Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Dossier. Fos - Étang de BerreAttachements, pratiques sociales ...

Dossier. Fos - Étang de Berre

Attachements, pratiques sociales et usages du territoire à l’épreuve des pollutions à Fos‑sur‑Mer et Port‑Saint‑Louis‑du‑Rhône

Comment faire face aux risques industriels chroniques ?
Christelle Gramaglia et Émilie Duchêne
p. 147-177

Résumés

La zone industrialo portuaire (ZIP) de Fos est l’une des plus importantes d’Europe. Elle s’étend sur dix mille hectares et comprend de très nombreuses usines métallurgiques, pétrochimiques et gazières, mais également des activités de traitement de déchets et de logistique. Les villes de Port-Saint-Louis du Rhône et Fos‑sur‑Mer sont situées dans son immédiate proximité. Vingt-cinq mille personnes environ y résident, sous l’influence de rejets polluants multiples. Si la presse se fait régulièrement l’écho des revendications formulées par des riverains inquiets pour leur santé, rares sont les informations disponibles sur les effets sociaux générés par ces pollutions.
Notre article s’appuie sur une enquête ethnographique menée entre 2015 et 2016, qui nous a permis de documenter les conséquences des pollutions sur l’habitabilité du territoire de la ZIP. Pour ce faire, nous avons interrogé des riverains sur leurs pratiques domestiques et environnementales, en essayant de voir comment celles‑ci étaient soit empêchées soit modifiées. Notre recherche a permis d’identifier des formes de connaissance intimes de la pollution et des pratiques d’accommodement originales destinées à limiter les risques d’exposition. Nous les avons nommées « ethnométhodes ». Nous montrons qu’elles se nourrissent des attachements forts que ce territoire suscite, malgré les meurtrissures infligées par le productivisme.

Haut de page

Dédicace

Cet article est dédié à Jacques Carle, pêcheur passionné et fin connaisseur de son territoire, lanceur d’alerte, membre et administrateur de l’Institut éco-citoyen pour la connaissance des pollutions.

Texte intégral

La recherche présentée dans cet article a été réalisée dans le cadre du projet HABIRISK qui a bénéficié du soutien du Labex DRIIHM – OHM Littoral (2015‑2016).

Introduction

  • 1 La nomenclature SEVESO, tirée de la directive européenne du même nom, désigne les installations i (...)
  • 2 Perrow, Charles, Normal Accidents: Living with High Risk Technologies, Princeton, Princeton Unive (...)
  • 3 Cohen Alison K., Richards Travis, Allen Barbara L., Ferrier Yolaine, Lees Johanna, Smith Luisa H. (...)
  • 4 Goix Sylvaine, Periot Marine, Douib Khaled, Étude d’imprégnation de la population aux polluants a (...)
  • 5 Citation de l’Agence régionale de santé, Le Monde du 12 février 2018.
  • 6 Stock, Mathis, L’habiter comme pratique des lieux géographiques, 2004, en ligne : [https://www.es (...)

1La zone industrialo-portuaire (ZIP) de Fos, créée à la fin des années 1960, est l’une des plus importantes d’Europe. Elle s’étend sur dix mille hectares à l’ouest de Marseille. Elle comprend de très nombreuses usines métallurgiques, pétrochimiques et gazières, ainsi que des activités de logistique et de traitement des déchets où officient quarante mille salariés directs et indirects. Parmi ces installations, une douzaine sont classées Seveso seuil haut du fait des risques majeurs qu’elles génèrent1. Les villes de Port-Saint-Louis du Rhône et Fos-sur-Mer sont situées dans leur immédiate proximité. Vingt-cinq mille personnes environ y résident, sous l’influence de rejets polluants multiples qui, s’ils ne dépassent pas toujours les normes, s’accumulent inexorablement, générant les conditions d’une catastrophe chronique « normale2 ». Des alertes sont d’ailleurs régulièrement émises, portées à la fois par des scientifiques, des élus locaux et des associations de riverains, et relayées par la presse régionale ou nationale. Récemment, une étude sociologique dédiée aux problèmes de santé environnementale a mis en exergue la prévalence de certains cancers et des diabètes de type 1 à Port‑Saint-Louis et Fos-sur-Mer3. De même, une recherche biomédicale de l’Institut écocitoyen pour la connaissance des pollutions (IECP), organisme scientifique indépendant, a montré que les habitants de Fos-sur-Mer étaient surimprégnés au plomb, au benzène et aux furanes4. Plusieurs décennies après les premières mobilisations qui avaient empêché que le golfe de Fos puis la ville de Fos-sur-Mer ne soient déclarés insalubres par les autorités préfectorales pour être livrés entièrement à l’industrie (cf. Daumalin, Gramaglia dans ce numéro), ces résultats tendent à confirmer que la ZIP n’est pas, aujourd’hui encore, un territoire comme les autres. Si, les autorités sanitaires reconnaissent que « l’état de santé y est fragilisé5 », qu’en est-il des conditions de vie au quotidien ? Comment les habitants vivent-ils avec les nuisances et pollutions industrielles ? Leurs pratiques domestiques et environnementales sont-elles affectées ? Quelles sont les incidences sur l’habitabilité de ce territoire, autrement dit, sur ses qualités favorisant à la fois l’ancrage et l’ouverture6 ?

  • 7 Erikson Kai, A new species of trouble. Explorations in disasters, trauma and community. New York, (...)
  • 8 Couch Stephen R., Mercuri Anne E., Toxic Water and the Anthill Effect: The Development of a Subcu (...)

2Ce questionnement fait écho aux travaux de sociologues nord-américains, Kai Erikson et William Freudenburg7, qui ont montré que les catastrophes toxiques chroniques induites par des activités industrielles se distinguent des catastrophes dites naturelles, telles les inondations, parce qu’elles n’ont ni début ni fin précis. Elles commencent généralement avant que leurs effets négatifs ne soient perceptibles, mais surtout, elles peuvent ne jamais s’arrêter. Les substances chimiques, très largement invisibles, restent dans l’environnement quand bien même les activités incriminées cessent. Elles le contaminent, comme elles affectent les êtres vivants qui y vivent, insidieusement sans limite géographique claire. Les victimes éprouvent alors le plus grand mal à s’en remettre. D’autant que les incertitudes gênent le développement de relations d’entraide. Les dégâts ne sont pas seulement écologiques ou sanitaires, mais également sociaux. C’est ce que ces deux auteurs nomment l’effet « corrosif des pollutions sur le tissu social ». Les doutes sur l’étendue spatiale et temporelle des problèmes, l’impossibilité de cerner et évaluer précisément les dégâts, mais également la circulation d’informations contradictoires dans un contexte où les responsabilités ont tendance à être diluées, ajoutent à la détresse des personnes concernées. La confiance dans les autorités baisse. La conflictualité peut augmenter et les relations sociales se déliter jusqu’à certaines formes de repli sur soi et d’anomie. C’est notamment ce qui a pu être observé à Three Lakes (Texas) dans les années 1990, suite à la découverte d’une pollution de l’eau causée par l’enfouissement illégal de déchets pétroliers8. Les chercheurs qui se sont penchés sur ce cas ont relevé l’abandon de certaines pratiques comme l’entretien des maisons et jardins, mais aussi des amitiés et unions brisées, ou encore le renoncement à devenir parent ou à allaiter, quand bien même une source d’approvisionnement en eau potable alternative a été trouvée.

  • 9 Nous tirons la notion d’attachements au pluriel de la sociologie de l’acteur-réseau pour désigner (...)
  • 10 Garfinkel Harold, Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007.
  • 11 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Par (...)
  • 12 Murphy Michelle, Alterlife and decolonial chemical relations, Cultural anthropology 32(4), 2017, (...)

3Rien de comparable n’a été observé à Port-Saint-Louis et Fos-sur-Mer. Au contraire, les habitants rencontrés ont presque unanimement mis en avant les avantages qu’ils voyaient à vivre dans ces villes industrielles littorales, et même les attachements9 forts qu’ils nourrissaient à leur égard, alors qu’ils savaient qu’elles étaient polluées et se disaient, plus généralement, préoccupés par les risques environnementaux et sanitaires. L’enquête nous a cependant permis de voir qu’ils déployaient diverses tactiques personnelles pour affronter la menace toxique. Notre article porte spécifiquement sur leurs façons de faire au quotidien, en dehors des phases de mobilisation publique, quand elles s’épuisent ou parallèlement à elles. Comme ces pratiques sont rarement explicitées et partagées, elles passent le plus souvent inaperçues. Elles sont d’ailleurs peu étudiées. Pourtant, nous considérons qu’elles constituent de véritables « ethnométhodes10 », soit des formes de connaissance intimes de la pollution, tout autant que des tactiques bricolées permettant d’apprivoiser les risques, de s’en accommoder et s’en prémunir. Elles impliquent une certaine vigilance et des modes d’engagement dans le monde qui se situent à un niveau infra-politique11. Bien qu’elles ne puissent, à elles seules, annuler le danger de l’exposition, leur compréhension nous paraît essentielle à la réflexion sur les « altervies »12, c’est-à-dire, les nouveaux collectifs générés par l’exposition à des substances chimiques, inégalement affectés, mais confrontés à la même difficulté de survivre et endurer.

4Après avoir exposé notre méthodologie d’enquête, nous reviendrons sur les histoires croisées de Port-Saint-Louis et Fos-sur-Mer, en insistant sur les attachements que ces villes peuvent susciter malgré des contraintes environnementales exceptionnelles. Ces relations particulières permettent de comprendre pourquoi les riverains de la ZIP ne souhaitent pas, pour la grande majorité d’entre eux, quitter leur territoire. Elles justifient aussi les efforts qu’ils consentent pour y demeurer. Nous conclurons d’ailleurs en analysant la portée des « ethnométhodes » que certains d’entre eux ont développées.

Mise en place d’une enquête ethnographique sur les « ethnométhodes »

Cadrage théorique

  • 13 Jasanoff Sheila, The political science of risk perception. Reliability Engineering & System Safet (...)
  • 14 Chateauraynaud Francis, Torny Didier, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’al (...)
  • 15 Freudenburg William R., Pastor Susan K., Public responses to technological risks: Toward a sociol (...)
  • 16 Piette Albert, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996.
  • 17 Gibout Christophe, Zwarterook Irénée, Gérer les risques industriels et la pollution dans le Dunke (...)
  • 18 Edelstein Michael R., Contaminated communities: The social and psychological impacts of residenti (...)
  • 19 Guattari Felix, Les trois écologies, Paris, Galilée, 1989 ; Prignot Nicolas, Félix Guattari et l’ (...)

5L’objectif de nos recherches était d’étudier, plus que les perceptions qui divisent les sociologues13, les prises particulières dont disposent les personnes ordinaires pour appréhender les risques auxquels elles sont confrontées14 dans des contextes incertains et souvent marqués par l’asymétrie des forces en présence15. Pour ce faire, nous ne nous sommes pas focalisées sur les mobilisations, déjà bien documentées par la littérature, mais sur des attitudes et tactiques plus discrètes qui, sur un mode mineur16, nous renseignent sur le rapport ordinaire et quotidien au danger, mais aussi sur les bouleversements sociaux plus profonds provoqués par la pollution. Notre analyse porte par ailleurs sur les accommodements ou « ethnométhodes » qui ont à voir avec ce que certains auteurs ont nommé des « petits arrangements » ou des « transactions » individuelles et familiales permettant de faire avec les risques toxiques17. Nous ne nous sommes cependant pas limitées à une étude des discours de mise à distance des risques. Nous avons mené une enquête ethnographique pour saisir en situation les savoirs et pratiques destinés à atténuer limpact des pollutions. Nous avons complété nos entretiens par des visites de logements, de jardins et des déambulations commentées chaque fois que cela a été possible. Celles-ci nous ont permis d’évoquer concrètement les usages domestiques et les pratiques environnementales, incluant les petits gestes qui permettent de composer avec l’incertitude et le danger. Souvent évoquées sur le ton de lanecdote dans la littérature sur les « communautés contaminées18 », les « ethnométhodes » n’ont pas, à notre connaissance, été étudiées pour elles-mêmes. Tout au plus sont-elles traitées comme des symptômes de la « corrosion ». Les enquêtes que nous avons menées sur la période récente avaient donc pour objectif de combler ces lacunes et nous pensons en avoir tiré des informations originales sur les conditions de vie dans les territoires pollués et sur les changements et contraintes que la prolifération des nuisances, des pollutions et des risques induit, autrement dit, l’expérience quotidienne de la dévastation19.

  • 20 Hirschman Albert O., Défection et prise de parole : théorie et applications, Paris, Fayard, 1995.
  • 21 Bajoit Guy, Exit, voice, loyalty…and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement, Revue (...)
  • 22 Giddens Anthony, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.
  • 23 Zonabend Françoise, Au pays de la peur déniée, Communications, no 57, 1993, p. 129.
  • 24 Scott James C. Idem.

6Nous sommes parties du modèle théorique « défection, prise de parole et loyauté » élaboré par Albert O. Hirschman20. Ce que cet auteur appelle « défection » désigne dans notre cas la solution du déménagement, tandis que « prise de parole » renvoie plutôt aux mobilisations individuelles et collectives sous leurs différentes formes. Ces options s’opposent à l’idée de « loyauté » qui suppose un soutien actif ou passif soit aux industriels pourvoyeurs d’emploi soit aux autorités chargées de réguler leurs activités. Les personnes concernées peuvent, dans ce cas, minimiser le caractère nocif des pollutions ou juger que la circulation d’information à leur propos pourrait leur être préjudiciable, par exemple, en provoquant une dépréciation de leurs biens. Elles restent donc en retrait, affichant une forme de conformisme. Ce modèle à trois entrées, souvent repris, a donné lieu à de nombreuses critiques, notamment pour ce qui concerne la loyauté qui ne permet pas de différencier l’adhésion véritable de l’apathie21. Nous avons donc choisi de le compléter en le mariant avec la typologie des attitudes face aux risques dans les sociétés modernes d’Anthony Giddens22. Le tableau 1 résume notre cheminement de la théorie à la mise en place de l’enquête ethnographique. Comment analyser les pratiques sociales de ceux qui tolèrent ce qu’ils pensent ne pas pouvoir empêcher, ou encore qui recourent à des jeux de langage et à l’humour pour apprivoiser « un univers dangereux et inconnu dans lequel il faut vivre et demeurer23 » sans les réduire au déni ? Comment rendre compte au mieux des arrangements discursifs auxquels ils recourent pour mettre à distance les risques et oublier la peur, mais aussi, de leurs petits gestes et ajustements matériels ayant le même objectif ? La plupart des personnes que nous avons interrogées n’étaient pas indifférentes au danger, tout au plus étaient‑elles amenées à l’oublier momentanément, par habitude ou parce qu’elles sont accaparées par d’autres préoccupations. Certaines se livraient tout de même à des calculs personnels pour évaluer les risques environnementaux et sanitaires auxquels elles pensaient être exposées. Leurs réactions, sans publicité, prenaient alors la forme de ce que James C. Scott a appelé les « armes des faibles24 », des actes de résistance subtile, quotidienne, non-conflictuelle et « infra-politique » dissimulées derrière un assentiment de façade.

Tableau 1 : cadre théorique et démarche d’enquête

Tableau 1 : cadre théorique et démarche d’enquête

© C. Gramaglia

Méthodes

  • 25 Ce terme doit être entendu au sens d’agrément que lui donnait François-René de Chateaubriand.

7Pour appréhender les pratiques d’accommodement discrètes qui se cachent derrière l’optimisme, l’acceptation pragmatique ou le pessimisme, nous avons souhaité mieux connaître : (1) les usages de la maison, du jardin et du territoire pouvant constituer des vecteurs supplémentaires d’exposition quand les personnes habitent, travaillent et passent leur temps de loisir dans un même lieu pollué ; (2) les activités ordinaires gênées ou empêchées entrainant une perte de jouissance et une diminution des aménités environnementales25 ; (3) les tactiques déployées pour faire face au risque de contamination, autrement dit les précautions prises pour essayer de s’y soustraire.

  • 26 Sur les seuls terrains de la ZIP de Fos, on compte environ 1 900 adhérents de la Société de chass (...)

8Ces orientations nous ont conduit à cibler des habitants de longue date de la ZIP qui avaient vécu les grandes transformations urbaines et industrielles des années 1960-1970, mais également des jardiniers, des usagers réguliers des espaces naturels environnants, soit des chasseurs, pêcheurs, cueilleurs, sportifs, randonneurs ou naturalistes amateurs, susceptibles d’être des témoins particulièrement avisés des nuisances, des altérations paysagères, des pollutions et des dégâts causés par l’industrie, dans l’espace et la durée, ne serait-ce que par leur fréquentation assidue et impliquée des lieux concernés26.

  • 27 Picon Bernard, Chasse, pêche, cueillette : un même objet support d’attitudes et de pratiques diff (...)

9Nous nous référons pour former ces hypothèses à la littérature sur les loisirs de prédation27, laquelle a montré que les pratiques visées nécessitaient une connaissance fine de l’espace et des espèces, des techniques du corps, mais aussi un usage entrainé des sens. Nous ajoutons qu’elles créent des conditions particulières d’observation au crépuscule ou au lever du jour, lors des affûts, aux moments où les usines sont accusées de rejeter le gros de leurs émanations polluantes. Les expériences de traque multiplient par ailleurs les occasions de comparer les espaces préservés et ceux qui sont altérés. Elles offrent des points de vue originaux sur le halo de fumées qui enveloppe souvent le territoire de la ZIP, par exemple depuis les bateaux, alors que l’absence de relief empêche toute vue d’ensemble depuis la terre.

Tableau 2 : entretiens mobilisés dans cet article

Tableau 2 : entretiens mobilisés dans cet article
  • 28 Les enganes sont des prairies salées caractéristiques de la Camargue.
  • 29 Les theys sont des cordons dunaires.

10Une soixantaine d’entretiens semi-directifs ont été conduits sur la période 2015 et 2016 auprès de deux-tiers d’hommes et un tiers de femmes exerçant ou ayant exercé des professions variées à Fos-sur-Mer, Port-Saint-Louis et Port-de-Bouc. Ils ont été réalisés, dans la mesure du possible, au domicile des personnes interrogées. C’était pour nous l’occasion de voir leur maison et leur jardin, de relancer plus facilement les échanges, mais aussi d’imaginer certaines questions qui portaient plus précisément sur leurs connaissances et savoir-faire, ce que nous avons appelé « ethnométhodes » et qui se sont révélées au cours de la conversation. Pour mieux les appréhender, nous avons organisé six entretiens complémentaires sur le terrain à l’occasion de déambulations commentées de plusieurs heures (dans des marais et enganes28, sur les theys29 du Rhône ou en bateau) avec des amateurs passionnés de pêche, de chasse ou des cabanonniers. Une douzaine d’autres échanges plus brefs ont été réalisés, en plusieurs occasions, avec des pêcheurs fréquentant les rives de la ZIP de Fos, malgré les interdictions. La carte ci-dessous permet de visualiser les différents espaces mentionnés et certains des déplacements que nous y avons effectués pour y réaliser des entretiens.

Carte 1 : le territoire de la ZIP de Fos

Carte 1 : le territoire de la ZIP de Fos

Sources : IGN top 25, IGN BD ortho et GPMM. Réalisation Brice Auvet

Les devenirs toxiques croisés de deux villes riveraines de la ZIP de Fos

Une double dépossession

  • 30 François, Louis, Port Saint-Louis du Rhône. Géocarrefour, vol. 7, no 3, 1931, p. 221‑240.
  • 31 Gonthier Claudie, Meyer Mireille, Port-Saint-Louis du Rhône : 1881-1981, Rapport pour la Mission (...)
  • 32 Daumalin Xavier, Désindustrialisation et ré-industrialisation à Marseille fin XIXe-début XXe sièc (...)
  • 33 La bouvine désigne l’ensemble des traditions équestres et taurines camarguaises, réinventées au c (...)

11Au xixe siècle, Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis ne constituaient qu’une seule et même commune littorale, appelée Fos-sur-Mer et dominée par un château médiéval assis sur un éperon rocheux, entourée par de vastes domaines agricoles et salicoles administrés à distance par de grands propriétaires. Port-Saint-Louis a quant à elle été créée en 1904, suite au creusement dun canal destiné à faciliter le trafic fluvial sur le Rhône, déclaré d’utilité publique par Napoléon III30. Dépourvue de territoire, la ville a été fondée sur des marécages arrachés à Fos-sur-Mer et Arles (qui elle-même avait déjà accaparée certaines parcelles appartenant préalablement à Fos-sur-Mer31). Ces modifications cadastrales marquent une première rupture territoriale, accentuée par des investissements lyonnais qui ont conduit à l’installation d’usines de stockage et de transformation des hydrocarbures au cœur de Port-Saint-Louis, dans les années 1910. Dans le même temps, Fos-sur-Mer, sous influence du patronat marseillais32, accueillait une soudière, une cimenterie et une cartonnerie. L’ensemble de ces activités a perduré jusque dans les années 1970 avant de décliner, à lexception de la cimenterie fosséenne qui fonctionne toujours. Elles n’ont pas empêché la pêche, qui, au contraire, s’est intensifiée avec l’arrivée de nouveaux professionnels et amateurs dans le golfe de Fos, consécutivement aux interdictions qui ont frappé l’étang de Berre, à partir de 1957 (cf. Allouche dans ce numéro). De même, les loisirs balnéaires ont pu y prospérer. Fos-sur-Mer, notamment, disposait d’un casino. Les plages qui la reliaient à Port-Saint-Louis attiraient de nombreux baigneurs et plaisanciers. Des cabanons étaient disposés sur toute la frange littorale et, dans les mas de l’arrière-pays, des festivités saisonnières liées à la bouvine33 représentaient un attrait supplémentaire pour les populations locales.

12Il a donc fallu attendre l’industrialisation des années 1960-1970 pour que Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis soient véritablement séparées. La construction de la ZIP de Fos résulte d’un projet ambitieux de développement du littoral méditerranéen français, à un moment où les politiques d’aménagement du territoire avaient pour objectif de doter la région marseillaise d’infrastructures capables d’assurer sa croissance, suite à la décolonisation (cf. Bartolotti dans ce numéro). Les collines de la Nerthe limitant l’expansion des installations portuaires du Port autonome de Marseille (PAM devenu depuis Grand port maritime de Marseille ou GPMM) et des usines, celles-ci ont été établies à quelques dizaines de kilomètres à l’ouest, entre les petites villes littorales de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis du Rhône, entre Camargue et Provence.

  • 34 Paillard Bernard, La Damnation de Fos, Paris, Seuil, 1981.

13La rupture, cette fois, a été physique, mais aussi économique et sociale. Les conditions de vie et les relations sociales y ont été très fortement modifiées, comme le laissait présager l’ouvrage de Bernard Paillard intitulé La Damnation de Fos34.

14D’abord, la petite route littorale qui permettait de relier les deux villes a disparu. Une nationale (RN 568) a été implantée plus au nord. Les personnes que nous avons interrogées, notamment les plus âgées, natives du territoire, nous ont précisé qu’elles avaient l’habitude d’aller en vélo de Fos-sur-Mer à Port-Saint‑Louis, ce qui est devenu très difficile par la suite, compte tenu des distances qui ont doublé et, surtout, du flux des voitures et des camions.

Photo 1 : Cabanon du They du Pégoulier, Port-Saint-Louis

Photo 1 : Cabanon du They du Pégoulier, Port-Saint-Louis

© C. Gramaglia

  • 35 Port-Saint-Louis se situe désormais à 27 km de Fos‑sur‑Mer et 40 km d’Arles dont elle dépend gran (...)
  • 36 Les coussouls désignent les plaines steppiques de la Crau au nord de la ZIP de Fos.
  • 37 Stengers Isabelle, Au temps des catastrophes : résister à la barbarie qui vient, Paris, La Découv (...)

15Les échanges se sont amenuisés. De plus, alors que la population de Fos‑sur‑Mer croissait rapidement dans les années 1970, puis était multipliée par cinq, jusqu’à dépasser les quinze mille habitants après 1990, celle de Port‑Saint-Louis se stabilisait autour des huit mille (après un pic à dix mille dans les années 1970 et 1980, juste avant la fermeture des dernières usines du cœur de ville). La première commune subissait les bouleversements d’une modernisation industrielle et urbaine à marche forcée, tandis que la seconde plongeait dans la crise, aggravée par le cloisonnement géographique35. Entre les deux, autour de la ZIP, des clôtures de barbelés ont été dressées et des gardes ont commencé à patrouiller, privant la plupart des riverains de l’accès à des lieux qu’ils fréquentaient régulièrement auparavant : non seulement les étangs, les marais, les enganes, les coussouls36 et le bord de mer, mais aussi la zone côtière où furent creusées d’immenses darses. L’emprise spatiale et sociale de la ZIP fut et demeure, encore aujourd’hui, énorme. De nombreux mas et lieux-dits prisés par les populations locales furent détruits. Les usages festifs dont ils étaient les supports, principalement les ferrades et les courses camarguaises, disparurent majoritairement à leur tour, évoquant « la tragédie des communs » qui a conduit à la privatisation de ressources environnementales au détriment des habitants, mais surtout à la dislocation des liens sociaux que ceux-ci rendaient possibles37.

Photo 2 : La ZIP de Fos vue depuis sa couronne agri-environnementale

Photo 2 : La ZIP de Fos vue depuis sa couronne agri-environnementale

© C. Gramaglia

16Les anciens parlent volontiers de ce qui a été perdu : la liberté d’aller et venir, l’abondance du gibier, des plantes sauvages, des poissons et des fruits de mer, mais également une certaine qualité de vie. La dépossession évoquée est double, une dépossession primaire des espaces où il n’est plus permis d’aller ou qui ont même disparu (par exemple, l’Etang du Gloria devenu une darse, depuis interdite aux plaisanciers), et une dépossession secondaire qui concerne les entités qui constituaient ces mêmes espaces, les espèces animales et végétales consommées ou observées, puis la qualité de l’eau ou de l’air. Les anecdotes à ce sujet abondent.

17Le témoignage de Charles est particulièrement négatif quand il s’agit de parler des pertes environnementales (PSL) :

Le Port autonome a tout pris… Tout ce qui est la darse 2, la darse 1, le terminal méthanier, le terminal pétrolier et les terminaux gaziers, le 1 et le 2 là. Tout ça, tout ce domaine magnifique qui était l’étang du Gloria ! C’était très poissonneux…

18Jean (Fos) fait un constat similaire, pointant la disparition d’un mode de vie, certes difficile, mais sain et authentique, selon lui :

On avait une vie naturelle, c’est-à-dire, au moment des champignons, on allait aux champignons, au moment des asperges, on allait aux asperges, au moment des poireaux, on allait aux poireaux, au moment de la salade, on allait à la salade. Il y avait toujours quelque chose de naturel à aller faire, à ramener à la maison. On avait vraiment une belle vie !

19Jacques (Fos) avoue quant à lui qu’il a particulièrement mal vécu les changements sociaux et paysagers provoqués par la construction des usines et l’afflux soudain de milliers d’habitants, venus notamment de Lorraine où le plan Dherse supprimait 16 000 emplois dans la sidérurgie, en 1971 :

Il y a eu de grands bouleversements, la nature, tout… En 70, ça a été terminé, on a commencé à mettre des barrières. Alors, chose qui n’existait pas chez nous, ces barrières et ces clôtures… C’est les gens qui sont arrivés qui ont monté des murs de partout…

Une attractivité persistante

  • 38 Daumalin Xavier, Laffont-Schwob Isabelle, Barthélemy Carole, Desrousseaux Maylis, Heckenroth Alma (...)

20Les plus vieux appellent l’ancien Fos-sur-Mer « moun païs » pour « mon pays » en Provençal ou n’hésitent pas à le qualifier de « petit paradis » pour sa plage, son casino et ses cabanons aujourd’hui détruits. Le Port-Saint-Louis d’avant est, quant à lui, nommé « pays de cocagne » et « garde-manger », en référence à la prodigalité de son environnement. C’est tout un mode de vie palustre et littoral en partie perdu qui est convoqué avec les souvenirs. Ceux-ci expliquent d’ailleurs les attachements qui perdurent malgré la confusion occasionnée par le développement de la ZIP, comme c’est le cas dans les Calanques de Marseille, où l’attrait résidentiel est si fort qu’il relègue le danger au second plan38. Pour certains, l’industrialisation a été synonyme de catastrophe du fait de la dépossession déjà évoquée. Pour d’autres, elle a imposé des contraintes fortes, compensées par certains bénéfices, notamment sociaux et économiques. Plusieurs des personnes rencontrées ont ainsi tenu à expliquer pourquoi elles souhaitent demeurer dans leur ville, en dépit des nuisances, de la pollution et des risques. Ce qui fait que l’attractivité de ces deux communes persiste, c’est la proximité de la mer, la possibilité de s’adonner à de nombreux loisirs de plein air, d’oublier momentanément les usines pour profiter des aménités environnementales du territoire, sans la pression touristique que connaît le littoral languedocien.

  • 39 Cet espacement entre les installations industrielles a été souhaité par les autorités portuaires (...)
  • 40 Cette couronne agro-environnementale gérée de manière concertée par le GPMM, le Parc naturel régi (...)

21Il faut en effet préciser que seuls vingt pour cent des dix mille hectares de la ZIP de Fos alloués aux usines sont effectivement consacrés à la production industrielle39. Le reste est conservé à l’état de zones humides et de coussouls gérés par les industriels. Les usines sont également bordées au nord par une couronne agro-environnementale de trois mille huit cents hectares dédiés principalement à l’élevage extensif de taureaux, de chevaux et de moutons. Cinquante mille hectares supplémentaires sont classés en zones de protection spéciale au titre de la Directive Natura 2000 eu égard à leur richesse biologique40. Il s’agit de paysages hétérogènes également composés de zones humides et de coussouls. Au Sud, on trouve aussi trois cents hectares de theys et cent trente hectares de marais, pareillement protégés. Le contraste est fort entre la ZIP, ses installations portuaires et ses usines imposantes, bruyantes, lumineuses la nuit et émettrices, pour la plupart, de fumées colorées et nauséabondes, chargées de poussières qui peuvent saturer les sens, et ces vastes étendues presque sauvages, où pousse une végétation rustique, adaptée aux rudesses du climat méditerranéen. La mer n’est cependant jamais loin, avec ses supertankers, ses cuves d’hydrocarbures ou de gaz, mais aussi ses promesses de plaisirs halieutiques et balnéaires.

Attachements port-saint-louisiens

22Cette proximité avec des espaces riches du point de vue écologique est particulièrement mise en avant par les Port-Saint-Louisiens. Ainsi, Bernard (PSL) originaire de Marseille met l’accent sur ce qui l’a attiré, même s’il signale des dégradations irréparables :

Je suis arrivé ici, et pour moi c’était le pays de cocagne parce que je suis chasseur, je suis pêcheur, j’aime les rapports humains bien entendu, et d’entrée, les rapports humains à Port-St-Louis sont [des rapports d’entraide]… Mais, depuis l’arrivée du golfe de Fos, ça a été fichu…

Il ajoute : 

Quand on habite ici, il faut savoir pourquoi on y habite. On habite ici parce qu’on pêche et qu’on chasse. On supporte les moustiques, le mistral, la poussière, les usines. C’est pour ça qu’on est là, sinon on n’est pas là.

23Pour Yvan, il était d’ailleurs impensable de partir, malgré des diplômes qui lui laissaient entrevoir une carrière d’ingénieur ailleurs :

Pour quelqu’un qui aime la nature, ici il a tout ce qu’il veut quoi, sans parler que de chasse et de pêche, même quelqu’un qui aime les promenades, qui aime prendre des photos, la nature… Moi, je partirai pour rien au monde ! J’ai quitté un bon travail pour revenir ici.

24Il estime qu’il y a encore des coins préservés où s’adonner à ses passions, la chasse et la pêche, mais aussi l’observation naturaliste. Sa profession exercée directement sur le port, avec une organisation du temps spécifique, lui permet d’aller régulièrement, si ce n’est quotidiennement, dans les marais qu’il affectionne.

25Édouard (PSL) pense de son côté que Port-Saint-Louis, sa ville est : « Un trou, il faut dire que c’est un trou, mais on a la tranquillité… »

26Il précise :

On se connait tous. On est tous imprégné de cette nature, de cette chasse traditionnelle et tout ça. On est à fond là-dedans. En plus, le port il y a un certain lien. Les dockers, c’est une famille assez particulière quand même, une corporation.

  • 41 Gonthier Meyer, idem.

27Il fait référence à une communauté de vie centrée sur une histoire, des origines sociales et géographiques méditerranéennes (des descendants de Grecs et Italiens, pour beaucoup, qui ont fondé les premiers quartiers de Port-Saint-Louis41), une profession et des valeurs partagées en prise avec les spécificités d’un milieu quasi-insulaire.

  • 42 Nicolas, Laurence, La plage de Beauduc : entre communitas et utopie. Géographie et cultures, no 6 (...)
  • 43 Le recrutement se fait d’ailleurs sur une base essentiellement familiale, ce qui tend à fermer l’ (...)

28Une certaine amertume se dégage toutefois des entretiens. Les attachements restent, mais les discours sont très critiques, y compris dans les jeunes générations. Seules sont valorisées les aménités environnementales locales, supports d’une sociabilité populaire spécifique liée à la chasse et la pêche, mais aussi aux cabanons42, habitations saisonnières des marais qui subsistent malgré diverses pressions règlementaires. La ville se bat en effet contre les difficultés sociales et environnementales. Ses habitants se vivent comme dépossédés et même assiégés pour certains, le développement du Port n’ayant pas compensé les pertes d’emplois industriels43. À tel point qu’ils ont énuméré tous les problèmes rencontrés : l’isolement, les difficultés économiques et les pollutions, auxquels se rajoutent diverses pressions liées à l’application des règlementations en matière de lutte contre les risques naturels et technologiques, ainsi que les limites aux déplacements et loisirs de prédation imposées par les mesures de protection de la nature. Dans ce contexte, la possibilité de quitter la ville pour aller s’ensauvager dans les marais, ou simplement occuper les marges, est pensée comme un moyen d’échapper aux contraintes et problèmes du quotidien. Pour certains il s’agit de répéter les gestes d’un passé réinventé, pour d’autre c’est l’occasion de s’y livrer à des pratiques transgressives telles le braconnage.

29Même si les loisirs de prédation, notamment la chasse et la pêche, sont surtout des pratiques masculines, les femmes revendiquent aussi des attachements à ce territoire, telle Catherine (PSL) qui milite au sein d’une association pour la préservation d’un mode de vie associé aux cabanons. Cela inclut les moments de convivialité et les agapes au cours desquels les produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette sont partagés. Elle évoque les différents sujets qui la préoccupent.

30Malgré ses critiques, elle n’hésite pas à dire son admiration pour les paysages du golfe de Fos ou des bords du Rhône.

31Nous pouvons dès lors affirmer que les aménités environnementales sont une des raisons principales pour lesquelles les Port-Saint-Louisiens valorisent leur cadre de vie, jusqu’à revendiquer pour certains cabanons situés sur le domaine du GPMM le statut de véritables maisons, caractéristiques de l’histoire et la géographie singulières de leur commune.

Attachements fosséens

32Par comparaison, à Fos-sur-Mer, les discours sont moins véhéments. Ils sont même parfois teintés d’optimisme. Les habitants interrogés, qui appartiennent à des groupes sociaux plus diversifiés, évoquent de nombreux autres avantages, au-delà des seules aménités environnementales (et les loisirs de chasse ou pêche). Ainsi, Nicolas (FOS) pèse le pour et le contre. Il apprécie toujours son cadre de vie, malgré la pollution :

Fos est bien parce qu’on a un environnement, je veux dire, qui est très agréable. On est dans un endroit, dans un cadre de vie, avec ce paradoxe d’un milieu industriel qui parfois est inquiétant, pour les raisons qu’on sait, et à la fois un cadre de vie avec des étangs qui sont magnifiques, avec une faune extraordinaire, les salins de Fos, c’est un endroit merveilleux… Et tout ça à deux pas d’un site industriel…

33Pour Isabelle (FOS), la proximité de la mer permet de compenser partiellement les désagréments, même si des inquiétudes en matière de santé subsistent :

Après, vivre ici c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses pour les enfants. On a quand même les plages. Quand on est sur la plage, on voit les pétroliers… C’est vrai que ça gâche un peu tout, mais on est quand même gâtés, je pense.

34Il est à noter que Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis du Rhône, villes ouvrières pour ce qui est de l’emploi industriel et de la faiblesse relative du niveau d’études de leurs populations (cf. tableau 3), n’ont pas bénéficié des mêmes retombées économiques.

  • 44 Girard Nicole, Déséquilibres habitat-emploi et finances locales : l’exemple de la région Fos-Étan (...)

35La plupart des installations industrielles sont situées sur le territoire fosséen, même si la commune en a perdu, en grande partie, la maîtrise foncière au profit du PAM puis du GPMM. Cela donne à Fos-sur-Mer des moyens financiers conséquents et surtout la possibilité de limiter les impôts sur les ménages jusqu’à créer des déséquilibres avec les communes voisines44. Alors que les taux de chômage et de pauvreté sont plus élevés à Port-Saint-Louis, notamment ceux des jeunes et des femmes, le revenu médian y est également inférieur (INSEE, données communales 2013). À cela, s’ajoutent des équipements collectifs et des dépenses publiques de moindre ampleur. Les habitants de Fos-sur-Mer ne s’y trompent d’ailleurs pas quand on les questionne, ils évoquent immédiatement les avantages sociaux et matériels dont ils bénéficient. Ils apprécient la convivialité de leur ville, rendue possible par un tissu associatif dense, largement subventionné par la mairie, comme l’exprime Hervé (FOS) :

Fos est une ville que j’adore. Parce que c’est une ville où on y est bien, il fait bon vivre. Si on met un grand mur sur ce paysage un petit peu pollué du côté des usines, je veux dire, c’est une ville où on se connaît, ce n’est pas la grande ville, ce n’est pas la petite ville. Tout le monde se connaît, on échange… Que ce soit du sport, que ce soit des associations, que ce soit culturel, il y a de quoi faire je veux dire. Alors merci, les usines ! Oui, c’est l’ambivalence…

36Il met en avant les attraits pluriels de sa ville, son offre culturelle mais aussi la diversité des loisirs de plein air, en particuliers maritimes, qui s’y sont développés.

Tableau 3 : caractéristiques socio-économiques

Tableau 3 : caractéristiques socio-économiques

Source Radioscopies SIG MMP 2016, sélection C. Gramaglia

Des motivations contrastées

37Même s’il est compliqué de se loger à Fos-sur-Mer du fait des contraintes sur le foncier et l’urbanisme imposées par la proximité de la ZIP et d’un aéroport militaire à Istres, la commune demeure attractive, ne serait-ce que par la taille et le confort de la plupart de ses logements où vit une proportion de jeunes ménages et de propriétaires plus importante que dans le reste du département (61 % contre 51 %, cf. tableau 3). Beaucoup des personnes interrogées nous ont avoué avoir pensé à en partir, mais sans s’y être résolues.

38Parfois c’est l’interviewé lui-même qui n’a pas voulu, parfois c’est son conjoint, avant tout pour des raisons de sociabilité. La présence des proches, la qualité et le dynamisme des relations sociales, les équipements et les services publics, notamment sportifs et culturels, sont les principales motivations. Viennent ensuite les avantages liés à la proximité d’un bassin d’emploi, mais aussi les environnements littoraux agréables qui compensent la présence des usines. Cela n’empêche pas les habitants de se poser des questions. Nombreux sont en effet ceux qui se livrent à des évaluations personnelles des risques et des bénéfices. Leur bilan est globalement positif, du fait des avantages matériels évoqués, supports d’une vie sociale riche, mais il repose sur un équilibre fragile, susceptible d’être remis en cause à chaque nouvelle alerte environnementale ou sanitaire.

39À Port-Saint-Louis, des contraintes foncières existent aussi, mais elles sont différentes. L’enjeu est surtout de dépolluer les anciennes friches industrielles pour en faire des espaces constructibles entre le fleuve et la mer afin de renouveler une population vieillissante. Les attachements eux-mêmes varient sensiblement. Ils relèvent moins du registre de la compensation économique ou sociale que de l’échappatoire. Les aménités environnementales n’y constituent pas une contrepartie octroyée dans le cadre d’un quelconque arrangement (dont les riverains sont largement exclus, à l’exception peut-être des dockers), mais la première des motivations des habitants. S’ils vivent sur ce qu’ils nomment parfois « une île » ou qualifient moins élogieusement de « trou » les conditions de vie se sont dégradées, c’est d’abord pour demeurer dans l’immédiate proximité de lieux où ils peuvent s’adonner à des loisirs de prédation, instituées en véritables passions et marqueurs culturels. Dans ce contexte, les usines et leurs pollutions sont perçues comme un fardeau. Les réconforts identifiés sont (1) la taille des logements, plus grands que la moyenne par rapport au reste du département (cf. tableau 3) – quand bien même ils sont plus souvent qu’à Fos-sur-Mer loués – et (2) les relations d’entraide déjà évoquées.

Un devenir commun

  • 45 Osadtchy Clara, Conflits environnementaux en territoire industriel : réappropriation territoriale (...)
  • 46 Retière Jean-Noël, Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, (...)
  • 47 Mah Alice, Devastation but also home: place attachement in areas of industrial decline.Home Cultu (...)

40Ainsi, les différences sur les plans sociologique et économique se sont creusées entre Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis depuis les années 1960, suite à leur éloignement géographique. Toutefois, les questions environnementales et sanitaires semblent avoir replacé les deux villes sur une même trajectoire d’infortune. Leurs habitants sont en effet exposés à des nuisances et des risques comparables, en fonction de l’orientation des vents. La dispersion et l’accumulation de substances toxiques, insuffisamment documentées, y génèrent de nouvelles relations, invisibles, mais bien actives. Les associations de défense de l’environnement l’ont compris puisqu’elles ont manifesté ensemble contre l’incinérateur45. Leur slogan commun était : « Ni partir, ni mourir, vivre ici ! ». Le « ici » désignant ce quils ont en partage, un lieu affecté par les pollutions qu’ils ne veulent pas quitter. Au-delà des attachements évoqués, le refus du départ s’explique aussi, surtout pour ces habitants issus des milieux populaires, par la nécessité de préserver les principales ressources dont ils disposent, non seulement celles qu’ils puisent dans l’autochtonie en tant qu’ancrage territorial, mais aussi l’insertion dans un réseau social local46. Comme dans d’autres sites industriels, la pollution n’est qu’un souci parmi d’autres, qui ne justifie pas que les riverains renoncent à la stabilité47. D’ailleurs, la proportion de personnes habitant le même logement depuis plus de dix ans est supérieure dans la ZIP de Fos que dans le reste du département (cf. tableau 3).

Habiter un territoire industriel et faire face aux pollutions

Choix résidentiels

41Si les questions de cadre de vie influencent de plus en plus les choix résidentiels, notamment dans les catégories sociales privilégiées, elles n’expliquent pas à elles seules les décisions des ménages, comme l’ont montré des géographes48. L’ancrage communal reste le principal critère d’arbitrage, avant même les motivations économiques. Les aménités environnementales quant à elles, sont principalement valorisées par les personnes qui ont grandi dans des territoires ruraux ou bien celles qui pratiquent des sports et loisirs de plein air. À ce titre, les villes industrielles de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis demeurent attractives. La plupart des habitants rencontrés, sauf exception, nous ont dit ne pas vouloir quitter les villes riveraines de la ZIP, en dépit des pollutions. D’ailleurs, nous n’avons pas pu approcher de ménages en situation de défection qui auraient souhaité partir pour ces raisons. Tout au plus savons-nous, par un notaire, qu’un article de presse faisant état d’une prévalence anormalement élevée de cas de leucémies et infarctus à Fos-sur-Mer, suite à la publication d’un rapport des autorités sanitaires en 201149, a provoqué l’annulation d’un compromis de vente immobilière. Dans ce cas, ce sont des personnes qui devaient s’installer dans la commune qui y ont renoncé, à cause de la pollution et des risques industriels. Nous avons également recueilli plusieurs anecdotes concernant des travailleurs de la ZIP qui seraient allés habiter le plus loin possible, à Arles ou Saint-Gilles dans le Gard, pour soustraire leur famille au danger, sans pouvoir vérifier ces dires. La stabilité des habitants des deux communes est d’autant plus significative que quasiment personne parmi les habitants de Fos-sur-Mer et Port-Saint Louis interrogés ne nous a indiqué être dans l’incapacité financière de déménager. Un couple de notre échantillon seulement, celui formé par Yves et sa femme (ancienne professionnelle de santé), s’est posé la question de partir une fois la retraite venue, mais après avoir cherché un lieu protégé de la pollution où l’immobilier serait abordable, ils ont renoncé, préférant garder leur jolie maison de Port-de-Bouc avec vue sur la mer. Ils ont alors fait le choix de s’engager auprès d’associations environnementalistes locales, et ont progressivement changé leurs pratiques, en installant des filtres à eau et à air dans leur logement, et en privilégiant les aliments issus de l’agriculture biologique. A contrario, nous avons trouvé des personnes qui ont décidé de revenir à Fos-sur-Mer une fois à la retraite, alors que leur carrière les avait amenés à changer de lieu de résidence plusieurs fois. Le témoignage d’Olivier (Fos) souligne quelques-unes des aménités environnementales spécifiques à Fos-sur-Mer. Sa décision de revenir s’y installer a été murement réfléchie. Amateur de nautisme, plongeur, c’est la mer et le soleil qui l’ont motivé, puis les relations amicales qu’il avait gardées sur place. Cependant, il ne s’est pas installé dans n’importe quel quartier. Il s’est servi de ses compétences de marin pour sélectionner le lieu qui lui semblait le moins exposé aux pollutions :

On s’est installé ici parce que j’ai calculé qu’on n’était pas sous le vent dominant des usines. Parce que les gens qui habitent dans le centre-ville vers la Saladelle, je ne sais pas si vous connaissez un peu Fos… Eux, ils sont sous le vent dominant d’ESSO. À partir du mois de juin, c’est le sud-sud-ouest, mais alors tous les après-midis, je vous assure que c’est une catastrophe. Ils ont du mal à respirer. Alors que là, nous, on est moins impactés, même si on est plus proche… […]. En étant marin, je suis très sensible à tout ce qui est vent.

  • 50 Dron Julien, Chamaret Philippe, Marchand Nicolas, Temime-Roussel Brice, Ravier Sylvain, Sylvestre (...)

42Le constat qu’il fait a été corroboré par les mesures réalisées par l’IECP, lesquelles minorent l’exposition du quartier des carabins, contrairement à ce que la proximité des installations industrielles pourrait laisser croire50.

Abandon de certaines pratiques

  • 51 Frickel Scott, Gibbon Sahra, Howard Jeff, Kempner Joanna, Ottinger Gwen, Hess David J., Undone sc (...)

43Au-delà de cet exemple assez exceptionnel, on peut considérer que ceux qui restent, en raison des attachements déjà évoqués, sont confrontés à l’obligation de faire face aux pollutions et aux risques qu’elles génèrent, sans savoir toujours comment s’en prémunir efficacement. Certains ne modifient rien à leurs habitudes, compte tenu des incertitudes et même des ignorances sur l’étendue des risques environnementaux et sanitaires51. D’autres ont compris qu’ils devaient changer leurs façons de faire. Souvent, c’est un événement déclencheur qui les a décidés. Par exemple, François avait participé à l’étude d’imprégnation aux PCB du WWF dont les résultats ont été publiés en 2008. Il a découvert, à cette occasion, qu’il était « beaucoup intoxiqué » et déclare acheter désormais son poisson en supermarché. Il n’en a pas forcément parlé autour de lui. Il s’agit d’un choix personnel, d’un accommodement silencieux imposé par la situation, mais également d’une perte de jouissance ni évaluée ni dédommagée. Le père de Jeanine (PSL), lui, a été marqué par un empoisonnement alimentaire qu’il a imputé à la pollution dans les premières années d’activité de la ZIP, au point de renoncer à cueillir des champignons :

Mon père était un professionnel du champignon. Il en ramassait près de l’usine à gaz de Fos. Il en donnait, mais une fois il a rendu malade tout le monde. On est allé aux toilettes toute la nuit ! C’est la pollution qui s’est fait sentir dès 74-75. Après, il n’y est plus allé.

44Après l’incident, il a simplement délaissé cette pratique, sans divulguer ses motivations ni son insatisfaction.

L’obligation de « faire avec »

45En dehors de ces cas de renoncement, nous savons que beaucoup d’amateurs continuent à s’adonner à leur activité qu’il s’agisse de chasse, pêche ou cueillette. La plupart se disent trop « ancrés » ou « mordus », même s’ils ne sont pas insensibles aux alertes environnementales et sanitaires. Certains évoquent même des problèmes de santé précis, des yeux et des nez qui piquent, des symptômes asthmatiques ou des maladies. De même, les nuisances et les pollutions ont des effets concrets sur leur vie quotidienne à Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis. Le bruit, les poussières, les fumées et les odeurs rappellent à tout un chacun que les usines sont proches et qu’elles rejettent des substances chimiques potentiellement nocives. Ils sont alors nombreux à bricoler ces « ethnométhodes », mobilisant leurs connaissances des lieux et les informations dont ils disposent pour se livrer à leur propre évaluation des risques. L’objectif est de qualifier le danger et, le cas échéant, de composer avec lui. Le plus souvent, on observe des petits ajustements de précaution destinés à réduire l’exposition sans remettre en cause les modes de vie. Peu de riverains sont en effet prêts à des changements majeurs qui nuiraient à leurs pratiques domestiques, sociales et environnementales. Au contraire, ils imaginent et bricolent des solutions leur permettant de les maintenir. Il s’agit bien d’« ethnométhodes » et de tactiques d’accommodement destinées à maintenir l’habitabilité de leur territoire. Comment en effet imaginer la vie sur le littoral sans profiter des agréments qu’il offre ? Les riverains sont obligés de ruser avec la situation pour réduire les contraintes. Plusieurs cas de figure ont été observés selon les domaines, soit les usages de la maison et des espaces domestiques, les pratiques d’autoconsommation en particulier, les sports de plein air et les activités naturalistes. Nous allons maintenant les examiner les uns après les autres.

L’hygiène de la maison et l’état des biens

46Nous avons relevé que dans les habitations, sur les terrasses et dans les jardins, des efforts d’entretien particuliers étaient parfois déployés pour maintenir un niveau d’hygiène suffisant et même éviter les dégradations. Ainsi, Véronique (FOS) évoque les moments de convivialité perturbés par le dépôt de poussières noires sur sa terrasse :

Moi, il m’est arrivé de mettre la table dehors, par exemple à six heures du soir, parce qu’on attendait des amis. Une heure après, vous passez la main, et il y a cette espèce de calamine qu’on retrouve aussi dans la maison… Toutes ces particules brillantes noires…

47Aussi, vérifier l’état de propreté de son mobilier extérieur est devenu un réflexe pour elle.

48Didier (FOS) explique quant à lui : « ça fait partie de notre quotidien, ça. Aujourd’hui avec l’aspirateur ça va mieux, on le voit moins ». Il a changé ses habitudes, optant pour un aspirateur plus efficace qui fait disparaître les poussières importunes dans le sac. Si sa gêne visuelle en a été diminuée, des symptômes respiratoires lui rappellent régulièrement qu’il est exposé aux pollutions.

49D’autres biens des foyers, tels les voitures ou les bateaux, sont aussi affectés. Ils sont salis et abimés par des poussières corrosives. Olivier (FOS) indique :

Il y a une poussière énorme, le minerai, les bateaux sont couverts toutes les semaines. Je vais vous amener si vous voulez voir, on constate que les bateaux, ils sont même piqués, le plastique est piqué. Là, c’est flagrant, parce que le minerai quand il s’envole… On essaie de le laver et de le nettoyer au maximum, mais… C’est une catastrophe.

50Alors que sa maison du quartier des Carabins semble relativement épargnée, ce n’est pas le cas de son bateau amarré au port de plaisance et sous l’influence de vents moins favorables.

51À Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis, des habitants nous ont dit retrouver régulièrement des petites paillettes rouillées au fond de leur piscine, ce qui les oblige à des nettoyages plus réguliers et plus soutenus. Plusieurs origines et couleurs sont indiquées par les interviewés : les poussières du terminal céréalier concernent plus spécifiquement Port-Saint-Louis, des dépôts métalliques noirs, oranges ou blancs sont au contraire mentionnés dans les deux communes. Tous les habitants rencontrés évoquent une gêne. Toutefois, contrairement à ce que nous aurions pensé, ils ont souvent, sauf exception, du mal à estimer le surcroit de ménage occasionné.

Relocalisation des pratiques

52Plusieurs des riverains que nous avons rencontrés ont déclaré posséder une résidence secondaire à la campagne. Ce qui nous a semblé anecdotique au départ, s’est révélé constituer une véritable « ethnométhode » de lutte contre les conséquences de la pollution. Pour certains, c’est le moyen de respirer un air de meilleure qualité ainsi que l’exprime Simon (FOS) :

Quand je suis parti en retraite, il y a quelques années, j’ai acheté une maison en Ardèche. Une vieille maison en pierre. J’y monte à peu près tous les 15 jours ou toutes les trois semaines pour m’oxygéner [rires]… C’est un compromis… Parce que ma femme ne veut pas bouger.

53Pour lui, partir en Ardèche est l’occasion aussi d’y jardiner « écolo », c’est-à-dire dans le respect des principes de l’agriculture biologique pour compenser « toutes les retombées » industrielles auxquelles il se sait exposé.

54Pour d’autres, ces villégiatures sont avant tout destinées à maintenir des habitudes de prélèvement. Paul (FOS) le revendique sans difficulté :

On va dans les Cévennes, du côté du Vigan et on loue. Ça fait une vingtaine d’années maintenant… […]. Eux, c’est pas pollué du tout, donc ils ramassent les fruits… Moi, je vais cueillir des champignons. Là-bas, j’ai mon petit coin et, ce que je ne peux pas trop faire ici, je le fais là-bas.

55Il partage les préoccupations d’Edouard (PSL) qui n’a pas arrêté de chasser dans les environs de la ZIP, mais préfère relocaliser ses pratiques de cueillette :

Ici je vous dis franchement, je ne ramasse plus rien par rapport à Solmer [aujourd’hui Arcelor-Mittal] et tout ça. J’ai levé le pied par rapport à la dioxine et tout ça… À une époque, j’ai ramassé un peu de thym, un peu de champignons dans la Crau… […]. Bon la chasse je suis trop ancré pour dire que je vais arrêter, pour ne pas manger un canard de temps en temps, mais tout ce qui est cueillette, je me rattrape dans les Cévennes ! [rires].

  • 52 Gonthier Meyer, Ibidem.

