Navigation – Plan du site
Varia

L’agriculture urbaine à Beyrouth, Liban

Quel rôle du foncier waqf ?
Carine Lteif et Christophe-Toussaint Soulard
p. 183-205

Résumés

En Méditerranée, l’agriculture urbaine connaît des dynamiques variées, entre déclin et renouveau. Le cas de Beyrouth au Liban permet d’illustrer cette adaptation de l’agriculture urbaine en fonction du rôle joué par les statuts fonciers agricoles. Nous portons le focus sur les terres waqf (ou habous) qui sont des biens privés inaliénables dont le revenu doit servir la communauté, sous forme d’actions pieuses. Nous identifions trois figures de l’agriculture urbaine à Beyrouth : une agriculture relique, une agriculture où la propriété waqf permet des usages multiples, et l’élevage urbain. Selon nos résultats, les waqf procurent une plus grande sécurité foncière à l’agriculture, tandis que d’autres terres privées conservent des usages agricoles exposés à une grande précarité foncière.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction : L’agriculture urbaine en Méditerranée
L’assise foncière de l’agriculture urbaine à Beyrouth 
L’agriculture urbaine sur les terres waqf
Espaces et usages du foncier agricole : une recherche de terrain
Les sites agricoles autour de Beyrouth
Des sites agricoles reliques aux relations propriété – usage(s) asymétriques
Des sites agricoles où le waqf offre des usages multiples et de longue durée
L’élevage urbain et ses spécificités foncières
Les ressorts de l’agriculture beyrouthine
Les transformations des systèmes de culture
Une agriculture de migrants ruraux
Les statuts fonciers influencent les choix productifs
Le waqf, un commun ?
Conclusion : les terres waqf, un statut propice à l’agriculture urbaine en Méditerranée ?

Aperçu du texte

Introduction : L’agriculture urbaine en Méditerranée

L’agriculture urbaine a toujours été présente en Méditerranée, sous des formes traditionnelles variées, telles les huertas de l’Ouest méditerranéen, les jardins et vergers irrigués de l’Orient, ou les oasis des zones subdésertiques (Lavergne, 1995). Depuis plusieurs décennies d’expansion urbaine, ces formes agricoles intégrées à la ville ont été fortement impactées par le processus d’urbanisation. Espaces naturels et terres agricoles ont reculé devant le développement urbain et touristique, sur le littoral notamment (Perrin, 2013).

Pourtant, les raisons qui maintenaient l’agriculture dans les villes méditerranéennes n’ont pas toutes disparu. Car, si la mondialisation des marchés agricoles permet d’importer la totalité des produits, des ruptures d’approvisionnement peuvent se produire. La crise de 2008 et les émeutes du pain qui s’en sont suivies, ont fait prendre conscience des failles du système alimentaire mondialisé. Et si l’agri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Lteif et Christophe-Toussaint Soulard, « L’agriculture urbaine à Beyrouth, Liban », Rives méditerranéennes, 59 | 2019, 183-205.

Référence électronique

Carine Lteif et Christophe-Toussaint Soulard, « L’agriculture urbaine à Beyrouth, Liban », Rives méditerranéennes [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/7098 ; DOI : 10.4000/rives.7098

Haut de page

Auteurs

Carine Lteif

Université Paul Valéry & INRA UMR Innovation, Montpellier, France

Christophe-Toussaint Soulard

Innovation Université de Montpellier, INRA, CIRAD, Supagro, Montpellier, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals