Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

Du rouge pour le Noir : du corail méditerranéen pour la traite négrière au xviiie siècle

Gilbert Buti
p. 109-127

Résumés

Au xviiie siècle des observateurs soulignent la passion des populations d’Afrique noire pour le corail rouge de Méditerranée. En branche ou travaillé, ce produit figure dans les cargaisons des navires négriers européens. Très tôt contrôlé par des marchands et de puissantes compagnies, le corail participe à la première mondialisation des échanges. Il prend une place originale dans l’intensification des relations avec l’Asie. Marseille contribue à ces échanges à partir de ressources locales ou exploitées dans les concessions d’Afrique du Nord par la Compagnie royale d’Afrique. Le corail est transformé dans de proches ateliers et manufactures. Il compose une petite partie des marchandises de navires marseillais qui se livrent à la traite négrière. Des négociants servent aussi de liens entre la Compagnie royale d’Afrique et la Compagnie des Indes orientales (Lorient) pour diffuser une part de la production méditerranéenne. Le corail sert à des achats d’esclaves mais aussi de « produit d’appel » pour amorcer une négociation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Du corail rouge pour l’Afrique noire
Une passion pour le corail rouge ?
Du corail dans les cargaisons des navires négriers
Du beau corail rouge de Méditerranée
Exploitation et diffusion du corail de Méditerranée
Corail méditerranéen dans la traite négrière atlantique
Du corail pour Marseille
La diffusion du corail depuis Marseille
Les usages du corail pour la traite

Aperçu du texte

Conservé en branches ou travaillé pour devenir talisman, médicament, monnaie d’échange, matière première de bijouterie ou d’objets religieux, le corail a cumulé depuis l’Antiquité des valeurs sacrées et profanes. Au siècle des Lumières, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert le présente encore paré de « vertus particulières comme celles d’arrêter le sang, de défendre les maisons de la foudre, d’en éloigner les mauvais génies ». La nature animale du corail, soupçonnée par le comte Luigi Ferdinando Marsigli en 1706, n’a été établie qu’en 1723-1724 par le médecin marseillais Jean André Peyssonnel, reconnue par la communauté scientifique internationale après le rapport d’Antoine de Jussieu en 1742 et classé dans le monde animal par Linné en 1758. Néanmoins, au milieu du xviiie siècle, cette découverte n’est pas encore intégrée dans la réédition du Dictionnaire universel de commerce de Jacques Savary des Bruslons qui reste fidèle au savoir de sa première édition du début du xviiie siècl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Buti, « Du rouge pour le Noir : du corail méditerranéen pour la traite négrière au xviiie siècle », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 109-127.

Référence électronique

Gilbert Buti, « Du rouge pour le Noir : du corail méditerranéen pour la traite négrière au xviiie siècle », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5747 ; DOI : 10.4000/rives.5747

Haut de page

Auteur

Gilbert Buti

Professeur d’histoire moderne émérite, AMU-CNRS, UMR TELEMMe.
Gilbert Buti est professeur émérite des universités en histoire moderne à Aix-Marseille Université. Chercheur à la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme (laboratoire 7303, TELEMMe, CNRS), il est spécialiste des économies maritimes, des structures portuaires et des sociétés littorales dans le monde méditerranéen du xviie au début xixe siècle. Il vient de publier avec Alain Cabantous, De Charybde en Scylla. Risques, périls et fortunes de mer du xvie siècle à nos jours, Paris, éditions Belin, 2018.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals