Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Dossier : Autour du corail rouge ...De Gênes à Goa : Corail, diamants...

Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

De Gênes à Goa : Corail, diamants et cotonnades dans les affaires commerciales des frères Fieschi (1680‑1709)

Luca Lo Basso
p. 89-107

Résumés

Dans la seconde moitié du xviie siècle, les activités économiques des Génois trouvent, grâce à une relance de l’armement maritime et en le disant à la manière de Braudel, un nouvel élan extraordinaire. À partir du milieu du siècle, la construction de grands vaisseaux est financée et ces navires sont chargés de transporter des marchandises vers les centres du commerce colonial comme Cadix, Lisbonne, Amsterdam et Londres. En quelques années, l’activité des grands financiers de Ligurie se tourne vers le monde colonial, en profitant du rôle traditionnel de la République dans le système impérial espagnol. C’est dans ce contexte général que se place l’histoire de la compagnie commerciale des frères Fieschi. Membres d’une des plus anciennes familles nobiliaires de Gênes, Nicolò et Pietro Francesco Fieschi décident dans les années 1680, en exploitant le réseau commercial ligure de Lisbonne, de se lancer dans le commerce direct du corail vers l’Inde, échangé sur place contre des diamants et d’autres marchandises asiatiques. À la lumière des archives de cette société, il est possible d’inscrire cet épisode dans l’histoire du système commercial étudié par les célèbres travaux de Francesca Trivellato, dans lequel émerge un réseau interculturel animé par la médiation des marchands juifs, arméniens et hindous. Contrairement à ce que l’historiographie le laisse à penser, Gênes tenait un rôle prépondérant au niveau mondial dans la production et le commerce du corail entre les xviie et xviiie siècles.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

coral, Genoa, Asia, trade, fishing, export
Haut de page

Texte intégral

Introduction : histoire d’un préquel

« Toutes les coralines napolitaines, corses et génoises souhaitent venir vendre à Livourne, non seulement parce qu’on y vend pour les fabriques qui s’y trouvent, mais aussi car il y a toujours des commandes pour les fabriques extérieures, surtout celles de Venise et de Gênes. Chaque corailleur apportera entre 30 et 50 livres de bon corail et environ le double de corail poli. »

  • 1 Archives d’État de Turin (AST), Paesi, Sardegna, Materie Economiche, categoria XVIII, liasse 1, dos (...)

1C’est ainsi que le comte Antonio Rivarola, fils de Dominique, consul de Savoie à Livourne, indépendantiste corse et disciple de Pasquale Paoli, répondait le 23 mai 1760 à la demande de renseignements de la cour de Turin qui souhaitait faire prospérer la pêche du corail en Sardaigne. En plus d’envoyer des informations précises sur la collecte du corail et le commerce qui en découlait, Rivarola, observateur attentif de la réalité qui l’entourait, expliquait que la majeure partie de l’or rouge prenait la route de l’Est « avec les Compagnies des Indes, et [que] la plupart des ventes sont faites dans les pays suivants : au Fort Saint-George, sur la côte du Coromandel, au Bengale, à Surat, à Bombay et dans les colonies anglaises en Inde ». Par conséquent, le corail, une fois pêché et travaillé en Méditerranée, était envoyé « d’ici pour Londres et de là, par mer, vers ces endroits. Des diamants bruts étaient reçus en retour et vendus à Londres1 ».

  • 2 Ibid. ; Franck Trentmann, L’impero delle cose. Come siamo diventati consumatori. Dal xv al xxi, Tur (...)
  • 3 Francesca Trivellato, Il commercio interculturale. La diaspora sefardita, Livorno e i traffici glob (...)
  • 4 Sur cette historiographie et le rôle des études sur les marchandises mondiales, cf. Sebastian Conra (...)

2Par conséquent, à l’époque de Rivarola, l’entreprise du corail était concentrée sur les routes anglaises, mais auparavant, comme se souvient le Corse, tout était envoyé vers Goa et les Indes portugaises à partir de Lisbonne. En retour, on obtenait « des mousselines, des diamants bruts, de la cannelle, du poivre, de la gomme-laque ». Enfin, une grande quantité de corail était également envoyée par les Arméniens, « qui se sont établis à Livourne pour négocier », vers le Levant et en particulier vers Le Caire, Alep, Smyrne et Constantinople2. En quelques notes synthétiques, le Comte Rivarola réussit à expliquer une activité ancienne et fructueuse ayant duré des siècles et étudiée par Francesca Trivellato dans son fameux ouvrage publié en 2009, à travers l’histoire de la compagnie commerciale séfarade Ergas & Silvera3. L’état des lieux dressé par le consul savoyard se situait à un moment où le marché du corail était passé entre les mains de la Compagnie des Indes de Londres. Il exposait la suite d’une histoire qui a représenté pour l’historiographie une étape importante sur la route du succès de la Global History au cours des dix dernières années4.

3Si les événements racontés par Rivarola en 1760 sont postérieurs à ceux traités dans le volume de Francesca Trivellato, il reste à retracer l’histoire du préquel : comment s’organisait le commerce du corail avant la présence d’Ergas et Silvera ? Qui d’autres que les Juifs avaient participé au trafic mondial de l’or rouge de Méditerranée destiné à l’Asie, d’après le schéma interprétatif raconté par l’histoire vénitienne ? Les marchands génois, évidemment, avec un réseau dense d’agents principalement italiens mais aussi portugais, juifs, arméniens et indiens, selon des mécanismes déjà testés au xvie siècle, avaient réussi à construire un système d’échanges entre la Méditerranée, l’Europe et l’Asie, repris et exploités par la suite par d’autres réseaux marchands au cours du xviiie siècle. Nous verrons donc, à la lumière d’une extraordinaire documentation privée, comment, avant l’aventure de l’entreprise Ergas & Silvera, les frères Nicolò et Pietro Francesco Fieschi ont organisé et développé le trafic mondial d’un des rares produits méditerranéens traditionnellement appréciés sur le continent asiatique : le corail rouge (Corralium rubrum).

La pêche et le commerce du corail : une histoire globale

  • 5 Onorato Pastine, « Liguri pescatori di corallo », Giornale Storico e Letterario della Liguria, vol. (...)
  • 6 Edoardo Grendi, Una comunità alla pesca del corallo : impresa capitalistica e impresa sociale, dans (...)
  • 7 Francesco Podestà, La pesca del corallo in Africa nel Medioevo e i Genovesi a Marsacares, Gênes, Is (...)

4Les origines de la pêche du corail en Méditerranée se perdent dans l’Antiquité, à l’époque où elle était pratiquée par les Grecs, les Phéniciens et les Romains. Si, pour ce qui concerne l’âge classique, les témoignages écrits et archéologiques sont plutôt limités, nous savons en revanche, qu’à partir du xe siècle, grâce à la contribution arabe puis aux flottes italiennes, la pêche du corail était assidûment pratiquée dans les eaux espagnoles, dans celles de Provence, sur les côtes de la péninsule italienne et dans les mers des principales îles (Sicile, Sardaigne et Corse), ainsi que sur les côtes de l’Afrique du Nord. Parmi les pêcheurs les plus assidus, il y eut, dès le xiie siècle, les Ligures, comme en témoignent les sources notariales concernant les marins de Portofino, une petite ville de la Riviera du Levant5. Au cours des siècles suivants, certains marins ligures des deux rivières se spécialisèrent davantage dans ce type d’activité, si bien qu’en 1982 Grendi la définit comme une sorte de « transhumance de la mer », car chaque année, au printemps, jusqu’à quelques centaines de coralines partaient de ces lieux (au Ponant : Diano, Cervo, Laigueglia et Alassio ; au Levant : Portofino, Rapallo et Santa Margherita) pour se rendre dans les zones de pêche, et rentraient à bon port au début de l’automne, avant que la période de pêche soit suspendue6. Comme on le sait par la vaste bibliographie existante, les Génois sont devenus, entre le xve et le xvie siècle, des pêcheurs omniprésents sur les bancs corallifères de la Corse, de la Sardaigne (notamment dans les régions d’Alghero et de San Pietro), des côtes africaines, dans les régions de Marsacares (La Calle) et de Tabarka, spécialement après que l’île ait été accordée en 1544 en asiento à la famille Lomellini par le roi d’Espagne7.

  • 8 Onorato Pastine, L’arte dei corallieri nell’ordinamento delle corporazioni genovesi (secoli xv-xvii (...)
  • 9 Basilio Liverino, Il corallo dalle origini ai nostri giorni, Naples, Arte Tipografica, 1998 ; Eliya (...)
  • 10 Fernand Braudel, Civiltà e Imperi del Mediterraneo nell’età di Filippo II, vol. I, Turin, Einaudi, (...)

5Depuis le Moyen Âge, le corail rouge pêché aboutissait dans les ateliers des corailleurs génois qui, après l’avoir travaillé convenablement, veillaient en partenariat avec les marchands appartenant presque toujours aux grandes familles nobles génoises, à le revendre sur les marchés orientaux8, grâce à un système de troc contre des épices, des soieries et du coton, afin d’être distribué par les marchands italiens et provençaux dans toute l’Europe, selon la mode du moment, à partir des ports de Tripoli et d’Alexandrette en Syrie, et d’Alexandrie en Égypte9. Ces échanges profitables se poursuivirent et s’amplifièrent, même au xvie siècle, lorsque les épices prirent le chemin de Lisbonne, à la suite des expéditions entreprises par les Portugais10.

  • 11 Luce Boulnois, La via della seta. Dèi, guerrieri, mercanti, Milan, Bompiani, 2016, p. 166-177.
  • 12 Marco Polo, Il Milione, sous la direction d’Antonio Lanza, Pordenone, Studio Tesi, 1991, p. 146.

6Depuis les temps anciens, l’or rouge de Méditerranée terminait son voyage en Perse, en Inde, dans l’Himalaya et en Chine. Déjà considéré comme une amulette sacrée contre le « mal », le corail est devenu un objet de mode avec les perles, surtout après l’affirmation du bouddhisme, qui pénétra la Chine, le Tibet et la Mongolie depuis l’Asie centrale11. Au cours des siècles suivants, le corail s’est largement répandu dans la culture tibétaine en tant qu’objet précieux pour les bijoux ou les vêtements féminins, comme un médicament et comme une amulette (il était déposé dans la bouche des morts pour éloigner les mauvais esprits). Cette croyance était en fait partagée par le Tibet, l’Inde et le monde européen, comme le montre la découverte de morceaux de corail dans les tombes celtiques. À l’époque de Marco Polo, au Tibet, « une très grande province », comme le révèle Il Milione, le corail était commercialisé et « coûte très cher car ils en font des colliers pour leurs idoles et pour leurs femmes et il s’agit d’un signe de joie » et il était possible de trouver de grandes quantités de « camelots et des draps d’or et de soie » intéressants pour le marché européen. De plus, toujours selon le marchand vénitien, poussaient en ce lieu « de nombreuses épices qui n’ont jamais été vues dans ces régions12 ».

  • 13 Philip D Curtin, Mercanti. Commercio e cultura dall’Antichità al xix secolo, Rome-Bari, Laterza, 19 (...)

7Entre le xiiie et le xive siècle, Marco Polo avait expérimenté les méthodes d’échanges commerciaux entre l’Europe et l’Asie, impliquant le trafic long-courrier, en partie terrestre et maritime, animé par des marchands de différentes origines, cultures et religions. Avec le célèbre marchand vénitien, le concept historiographique du « commerce interculturel » fut pleinement appliqué et devint un objet d’étude à partir du travail pionnier de Philip Curtin, repris ensuite sur le plan méthodologique par Francesca Trivellato, qui a su combiner les dimensions « macro » et « micro » dans son approche scientifique13.

  • 14 Sanjay Subrahamanyam, Vita e leggenda di Vasco da Gama, Rome, Carocci, 2016, p. 139 et Peter Franko (...)
  • 15 Francesco Carletti, Ragionamenti del mio viaggio intorno al mondo, Milan, Mursia, 2015, p. 174 et 1 (...)
  • 16 Francesco Carletti, op. cit., p. 173.
  • 17 Gilbert Buti et Olivier Raveux, « Corail », dans Dionigi Albera, Maryline Crivello, Mohamed Tozy (d (...)

8Avec l’arrivée de Vasco de Gama à Calicut, sur la côte de Malabar, au cours du mois de mai 1498, l’histoire du commerce eurasiatique se transforme. Lentement – il fallut près d’un siècle –, les marchandises orientales prirent le chemin de l’Occident à bord des navires portugais et Lisbonne devint la porte d’entrée en Europe. Quand Vasco de Gama entama la négociation avec le prince de Calicut (Kozhikode), il savait avec certitude que, parmi les marchandises désirées, il y avait le corail, comme l’a écrit plus tard Zamorin dans une lettre envoyée au roi de Portugal14, confirmant bien des siècles après ce que Marco Polo avait déjà raconté aux Européens. Plusieurs décennies plus tard, quand les Portugais eux-mêmes s’étaient installés définitivement à Goa, les marchands, surtout les Italiens, savaient que l’échange de marchandises devait s’appuyer sur de l’argent et du corail. Francesco Carletti, un marchand florentin surtout connu pour avoir écrit les Ragionamenti del mio viaggio intorno al mondo, publiés à titre posthume en 1701, soulignait que parmi les marchandises les plus importantes envoyées à Goa depuis Lisbonne, il y avait le corail, qui était échangé avec des marchands indiens qui « de Cambaia [Cambay] viennent à Goa [et] apportent également de grandes quantités de diamants15 ». Du corail contre des diamants, en plus d’une quantité considérable de cotonnades du Gujarat, lesquelles, selon Carletti, portent des noms divers : « canichini, boffettani, semiane et autres16 ». Ainsi, à la fin du xvie siècle, un circuit commercial interculturel s’était renforcé, reliant l’espace méditerranéen à la première mondialisation17.

  • 18 Franco Cardini et Alessandro Vanoli, La via della seta. Una storia millenaria tra Oriente e Occiden (...)

9L’échange de marchandises évoqué par Carletti avait lieu à Goa, la capitale de l’Estado da Índia à partir de 1530, apparue aux voyageurs comme un endroit tropical agréable, avec de grandes plages et un sol rougeâtre, riche et fertile, et doté d’un climat humide interrompu par l’arrivée de la mousson vers le mois de juin, rendant le port fluvial presque inutilisable jusqu’à la fin de l’été18.

  • 19 Carla Sodini, I Medici e le Indie Orientali. Il diario di viaggio di Placido Ramponi emissario per (...)

10Quand, en septembre 1698, Placido Ramponi, envoyé du Grand-Duc de Toscane Cosme III pour prendre soin du monument dédié à Francesco Saverio, était arrivé à Goa, il avait observé que la capitale portugaise était « éloignée de la mer de 25 miles, reliée à elle par la rivière Mondovi, qui a son embouchure à la mer19 ». C’était un excellent port naturel, défendu par « deux bonnes forteresses [...] afin qu’une flotte de navires ne puisse pas débarquer et piller librement ». La rivière était « large en divers endroits d’environ un quart de mille dans la partie la plus étroite et affectée par le flux et le reflux de la mer toutes les six heures ». Les navires devaient donc tenir compte des marées. Une ville dotée d’un grand marché de marchandises et d’esclaves, toujours selon Ramponi – qui en est resté ébloui – :

« tous les huit ou dix jours, arrivaient des caravanes de 20 ou 30 bateaux remplis de toiles, de cotons et de fils, de poivres et d’épices en grande quantité, qui étaient déchargés et rechargés, et s’en allaient pour une partie de l’Inde ou pour l’autre ».

  • 20 Ibid., p. 89-96.

Un grand emporium eurasiatique, parfois enrichi par la présence des marchands du Gujarat, qui échangeaient « des sacs pleins de perles de toutes tailles, et des diamants, des rubis, des émeraudes et […] d’autres pierres précieuses, et des marchands chinois qui vendaient de la porcelaine « de toutes sortes, finesse, couleurs et tailles, des draps et des brocarts faits avec des arabesques de feuille d’or, et d’autres toiles fines ». Ces marchands qui venaient de l’Empire Céleste « exigent que leurs marchandises leur rapportent le prix qu’ils en demandent, sinon ils ne les vendent pas ; leur costume est en un seul morceau, curieux dans l’allure, fin dans la négociation, et libidineux20 ». Le Goa portugais était donc un grand marché mondial.

  • 21 Sanjay Subrahmanyam, Comment être un étranger. Goa-Ispahan-Venise. xvie-xviiie siècles, Paris, Alma (...)

11Et c’est précisément dans la capitale asiatique – Rome d’Orient, comme elle est parfois définie dans les sources – que se sont réalisés les principaux échanges entre le corail, les pierres précieuses et les tissus indiens, à travers différents réseaux marchands qui se croisaient et se chevauchaient, selon des mécanismes commerciaux consolidés au cours de la seconde moitié du xviiee siècle21. L’un de ces réseaux était celui des Génois.

Corail, diamants et cotonnades : les affaires des frères Fieschi

  • 22 Archives d’État de Gênes (ASG), Archivio Segreto, Nobilitatis, b. 2836, 20 juin 1661.
  • 23 ASG, Archivio Segreto, Secretorum, b. 1572 ; Luca Lo Basso, “Diaspora e armamento marittimo nelle s (...)

12Après les splendeurs atteintes au xiiie siècle, avec l’élection de deux papes de leur famille, Innocent IV et Adriano V, les Fieschi, originaires d’Ugo Fliscus des comtes de Lavagna, ont traversé des temps difficiles durant l’époque moderne, comme au moment de la conspiration de 1547, qui avait conduit à une expulsion partielle du groupe dirigeant de la République de Gênes. Le 20 juin 1661, lors de l’indexation au Libro d’oro de la noblesse des frères Luigi (28 ans), Nicolò (22 ans), Giovanni Battista (15 ans) et Pietro Francesco (10 ans), tous fils d’Ugo et de Maria Spinola22, les affaires de la puissante famille avaient décliné et celle-ci put retrouver son prestige grâce aux activités de Nicolò et de Pietro Francesco, ce dernier étant destiné à occuper quelques charges honorifiques au sein de l’appareil gouvernemental génois, parmi lesquelles le poste de Gouverneur de Corse. Les deux frères, tous deux baptisés dans la paroisse de San Siro à Gênes, étaient de deux générations différentes, mais unis, non seulement par des liens du sang, mais aussi à partir des années 1680, par des intérêts liés à la pêche du corail, au commerce intercontinental et à l’armement maritime. Le goût pour le commerce à l’échelle du monde provenait probablement des activités paternelles, puisque nous savons qu’Ugo, en 1648, avec d’autres résidents génois vivant à Lisbonne, avait essayé de donner vie à une Compagnie des Indes, mais sans obtenir de résultats encourageants23.

  • 24 ASG, Notai Antichi, notaire Gio. Agostino Savignone, f. 7870, 27 février 1680 et Archives privées F (...)
  • 25 APF, f. 16, no 29, 20 juillet 1682.

13Le 27 février 1680, Nicolò Fieschi rejoint formellement les affaires du corail en signant un contrat de société avec le corailleur Giovanni Batta Riva, « pour ouvrir un dépôt ou une fabrique de corail dans la ville actuelle de Gênes24 ». Le capital de la nouvelle activité était calculé sur la base de 6 000 pièces de huit réaux, dont 4 000 apportées par Nicolò Fieschi et 2 000 fournies par le corailleur Riva. La nouvelle société, créée pour deux ans, avec possibilité de renouvellement, reposait sur le capital et sur le réseau international de Fieschi, ainsi que sur les contacts de Riva avec les pêcheurs de Cervo et de Laigueglia. Riva devait s’occuper « des achats et de la fabrique de corail », sans pouvoir le commercialiser pour son propre compte pendant toute la durée de vie de la société. Deux ans plus tard, pour mieux opérer sur le marché, et notamment pour mieux investir dans le transport maritime du poisson, les deux frères Fieschi signaient entre eux un acte de société pour cinq ans, avec un capital de 100 000 lires et des profits (ou pertes) à partager à moitié25. En fin de compte, les deux entreprises commerciales auraient dû être intégrées, car Riva était responsable de l’achat, de la transformation et de la vente du corail, alors que Pietro Francesco avait lui de nombreux intérêts dans les pêcheries de corail en Corse et entretenait des relations avec les acteurs de la navigation génoise. Toute l’affaire aurait tourné autour des compétences de gestion de Nicolò et de ses contacts avec les réseaux de commerçants italiens, portugais, séfarades et hindous.

  • 26 Carlos Alvarez Nogal, Luca Lo Basso, Carlo Marsilio, “La rete finanziaria della famiglia Spinola : (...)

14Avec la création de la « compagnie de commerce » entre les deux frères Fieschi, se sont mélangés les compétences managériales traditionnelles des financiers génois basées sur des réseaux familiaux26 et les dons naturels interculturels qui, depuis le Moyen Âge, caractérisaient le mode opératoire des marchands liguriens. Chaque fois que le marchand génois flairait l’odeur de l’argent, il éliminait automatiquement toutes les barrières culturelles et religieuses, et commençait à collaborer avec les marchands de toutes les parties du monde, à condition qu’ils respectent l’accord de confiance et l’exactitude des comptes.

  • 27 APF, « Livre de comptes de Signori Nicolò et Pietro Francesco Fieschi commencé le 25 août 1682 ».
  • 28 Ibid., c. 3 du 3 octobre 1682. Dans les années 1690, Nicolò Fieschi était l’un des adjudicataires d (...)

15Avec le début de l’activité en 1682, un livre de comptabilité a été ouvert, avec le capital de 100 000 lires de la fondation de la compagnie fraternelle27. Dès les premiers relevés comptables, nous pouvons voir très clairement comment les frères Fieschi opéraient sur le marché, principalement pour conduire le négoce du corail. L’achat de l’or rouge se déroulait en collaboration avec Riva, suivant des canaux d’approvisionnement diversifiés : en observant les parties relatives aux achats comptabilisés entre le 3 octobre 1682 et le 16 avril 1683, nous observons qu’ils ont été faits à hauteur de 107 309,19,8 (monnaie de compte de Gênes) par deux marchands, peut-être provençaux, nommés David et Bernard dans le livre de compte, qui avaient obtenu le corail brut du Bastion de France, par des patrons riverains de Cervo et Laigueglia, comme Giovanni Preve et Stefano Viale, par Stefano et Pietro Francesco Lomellini de Tabarka et enfin par un certain Pietro Meirado, qui vendait du corail pêché en Espagne directement à Pietro Francesco Fieschi28. Mais ce n’est pas tout. Le compte des coraux se poursuit, écrit sur les papiers du registre comptable jusqu’à la fin de l’année 1685.

Tableau 1 : compte des coraux des Fieschi, 1682‑1685

Tableau 1 : compte des coraux des Fieschi, 1682‑1685
  • 29 APF, « Livre de comptes de Signori Nicolò et Pietro Francesco Fieschi commencé le 25 août 1682 », c (...)

16Comme nous pouvons le voir dans le tableau 1, en trois ans et demi environ, plus d’un million de lires de coraux ont été achetés, avec une augmentation significative des achats au cours de l’année 1685, lorsque les registres semblent indiquer fréquemment une plus grande division de la liste des vendeurs, y compris les patrons de Laigueglia et de Cervo, comme en témoignent de nombreux actes notariés. De l’enregistrement comptable commencé le 12 février 1685, nous comprenons aussi que les propriétaires étaient presque toujours les mêmes patrons qui livraient le corail brut à Gênes, percevant des Fieschi le fret et leur commission pour le transport29.

  • 30 Luca Lo Basso, “Il finanziamento dell’armamento marittimo tra società e istituzioni : il caso ligur (...)
  • 31 Archives Spinola di Pellicceria de Gênes (ASPG), n° 14.
  • 32 Ibid., cc. 11-17-21-72 e 152.

17Dans la même comptabilité, il est possible de voir comment les Fieschi intégraient la société de corail aux autres activités : le commerce de l’indigo, de la soie (probablement négociée avec de l’or rouge) et surtout les opérations de crédit, avec le change maritime30, dont l’expert était Pietro Francesco, comme cela ressort également de son livre personnel des années 1678-168231. Avant le démarrage de la compagnie de corail, le plus jeune des frères Fieschi était un investisseur qualifié dans le secteur de l’armement, soit pour des contrats à la grosse aventure avec change maritime, soit pour l’activité d’assurance de son agent Luca Mortola. L’activité de prêt l’avait mis en contact avec les capitaines les plus importants des grands navires génois de l’époque, y compris Gio. Lorenzo Viviano commandant de la Santa Rosa et Pietro Bianco du navire Nostra Signora dell’Apparizione e S. Pietro. Dans de nombreux autres cas, l’activité de prêt avait été engagée Pietro Francesco dans des affaires avec des capitaines couvrant les routes vers Smyrne, ou avec des patrons riverains, venant souvent des communautés spécialisées la pêche du corail. Au cours de ces années, Pietro Francesco avait également pris l’habitude de conclure des contrats de change maritime pour des navires chargés de corail entre le Bastion de France, Tabarka et Gênes, voire même d’assurer ces bateaux32.

  • 33 ASPG, n° 49, cc. 31 et 105 ; APF, « Livre de comptes de Signori Nicolò et Pietro Francesco Fieschi (...)

18Avec le début de la compagnie du corail, l’habitude d’investir dans les coralines, y compris par la pratique du change maritime, devint plus fréquente. Pour les Fieschi, prêter de l’argent aux pêcheurs de corail était utile au maintien d’obligations relationnelles. Ces opérations de crédit leur permettaient de placer les patrons de barque de Cervo et de Laigueglia dans une situation de dépendance économique. Si, à la fin de la saison de pêche, un patron corailleur ne pouvait pas remplir les obligations du contrat de change maritime, il était en mesure de rembourser la dette par la vente de coraux supplémentaires, qui, comme en Orient, devenait une sorte une monnaie. Parmi ces patrons, il y avait Lorenzo Arimondo de Cervo, qui avait obtenu un prêt à la grosse aventure de 800 lires sur sa coraline pour un voyage entre Laigueglia et Alghero, avec un taux d’intérêt fixé à 8 %. Il y avait également Gio. Geronimo Arimondo, avec 500 lires placées sur sa coraline Nostra Signora del Rosario, à 8 % d’intérêt, entre Gênes et Bosa, ainsi que Bernardo Dotto, avec 750 lires à 16 % sur la route de Gênes vers Tabarka et retour33.

19Prenant des noms différents en fonction de sa qualité, de sa couleur et de sa taille (terragno, barbaresco, torriglioni, ricaduti, sangue, moro, stramoro, negro carbonetto, netto, intranetto, camolato, etc.), le corail brut acheté était travaillé dans des ateliers implantés à Gênes, Pise-Livourne ou Marseille. En général, et cela s’applique aussi au corailleur Riva, le travail consistait à façonner des grains en forme d’olivettes ou des perles rondes percées pour former les chapelets, très demandés en Asie. L’envoi de pièces sculptées de corail, plus appréciées en Occident qu’en Orient, était rare. Toutefois, quelques blocs de corail brut encore attachés à la roche étaient parfois expédiés, surtout à destination de la Chine. Dans le cas des Fieschi, le fil permettant de confectionner les chapelets provenait d’Allemagne, avec une certaine quantité de toiles, qui transitaient via Bolzano, puis arrivaient jusqu’à Gênes.

  • 34 APF, f. 45.

20Dans les années 1680, la compagnie Fieschi s’occupait presque exclusivement de l’achat et de la transformation du corail, alors que le commerce vers l’Asie ne débuta véritablement qu’au milieu des années 1690, quand apparaissent dans les archives familiales les nombreux manifestes des chargements envoyés à Lisbonne et, de là, à Goa34. Le 24 septembre 1697, à la fin de la saison de pêche, 32 caisses de corail avaient été embarquées à Gênes sur le navire Nostra Signora del Carmine et Sant’Antonio Abate du capitaine Gio. Batta Lanfranco, marchandise consignée à Lisbonne à Giacomo Filippo Pinceti et Giacomo Francesco Ghersi. Quelques semaines plus tard, 28 autres caisses de corail, partiellement brut, avaient été chargées sur le navire Santa Rosa du capitaine Viviano, pour être livrées à Pietro d’Oleolis, pour une valeur totale de 20 603 lires. L’année suivante, en 1698, de nombreuses autres caisses de corail étaient parties pour le compte de la société Fieschi, marquées « +NF/GBR », embarquées sur la Capitana della Repubblica sous le commandement de Gio. Batta Marcenaro, avec un fret de 9 pièces de huit réaux par caisse. Le corail était remis au lieutenant Gio. Batta Luigetti, et à l’écrivain du navire, Bartolomeo Migone, « afin d’obtenir pour ces mêmes coraux leur débit en ce dit lieu [Lisbonne] à mon meilleur avantage », en spécifiant par ailleurs les prix :

« pour les qualités les plus médiocres, comme point de référence, il convient de ne pas les laisser à moins de 9 pièces, ou 8 pièces, de 8 réaux la livre, quelle que soit la couleur du corail et dans la monnaie de Gênes, et pour les coraux dits grossezze, vous ne devriez pas les laisser à moins de 24 pièces de 8 réaux la livre ».

  • 35 APF, f. 45, 10 mars, 10 mai 1698 et 2 janvier, 10 septembre et 5 décembre 1699.

Il s’agissait de corail transformé envoyé par Fieschi à Lisbonne, afin de pouvoir rembourser des dettes auprès de Pinceti et Ghersi, ou de Pietro d’Oleolis. Nous pouvons encore noter, en 1699, six autres caisses embarquées sur le navire Principessa di Toscana du capitaine Benedetto Prasca, dix autres boîtes chargées sur le navire Nostra Signora di Loreto e San Francesco Saverio du capitaine Gio. Batta Germano, dont une, la numéro 11, chargée de corail camolato, d’une valeur élevée de 7 500 lires35.

  • 36 Carla Sodini, op. cit., p. 79-80.
  • 37 Archivum Romanum Societatis Iesu (ARSI), Provincia Goana e Malabarica, n° 71, p. 3 ; Il nuovo Ramus (...)
  • 38 Archives de la Propaganda Fide (APFi), Scritture riferite nei Congressi (SC), Indie Orientali, vol. (...)

21Les vaisseaux, qui apportaient le corail à Lisbonne depuis Gênes, devaient impérativement arriver avant le départ de la flotte d’Inde, qui prenait la mer chaque année autour du 25 mars, afin de pouvoir rejoindre Goa avant l’arrivée de la mauvaise saison qui, comme on le sait, bloquait le port de la capitale orientale portugaise. Placido Ramponi avait quitté Gênes le 31 décembre 1697 et était arrivé à Lisbonne, après divers troubles, le 11 mars 1698, juste à temps pour embarquer pour Goa le 25 du même mois36. Le père Ippolito Desideri avait lui quitté Gênes le 23 novembre 1712 à bord du navire Nostra Signore delle Vigne du capitaine Viviano. « Il plut à Dieu de donner, au cours de ce voyage, l’occasion d’un exercice de conformité continu de sa volonté Divine » – écrivit Desideri dans son extraordinaire compte rendu du voyage qui l’avait conduit au Tibet, sur la route du corail – car « les tempêtes furent incessantes, les agitations de la mer horribles et la contrariété obstinée, tout comme l’inconstance des vents ». Bien qu’il s’agisse de la Méditerranée, les conditions de voyage paraissaient assez aléatoires à la fin de l’automne. Ainsi, le deux décembre, alors que se produisit une violente tempête, « le capitaine envoya tous nos Pères prier, afin qu’ensemble nous nous unissions dans la prière et que les exorcismes de l’église se dressent contre les tempêtes37 ». Une fois le danger dissipé, l’arrivée à Lisbonne fut tardive et il fut nécessaire d’attendre l’année suivante, comme en 1697, lorsque le père Antonio Alfatio avait souligné comment les Portugais embarquaient de nombreux passagers à bord des navires, parmi lesquels des condamnés à l’exil par la justice, qui mourraient pendant le voyage « par la grande puanteur et la pestilence qui règnent dans ces navires ». C’est pourquoi, il était conseillé aux autres religieux de se payer à bord « une chambrette qui, d’ordinaire, coûte entre soixante et soixante-dix mille reis, qui valent 28 doublons d’Espagne, puisqu’ils demandent encore soixante mille reis de plus pour les dépenses de nourriture38 ».

  • 39 Nunziatella Alessandrini-Antonella Viola, “Genovesi e fiorentini in Portogallo : reti commerciali e (...)
  • 40 Arquivo Histórico Ultramarino (AHU), Conselho Ultramarino, Índia, cx. 72, doc. 40 et doc. 73 ; Sanj (...)

22Une fois arrivé à Lisbonne, la distribution du corail pouvait compter sur un réseau que nous pouvons qualifier d’italien et comprenant des marchands d’origine génoise, comme les différents membres de la famille Ghersi, au sein de laquelle Gio. Tommaso était le plus influent et le plus connu, mais également des Florentins, comme Giovanni Francesco Ginori, véritable point d’appui de nombreuses activités commerciales et financières (par exemple pour l’encaissement de lettres de change de Goa) liées à la navigation, réparties entre le commerce des produits orientaux et le trafic d’esclaves. Pour ces raisons, Nicolò Fieschi avait choisi, comme d’habitude, le meilleur agent du marché, Ginori, considérant qu’il bénéficiait de la confiance et de bonnes relations avec Francisco de Castro, un important marchand de Goa. Nous comprenons dès lors très bien comment le réseau de la « nation » italienne, qui avait son siège dans l’église Notre-Dame de Lorette, était stratégique dans le commerce interculturel, avec des opérateurs portugais, juifs et hindous vivant en Inde et engagés dans les échanges corail contre diamants39. En 1697, certains de ces marchands génois étaient également impliqués dans la compagnie privilégiée voulue par Goa, sorte de Compagnie des Indes Portugaises pour la vente de tissus, de corail, de métaux précieux et d’épices, qui avait hérité des fonctions d’une première compagnie fondée en 169240.

23Le corail, avec l’argent et beaucoup d’autres marchandises, prenait la route de l’Inde à bord des navires de la Carreira da India, qui, comme l’écrivait le Père Orazio della Penna :

  • 41 Il nuovo Ramusio. I missionari italiani nel Tibet e nel Nepal, vol. II, sous la direction de Lucian (...)

« chaque année, quittent le Royaume du Portugal pour les Indes, partent en voyage du 8 au 15 mars et continuent d’avancer tout le mois de juillet vers la côte de Malindi et de Monsabicchi et de ces endroits, naviguent vers Goa jusqu’au 15 septembre et si, par malheur, ces navires n’étaient pas partis du Portugal avant le mois de mai, ils ne pouvaient plus prendre la mer41 ».

  • 42 Carla Sodini, op. cit., p. 72-73. Sanjay Subrahmanyam, L’Empire portugais, op. cit., 2013, p. 314-3 (...)

La flotte portugaise pouvait quitter Goa chaque année entre la fin décembre et la première quinzaine de janvier, et après avoir fait une escale à Bahia au Brésil, elle parvenait à rentrer au Portugal entre octobre et novembre. Ainsi, le voyage de retour de Placido Ramponi commença le 20 décembre 1698 et s’acheva à Lisbonne, après l’étape habituelle de Bahia, le 24 octobre 169942. Au cours de ces années, les navires portugais n’étaient pas toujours capables d’atteindre Goa. Selon le témoignage du père Giuseppe Porzio, daté du 19 avril 1694, le navire S. Francesco Borgia, parti de Lisbonne le 25 mars 1693, s’arrêta au cap de Bonne-Espérance car il rencontra :

  • 43 APFi, SC, Indes orientales et Chine, vol. 6, c. 404r-v.

« des difficultés si grandes que, malgré toutes les diligences et les tentatives de l’art nautique, il n’a jamais été possible d’arriver à destination ; les tempêtes formidables, les courants contraires, les pluies diluviennes furent les raisons pour lesquelles le navire n’avait pas poursuivi son voyage vers Goa, quand, après six mois moins quatre jours d’une pénible navigation, le 21 septembre 1693, le navire des Indes revint à Lisbonne le cœur serré43 ».

  • 44 APF, f. 45.
  • 45 Ibid., 29 juillet 1704.

24Dans le cas de la société Fieschi, nous savons avec certitude que différentes caisses de corail sont parties pour les Indes entre 1695 et 1698, comme il est possible de le déduire des quelques connaissements trouvés dans les archives familiales. Le 20 mars 1695, Giovanni Francesco Ginori embarqua neuf caisses de corail sur le navire Nossa Senhora de Boa pour les remettre à Goa aux sieurs Pedro Fernandez Rocha et Joa Machado. Il est également possible de déduire des notes annexées du 5 avril 1695 tous les frais accessoires du transport du corail : débarquement et transport des caisses du navire arrivant de Gênes à la Casa da India ; taxe et coût de la location de l’entrepôt de la Casa ; embarquement sur le bateau pour l’Inde et fret. Pour l’année 1698, il y a d’autres traces d’envois faits par Giacomo Filippo Pinceti sur le navire Capitana : neuf caisses expédiées par Gio. Batta Riva sur le navire Nossa Senhora des Necessidades ; neuf caisses embarquées sur le navire Bon Jesus, plus 18 autres caisses dirigées vers Calla et Vitola Camotim44. Selon un document de synthèse daté du 29 juillet 1704, lorsque les affaires de la société Fieschi commencèrent à rencontrer leurs premières difficultés, des coraux d’une valeur totale de 314 566,5 lires furent envoyés à Goa pour être échangés en grande partie contre des diamants et des toiles de coton, même si, avec ces marchandises, « on est très loin (selon l’avis de Fieschi) de tirer profit des coraux envoyés à Goa45 ».

  • 46 Selon le père théatin Giovanni Appiani en 1697 « l’empereur du Grand Mogol régnant sous le nom d’Au (...)
  • 47 APF, f. 45, 30 décembre 1701. Francesca Trivellato, op. cit., p. 209. Ashin Das Gupta, Merchants of (...)

25Les correspondants des Fieschi en Inde étaient précisément les Camotim, Mhamai Kamat, l’une des plus importantes familles hindoues de Goa, sous le long règne du sultan moghol Aurangazeb, qui, à l’époque, avait réussi à conquérir le royaume de Golconde, lieu d’où étaient extraits les diamants échangés contre le corail46. Les Kamat furent les interlocuteurs privilégiés des marchands italiens dans les ventes des coraux. En plus de Calla et de Vitola (Vitula ou Wisula), des documents mentionnent également Gopala parmi les principaux marchands de corail. Les Camotim savaient manier la correspondance commerciale dans différentes langues européennes, y compris le français, l’anglais, l’italien et bien sûr le portugais, comme le montre une lettre écrite par Gopala le 30 décembre 1701 à Nicolò Fieschi, qui ne l’a reçue que le 23 janvier 1703, et dans laquelle sont indiquées des données précieuses concernant la reconstruction du trafic du corail. Selon le négociant indien, le corail était vendu à un prix « pas si avantageux » à plusieurs marchands. Ainsi en est-il pour une caisse à Ballagatinho Fiado et pour 17 caisses aux marchands Diogo Antonio de Miranda, Narna Nocique, Massanea Rauto, Narna Santos et l’entreprise Mateu et Batista Fiado. En outre, ces marchands s’étaient plaints de la mauvaise qualité du corail reçu, plein de trous (esburacado ou camolato) et donc particulièrement peu appréciés. Ils avaient demandé que des coraux de meilleure qualité soient envoyés à l’avenir, bien nettoyés et avec de belles branches. En retour, Camotim avait adressé trois sacs de diamants et de rubis de haute qualité, directement à Giacomo Filippo Pinceti. Enfin, preuve que l’échange ne concernait pas seulement les diamants, Gopala écrivait que diverses cotonnades avaient été expédiées, alors qu’il n’avait pas été capable d’embarquer la cannelle et le poivre en raison du manque d’espace à bord des navires Nossa Senhora de Peidade das Chagas et São António47.

  • 48 Ibid., 22 mai 1703. ASG, Archivio Segreto, Lettere consoli a Lisbona, b. 2659.
  • 49 Ibid., 30 novembre 1703 ; Tijl Vanneste, Global trade and commercial networks: Eighteenth-century d (...)

26Le fameux Pinceti de Lisbonne semble être l’intermédiaire de référence de Nicolò Fieschi pour tout ce qui concerne la réception des marchandises arrivées d’Inde, mais aussi pour celles venues du Brésil. Durant les premières années du xviiie siècle, alors qu’en Europe on faisait appel aux armes était utilisé pour résoudre des questions dynastiques, le commerce des coraux ne semblait plus rapporter de profits suffisants, de sorte que Giacomo Filippo Pinceti, avait conseillé à Nicolò Fieschi le 22 mai 1703 de penser à investir dans le commerce du tabac et du sucre brésilien. À ce moment-là, pour mieux vendre ou échanger le corail à Goa, il était d’usage d’en envoyer des qualités « moro, negro, strafino e soprafino », alors que, concernant l’achat de diamants, Pinceti suggérait de faire très attention car les diamants n’étaient pas toujours de qualité équivalente au prix demandé par les négociants indiens48. Quelques mois plus tard, dans une autre lettre, c’est le même négociant de Lisbonne qui expliquait comment fonctionnait la vente des diamants arrivés de Goa. Généralement, Pinceti les vendait à Lisbonne, d’où ils partaient pour être taillés à Anvers ou à Amsterdam, avant de prendre la direction de Gênes, où Fieschi les revendait aux bijoutiers49.

  • 50 Philippe Haudrère, Naissance du goût de l’Inde en Europe (xve-xviiie siècles), dans Gérard Le Bouëd (...)
  • 51 APF, f. 45, 22 janvier 1704.
  • 52 Ibid., 25 mars et 5 novembre 1704.

27Le 22 janvier 1704, dès que les navires étaient rentrés de Goa, Pinceti avait pris soin d’avertir Nicolò Fieschi qu’il avait reçu une demi-caisse de toiles de coton d’une valeur de 1 475 pièces de huit réaux. Le négociant de Lisbonne suggérait en effet d’investir davantage dans le commerce des toiles indiennes, très demandées depuis des décennies sur le marché européen, grâce à leur polyvalence d’usage et à la beauté de leurs couleurs50. Dans cette même lettre, il indiquait que le commerce des diamants s’épuisait, avec une baisse des ventes d’environ 40 %, tout en étant convaincu d’une possible reprise51. Pour ces raisons, il était parfois préférable de vendre les diamants à Lisbonne en échange de sucre brésilien, qui s’écoulait bien sur le marché génois. En dépit de ces difficultés, Pinceti continua à traiter en même temps le coton et les diamants, toujours en affaires avec les Camotim52.

  • 53 Stéphane Castelluccio (dir.), Le commerce du luxe à Paris aux xviie et xviiie siècles. Échanges nat (...)
  • 54 APF, f. 45, 8 février 1705.

28Une fois entre les mains de Nicolò Fieschi, les diamants étaient de préférence vendus à des joailliers à Paris53. Dans la capitale française, le représentant de confiance était Filippo Alvarez, également acheteur de pierres précieuses de Venise auprès du noble Leonardo Venier, qu’il revendait ensuite à Anvers. Alvarez préférait généralement payer directement l’achat à Fieschi, mais sans aucun délai, pour ne pas payer d’intérêt au Génois, de sorte que dans une lettre du 8 février 1705, il lui rappelait « comme vous le savez très bien, un marchand possède l’argent aujourd’hui et il ne l’a peut-être plus demain54 ». Les prix des diamants étaient très variables selon les tendances du marché et la qualité des pierres, mais à titre indicatif, en janvier 1700, un sac chargé sur le navire du capitaine Germano avait été estimé à 2 500 pièces de huit réaux, alors qu’un autre plus petit, chargé sur le navire Santa Rosa, était estimé à seulement 400 pièces de huit réaux.

  • 55 Ibid., 20 juin 1703 ; Lucia Frattarelli Fischer, Vivere fuori dal ghetto. Ebrei a Pisa e Livorno (s (...)

29Le réseau de marchands des Fieschi passait également par Livourne et se fondait sur le personnage d’Abram Sulema, l’un des plus importants représentants de la communauté juive de l’époque. La correspondance dense et un peu répétitive qui se déroule au cours des années 1703-1706 dépeint un tableau marchand encore mieux articulé que ce que nous avons vu jusqu’ici. Des diamants, mais aussi des rubis et des perles, provenant de Goa, étaient vendus par Sulema à ses correspondants juifs, la plupart résidant à Venise. Le 20 juin 1703, le célèbre marchand de Livourne notait, dans sa lettre à Fieschi, comment le chargement numéro 19 fut de grande qualité, car il contenait à la fois des diamants d’excellente facture et de précieuses perles d’Ormuz, ainsi que de magnifiques rubis. Encore indécis sur la rentabilité de l’opération, Abram Sulema ne savait pas s’il devait les envoyer pour transformation à Venise ou procéder à un traitement sur site. Nous apprenons également de la même lettre que Sulema recevait régulièrement des caisses de corail de Fieschi et Riva, pour être vendues à Smyrne, grâce à la médiation des marchands arméniens habituels55. Des nombreuses lettres de Sulema permettent finalement d’obtenir des données intéressantes sur le marché international du diamant : pendant ces années, le prix en Inde semble avoir augmenté de 30 %, ce qui causait de gros problèmes de vente sur les marchés européens.

  • 56 APF, f. 45, 16 janvier 1704.
  • 57 Ibid., 13 septembre 1705.
  • 58 Sebouh David Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean. The Global Trade Networks of Arm (...)

30Comme nous venons de l’indiquer, une partie du corail conduit à Livourne était envoyé à Smyrne, par des navires généralement provençaux et génois. En échange, Riva importait à Gênes une bonne quantité de soie. Dans le port ottoman, plusieurs marchands arméniens, le frère d’Abram Sulema et le génois Giorgio Maria Tagliaferro travaillaient pour la société Fieschi. Le 16 janvier 1704, Tagliaferro était arrivé à Smyrne, après être passé par Venise. Le trajet ayant été long, il avait essayé de vendre le corail à des marchands « turcs et arméniens » qui, toutefois, n’avaient même pas voulu les voir « parce qu’ils étaient trop rouges ». À la fin, il avait tenté d’échanger le corail contre des cotonnades, alors qu’il attendait avec confiance l’arrivée de la caravane persane. Il suggérait à Fieschi d’envoyer, à l’avenir, avec le navire du capitaine Castagneto, du corail pas trop sombre, de sorte qu’il puisse facilement être échangé contre des soieries56, cédant ainsi aux goûts des habitants. Quelques mois plus tard, le même Tagliaferro signala l’arrivée à Smyrne de la caravane de Perse, riche en soie, coton, épices et rhubarbe et écrivait qu’il tenterait d’utiliser comme marchandise d’échange soit l’argent, soit le corail, très demandés par les Perses57. En plus de Tagliaferro, une grande partie de l’or rouge était écoulée à Smyrne par le soi-disant « Arménien », qui n’était autre que le puissant comte Veligian Sceriman, dont la famille avait un réseau marchand allant de Livourne à Venise, de Rome à Vienne et d’Amsterdam à Madras58.

  • 59 APF, f. 7.
  • 60 ASG, Notai Antichi, notaire Gio. Francesco Tavarone, f. 9542, 25 avril 1709 et Archives d’État de F (...)

31Pour les Fieschi, la route de Livourne entra en crise en 1705, lorsque les relations entre Nicolò Fieschi et Sulema changèrent en raison du différend que le noble génois avait avec Riva, et qui se termina par la saisie des biens et l’incarcération du corailleur59. L’affaire a définitivement pris fin avec la mort de Nicolò Fieschi au cours de l’année 1709. La voie du corail, qui se situait dans un réseau commercial allant de Lisbonne à Goa et de Livourne à Smyrne60, continua de prospérer grâce à d’autres opérateurs, parmi lesquels Ergas & Silvera, mais toujours avec une contribution importante des commerçants génois, puisque nous savons qu’un autre membre important du patriciat de la Superbe, Marcello Durazzo, vendait des caisses de corail en Inde, avec l’aide de l’entreprise des Barducci et Giudici de Lisbonne, également présente dans le réseau des Ergas & Silvera, aux pères jésuites présents à Goa, et achetait des diamants et du poivre grâce à Siro Maria et Francesco Maria Vaccari de Lisbonne.

  • 61 Archives Durazzo Giustiniani de Gênes (ADGG), Archivio Durazzo, n° 535, c. 153-c. 232 e c. 454 ; Ib (...)

32En conclusion, s’il est évident que les commerçants génois ont été parmi les Européens les plus présents sur le marché indien de Goa, il semble clair, même si la documentation est lacunaire et fragmentaire, que la société des frères Fieschi est unique en termes de durée et d’intensité d’activité commerciale, tout comme la présence épisodique d’un autre grand opérateur, Marcello Durazzo, obligé de se tourner vers d’autres contacts à Lisbonne et à Goa, différents de ceux des Fieschi et de leurs successeurs Ergas & Silvera, utilisant même comme référence la Compagnie de Jésus. La façon dont les jésuites se comportaient en Inde et dans le reste de l’Asie concernant l’utilisation du corail – et pas uniquement à des fins décoratives – est une autre histoire qui mériterait d’être racontée61.

Haut de page

Notes

1 Archives d’État de Turin (AST), Paesi, Sardegna, Materie Economiche, categoria XVIII, liasse 1, dossier 21. Une livre génoise équivalait à 317,664 grammes, donc le produit de la pêche se situait entre 9,5 et 16 kg environ.

2 Ibid. ; Franck Trentmann, L’impero delle cose. Come siamo diventati consumatori. Dal xv al xxi, Turin, Einaudi, 2017, p. 9.

3 Francesca Trivellato, Il commercio interculturale. La diaspora sefardita, Livorno e i traffici globali in età moderna, Rome, Viella, 2016.

4 Sur cette historiographie et le rôle des études sur les marchandises mondiales, cf. Sebastian Conrad, Storia globale. Un’introduzione, Rome, Carocci, 2015, p. 134-136.

5 Onorato Pastine, « Liguri pescatori di corallo », Giornale Storico e Letterario della Liguria, vol. III-IV, 1931, p. 169-185 et p. 287-310.

6 Edoardo Grendi, Una comunità alla pesca del corallo : impresa capitalistica e impresa sociale, dans Studi in memoria di Luigi Dal Pane, Bologne, Clueb, 1982 p. 445 ; Id., Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di antico regime, Turin, Einaudi, 1993, p. 131-161.

7 Francesco Podestà, La pesca del corallo in Africa nel Medioevo e i Genovesi a Marsacares, Gênes, Istituto Sordomuti, 1897 ; Id., I Genovesi e le pescherie di corallo nei mari dell’isola di Sardegna, Turin, Stamperia Reale, 1900 ; Philippe Gourdin, Tabarka. Histoire et archéologie d’un préside espagnol et d’un comptoir génois en terre africaine (xve-xviiie siècle), Rome, École Française de Rome, 2008 ; Luisa Piccinno, Un’impresa fra terra e mare. Giacomo Filippo Durazzo e soci a Tabarca (1719-1729), Milan, Franco Angeli, 2008 ; Giuseppe Doneddu, La pesca nelle acque del tirreno (secoli xvii-xviii), Sassari, Editrice Democratica Sarda, 2002, p. 191-220.

8 Onorato Pastine, L’arte dei corallieri nell’ordinamento delle corporazioni genovesi (secoli xv-xviii), Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 1933 ; Mirabilia coralii. Manifatture in corallo a Genova, Livorno e Napoli tra xvii e xix secolo, sous la direction de Cristina Del Mare, Naples, Baca di Credito Popolare, 2010.

9 Basilio Liverino, Il corallo dalle origini ai nostri giorni, Naples, Arte Tipografica, 1998 ; Eliyahu Ashtor, Pagamento in contanti e baratto nel commercio d’oltremare (secoli xiv-xvi), dans Storia d’Italia, Annali 6. Economia naturale, economia monetaria, Turin, Einaudi, 1983, p. 361-396.

10 Fernand Braudel, Civiltà e Imperi del Mediterraneo nell’età di Filippo II, vol. I, Turin, Einaudi, 2010, p. 584-614.

11 Luce Boulnois, La via della seta. Dèi, guerrieri, mercanti, Milan, Bompiani, 2016, p. 166-177.

12 Marco Polo, Il Milione, sous la direction d’Antonio Lanza, Pordenone, Studio Tesi, 1991, p. 146.

13 Philip D Curtin, Mercanti. Commercio e cultura dall’Antichità al xix secolo, Rome-Bari, Laterza, 1988 ; Francesca Trivellato, op. cit. ; Esther Benbassa et Aron Rodrigue, Storia degli ebrei sefarditi. Da Toledo a Salonicco, Turin, Einaudi, 2004 ; Fernand Braudel, Civiltà materiale, economia e capitalismo (secoli xv-xviii), II. I giochi dello scambio, Turin, Einaudi, 1982, p. 98-102 ; Stephan Conerman, L’Asia meridionale e l’Oceano Indiano, dans Wolfgang Reinhard (dir.), Storia del Mondo, 3. Imperi e Oceani 1350-1750, Turin, Einaudi, 2016, p. 447-513 ; Holden Furber, Imperi rivali nei mercati d’Oriente, 1600-1800, Bologne, Il Mulino, 1986.

14 Sanjay Subrahamanyam, Vita e leggenda di Vasco da Gama, Rome, Carocci, 2016, p. 139 et Peter Frankopan, Le vie della seta. Una nuova storia del mondo, Milan, Mondadori, 2017, p. 258-259.

15 Francesco Carletti, Ragionamenti del mio viaggio intorno al mondo, Milan, Mursia, 2015, p. 174 et 185 ; Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1970, vol. 20, p. 139-143.

16 Francesco Carletti, op. cit., p. 173.

17 Gilbert Buti et Olivier Raveux, « Corail », dans Dionigi Albera, Maryline Crivello, Mohamed Tozy (dir.), Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2016, p. 309.

18 Franco Cardini et Alessandro Vanoli, La via della seta. Una storia millenaria tra Oriente e Occidente, Bologne, Il Mulino, 2017, p. 272-274 ; Michel Angot, Histoire des Indes, Paris, Les Belles Lettres, 2017, p. 544-545.

19 Carla Sodini, I Medici e le Indie Orientali. Il diario di viaggio di Placido Ramponi emissario per conto di Cosimo III, Florence, Olschki, 1996, p. 89.

20 Ibid., p. 89-96.

21 Sanjay Subrahmanyam, Comment être un étranger. Goa-Ispahan-Venise. xvie-xviiie siècles, Paris, Alma, 2011, p. 57-65 ; Michel Angot, op. cit., p. 454-455.

22 Archives d’État de Gênes (ASG), Archivio Segreto, Nobilitatis, b. 2836, 20 juin 1661.

23 ASG, Archivio Segreto, Secretorum, b. 1572 ; Luca Lo Basso, “Diaspora e armamento marittimo nelle strategie economiche dei genovesi nella seconda metà del xvii secolo : una storia globale”, Studi Storici, 56-1, 2015, p. 141.

24 ASG, Notai Antichi, notaire Gio. Agostino Savignone, f. 7870, 27 février 1680 et Archives privées Fieschi (APF), f. 7, no 1.

25 APF, f. 16, no 29, 20 juillet 1682.

26 Carlos Alvarez Nogal, Luca Lo Basso, Carlo Marsilio, “La rete finanziaria della famiglia Spinola : Spagna, Genova e le fiere dei cambi (1610-1656)”, Quaderni storici, 2007-1, p. 97-110.

27 APF, « Livre de comptes de Signori Nicolò et Pietro Francesco Fieschi commencé le 25 août 1682 ».

28 Ibid., c. 3 du 3 octobre 1682. Dans les années 1690, Nicolò Fieschi était l’un des adjudicataires des pêcheries de Tabarka, par le biais des intermédiaires Giulio Cesare et Gio. Batta Valdetaro. APF, f. 7, n° 8b, 26 juillet 1699. Concernant les contrats de Tabarka au xviiie siècle, voir Luisa Piccinno, op. cit.. Des traces d’achats de Gio. Batta Riva par les patrons de Laigueglia et Cervo peuvent être trouvées dans les Archives de l’État de Savone (ASS), Notai Distrettuali, notaire Francesco Maria Marchiano, f. 2245, 29 octobre et 15 décembre 1683.

29 APF, « Livre de comptes de Signori Nicolò et Pietro Francesco Fieschi commencé le 25 août 1682 », c. 180.

30 Luca Lo Basso, “Il finanziamento dell’armamento marittimo tra società e istituzioni : il caso ligure (secc. XVII-XVIII)”, Archivio Storico Italiano, 647, I, 2016, p. 81-105.

31 Archives Spinola di Pellicceria de Gênes (ASPG), n° 14.

32 Ibid., cc. 11-17-21-72 e 152.

33 ASPG, n° 49, cc. 31 et 105 ; APF, « Livre de comptes de Signori Nicolò et Pietro Francesco Fieschi commencé le 25 août 1682 », c. 34.

34 APF, f. 45.

35 APF, f. 45, 10 mars, 10 mai 1698 et 2 janvier, 10 septembre et 5 décembre 1699.

36 Carla Sodini, op. cit., p. 79-80.

37 Archivum Romanum Societatis Iesu (ARSI), Provincia Goana e Malabarica, n° 71, p. 3 ; Il nuovo Ramusio. I missionari italiani nel Tibet e nel Nepal, vol. II, sous la direction de Luciano Petech, Rome, La Libreria dello Stato, 1953, p. 124 ; Augusto Luca, Nel Tibet ignoto. Lo straordinario viaggio di Ippolito Desideri S.J. (1684-1733), Bologne, EMI, 1987 ; Ezio Gualtiero Bargiacchi, A Bridge Across Two Cultures. Ippolito Desideri S.J. (1684-1733). A Brief Biography, Florence, Institut géographique militaire. 2008 ; Gian Carlo Roscioni, Il desiderio delle Indie. Storie, sogni e fughe di giovani gesuiti italiani, Turin, Einaudi, 2011, p. 70-72 et Claudio Ferlan, I gesuiti, Bologne, Il Mulino, 2015, p. 67-95.

38 Archives de la Propaganda Fide (APFi), Scritture riferite nei Congressi (SC), Indie Orientali, vol. 4, cc. 693r-v.

39 Nunziatella Alessandrini-Antonella Viola, “Genovesi e fiorentini in Portogallo : reti commerciali e strategie politico-diplomatiche (1650-1700)”, Mediterranea. Ricerche storiche, X, 28, 2013, p. 295-322 ; Nunziatella Alessandrini, “Reti commerciali genovesi a Lisbona nel secolo XVII :elementi di commercio globale”, Storia Economica, anno XVIII, 2, 2015, p. 275-298 ; APFi, SC, Indes orientales et Chine, vol. 6, c. 117r, 24 mars 1692.

40 Arquivo Histórico Ultramarino (AHU), Conselho Ultramarino, Índia, cx. 72, doc. 40 et doc. 73 ; Sanjay Subrahmanyam, L’Empire portugais d’Asie 1500-1700, Paris, Éditions Points, 2013, p. 321 ; Joaquim Romero Magalhãs, As tentativas de recuperação asiática, dans Francisco Bethencourt-Kirti Chauduri (dir.), História de expansão portuguesa, vol. III, O Brasil na balança do Império (1697-1808), Lisboa, Temas e debates, 1998, p. 46-47.

41 Il nuovo Ramusio. I missionari italiani nel Tibet e nel Nepal, vol. II, sous la direction de Luciano Petech, Rome, La Libreria dello Stato, 1953, p. 228 ; Paulo J.A. Guinote, Ascensão e declínio da Carreira da Índia (Séculos xv-xviii), dans Vasco da Gama e a Índia, Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian, 1999, vol. II, p. 7-39; Charles R. Boxer, “The Carreira da India, 1650-1750”, The Mariner’s Mirror, 46, 1960, p. 35-54.

42 Carla Sodini, op. cit., p. 72-73. Sanjay Subrahmanyam, L’Empire portugais, op. cit., 2013, p. 314-315.

43 APFi, SC, Indes orientales et Chine, vol. 6, c. 404r-v.

44 APF, f. 45.

45 Ibid., 29 juillet 1704.

46 Selon le père théatin Giovanni Appiani en 1697 « l’empereur du Grand Mogol régnant sous le nom d’Aurengzeb est musulman, déjà très vieux, un homme de grand génie, qui a su, en partie avec les armes et en partie grâce à la ruse, soumettre immédiatement à sa domination presque tous les princes et royaumes de l’Inde ». APFi, SC, Indes orientales et Chine, vol. 40, c. 330v-331r ; Abraham Eraly Il trono dei Moghul. La saga dei grandi imperatori dell’India, Milan, Il Saggiatore, 2013, p. 329-452.

47 APF, f. 45, 30 décembre 1701. Francesca Trivellato, op. cit., p. 209. Ashin Das Gupta, Merchants of Maritime India 1500-1800, Aldeshot, Ashgate, 1994.

48 Ibid., 22 mai 1703. ASG, Archivio Segreto, Lettere consoli a Lisbona, b. 2659.

49 Ibid., 30 novembre 1703 ; Tijl Vanneste, Global trade and commercial networks: Eighteenth-century diamond merchants, Londres, Pickering & Chatto, 2011.

50 Philippe Haudrère, Naissance du goût de l’Inde en Europe (xve-xviiie siècles), dans Gérard Le Bouëdec et Brigitte Nicolas (dir.) Le goût de l’Inde, Rennes, PUR, 2008, p. 11 ; Sven Beckert, L’impero del cotone. Una storia globale, Turin, Einaudi, 2016 ; Beverly Lemire, “Revising the Historical Narrative: India, Europe, and the Cotton Trade, c. 1300–1800”, in Giorgio Riello and Prasannan Parthasarathi (dir.), The Spinning World. A Global History of Cotton Textiles, 1200–1850, Oxford, Oxford University Press, 2009 ; René Estienne (dir.), Les Compagnies des Indes, Paris, Gallimard, 2017, p. 202-206.

51 APF, f. 45, 22 janvier 1704.

52 Ibid., 25 mars et 5 novembre 1704.

53 Stéphane Castelluccio (dir.), Le commerce du luxe à Paris aux xviie et xviiie siècles. Échanges nationaux et internationaux, Bern, Peter Lang, 2009.

54 APF, f. 45, 8 février 1705.

55 Ibid., 20 juin 1703 ; Lucia Frattarelli Fischer, Vivere fuori dal ghetto. Ebrei a Pisa e Livorno (secoli xvi-xviii) , Turin, Silvio Zamorani, 2008, p. 195.

56 APF, f. 45, 16 janvier 1704.

57 Ibid., 13 septembre 1705.

58 Sebouh David Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean. The Global Trade Networks of Armenian Merchants from New Julfa, Berkeley-New York-Londres, University of California Press, 2011 ; Massimo Sanacore, “Splendore e decadenza degli Sceriman di Livorno”, dans Gli armeni lungo le strade d’Italia. Atti del Convegno Internazionale (Torino, Genova, Livorno, 8-11 marzo 1997), Pise-Rome, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 1998, p. 127-130 ; Olivier Raveux, « Les Arméniens et la Méditerranée, médiateurs techniques entre Orient et Occident dans l’indiennage au xviie siècle », dans Gérard Le Bouëdec et Brigitte Nicolas (dir.), Le goût de l’Inde, Rennes, PUR, 2008, p. 44-51 ; sur les relations entre Sceriman et Riva, voir la déclaration rédigée par le notaire Gio. Giuseppe Giuliani de Livourne le 7 décembre 1705 chez APF, f. 45.

59 APF, f. 7.

60 ASG, Notai Antichi, notaire Gio. Francesco Tavarone, f. 9542, 25 avril 1709 et Archives d’État de Florence (ASF), Notarile Moderno, Testamenti forestieri, f. 16.

61 Archives Durazzo Giustiniani de Gênes (ADGG), Archivio Durazzo, n° 535, c. 153-c. 232 e c. 454 ; Ibid., n° 213, 22 décembre 1716 ; Guy Taschard, Il viaggio di Siam de’ padri gesuiti mandati dal re di Francia all’Indie, e alla China, Milan, 1693, p. 91 ; Simonetta Sitzia, “Il voyage de Siam del gesuita francese Guy Tachard”, Storia urbana, 151, 2016, p. 99-129.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : compte des coraux des Fieschi, 1682‑1685
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/5723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luca Lo Basso, « De Gênes à Goa : Corail, diamants et cotonnades dans les affaires commerciales des frères Fieschi (1680‑1709) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 89-107.

Référence électronique

Luca Lo Basso, « De Gênes à Goa : Corail, diamants et cotonnades dans les affaires commerciales des frères Fieschi (1680‑1709) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/5723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.5723

Haut de page

Auteur

Luca Lo Basso

Università degli Studi di Genova, NavLab, Gênes, Italie.
Luca Lo Basso, professeur d’histoire moderne à l’Université de Gênes, directeur du Laboratoire d’histoire maritime et navale (NavLab), est un spécialiste de l’histoire maritime et surtout de l’histoire de la Méditerranée à l’époque moderne. Avec Paolo Calcagno, il dirige la série éditoriale Studi storici marittimi. Il est l’auteur de nombreuses monographies, dont la plus récente : Gente di bordo. La vita quotidiana dei marittimi genovesi nel xviii secolo, Roma, Carocci, 2016.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search