Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

Corallatori e guerra di corsa tra Sardegna e Corsica (1755‑1768)

Corailleurs et guerre de course entre la Sardaigne et la Corse (1755‑1768)
Emiliano Beri
p. 71-87

Résumés

Les pêcheurs de coraux ligures ont eu une présence constante dans les eaux sardes et corses au cours de l’époque moderne. Cette présence saisonnière, qui se répétait d’année en année et qui était garantie par des points d’appui et des privilèges, devait faire face à la présence menaçante et constante des pirates. Au xviiie siècle, au moment où la course barbaresque reprend de l’intensité, une nouvelle menace fait son apparition, liée au soulèvement corse contre Gênes (1729-1768). Si, dans les premières décennies, ce soulèvement a une dimension éminemment terrestre, la situation change radicalement en 1755, quand Pasquale Paoli prend la tête de la rébellion. À l’initiative de Paoli, une marine de guerre est organisée pour faire parcourir les mers à la recherche des navires marchands génois. Les corailleurs finissent ainsi en première ligne du conflit, car les routes qu’ils fréquentent et leurs zones de pêche deviennent les terrains de chasse des corsaires. D’où la nécessité de se protéger et de sécuriser leurs activités avec l’organisation de convois, avec la réquisition de navires de guerre d’escorte et de diverses formes d’auto-défense, depuis la demande de protection au roi de Sardaigne aux actions de force autogérées contre les corsaires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduzione: dalla tradizionale minaccia barbaresca alla corsa paolista
L’autoprotezione: immunità e navigazione convogliata
La protezione statale: scorte armate e azioni di controcorsa
Conclusioni

Aperçu du texte

Introduzione: dalla tradizionale minaccia barbaresca alla corsa paolista

Commercio, finanziamento, regolamentazione della materia e storia del lavoro sono le prospettive attraverso cui si predilige trattare del tema “corallo e corallatori”, tanto per il Medioevo, quanto per la modernità e la contemporaneità. Ma un’attività produttiva e commerciale marittima deve fare i conti anche col problema della sicurezza. Un problema centrale, soprattutto in secoli, come quelli del passato, in cui il rischio, la «fortuna di mare», era parte integrante della vita di chi navigava ed investiva nella navigazione; un problema coinvolto direttamente, e sotto molteplici aspetti, nella configurazione delle attività economiche marittime.

La «fortuna di mare» si concretizzava principalmente in due forme, il naufragio e il corsaro; ed è sulla seconda che voglio concentrarmi. L’attività predatrice del nemico ha rappresentato, da sempre, una minaccia costante per i naviganti durante i periodi di guerra. Una m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emiliano Beri, « Corallatori e guerra di corsa tra Sardegna e Corsica (1755‑1768) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 71-87.

Référence électronique

Emiliano Beri, « Corallatori e guerra di corsa tra Sardegna e Corsica (1755‑1768) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/5694 ; DOI : 10.4000/rives.5694

Haut de page

Auteur

Emiliano Beri

Università degli Studi di Genova, NavLab, Gênes, Italie.
Emiliano Beri enseigne l’histoire militaire à l’Université de Gênes. Il est membre du Laboratoire d’histoire maritime et navale de l’Université de Gênes (NavLab) et du Centre d’études inter-universitaires Le Polizie e il controllo del territorio. Ses travaux portent sur l’histoire militaire, navale, maritime et du renseignement dans la Méditerranée de l’époque moderne, avec une attention particulière sur la Ligurie et la Corse.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals