Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

François Otchakovsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348‑1385)

Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 543), 2017, 521 p.
Judicaël Petrowiste
p. 247-249
Référence(s) :

François Otchakovsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 543), 2017, 521 p.

Texte intégral

1Les Archives municipales de Marseille conservent un bel ensemble de vingt registres de délibérations du conseil de ville, couvrant vingt-quatre années comprises entre 1318 et 1385. C’est ce riche matériau que François Otchakovsky-Laurens a placé au cœur de la thèse de doctorat qu’il a soutenue en 2014, que cet ouvrage vient fort opportunément rendre accessible au plus grand nombre. L’enquête se focalise sur les quatre décennies qui suivent l’unification de la commune de Marseille, en 1348. Une période agitée, au cours de laquelle la ville est impliquée dans les graves événements qui touchent la Provence angevine (guerre des sénéchaux des années 1348-1352 ; incursions régulières des routiers depuis le royaume de France voisin ; conflit suscité par l’Union d’Aix entre 1381 et 1387). Le projet de l’auteur est moins de dresser une histoire politique de la ville, en recueillant la chronique de ces faits dans les registres de délibérations, que de construire une histoire du politique dans la ville, en restituant le fonctionnement de la res publica municipale tel qu’il transparaît de la tenue de ces registres. En cela, l’auteur inscrit son travail dans le domaine, actuellement très dynamique, de l’histoire de la gouvernementalité et des pratiques de l’écrit municipal.

2L’enquête se fonde donc sur une analyse minutieuse des registres de délibérations marseillais du xive siècle, présentés dans la première partie de l’ouvrage. Il s’agit de comprendre les conditions de la « fabrique de l’archive » en soumettant les manuscrits à une étude codicologique. Un soin particulier est également porté à l’analyse des choix opérés lors de la restitution écrite des débats au sein du conseil : termes retenus pour désigner l’assemblée communale, silences volontaires entretenant le sentiment d’une gestion consensuelle de la communauté d’habitants. Il apparaît que les registres de délibérations, auxquels sont fréquemment adjoints des documents variés (cédules, brouillons, lettres…), constituent des instruments de travail à usage interne, régulièrement manipulés, complétés et corrigés. Outils fondamentaux du gouvernement communal, ils reflètent les préoccupations du conseil de ville dans un contexte troublé.

3Les autorités municipales inscrivent en effet leur action dans un cadre dont l’analyse fait l’objet d’une deuxième partie. C’est d’abord celui de la ville de Marseille, et plus particulièrement du quartier des Accoules où sont concentrés les principaux lieux du pouvoir civique : l’ancien palais communal du xiiie siècle, dont Charles Ier d’Anjou a fait le siège de l’administration comtale, mais qui continue d’abriter au xive siècle l’arche renfermant les registres et documents les plus précieux de la ville ainsi que le sceau municipal ; l’hôpital du Saint-Esprit, où le conseil tient régulièrement ses réunions à partir de 1348. C’est ensuite celui de la Provence angevine, avec laquelle Marseille entretient un rapport particulier. Tournée vers les horizons maritimes et dotée d’un arrière-pays à la superficie limitée, la ville se considère comme une « terre adjacente » du comté de Provence, dont l’association au domaine angevin repose sur une fidélité au prince librement consentie et réciproque, scellée par des serments mutuels. Elle cultive son particularisme en se tenant à l’écart des États de Provence, auxquels elle ne délègue pas de représentants officiels, et en défendant son autonomie décisionnelle à l’égard des agents du pouvoir angevin installés à Aix. Cette situation détermine les choix de la ville dans les crises politiques de la seconde moitié du xive siècle : en maintenant sa fidélité à la couronne napolitaine, récompensée par la reconnaissance de son autonomie par la reine Jeanne, la commune de Marseille prend le contrepied des autres villes provençales, en conflit ouvert avec l’autorité royale. Pour justifier ces choix et associer les habitants à ses décisions, le conseil de ville développe tout au long de la période une intense communication politique, dont l’auteur étudie les ressorts avec précision. Les assemblées générales des chefs de famille mettent périodiquement en scène le consensus prévalant au sein de l’universitas totius civitatis Massilie, qui légitime les décisions du conseil transmises par les crieurs publics. L’envoi d’ambassadeurs et la correspondance que la ville entretient avec ses voisins provençaux ou la cour de Naples rendent compte des efforts de la commune de manœuvrer au mieux de ses intérêts dans cette période d’« incertitude hiérarchique ».

4Le conseil, très fréquemment réuni, est donc au cœur de la vie politique marseillaise du xive siècle. La troisième partie de l’ouvrage s’attarde sur le fonctionnement concret de cette institution. Les représentants du pouvoir royal, qui siègent au sein du conseil, n’y jouent qu’un rôle effacé, ce qui laisse la gestion effective des affaires publiques à un groupe réduit de notables – une vingtaine d’individus dans les années 1348-1351 – présents avec une grande régularité lors des réunions, qui concentrent les prises de parole, exercent les principales charges municipales (syndics) et officient souvent dans les ambassades. Cette major et sanior pars, au sein de laquelle se retrouvent les membres de lignages aussi puissants que les Jérusalem ou les Montolieu, n’éclipse toutefois pas totalement les autres conseillers issus de familles moins prestigieuses. Ces derniers témoignent de la relative ouverture du gouvernement municipal. De façon générale, le conseil s’avère d’ailleurs soucieux de préserver le lien avec la communauté d’habitants dont il constitue l’émanation : ses séances sont généralement ouvertes aux citoyens de la ville, qui ont en outre la possibilité de lui adresser des suppliques.

5C’est sur l’écrit, abordé par l’auteur dans la dernière partie de son enquête, que le conseil fait reposer la légitimité de son action. Sa place est en effet centrale dans le fonctionnement institutionnel municipal. Les anciens statuts de la ville, régulièrement invoqués, fondent en droit le particularisme politique marseillais d’une sujétion consentie à la monarchie angevine. L’écrit, sous ses formes les plus diverses (délibérations, criées, lettres, statuts, instruments publics demandés en assemblée pour constater une opposition à une décision…) rend compte de l’exercice de la potestas statuendi du conseil et de la gestion quotidienne de la res publica par ce dernier. Sa maîtrise est donc essentielle pour les élites du cercle dirigeant de la ville, ce qui confère un rôle important aux quelques spécialistes du droit résidant en ville, ainsi qu’aux notaires.

6Au total, l’ouvrage dresse un tableau riche et très documenté de la vie politique marseillaise au xive siècle. Il révèle la vitalité insoupçonnée d’une commune durablement éclipsée par le prestige de sa devancière des xiie-xiiie siècles, dont l’indépendance fut brisée par Charles Ier d’Anjou. Ce n’est pas le moindre des mérites de François Otchakovsky-Laurens que de l’avoir tirée de l’ombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judicaël Petrowiste, « François Otchakovsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348‑1385) », Rives méditerranéennes, 57 | 2018, 247-249.

Référence électronique

Judicaël Petrowiste, « François Otchakovsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348‑1385) », Rives méditerranéennes [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/6037

Haut de page

Auteur

Judicaël Petrowiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals