Navigation – Plan du site
Varia

Les paysages viticoles espagnols : de la dispersion à la concentration ; de la rusticité à la modernisation

Fernando Molinero Hernando et Daniel Herrero Luque
p. 213-237

Résumés

Les vignobles espagnols ont connu un long processus d’abandon, de modernisation et de remembrements. La multiplication des DOP (AOC/AOP) depuis les années 1980, favorisée par l’élévation du niveau de vie de la population et les exigences des consommateurs pour des vins de qualité, a contribué à passer de l’abandon à une restauration et une concentration au profit des terroirs les plus favorisés par leurs conditions écologiques. Ces dernières, très diverses et contrastées, ont entraîné une consolidation du vignoble dans les régions et « pays » où les vins blancs et rouges sont de plus en plus appréciés sur les marchés intérieur et international ; ceci a ainsi permis l’émergence de nouveaux paysages au sein du vignoble espagnol.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

De la tradition à la modernisation : la transformation profonde des vignobles espagnols
La résistance des vignobles les plus favorisés
Les caractéristiques des vignobles espagnols
De grandes potentialités en raison d’une « culture œnologique » et des conditions écologiques
Configuration et valeur actuelles des paysages du vignoble
Conclusion

Aperçu du texte

L’Espagne est le premier pays du monde pour la surface viticole et le troisième pour la production de vin. Ses vignobles, d’une exceptionnelle diversité, ont connu une remarquable modernisation qui, en raison d’une bonne intégration dans le marché mondial, a donné naissance à des paysages viticoles, certes un peu homogènes, mais finalement très divers, grâce à la variété des conditions écologiques, aux héritages culturels et aux facteurs techniques et économiques.

Le vin dans les sociétés traditionnelles était considéré comme un aliment du quotidien ; aussi trouvait-on des vignobles dans toutes les régions du pays. Les vignes furent même cultivées dans des conditions très difficiles : sur de pauvres sols squelettiques ou soumis à des climats excessivement humides qui ne pouvaient produire que des vins acides. La révolution des transports du milieu du xixe siècle a permis une première spécialisation viticole qui a largement favorisé La Mancha et La Rioja, régions favorisées en raison ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fernando Molinero Hernando et Daniel Herrero Luque, « Les paysages viticoles espagnols : de la dispersion à la concentration ; de la rusticité à la modernisation », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 213-237.

Référence électronique

Fernando Molinero Hernando et Daniel Herrero Luque, « Les paysages viticoles espagnols : de la dispersion à la concentration ; de la rusticité à la modernisation », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5942 ; DOI : 10.4000/rives.5942

Haut de page

Auteurs

Fernando Molinero Hernando

Université de Valladolid, Université de Burgos.
Fernando Molinero Hernando est professeur de géographie à l’université de Valladolid où il dirige le GIR Mundo Rural. Spécialiste reconnu des espaces et paysages ruraux espagnols, il assura la tâche de coordinateur pour l’Atlas de los paisajes agrarios de España (Madrid, MAAMA, 2013).

Daniel Herrero Luque

Université de Valladolid, Université de Burgos.
Daniel Herrero Luque est docteur en géographie et enseigne à l’université de Burgos. Ses travaux portent sur les innovations dans les espaces ruraux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals