Navigation – Plan du site
Varia

« L’affaire Cirioni »

Fraude, évasion fiscale et substitution d’identité dans les milieux d’affaires florentins vers 1400
Ingrid Houssaye Michienzi
p. 159-181

Résumés

En 1405, Giovanni Cirioni, employé de la compagnie d’affaires de Francesco Datini, monta à bord d’une embarcation dans le port toscan de Piombino pour inciter le scribe du navire à changer la marque commerciale apposée sur un fardeau de soie et à modifier le nom de son propriétaire sur le registre de bord. La fraude fut découverte, et un procès fut instruit. Cette affaire et d’autres documents glanés dans la correspondance commerciale, contribuent à lever le voile sur les pratiques de marchands florentins qui, au sein de systèmes fiscaux organisés, et à la limite du licite et de l’illicite, manipulaient les cadres légaux pour leur propre profit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les objectifs de la fraude : ne pas payer les droits d’exportation et d’importation
Le moyen utilisé : la substitution d’identité
La procédure juridique engagée à Piombino
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Dans la Méditerranée de la fin du Moyen Âge, les marchands florentins avaient recours à des astuces fiscales ou à certaines pratiques d’enrichissement par évitement qui se déroulaient au sein de systèmes fiscaux organisés. Les autorités (royaumes, villes et principautés) commençaient alors à se doter d’un système fiscal, c’est-à-dire d’un ensemble de prélèvements se combinant dans le but de ponctionner toute source de richesse. L’expression « révolution fiscale » fut proposée pour qualifier l’introduction, en Europe occidentale, entre les xiiie et xive siècles, de nouvelles formes d’impôts reposant sur les paiements en argent et sur une fiscalité permanente. Leur mise en place, parallèlement à l’organisation d’une administration financière efficiente et à la précision des modalités de perception, fit apparaître son corolaire : les mécanismes d’évitement.

L’affaire Cirioni, qui se déroula en 1405 à Piombino, en Toscane, permet de lever le voile sur les pratiques de marcha...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ingrid Houssaye Michienzi, « « L’affaire Cirioni » », Rives méditerranéennes, 59 | 2019, 159-181.

Référence électronique

Ingrid Houssaye Michienzi, « « L’affaire Cirioni » », Rives méditerranéennes [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/7050 ; DOI : 10.4000/rives.7050

Haut de page

Auteur

Ingrid Houssaye Michienzi

Ingrid Houssaye Michienzi est chargée de recherche au CNRS (UMR 8167 Orient & Méditerranée). Docteure de l’European University Institute (2010) et auteure de Datini, Majorque et le Maghreb (14e-15e siècles). Réseaux, espaces méditerranées et stratégies marchandes (Brill, 2013). Membre actif du programme de recherche ANR ENPrESA (Entreprise, négoce et production en Europe : les compagnies Salviati, xive-xvie siècles). Ses intérêts se concentrent principalement sur les relations commerciales dans la Méditerranée de la fin du Moyen Âge avec un accent particulier sur le commerce interreligieux, les réseaux et stratégies marchandes, les méthodes et pratiques commerciales, les sociétés commerciales florentines et l’articulation entre les relations économiques et sociales. Elle porte actuellement le projet Emergence(s)-Ville de Paris intitulé "Repenser le Sahara médiéval (xiiie-xvie siècles) : documents connus, lectures inédites".

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals