Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

Pêche du corail et défense des recettes publiques dans le contexte ligure : réglementations et problèmes de contrôle (xviie‑début xviiie siècle)

Alessio Boschiazzo
p. 55-70

Résumés

Cet article propose une première analyse des principaux problèmes fiscaux que la République de Gênes a dû affronter au cours du xviie siècle et au début du xviiie dans le cadre de la pêche du corail, une activité ayant connu une forte expansion au cours de l’époque moderne. La diffusion de pratiques illicites dans le milieu des pêcheurs et la forte concurrence du port voisin de Livourne ont contraint les autorités ligures à adopter une série de stratégies dont le but était de freiner les fraudes, ainsi que de limiter les risques de perte de parts de marché, et donc de recettes fiscales. L’action génoise, bien que lacunaire, témoigne de l’intérêt et des efforts du gouvernement de Saint Georges pour améliorer sa capacité de contrôle sur l’ensemble du domaine de l’État et adapter ses politiques à la situation du marché.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les perceptions des droits et taxes sur le corail : une surveillance compliquée, entre infractions diffuses et outils de contrôle lacunaires
La concurrence livournaise : hémorragie de corail et pertes fiscales
Le décret de 1700 et la centralisation du trafic

Aperçu du texte

Au cours de l’époque moderne, dans le cadre d’un laborieux processus de renforcement de leurs organismes, les États n’ont pas cessé de mettre en œuvre un contrôle plus efficace de leur système fiscal et, d’une manière plus générale, des territoires relevant de leur juridiction. La lutte contre les trafics illicites, et les pratiques frauduleuses dans leur ensemble, constitua donc l’un des principaux défis qu’ils devaient relever. À cet égard, le cas génois se révèle particulièrement intéressant par ses spécificités, notamment en raison de la contradiction entre, d’une part, sa souveraineté territoriale, particulièrement tardive, fragile et inégale, et, d’autre part, un domaine maritime précocement reconnu et utilisé dès le xiie siècle pour soutenir un concept juridictionnel territorial de la mer légitimant un prélèvement fiscal généralisé. Ce processus spécifique de construction de l’État a donc donné vie à un système fiscal principalement fondé sur les droits découlant du trafic ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessio Boschiazzo, « Pêche du corail et défense des recettes publiques dans le contexte ligure : réglementations et problèmes de contrôle (xviie‑début xviiie siècle) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 55-70.

Référence électronique

Alessio Boschiazzo, « Pêche du corail et défense des recettes publiques dans le contexte ligure : réglementations et problèmes de contrôle (xviie‑début xviiie siècle) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5658 ; DOI : 10.4000/rives.5658

Haut de page

Auteur

Alessio Boschiazzo

Università degli Studi di Genova, NavLab, Gênes, Italie.
Alessio Boschiazzo est historien et doctorant en cotutelle internationale (Università degli Studi di Genova et Aix-Marseille Université). Il est membre du NavLab (laboratoire d’histoire maritime et navale de Gênes) et de TELEMMe (Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence). Sa thèse en cours porte sur « Les Napolitains et le corail du Maghreb : pêche et exploitation d’une ressource méditerranéenne disputée (1780‑1827) ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals