Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Delpu Pierre-Marie, Moullier Igor, Traversier Mélanie (dir.), Le royaume de Naples à l’heure française Revisiter l’histoire du « decennio francese » 1806-1815

Samuel Fettah
p. 179-180
Référence(s) :

Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 481 pages

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif se présente comme une entreprise de grande ampleur : avec une introduction générale suivie de vingt-cinq chapitres divisés en cinq parties thématiques et pas moins de vingt-six contributeurs, distribués selon un éventail très largement international, il tend à offrir de nombreux éclairages sur l’histoire du royaume de Naples pendant l’épisode napoléonien, en brossant ainsi un tableau étendu, si ce n’est complet.

2Le livre est aussi ambitieux en ce qu’il cherche à se situer au croisement de plusieurs historiographies, voulant s’appuyer sur les différents chantiers et avancées scientifiques des trois dernières décennies, comme l’indique clairement l’introduction. De fait, la plupart des contributions évitent des problématiques datées, par exemple d’enfermer le Decennio francese dans les questions de l’accomplissement du Risorgimento, et tendent à s’inscrire dans la dimension européenne du moment napoléonien, ainsi que dans des approches historiographiques récentes de l’Italie moderne et contemporaine, du royaume de Naples et du Mezzogiorno.

3Plusieurs aspects et différents éclairages sont ainsi mis en valeur et marquent une avancée de nos connaissances. Il en va ainsi de la place du royaume de Naples dans les guerres napoléoniennes, à la fois en termes de position dans le dispositif militaire français et en termes d’impact de la guerre sur la société locale. A cet égard, on peut évoquer la contribution de J.-O. Boudon sur les prisonniers de guerre et forçats napolitains (chap.1) ou celle traitant de l’espionnage impérial à Naples (L. Di Mauro, chap.2) ou encore le texte de N. Cadet sur la levée des forces auxiliaires autochtones (chap.3). Un autre aspect ayant bénéficié de plusieurs éclairages significatifs se rapporte à l’Etat : réformes politiques et administratives, restructuration de la police –avec la naissance de la police « moderne » à Naples-, finances publiques – mise en place d’un système d’administration financière qui persiste ensuite- sont tour à tour évoquées avec clarté et nuance, montrant à la fois la portée souvent décisive mais aussi les limites des réformes entreprises ou projetées.

4Mais c’est l’histoire culturelle, sous ses différentes formes, qui se taille finalement la part du lion dans l’ouvrage, constituant l’essentiel des parties 3, 4 et 5. Rien d’étonnant à cela, quand on sait l’importance qu’elle a prise dans l’historiographie de l’Italie moderne et contemporaine, particulièrement parmi les chercheurs français. Culture politique et mémoire, pratiques culturelles et artistiques ainsi que circulation des savoirs sont largement déclinées à travers des contributions et éclairages variés, ainsi celle de P.-M. Delpu (chap.25) sur les Napolitains face au souvenir d’Empire (1815-1860), qui relie mémoire du Decennio et mise en place de l’identité politique locale.

5Néanmoins, cette richesse des contributions d’histoire culturelle et leur classement thématique s’accompagne d’une fréquente limitation des problématiques ainsi que d’une certaine dispersion de ces problématiques, la diversité cloisonnée des contributions, malgré le classement thématique, ne favorisant pas l’émergence d’une problématique centrale. L’on retrouve une des fréquentes limites actuelles des ouvrages historiques collectifs traitant d’un État ou d’un territoire, à savoir une grande dominante empirique qui privilégie finalement l’ajout de connaissances.

6Deux critiques majeures me semblent devoir être faites, sur des points qui sont loin d’être spécifiques à l’ouvrage et me permettront de plaider pour des réorientations historiographiques, ne serait-ce que sur l’histoire de l’Italie moderne et contemporaine.

7Le déséquilibre de l’ouvrage d’abord. Les aspects politiques et sociaux sont peu abordés, si ce n’est à travers la question policière (chap.7, L. Di Fiore, « Les modèles administratifs entre imposition et adaptation : la police « moderne » et la transformation des politiques d’identification ») ; et les contributions qui le font, en particulier celle, plus globale mais assez seule, d’Alexander J. Grab, qui porte significativement sur le royaume d’Italie et non pas sur Naples ou sur le Mezzogiorno (chap.6 « État et société dans la République et le royaume d’Italie 1800-1814 ») ont une vision limitée, en ce qu’elles ont une approche très centrée sur les politiques menées ou envisagées, donc très institutionnelle, montrant peu les acteurs, les conflits et les enjeux. La question des réformes napoléoniennes n’est ainsi pas assez vue ni suffisamment analysée. À cet égard, l’héritage historiographique des trente dernières années sur la péninsule italienne des XVIIIe et XIXe siècles est insuffisamment utilisé. Ainsi de la question, centrale et justement repensée en dehors des anciens schémas téléologiques du Risorgimento, de la modernisation des Etats italiens, modernisation qui s’étend des Lumières aux monarchies administratives du XIXe siècle, selon un trend modernisateur dans lequel il convient justement de réfléchir encore la place de l’épisode napoléonien, en particulier pour le Mezzogiorno. Ainsi, il convient de situer davantage le Decennio dans son épaisseur historique problématisée, ce que l’ouvrage ne fait en somme que timidement.

8Les acteurs sociaux locaux et leur interaction avec l’entreprise napoléonienne sont peu envisagés, alors même que les tensions et les résistances sont fortes et pèsent sur ce qui est entrepris par les autorités. Il y a luttes et conflits autour du pouvoir d’État et des pouvoirs locaux, dans un jeu dont l’explication historique est loin d’être achevée. Ainsi de la place des élites locales, anciennes ou nouvelles, dans le dispositif napoléonien : la question de la notabilité, centrale par ailleurs, n’est curieusement pas abordée. Les classes populaires sont les grandes absentes de l’ouvrage, en tout cas en tant qu’acteur de cette histoire. Révoltes, contestations, pratiques sociales et résistances apparaissent peu, ainsi que les pratiques et enjeux religieux, grands absents de l’ouvrage.

9On en finira par se féliciter de la vitalité des travaux et leur diversité ici mise en évidence dans ce projet collectif qui fait progresser notre connaissance empirique à la fois du temps napoléonien et de l’histoire italienne/méridionale, tout en appelant à investir ou réinvestir des terrains centraux mais négligés, ceux de l’histoire politique et sociale, avec les approches indispensables à une histoire problématisée portée par des historiens engagés dans la cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Fettah, « Delpu Pierre-Marie, Moullier Igor, Traversier Mélanie (dir.), Le royaume de Naples à l’heure française Revisiter l’histoire du « decennio francese » 1806-1815 », Rives méditerranéennes, 58 | 2019, 179-180.

Référence électronique

Samuel Fettah, « Delpu Pierre-Marie, Moullier Igor, Traversier Mélanie (dir.), Le royaume de Naples à l’heure française Revisiter l’histoire du « decennio francese » 1806-1815 », Rives méditerranéennes [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/6586

Haut de page

Auteur

Samuel Fettah

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals