Navigation – Plan du site
Varia

De l’Apennin aux Maremmes : le processus de réglementation de la mobilité transfrontalière à l’époque napoléonienne

From the Apennines to the Maremma: The process of regulating cross-border mobility in the Napoleonic era
Francesco Saggiorato
p. 133-152

Résumés

Cet article a pour objectif d’analyser le processus de réglementation de la mobilité transfrontalière des populations de l’Apennin septentrional vers les plaines de la Maremme à l’époque napoléonienne. La perspective méthodologique adoptée pour étudier les pratiques et les techniques de contrôle des flux migratoires saisonniers tient compte des travaux historiographiques les plus récents sur les procédures d’identification personnelle. En outre, il a été possible de souligner le rôle central joué à cette époque par le consulat du Royaume d'Italie à Livourne. En effet, le consul avait la double fonction de surveiller et, en même temps, de protéger les migrants saisonniers italiens au travail dans les départements toscans annexés à l’Empire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les « passeports » non conformes délivrés par les autorités italiennes : une question d’ordre public ?
Abus et vexations envers les montagnards italiens : l’emprisonnement et le retour forcé
L’élaboration d’un système de carte di passo uniforme pour les départements du Royaume d’Italie limitrophes de la Toscane
Négocier la liberté. Les relations du consulat italien en Toscane avec les montagnards régnicoles : entre secours, protection et contrôle « étatique » à distance
Conclusion

Aperçu du texte

Au cours de l’époque moderne, les habitants de l’Apennin septentrional avaient l’habitude de migrer vers les plaines des Maremmes toscanes et du Latium afin de trouver du travail pendant l’hiver. Ce phénomène a engendré un rapport de complémentarité et d’interdépendance économique entre la montagne et la plaine. Plusieurs travaux à ce sujet ont analysé la riche variété de métiers et d’activités professionnelles exercées par les montagnards de l’Apennin dans les zones côtières de la Toscane. Comme l’affirme Ivo Biagianti, « ce ne sont pas seulement les troupeaux et les bergers qui partent pour les Maremmes pendant la période hivernale, mais également des familles entières ou bien des groupes de montagnards de différents hameaux, pour fabriquer le charbon, pour bonifier les terres ou pour effectuer les emplois saisonniers ». Contrairement à ce qui se passait aux xvie et xviie siècles, où la mobilité des habitants de l’Apennin septentrional était liée principalement à des exigences pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Saggiorato, « De l’Apennin aux Maremmes : le processus de réglementation de la mobilité transfrontalière à l’époque napoléonienne », Rives méditerranéennes, 58 | 2019, 133-152.

Référence électronique

Francesco Saggiorato, « De l’Apennin aux Maremmes : le processus de réglementation de la mobilité transfrontalière à l’époque napoléonienne », Rives méditerranéennes [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/6405 ; DOI : 10.4000/rives.6405

Haut de page

Auteur

Francesco Saggiorato

Francesco Saggiorato est doctorant contractuel auprès de l’Université de Rome « Tor Vergata » en cotutelle avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Chiara Lucrezio Monticelli et de Vincent Denis. Sa recherche porte sur les migrations internes dans la péninsule italienne à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. En outre, il s'intéresse aux systèmes policiers napoléoniens et à l’administration des territoires frontaliers entre le Royaume d’Italie et les départements italiens annexés à l’Empire français.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals