Navigation – Plan du site
Dossier : Autour du corail rouge de Méditerranée

Approvisionnement, circulation, transformation et usage du corail en Provence occidentale (xiiiexvie siècles)

Marie-Astrid Chazottes
p. 129-156

Résumés

Les découvertes archéologiques et le dépouillement des sources d’archives donnent un aperçu de la manière dont le corail s’insère dans l’économie médiévale en Provence. L’association des tarifs de péage et des archives notariales documente les zones d’entrée du corail en Provence occidentale ainsi que la circulation de cette matière à l’état brut ou sous forme travaillée. L’analyse des déchets retrouvés à Marseille apporte de premières hypothèses sur les étapes initiales de transformation des branches. Celles-ci sont employées en bijouterie pour la fabrication de perles et de pendentifs, servent ponctuellement à l’élaboration de manches de couteaux, de cure-oreilles et de sifflets. Mis en poudre, le corail devient aussi un ingrédient de préparations pharmaceutiques, pour le soin du corps et des dents.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La pêche, la circulation et la préparation du corail
Les zones de pêche
L’importation
La préparation des branches
La circulation
L’utilisation du corail
Les objets produits
Pharmacie, soin des dents et des mains
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le corail, matériau quasi-mystique, longtemps considéré comme appartenant au règne végétal et/ou minéral, est pour sa brillance, son éclat et ses multiples nuances colorées, apprécié depuis l’Antiquité et exploité de manière importante au Moyen Âge et durant l’Époque moderne, avant même que sa véritable nature ne soit prouvée. Les branches de corail rouge, arrachées aux fonds marins méditerranéens, sont particulièrement recherchées notamment en bijouterie.

La zone géographique d’investigation, la Provence occidentale, a été sélectionnée de par la présence des grands centres économiques et de pouvoir que sont Aix-en-Provence, Avignon et Marseille. La faiblesse des données archéologiques et textuelles antérieurement au xiiie siècle et les changements qui s’amorcent, à partir du xvie siècle, dans les zones géographiques de pêche, de même que l’apparition d’une structuration de la filière du corail en grandes compagnies, ont conditionné l’intervalle chronologique choisi pour ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Astrid Chazottes, « Approvisionnement, circulation, transformation et usage du corail en Provence occidentale (xiiiexvie siècles) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 129-156.

Référence électronique

Marie-Astrid Chazottes, « Approvisionnement, circulation, transformation et usage du corail en Provence occidentale (xiiiexvie siècles) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5773 ; DOI : 10.4000/rives.5773

Haut de page

Auteur

Marie-Astrid Chazottes

Membre associé, Aix-Marseille Université-CNRS, LA3M, UMR 7298, Aix-en-Provence, France.
Marie-Astrid Chazottes est titulaire d’un doctorat en archéologie médiévale et moderne soutenu en 2017 à l’université d’Aix-Marseille (LA3M, UMR 7298). Elle est spécialiste de l’étude archéologique et historique des objets produits en os, en bois de cervidé, en ivoire, en corail, en nacre, en corne, en écaille de tortue et en fanon de baleine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals