Navigation – Plan du site
Varia

Marins phrygiens au service de Rome sous le Haut‑Empire

Michel Roux
p. 189-211

Résumés

Cinq marins venant de Phrygie ont pu être recensés au Haut-Empire. Le chevalier Caius Iulius Alexander mena avec succès, sous le règne de Sévère Alexandre, une reliquatio des flottes de Misène et de Ravenne, qui soutint la campagne persique de l’empereur. Philippe l’Arabe le nomma préfet de la première nommée. Les quatre autres étaient de simples matelots, dont deux moururent avant la fin de leur temps de service. Le troisième fut libéré avec l’honesta missio, alors qu’il était détaché à Carnuntum. Le dernier fut intégré dans la légion I Adiutrix. L’engagement dans la marine, dont le service était long et ingrat, constituait pour les simples marins un espoir d’échapper à une condition sociale très médiocre en Phrygie. Ils bénéficiaient d’un salaire décent et régulier, même si deux seulement vécurent assez longtemps pour obtenir la citoyenneté romaine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La réalité de la marine de guerre romaine sous le Haut‑Empire : la qualité du recrutement
Le poids de la Phrygie dans le recrutement de la flotte de Misène
La belle carrière de Caius Iulius Alexander
Le sort des marins ordinaires
Un marin chanceux
Conclusion : qu’allaient-ils donc faire dans ces galères ?

Aperçu du texte

Durant des décennies, l’histoire de la marine de guerre de l’époque impériale fut basée sur un certain nombre de truismes. Parmi ceux-ci, le plus handicapant pour toute recherche fut énoncé par J.-M. Sestier, qui écrivait en 1880 : « les flottes impériales entretenues dans (la Méditerranée) pendant 300 ans et sous 39 empereurs n’ont pas d’histoire ». Cette affirmation abrupte fut reprise aux xixe et xxe siècles, certes avec quelques atténuations, dans les travaux de ses successeurs. Il fallut attendre la publication en 1986 du remarquable ouvrage de M. Reddé, Mare Nostrum, pour se rendre compte de façon évidente de ce que beaucoup subodoraient jusque là, à savoir que non seulement les flottes romaines eurent une histoire, mais que celle-ci fut particulièrement riche, ne serait-ce qu’en raison du nombre de bateaux et de ports dont elles disposaient et de l’importance des missions qui leur étaient confiées.

Or, comme on va pouvoir le constater à la lecture des lignes qui suivent, le se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Roux, « Marins phrygiens au service de Rome sous le Haut‑Empire », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 189-211.

Référence électronique

Michel Roux, « Marins phrygiens au service de Rome sous le Haut‑Empire », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5870 ; DOI : 10.4000/rives.5870

Haut de page

Auteur

Michel Roux

Université de Perpignan-Via Domitia – CRESEM.
Michel Roux est professeur agrégé et enseigne l’histoire de la Grèce et de Rome à l’Université de Perpignan-Via Domitia. Détenteur d’un DEA portant sur les aspects militaires de la conquête du monde hellénistique par Rome, il a soutenu en juin 2018, sous la direction de Véronique Chankowski, de l’Université de Lyon 2, et de Martin Galinier, de l’Université de Perpignan, une thèse relative à la colonisation militaire allogène en Phrygie depuis l’époque achéménide jusqu’à la fin de la dynastie des Sévères et sur son impact spatial, économique et social.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals