Navigation – Plan du site
Dossier : Imperium, Imperii. La Méditerranée, forge de l'Empire

Introduction. Penser et vivre l’Empire à l’ombre de Rome

Laurent Anglade, Quentin Dylewski et Alexandra Laliberté de Gagné
p. 9-21

Entrées d’index

Chronologie :

Époque romaine, Moyen Age
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Gaudemet, « Le miracle romain », in Fernand Braudel, dir., La Méditerranée. Les hommes et l’hé (...)

« Le prestige de Rome sillonne l’histoire de l’Europe.
Dans le vocabulaire d’abord et dans les titres,
du consulat dont se parait Clovis, au collège
consulaire de l’an VIII et à l’empereur de 1804.
‘‘Kaiser’’, ‘‘czar’’ ou ‘‘Tzar’’ se réclament de César1 »
Jean Gaudemet

  • 2 Le Courrier de Russie, « En Grèce, Poutine célèbre le millénaire de la présence russe sur le mont A (...)
  • 3 Susana Torres Prieto, « Between the Third Rome and the New Jerusalem : The Fall of Constantinople v (...)
  • 4 Cette politique de récupération est de plus en plus marquée depuis l'accession au pouvoir de Vladim (...)
  • 5 Jean-Pierre Denis, Vincent Giret, dir., L’atlas des Empires, Paris, Le Monde – Malesherbes, 2016.
  • 6  L’édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois (7-11 octobre 2015) présentait un panel aussi ric (...)

1La visite du président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine au Mont Athos en mai 2016 a été l’occasion d’une scène hautement révélatrice quant à l’héritage de la notion impériale dans les pratiques du pouvoir. Assistant à une messe au cœur du Protaton, dans le lieu le plus sacré du monde orthodoxe, le président russe s’est placé comme le protecteur de l’Église orthodoxe, dans la plus pure tradition des empereurs byzantins2. Cet acte s’inscrit à la fois dans la longue histoire politique russe3 et dans une logique de réactivation des symboles romano-byzantins4. La notion d’empire est donc toujours présente dans les mentalités contemporaines, tant sur le plan politique que sur le plan culturel et académique. Elle est même particulièrement en vogue, comme en témoignent le hors-série du magazine Le Monde intitulé « Atlas des Empires » de 20165, ou encore le choix de cette thématique pour l’édition de 2015 des Rendez-vous de l’Histoire de Blois6.

  • 7 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires, De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011 p. (...)
  • 8 Greg Woolf, « Inventing empire in ancient Rome », in Susan E. Alcock, Terence N. D'Altroy, Kathleen (...)
  • 9 « Empires are relationships of political control over the effective sovereignty of their political (...)

2Les enjeux particuliers soulevés par la notion d’empire exercent un attrait certain sur le public et sur le politique. L’empire pose en effet des questions cruciales, mobilisant des thèmes aussi vastes que le pouvoir ou la religion. Dès lors, une réflexion plus poussée amène à s’interroger sur les processus de légitimation permettant de fonder ce pouvoir. La recherche d’une définition stable du concept d’« empire » conduit nécessairement à une approche transversale de celui-ci, tant dans le temps que dans l’espace. Nombreux sont les travaux qui s’essayent ou se sont essayés à une tentative de définition de l’« empire » : « vastes entités politiques, expansionnistes ou conservant le souvenir d’un pouvoir étendu dans l’espace, qui maintiennent la distinction et la hiérarchie à mesure qu’elles incorporent de nouvelles populations7 » ; « entités politiques géographiquement étendues8 » ; « contrôle politique sur la souveraineté effective des sociétés politiques9 »…

  • 10 Kathleen D. Morrison, « Sources, approaches, definitions », in Empires, Susan E. Alcock, Terence N. (...)
  • 11 Ibid., p. 5.
  • 12 Jack A. Goldstone, et John F. Haldon, « Ancient States, Empires, and Exploitation : Problems and Pe (...)
  • 13 Woolf, art. cit., p. 320.
  • 14 « Lemperi di Constantinoble », Ramon Muntaner, Chronique, chap. XXXVIII.
  • 15 Wolfgang Ayinger, Tractatus super Methodium, ff.87 (1496) : « Imperium Orientis ». On retrouve d'au (...)
  • 16 Paul Diacre, Histoire Romaine, XVI, 1. Sa dimension romaine ne fait aucun doute : le même auteur ut (...)
  • 17 « Sous les sept rois, pendant deux cent quarante-trois ans, l'imperium romanum ne s'étendit pas plu (...)
  • 18  Constantin G. Pitsakis, « De la fin des temps à la continuité impériale : constructions idéologiqu (...)

3Kathleen Morrisson reprend ainsi une définition datant du xixe siècle : « entité politique expansionniste incorporant plusieurs États ou divers peuples10 ». Celle-ci reconnaît même qu’il est impossible « de s’accorder sur ce que sont précisément les empires11 ». Plus largement, le terme d’empire en arrive à être utilisé pour caractériser des structures non-étatiques : on parle d’empires industriels, commerciaux ou culturels12, mais le recours à une définition trop vague ne permet de toute façon en aucune manière de distinguer l’empire d’une autre forme étatique, comme le relève G. Woolf13. Les limites de cette approche sont révélées lorsque J. Goldstone et J. Haldon s’interrogent sur la pertinence du terme « empire » pour désigner l’Empire « byzantin » tardif au nom de leur propre conception, car un empire se doit de régenter de grands territoires et des populations diverses. En effet, cette grille de lecture ne s’inquiète pas du regard des contemporains sur l’empire. Pour s’en tenir à l’exemple byzantin, sa caractérisation comme un empire ne fait aucun doute pour le chroniqueur catalan Ramon Muntaner alors même qu’il est réduit à peau de chagrin14, pas plus que pour le dominicain Wolfgang Ayinger un demi-siècle après sa chute15. L’Empire romain d’Orient (et ses divers succédanés) a toujours été considéré comme tel, ainsi qu’en témoignent les chroniqueurs de la renaissance carolingienne16. Autre contradiction, là où la plupart des auteurs modernes s’attachent à la taille du territoire dominé comme caractéristique déterminante, ce paramètre n’apparait aucunement chez les anciens. Ainsi, Festus ou Eutrope insistent sur le fait que l’imperium romanum, bien que minuscule à sa fondation par Romulus, n’en était pas moins un imperium17. Cette conception est inchangée dans l’Empire d’Orient de la fin du xive siècle : le patriarche Antoine IV, dans une lettre au grand-prince de Moscovie, voit dans le basileus l’« empereur naturel » et le « maître universel18 ». Il semble donc nécessaire revenir aux textes originaux pour mieux appréhender l’empire, non pas comme outil conceptuel mais comme une réalité vécue.

4C’est ce besoin de penser l’empire avec les idées qui lui sont contemporaines qui nous a amenés à organiser deux journées d’étude autour de cette thématique : « Imperium, Imperii. La notion d’Empire dans l’espace méditerranéen » le 22 novembre 2016 à Perpignan, ainsi que « Imperium, Imperii. Acteurs, espaces, représentations » le 15 mai 2017 à Toulouse. La qualité des échanges qui s’y sont tenus démontre l’intérêt de cette démarche (qui s’inscrit dans les axes de recherche des laboratoires du CRESEM et de FRAMESPA) mais aussi de prolonger ici cette réflexion.

  • 19  Alfred Ernout, et Antoine Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, quatrième éditio (...)
  • 20  Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, Payot, p. 200. John Scheid, Religion et pié (...)
  • 21  Magdelain, op. cit., p. 30. Cicéron, De Legibus, III, III, 8 : « Qu'ils soient deux ayant le pouvo (...)
  • 22  Dumézil, op. cit., p. 191. Ainsi, J. Rufus Fears affirme que le magistrat est un « représentant de (...)
  • 23 John Richardson, The language of Empire, Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to t (...)
  • 24 Par exemple, dès la fin du iiie siècle, l'origine jovienne de l'imperium est éclipsée par l'électio (...)
  • 25  Saint Augustin, Cité de Dieu, IV, 7.
  • 26 Anthony Kaldellis, Hellenism in Byzantium. The transformations of Greek Identity and the Reception (...)

5L'histoire des mentalités constitue le fondement de notre démarche sur l’empire. Il convient de revenir pour commencer sur son étymologie. Aux origines, il s’agit d'une notion romaine : « imperium ». Ce mot est issu du verbe impero, composé de in + paro : « prendre des mesures, faire des préparatifs pour qu'une chose se passe, forcer à produire19 ». Il est étroitement lié à Jupiter, détenteur des auspices qui accordent l'imperium20, d'abord aux rois, et ensuite aux consuls21. L'imperium est donc le pouvoir « souverain » par excellence, issu de ce que G. Dumézil a appelé la « souveraineté politico-religieuse22 ». L'imperium n'a au départ aucune dimension territoriale propre, ni même de valeur de domination à proprement parler : il désigne le pouvoir légal et juridique détenu par les rois de Rome, puis par les magistrats supérieurs (consuls, préteurs, dictateurs)23. La notion d'imperium va certes connaître des évolutions majeures, notamment étudiées par J. Richardson, J.-L. Ferrary, A. Magdelain et J. Béranger, et dans le cadre de ce numéro, par Stéphane Benoist24, mais sans jamais rejoindre la définition historiographique moderne, voire en s'en écartant radicalement. Par exemple, dans le quatrième livre de la Cité de Dieu, saint Augustin relativise la grandeur et la puissance du Romanum imperium par rapport au regnum Assyriis et au magnus regnum d'Alexandre le Grand25. La persistance de l’Empire romain d’Orient puis la renovatio imperii occidentale posent bien sûr la question de la permanence du concept d’imperium dans d’autres langues, qu’elles soient issues du latin ou non. Ainsi, l’Imperator semper Augustus devient au fil du temps le Basileus, autokratôr et Sebastos, régnant sur la Basileia tôn Rômaiôn26.

  • 27 Pomponius Mela, Chorographie, I, 6. Mare Internum est une autre formule fréquemment utilisée par le (...)
  • 28 Fernand Braudel, « La terre », in Fernand Braudel, dir., Méditerranée, Espace et Histoire, Paris, F (...)
  • 29 Sur cette notion, rappelons que ce thème, popularisé à partir du xiie siècle et se chargeant d’une (...)
  • 30 Fernand Braudel, « L’histoire et les autres sciences de l’Homme », in Fernand Braudel, Écrits sur l (...)
  • 31 On se doit tout de même de citer, face à la vision braudélienne de la Méditerranée, Nicholas Purcel (...)
  • 32 Fernand Braudel va même plus loin : « Ces civilisations sont en fait les seuls destins de long souf (...)

6On le constate, l’empire n’est pas un concept intemporel. Il n’est pas non plus sans lien avec l’espace qui l’a vu naître. Comment penser Rome sans penser également la Méditerranée, sa Mare Nostrum27 ? On sait l’importance attribuée à la géographie par Fernand Braudel dans sa réflexion : « l’Italie trouve là le sens de son destin : elle est l’axe médian de la mer28 ». L'Imperium, à partir de la fin de la République romaine, peut désigner le pouvoir du peuple romain, et devient ensuite cet espace lui-même, espace qui est appelé à ne pas avoir de limites, Rome régnant sur le monde puisqu’elle règne sur la Méditerranée. La Ville constitue donc la forge de l’Empire, et la Méditerranée le berceau des empires qui cherchent ensuite à s’y refonder par le biais de la translatio imperii29. Il faut le souligner, pour les mentalités antiques ou médiévales, l’imperium ne peut être compris hors de l’espace méditerranéen élargi, puisque l’empire n’a de sens que s’il se place dans l’héritage de Rome. L’enquête ne peut donc être menée que sur le temps long : l’imperium, qui naît dans les cabanes de bergers des sept collines, accompagne les idées politiques romaines, de la monarchie des premiers temps à la mort de Constantin XI deux millénaires plus tard. Au-delà de cette stricte filiation étatique, l’imperium structure la géopolitique méditerranéenne médiévale, formant l’horizon indépassable de toute prétention à l’universalité dans le monde chrétien. On ne peut donc saisir l’imperium qu’en abordant un maximum de territoires et de périodes, du soc de Romulus sur le Palatin aux oripeaux de l’Empire romain d’Orient revêtus par la Sublime Porte. Ce « temps ralenti », auquel nous invite Fernand Braudel30, est sans doute le plus à même de refléter le caractère à la fois permanent et mouvant de la notion d’imperium. Si celle-ci ne connait aucune rupture sémantique évidente, elle évolue au gré des appropriations et des réinterprétations. Pour autant, cette prétention à un pouvoir universel soulève de nombreuses problématiques. Le bassin méditerranéen devient ainsi un espace à contrôler, et dont le contrôle même fait l’objet d’un processus de légitimation, quelle que soit l’entité qui prétend à sa domination. D’autant que la Méditerranée n’est pas seulement la forge des empires : c’est également une interface entre les provinces qui la composent, ou les ensembles étatiques qui prétendent à l’imperium. Sans entrer dans des débats historiographiques bien connus31, qu’on la conçoive comme un tout opposant des rives en communication constante ou comme une suite d’espaces bien différents mais toujours en contact les uns avec les autres, la Méditerranée demeure un carrefour entre plusieurs « civilisations », chacune ayant tour à tour repris à son compte cet objet impérial. L’espace méditerranéen, au sens large, se recoupe avec la sphère culturelle gréco-romaine, puis avec celui des civilisations judéo-chrétienne et arabo-musulmane32.

  • 33 Doyle, op. cit. ; Susan E. Alcock, Terence N. D’Altroy, Kathleen D. Morrison, Carla M. Sinopoli dir (...)
  • 34 Frédéric Hurlet et John Tolan, Conclusion. Vertus et limites du comparatisme in Les Empires, Antiqu (...)
  • 35 Theodor Mommsen, Le droit public romain, I, traduit par Frédéric Girard, Paris, Ernest Thorin, 1892 (...)
  • 36 Magdelain op. cit.
  • 37 Richardson op. cit., p. 1-2 et Richardson, art. cit., p. 1.
  • 38 Richardson op. cit., p. 6.
  • 39 Jean-Pierre Vernant, Entre Mythe et Politique, Paris, Seuil, 1996 p. 51 : « […] On ne trouve pas, d (...)
  • 40 Claude Nicolet, Les idées politiques à Rome sous la République, Paris, Armand Colin, 1964, p. 9.
  • 41 Tentation à laquelle succombent nombre d’historiens anglo-saxons, comme le souligne Pierre Vidal-Na (...)

7Depuis Montesquieu et Edward Gibbon, le moins que l’on puisse dire est que Rome occupe une place de choix dans les préoccupations des historiens. L’intérêt pour la thématique impériale que révèlent ces dernières décennies enrichit encore cet héritage historiographique. Au cœur de celui-ci, les ouvrages développant une analyse comparatiste de cette notion ne se comptent plus33. Si l’ouvrage dirigé par Frédéric Hurlet s’inscrit d’abord dans cette même démarche, il s'en démarque toutefois en soulevant certaines limites dans sa conclusion34. En se focalisant sur une étude circonscrite à l’Antiquité, une autre approche se fait jour. Les études portant sur la notion même d’Imperium, bien qu’elles remontent jusqu’à Mommsen35, trouvent un premier aboutissement dans les importants travaux d’André Magdelain36. C’est cependant John Richardson, s’inscrivant dans la même lignée, qui est le premier à critiquer ouvertement la perspective comparatiste : transférer la notion d’empire, essentiellement romaine, dans d’autres sociétés qui lui sont parfaitement étrangères est un exercice problématique, si ce n’est dangereux37. Une approche presque anthropologique permet d’éviter certains excès ou contre-sens38. Cette démarche fait évidemment écho à l’« école de Paris » dont les deux fers de lance furent Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet. Comme le rappelle Vernant, « il n'est pas de contexte social qui n'ait une dimension « humaine », c'est-à-dire mentale, pas d'institution qui n'implique, tant qu'elle est vivante, des croyances, des valeurs, des émotions et des passions, tout un ensemble de représentations et de sentiments39 ». Ce qui importe sur le plan politique, c’est de comprendre comment « les Romains concevaient eux-mêmes » leurs idées40. L’écueil à éviter, au contraire, est bien de plaquer sur cette époque une vision contemporaine41.

  • 42 Murray, art. cit., p. 160 ; Vernant op. cit., p. 163.
  • 43 « En fait, comment l’anthropologie se désintéresserait-elle de l’histoire ? Elle est la même aventu (...)
  • 44 Marc Bloch, Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien, Paris, Armand Colin, 1997 [1949], p. 57
  • 45 Jacques Le Goff, « L’Homme Médiéval », in Jacques Le Goff, dir., L’Homme Médiéval, Paris, Le Seuil, (...)
  • 46  « Il n’en reste pas moins vrai que se risquer dans le domaine de sciences voisines présente de gra (...)

8Claude Levi-Strauss est une référence constante pour ces historiens de l’Antiquité42, mais on retrouve bien sûr également sa marque dans les travaux de nombreux médiévistes, chez qui la tradition de l’anthropologie historique est bien ancrée43. Marc Bloch affirmait déjà que « jamais, en un mot, un phénomène historique ne s’explique pleinement en dehors de l’étude de son moment44 ». Dans son introduction à L’Homme médiéval, Jacques Le Goff va plus loin encore : « L’homme médiéval est pour nous exotique. Pour restituer son image, l’historien doit faire appel à son sens du changement, et se faire ethno-historien pour bien apprécier son originalité45 ». Sans ce souci constant de se référer à la mentalité médiévale, le danger est grand de tomber dans l’anachronisme46.

  • 47 Kaldellis prolonge ici les réflexions de Georges Ostrogorski : « Ils s’appelèrent tout le temps rom (...)
  • 48 Ainsi se lamente le prêtre de Serrès Synadinos dans son prooemium (§ 3) : « Et voilà, mon frère trè (...)
  • 49 On pense ici à Ernst Kantorowicz, « César et Rome », in id., L’Empereur Frédéric II, Paris, Gallima (...)
  • 50 Le cas ibérique doit ici être mentionné, la titulature Imperator totius Hispaniae ayant connu un ce (...)
  • 51 Il y aurait eu dans la théorie d’Innocent III un glissement de la translatio imperii vers une divis (...)
  • 52 Dans la version bilingue des actes du concile, on peut constater que Jean est désigné comme Basileu (...)
  • 53 On peut citer les prétendants au titre de Rex Romanorum Richard de Cornouailles ou Alphonse X le Sa (...)
  • 54 Que l’on pense aux efforts des tsars des Bulgares pour prendre Constantinople (et en particulier à (...)

9L’histoire de l’Empire romain d’Orient est à ce titre exemplaire. Comme le relève Anthony Kaldellis, l’Empire « byzantin », qui a été désigné de mille manières, n’a jamais porté ce nom, qui lui était pour ainsi dire inconnu47. Les descendants des « Byzantins » continuent d’ailleurs à se qualifier de « Romains » jusqu’au xviie siècle, si ce n’est au-delà48. Dans le Saint-Empire Romain, on se voit aussi comme les héritiers de Rome. Frédéric II est peut-être celui-qui va le plus loin dans l’idée de la renovatio, mais cet espoir parcourt l’histoire de l’Italie, des luttes entre Guelfes et Gibelins à la Renaissance du quattrocento49. On constate que le Moyen Âge fait un usage modéré du mot imperium. Celui-ci représente une force légitimatrice tellement forte qu’il ne peut être brandi à tort et à travers, aussi tentant que cela puisse être : l’Occident chrétien ne saurait concevoir un imperium qui ne soit pas directement hérité de la Res Publica Romana50. La concurrence de plusieurs héritiers potentiels offre l’occasion d’une lutte acharnée autour des titulatures impériales. L’empereur latin de Constantinople, Henri (1206-1216), tout juste installé sur son trône, adopte la titulature suivante : Henricus Dei gratia fidelissimus in Christo imperator a Deo coronatus Romanorum moderator et semper augustus, affirmant régner sur l’Imperium Romanum. En 1208, il se voit contraint de modifier ses titres, remplaçant Romanorum moderator par Romanie moderator, l’Imperium Romanum devenant l’Imperium Romanie. Il ne s’agit pas là de simples vétilles : il est probable que le pape ait joué un rôle dans cette évolution, l’Imperator Romanorum devant être le Rex Romanorum couronné à Rome51. Seul l’empereur germanique pouvait donc user de ce titre (qui lui était bien sûr refusé par l’empereur « byzantin », lequel utilisait son équivalent grec Basileia tôn Rômaiôn). On retrouve ce type de difficultés à l’occasion du concile de Florence de 1438-1439, où la titulature de l’empereur Jean VIII Paléologue pose visiblement un problème aux scribes latins52. Autre élément qui montre qu’il est inenvisageable de revendiquer le titre d’imperator hors de l’héritage de Rome : tous les souverains ayant prétendu au titre d’empereur le font dans les cadres déjà existants de l’Imperium Romanum ou de la Basileia tôn Rômaiôn53. L’importance symbolique des deux villes impériales de Rome et de Constantinople doit aussi être soulignée, tant est forte la légitimation qu’elles apportent à ceux qui peuvent s’y faire reconnaître54.

  • 55 Nous remercions donc l’ensemble des participants, Mme Amaia Arizaleta, Mme Clara Auvray-Assayas, Mm (...)

10Avant de revenir plus en détail sur le contenu même du présent dossier, il nous tient à cœur de remercier ici chaleureusement tous ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’organisation des deux journées d’étude portant sur la notion d’empire qui sont à son origine55. Nous avons voulu donner à ce dossier toute l’ampleur et toute la profondeur historique qu’un tel sujet mérite en optant résolument pour une approche sur le temps long et en cherchant à aborder l’ensemble des thématiques les plus centrales à la notion d’empire, telle que nous la concevons. La contribution de Stéphane Benoist (Université Lille III – Charles de Gaulle) permet d’approfondir les pistes que nous avons lancées dans cette introduction en resituant la notion d’imperium dans le contexte romain et en permettant ainsi de fixer le cadre dans lequel s’inscrivent l’ensemble des travaux présentés, mais aborde également la difficile question de la dimension géographique de l’empire, à travers les rapports entre le centre politique et ses provinces notamment. Martin Galinier (Université de Perpignan – Via Domitia) poursuit cette double réflexion en interrogeant les rapports entre imperium et libertas sous le principat de Trajan, mais aussi en s’intéressant à la représentation du pouvoir impérial, notamment dans les provinces. À la suite de la partition définitive, puis à l’éclatement de l’Empire romain et à la disparition de l’Empire d’Occident, la rénovation de ce dernier par un nouveau pouvoir d’origine étrangère fait naître de nouvelles problématiques dans le cadre des relations entre l’ouest et l’est, où l’Empire d’Orient demeure. François Bougard (CNRS) dresse donc un tableau de ces échanges diplomatiques autour de la Méditerranée qui tournent souvent à la rivalité et à une véritable lutte pour affirmer la légitimité de l’un ou de l’autre à s’imposer comme seul pouvoir à vocation universelle. Les efforts des Carolingiens pour supplanter Constantinople méritent une attention toute particulière. La question est d’autant plus épineuse que presque au même moment une autre puissance émergente prétend à une dimension universelle : celle du califat omeyyade. Les rapports complexes entretenus par les califes musulmans envers l’héritage romain omniprésent dans le bassin méditerranéen dont ils contrôlent dès le viiie siècle toute la moitié sud sont abordés par Yoann Nominé (Université Paris VIII – Vincennes-Saint-Denis). La question de la concurrence impériale ne cesse de se poser, à plus forte raison en temps de troubles. La chute de Constantinople en 1204 et l’établissement d’un Empire latin d’Orient ont pour conséquence la mise en place d’un ensemble d’États byzantins pouvant se prévaloir des oripeaux du pouvoir du basileus. C’est le cas du despotat grec d’Épire, à la fois vassal et concurrent de l’Empire d’Orient, comme le montre la contribution de Brendan Osswald (École Française d’Athènes), qui illustre bien les difficultés pour un pouvoir de s’affirmer comme une puissance véritablement impériale. Ces réflexions sur la multiplication des entités politiques à prétention impériale, capables de mobiliser des traditions, une symbolique et les représentations qui s’y attachent (jusqu’au sultan qui, à la chute de Constantinople en 1453, n’hésite pas à revendiquer à sa manière l’héritage de Rome), constituent aussi une ouverture vers la période moderne. Si l’empire moderne n’est plus uniquement l’Empire de Rome, Rome n’est jamais éloignée de ses préoccupations ni du discours symbolique qui se trouve déployé, et la Ville Éternelle n’en finit plus de compter ses successeurs revendiqués.

Haut de page

Notes

1 Jean Gaudemet, « Le miracle romain », in Fernand Braudel, dir., La Méditerranée. Les hommes et l’héritage, Paris, Flammarion, 1986 [1978], p. 64.

2 Le Courrier de Russie, « En Grèce, Poutine célèbre le millénaire de la présence russe sur le mont Athos » [en ligne]
https ://www.lecourrierderussie.com/international/2016/05/grece-poutine-athos/ (consulté le 17 juin 2018).

3 Susana Torres Prieto, « Between the Third Rome and the New Jerusalem : The Fall of Constantinople viewed by Russians », in Ana de Francisco Heredero, David Hernández de la Fuente, Susana Torres Prieto, dir., New Perspectives on Late Antiquity in the Eastern Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, p. 269 ; Michel Heller, Histoire de la Russie et de son Empire, Paris, Plon, 1997, p. 226-227. On songe aussi au mot du moine Philotée de Pskov : « Deux Rome sont tombées, la troisième est solide et il n’en sera pas de quatrième », citation reprise mot pour mot dans le film Ivan le Terrible (1945) de Sergei Eisenstein et placée dans la bouche du Tsar de toutes les Russies lors de son couronnement.

4 Cette politique de récupération est de plus en plus marquée depuis l'accession au pouvoir de Vladimir Poutine. Pour ne donner qu’un exemple, Le Monde, « Un buste de Poutine en empereur romain érigé en ‘‘reconnaissance de l'annexion de la Crimée’’« , [en ligne] https://www.lemonde.fr/international/article/2015/05/16/un-buste-de-poutine-en-empereur-romain-erige-en-reconnaissance-de-l-annexion-de-la-crimee_4634788_3210.html (consulté le 17 juin 2018).

5 Jean-Pierre Denis, Vincent Giret, dir., L’atlas des Empires, Paris, Le Monde – Malesherbes, 2016.

6  L’édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois (7-11 octobre 2015) présentait un panel aussi riche que large. Ainsi, pour nous en tenir aux tentatives de définition, si Jacques Frémaux y évoquait l’empire comme « un espace plus vaste que les constructions politiques qui l’ont précédé, et aux dépens desquels il se construit » (podcast disponible en ligne, consulté le 17 juin 2018, http://www.rdv-histoire.com/edition-2015-les-empires/la-question-d-orient-ou-le-choc-des-empires-par-jacques-fremeaux), Henry Laurens précisait que « l’idée d’empire a concerné les Etats qui se mettaient dans la succession de l’empire romain. Ce n’est qu’au xixe siècle que la notion a été étendue par analogie à un certain nombre de formations étatiques » (podcast disponible en ligne, consulté le 17 juin 2018, http://www.rdv-histoire.com/edition-2016-partir/les-empires-dans-l-histoire-par-henry-laurens).

7 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires, De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011 p. 23.

8 Greg Woolf, « Inventing empire in ancient Rome », in Susan E. Alcock, Terence N. D'Altroy, Kathleen D. Morrison, Carla M. Sinopoli, dir., Empires, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 311 : « Ancient empires may be characterized as geographically extensive political entities ».

9 « Empires are relationships of political control over the effective sovereignty of their political societies » ; Michael W. Doyle, Empires, Ithaca/New-York, Cornell University Press, 1986, p. 19.

10 Kathleen D. Morrison, « Sources, approaches, definitions », in Empires, Susan E. Alcock, Terence N. D'Altroy, Kathleen D. Morrison, Carla M. Sinopoli, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 2-3 : « By the nineteenth century, however, the common definition of empire had stabilized at the contemporary understanding of an expansive polity incorporating multiple states (or more broadly, incorporating significant internal diversity) ».

11 Ibid., p. 5.

12 Jack A. Goldstone, et John F. Haldon, « Ancient States, Empires, and Exploitation : Problems and Perspectives », in Ian Morris et Walter Scheidel, dir., The Dynamics of Ancient Empires, State Power from Assyria to Byzantium, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 17.

13 Woolf, art. cit., p. 320.

14 « Lemperi di Constantinoble », Ramon Muntaner, Chronique, chap. XXXVIII.

15 Wolfgang Ayinger, Tractatus super Methodium, ff.87 (1496) : « Imperium Orientis ». On retrouve d'autres qualifications dans ce texte, toujours avec le terme d'imperium : Imperium Graecorum (ff.85), Imperium Constantinopolitanus (ff.82).

16 Paul Diacre, Histoire Romaine, XVI, 1. Sa dimension romaine ne fait aucun doute : le même auteur utilise le terme de res publica romana pour qualifier l'État byzantin (Paul Diacre, Histoire des Lombards, III, XXXVII), comme les Annales Royales Franques de l'année 803 précisent que l'empereur Nicéphore « gouvernait alors la res publica ».

17 « Sous les sept rois, pendant deux cent quarante-trois ans, l'imperium romanum ne s'étendit pas plus que jusqu'à Portus et Ostie, dans les limites de dix-huit milles depuis les portes de la ville de Rome, en tant qu'elle était jusque-là petite et fondée par des bergers, tandis que des cités voisines l'enserraient » ; Festus, Abrégé, 3, 1 (trad. Marie-Pierre Arnaud-Lindet, 1994, avec des modifications mineures). Même avis chez Eutrope (Abrégé d’histoire romaine, I. 1).

18  Constantin G. Pitsakis, « De la fin des temps à la continuité impériale : constructions idéologiques post-byzantines au sein du patriarcat de Constantinople », in Paolo Odorico, dir., Le patriarcat œcuménique de Constantinople aux xive-xvie siècles : rupture et continuité, Paris, De Boccard, 2007, p. 216.

19  Alfred Ernout, et Antoine Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, quatrième édition revue et augmentée par Jacques André, Paris, éditions Klincksieck, 1985, p. 311. Soulignons cependant la dimension polysémique d’imperium, qui n’est pas sans créer des difficultés.

20  Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, Payot, p. 200. John Scheid, Religion et piété à Rome, Paris, Albin Michel, 2001, p. 68. André Magdelain, Recherches sur l'« Imperium », la loi curiate et les auspices d'investiture, Paris, P.U.F, 1968, p. 39. John Richardson, « Imperium Romanum : empire and the language of power », Journal of Roman Studies 81, 1991, p. 2.

21  Magdelain, op. cit., p. 30. Cicéron, De Legibus, III, III, 8 : « Qu'ils soient deux ayant le pouvoir (imperium) royal, et parce qu'ils ont priorité, justice, conseil, qu'ils soient appelés : préteurs, juges, consuls » (trad. Georges De Plinval, 1959).

22  Dumézil, op. cit., p. 191. Ainsi, J. Rufus Fears affirme que le magistrat est un « représentant de Jupiter sur terre » (Jesse Rufus Fears, « The Cult of Jupiter and Roman Imperial Ideology », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, 17.1, 1981, p. 13).

23 John Richardson, The language of Empire, Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to the Second Century AD, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 12. Il peut aussi signifier le « pouvoir » dans un contexte plus général et recouvrir plusieurs sens, comme l’article de M. Stéphane Benoist le rappelle.

24 Par exemple, dès la fin du iiie siècle, l'origine jovienne de l'imperium est éclipsée par l'élection par le populus (Magdelain, op. cit., p. 41 et p. 57). Voir également J.-L. Ferrary, « La tradition impériale romaine », in Françoise Crémoux, Jean-Louis Fournel, dir., Idées d’Empire. En Italie et en Espagne, xivexviie siècles, Mons-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 25-35, et Jean Béranger, « Imperium, expression et conception du pouvoir impérial », Revue des études latines, 55, 1977, p. 325-344.

25  Saint Augustin, Cité de Dieu, IV, 7.

26 Anthony Kaldellis, Hellenism in Byzantium. The transformations of Greek Identity and the Reception of the Classical Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 65-66.

27 Pomponius Mela, Chorographie, I, 6. Mare Internum est une autre formule fréquemment utilisée par les Anciens. La Méditerranée offre par ailleurs toujours une riche actualité sur le plan de la recherche, comme en témoignent de nombreux colloques : « L’Invention de la Méditerranée : repères antiques et médiévaux, héritage renaissant », organisé à la Sorbonne par Anca Dan et Jean Trinquier les 26-27 octobre 2012 ; « Espace impérial. Le Sud-Est européen entre Empires et Nations », organisé à l’EHESS les 2-4 avril 2012 par Paolo Odorico et Dan Ioan Mureşan.

28 Fernand Braudel, « La terre », in Fernand Braudel, dir., Méditerranée, Espace et Histoire, Paris, Flammarion, 1985 [1977], p. 17.

29 Sur cette notion, rappelons que ce thème, popularisé à partir du xiie siècle et se chargeant d’une connotation toujours plus polémique au fil des xiiie et xive siècles comme en témoignent la Chronica sive historia de duebus civitatibus d’Otton de Freising, divers écrits d’Innocent III ou encore le De Translatione Imperii de Marsile de Padoue, apparait bien avant et constitue un enjeu politique fort dès le ixe siècle. Voir Werner Goez, Translatio Imperii, Tübingen, Mohr, 1958. Rappelons brièvement que la translatio imperii repose pour une bonne part sur une interprétation du Livre de Daniel et est parfaitement adaptée à la mentalité médiévale, Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1984 [1977], p. 197-198. Il existe cependant des différences de taille dans son utilisation entre les chroniqueurs et les légistes, beaucoup plus prudents et réservés quant à son usage. La translatio fait en effet l’objet d’une grande rivalité, non seulement entre plusieurs pouvoirs temporels, mais aussi entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel, la papauté ayant tendance à prétendre s’arroger le pouvoir de procéder à cette translatio en se référant au cas de Charlemagne.

30 Fernand Braudel, « L’histoire et les autres sciences de l’Homme », in Fernand Braudel, Écrits sur l’Histoire, Paris, Flammarion, 2013 [1969], p. 54.

31 On se doit tout de même de citer, face à la vision braudélienne de la Méditerranée, Nicholas Purcell, Peregrine Horden, The Corrupting Sea. A Mediterranean History, Oxford, Blackwell, 2000.

32 Fernand Braudel va même plus loin : « Ces civilisations sont en fait les seuls destins de long souffle que l’on puisse suivre sans interruption à travers les péripéties et les accidents de l’histoire méditerranéenne. L’Occident tout d’abord, peut-être vaut-il mieux dire la Chrétienté, vieux mot trop gonflé de sens ; peut-être vaut-il mieux dire la Romanité : Rome a été et reste le centre de ce vieil univers latin, puis catholique, qui s’étend jusqu’au monde protestant, jusqu’aux mondes d’outre-Atlantique comme si le destin moderne de Rome avait été de conserver dans sa mouvance l’empire de Charles Quint sur lequel le soleil ne se couchait jamais. ». Les deux autres univers évoqués par Braudel sont bien entendu l’Islam et l’Orthodoxie, tous deux également baignés de symbolique et de pensée romaines. Fernand Braudel, L’Histoire, in Fernand Braudel dir., La Méditerranée. L’espace et l’Histoire, Paris, Flammarion, 1985 [1977], p. 158-159.

33 Doyle, op. cit. ; Susan E. Alcock, Terence N. D’Altroy, Kathleen D. Morrison, Carla M. Sinopoli dir., Empires, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; Ian Morris et Walter Scheidel dir., The Dynamics of Ancient Empires, State Power from Assyria to Byzantium, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; Burbank et Cooper, op. cit ; Pierre Boilley et Antoine Marès dir., Empires, Revue Monde(s) 2, Paris, Armand Colin, 2012 ; Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, Seuil, 2014.

34 Frédéric Hurlet et John Tolan, Conclusion. Vertus et limites du comparatisme in Les Empires, Antiquité et Moyen Âge, Analyse comparée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 240 : « Ce sont les modèles forgés à partir des grandes expériences historiques contemporaines – les empires coloniaux plus que l'Empire américain aux contours plus difficilement saisissables – qui ont insensiblement contribué à instiller le doute sur le bienfondé du terme d'empire pour qualifier les diverses constructions politiques soumises à notre analyse comparatiste ».

35 Theodor Mommsen, Le droit public romain, I, traduit par Frédéric Girard, Paris, Ernest Thorin, 1892, p. 24-26 (I 22-23). Voir aussi ibid., VI, 2, p. 478 (III 826).

36 Magdelain op. cit.

37 Richardson op. cit., p. 1-2 et Richardson, art. cit., p. 1.

38 Richardson op. cit., p. 6.

39 Jean-Pierre Vernant, Entre Mythe et Politique, Paris, Seuil, 1996 p. 51 : « […] On ne trouve pas, d'un côté, des individus humains isolés qui relèveraient d'une étude psychologique, de l'autre, des réalités sociales qui seraient des choses inertes, soumises dans leur évolution à une sorte de déterminisme extérieur, et qu'on pourrait étudier comme des objets ».

40 Claude Nicolet, Les idées politiques à Rome sous la République, Paris, Armand Colin, 1964, p. 9.

41 Tentation à laquelle succombent nombre d’historiens anglo-saxons, comme le souligne Pierre Vidal-Naquet, cité par Oswin Murray, Pierre Vidal-Naquet et le métier d'historien de la Grèce : l’« école de Paris », in Pierre Vidal-Naquet, un historien dans la cité, François Hartog, Pauline Schmitt et Alain Schnapp, dir., Paris, La Découverte, 1998, p. 160 : « Par contraste avec cet accent mis sur l'altérité, l'Amérique n'a jamais cessé de croire à la modernité du passé : là, il est admis que n'importe quel problème actuel – la démocratie, l'esclavage, le racisme, le féminisme, la nouvelle droite – a son équivalent dans le monde antique ».

42 Murray, art. cit., p. 160 ; Vernant op. cit., p. 163.

43 « En fait, comment l’anthropologie se désintéresserait-elle de l’histoire ? Elle est la même aventure de l’esprit, comme aime à le dire Claude Levi-Strauss » ; Fernand Braudel, « Histoire et sciences sociales. La longue durée », in Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Flammarion, 2013 [1969], p. 57.

44 Marc Bloch, Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien, Paris, Armand Colin, 1997 [1949], p. 57.

45 Jacques Le Goff, « L’Homme Médiéval », in Jacques Le Goff, dir., L’Homme Médiéval, Paris, Le Seuil, 1989 [1987], p. 35.

46  « Il n’en reste pas moins vrai que se risquer dans le domaine de sciences voisines présente de grands dangers. Pour l’historien, les principaux sont, d’une part, l’anachronisme qui consiste à appliquer au passé des idées (et pas seulement des méthodes !) qui ne conviennent qu’au présent et, d’autre part, d’adopter une grille d’observation dont les principales questions ne peuvent pas trouver de réponse dans les sources disponibles » ; Bronisław Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976, p. 17.

47 Kaldellis prolonge ici les réflexions de Georges Ostrogorski : « Ils s’appelèrent tout le temps romains (Romaiôi), ils considérèrent toujours leurs souverains comme des empereurs romains, successeurs et héritiers des Césars de la vieille Rome » ; Georges Ostrogorski, Histoire de l’Etat Byzantin, Paris, Payot & Rivages, 1996, p. 53. Voir Anthony Kaldellis, « From Rome to New Rome, from Empire to Nation-State », in Lucy Grig et Gavin Kelly dir., Two Romes. Rome and Constantinople in the Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 387-404. Plus largement, sur la question de l’identité dans un cadre impérial, toujours pour ces mêmes « Byzantins », Annick Peters-Custot, « Le barbare et l’étranger dans l’Italie méridionale pré-normande (ixe-xe siècles) : l’Empire à l’épreuve de l’altérité », in Didier Nourisson, Yves Perrin dir., Le barbare, l'étranger : images de l'autre, actes du colloque organisé par le CERHI (Saint-Etienne, 14 et 15 mai 2004), Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 2005, p. 148-163.

48 Ainsi se lamente le prêtre de Serrès Synadinos dans son prooemium (§ 3) : « Et voilà, mon frère très doux, que je t’écris sur le peuple des Romains, comment nous sommes devenus et comment nous avons perdu Constantinople et tous nos biens » ; Paolo Odorico, dir., Conseils et mémoires de Synadinos, prêtre de Serrès en Macédoine (xviie siècle), Paris, Editions Association Pierre Belon, 1996, p. 57.

49 On pense ici à Ernst Kantorowicz, « César et Rome », in id., L’Empereur Frédéric II, Paris, Gallimard, 1987 [1927], p. 400-466, mais la réutilisation de thèmes antiques dans l’iconographie et la littérature issue de l’espace impérial occidental ou italien offre des exemples innombrables. Ainsi, Dante se réjouit par ces mots de l’expédition romaine d’Henri VII : « Réjouis-toi désormais, Italie, naguère digne d’être plainte par les Sarrasins mêmes, et qui maintenant seras enviable par tout l’univers ; car ton époux, soulas du monde et gloire de ta gent, le divin Henri, très clément Auguste et César, se hâte vers tes noces », Dante, Épître V, in André Pézard, dir., Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1965, § 2, p. 753 ; à sa suite, Cola di Rienzo (aventurier se voulant « tribun » dont la correspondance est emplie de références à la Rome antique ; voir à son sujet la Chronique de l’Anonyme Romain, chap. XVIII et XXVII) et Pétrarque placent dans Charles IV les mêmes espoirs que les Romains gibelins dans Frédéric II.

50 Le cas ibérique doit ici être mentionné, la titulature Imperator totius Hispaniae ayant connu un certain succès, notamment aux xie-xiie siècles ; voir à cet égard Hélène Sirantoine, Un héritage romain tacite : imperium et imperatores dans le royaume léonais des ixe-xiie siècles, in Julien Dubouloz, Sylvie Pittia, Gaetano Sabatini dir., L’imperium Romanum en perspective. Les savoirs d’empire dans la République romaine et leur héritage dans l’Europe médiévale et moderne, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2014, p. 355-370 ; ultérieurement, l’Espagne semble encore ajouter certaines spécificités à la tradition romaine, voir Françoise Crémoux, De la Méditerranée au Nouveau Monde : l’idéologie impériale dans les pièces américaines de Lope de Vega, in Françoise Crémoux, Jean-Louis Fournel, dir., Idées d’Empire. En Italie et en Espagne, xivexviie siècles, Mons-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 173. Beaucoup plus contestable est l’usage du vocable imperium, qui n'apparaît qu'une seule fois, dans le Dialogus de Scaccario de Robert FitzNeal, proche conseiller de Henri II Plantagenêt, qui au demeurant désigne le royaume de ce dernier sous la forme Regnum Anglie. La difficulté rencontrée par les chroniqueurs des croisades pour désigner les gouvernants des royaumes orientaux offre également quelques occurrences témoignant sans doute d’une certaine confusion, notamment dans l’Histoire des Croisades de Guibert de Nogent. On retrouve les mêmes problèmes dans les récits des voyageurs participant au premier élargissement du monde et aux grandes expéditions hors du bassin méditerranéen à partir du xiiie siècle. Même si l’utilisation des titres « orientaux » dans leur langue d’origine est fréquente, les auteurs médiévaux ont parfois recours à des comparaisons pour expliquer la domination de ces souverains.

51 Il y aurait eu dans la théorie d’Innocent III un glissement de la translatio imperii vers une divisio imperii, Filip Van Tricht, « La gloire de l’Empire ». L’idée impériale de Henri de Flandre-Hainaut, deuxième empereur latin de Constantinople (1206-1216), in Byzantion 70, Bruxelles, 2000, p. 211-241. Le xiiie siècle constitue sans doute un moment charnière du fait des affrontements entre les différents pouvoirs revendiquant l’imperium ou contestant l’autorité de celui-ci, ce qui se ressent sur les conceptions de certains auteurs, Mireille Chazan, L'Empire et l'histoire universelle de Sigebert de Gembloux à Jean de Saint-Victor XIIe-XIVe siècle, Paris, Honoré Champion, 1999.

52 Dans la version bilingue des actes du concile, on peut constater que Jean est désigné comme Basileus tôn Rômaiôn par les uns, mais comme Imperator Romeorum par les autres pour éviter au maximum de froisser les sensibilités de l’empereur germanique sans insulter Jean, présent au concile. Sur l’usage de cette expression d’Imperator Romeorum : Filip Van Tricht, The Latin Renovatio of Byzantium : The Empire of Constantinople (1204-1228), Leiden, Brill, 2011, p. 357.

53 On peut citer les prétendants au titre de Rex Romanorum Richard de Cornouailles ou Alphonse X le Sage, qui tous deux utilisent cette formule dans leur titulature, ou, plus à l’est, le Basileus kai autokratôr Serbias kai Rômanias Stefan Uroš IV Dušan.

54 Que l’on pense aux efforts des tsars des Bulgares pour prendre Constantinople (et en particulier à ceux de Siméon Ier), ou au retour des Ottoniens à Rome, apogée de leur Renovatio Imperii. Rappelons également que le Rex Romanorum doit théoriquement être couronné à Rome par le pape ou par ses légats pour être pleinement reconnu comme Imperator Romanorum, et que les références à la Ville sont omniprésentes dans la mise en scène de leur pouvoir (les sceaux « de majesté » des empereurs sont par exemple habituellement frappés au revers d’une représentation de Rome stylisée, légendée « Aurea Roma »).

55 Nous remercions donc l’ensemble des participants, Mme Amaia Arizaleta, Mme Clara Auvray-Assayas, Mme Blandine Colot, M. Benoit Joudiou, M. Christos Kyriakopoulos, M. David Looten, M. Sébastien Mazou, M. Jérôme Sella, et M. Václav Žůrek pour leurs très riches contributions et les intéressants débats qui s’ensuivirent. Nos remerciements vont également à M. Mathieu Grenet ainsi qu’à M. Martin Galinier pour leur intérêt. Nous remercions enfin les laboratoires du CRESEM et de FRAMESPA, l’école doctorale TESC, les universités de Perpignan – Via Domitia et de Toulouse – Jean Jaurès, pour leur aide et leur support.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Anglade, Quentin Dylewski et Alexandra Laliberté de Gagné, « Introduction. Penser et vivre l’Empire à l’ombre de Rome », Rives méditerranéennes, 58 | 2019, 9-21.

Référence électronique

Laurent Anglade, Quentin Dylewski et Alexandra Laliberté de Gagné, « Introduction. Penser et vivre l’Empire à l’ombre de Rome », Rives méditerranéennes [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/6093

Haut de page

Auteurs

Laurent Anglade

Laurent Anglade (Université de Perpignan-Via Domitia, CRESEM–ARCHIMEDE
Perpignan, France) est professeur certifié d'Histoire-Géographie et doctorant contractuel à l'Université de Perpignan–Via Domitia. Il prépare actuellement une thèse sous la direction de Martin Galinier et de Clara Auvray-Assayas, intitulée « La Ville et le Jardin : les épicurismes et la Res Publica d’Amafinius à Justinien ». Il travaille sur les relations entre la philosophie épicurienne et les hommes politiques romains. Il a notamment publié « Philosophie et politique à la fin de la République romaine : les exemples de Lucrèce et Atticus », Revue Historique 676, 2015, p. 730-770.

Articles du même auteur

Quentin Dylewski

Quentin Dylewski (Université de Toulouse-Jean Jaurès, FRAMESPA
Toulouse, France) est doctorant à l’université de Toulouse–Jean Jaurès sous la direction de M. Bernard Doumerc. Sa thèse est consacrée à l’idéologie impériale de la dynastie des Luxembourg, d’Henri VII à Sigismond Ier. Ayant travaillé en collaboration avec l’Univerzita Karlova v Praze et en particulier avec l’équipe de M. Martin Nejedlý, il cherche à analyser comment les Luxembourg ont pu accéder au pouvoir impérial, comment ils ont conçu ce pouvoir mais aussi comment ils ont cherché à le légitimer et à le transmettre. Il a travaillé aussi plus généralement sur l’histoire politique de la Bohême au xive siècle.

Articles du même auteur

Alexandra Laliberté de Gagné

Alexandra Laliberté de Gagné (Université de Toulouse-Jean Jaurès, FRAMESPA–IAST Toulouse, France) est doctorante à l’université de Toulouse–Jean Jaurès sous la direction de M. Bernard Doumerc et la codirection de M. Gheorghe Lazar. Elle a bénéficié du soutien de l’Institute for Advanced Studies à Toulouse. Ses recherches portent sur les relations entre les communautés grecques de l’espace balkanique et méditerranéen des xvie et xviie siècles. Elle a participé à des ateliers doctoraux à l’École française d’Athènes ainsi qu’à l’École française de Rome (duquel sera issu prochainement « Entre la tiare et le turban, le clergé grec orthodoxe face à la domination ottomane (xviexviie siècles) », à paraître dans les Mélanges de l’Ecole française de Rome).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals