Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58VariaDésenclaver le Piémont-Savoie : l...

Varia

Désenclaver le Piémont-Savoie : les aspirations maritimes d’un État montagnard

Opening up Piedmont-Savoy : The maritime aspirations of a mountain state
Alexandre Ruelle
p. 153-171

Résumés

Pendant près d’un millénaire, la maison de Savoie règne sur un État alpin s’ouvrant sur le grand large, entre l’acquisition de Nice en 1388 et celle de la Ligurie en 1815. En effet, la mer joue un rôle important dans l’ascension de cette dynastie aux ambitions méditerranéennes que les historiens évoquent rarement, voire ignorent. Ainsi, elle semble étrangère à son destin, bien que les Savoie soient à la tête d’une puissance maritime au début du XIXe siècle. Cet article reconsidère la place périphérique de la mer dans la Méditerranée dans la construction territoriale d’une monarchie composite dirigée par une dynastie connue comme alpine mais qui, en réalité, est tout autant méditerranéenne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’acquisition de Nice : 1388, la dédition de Nice à la Savoie, Paris, Publications de la Sorbon (...)
  • 2 Hervé Barelli, Le comté de Nice, dénomination d’un espace symbolique, in Du comté de Nice aux Alpes (...)
  • 3 Rémy Gasiglia, Essai d’analyse géostratégique de l’histoire du comté de Nice, Nice historique, 1988 (...)
  • 4 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, [1949], vol.1 (...)

1Apparue au cœur des Alpes occidentales aux environs de l’An mil, la maison de Savoie règne pendant près d’un millénaire sur un État montagnard s’étendant peu à peu dans la plaine du Pô, entre la chaîne alpine et le golfe de Gênes. Une fois la haute montagne sous son contrôle avec l’acquisition des cols du Petit-Saint-Bernard et du Mont-Cenis au milieu du XIe siècle, elle se lance à la conquête des plaines savoyardes, niçoises et piémontaises. L’année 1388 marque une étape décisive dans cette politique territoriale : Amédée VII obtient du comte de Provence la vallée de l’Ubaye, ainsi que les vigueries de Nice, Puget-Théniers et Lantosque1 qui constituent désormais le comté de Nice, espace démembré de la Provence et marqué par la souveraineté savoyarde2. Auparavant en marge du monde méditerranéen3, Nice devient le centre économique de la Savoie médiévale dont le développement s’accélère grâce à ce premier accès à la mer. Les échanges s’intensifient, et le comté tend à s’imposer comme un relais entre la Méditerranée et les Alpes. Certes, le contrôle du commerce régional échappe à Amédée VII et à ses successeurs, incapables d’élargir ce « ridicule bout de rivage4 » selon l’expression de Fernand Braudel. Les ducs gardent un rapport lointain avec la mer mais portent un intérêt précoce au désenclavement de leurs États de haute montagne.

2À l’époque moderne, la Méditerranée devient un espace géostratégique au sein duquel la maison de Savoie essaie de s’intégrer pour s’affirmer sur la scène internationale : ceignant la couronne de Sicile en 1713 puis celle de Sardaigne en 1720, la dynastie dirige une monarchie composite entre les Alpes et la Méditerranée, qui tend enfin à s’imposer comme une puissance maritime parachevée lors de l’unité italienne. Pourtant, en dépit de quelques travaux, ses ambitions méditerranéennes sont souvent ignorées : ses expériences politiques sicilienne et sarde restent largement méconnues ; la mer apparait de façon systématique comme étrangère à son destin, sans doute parce qu’elle ne dispose d’aucune flotte et que le succès de sa politique alpine éclipse ses échecs en Ligurie jusqu’au début du XIXe siècle. Il convient ainsi de reconsidérer la place périphérique de la Méditerranée dans son projet territorial : la conquête du grand large devient, au même titre que celle des Alpes, un pré-requis indispensable à l’affirmation de cette maison de second rang comme puissance européenne. S’inscrivant dans le temps long, cette analyse géopolitique revient étape par étape sur les aspirations maritimes du Piémont-Savoie afin d’apporter un regard nouveau sur une dynastie connue comme alpine mais qui, en réalité, est tout autant méditerranéenne.

Figure 1 – carte

Figure 1 – carte

Un Etat alpin qui s’ouvre progressivement sur la mer

Réalisation de l'auteur

Figure 2 - Carte

Figure 2 - Carte

Le comté de Nice, en construction (1575-1621)

Réalisation de l'auteur

Le comté de Nice, espace méditerranéen en construction (1575-1621)

3Entre montagnes et mer, le comté de Nice est longtemps délaissé par les ducs de Savoie. Ceux-ci s’y intéressent d’abord pour des raisons commerciales. Avec l’acquisition de Tende et de Bueil, le territoire niçois se construit progressivement – voir carte 2 – et replace temporairement la Méditerranée au cœur de leur projet territorial.

L’achat de Tende, passerelle entre les Alpes et la mer (1575-1581)

4Enclavé dans le Mercantour au Nord de Nice, le comté de Tende constitue un dense massif montagneux aux mains des Lascaris, cousins des Savoie. Son principal atout repose sur son col, l’un des derniers grands passages alpins échappant aux ducs qui le convoitent pour renforcer la communication entre leur capitale Turin et la mer.

  • 5 Pietro Egidi, Emmanuel Filiberto, duc di Savoia, 1559-1580, vol. 2, Turin, Paravia, 1928, p.127.
  • 6 Sur ces querelles familiales, Henri de Panisse-Passis, Les comtes de Tende de la maison de Savoie, (...)
  • 7 Archives départementales des Alpes-Maritimes [ADAM], Nizza e contado [Ni], mazzo [m.] 52, fascicolo (...)
  • 8 ADAM, Ni, m. 52, fasc.15, Supplique d’Honorat de Savoie au duc pour obtenir Nice, 26 février 1575.
  • 9 Ibid., fasc. 19, Propositions d’Henriette au duc de Savoie pour la vente du comté de Tende, 5 mars (...)
  • 10 Ibid., fasc. 21, Convention entre Emmanuel-Philibert et Honorat pour la cession de Tende, 10 avril (...)
  • 11 Archives départementales de Savoie [ADS], C 642, Echange entre Emmanuel-Philibert et Henriette qui (...)
  • 12 ADAM, Ni., m. 53, fasc. 3, Actes pour la cession de Tende au duc, par Henriette de Savoie, 21 novem (...)

5Ce col focalise l’attention d’Emmanuel-Philibert qui fait réaménager le port de Nice-Villefranche pour détourner vers celui-ci une partie du commerce méditerranéen dominé par Venise et les Ottomans5. À la mort du comte Honoré de Tende, le duc revendique ce comté au nom de l’héritage d’Anne Lascaris, défunte femme de René de Savoie, fils bâtard d’un de ses ancêtres. Puis, il profite des discordes familiales entre les deux héritiers6, Renée et Honorat de Savoie, issus de mariages entre les Lascaris et sa propre lignée, pour ouvrir des négociations diplomatiques avec chacun d’eux. Le 7 février 1575, il signe un premier accord de vente avec Renée7. Mais Honorat s’en plaint auprès du roi de France, réclame justice8, et envoie sa fille Henriette à la cour de Turin pour trouver un nouveau compromis9. Le 10 avril, il obtient du duc une convention par laquelle il renonce à Tende, ainsi qu’à la seigneurie piémontaise d’Oneille et de Maro, enclavée en Ligurie et prolongeant la façade maritime niçoise10. Cependant, Emmanuel-Philibert ne peut prendre possession de Tende sans l’accord de la comtesse Henriette de Savoie-Villars, fille d’Honnorat. Celle-ci s’y résout finalement le 21 octobre 157911, et le duc investit le comté deux ans plus tard12

  • 13 Jean-Bernard Lacroix, Hélène Cavalié, Jérôme Bracq, dir., Le comté de Nice et la maison royale de S (...)

6L’achat de ce territoire est un véritable atout : cette troisième porte alpine aux mains des Savoie assure la communication entre Nice et Turin. Les échanges économiques avec la Méditerranée s’intensifient et le riche commerce du sel niçois irrigue l’ensemble de l’ancienne Lotharingie. Réaménagé par l’ingénieur Bottino en 159313, le col de Tende fait du Piémont-Savoie la principale route des marchandises importées par mer au grand dam des grands ports de la région, Marseille et de Gênes. Cette acquisition est donc capitale pour une maison qui cherche à ouvrir son duché sur la mer. La construction du comté de Nice s’achève par la confiscation des domaines de la famille de Beuil.

La confiscation de Beuil parfait le territoire niçois (1621)

  • 14 Id.

7Au début du XVIIe siècle, les élites niçoises conservent une certaine autonomie vis-à-vis de la cour turinoise. Or, Charles-Emmanuel Ier entend régner en souverain sur tous ses États. Il confisque le comté de Beuil, principal fief de la région, à la suite d’un différend avec un de ses vassaux félons : Annibal Grimaldi, dernier grand seigneur niçois et gouverneur de Nice, charge monopolisée par sa famille, qui se déclare « souverain14 » et conteste l’autorité du jeune duc.

  • 15 Se référer aux patentes de Charles-Emmanuel Ier des 8 et 17 mars 1614 (ADAM, 1B, 162).
  • 16 Jean-Bernard Lacroix, Hélène Cavalié, Jérôme Bracq, dir., Le comté de Nice…, op. cit., p. 97.
  • 17 ADAM, Ni, m. 28, fasc. 4, Patentes de Louis XIII pour la protection de Beuil, Paris, 14 novembre 16 (...)
  • 18 Ibid., m. 27, fasc. 31, Rilatione uera della negotiatione dal Boglio con li ministri di Spagna, f°1 (...)
  • 19 Ibid., Capitulatione fra Pedro de Toledo e Anibale Grimaldo, Milano, 18 di agosto 1616, f°1r.

8Depuis 1591, les tensions entre Annibal et Charles-Emmanuel Ier se cristallisent, puis elles éclatent en 1613-1614 lorsque le duc renforce son influence dans le comté : il fait de Nice un port franc afin de concurrencer ses voisins génois et provençaux, et y instaure un Sénat souverain afin de museler les aspirations indépendantistes du comte15. Ce dernier profite de révoltes antifiscales pour refuser de se soumettre au Sénat16. Le duc le fait alors séquestrer à Nice et le destitue de la charge de gouverneur au profit des Lascaris. Pour préserver ses possessions personnelles, Annibal se lance dans une périlleuse « politique de bascule » en s’alliant tantôt avec la France, tantôt avec l’Espagne. Dès novembre 1614, il obtient la protection de Louis XIII17. Puis, il ouvre des négociations avec le prince de Monaco18, vassal espagnol, et avec Pierre de Tolède, gouverneur de Milan : à l’été 1616, il s’engage à tenir le comté de Nice en tant que gouverneur du roi d’Espagne19. Cet acte est perçu d’un mauvais œil à Paris, tandis que le duc de Savoie l’accuse de félonie et s’apprête ainsi à confisquer le dernier grand fief niçois échappant à son autorité et à parfaire la cohésion territoriale du comté. Sans soutien extérieur, Annibal est exécuté le 9 janvier 1621 et ses successeurs perdent tous leurs biens. Regardant au-delà des sommets piémontais, Charles-Emmanuel Ier annexe l’ultime enclave niçoise et contrôle davantage le commerce régional. Son destin méditerranéen se précise.

9Jusqu’au début du XVIIe siècle, les Savoie regardent sporadiquement vers la mer à des fins commerciales. Leur politique méditerranéenne s’est résumée pour l’instant à la consolidation de l’espace niçois, qui relie désormais Turin aux rivages, mais reste en périphérie d’un État alpin encore superficiellement ouvert sur le grand large. La construction du comté de Nice achevée, la conquête de la Ligurie devient le fil conducteur de leur action.

De vaines tentatives d’expansion en Ligurie (1624-1673)

  • 20 Sur ce sujet, Fabrice Micallef, Un désordre européen. La compétition internationale autours des « a (...)
  • 21 Paolo Calcagno, Occupare una città in antico regime : Savone nelle carte dei funzionari sabaudi dur (...)

10Entre 1589 et 1592, l’aventure provençale de Charles-Emmanuel Ier20 amorce une première expansion vers la mer, sporadiquement poursuivie avec les tentatives de conquête de la Ligurie au XVIIe siècle. Cette fois, les motifs sont tout autant politiques que commerciaux : si Emmanuel-Philibert souhaitait bâtir un État maritime autour des ports de Gênes et de Savone21, ses successeurs recherchent de nouveaux débouchés économiques et projettent d’agrandir leur duché afin de l’ériger en royaume. En 1625 et en 1672, la Ligurie est ainsi l’enjeu de deux courtes guerres dans lesquelles la France soutient plus ou moins les Savoie.

La guerre prématurée de 1625

  • 22 Diego Pizzorno, Il cannone e l’eversione. La minaccia sabauda nei primi tre decenni del Seicento, i (...)
  • 23 Bibliothèque Nationale [BN], Dupuy, 45, Lettre du Duc de Savoie à la république de Gênes, 1624, f°1 (...)
  • 24 Ibid., Réponse de Gênes à la lettre de Charles-Emmanuel Ier, 1624, f°195r./v.
  • 25 Propositions lors de la conférence de Suze, 20-22 octobre, in comte Douglas, Joseph Roman, Actes et (...)

11Dès le début du siècle, les tensions avec les Génois s’exacerbent car ces derniers envahissent souvent l’enclave piémontaise d’Oneille. Charles-Emmanuel Ier cherche d’abord à profiter des divisions internes de la république et suscite plusieurs conspirations22. Puis, il s’allie à Richelieu pour revendiquer Zuccarel, petit marquisat sur la route du sel menant à Savone, qu’il considère comme une dépendance d’Oneille23, ce que les autorités génoises réfutent24. Dans ce contexte, le 22 octobre 1624, il signe avec le maréchal de Lesdiguières, connétable de France, le traité de Suse prévoyant une attaque commune contre la république25, et déclare la guerre à celle-ci dans le but de lui arracher Zuccarel, mais aussi Gênes et Savone. S’ouvrir sur la Méditerranée repasse provisoirement au centre de ses préoccupations.

  • 26 Jacques Humbert, Le Maréchal de Créquy, gendre de Lesdiguières (1573-1638), Paris, Hachette, 1962, (...)
  • 27 Alexandre de Saluces, Histoire militaire du Piémont, vol. 4, Turin, Pierre Joseph Pic, 1818, p. 245 (...)
  • 28 Carlo Bitossi, Guerre et Paix. La République de Gênes et le Duché de Savoie, 1625-1663, in Guiliano (...)
  • 29 Alexandre Ruelle, L’art du piège dans la politique de Richelieu : la guerre contre Gênes et la « tr (...)
  • 30 Geoffrey Parker, The army of Flanders and the Spanish road (1567-1659) : the logistics of Spanish v (...)
  • 31 Jacques Humbert, Le maréchal…, op. cit., p. 101-102.
  • 32 Armand Jean du Plessis de Richelieu, Testament politique, éd. par Arnaud Teyssier, Paris, Perrin, 2 (...)
  • 33 Carlo Bitossi, Guerre et Paix…, op. cit., p. 45.

12En mars 1625, l’armée franco-piémontaise se met en marche. Les premières opérations se déroulent sans encombre mais, l’expédition piétine à cause de fortes pluies26, et parce que le duc de Savoie désapprouve les décisions des généraux français. En outre,27. En outre, en juin, des renforts espagnols envoyés depuis Barcelone débarquent à Gênes et repoussent les assaillants28. Plus grave, le soutien français se révèle décevant : les revers se succèdent car Richelieu ne voit là qu’une occasion de s’emparer de ce port, tête de pont pour les soldats espagnols en Italie du Nord, et de faire diversion pour occuper la Valteline29 – celle-ci est une partie essentielle du camino español30 reliant le Milanais aux Pays-Bas en révolte. En fait, il considère la Ligurie comme un théâtre d’opération secondaire permettant d’« intimider31 » Madrid, et estime que la France n’est pas prête à une grande guerre, ni moralement, ni matériellement : selon son Testament politique, elle ne peut soutenir que du bout des lèvres les vues du duc et le « garanti[r] de l’oppression des Espagnols32 ». Anticipant la défaite, il refuse d’envoyer des renforts, malgré l’insistance de Charles-Emmanuel Ier dont la principale erreur est de faire confiance au cardinal-ministre « prêt à l’avoir comme allié mais non à servir ses objectifs33 » comme le note Carlo Bitossi.

  • 34 Archives des Affaires étrangères [AAE], Correspondance Politique [CP], Espagne, 14, Traité de paix (...)
  • 35 Alexandre Ruelle, L’art du piège…, op. cit. 

13Embourbé en Ligurie, puis défait militairement, le duc se retrouve isolé sur la scène internationale. En effet, le 5 mars 1626 à Monzon, en Aragon, Richelieu signe sans son consentement la paix avec l’Espagne, coupe court à ses ambitions et prévoit un arbitrage ultérieur pour résoudre ses litiges avec Gênes34. Ce revirement, second piège du cardinal-ministre35, est ressenti comme une humiliation par Charles-Emmanuel Ier blessé dans son amour propre pour ne pas avoir été traité en allié. S’agrandir en direction de la Méditerranée reste prématuré à cause de cette absence de réel soutien français. Un demi-siècle plus tard, la situation n’a pas changé.

La guerre de 1672, nouvelle déception de l’alliance française

  • 36 Se référer à la correspondance entre Turin et Versailles de 1670 à 1672 (AAE, CP, Sardaigne, 61).

14La guerre de 1672 est la seconde occasion où les ducs de Savoie tentent de s’emparer de Gênes au XVIIe siècle, leur politique méditerranéenne demeurant discontinue. Charles-Emmanuel II est en mauvais termes avec les autorités génoises, au point qu’entre 1670 et 1672, les tensions se cristallisent36 et engendrent un nouveau conflit. Zuccarel n’est plus le casus belli, le duc souhaite cette fois-ci donner une bonne leçon à un voisin qu’il méprise. Pour la seconde fois, la Ligurie passe temporairement au cœur de ses préoccupations.

  • 37 AAE, CP, Sardaigne, 62, Lettre de Servien à Pompone, Turin, 2 Juillet 1672, f°276r./v.
  • 38 Ibid., 63, Mémoire de l’ambassadeur du duc à Pompone, 22 juillet 1672, f°49v./50r.
  • 39 Archivio di Stato di Torino [ASTo], Corte, Materie politiche [MP], Negozziazioni [N.] Genova, m. 3, (...)
  • 40 AAE, CP, Sardaigne, 63, Offre de Louis XIV au duc sur son différend avec Gênes, août 1672, f°53r./5 (...)
  • 41 Ibid., 61, Lettre de Charles-Emmanuel II au Comte d’Olgiato, 5 septembre 1672, f°327r.
  • 42 ASTo, Corte, MP, N. Genova, m. 3, fasc. 9, Patenti di Carlo Emanuele II per la sospenzione d’armi, (...)
  • 43 AAE, CP, Sardaigne, 61, Lettre de Servien à Pompone, Turin, 21 novembre 1672, f°395r.

15Au début de juillet 1672, l’armée de Charles-Emmanuel II s’empare de la Pieva, ville génoise frontalière, après un conflit portant sur des droits de pâturage et d’usage de terres entre les communautés de Rezzo et de Cenova37. Comme en 1625, les premiers succès laissent vite place à la débâcle : dès le 22 juillet, le duc réclame au roi de France, son principal allié, des renforts afin de marcher sur Gênes38. En août, il réitère en dépêchant le sieur de Pugny à Paris39. Mais Louis XIV n’est pas décidé à agir en ce sens, il souhaite consolider son réseau diplomatique italien et sollicite la recherche d’un compromis entre Turin et Gênes40. Le duc repousse la proposition d’une suspension d’armes41, il ne l’accepte qu’à la fin d’octobre42. Il est alors proposé que la paix soit signée à Versailles sous l’égide du Roi-Soleil43.

  • 44 Ibid., 63, Sentence arbitrale entre le duc de Savoie et Gênes, 18 janvier 1673, f°236r.

16Faute de pouvoir manœuvrer en Ligurie, Charles-Emmanuel II doit renoncer à ses chimères méditerranéennes : le 18 janvier 1673, Louis XIV lui impose un traité favorable de fait à Gênes puisque son article 2 prévoit un retour au statu quo ante bellum44. Le conflit se clôt prématurément et une profonde amertume règne à la cour de Turin.

17S’étendre en direction de la mer s’avère prématuré : après quelques semaines d’opérations, les ducs se retrouvent dans l’incapacité de mener à terme leur projet, faute d’un soutien militaire français. Ces deux conflits débouchent sur un lourd échec ressenti comme une véritable humiliation. Ce n’est qu’au début du siècle suivant que le destin méditerranéen des Savoie se concrétise lors du congrès d’Utrecht, moment unique dans leur histoire.

La Méditerranée, cœur de la royauté des Savoie (1712-1720)45

  • 45 Pour une analyse plus détaillée, voir Alexandre Ruelle, "Des Alpes à la Sardaigne en passant par la (...)

18Dans les années 1710, la Méditerranée est, pour la première fois, au cœur de la construction du Piémont-Savoie : l’obtention d’un royaume insulaire, la Sicile espagnole bien vite troquée contre la Sardaigne, élève enfin les ducs à la royauté. Cette fois-ci, l’Angleterre est à l’origine de ce projet : pilier de la Pax britannica issue des traités d’Utrecht, cette nouvelle monarchie vise à contrer l’Empereur Charles VI et Philippe V d’Espagne qui revendiquent l’héritage de l’ancien empire de Charles Quint.

L’ascension d’une dynastie méditerranéenne au service de la Pax britannica (1712-1713)

  • 46 En échange de Naples et de la Sicile, Victor-Amédée II cèderait son duché au Grand Dauphin. Voir Ca (...)

19La cession de la Sicile aux Savoie est au cœur de la recomposition territoriale en Méditerranée opérée par la Pax britannica après 1713. Elle arrive de façon tardive sur la table des négociations car le duc est obnubilé par le Milanais. Par ailleurs, cette île a toujours été étrangère au destin de sa famille, excepté en 1622-1624 lorsque le prince de Piémont en est devenu vice-roi et vers 1698-1700 quand Louis XIV envisageait de la confier à Victor-Amédée II pour régler la succession espagnole46.

  • 47 Sur les négociations, lire le récit du conseiller piémontais du Bourg (ASTo, Corte, MP, N. Francia, (...)
  • 48 AAE, CP, Sardaigne, 117, Traité entre la France et le duc de Savoie, Utrecht, 11 avril 1713, f°27r. (...)
  • 49 ASTo, Corte, MP, N. Spagna, m. 7, fasc. 34, Traité entre Victor-Amédée et Philippe V, Utrecht, 13 j (...)

20À l’été 1712, le sort de la Sicile est au cœur des débats lors du séjour à Paris du vicomte Bolingbroke, diplomate anglais47. Consciente qu’elle ne peut apporter la couronne d’Espagne à son allié le duc de Savoie, Anne Stuart entend lui offrir un royaume clé à la jonction des bassins occidental et oriental de la Méditerranée pour en assurer le contrôle. Par ailleurs, cette décision contenterait les aspirations de Victor-Amédée II à la royauté. La reine impose ce choix à Louis XIV, et la convention de Paris du 21 août le confirme : il s’agit de préserver l’Italie de toute hégémonie autrichienne, l’Empereur Charles VI s’étant rendu maître de la moitié de la péninsule. L’opération est entérinée en deux temps à Utrecht : le 11 avril, l’article 5 du traité franco-piémontais reconnait Victor-Amédée II comme roi de Sicile48 ; puis, le 13 juillet, un second accord conclu sous l’arbitrage d’Anne Stuart amène Philippe V à céder l’île au nom de l’ « equilibre de l’Europe49 » et à en être vice-roi jusqu’à la prise de possession de l’île par la cour turinoise.

21Créé de toute pièce par l’Angleterre pour conserver l’ordre européen, le Piémont-Sicile est conçu comme le pilier de la Pax britannica en Méditerranée mettant fin à la longue domination espagnole qui remontait au début du XVIsiècle. Ainsi, Anne d’Angleterre préserve ses intérêts commerciaux, consolide son réseau diplomatique et fait de la Sicile piémontaise un garde-fou contre toute hégémonie rivale – l’avancée autrichienne en Italie est stoppée et l’Espagne enfermée dans la péninsule ibérique.

  • 50 ASTo, Corte, MP, N. Francia, m. 24, Lettre du marquis du Bourg à Saint Thomas, 18 octobre 1712, p.  (...)

22De son côté, Victor-Amédée II a été propulsé malgré lui en plein cœur du bassin méditerranéen : il regarde toujours vers Milan, n’accepte qu’à contrecœur ce cadeau difficile à défendre depuis les Alpes faute de flotte de guerre. Comme le remarque du Bourg, son conseiller, cette île lointaine est vouée à demeurer un satellite anglais50 : le maintien de son royaume dépend de la protection de la Royal Navy. En parallèle, il jette son dévolu sur les rivages monégasques.

La suzeraineté de Menton et Roquebrune (1712-1716)

23Une autre affaire méditerranéenne de moindre envergure se profile en effet au lendemain du congrès d’Utrecht : la suzeraineté sur Menton et Roquebrune, deux petites seigneuries rattachées à Monaco et prolongeant la façade niçoise. Elles sont revendiquées au nom des hommages prêtés par les Grimaldi à la maison de Savoie entre 1448 et 1506, avant qu’ils se placent sous la protection des rois d’Espagne, puis de France.

  • 51 Paul-Louis Malaussena, Le Comté de Nice, enjeu diplomatique. Le congrès de La Haye de 1709, Nice hi (...)
  • 52 Sur ce différend, voir Antoine Pirovano, L’intervention de Louis XIV dans l’affaire des limites ent (...)
  • 53 AAE, CP, Monaco, 5, Mémoire pour le prince sur le différend des limites de Monaco, 1712, f°138r./v.
  • 54 ASTo, Corte, MP, N. Francia prima add., m. 1, fasc. 3, Demandes des plénipotentiaires piémontais po (...)
  • 55 AAE, MD, France, 1426, Réponse aux demandes des plénipotentiaires savoyards, mars 1712, f°161r.
  • 56 AAE, CP, Sardaigne, 117, Traité de paix…, op. cit., f°29v.
  • 57 ADS, 29F 43, Lettre de Victor-Amédée II au marquis de Lescheraines Palerme, 3 février 1714.
  • 58 AAE, CP, 121, Sentence arbitrale sur Menton et Roquebrune, 21 juin 1714, f°101r./v.

24Dès l’ouverture du congrès de La Haye en 1709, les différends entre Victor-Amédée II et son homologue monégasque arrivent à la table des négociations51. Ces dernières portent d’abord sur la fixation de la frontière entre Monaco et La Turbie, commune niçoise occupée par le prince Antoine Ier depuis 170552. Puis, en 1712, à Utrecht, le duc de Savoie réclame la cession de la principauté, à l’exception du « Rocher » qui resterait aux Grimaldi53. Face à l’opposition de Louis XIV, défenseur des intérêts monégasques, il se contenterait finalement de « la supériorité, et direct Domaine des lieux de Menon, et de Roccabruna54 » selon les instructions données à ses plénipotentiaires. Antoine Ier refuse55 et obtient gain de cause : le 11 avril 1713, l’article 9 du traité franco-piémontais d’Utrecht reporte l’affaire à un arbitrage franco-anglais ultérieur56. La tâche s’avère difficile pour Victor-Amédée II, le prince de Monaco refusant catégoriquement de devenir son vassal57. Tout compte fait, le 21 juin 1714, Louis XIV et Anne d’Angleterre lui accordent la suzeraineté sur Menton et sur les onze douzièmes du territoire de Roquebrune, en vertu des investitures prêtées par les Grimaldi à ses ancêtres58.

  • 59 ADAM, 1E4/16, Instruction au président de Gourdon, [après juin 1714].
  • 60 ADAM, 1B 197, Requête du Prince de Monaco à Victor-Amédée II, juillet 1716.
  • 61 Ibid., Décret de Victor-Amédée II pour l’hommage du prince de Monaco, Turin, 27 juillet 1716.

25Le bras de fer continue jusqu’en 1716. Le prince de Monaco refuse de prêter un hommage jugé inacceptable et envoie Jean-Henri de Lombard Gourdon à Turin pour en négocier les conditions59. En fait, il rechigne à s’agenouiller devant le roi de Sicile. Prétextant être malade au point de ne pouvoir se rendre à Turin60, il est investi par le biais de Gourdon en juillet et évite ainsi cette humiliation61. De son côté, Victor-Amédée II assure au comté de Nice une plus grande ouverture sur la mer même si, en réalité, sa suzeraineté sur Menton et Roquebrune ne fait pas de lui le souverain d’une principauté qui reste sous protection française jusqu’en 1815, date à laquelle s’établit enfin un protectorat sarde confirmé deux ans plus tard à Stupinigi. Au même moment, ce destin méditerranéen est remis en question.

L’échange Sicile-Sardaigne : Victor-Amédée II reste malgré lui un roi méditerranéen (1718-1720)

  • 62 Pour des synthèses récentes, Laurent Perrillat, dir., Couronne royale, Annecy, Académie salésienne, (...)
  • 63 Simone Candela, I Piemontesi in Sicilia : 1713-1718, Rome, Salvatore Sciascia, 1996.

26L’échec du Piémont-Sicile se fait vite pressentir. D’un côté, l’euphorie du couronnement de Victor-Amédée II à Palerme en décembre 171362 fait place aux désillusions : son séjour s’est écourté au grand regret des Siciliens qui espéraient le garder auprès d’eux, l’administration et la fiscalité piémontaises mécontentent la noblesse de l’île63. D’un autre, cette monarchie insolite est discréditée par les aléas du jeu européen : l’Espagne et l’Autriche convoitent la Sicile, tandis que la France et l’Angleterre, garantes des traités d’Utrecht, s’abstiennent de secourir Victor-Amédée II qui se retrouve malgré lui au cœur d’une guerre méditerranéenne lorsque Philippe V envahit son île au début de juillet 1718.

  • 64 ASTo, Corte, MP, N. Francia, m. 28, fasc. 9, Traité de Londres, 2 août 1718.
  • 65 Lucien Bély, La naissance d’une nouvelle monarchie : la Savoie et la paix d’Utrecht (1713), in Laur (...)
  • 66 ASTo, Corte, MP, N. Austria, m. 11, fasc. 7, Instruzione al San Tomaso per il suo viaggio a Vienne, (...)
  • 67 Ibid. Francia, m. 28, fasc. 8, Lettre de Victor-Amédée II aux comtes Provana et de La Perouse, Turi (...)

27L’assaut espagnol est un véritable coup de tonnerre pour le Piémont-Sicile, « État failli » qu’il faut reconstruire afin de préserver l’équilibre européen face aux desseins de Philippe V. Le 2 août, la France, les Provinces-Unies et l’Autriche, réunies à Londres à l’initiative du roi George Ier, signent avec lui le traité de la Quadruple Alliance prévoyant l’échange de la Sicile contre la Sardaigne au profit de l’Empereur64. Selon Lucien Bély, « les grandes puissances trouvent le cadeau [d’Utrecht] trop beau pour un si petit prince65 ». C’est plus exactement le moyen imaginé par l’Angleterre pour conserver un royaume insulaire piémontais au service de ses intérêts. Commence un nouveau ballet diplomatique que Victor-Amédée II conteste : dès le 7 août, il dépêche à Vienne le marquis de Saint-Thomas afin de négocier directement avec l’Empereur66, puis il dénonce la trahison de son ancien allié anglais67. Isolé sur la scène internationale, il adhère à contrecœur à la Quadruple Alliance le 7 novembre et prend part à la guerre contre l’Espagne, qui s’incline à son tour au printemps 1720. Le 8 août, un second traité de Londres confirme l’échange entre la Sicile et la Sardaigne conclu deux ans plus tôt : les Savoie ont toujours un rôle à jouer sur l’échiquier méditerranéen.

  • 68 La transmission d’un courrier entre Turin et Cagliari nécessitait d’un à deux mois (Frédéric Meyer, (...)
  • 69 Un mémoire autographe de Victor-Amédée II, Revue Internationale, n°4, 1883, p.1.
  • 70 AAE, CP, Sardaigne, 137, Lettre de Loziliere au duc d’Orléans, Turin, 2 mai 1722, f°102v. ; Ibid., (...)

28La Sardaigne présente les mêmes inconvénients que la Sicile pour une dynastie alpine toujours incapable de projeter sa puissance en Méditerranée. Certes, sa position renforce l’influence piémontaise dans la mer Tyrrhénienne au grand dam de Gênes, mais elle est trop éloignée du Piémont68 – 400 kilomètres à vol d’oiseau – et son intérêt stratégique est quasi nul pour un État continental aussi distant. Elle constitue davantage un fardeau qu’un point d’appui annonçant la future conquête de l’Italie. Victor-Amédée II s’en désintéresse au point de ne jamais s’y rendre et, comme il l’écrit plus tard, c’est « avec beaucoup de regret69 » qu’il a dû troquer sa Sicile contre cette île. D’ailleurs, en 1725 encore, il négocie avec l’Empereur pour récupérer son ancien royaume selon les lettres de Lozilière, ambassadeur français à Turin, au régent Philippe d’Orléans70.

29Au lendemain des traités d’Utrecht, la mer reste périphérique pour la monarchie de la maison de Savoie : sa couronne est méditerranéenne, mais c’est à Turin qu’elle gouverne, Cagliari étant relégué au second plan comme auparavant Palerme. La Méditerranée n’en devient pas moins un enjeu politique qu’elle ne peut plus ignorer et ce court chapitre de son épopée tyrrhénienne la convainc de s’intéresser davantage à cet espace qu’elle méconnaissait.

Une puissance maritime en devenir (1745-1815)

  • 71 Alfred Mahan, The Influence of Sea Power upon History 1660-1783, Boston, Little, Brown & Cie, 1890.

30Devenue royale, la maison de Savoie est en quête de puissance et la Méditerranée en serait la clé selon la logique d’Alfred Mahan : un État accompli doit maitriser l’espace tout à la fois continental et maritime, du moins en partie, pour imposer son leadership71. Ainsi, Charles-Emmanuel III fait de la Ligurie une de ses priorités afin de poursuivre l’ascension de sa famille et d’ériger ses Etats en une véritable puissance méditerranéenne.

L’illusion de l’alliance autrichienne contre Gênes (1745-1748)

  • 72 Paola Bianchi, Fomentare e regolare le rivolte. L’intervento sabaudo nelle vicende corse durante le (...)
  • 73 Andrea Lercari, Patrizi e notabili liguri fra Repubblica di Genova e Corte dei Savoia, in Ibid., p. (...)
  • 74 ASTo, Corte, MP, N. Austria prima add., m. 3, fasc. 2, Projet de traité à faire avec Londres et Vie (...)
  • 75 Ibid., fasc.8, Traité de Worms, 13 septembre 1743.

31Dès 1730, les tensions avec le voisin ligure s’aggravent : Charles-Emmanuel III aide en sous-main les Corses révoltés contre Gênes72 et joue sur les divisions entre les élites du Ponant pour les rallier à sa cause73. En outre, dès 1742, la guerre de succession d’Autriche éclatant, il se rapproche de George II d’Angleterre qui souhaite rattacher le port de Finale au Piémont pour « une communication immediate […] avec la mer74 » et ainsi secourir son allié en cas d’urgence. En septembre 1743, cette décision est officialisée par l’article 10 du traité de Worms signé avec l’Impératrice-reine Marie-Thérèse75. Elle devient le casus belli d’un troisième et dernier conflit avec Gênes.

  • 76 Sur cette guerre, Paolo Calcagno, Lo sguardo del Savoia sul Ponente ligure: la raccolta di informaz (...)
  • 77 Se référer aux correspondances des cartons suivants : ASTo, Corte, MP, N. Austria, m.17-18.
  • 78 Lettre de Charles-Emmanuel III au chevalier Ossorio, Turin, 25 décembre 1745 in Federigo Sclopis, D (...)
  • 79 ASTo, Corte, MP, N. Austria, m. 19, Lettre de Charles-Emmanuel III au comte de Schulembourg, 28 jui (...)
  • 80 Ibid., Deux instructions au comte de la Roque, Turin, 10 et 12 décembre 1747.

32Allié aux Anglo-autrichiens, Charles-Emmanuel III se lance tambour battant à la conquête de Gênes entre 1745 et 174876. Une grande partie de l’arrière-pays du Ponant est vite occupée, mais le littoral échappe à cette offensive pour diverses raisons. D’abord, les objectifs sont multiples : il est souvent question de s’emparer de Gênes, de Savone ou encore de Vintimille, et les généraux piémontais proposent des plans d’attaque qui ne concordent pas toujours avec ceux de leurs homologues autrichiens77. Ensuite, les renforts franco-espagnols portent secours aux villes du littoral. En outre, préoccupée par la menace prussienne sur ses États, l’Impératrice-reine n’envoie pas à temps les renforts promis à Worms ; Charles-Emmanuel III doit se tourner vers le roi d’Angleterre pour qu’il fasse hâter l’envoi de troupes et de subsides autrichiens78. Enfin, les opérations se révèlent laborieuses devant Savone et Gênes en raison du renforcement des défenses et de problèmes logistiques retardant le débarquement de l’artillerie et des munitions anglaises79. À l’été 1747, toute position est perdue dans le Ponant. En décembre, le roi de Sardaigne dépêche à Vienne le comte de la Roque afin de préparer une nouvelle expédition au printemps suivant, en avançant que la conquête de Gênes amènerait les ennemis à la table des négociations80.

33Cette campagne de 1748 n’a jamais eu lieu au grand désespoir de Charles-Emmanuel III qui, jusqu’à la fin de la guerre, sollicite le soutien autrichien pour se réengager en Ligurie. En avril, l’ouverture du congrès d’Aix-la-Chapelle enterre l’entente de Worms, ainsi que tout projet de conquête. Cependant, cette guerre n’est pas stérile, elle infléchit la politique territoriale des Savoie qui regardent désormais vers Gênes pour doter le Piémont d’une façade maritime indispensable à une puissance méditerranéenne.

L’obstacle français se renforce après 1748

34Le précédent échec en Ligurie s’explique tant par le manque de soutien autrichien que par l’action de Louis XV, protecteur de la république de Gênes depuis 1745. En effet, à Aix-la-Chapelle, ce sont les plénipotentiaires français qui, pour préserver cette alliée, s’opposent aux revendications piémontaises. Cet obstacle ne décourage pas le roi de Sardaigne qui rêve alors de fonder une puissance maritime.

  • 81 AAE, CP, Sardaigne, 225, Mémoire de Chauvelin, Turin, 30 juillet 1755, f°86v./87r.
  • 82 Ibid., f°94r./95r.
  • 83 Ibid., Mémoire sur les ouvertures de Monzone au nom du duc de Modène, octobre 1755, f°357r./359r.

35Dès les lendemains de la guerre, les ambitions ligures de Charles-Emmanuel III se précisent selon les papiers du marquis de Chauvelin, ambassadeur français à Turin. En juillet 1755, celui-ci soutient que le « projet favori [du roi] seroit de devenir Puissance maritime, acquerir pour cet effet des ports dans la mediterranée tels que seroient ceux de Savone et de Final81 ». Il poursuit en affirmant que Louis XV ne peut agréer à un tel dessein contraire aux intérêts de son alliée82. Quelques mois plus tard, un autre mémoire préconise lui aussi une opposition ferme à un agrandissement du Piémont en direction de la mer, ceci afin de préserver l’équilibre italien83. Ainsi, si le roi de France ménage son voisin piémontais lors de la guerre de Sept Ans afin d’éviter l’ouverture d’un front sur les Alpes, son opposition à la conquête de Gênes se renforce à partir de 1768 lorsqu’il met la main sur la Corse où l’armée génoise peine à mater la révolte de Pascal Paoli. C’est un bouleversement majeur : la France encercle plus que jamais le Piémont-Savoie – l’île n’est qu’à trente kilomètres de la Sardaigne ! – et Gênes devient une cible hors de portée, car en cas d’agression elle peut être secourue en un temps record.

  • 84 ASTo, Corte, MP, N. Francia prima add., m. 2, fasc. 14, Instructions au comte Joseph Marie de Viry (...)

36La crise corse apparaît comme un ultime coup de théâtre qui rend impossible toute expansion piémontaise en direction de la mer : face à l’indifférence de l’Angleterre, Charles-Emmanuel III s’abstient de toute réaction ; puis, dans plusieurs instructions aux comtes de Viry et Scarnafis, ambassadeurs à Versailles et à Vienne, Victor-Amédée III regrette cette présence française entravant toute offensive en Ligurie84. Ainsi, les rois de Sardaigne sont contraints de se tenir à l’écart des affaires méditerranéennes jusqu’à la fin de l’épopée napoléonienne.

De l’exil raté en Sardaigne à l’annexion de Gênes (1798-1815)

  • 85 Ibid., Lettre de Charles-Emmanuel IV au Grand-Duc de Toscane, Cagliari, 8 mars 1799, f°6r./v.
  • 86 AAE, CP, Sardaigne, 281, Nouvelles de Cagliari en Sardaigne reçues depuis Livourne, 20 mars 1799, f (...)
  • 87  Ibid., [Déclaration de Victor-Emmanuel Ier], Cagliari, 24 juin 1802, f°225r.
  • 88 Ibid., Note annexée à la lettre de François Cacault à Talleyrand, Rome, 11 août 1802, f°341r./342v.

37L’onde de choc de la Révolution française semble amener les Savoie à se rapprocher de leur royaume : après avoir annexé la Savoie et Nice en 1792-1793, la France les oblige à renoncer au Piémont par le traité du 8 décembre 1798. Exproprié de ses possessions continentales, Charles-Emmanuel IV se réfugie d’abord en Toscane, puis arrive à Cagliari le 3 mars 1799. S’il est ravi d’avoir rencontré ses sujets sardes, il attend le secours des puissances coalisées pour retrouver ses montagnes85, d’autant que le palais royal prend feu le soir de son arrivée86. Ainsi, en mai, il espère profiter de l’offensive austro-russe en Piémont mais il s’installe finalement à Rome car Vienne n’accepte pas son retour : il fuit son île qui a toujours été étrangère à sa famille et qu’il ne conserve que pour garder son titre royal. De même, en juin 1802, son successeur Victor-Emmanuel Ier se décharge du gouvernement de la Sardaigne en nommant son frère Charles-Félix vice-roi87 : en attendant de rentrer à Turin, il réside lui aussi à la Ville éternelle, jugée plus sûre, car il redoute une conspiration de ses sujets sardes88. Aucun de ces deux rois n’a donc souhaité régner depuis la Méditerranée, d’autant que cette île si proche de la Corse française passe sous le contrôle de la Royal Navy.

  • 89 ASTo, Corte, MP, Trattati nazionali ed esteri, m. 6, fasc. 1, Instructions de Victor-Emmanuel Ier a (...)
  • 90 Giovanni Cerino Badone, The Esseillon, the Alps and the Kingdom of Sardiania Great Strategy, in Sté (...)
  • 91 Thierry Lentz, Le congrès de Vienne, Paris, Perrin, 2015, p. 130, 232-233.

38Le 30 mai 1814, par le traité de Paris, Napoléon doit abdiquer une première fois. Victor-Emmanuel Ier récupère alors ses États alpins, excepté la région d’Annecy et de Chambéry laissée à la France. De retour à la Venaria Reale, il saisit l’occasion du congrès de Vienne pour revenir sur la scène internationale. Les affaires méditerranéennes ne l’intéressent pas au premier abord : en juin, il charge le comte de Saint-Marsan de réclamer Plaisance, Parme, Milan, mais pas les rivages du Ponant89. Puis, en novembre, se réunit la « commission pour les affaires de Gênes » au sein de laquelle Saint-Marsan revendique la Ligurie comme condition sine qua non de la paix. Le roi de Sardaigne dispose du soutien de l’Angleterre qui veut faire de Gênes un port allié où sa flotte pourra stationner90. Elle souhaite aussi agrandir le Piémont afin de faire contrepoids à la Lombardie-Vénétie autrichienne et à la France toujours menaçante. L’épisode des Cent Jours donne raison à ces revendications : le gouvernement provisoire génois installé par l’ambassadeur anglais Bentinck est désavoué par le vicomte Castelreagh, secrétaire aux Affaires étrangères à Londres91, puis l’Acte final du congrès de Vienne du 9 juin 1815 accorde à Victor-Emmanuel Ier la Ligurie et la flotte génoise. Le Piémont-Savoie devient enfin une puissance maritime influente grâce au contrôle de la mer Tyrrhénienne depuis Nice jusqu’à Cagliari.

Conclusion – Une dynastie alpino-méditerranéenne

39Jusqu’au début du XIXe siècle, les rapports entre la maison de Savoie et la Méditerranéenne sont restés lointains, ils ne semblent pas aller de soi. En témoigne le refus de Charles-Emmanuel IV et de Victor-Emmanuel Ier de résider à Cagliari, lui préférant Rome. Pourtant, après les montagnes et les plaines, c’est la mer que cette dynastie tente de conquérir. Certes, cet espace économique et géostratégique reste en périphérie du Piémont-Savoie incapable d’y exercer une réelle influence avant 1815, en partie à cause de ses relations conflictuelles avec la France, Gênes et Monaco. Pourtant, il fait l’objet d’une politique territoriale intermittente qui, pendant plus de quatre cent ans, de l’annexion de Nice à celle de la Ligurie, jette les bases d’une puissance maritime. Au même titre que les Alpes, son rôle dans la construction de cette monarchie devient décisif : les Savoie se tournent peu à peu vers le large, nouveau terrain de chasse depuis l’acquisition de la Sicile, puis de la Sardaigne. Leur destin méditerranéen prend alors forme car, si les montagnes constituent le cœur politique de leurs États, c’est d’une île qu’ils tiennent leur couronne royale. De façon plus générale, Nice, Menton-Roquebrune, la Sicile, la Sardaigne et la Ligurie sont autant de territoires qui fondent l’identité de cette dynastie alpino-méditerranéenne, par la suite devenue italienne.

Haut de page

Notes

1 Sur l’acquisition de Nice : 1388, la dédition de Nice à la Savoie, Paris, Publications de la Sorbonne, 1990 ; Michel Bottin, Du Var aux Alpes : le Comté de Nice entre deux frontières. 1388-1860, Nice historique, n°3, 1988, p.101-110 ; Jean-Marc Giaume, Jérôme Magail, Le Comté de Nice. De la Savoie à l’Europe. Identité, mémoire et devenir, Nice, Serre, 2006.

2 Hervé Barelli, Le comté de Nice, dénomination d’un espace symbolique, in Du comté de Nice aux Alpes-Maritimes, les représentations d’un espace politique et culturel dans l’histoire, Nice, Serre, 2000, p.23-47. Bruno Berthier précise que les Savoie ont « vampirisé » l’histoire de ce comté qui n’existe qu’à travers la leur (Bruno Berthier, Nice : terra incognita, in Ibid., p.105-106).

3 Rémy Gasiglia, Essai d’analyse géostratégique de l’histoire du comté de Nice, Nice historique, 1988, n°3, p.111-118, p.111.

4 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, [1949], vol.1, Paris, Colin, 1990, p.96.

5 Pietro Egidi, Emmanuel Filiberto, duc di Savoia, 1559-1580, vol. 2, Turin, Paravia, 1928, p.127.

6 Sur ces querelles familiales, Henri de Panisse-Passis, Les comtes de Tende de la maison de Savoie, Paris, Firmin-Didot, 1889, p. 149-165 ; Thierry Couzin, L’autre comté de Nice. Tende d’après l’inventaire du Fonds Paesi de l’Archivio di Corte de Turin (XIIe-XVIIIe siècles), Recherches Régionales, 2009, p.7-18.

7 Archives départementales des Alpes-Maritimes [ADAM], Nizza e contado [Ni], mazzo [m.] 52, fascicolo [fasc.] 14, Procuration de Renée de Tende pour vendre à Emmanuel-Philibert le comté de Tende, 7 février 1575.

8 ADAM, Ni, m. 52, fasc.15, Supplique d’Honorat de Savoie au duc pour obtenir Nice, 26 février 1575.

9 Ibid., fasc. 19, Propositions d’Henriette au duc de Savoie pour la vente du comté de Tende, 5 mars 1575.

10 Ibid., fasc. 21, Convention entre Emmanuel-Philibert et Honorat pour la cession de Tende, 10 avril 1575.

11 Archives départementales de Savoie [ADS], C 642, Echange entre Emmanuel-Philibert et Henriette qui cède Maro et Tende, 21 octobre 1579.

12 ADAM, Ni., m. 53, fasc. 3, Actes pour la cession de Tende au duc, par Henriette de Savoie, 21 novembre 1581.

13 Jean-Bernard Lacroix, Hélène Cavalié, Jérôme Bracq, dir., Le comté de Nice et la maison royale de Savoie, catalogue de l’exposition des ADAM d’octobre 2010-mai 2011, Milan, Silvana, 2010, p. 97.

14 Id.

15 Se référer aux patentes de Charles-Emmanuel Ier des 8 et 17 mars 1614 (ADAM, 1B, 162).

16 Jean-Bernard Lacroix, Hélène Cavalié, Jérôme Bracq, dir., Le comté de Nice…, op. cit., p. 97.

17 ADAM, Ni, m. 28, fasc. 4, Patentes de Louis XIII pour la protection de Beuil, Paris, 14 novembre 1614.

18 Ibid., m. 27, fasc. 31, Rilatione uera della negotiatione dal Boglio con li ministri di Spagna, f°1r.

19 Ibid., Capitulatione fra Pedro de Toledo e Anibale Grimaldo, Milano, 18 di agosto 1616, f°1r.

20 Sur ce sujet, Fabrice Micallef, Un désordre européen. La compétition internationale autours des « affaires de Provence » (1580-1598), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, 455p. ; Ibid., Charles-Emmanuel de Savoie, les Alpes et la Provence : les aléas d’un apprentissage géostratégique (1582-1596), in Stéphane Gal, Laurent Perrillat, dir., La Maison de Savoie et les Alpes : emprise, innovation, identification (XVe-XIXe siècle), Chambéry, Université Savoie Mont Blanc, 2015, p.245-260.

21 Paolo Calcagno, Occupare una città in antico regime : Savone nelle carte dei funzionari sabaudi durante la guerra di successione austriaca, Mediterranea. Ricerche storiche, n°24, 2012, p.81-110.

22 Diego Pizzorno, Il cannone e l’eversione. La minaccia sabauda nei primi tre decenni del Seicento, in Giovanni Assereto, Carlo Bitossi, Pierpaolo Merlin, dir., Genova-Torino. Quattro secoli d’incontri e scontri, nel bicentenario dell’annessione della Liguaria al regno di Sardegna, Gênes, Società ligure di Storia Patria, 2015, p.99-119.

23 Bibliothèque Nationale [BN], Dupuy, 45, Lettre du Duc de Savoie à la république de Gênes, 1624, f°195r.

24 Ibid., Réponse de Gênes à la lettre de Charles-Emmanuel Ier, 1624, f°195r./v.

25 Propositions lors de la conférence de Suze, 20-22 octobre, in comte Douglas, Joseph Roman, Actes et correspondances du connétable de Lesdiguières, vol. 2, Grenoble, Edouard Allier, 1881, p.397-399.

26 Jacques Humbert, Le Maréchal de Créquy, gendre de Lesdiguières (1573-1638), Paris, Hachette, 1962, p. 109.

27 Alexandre de Saluces, Histoire militaire du Piémont, vol. 4, Turin, Pierre Joseph Pic, 1818, p. 245-247.

28 Carlo Bitossi, Guerre et Paix. La République de Gênes et le Duché de Savoie, 1625-1663, in Guiliano Ferretti, dir., Christine de France et son siècle, Paris, PUF, n°262, 2014, p. 44-45.

29 Alexandre Ruelle, L’art du piège dans la politique de Richelieu : la guerre contre Gênes et la « trahison de Monzon » (1624-1626), in François Pernot, dir., Le piège dans l’Histoire, Cahiers d’Agora, n°2, 2019 (sous presse).

30 Geoffrey Parker, The army of Flanders and the Spanish road (1567-1659) : the logistics of Spanish victory and defeat in the Low Countries’ wars, Londres, Cambridge University Press, 1972.

31 Jacques Humbert, Le maréchal…, op. cit., p. 101-102.

32 Armand Jean du Plessis de Richelieu, Testament politique, éd. par Arnaud Teyssier, Paris, Perrin, 2011, p. 44.

33 Carlo Bitossi, Guerre et Paix…, op. cit., p. 45.

34 Archives des Affaires étrangères [AAE], Correspondance Politique [CP], Espagne, 14, Traité de paix de Monzon, 5 mars 1626, f°343v./344r.

35 Alexandre Ruelle, L’art du piège…, op. cit. 

36 Se référer à la correspondance entre Turin et Versailles de 1670 à 1672 (AAE, CP, Sardaigne, 61).

37 AAE, CP, Sardaigne, 62, Lettre de Servien à Pompone, Turin, 2 Juillet 1672, f°276r./v.

38 Ibid., 63, Mémoire de l’ambassadeur du duc à Pompone, 22 juillet 1672, f°49v./50r.

39 Archivio di Stato di Torino [ASTo], Corte, Materie politiche [MP], Negozziazioni [N.] Genova, m. 3, fasc. 7, Instruction de Charles-Emmanuel II à Pugny, 20 août 1672.

40 AAE, CP, Sardaigne, 63, Offre de Louis XIV au duc sur son différend avec Gênes, août 1672, f°53r./54v.

41 Ibid., 61, Lettre de Charles-Emmanuel II au Comte d’Olgiato, 5 septembre 1672, f°327r.

42 ASTo, Corte, MP, N. Genova, m. 3, fasc. 9, Patenti di Carlo Emanuele II per la sospenzione d’armi, 29 ottobre 1672.

43 AAE, CP, Sardaigne, 61, Lettre de Servien à Pompone, Turin, 21 novembre 1672, f°395r.

44 Ibid., 63, Sentence arbitrale entre le duc de Savoie et Gênes, 18 janvier 1673, f°236r.

45 Pour une analyse plus détaillée, voir Alexandre Ruelle, "Des Alpes à la Sardaigne en passant par la Sicile, la monarchie des Savoie à l'épreuve du jeu européen (1712-1720)", in Andrea Merlotti, Matthew Vester, dir., Il Potere dei Savoia. Regalità e sovranità in una monarchia composita, Florence, Léo Olschki, (sous presse).

46 En échange de Naples et de la Sicile, Victor-Amédée II cèderait son duché au Grand Dauphin. Voir Carlo Contessa, Regni di Napoli e di Sicilia nelle aspirazioni italiane (1700-1713), Turin, Fratelli Bocca, 1914.

47 Sur les négociations, lire le récit du conseiller piémontais du Bourg (ASTo, Corte, MP, N. Francia, m. 24).

48 AAE, CP, Sardaigne, 117, Traité entre la France et le duc de Savoie, Utrecht, 11 avril 1713, f°27r./v.

49 ASTo, Corte, MP, N. Spagna, m. 7, fasc. 34, Traité entre Victor-Amédée et Philippe V, Utrecht, 13 juillet 1713.

50 ASTo, Corte, MP, N. Francia, m. 24, Lettre du marquis du Bourg à Saint Thomas, 18 octobre 1712, p. 755-756.

51 Paul-Louis Malaussena, Le Comté de Nice, enjeu diplomatique. Le congrès de La Haye de 1709, Nice historique, 1988, n°3.

52 Sur ce différend, voir Antoine Pirovano, L’intervention de Louis XIV dans l’affaire des limites entre Monaco et La Turbie, DES droit, Aix, 1961 ; Olivia Antoni, Utrecht et Monaco : des clauses et des hommes ?, in Au cœur des Alpes, Utrecht (1713-2013), Actes du colloque de Jausiers, Colmars & Entraunes Septembre 2012, Puget-Rostang, Roudoule, 2013.

53 AAE, CP, Monaco, 5, Mémoire pour le prince sur le différend des limites de Monaco, 1712, f°138r./v.

54 ASTo, Corte, MP, N. Francia prima add., m. 1, fasc. 3, Demandes des plénipotentiaires piémontais pour la paix, Utrecht, 5 mars 1712.

55 AAE, MD, France, 1426, Réponse aux demandes des plénipotentiaires savoyards, mars 1712, f°161r.

56 AAE, CP, Sardaigne, 117, Traité de paix…, op. cit., f°29v.

57 ADS, 29F 43, Lettre de Victor-Amédée II au marquis de Lescheraines Palerme, 3 février 1714.

58 AAE, CP, 121, Sentence arbitrale sur Menton et Roquebrune, 21 juin 1714, f°101r./v.

59 ADAM, 1E4/16, Instruction au président de Gourdon, [après juin 1714].

60 ADAM, 1B 197, Requête du Prince de Monaco à Victor-Amédée II, juillet 1716.

61 Ibid., Décret de Victor-Amédée II pour l’hommage du prince de Monaco, Turin, 27 juillet 1716.

62 Pour des synthèses récentes, Laurent Perrillat, dir., Couronne royale, Annecy, Académie salésienne, 2013.

63 Simone Candela, I Piemontesi in Sicilia : 1713-1718, Rome, Salvatore Sciascia, 1996.

64 ASTo, Corte, MP, N. Francia, m. 28, fasc. 9, Traité de Londres, 2 août 1718.

65 Lucien Bély, La naissance d’une nouvelle monarchie : la Savoie et la paix d’Utrecht (1713), in Laurent Perrillat, dir., Couronne royale…, op. cit., p.52.

66 ASTo, Corte, MP, N. Austria, m. 11, fasc. 7, Instruzione al San Tomaso per il suo viaggio a Vienne, 7 agosto 1718.

67 Ibid. Francia, m. 28, fasc. 8, Lettre de Victor-Amédée II aux comtes Provana et de La Perouse, Turin, 17 octobre 1718.

68 La transmission d’un courrier entre Turin et Cagliari nécessitait d’un à deux mois (Frédéric Meyer, La Maison de Savoie du XVIe au XVIIIe siècle, Chambéry, SSHA, n°26, 2014, p. 83).

69 Un mémoire autographe de Victor-Amédée II, Revue Internationale, n°4, 1883, p.1.

70 AAE, CP, Sardaigne, 137, Lettre de Loziliere au duc d’Orléans, Turin, 2 mai 1722, f°102v. ; Ibid., 9 mai 1722, f°107r./v. ; Ibid., 140, Turin, 1er janvier 1724, f°3v. ; Ibid., 141, 10 février 1725, f°41v.

71 Alfred Mahan, The Influence of Sea Power upon History 1660-1783, Boston, Little, Brown & Cie, 1890.

72 Paola Bianchi, Fomentare e regolare le rivolte. L’intervento sabaudo nelle vicende corse durante le guerre di successionne settecentesche, in Giovanni Assereto, dir., Genova-Torino..., op. cit., p. 237-250.

73 Andrea Lercari, Patrizi e notabili liguri fra Repubblica di Genova e Corte dei Savoia, in Ibid., p. 33-56.

74 ASTo, Corte, MP, N. Austria prima add., m. 3, fasc. 2, Projet de traité à faire avec Londres et Vienne, 24 Juillet 1742.

75 Ibid., fasc.8, Traité de Worms, 13 septembre 1743.

76 Sur cette guerre, Paolo Calcagno, Lo sguardo del Savoia sul Ponente ligure: la raccolta di informazioni da parte degli ufficiali sabaudi durante l’occupazione di metà Settecento (1746-1749), in Giovanni Assereto, op. cit., p. 251-270.

77 Se référer aux correspondances des cartons suivants : ASTo, Corte, MP, N. Austria, m.17-18.

78 Lettre de Charles-Emmanuel III au chevalier Ossorio, Turin, 25 décembre 1745 in Federigo Sclopis, Delle Relazioni Politiche tra la Dinastia di Savoia ed il Governo Britannico (1240-1815). Ricerche Storiche, Turin, Stamperia Reale, 1853, p. 165-166.

79 ASTo, Corte, MP, N. Austria, m. 19, Lettre de Charles-Emmanuel III au comte de Schulembourg, 28 juin 1747.

80 Ibid., Deux instructions au comte de la Roque, Turin, 10 et 12 décembre 1747.

81 AAE, CP, Sardaigne, 225, Mémoire de Chauvelin, Turin, 30 juillet 1755, f°86v./87r.

82 Ibid., f°94r./95r.

83 Ibid., Mémoire sur les ouvertures de Monzone au nom du duc de Modène, octobre 1755, f°357r./359r.

84 ASTo, Corte, MP, N. Francia prima add., m. 2, fasc. 14, Instructions au comte Joseph Marie de Viry envoyé à Versailles, 23 juillet 1773 ; Ibid., Austria prima add., m. 11, fasc. 4, Instructions au comte de Scarnafis envoyé à Vienne, 10 juin 1774 ; Ibid., Francia, m.47, fasc.1, Instructions au comte de Scarnafis envoyé à Versailles, 2 août 1777.

85 Ibid., Lettre de Charles-Emmanuel IV au Grand-Duc de Toscane, Cagliari, 8 mars 1799, f°6r./v.

86 AAE, CP, Sardaigne, 281, Nouvelles de Cagliari en Sardaigne reçues depuis Livourne, 20 mars 1799, f°27r.

87  Ibid., [Déclaration de Victor-Emmanuel Ier], Cagliari, 24 juin 1802, f°225r.

88 Ibid., Note annexée à la lettre de François Cacault à Talleyrand, Rome, 11 août 1802, f°341r./342v.

89 ASTo, Corte, MP, Trattati nazionali ed esteri, m. 6, fasc. 1, Instructions de Victor-Emmanuel Ier au comte Saint-Marsan, Turin, 26 juin 1814.

90 Giovanni Cerino Badone, The Esseillon, the Alps and the Kingdom of Sardiania Great Strategy, in Stéphane Gal, Laurent Perrillat, dir., La Maison de Savoie…, op. cit., p. 262-264.

91 Thierry Lentz, Le congrès de Vienne, Paris, Perrin, 2015, p. 130, 232-233.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – carte
Légende Un Etat alpin qui s’ouvre progressivement sur la mer
Crédits Réalisation de l'auteur
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/6463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 2 - Carte
Légende Le comté de Nice, en construction (1575-1621)
Crédits Réalisation de l'auteur
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/6463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Ruelle, « Désenclaver le Piémont-Savoie : les aspirations maritimes d’un État montagnard  », Rives méditerranéennes, 58 | 2019, 153-171.

Référence électronique

Alexandre Ruelle, « Désenclaver le Piémont-Savoie : les aspirations maritimes d’un État montagnard  », Rives méditerranéennes [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/6463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.6463

Haut de page

Auteur

Alexandre Ruelle

Alexandre Ruelle, docteur en histoire moderne et professeur d’histoire-géographie au lycée Alfred Kastler (Cergy), a soutenu en juin 2018 à l’Université de Cergy-Pontoise une thèse sur la construction territoriale des États de Piémont-Savoie entre 1559 et 1792. Ses travaux et communications portent sur l’histoire politique, militaire, diplomatique de la maison de Savoie et de la France. Il s’est aussi intéressé au pont François Ier reliant les villes de Pont-de-Beauvoisin Savoie et Isère dans le cadre de deux articles publiés dans la revue Mnémosyne de l’Association Mémoires des Pays du Guiers.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search