Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie

Alessio Boschiazzo
p. 244-246
Référence(s) :

Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie.

Texte intégral

1Comme le remarquaient Hélène Blais, Claire Fredj et Emmanuelle Saada dans l’introduction d’un numéro de la Revue d’histoire du xixe siècle (n. 41, 2010) consacré aux nouvelles approches de l’histoire de l’Algérie au xixe siècle, les historiens ont commencé depuis quelque temps à se pencher sur les différentes communautés ayant contribué au peuplement de l’Algérie à l’époque coloniale. Cela s’est traduit par une remise en question de la représentation classique d’une société algérienne divisée en deux « blocs » homogènes et antagonistes, constitués respectivement par la population d’origine européenne et par les « indigènes », en faveur d’une analyse plus complexe des interactions sociales, qui conduit à de nombreuses interrogations, dont celle des appartenances. Toutefois, si quelques travaux ponctuels ont déjà été produits du côté des colons, l’histoire de ces groupes et de leurs trajectoires reste encore largement à écrire.

2En centrant l’attention sur la communauté italienne de Bône selon une perspective autre que celle de la « fusion » dans l’ensemble de la population française, l’ouvrage que Hugo Vermeren tire de sa thèse soutenue en 2015 à l’Université de Paris-Nanterre s’inscrit de manière remarquable dans ce renouveau historiographique. En s’appuyant sur un corpus de sources variées et très peu exploitées jusqu’à présent, l’auteur applique pour la première fois au contexte algérien les méthodes et les problématiques élaborées par l’histoire de l’immigration en France et permet ainsi de porter un regard neuf sur les relations entre migrations méditerranéennes et colonisation. Dans ce sens, si les thématiques liées à la présence et à l’assimilation de la population non-française sont étudiées en regard des débats contemporains en métropole, l’approche monographique, centrée sur la ville de Bône où les Italiens – puis les Français d’origine italienne – forment longtemps la communauté la plus nombreuse, permet à l’auteur de bien cerner les spécificités propres au contexte local. Et c’est bien le rôle primordial des Italiens dans le processus de peuplement et de mise en valeur du littoral de l’Est algérien qui est un des facteurs essentiels à étudier pour comprendre les évolutions successives de leur condition au sein de la société algérienne.

3D’une densité surprenante, l’ouvrage s’articule en trois grandes parties, dont la richesse structurelle reflète la complexité et les multiples facettes caractérisant la thématique abordée. Dans la première partie sont analysées les dynamiques – temporelles, qualitatives et quantitatives – et les trajectoires spatiales de la mobilité italo-algérienne, ainsi que les politiques migratoires mises en place par le jeune État italien et par la France pour gérer une circulation croissante. À travers une approche par le haut privilégiant des sources juridiques et administratives, l’étude vise à reconstituer l’environnement législatif et le cadre idéologique dans lesquels le statut de la population étrangère évolue au xixe siècle. Comme nous le dit l’auteur, « la politique menée à l’égard des étrangers européens suit une double logique, mélangeant une dimension coloniale, celle du peuplement, et une dimension républicaine d’immigration, celle du privilège national » (p. 167). À partir des années 1870, face à une situation démographique défavorable à la population française, l’attitude libérale en matière de circulation adoptée pendant les premières décennies de la conquête est abandonnée en faveur d’une législation de plus en plus restrictive à l’encontre des étrangers. Ce durcissement des conditions de séjour en Algérie s’accompagne d’une politique protectionniste qui touche tous les secteurs de l’économie et qui pousse – en quelque sorte oblige – les immigrants étrangers à se tourner massivement vers la naturalisation.

4La deuxième partie, centrée sur la catégorie des « naturalisés », nous plonge plus directement dans la dimension locale de l’installation italienne. Ici, plusieurs parcours migratoires individuels et trajectoires familiales et intergénérationnelles sont pris en compte, permettant à l’auteur d’évaluer les spécificités de l’intégration sociale et urbaine des Italiens à Bône dans la seconde moitié du xixe siècle. Si « l’insertion professionnelle et sociale des vagues migratoires successives a été facilitée par l’ancienneté de la migration, les effets de la politique de naturalisation, et une dynamique économique relativement favorable » (p. 302), la crise « politico-ethnique » des années 1890 montre bien les limites et les spécificités du système d’assimilation des étrangers adopté en Algérie, où les politiques protectionnistes réduisent – Hugo Vermeren nous le montre bien en parlant de la pêche du corail – la naturalisation à un simple permis de travail. Dans le contexte xénophobe de la fin du siècle, marqué par une crise économique générale et par l’entrée en politique des « néos », les « naturalisés par contrainte » sont désignés comme les principaux responsables des revendications séparatistes, ce qui entraîne la remise en cause de leur statut et la création d’une « hiérarchisation de la citoyenneté » qui ne trouve pas de correspondance en métropole. Si la dernière partie du xixe siècle est marquée par des tensions croissantes, la phase qui commence à partir de 1905-1906 correspond à une période d’accalmie. Selon l’auteur, « la Belle Époque est visible d’abord par l’émergence d’une identité locale où se confondent les diverses communautés et où l’immigration italienne joue un rôle majeur » (p. 347).

5Ce processus de rapprochement se renforce au cours des décennies de l’entre-deux-guerres, qui sont au cœur de la troisième et dernière partie. Celles-ci marquent le début d’une nouvelle phase de l’histoire algérienne, caractérisée notamment par une redéfinition des équilibres démographiques. En reprenant, pour la période 1919-1939, l’analyse des dynamiques migratoires et des modalités d’installation de la population italienne, cette partie montre comment l’affaiblissement des flux en provenance de la Péninsule et la ré-expatriation de beaucoup d’étrangers favorisent la fusion du groupe italien dans l’ensemble européen. Dans ce contexte, les conflits ethniques au sein de la population européenne laissent la place aux conflits sociaux entre prolétariat urbain et patronat colonial, ainsi qu’aux revendications d’égalité de la population colonisée. Toutefois, si au cours de cette période « le mythe assimilationniste trouve en quelque sorte une traduction concrète et réelle » (p. 371) l’analyse sur la pénétration du fascisme à Bône témoigne du maintien d’une appartenance alimentée par de nombreux réseaux associatifs, consulaires et familiaux.

6En conclusion, il s’agit d’un ouvrage se distinguant par sa rigueur méthodologique et sa profondeur d’analyse. Une profondeur qui nous permet de mieux comprendre les spécificités de l’implantation italienne à Bône et les contours d’une communauté européenne dont la complexité sociale et identitaire ne peut être perçue qu’en situant l’Algérie dans un espace méditerranéen en constante évolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessio Boschiazzo, « Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 244-246.

Référence électronique

Alessio Boschiazzo, « Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/6017

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals