Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

De Gênes à Goa : Corail, diamants et cotonnades dans les affaires commerciales des frères Fieschi (1680‑1709)

Luca Lo Basso
p. 89-107

Résumés

Dans la seconde moitié du xviie siècle, les activités économiques des Génois trouvent, grâce à une relance de l’armement maritime et en le disant à la manière de Braudel, un nouvel élan extraordinaire. À partir du milieu du siècle, la construction de grands vaisseaux est financée et ces navires sont chargés de transporter des marchandises vers les centres du commerce colonial comme Cadix, Lisbonne, Amsterdam et Londres. En quelques années, l’activité des grands financiers de Ligurie se tourne vers le monde colonial, en profitant du rôle traditionnel de la République dans le système impérial espagnol. C’est dans ce contexte général que se place l’histoire de la compagnie commerciale des frères Fieschi. Membres d’une des plus anciennes familles nobiliaires de Gênes, Nicolò et Pietro Francesco Fieschi décident dans les années 1680, en exploitant le réseau commercial ligure de Lisbonne, de se lancer dans le commerce direct du corail vers l’Inde, échangé sur place contre des diamants et d’autres marchandises asiatiques. À la lumière des archives de cette société, il est possible d’inscrire cet épisode dans l’histoire du système commercial étudié par les célèbres travaux de Francesca Trivellato, dans lequel émerge un réseau interculturel animé par la médiation des marchands juifs, arméniens et hindous. Contrairement à ce que l’historiographie le laisse à penser, Gênes tenait un rôle prépondérant au niveau mondial dans la production et le commerce du corail entre les xviie et xviiie siècles.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

coral, Genoa, Asia, trade, fishing, export
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction : histoire d’un préquel
La pêche et le commerce du corail : une histoire globale
Corail, diamants et cotonnades : les affaires des frères Fieschi

Aperçu du texte

Introduction : histoire d’un préquel

« Toutes les coralines napolitaines, corses et génoises souhaitent venir vendre à Livourne, non seulement parce qu’on y vend pour les fabriques qui s’y trouvent, mais aussi car il y a toujours des commandes pour les fabriques extérieures, surtout celles de Venise et de Gênes. Chaque corailleur apportera entre 30 et 50 livres de bon corail et environ le double de corail poli. »

C’est ainsi que le comte Antonio Rivarola, fils de Dominique, consul de Savoie à Livourne, indépendantiste corse et disciple de Pasquale Paoli, répondait le 23 mai 1760 à la demande de renseignements de la cour de Turin qui souhaitait faire prospérer la pêche du corail en Sardaigne. En plus d’envoyer des informations précises sur la collecte du corail et le commerce qui en découlait, Rivarola, observateur attentif de la réalité qui l’entourait, expliquait que la majeure partie de l’or rouge prenait la route de l’Est « avec les Compagnies des Indes, et [que] la plupart des ve...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luca Lo Basso, « De Gênes à Goa : Corail, diamants et cotonnades dans les affaires commerciales des frères Fieschi (1680‑1709) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 89-107.

Référence électronique

Luca Lo Basso, « De Gênes à Goa : Corail, diamants et cotonnades dans les affaires commerciales des frères Fieschi (1680‑1709) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5723 ; DOI : 10.4000/rives.5723

Haut de page

Auteur

Luca Lo Basso

Università degli Studi di Genova, NavLab, Gênes, Italie.
Luca Lo Basso, professeur d’histoire moderne à l’Université de Gênes, directeur du Laboratoire d’histoire maritime et navale (NavLab), est un spécialiste de l’histoire maritime et surtout de l’histoire de la Méditerranée à l’époque moderne. Avec Paolo Calcagno, il dirige la série éditoriale Studi storici marittimi. Il est l’auteur de nombreuses monographies, dont la plus récente : Gente di bordo. La vita quotidiana dei marittimi genovesi nel xviii secolo, Roma, Carocci, 2016.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals