Navigation – Plan du site
Dossier : Au cœur des mutations du négoce en Méditerranée

Les agents économiques et le déclin hollandais en Méditerranée entre 1763 et 1780

Un interbellum décisif à Smyrne ?
Thierry Allain
p. 93-117

Résumés

L’enquête se base sur 478 manifestes de chargement de navires hollandais, au départ ou à destination de Smyrne. Le pavillon de la République tenait toujours une grande place dans le trafic du port anatolien, malgré les difficultés des maisons de commerce hollandaises. Sensibles à une navigation sécurisée ainsi qu’à la liberté du commerce avec les Provinces-Unies, les marchands ottomans ont rendu des arbitrages favorables à l’armement maritime hollandais. Les capitaines d’Amsterdam et de Rotterdam, dans un climat oscillant entre concurrence et coopération, ont également saisi les opportunités offertes par la caravane méditerranéenne. Dans une période de restructuration séparant deux conflits majeurs, l’élargissement de l’offre hollandaise d’armement a su rencontrer une demande dynamique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La présence du pavillon néerlandais à Smyrne
Une offre d’armement maritime toujours appréciée
Des cargaisons de valeur
L’insertion dans les trafics méditerranéens
Les choix décisifs de certains acteurs économiques
Des armateurs hollandais très réactifs
Le poids des habitudes chez les chargeurs hollandais
La percée des négociants ottomans
Le poids du duo formé par Amsterdam et Rotterdam
Une diversification de l’offre hollandaise de transport maritime
Entre complémentarité et coopération
Une rivalité stimulante
Conclusion

Aperçu du texte

L’historiographie de la présence hollandaise en Méditerranée a longtemps été dominée par une vision cyclique. Bien qu’en recul, l’armement maritime hollandais dans la mer Intérieure se maintint en réalité à un niveau honorable jusqu’au milieu du xviiie siècle. Les recherches récentes ont porté sur l’essor du trafic direct effectué par les marchands ottomans entre le Levant et les Provinces-Unies, de nature à refondre les rapports entre négoce et armement hollandais. Dans le cadre d’une liberté de commerce et d’armement instituée par la République, n’importe quel opérateur économique de Hollande pouvait se lancer dans les liaisons avec la mer Intérieure. Au retour, des marchands étrangers avaient le droit de charger des marchandises vers les Provinces-Unies, en leur nom propre ou en commandite. Une Direction du Commerce Levantin et de la Navigation en Méditerranée réglait les aspects pratiques de cette ligne maritime, mais servait surtout d’instrument de lobbying aux grands intérêts ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Allain, « Les agents économiques et le déclin hollandais en Méditerranée entre 1763 et 1780 », Rives méditerranéennes, 59 | 2019, 93-117.

Référence électronique

Thierry Allain, « Les agents économiques et le déclin hollandais en Méditerranée entre 1763 et 1780 », Rives méditerranéennes [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/6925 ; DOI : 10.4000/rives.6925

Haut de page

Auteur

Thierry Allain

Université Paul-Valéry Montpellier III Centre de recherches C.R.I.S.E.S. / EA4424

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals