Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Bertoni (Angelo) et Piccioni (Lidia) (dir.), Raccontare, leggere e immaginare la città contemporanea. Raconter, lire et imaginer la ville contemporaine

Denis Bocquet
p. 181-183
Référence(s) :

Florence, Olschki, 2018, 262p.

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume bilingue (italien-français) présente les résultats d’un programme de recherche collectif international et interdisciplinaire. Chaque auteur y expose tout autant l’esprit de sa démarche de recherche que les résultats de celle-ci. Le livre n’est malheureusement pas doté d’une introduction thématique et méthodologique qui aurait permis, au-delà des vagues évocations induites par la juxtaposition des verbes du titre, de faire le point sur l’état de la recherche et d’exposer les pistes explorées dans le livre. Les chapitres rédigés par les coordinateurs du volume (Lidia Piccioni sur l’usage des périphéries pour interroger l’urbain et Angelo Bertoni sur une lecture de la ville par les vides) auraient assurément pu servir de base à la rédaction d’une telle introduction. Les essais rassemblés sont cependant stimulants et méritent d’être lus en tant que contributions à la réflexion collective actuelle sur la pratique de la recherche urbaine. La plupart des auteurs ont joué le jeu d’une narration dans laquelle éléments factuels sur le terrain de recherche et dimension réflexive sur la démarche se mêlent. Renata Ago propose ainsi une lecture du rôle de diverses grandes entreprises éditoriales romaines, du guide de Girolamo Francini (1548) au plan de Giambattista Nolli (1748) ou à diverses descriptions de la ville à destination des voyageurs, dans le façonnement de l’image de la ville. Elle confronte surtout, par un fin travail d’archives, ces représentations et leur circulation à un quotidien également fait d’empiètements sur l’espace public et de micro-conflits de voisinage, proposant ainsi une méthode d’histoire urbaine qui mette à profit les interstices entre le représenté et le vécu pour dégager une vision plus socialement articulée de l’évolution de l’espace de la ville.

2Un chapitre de Francesca Capece expose ensuite les attendus d’une recherche en cours sur les Italiens rapatriés de France pendant la période fasciste et logés dans la borgata Trullo à Rome. Bruno Bonomo quant à lui consacre sa recherche à une initiative pour le logement des sans-abri à Rome dans l’après-guerre, le Villaggio San Francesco sur la via Ostiense en direction du littoral. Initiative de la bourgeoisie catholique, menée par Tito Rebecchini, frère du maire de la ville Salvatore Rebecchini (1947-1956), ainsi que par l’archéologue Antonio Maria Colini, Guglielmo Ceroni, éditorialiste au Messaggero, par l’architecte Vincenzo Passarelli et par Irene Calosi, épouse de l’ingénieur Pier Luigi Nervi, cette réalisation à la fois illustre la doctrine sociale de l’église et donne à lire les réseaux de connivence et de pouvoir au sein de l’élite urbaine. La lecture que propose Bruno Bonomo se concentre sur les rites et les symboles, moyens pour le chercheur de décrypter le rapport entre transformation de l’espace et société. En écho aux études de ce même auteur sur l’action de la Società Generale Immobiliare à Rome, Fabrizio Pedono présente sa démarche de recherche sur le rôle de cette instance dans la transformation de Palerme dans l’après-guerre, dans le contexte d’une ville dévastée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et des controverses sur les orientations du plan régulateur. Il souligne le rôle prescripteur de la Società dans l’évolution de l’imaginaire de l’habitat et illustre combien la compréhension de cette période complexe doit passer par un dépassement des dichotomies interprétatives entre spéculation et abandon.

3Dans un autre chapitre, Francesca Gallo présente la spatialité urbaine des pratiques artistiques dans les années 1970, et propose ainsi une méthode au service de l’histoire urbaine qui soit ancrée dans la narration des transformations des usages et représentations de l’espace. Pour la Rome du 17e siècle, Eleonora Canepari réfléchit à la manière en histoire urbaine de donner une visibilité aux invisibles, pauvres, mendiants, mal-logés et de relire la ville, selon une suggestion de Bernard Lepetit, en fonction de cette autre spatialité. Stefania Ficacci sur le quartier de Tor Pignattara à Rome et l’ecomuseo Casilino, illustre combien faire de l’histoire urbaine peut aussi être conçu comme faisant partie d’un processus de patrimonialisation.

4Toujours sur le cas de Rome, Carlo Cellamare, auteur par ailleurs d’une intéressante étude sur l’habitat au-delà de l’autoroute périphérique, expose une recherche sur le cas de Tor Bella Monaca, un quartier de logement social public de 30.000 habitants. Il propose la méthode de la recherche-action pour repenser les politiques non seulement de l’habitat, mais aussi de l’habiter. Caroline Roux propose quant à elle d’intéressantes réflexions sur les limites urbaines et la manière d’en faire un objet central dans les études urbaines. Elles auraient cependant gagné à être ancrées dans un cas d’étude. C’est ce que tente de faire Yann Aubry au sujet des interstices urbains à Marseille, notamment des interstices de survie, comme des baraquements sous l’autoroute A7 ou des interstices de création. Parcourir ces lieux et en documenter la consistance urbaine devient le lieu d’un retournement de perspective sur la ville. La démarche d’Elisabetta Rosa sur l’anthropologie des marges de la ville s’inscrit aussi dans cette veine, par une ethnographie visuelle du quotidien de familles Rom à Marseille. Ce chapitre se présente aussi comme réflexion sur l’usage de la vidéo comme support de recherche. Le livre se poursuit par trois chapitres sur le quartier romain de la Magliana : Marina Berardi, pour une anthropologie du quotidien avec un travail de recherche auprès des comités de quartier et des associations locales ; Rosa Tolla sur les usages inventifs de l’espace aidant à faire groupe et Giovanni Cordova sur la diversité culturelle à la Magliana. La partie finale est consacrée à la question de la temporalité, avec des contributions de Benjamin Pradel, qui invite à penser le temps dans l’aménagement de l’espace et d’Alice Sotgia, illustrant combien réinterpréter le temps c’est aussi réinterpréter l’espace. Cette auteure se concentre sur les quartiers Saint-Michel à Bordeaux et San Lorenzo à Rome, montrant la manière avec laquelle la réalisation de chrono-cartes du quotidien est une entrée vers l’émergence d’un regard différent sur la ville et sa transformation.

5De même que manque une introduction, manque clairement à cet ouvrage une conclusion qui aurait pu tenter de construire à partir de ces essais divers une convergence de questionnements et de méthodes. Même si chaque auteur dans son chapitre souligne qu’il donne davantage de détail sur sa propre recherche dans d’autres publications, il reste que le ton et le format adoptés permettent de réfléchir aux enjeux de la recherche urbaine aujourd’hui et de voir se dessiner de nouvelles approches dont la pertinence peut parfois contribuer à remettre en question les visions trop figées du rapport entre ville, temporalité et société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Bocquet, « Bertoni (Angelo) et Piccioni (Lidia) (dir.), Raccontare, leggere e immaginare la città contemporanea. Raconter, lire et imaginer la ville contemporaine  », Rives méditerranéennes, 58 | 2019, 181-183.

Référence électronique

Denis Bocquet, « Bertoni (Angelo) et Piccioni (Lidia) (dir.), Raccontare, leggere e immaginare la città contemporanea. Raconter, lire et imaginer la ville contemporaine  », Rives méditerranéennes [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/6611

Haut de page

Auteur

Denis Bocquet

Denis Bocquet, professeur à l'école nationale supérieure d'architecture de Strasbourg (laboratoire AMUP), consacre ses recherches à l'histoire de l'urbanisme, des extensions urbaines du 19e siècle aux reconstructions post-1945 et au tournant dans la manière de penser la ville survenu dans les années 1970 et 1980. Il s'intéresse aussi aux questions relatives à l'urbanisme contemporain, autour des thématiques de la transformation des périphéries notamment. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur les cas de Rome, Paris, Berlin, Dresde et Singapour.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals