Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Laetitia Levantis, Venise, un spectacle d’eau et de pierres. Architecture et paysage dans les récits de voyageurs français, 1756-1850

Grenoble, ELLUG, 2016, 290 p.
Lucien Faggion
p. 241-243
Référence(s) :

Laetitia Levantis, Venise, un spectacle d’eau et de pierres. Architecture et paysage dans les récits de voyageurs français, 1756-1850, Grenoble, ELLUG, 2016, 290 p.

Texte intégral

1Version réduite et légèrement remaniée d’une thèse de doctorat, fondée sur un riche corpus de textes dus à des voyageurs français (aristocrates du Grand Tour, écrivains, émigrés ayant fui la Révolution, exilés politiques après la Restauration, artistes) –, l’étude de Laetitia Levantis est consacrée aux récits ayant célébré Venise, parus entre 1756, date de publication du Voyage pittoresque d’Italie de Charles-Nicolas Cochin, premier guide artistique français se rapportant exclusivement à l’Italie –, et les années 1850 qui coïncident avec l’ère du tourisme moderne (construction en 1846 de la voie ferrée reliant Venise à la Terre Ferme).

2Composée de deux chapitres, la première partie concerne la découverte de la ville par les voyageurs au siècle des Lumières, de leur entrée dans la lagune au bassin de Saint-Marc, point de vue privilégié devenu un archétype, qui s’offre à la contemplation de tous, anticipé par les gravures et les vedute diffusées en Europe, ainsi que par les guides de voyage, le plus célèbre, réédité six fois entre 1691 et 1743, étant celui de Maximilien Misson qui séjourna en Italie deux fois (1687, 1688) ; puis, par ceux de nature « encyclopédique » de l’abbé Richard et de l’astronome Lalande dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’image littéraire ainsi élaborée prépare et influence chaque lecteur-voyageur désireux de visiter Venise, ainsi qu’en témoignent Anne-Marie d’Orbessan (1749-1750), François Michel de Rotrou (1763), l’abbé Coyer (1764), le chevalier de Jaucourt (1765) ou Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun (1792). Même si le traditionnel accès à Venise par la lagune change en 1846, avec la construction de la voie ferrée qui modifie la perception des voyageurs à l’espace, ceux-ci gardent néanmoins intacte leur fascination pour un site qui reste, à leurs yeux, exceptionnel.

3L’auteure prête attention à la mise en récit du site, aux métaphores, hyperboles et comparaisons utilisées par les voyageurs pour rendre compte de leur expérience visuelle, des images ayant trait à la ville dès que les visiteurs s’en approchent, et qui leur apparaît tel un navire de pierres reposant sur les eaux, privée de murailles, ainsi que l’exprime, par exemple, Jean-Dominique Cassini dans son Manuel de l’étranger qui voyage en Italie (1778), qui connut un immense succès dans les dernières décennies du xviiie siècle. Le romantisme insiste sur une ville qui est submergée, assimilée à une plante marine comme la décrivent Auguste-Louis Blondeau (1812), Auguste Brizeux (1833) ou Antoine-Vincent Arnault (1797), soulignant l’idée d’un espace distinct du monde et vivant en autarcie. La lecture de plusieurs expériences de Venise, vécues à quelques années ou décennies d’intervalle, permet de saisir l’émotion soulevée par la vue de la cité (entre rêverie et réalité) et d’appréhender le travail de mémoire que les voyageurs ont mis en récit, les promenades effectuées, l’espace de Saint-Marc (et ses édifices) ; celui de l’Arsenal et du Grand Canal, quoique le Rialto et la Merceria – la rue marchande reliant la place Saint-Marc au Rialto –, ne retiennent pas beaucoup leur attention ; la découverte des canaux et du labyrinthe des ruelles d’un espace urbain qui paraît à la fois ouvert sur l’extérieur et clos. L’organisation insolite de Venise alimente un sentiment d’oppression physique, augmenté par l’obscurité des ruelles, la dégradation avancée des bâtiments, les quartiers les plus excentrés n’étant pas les plus fréquentés par les voyageurs, soucieux avant tout de visiter les lieux et les édifices décrits dans les guides, à l’exception de George Sand (1833), de Viollet-le-Duc (1837), de Rodolphe Töpffer (1842) et de Théophile Gautier (1850) qui s’éloignent du cœur historique et explorent les quartiers dépeuplés, préoccupés par le spectacle de la rue et les mœurs populaires.

4La deuxième partie a trait à l’architecture vénitienne et à son langage artistique. L’intérêt est ici prêté à la mise en scène de théâtre dont les patriciens vénitiens ont été les concepteurs au cours des siècles, affirmant ainsi aux yeux du monde leur spécificité, la lutte contre un environnement hostile, la puissance d’une économie maritime et la volonté d’autoglorification à laquelle le groupe dirigeant se prêta dès la Renaissance : l’espace citadin est composé de la basilique Saint-Marc, du Palais ducal et des Procuraties, des édifices qui rendent compte d’une théâtralité monumentale. Aussi Laetitia Levantis cherche-t-elle à dégager comment les voyageurs français aux xviiie et xixe siècles ont ressenti la singularité de la topographie vénitienne qui rend perceptible la création d’une scène de théâtre, passant de l’architecture byzantine et gothique au classicisme de Jacopo Sansovino : cette scène témoigne jusqu’à la fin du xviiie siècle des idéaux républicains, de la notion d’ordre et de l’autocélébration élaborés par le patriciat et auxquels assistent, le plus souvent surpris, parfois déçus, les visiteurs-spectateurs lors de leur séjour dans la cité des doges, la nature ayant été combattue avec ténacité par les Vénitiens au profit de la pierre. Au xviiie siècle, les modes de construction, la solidité des matériaux utilisés, le bâti soulèvent l’intérêt des visiteurs admiratifs du défi relevé par les premiers habitants dans un environnement si peu hospitalier.

5La troisième partie se rapporte à l’observation de l’élément aquatique, à la crainte de l’inconnu, à la rêverie et à ses lieux, à l’émotion de voir la mer et de découvrir l’eau qui est tenue pour envahissante et malodorante, des ponts mal protégés, des ruelles souvent obscures, une ville dangereuse pour la santé, insalubre et exposée aux épidémies ; de subir l’humidité et les dangers qu’appréhendent les voyageurs au xviiie siècle, amenés à définir ce territoire lagunaire singulier et à se fonder sur les guides, sur celui de Misson, le premier à utiliser le mot de « lagune », issu de l’italien, employé dans la seconde moitié du xviiie siècle. Néanmoins, certains auteurs éprouvent de la difficulté à qualifier le site de Venise, souvent perçu comme un grand lac, une vaste étendue « d’eaux mortes » (André Thouin) ou une « plaine d’eau » (comte de Romain, 1789), métaphores qui définissent le relief plat de la lagune, un espace situé à l’écart de la mer. Alors que l’Europe du dernier tiers du xviiie siècle est sensible au discours médical et littéraire sur les bienfaits de l’air pur des rivages et des montagnes, et à assainir l’atmosphère des grands centres citadins, Venise présente une singularité qui s’oppose aux récits et aux jugements des voyageurs, inquiets du danger des miasmes : les médecins hygiénistes vénitiens – techniciens, climatologues, médecins, ingénieurs, hydrauliciens – s’intéressent aux bienfaits du microclimat marin, la ville étant à leurs yeux salubre grâce aux vents et aux marées qui augmentent et diminuent le niveau de la lagune, et sont propices à un renouvellement des eaux et de la purification des canaux de la cité, ainsi que le souligne l’abbé Cristoforo Tentori en 1785. L’attention est alors portée sur la balnéothérapie marine, sur des projets qui n’ont jamais été réalisés (bains de Saint-Marc, 1851) et des hôtels, réservés à la noblesse et à la bourgeoisie, au nombre de seize selon Andrea Querini Stampalia, qui ont proposé des bains (chauds et froids), des fumigations et des applications d’algues de la lagune.

6Fine et documentée, l’analyse stimulante de Laetitia Levantis contribue à enrichir les recherches conduites jusqu’à ce jour sur l’histoire des représentations et de la culture aux xviiie et xixe siècles, sur celle de l’architecture et du paysage à Venise, en privilégiant les sensibilités des élites françaises au siècle des Lumières et lors de la première moitié du xixe siècle, les savoirs livresques rendus également manifestes par les gravures et les vedute : les voyageurs passent ainsi de la fascination au désenchantement, de la volonté de visiter les espaces historiques de Venise et ceux délaissés dans l’intention de cerner la vie de la population vénitienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Faggion, « Laetitia Levantis, Venise, un spectacle d’eau et de pierres. Architecture et paysage dans les récits de voyageurs français, 1756-1850 », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 241-243.

Référence électronique

Lucien Faggion, « Laetitia Levantis, Venise, un spectacle d’eau et de pierres. Architecture et paysage dans les récits de voyageurs français, 1756-1850 », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5997

Haut de page

Auteur

Lucien Faggion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals