Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Ben Khalifa (Riadh), Délinquance en temps de crise. L’ordinaire exceptionnel devant la justice correctionnelle des Alpes-Maritimes (1938-1944)

Abdesslem Ben Hamida
p. 213-215
Référence(s) :

Ben Khalifa (Riadh), Délinquance en temps de crise. L’ordinaire exceptionnel devant la justice correctionnelle des Alpes-Maritimes (1938-1944), Ed. Honoré Champion, Paris 2015, 606 p. dont 506 de texte.

Texte intégral

1Il s’agit de la version légèrement allégée d’une thèse soutenue en novembre 2009 à l’université de Nice qui a permis à son auteur d’obtenir le prix départemental de la recherche historique attribué par le Conseil général des Alpes-Maritimes en 2010. Elle constitue en quelque sorte le couronnement d’une démarche initiée par notre collègue Béchir Tlili, ancien directeur du département d’histoire de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis décédé en décembre 1986, qui tenait à former des Tunisiens en histoire occidentale.

2Elle doit beaucoup à notre collègue de l’Université de Nice le professeur émérite Ralph Schor qui a dirigé l’élaboration de cette thèse et considérablement contribué à la formation de chercheurs tunisiens de l’université de Tunis. Il a notamment veillé à en faire les égaux de leurs camarades français en leur inculquant les mêmes normes scientifiques et en les rendant aptes à faire face aux mêmes exigences.

3Réalisée à partir de sources de première main, dont des archives peu ou pas exploitées auparavant par la recherche historique, cette enquête étudie à l’échelle d’un département les mécanismes et la transgression d’un ordre social que le législateur tentait de rendre plus contraignant en temps de guerre.

4Les normes universitaires relatives aux notes, à la présentation des citations, aux index et autres sont scrupuleusement respectées. La lecture est aisée et en grande partie agréable. La bibliographie nous paraît étoffée et le classement des titres par thème ne manque pas d’utilité.

5L’introduction consistante, présente la problématique, les cadres spatial et temporel, ainsi que les sources. Elle justifie le choix du sujet et du plan. Elle dénote déjà d’une bonne culture historique et atteste d’une connaissance intime de la région étudiée.

6La première partie intitulée : « L’exclusion “des indésirables” étrangers et juifs et la délinquance » confirme la présence d’un lien entre conjoncture politique et pratique de l’exclusion de certaines catégories sociales, en l’occurrence les étrangers et les Juifs et permet au chercheur de contribuer à enrichir d’une façon significative un dossier qui a fait couler beaucoup d’encre dans d’autres régions.

7Le premier chapitre suit de près la croissance du nombre des « indésirables » à la frontière depuis l’avènement du nazisme en Allemagne et surtout le durcissement du fascisme italien. Il en a résulté une intensification des réseaux de passeurs et un renforcement du contrôle des frontières par la France. La frontière des Alpes-Maritimes est spécialement concernée.

8Le deuxième chapitre focalise sur l’entrée illégale de ces « indésirables » dans ce département en y intégrant des réflexions sur l’usage des archives et sur la méthodologie adoptée. Il nous présente notamment quelques « acteurs de la falsification des passeports » et des visas d’entrée.

9Quant au troisième chapitre, il est consacré au durcissement de la condition de séjour des étrangers et son impact sur la délinquance de 1938 à 1944. Alors que le droit d’asile est bafoué, les usages de fausses cartes d’identité et la transgression des règles de circulation et du code du travail se multiplient.

10Les juifs face aux lois antisémites sont présentés dans le quatrième chapitre à partir d’un recensement assez précis et des rafles dans le département notamment celle des 26-27 Août 1942. Une étude de cas en relation avec l’usage de fausses pièces d’identité illustre leur vécu.

11La seconde partie qui a pour titre « le contrôle de la sexualité et la protection de la famille : le conservatisme à l’épreuve des transgressions » fait ressortir le décalage entre « normes juridiques » et pratiques judiciaires. En effet, elle fait apparaître une certaine indulgence vis-à-vis des délits présentés comme de véritables « fléaux » par l’idéologie officielle.

12Son premier chapitre s’intéresse au renforcement de l’institutionnalisation de la sexualité conjugale et à certaines transgressions dans ce domaine. On y apprend que l’adultère a tendance à se politiser et la lutte contre l’infidélité conjugale est parfois devenue un enjeu politique.

13L’abandon de famille, « entre crises familiales et “immixtion” de l’État dans la sphère privée », est abordé dans le troisième chapitre en tant que terrain de rencontre entre l’Historien et le Juriste. Ainsi, après l’analyse de sa « logique » à partir des paroles de coupables et de victimes, on s’intéresse à sa répression.

14Le dernier chapitre ayant pour titre « l’avortement : “une affaire de femmes”, d’hommes et d’État » est d’une grande diversité puisqu’il a recours aux différentes composantes de la recherche historique pour étudier le comportement des autorités dès leur mise en alerte face à des cas d’avortement criminel. Les enquêtes, l’expertise médico-légale ainsi que le dispositif législatif de la sanction et les peines prononcées contre les acteurs de l’avortement y sont évoqués.

15La conclusion répond aux interrogations et aux préoccupations formulées dans l’introduction avec une clarté et une concision qui ne négligent pas les nuances. Quant aux perspectives de recherche qui y sont évoquées, elles me paraissent prometteuses.

16Lors de la soutenance de cette thèse, j’avais souhaité plus de comparatisme avec des évolutions d’autres métropoles régionales françaises et pourquoi pas coloniales, pour faire davantage ressortir les spécificités niçoises. Néanmoins, nous pouvons en déduire que ce serait peut être trop demander à un jeune chercheur scrupuleux et méticuleux qui mérite déjà largement nos félicitations pour avoir démontré ses capacités d’endurance dans le travail et dont les index et les notes sont d’une précision exemplaire.

17En somme, on peut estimer qu’en adoptant une problématique originale, qui aurait peut être gagnée à être présentée d’une façon plus explicite, l’auteur a réussi à réaliser une thèse d’un apport indéniable pour l’histoire régionale. Plus de concision pour quelques chapitres et plus de courage pour oser plus de questionnements aussi judicieux auraient débouché sur une perfection qui ne peut être qu’à la portée d’historiens très expérimentés. Il n’en reste pas moins que sous sa forme actuelle cette recherche a droit à notre grand respect voire à nos éloges. Ce qui nous amène à convier nos chercheurs à s’en inspirer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdesslem Ben Hamida, « Ben Khalifa (Riadh), Délinquance en temps de crise. L’ordinaire exceptionnel devant la justice correctionnelle des Alpes-Maritimes (1938-1944) », Rives méditerranéennes, 59 | 2019, 213-215.

Référence électronique

Abdesslem Ben Hamida, « Ben Khalifa (Riadh), Délinquance en temps de crise. L’ordinaire exceptionnel devant la justice correctionnelle des Alpes-Maritimes (1938-1944) », Rives méditerranéennes [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 15 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rives/7187

Haut de page

Auteur

Abdesslem Ben Hamida

Professeur émérite université de Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals