèmes fiscaux que la République de Gênes a dû affronter au cours du xviie siècle et au début du xviiie dans le cadre de la pêche du corail, une activité ayant connu une forte expansion au cours de l’époque moderne. La diffusion de pratiques illicites dans le milieu des pêcheurs et la forte concurrence du port voisin de Livourne ont contraint les autorités ligures à adopter une série de stratégies dont le but était de freiner les fraudes, ainsi que de limiter les risques de perte de parts de marché, et donc de recettes fiscales. L’action génoise, bien que lacunaire, témoigne de l’intérêt et des efforts du gouvernement de Saint Georges pour améliorer sa capacité de contrôle sur l’ensemble du domaine de l’État et adapter ses politiques à la situation du marché.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Livio Antonielli et Stefano Levati (dir.), Contrabbando e legalità : polizie a difesa di privative, (...)
  • 2 Rodolfo Savelli, « Un seguace italiano di Selden : Pietro Battista Borghi », Materiali per una stor (...)
  • 3 Paolo Calcagno, « Lotta al contrabbando nel mare « ligustico » in età moderna : problemi e strategi (...)
  • 4 Jusqu’au début du xviie siècle, le corail fut utilisé pour acheter essentiellement des épices. Par (...)

1Au cours de l’époque moderne, dans le cadre d’un laborieux processus de renforcement de leurs organismes, les États n’ont pas cessé de mettre en œuvre un contrôle plus efficace de leur système fiscal et, d’une manière plus générale, des territoires relevant de leur juridiction. La lutte contre les trafics illicites, et les pratiques frauduleuses dans leur ensemble, constitua donc l’un des principaux défis qu’ils devaient relever1. À cet égard, le cas génois se révèle particulièrement intéressant par ses spécificités, notamment en raison de la contradiction entre, d’une part, sa souveraineté territoriale, particulièrement tardive, fragile et inégale, et, d’autre part, un domaine maritime précocement reconnu et utilisé dès le xiie siècle pour soutenir un concept juridictionnel territorial de la mer légitimant un prélèvement fiscal généralisé2. Ce processus spécifique de construction de l’État a donc donné vie à un système fiscal principalement fondé sur les droits découlant du trafic maritime3. Parmi ces derniers, les droits sur le corail brut récolté dans les fonds méditerranéens et destiné à alimenter d’importants ateliers locaux, ainsi qu’un circuit commercial complexe à l’échelle mondiale reliant les marchés européens et asiatiques, revêtirent une importance toujours plus croissante entre le xviie et le xviiie siècle4.

  • 5 Entre le xve et xvie siècle, les Liguriens s’imposèrent comme les principaux détenteurs de monopole (...)
  • 6 Sur Francesco di Negro, cf. Lo Basso, « Entre l’Orient et l’Occident. Corail et épices dans les tra (...)
  • 7 Note du traducteur : le terme rivière, riviera en italien, désigne une portion de côte.
  • 8 Sur la pêche du corail des communautés ligures de la rivière du Ponant et sa composante socio-écono (...)

2À la base de cette branche d’activités figurait une pêche qui comptait les Liguriens parmi ses principaux acteurs depuis l’époque médiévale. Au cours du xvie siècle, celle-ci s’appuyait essentiellement sur deux modèles différents. Le premier, traditionnel, était celui du monopole, attribuant la concession temporaire et exclusive de bandes littorales à certains marchands ou groupes d’entreprises qui s’occupaient aussi bien de l’organisation de la pêche que de la commercialisation de ses produits. Il s’agissait d’un système déjà solidement établi, adopté depuis longtemps, aussi bien pour les littoraux d’Afrique du Nord que pour ceux de la Corse et de la Sardaigne5. Pour la pêche en Corse, on peut citer l’expérience du consortium liguro-marseillais dirigé par le noble génois Francesco di Negro, qui obtint en 1584 de l’administration de l’île un monopole de quatre ans pour l’exploitation du littoral, y compris entre Bonifacio et Ajaccio6. Il existait d’autre part un système assurant la liberté de pêche, moyennant, bien évidemment, le paiement de taxes ordinaires et d’une redevance annuelle. Comme l’a souligné Edoardo Grendi, il s’agissait dans ce cas d’un statut de pêche offrant aux marchands des rivières ligures7, généralement moins riches que les négociants de Gênes, la possibilité d’accéder à cette activité lucrative8.

  • 9 Giuseppe Doneddu, op. cit., 2002, p. 195-198.
  • 10 Par ce terme, on entend les embarcations utilisées pour la pêche du corail. La typologie varie en f (...)
  • 11 Les marchés asiatiques demandaient une transformation de type « en série » plutôt qu’artistique. Il (...)

3Entre la fin du xvie siècle et le début du xviie, sous l’impulsion des autorités centrales de la République, ce deuxième modèle s’est affirmé pour devenir prioritaire, tout du moins en ce qui concerne les littoraux corses9. Chaque année, des centaines de coralines10 quittaient les territoires du Ponant (Cervo, Diano, Laigueglia et Alassio) et du Levant (Portofino, Rapallo et Santa Margherita), pour se rendre dans les zones de pêche. À la fin de la saison, qui durait environ d’avril à fin août, le corail était en principe transporté vers les lieux de départ des coralines et livré aux marchands chargés de l’expédition. Le produit de la pêche était ensuite réparti entre les manufactures génoises, qui le façonnaient pour répondre aux demandes des marchés asiatiques11. L’insertion dans les circuits internationaux se faisait presque toujours par le biais de marchands issus des grandes familles du patriciat de la ville de Gênes, égalés et supplantés par la suite, comme il sera évoqué plus loin, par les Juifs et les Arméniens de Livourne.

  • 12 Cf., outre l’article déjà cité en note 3 : Paolo Calcagno, « Fraudes maritimes aux xviie et xviiie  (...)
  • 13 Sur le fonctionnement, le rôle et la structure de l’Office de Saint Georges, nous renvoyons au résu (...)

4Cette contribution entend présenter une première analyse des principaux problèmes que la République de Gênes a dû affronter à propos de la fiscalité sur la pêche du corail et des mesures qu’elle a adoptées pour tenter de les résoudre. Dans la continuité, au moins partielle, des études menées par Paolo Calcagno, une attention particulière sera accordée aux activités frauduleuses conduites par les pêcheurs ligures12. Comme nous le verrons, malgré la présence non généralisée de son appareil sur l’ensemble de son territoire, la République intervint en permanence avec des dispositions réglementaires et des mesures de police, comme par exemple avec l’envoi périodique d’inspecteurs spéciaux sur les rivières, les « commissaires », habilités à agir sur le vaste réseau des contrevenants, comprenant aussi bien les personnes soumises aux contrôles que les contrôleurs eux-mêmes. Cette attention particulière et continue sur la fiscalité pesant sur le corail s’explique par la rivalité que Gênes entretenait avec Livourne dans cette branche d’activités, et par l’importance de la valeur des trafics liés à cette « précieuse » marchandise. Dans le cadre de cet article, le choix a été fait de centrer le propos sur la pêche effectuée en Corse, territoire placé sous domination génoise jusqu’en 1768. La documentation utilisée pour ce travail est entièrement conservée aux Archives d’État de Gênes et provient avant tout de l’Office de Saint Georges, l’institution privée chargée, depuis le xve siècle, de la gestion de la fiscalité et de la dette publique de la République13. Il a également été fait usage de certains dossiers conservés au sein du fonds Corsica (principalement pour la correspondance avec les giusdicenti en poste sur l’île) et de la section Lettere dei consoli du fonds Archivio Segreto (uniquement pour la correspondance active des consuls de Livourne).

Les perceptions des droits et taxes sur le corail : une surveillance compliquée, entre infractions diffuses et outils de contrôle lacunaires

  • 14 Il s’agissait d’une taxe ad valorem (avec un taux normalement fixé à 5 %) perçue aussi bien à Gênes (...)
  • 15 En 1651, les autorités de la République décidèrent d’imposer une augmentation supplémentaire de 10  (...)

5Au niveau central, les deux principales recettes que la République percevait de la pêche du corail étaient, en simplifiant, le pescaggio (droit de pêche recueilli chaque année par les patrons au départ des communautés des rivières du domaine) et, surtout, la gabelle des carati, taxe sur la circulation des marchandises à la base du système fiscal génois14. Le pescaggio revêtait la forme d’une redevance fixe, généralement fixée à 40 lires, même si ce montant connut quelques variations au cours du siècle. Très rarement, ce droit avait pris la forme d’un pourcentage sur le corail récolté15. En revanche, pour payer le droit sur la circulation, les coralines étaient tenues de déclarer, une fois rentrées, le produit de leur pêche aux officiers de Saint Georges en poste dans les ports de Ligurie, afin de permettre la pesée et le calcul de l’impôt. La tâche n’était pas facile. Le 17 août 1603, le commissaire de Saint Georges à Porto Venere se plaignait des difficultés rencontrées pour imposer aux embarcations de retour de pêche la déclaration légale du corail récolté :

  • 16 ASG, San Giorgio (SG), Gabella Carati, fil. 2799/1.

« Hier soir, plusieurs coralines chargées de corail débarquèrent. Je dis et fis dire aux patrons de celles-ci de venir déclarer le chargement et de retirer les documents pour le paiement des droits ; mais sans obtenir aucune réponse, elles repartirent immédiatement vers Gênes. Les marins étant bien armés, je ne pus les obliger avec davantage de fermeté à respecter les règles.16 »

6En parcourant la documentation produite par l’Office de Saint Georges, il n’est pas rare de tomber sur des procédures et des plaintes relatives aux fraudes perpétrées par des corailleurs aux dépens de l’État. Bien qu’il soit difficile d’obtenir des données quantitatives suffisamment fiables, l’impression laissée par ces archives fait penser que ces pratiques illicites dans le milieu des pêcheurs devaient constituer la règle plutôt que l’exception. Comme pour les autres marchandises, l’introduction clandestine, peut-être à des endroits peu surveillés de la côte, représentait la principale violation à laquelle devaient faire face les autorités, sans être cependant la seule, comme nous le verrons plus loin.

  • 17 ASG, SG, Cancellieri (Ca.), fil. 346.
  • 18 Cette première réglementation fut plusieurs fois renouvelée au cours du xviie siècle, ne subissant (...)

7Au cours du xviie siècle, les procédures devant permettre aux autorités de « tracer » l’activité des coralines, et de s’assurer de la véracité des déclarations, furent en premier lieu améliorées. Une action efficace de surveillance se basait tout d’abord sur la connaissance exacte du nombre d’embarcations prévues de prendre la mer. Ainsi, dès 1609, les modalités établies entre la République et les pêcheurs de Cervo et de Diano pour la réintroduction de la pêche en Corse, prévoyaient que tous les patrons « étaient tenus de déclarer auprès du greffier du service administratif de Cervo, les noms des navires avec lesquels ils allaient pêcher, par qui ils étaient commandés et à qui ils appartenaient ». Une fois arrivées dans les zones de pêche convenues, les coralines devaient ensuite verser, ou s’engager à verser dans le délai imparti, la redevance annuelle due à la République. Enfin, il était prévu une double déclaration sur la quantité de corail récolté : tout d’abord aux giusdicenti corses, puis, au moment du retour sur le continent, aux présides douaniers des rivières17. En maitrisant les flux de coralines par un ensemble important et précis de formalités bureaucratiques, il s’agissait donc d’un processus qui devait permettre aux autorités génoises de croiser aisément les informations collectées et de veiller en même temps au paiement du droit de pêche et des gabelles imposées sur la circulation du produit brut18.

  • 19 Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 484-485.

8La mission de perception des droits était confiée, comme il a été indiqué précédemment, à l’Office de Saint Georges, qui s’est doté au fil du temps d’une série de moyens - hommes et embarcations - pour contrôler les flux commerciaux et lutter contre les trafics illicites. La principale douane de la République était, bien entendu, celle de Gênes, où était perçue la gabelle des carati et où étaient délivrés les bordereaux pour l’introduction, le transit ou la sortie des marchandises. Aux points d’abordage périphériques des rivières, plusieurs autres postes douaniers secondaires étaient également présents, tous placés sous la surveillance de gardiens et des forces de l’ordre (famegli, birri etc.). Pour les endroits au trafic intense, en revanche, des commissaires – dont le mandat durait en règle cinq ans – étaient chargés d’enregistrer sur des quinternetti (registres) prévus à cet effet toutes les marchandises entrantes et sortantes. En réalité, les gardiens relevant de l’Office de Saint Georges ne couvraient pas la totalité du territoire de la République. Dans la zone du Ponant, leur action s’exerçait seulement jusqu’à Savone, et les commissaires étaient donc essentiellement contraints de se servir des moyens locaux de justice à disposition des giusdicenti périphériques de la République. Il s’agissait, de toute évidence, d’un pouvoir insuffisant pour garantir un contrôle capillaire du territoire et éradiquer réellement les phénomènes de contrebande, notamment aux confins du domaine19.

  • 20 Ibid., p. 501.

9De fait, dans une large mesure, le manque de personnel avait pour effet de rendre inefficace la réglementation mise en œuvre par la République. Comment contrôler les trafics du corail, qui impliquaient des communautés entières avec seulement quelques hommes à disposition ? À cet égard, les mots du commissaire de Saint Georges à Alassio, Giovanni Martini, semblent parfaitement illustrer ce problème aigu. Ce dernier racontait le 7 février 1651 comment, chaque année, les pêcheurs de Laigueglia partaient « sans licence ni déclaration », de sorte qu’il était impossible de connaître les noms des patrons et le nombre des coralines. En outre, une fois la saison terminée, ces mêmes patrons rentraient sans aller déclarer la qualité et la quantité de corail collecté. Le produit restait ainsi en leur possession et ils restaient libres d’en disposer selon leur bon vouloir20. Les fonctionnaires aux confins du domaine se trouvaient contraints de déclarer le plus souvent les infractions, sans être toutefois capables de déterminer avec certitude qui étaient les contrevenants et leur nombre.

  • 21 Emiliano Beri, Genova e il suo Regno. Ordinamenti militari, poteri locali e controllo del territori (...)
  • 22 Fonction d’origine médiévale présente dans de nombreuses villes italiennes et chargée du service de (...)

10En Corse, où les coralines étaient tenues de payer le droit annuel de pêche, les opérations de contrôle et d’imposition étaient tout aussi compliquées. Sur l’île, au moins jusqu’en 1729, année du début des révoltes du xviiie siècle, la République maintint une structure administrative primordiale, dont les principales missions en temps de paix étaient le maintien de l’ordre public et la perception des impôts. Le Gouverneur général, siégeant à Bastia, représentait alors la plus haute fonction. Les différents giusdicenti locaux, commissaires et lieutenants, dont les attributions étaient aussi bien civiles que militaires, car ils commandaient les troupes déployées dans leurs juridictions respectives, relevaient de sa compétence21. Ils devaient, notamment à Ajaccio, Calvi et Bonifacio, percevoir des patrons de coralines le droit de pêche qui pouvait être réglé dès leur arrivée ou au terme de la saison. Au moment du paiement, les pêcheurs recevaient un reçu qu’ils devaient remettre au juge de la rivière une fois rentrés dans les communautés de départ. En Corse, chaque juge disposait d’une petite équipe de birri ou famegli, qui était chargée de l’assister dans l’administration de la justice et, dans ce cas, dans la perception des droits de pêche. Il semble que les opérations d’imposition ne se déroulaient pas toujours dans un climat tendu ou n’étaient pas toujours à l’origine de litiges. Néanmoins, les correspondances entre les fonctionnaires corses et la République témoignent de difficultés récurrentes, principalement dues à l’impossibilité de gérer le nombre élevé d’embarcations qui, au moins pour certaines années, se précipitaient en masse vers les zones de pêche de l’île (on en comptait parfois plus de deux cents, réparties sur un nombre réduit de zones). À la fin de la saison de la pêche de l’année 1707, le commissaire de Bonifacio signalait au moins une vingtaine de coralines « sans licence » en direction de Santa Margherita, après avoir contourné le contrôle du personnel local. Le fonctionnaire avait tenté de bloquer les contrevenants aussi bien en envoyant le bargello22 à l’entrée du port, qu’en chargeant un autre homme de loi de gagner le large et de patrouiller dans les eaux territoriales. De nombreux patrons étaient cependant parvenus à passer à travers les mailles du filet. Comme si cela ne suffisait pas, il avait été impossible d’obtenir le nom de la plupart d’entre eux, notamment parce que les patrons en règle, bien que sous serment, refusaient de dénoncer les coupables. Le problème, selon le commissaire, était précisément le nombre de personnes qui fourmillaient à la fin de la saison :

  • 23 ASG, CO, fil. 646.

« […] il est impensable que le bargello puisse reconnaitre, au beau milieu d’une foule venue pour la messe, à laquelle participaient, entre marins et habitants de l’ile, plus de 300 personnes, les patrons de coralines en infraction et les obliger à payer leur dette23 ».

  • 24 Les corailleurs étaient par ailleurs exonérés de nombreux droits exigés en règle générale sur les a (...)
  • 25 ASG, CO, fil. 646.
  • 26 ASG, CO, fil. 403.

11Les fraudes perpétrées en Corse ne touchaient pas uniquement le paiement du pescaggio. Même lorsque ce dernier était dûment versé, la faible surveillance des mers permettait aux pêcheurs de se déplacer en toute liberté vers les eaux sardes pour récolter du corail dans des zones qui leur étaient interdites. De tels abus étaient facilités par de nombreuses garanties et des avantages qui leur étaient concédés par les instances de la République, à savoir notamment les recommandations de « bon traitement » s’adressant fréquemment au personnel local24. Ainsi, toujours d’après le commissaire de Bonifacio, les pêcheurs profitaient de ces avantages « laissant entendre qu’ils pouvaient outrepasser leurs obligations fiscales25 ». Les mises en garde répétées pour inciter les fonctionnaires à fournir les meilleurs services possibles étaient le résultat des accusations fréquentes portées à leur égard d’avoir commis des abus et dépassé les limites de leurs fonctions26.

  • 27 Il s’agissait de la plus haute fonction de Saint Georges. Sur la structure et sur l’administration (...)
  • 28 ASG, SG, Ponente quinternetti caratorum, fil. 3226/1.
  • 29 Ibid ; Fiscalité et santé se battaient souvent sur le même front. À Gênes, comme dans le cas de la (...)

12Dans les rivières, le problème du manque de fiabilité du personnel préposé au contrôle des trafics était également à l’ordre du jour, au point que l’autorité centrale devait se préoccuper de la fidélité de ses propres préposés, en plus de celle de ses sujets. À cet égard, les accusations pour négligence, abus de pouvoir et corruption, ne concernaient pas seulement des policiers et les gardiens, bien souvent enclins à des pratiques illicites, en raison des maigres émoluments qu’ils percevaient. Elles touchaient aussi et surtout les hommes occupant les plus hautes fonctions, comme les commissaires de l’Office de Saint Georges et les giusdicenti de la République, auxquels on reprochait de temps en temps de frauder avec l’aide des trafiquants ou de profiter de leur position pour s’enrichir sur le « dos de pauvres gens ». Ainsi, le 15 décembre 1655, une lettre dont les auteurs sont inconnus faisait part aux Protettori de l’Office de Saint Georges27 des graves abus commis par le podestà de Cervo qui, en violation de la loi imposant aux patrons des coralines de déclarer la totalité du produit de leur pêche, avait imposé aux marins et commerçants de la communauté en question de payer des sommes d’argent pour son propre compte, sans se charger de peser les caisses de corail, ni même de les noter sur son quadernetto28. Mais un autre manquement alourdissait les charges contre l’agent : les coralines en question avaient de fait pêché à proximité des îles de Majorque et de Minorque, touchant également les côtes de la Catalogne, alors dévastée par la peste. Conformément aux instructions du Magistrat de la Santé, le podestà aurait donc dû envoyer les embarcations à Gênes, le seul port d’escale doté de structures pour les mettre en quarantaine, empêchant le débarquement de marchandises et équipages en périphérie. Au contraire, il avait négligé toute sorte de précautions ; un comportement doublement illégitime faisant peser sur le fonctionnaire, outre l’accusation de fraude portant atteinte à l’Office de Saint Georges, celle encore plus grave de violation des règles sanitaires29.

  • 30 Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 523.

13En vue d’enrayer les vols et les détournements, Gênes envoyait périodiquement sur les rivières des commissaires spéciaux à chaque fois chargés d’évaluer les actions et la fidélité du personnel des périphéries. Les dossiers présentés par les instances génoises fourmillent toujours de détails intéressants sur les dynamiques des pratiques illicites perpétrées au détriment du fisc. En 1647, le commissaire des carati à Alassio, Giustiniano Garibaldo, fut par exemple accusé d’avoir autorisé l’expédition vers la France de plusieurs caisses de corail sans avoir fait payer au préalable les droits correspondants30.

  • 31 ASG, SG, Ca., fil. 544.

14Lorsque le problème n’était pas la corruption, on reprochait aux fonctionnaires de la périphérie leur manque de préparation ainsi que leur négligence. Ainsi, dans un rapport de 1662, le commissaire Saluzzo, envoyé dans la rivière du Ponant, avec pour mission de réfléchir à la façon d’y éradiquer les fraudes, écrivait que, auprès du commissaire de Pietra, il avait trouvé un carnet sur lequel figurait une soixantaine d’expéditions non signalées par la suite aux autorités centrales. Interrogé sur les raisons d’un manquement d’une telle ampleur, le commissaire en question s’était défendu en prétendant ne pas avoir eu connaissance de cette obligation. Par la suite, le même Saluzzo s’interrogeait sur le service que le podestà de Diano pouvait rendre, car ce dernier habitait à plus d’un mille des structures maritimes. Il lui était donc difficile de connaître le trafic de contrebande pratiqué sur cette plage, à moins de ne vouloir dilapider la totalité de sa rémunération annuelle en payant des espions pour s’acquitter de sa tâche31.

  • 32 Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 501-502.
  • 33 ASG, SG, Ca., fil. 555.

15Étant donné l’extrême difficulté de réprimer les fraudes sur les trafics maritimes, et face à la difficulté de gérer le problème des ports francs de Finale, Oneglia et Loano qui rompait la continuité du domaine territorial de la République, l’Office de Saint Georges conclut dès la seconde moitié du xviie siècle une série d’accords avec les communautés du Ponant. Moyennant un paiement forfaitaire, celles-ci étaient délivrées de leurs obligations fiscales sur l’introduction et l’extraction des marchandises dont, naturellement, le corail32. C’est dans ce contexte que s’insère l’accusation du 26 août 1665 à l’encontre du commissaire de Saint Georges de Diano, Agostino Torre, auquel on reprocha d’avoir exigé « pour chaque trafic de caisses de corail » un montant nettement supérieur à celui prévu par l’Office (quarante-huit sous au lieu de quatre). Dans ce cas, ledit commissaire se justifiait toutefois en soutenant que cette augmentation s’était imposée pour le paiement de la gabelle de 125 écus convenue avec Saint Georges. Il ne s’agissait donc pas d’une demande de paiement indu à des fins personnelles33.

La concurrence livournaise : hémorragie de corail et pertes fiscales

16Au début du xviie siècle, alors que la destination terminale des flux du corail était le domaine de la République, la lutte contre le trafic illicite intérieur détermina en grande partie la politique de perception des droits de Saint Georges. Par la suite, ce fut surtout un autre problème qui commença à contrarier la bonne perception des taxes sur la circulation, alimentant progressivement les préoccupations des institutions génoises : la plupart des corailleurs prirent l’habitude d’emmener leur corail directement à Livourne pour le vendre sur place, sans passer dans un premier temps par les ports de la République.

  • 34 Lo Basso, op. cit., p. ; Sur le rôle méditerranéen de Livourne, cf. Adriano Prosperi, dir., Livorno (...)
  • 35 En 1603, les autorités génoises tentèrent, sans grand succès, de bloquer le transfert de leurs arti (...)
  • 36 Francesca Trivellato, La fiera del corallo (Livorno, xviie e xviiie secolo) : istituzioni e autoreg (...)
  • 37 Sur les politiques portuaires de Gênes et sur la rivalité avec Livourne, cf. Giulio Giacchero, Econ (...)

17Cette pratique apparaît dès la première phase d’expansion de la ville toscane qui, à partir de l’émission des livornine, devint immédiatement une alternative intéressante à Gênes. Ainsi, comme l’a montré Luca Lo Basso, Francesco di Negro et ses partenaires avaient déjà commencé à utiliser Livourne comme intermédiaire pour les marchés du Levant34. Dans le même temps, la fabrication du corail fut transférée dans ce port par des artisans génois et financée par un premier groupe d’entrepreneurs toscans, génois et marseillais35. Les commerçants juifs (et dans une moindre mesure arméniens), qui comptaient parmi les principaux bénéficiaires des politiques de franchise personnelle adoptées par les Médicis, donnèrent alors l’impulsion décisive à cette transformation, devenant dans le même temps, grâce au dynamisme de leurs réseaux commerciaux, les principaux fournisseurs de corail transformé sur les marchés asiatiques de Goa et Madras36. La « question de Livourne » sur le corail s’inscrivait naturellement dans un contexte plus large de rivalité entre les deux ports voisins, rivalité qui était au centre des politiques commerciales adoptées par le gouvernement des Sérénissimes tout au long du xviie siècle et au-delà37.

  • 38 Onorato Pastine, L’Arte dei corallieri nell’ordinamento delle corporazioni genovesi (xve-xviiie), G (...)
  • 39 Grendi, op. cit., p. 182-183.

18Dès 1626, les autorités génoises – acculées par l’arte des corallieri (la corporation des fabricants de corail), craignant d’être privées de la matière première nécessaire au travail des ateliers – se convainquirent d’intervenir par un décret interdisant la vente « en droiture » du produit de la pêche en Toscane, obligeant les coralines à emmener « per triennium proximum » le corail dans les lieux de départ respectifs – ou du moins dans un port de leur choix au sein du domaine –conformément à ce qui était considéré comme l’« ancienne coutume » d’apporter le corail à la maison du marchand38. C’était une politique largement contestée par les patrons corailleurs, mais qui, bien qu’ayant été parfois suspendue, fut renouvelée à plusieurs reprises au cours du xviie siècle (le décret a notamment été confirmé en 1647 et en 1651)39.

19La politique définie par les Collèges de la Sérénissime avait été rendue difficile dans son exécution par les faiblesses mêmes des structures de contrôle décrites pour les fraudes internes, au point même que la facilité avec laquelle les inspections effectuées en périphérie pouvaient être contournées rendait impossible une parfaite connaissance des déplacements des coralines.

20Cela dit, au cours de la première partie du xviie siècle, le marché intérieur resta fondamentalement la référence pour les pêcheurs liguriens. Par conséquent, la République continua de bénéficier de recettes significatives provenant de l’ensemble de la filière.

  • 40 Ibid., p. 182.

21La situation commença à changer vers le milieu du siècle, au moment de l’expansion maximale du port de Livourne. Edoardo Grendi a montré comment les choses étaient encore en phase de transition durant cette période. Les bateaux ne choisissaient pas toujours Livourne en masse, mais, dans certains cas, le pourcentage de corail vendu en Toscane pouvait dépasser 50 %. Dans un mémoire de 1646, les autorités de la République estimaient les pertes annuelles causées aux gabelles par le mouvement du marché à environ cent mille lires. Ce calcul certainement exagéré tenait compte aussi bien des mouvements du corail brut et que de ceux du corail transformé40.

  • 41 ASG, Archivio Segreto (AS), b. 2682, plusieurs lettres de 1685.
  • 42 Ibid., lettre du 14 aout 1686.

22En effet, pendant la seconde moitié du xviie siècle, les signalements des consuls génois à Livourne sur l’arrivée de convois substantiels de coralines devinrent de plus en plus fréquents. En 1685, entre le mois d’août et début du mois de septembre, le consul Gavi informa la République de l’arrivée de 45 embarcations41. À la fin de la saison suivante, au mois d’août seulement, 62 félouques ligures débarquèrent en Toscane42.

  • 43 ASG, SG, Ca., fil. 749, rapport rédigé par le maire de Dogana en novembre 1699 (les pertes étaient (...)

23Bien que le propos se limite ici à la pêche et au contrôle de la vente du produit brut, il convient néanmoins de noter comment, du point de vue des autorités génoises, l’évasion du corail vers Livourne déclencha un cercle vicieux, qui, d’une part, risquait de laisser les ateliers locaux sans approvisionnement et, d’autre part, privait la République de toutes les recettes fiscales provenant de la conservation de l’ensemble de la filière sur son territoire43.

Le décret de 1700 et la centralisation du trafic

  • 44 Le statut de port franc permettait de déposer librement et pour un certain laps de temps certaines (...)
  • 45 ASG, SG, Ca. fil. 770. Le décret fut étendu également aux sujets de la République ayant l’intention (...)
  • 46 Giuseppe Felloni, « La fiscalità nel Dominio genovese tra Quattro e Cinquecento », dans Scritti di (...)
  • 47 ASG, SG, Ca., fil. 749.

24Vers la fin du xviie siècle, la persistance des pratiques frauduleuses, et en particulier l’hémorragie croissante de l’« or rouge » vers Livourne, obligea le gouvernement génois à se pencher de nouveau fermement sur le problème de la vente du corail hors du domaine, en intervenant avec une réglementation modifiée de manière restrictive. En mars 1700, un décret fut ainsi publié, et immédiatement confirmé l’année suivante. Celui-ci imposait aux coralines, une fois la pêche terminée, de « se diriger immédiatement et directement vers le port de Gênes, sans faire aucun autre arrêt, ni vendre du corail, même une part minime, dans n’importe quel autre port ou lieu, sans exception, et d’y apporter, et déclarer tout le corail pêché, et tout ce qui se trouve à bord sans frauder, ou tromper ». C’était seulement après la déclaration et le payement de la gabelle des carati, que les coralines avaient « la libre faculté de vendre ces mêmes coraux sur place, ou de les déposer dans les entrepôts du port franc44 ou, enfin, de les emmener avec eux sans rien devoir payer de plus que ce qui était prévu au niveau local. Dès lors, les coralines pouvaient se rendre n’importe où pour les vendre45 ». Par rapport aux lois sur la vente de corail établies au cours des décennies précédentes, la République et Saint Georges tentaient de resserrer les mailles du contrôle central par la canalisation du trafic en direction de Gênes, où la surveillance du personnel de l’Office pouvait être plus forte46. Il s’agissait d’une remise en question de la politique relative au corail suivie jusque-là. Le décret concernait tous les sujets génois, au-delà de tout accord entre Saint Georges et les communautés du Ponant, ce qui était cependant conforme à la stratégie de lutte contre la contrebande axée sur la ville dominante, traditionnellement suivie par les familles patriciennes du gouvernement. À cet égard, avec la publication de ce décret, il fut proposé d’infliger des sanctions plus sévères pour les officiers périphériques n’ayant pas communiqué fidèlement les noms et le nombre des navires partis pour la pêche. Pour les patrons transgresseurs, les sanctions pécuniaires pouvaient aller jusqu’à cinq cents écus d’argent et même, « en fonction des infractions » jusqu’à cinq ans de galère47.

  • 48 Le rôle des consuls en tant qu’« agents d’information » a récemment été l’objet de nombreuses publi (...)
  • 49 ASG, AS, b. 2683, lettre du 19 mai 1700.
  • 50 Ce fut ce même consul Gavi qui avait envisagé un accord entre les patrons de coralines et les autor (...)

25Au cours de la même période, le réseau d’information au service de Gênes, indispensable à la lutte contre la contrebande, se renforça également, notamment du côté de Livourne. En présence d’un contrôle maritime insuffisant, cet objectif allait nécessairement de pair avec le développement et l’évolution de l’institution consulaire qui, au cours des siècles de l’époque moderne, connut un processus de transformation. Cette dernière avait en effet cessé d’être une simple instance de représentation des communautés marchandes « nationales » pour devenir un instrument de l’État, ainsi qu’un « agent d’information » indispensable à l’activité gouvernementale48. Le consul génois de Livourne semble ainsi devenir un véritable outil de contrôle de l’activité des bateaux de pêche précisément à partir de la loi de 1700, à la suite de laquelle il reçut l’instruction précise de s’informer secrètement de tous les bateaux entrant dans le port toscan avec du corail, en notant prénom, nom et patrie des patrons, surtout s’il s’agissait de sujets de la République49. Cette tâche était loin d’être sans embûches, notamment à cause de l’hostilité des autorités portuaires toscanes, probablement averties par les corailleurs, qui empêchaient la consultation des « libri di portata e comparsa di mare50 ».

  • 51 Un rapport de la même année comparait les « obligations des coralines partant vendre le corail à Li (...)
  • 52 ASG, SG, Ca., fil. 716, « Avviso per delatore » de novembre 1700.

26En plus de renforcer incontestablement les dispositifs de contrôle, les autorités centrales de l’État s’efforcèrent de rendre plus attrayant le choix de la destination génoise pour les coralines, en abaissant les estimations sur les coraux introduits en ville. Cette ligne politique ne fut cependant pas suivie avec assez de fermeté51. D’une manière générale, la prise de conscience d’un côté de son incapacité à rivaliser avec Livourne et, d’autre part, de la limitation de ses ressources coercitives, força la République à rechercher constamment un compromis qui eut cependant pour effet de limiter encore davantage l’efficacité de son action répressive. En ce sens, la sévérité et l’efficacité du décret de 1700 furent en effet en grande partie atténuées par l’interdiction pour les gardiens et les policiers de monter sur les bateaux pour des visites de contrôle, sauf autorisation expresse des autorités désignées par les Protettori de Saint Georges. C’était un privilège accordé à l’origine aux pêcheurs qui leur permettait de pouvoir transporter librement leur nourriture, mais dont ces derniers tiraient profit en introduisant une partie du corail sans payer de droits. Ce dernier point est confirmé par la déclaration d’un marin de coraline, qui avait confessé que « désormais cela lui était facile », car, grâce aux nouveaux privilèges, ils ne déclaraient qu’une partie du produit brut récolté et introduisaient le reste « petit à petit52 ».

  • 53 Le nouveau décret semble avoir été peu respecté et ce également sur le plan intérieur : à la fin de (...)
  • 54 En 1700, Andrés de Silva, avec deux autres associés, obtint également du vice-roi de Sardaigne le c (...)
  • 55 ASG, AF, fil. 1197.

27Ce décret n’a probablement pas eu l’effet désiré par les autorités, et il est possible d’émettre l’hypothèse que le corail allait continuer – malgré les craintes initiales de la communauté juive de Livourne – à prendre régulièrement le chemin de la Toscane53. Au moins pour le court terme, nous pouvons formuler l’hypothèse d’une certaine adaptation des circuits du trafic aux nouvelles circonstances. En 1701, par exemple, le sindaco di dogana rapportait que de nombreuses félouques napolitaines avaient été envoyées dans les eaux d’Ajaccio et de Bonifacio par Andrés de Silva54, un commerçant et consul de la nation espagnole de Livourne. D’après les informations reçues, il semblait que ces félouques avaient acheté aux pêcheurs corses tout le corail que ceux-ci pêchaient au fur et à mesure, pour l’emmener ensuite vers la Toscane. C’était une pratique doublement préjudiciable aux intérêts de Gênes, tout d’abord parce qu’elle était contraire aux strictes interdictions récemment promulguées par les Collèges et, ensuite, parce que leur non-respect pouvait pousser d’autres sujets de la République vers des pratiques similaires. De cette façon, les recettes publiques, déjà gravement endommagées, étaient susceptibles de subir un « préjudice irréparable55 ».

28Quelques remarques peuvent être formulées en guise de conclusion. Au xviie siècle, les Génois voulaient défendre les prérogatives fiscales de l’État en s’opposant à la propagation endémique des pratiques illégales perpétrées par les pêcheurs de corail contre la République. L’Office de Saint Georges tenta de mettre en place une série de stratégies – certaines générales, d’autres pensées plus spécifiquement pour le trafic du corail – qui ont pu freiner les fraudes et limiter les pertes. Dans la première moitié du siècle, malgré les difficultés recensées par notre étude, le contexte d’action fut toujours celui de Gênes comme principal marché de référence pour les flottes spécialisées dans la collecte du corail. Aux problèmes concernant la fraude sur le paiement du droit de pêche et l’évasion fiscale sur la gabelle des carati, s’ajouta un troisième inconvénient majeur, lié au développement d’un concurrent féroce, Livourne, capable de dévier de Gênes une grande part du marché. Dans ce cas aussi, du point de vue de l’État, les recettes provenant de la circulation du corail, autour duquel tournaient des intérêts importants, étaient les principales perdantes. L’hémorragie se révéla si grave, qu’à partir de 1626, la vente directe en Toscane fut déclarée illégale. Ce type de politique fut ensuite poursuivi le siècle durant, aboutissant à un décret de centralisation du trafic en 1700. Porter une appréciation sur l’efficacité de chaque action mise en œuvre par l’État dans le cadre des différentes politiques n’est pas chose facile, notamment en raison des évolutions progressives du secteur de la pêche du corail à partir du xviiie siècle. En revanche, si une constante importante paraît être l’incapacité substantielle de l’Office de Saint Georges à développer, en particulier dans les périphéries du domaine, une action de contrôle réellement incisive, d’un point de vue plus général, un facteur tout aussi important semble être la tentative très concrète des autorités de la République d’améliorer et de défendre le flux de ses recettes centrales en adaptant constamment ses stratégies en fonction de l’évolution des conditions du marché.

Haut de page

Notes

1 Livio Antonielli et Stefano Levati (dir.), Contrabbando e legalità : polizie a difesa di privative, diritti sovrani e pubblico erario, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2016. De manière plus générale, sur les phénomènes de fraude à l’époque moderne, cf. notamment Marguerite Figeac-Monthus, Christophe Lastécouères (dir.), Territoires de l’illicite et identités portuaires et insulaires. Du xvie au xxe siècle, Paris, Armand Collin, 2012, et Gérard Béaur, Hubert Bonin, Claire Lemercier (dir.), Fraude, contrefaçon et contrebande, de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006.

2 Rodolfo Savelli, « Un seguace italiano di Selden : Pietro Battista Borghi », Materiali per una storia della cultura giuridica, III, 1, Bologne, il Mulino, 1973, p. 34.

3 Paolo Calcagno, « Lotta al contrabbando nel mare « ligustico » in età moderna : problemi e strategie dello Stato », Mediterranea, 20/2010, p. 479-532.

4 Jusqu’au début du xviie siècle, le corail fut utilisé pour acheter essentiellement des épices. Par la suite, lorsque ces dernières ont cessé d’être un produit haut de gamme, il commença à être échangé contre des diamants indiens. Pour les circuits internationaux du corail et les réseaux commerciaux interculturels qui les animaient, cf. Francesca Trivellato, Il commercio interculturale. La diaspora sefardita, Livorno e i traffici globali in età moderna, Rome, Viella, 2016 et l’article de Luca Lo Basso présenté dans ce numéro.

5 Entre le xve et xvie siècle, les Liguriens s’imposèrent comme les principaux détenteurs de monopole de la pêche du corail en Corse et en Afrique du Nord, où les Lomellini (1544) obtinrent du roi d’Espagne l’important îlot de Tabarka. Sur le rôle des Liguriens dans les eaux sardes, corses et d’Afrique du Nord, cf. Giuseppe Doneddu, La pesca nelle acque del Tirreno (secoli xviie-xviiie), Sassari, Edes, 2002 ; Francesco Podestà, i Genovesi e le pescherie di corallo nei mari dell’isola di Sardegna, Turin, Paravia, 1900 ; Philippe Gourdin, Tabarka. Histoire et archéologie d’un préside espagnol et d’un comptoir génois en terre africaine (xve-xviiie siècle), Rome-Tunis, École française de Rome, 2008 et Onorato Pàstine, « Liguri pescatori di corallo », Giornale storico e letterario della Liguria, année VII, Gênes, 1931.

6 Sur Francesco di Negro, cf. Lo Basso, « Entre l’Orient et l’Occident. Corail et épices dans les trafics maritimes entre Gênes, Marseille, Livourne et Alexandrie à la fin du xvie siècle », dans Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal, Moissonner la mer. économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes, Paris, Editions Karthala, 2018.

7 Note du traducteur : le terme rivière, riviera en italien, désigne une portion de côte.

8 Sur la pêche du corail des communautés ligures de la rivière du Ponant et sa composante socio-économique, cf. Edoardo Grendi, Il Cervo e la Repubblica : il modello ligure di antico regime, Turin, Einaudi, 1993.

9 Giuseppe Doneddu, op. cit., 2002, p. 195-198.

10 Par ce terme, on entend les embarcations utilisées pour la pêche du corail. La typologie varie en fonction de l’époque et des lieux. L’équipage était en général formé de huit personnes.

11 Les marchés asiatiques demandaient une transformation de type « en série » plutôt qu’artistique. Il s’agissait essentiellement de produire des grains sphériques ou cylindriques de différentes tailles. Sur la transformation du corail, cf., entre autres, Basilio Liverino, Il corallo, dalle origini ai giorni nostri, Naples, Arte grafica, 1998.

12 Cf., outre l’article déjà cité en note 3 : Paolo Calcagno, « Fraudes maritimes aux xviie et xviiie siècles : un voyage dans les sources génoises », Cahiers de la Méditerranée, 90/2015 ; Paolo Calcagno, Genova, San Giorgio e il pattugliamento delle coste liguri a fini fiscali nel xviie secolo, dans Livio Antonielli et Stefano Levati, Controllare il territorio. Norme, corpi e conflitti tra medioevo e prima guerra mondiale, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2013, p. 191-214 ; Paolo Calcagno (dir.), Per vie illegali. Fonti per lo studio dei fenomeni illeciti nel Mediterraneo dell’età moderna (secoli xvie-xviiie), Soveria Mannelli, Rubbettino, 2017.

13 Sur le fonctionnement, le rôle et la structure de l’Office de Saint Georges, nous renvoyons au résumé complet rédigé par Giuseppe Felloni sur le site www.lacasadisangiorgio.it.

14 Il s’agissait d’une taxe ad valorem (avec un taux normalement fixé à 5 %) perçue aussi bien à Gênes que dans le domaine et appliquée à toutes les embarcations qui naviguaient dans la zone des trois milles de la côte. Elle s’étendait à toutes les marchandises introduites ou prélevées sur le territoire de l’État, avec quelques exceptions. La gabelle des carats découlait d’un type de taxe médiévale sur les trafics maritimes dénommée expedicamenti maris. Cette dernière avait été divisée au fil du temps en droits idéaux, dits carats, terme qui a ensuite été étendu à d’autres contextes, comme la propriété d’un bateau, pour être ensuite unifiée au xve siècle prenant précisément le nom de carati maris. Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 479-480.

15 En 1651, les autorités de la République décidèrent d’imposer une augmentation supplémentaire de 10 % sur la totalité du corail extrait. Cette manœuvre eut cependant pour effet de décourager les pêcheurs, qui désertèrent la Corse au cours des années suivantes pour aller ailleurs. Elle fut donc interrompue durant la même décennie, pour être définitivement supprimée par la suite. Archives d’État de Gênes (ASG), Corsica (CO), fil. (filza) 403.

16 ASG, San Giorgio (SG), Gabella Carati, fil. 2799/1.

17 ASG, SG, Cancellieri (Ca.), fil. 346.

18 Cette première réglementation fut plusieurs fois renouvelée au cours du xviie siècle, ne subissant que d’infimes ajustements. Cf. ASG, CO, fil. 403 et ASG, Sala Senarega (SS), b. (busta) 770.

19 Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 484-485.

20 Ibid., p. 501.

21 Emiliano Beri, Genova e il suo Regno. Ordinamenti militari, poteri locali e controllo del territorio in Corsica, fra insurrezioni e guerre civili (1729-1768), Novi Ligure, Città del Silenzio, 2011, p. 67-71. Voir également Antoine-Marie Graziani, La Corse génoise. Économie, société, culture. Période moderne 1453-1768, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 1997.

22 Fonction d’origine médiévale présente dans de nombreuses villes italiennes et chargée du service de police.

23 ASG, CO, fil. 646.

24 Les corailleurs étaient par ailleurs exonérés de nombreux droits exigés en règle générale sur les approvisionnements. ASG, CO, fil. 403.

25 ASG, CO, fil. 646.

26 ASG, CO, fil. 403.

27 Il s’agissait de la plus haute fonction de Saint Georges. Sur la structure et sur l’administration interne de l’Office, cf., outre le site déjà mentionné, Giuseppe Felloni, « Amministrazione ed etica nella Casa di San Giorgio (1407-1805). Lo statuto del 1568 », Bibliothèque des Archives historiques italiennes, vol. 36, Florence, Olschki, 2014.

28 ASG, SG, Ponente quinternetti caratorum, fil. 3226/1.

29 Ibid ; Fiscalité et santé se battaient souvent sur le même front. À Gênes, comme dans le cas de la perception douanière, le maintien de la santé publique dépendait en grande partie du bon fonctionnement des autorités sanitaires périphériques, sur lesquelles, précisément à partir du début du xviie siècle, le gouvernement central exerça une pression croissante, afin de leur donner la plus grande efficacité. Pour un aperçu complet sur les contrôles et les procédures sanitaires en Ligurie, cf. Giovanni Assereto, « Per la comune salvezza dal morbo contagioso ». I controlli di sanità nella Repubblica di Genova. Novi Ligure, Città del Silenzio, 2011.

30 Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 523.

31 ASG, SG, Ca., fil. 544.

32 Paolo Calcagno, op. cit., 2010, p. 501-502.

33 ASG, SG, Ca., fil. 555.

34 Lo Basso, op. cit., p. ; Sur le rôle méditerranéen de Livourne, cf. Adriano Prosperi, dir., Livorno 1606/1806. Luogo di incontro tra popoli e culture, Torino, Allemandi, 2006 et le récent Andrea Addobbati et Marcella Aglietti, La città delle nazioni : Livorno e i limiti del cosmopolitismo (1566-1834), Pise, Pisa University Press, 2016.

35 En 1603, les autorités génoises tentèrent, sans grand succès, de bloquer le transfert de leurs artisans en promulguant une loi interdisant l’exportation de l’art de la transformation des coraux hors du territoire de la République. Sur les débuts de l’industrie et des trafics de corail dans la région de Pise-Livourne, cf. Marcello Berti, La pesca ed il commercio del corallo nel Mediterraneo e le prime « Compagnie dei coralli » di Pisa tra xvie e xviie secolo dans Giuseppe Doneddu et Alessandro Fiori, dir., La pesca in Italia tra età moderna e contemporanea. Produzione, mercato, consumo. Sassari, Edes, 2003, p. 77-169.

36 Francesca Trivellato, La fiera del corallo (Livorno, xviie e xviiie secolo) : istituzioni e autoregolamentazione del mercato in età moderna, in Paola Lanaro, dir., Le fiere in Italia e in Europa nell’età moderna. Reti economiche, spazi geografici, spazi urbani (secc. xve-xviiie), Venise, Marsilio, 2003, p. 111-127.

37 Sur les politiques portuaires de Gênes et sur la rivalité avec Livourne, cf. Giulio Giacchero, Economia e società nel Settecento genovese, Gênes, Sagep, 1973.

38 Onorato Pastine, L’Arte dei corallieri nell’ordinamento delle corporazioni genovesi (xve-xviiie), Gênes, Società ligure di storia patria, 1933, p. 81-83.

39 Grendi, op. cit., p. 182-183.

40 Ibid., p. 182.

41 ASG, Archivio Segreto (AS), b. 2682, plusieurs lettres de 1685.

42 Ibid., lettre du 14 aout 1686.

43 ASG, SG, Ca., fil. 749, rapport rédigé par le maire de Dogana en novembre 1699 (les pertes étaient estimées cette fois entre 60 000 et 70 000 lires par an).

44 Le statut de port franc permettait de déposer librement et pour un certain laps de temps certaines marchandises dans des entrepôts prévus à cet effet et appartenant à l’État. Dès lors que le propriétaire des marchandises avait trouvé le moyen de s’en débarrasser, en totalité ou en partie, il payait une taxe proportionnelle à la vente. Si la marchandise n’était pas vendue, il pouvait la retirer gratuitement.

45 ASG, SG, Ca. fil. 770. Le décret fut étendu également aux sujets de la République ayant l’intention de contourner le règlement en utilisant des permis ou des drapeaux étrangers, ASG, SG, Ca., fil. 707.

46 Giuseppe Felloni, « La fiscalità nel Dominio genovese tra Quattro e Cinquecento », dans Scritti di storia economica, Genova, Atti della società ligure di storia patria, XXXVIII/1, 1998, 235-525.

47 ASG, SG, Ca., fil. 749.

48 Le rôle des consuls en tant qu’« agents d’information » a récemment été l’objet de nombreuses publications. Nous mentionnerons ici, sans souci d’exhaustivité : Silvia Marzagalli, Maria Ghazali et Christian Windler, Les consuls en Méditerranée, agents d’information, xvie-xxe siècle. Paris, Garnier, 2015 ; Sur le réseau d’information des consuls génois de la mer Tyrrhénienne, cf. Emiliano Beri, « I consoli genovesi del Tirreno, agenti di informazione (1640-1797 », RiMe, Rivista dell’Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea, 17/2, 2016. p. 153-188 ; Sur le rôle d’agents de répression de la contrebande, Emiliano Beri, La lotta al contrabbando nel teatro marittimo còrso durante il medio Settecento, tra polizia, intelligence e diplomazia, in Livio Antonielli et Stefano Levati, dir., Contrabbando e legalità : polizie a difesa di privative, diritti sovrani e pubblico erario, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2016.

49 ASG, AS, b. 2683, lettre du 19 mai 1700.

50 Ce fut ce même consul Gavi qui avait envisagé un accord entre les patrons de coralines et les autorités portuaires de Livourne. ASG, SS, Litterarum, b. 917, lettre du 14 juillet 1700.

51 Un rapport de la même année comparait les « obligations des coralines partant vendre le corail à Livourne » avec « ce qui se fait actuellement en le négociant à Gênes ». Il montra dans quelle mesure les coralines se rendant en Ligurie continuaient d’être soumises à une fiscalité plus lourde. ASG, SG, Ca., fil. 749.

52 ASG, SG, Ca., fil. 716, « Avviso per delatore » de novembre 1700.

53 Le nouveau décret semble avoir été peu respecté et ce également sur le plan intérieur : à la fin de la saison de pêche de l’année 1700 (le 27 août), plusieurs coralines furent par exemple signalées en direction des rivières sans avoir déclaré le corail à Gênes. ASG, Antica finanza (AF), fil. 1197.

54 En 1700, Andrés de Silva, avec deux autres associés, obtint également du vice-roi de Sardaigne le contrat pour la perception du droit de pêcher dans ses mers. ASG, SG, Ca., fil. 749 ; sur cette importante figure consulaire et son rôle dans la pêche du corail, voir également Francisco Zamora Rodríguez, La pupilla dell’occhio della Toscana y la posición hispánica en el Mediterráneo occidental. (1677-1717), Madrid, Fundacion Española de Historia Moderna, 2013, p. 138-139.

55 ASG, AF, fil. 1197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessio Boschiazzo, « Pêche du corail et défense des recettes publiques dans le contexte ligure : réglementations et problèmes de contrôle (xviie‑début xviiie siècle) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 55-70.

Référence électronique

Alessio Boschiazzo, « Pêche du corail et défense des recettes publiques dans le contexte ligure : réglementations et problèmes de contrôle (xviie‑début xviiie siècle) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/5658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.5658

Haut de page

Auteur

Alessio Boschiazzo

Università degli Studi di Genova, NavLab, Gênes, Italie.
Alessio Boschiazzo est historien et doctorant en cotutelle internationale (Università degli Studi di Genova et Aix-Marseille Université). Il est membre du NavLab (laboratoire d’histoire maritime et navale de Gênes) et de TELEMMe (Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence). Sa thèse en cours porte sur « Les Napolitains et le corail du Maghreb : pêche et exploitation d’une ressource méditerranéenne disputée (1780‑1827) ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search