56Il ne s’agit pas de dire que ces personnes ont acheté ou louent leurs maisons secondaires seulement à cause des nuisances et de la pollution quelles ne peuvent éviter sur leur lieu de résidence principal, engageant pour ce faire des frais importants. Claudie Gontier et Mireille Meyer, dans leur rapport d’enquête ethnographique sur Port-Saint-Louis52, avaient déjà relevé un nombre important de villégiatures à la montagne qu’elles interprétaient comme une façon d’échapper à un « environnement hostile », c’est-à-dire soumis aux vents violents et pauvre en arbres. Toutefois, nous considérons que les conditions environnementales dégradées sous l’effet de l’industrialisation ont favorisé la relocalisation de certaines pratiques. A posteriori, les interviewés ont confirmé qu’une de leurs motivations était bien de se soustraire, par intermittence, aux risques. Ils se racontent parfois sur le ton de l’humour, comme pour accentuer, l’ironie de leur situation, la démesure de leurs problèmes et les moyens dérisoires dont ils disposent pour y faire face.

Modification des habitudes de prédation

57De manière plus précise, les entretiens nous ont permis de mettre à jour de très nombreuses inquiétudes concernant les produits de consommation issus du jardinage, des loisirs de prédation ou encore des réseaux commerciaux locaux. Celles-ci se cristallisent sur les poissons et fruits de mer, notamment suite à la crise PCB des années 2007-2013 qui avait conduit à une interdiction temporaire de consommation de certaines espèces provenant de l’embouchure du Rhône. Il s’agit d’un choix personnel, d’un accommodement silencieux imposé par la situation, mais également d’une perte de jouissance, pas évaluée et encore moins compensée. Les habitants de Port-Saint-Louis interrogés n’ont pas manqué de nous le rappeler. À l’époque, beaucoup de pêcheurs avaient déplacé leur activité depuis le fleuve jusque dans le golfe de Fos, plus près des usines. Les nouvelles alertes concernant la santé environnementale dans la ZIP qui ont circulé en 2018 n’ont pu qu’ajouter à leurs craintes, alors que cet espace maritime concentrait à son tour toutes les suspicions. S’ils se posent des questions sur la mobilité des poissons qu’ils attrapent et sur leur possible exposition à des contaminants d’origines diverses, comme les Fosséens, leurs déclarations sont ambivalentes.

Photo 3 : pêcheur sur le quai de Goulevielle, zone portuaire interdite

Photo 3 : pêcheur sur le quai de Goulevielle, zone portuaire interdite

© C. Gramaglia

58D’un côté, les personnes rencontrées voudraient être correctement informées, d’un autre, elles redoutent de nouvelles restrictions ou interdictions. Dans le doute, elles hésitent, se livrent à des évaluations personnelles du danger et ajustent leur comportement sans contrainte extérieure, discrètement pour la plupart. Dans ces circonstances, la prise de risque pour soi ou les proches de la même génération est évoquée posément, mais quand il s’agit des enfants ou des petits-enfants, les appréhensions se font plus vives. Elles peuvent donner lieu à des mesures d’évitement ou de précaution plus strictes.

59Ainsi, Claude (PSL) nous a exposé ses doutes. Il continue à pêcher dans le golfe de Fos, mais précise : « On fait manger du poisson aux petits-enfants et on n’a pas la conscience très nette ».

60Pour Yvan (PSL), qui consomme en famille plusieurs fois par semaine les poissons qu’il pêche, les inquiétudes ont été plus ponctuelles et liées à certaines espèces de fond dont il pense, sans en avoir la preuve, qu’elles accumulent plus que d’autres les contaminants : « Pour vous dire la vérité, fut un temps où j’évitais un peu de donner du poisson blanc à mes enfants, les soles, les plies, enfin les poissons qui vivent dans les sédiments ».

61D’autres, à défaut d’information, ont modifié durablement leurs pratiques pour cibler des espèces qu’ils jugent plus sûres, sans certitude, comme Charles (PSL) :

Moi je pêche qu’à la traine. Donc, c’est des poissons qui sont pas au fond. C’est-à-dire que le poisson, il est plus actif… Le bar de ligne, c’est du poisson vivant qui est vif, qui est dans les vagues, qui se jette sur ses proies. Donc, je veux dire, c’est plus intéressant. Enfin pour celui qui pêche. Et c’est beaucoup plus sûr quand tu le manges !

62Ces précautions se retrouvent aussi dans les façons de préparer les aliments, comme nous l’a expliqué Paul (FOS), adepte de différents loisirs de prédation. Il soigne particulièrement le nettoyage et la cuisson des salades et asperges sauvages qu’il ramasse :

Avant, j’allais en Crau ramasser la salade amère, tout ça. Mais maintenant, il faut faire attention à ci, à ça. Il faut la mettre à tremper pendant des heures. Tout ce qui tombe du ciel… […]. Ne serait-ce que la salade, on la met à tremper pendant une nuit… Les asperges, c’est pareil, on les met dans l’eau, et après, je les fais bouillir, mais bouillir, il faut voir l’eau comme elle est après ! Elle est rouge. Tout ce qui tombe du ciel, vous vous rendez compte ?

63Il n’envisage cependant pas de renoncer à ces pratiques saisonnières qui représentent autant un complément alimentaire qu’une source de satisfaction. Il essaye de se débarrasser des contaminants en préparant méticuleusement ces aliments, sans garantie d’efficacité. De même, il achète préférablement des coquillages de l’étang de Thau qu’il pense moins contaminés que ceux du golfe de Fos.

  • 53 Raffles Hugh, Les savoirs intimes. Revue internationale des sciences sociales, no 3, 2002, p. 365 (...)

64Nous voyons que différentes tactiques sont mobilisées pour tenter de faire diminuer l’exposition de manière à préserver, malgré les risques, des pratiques dites traditionnelles et les relations sociales qu’elles favorisent. Les effets « corrosifs » des pollutions semblent ainsi contenus. Ils se font malgré tout sentir sur les échanges non marchands de produits de consommation locaux. Plusieurs personnes nous ont en effet rapporté accepter les dons faits par des amis ou voisins, mais ensuite les jeter, par crainte qu’ils ne soient contaminés. Nous avons même recueilli le témoignage déroutant dune personne qui préférait ne plus manger le produit de sa pêche, pour des raisons environnementales et sanitaires, mais l’offrait autour d’elle, à ses voisins et amis moins regardants. C’est la preuve que si les « ethnométhodes » existent, elles sont rarement partagées comme les savoirs intimes définis par l’anthropologue Hugh Raffles53. Elles sont difficilement mises en mots et ne font, le plus souvent, l’objet d’aucune formalisation. Ne pouvant être transmises, elles restent des façons de faire très personnelles.

Adaptation des pratiques sportives

65Dans les sports et loisirs de plein air aussi nous retrouvons la trace d’« ethnométhodes ». Didier (FOS), naturaliste, nous a ainsi dit ainsi qu’il préférait aller se baigner à bonne distance des usines, par précaution. « La plage de Fos, c’est un secteur que j’évite de fréquenter. Moi, la plage c’est Port Saint-Louis [c’est-à-dire la plage Napoléon, à l’embouchure du Rhône] ».

66Pour Jacques (FOS), joggeur, les conséquences sur sa pratique sont immédiates. En cas de vents défavorables, il est obligé de ralentir :

Je peux vous dire le jour où c’est pollué, parce que j’ai toujours couru, on le ressent. Il y a des jours où je n’arrive pas à courir. J’ai du mal. Je fais pas… On sent les difficultés, en particulier quand il y a le vent de Sud-Ouest. Le Sud-Ouest, c’est infernal alors je marche.

67Les contraintes sur ses loisirs sont donc fortes. Albert (FOS), professeur de sport, fait état de considérations semblables, qui l’ont conduit à moduler sa pratique personnelle, mais aussi à aménager ses activités professionnelles avec des jeunes, selon les conditions météorologiques :

Je fais attention. J’ai bien appris à connaître le fonctionnement de la ville, avec tous les produits qu’il y avait, qui pouvaient se dégager, puis qui pouvaient être nocifs pour la santé, dans un premier temps pour mes proches. Et puis bien entendu, pour mon travail, forcément, puisque je suis prof d’éducation physique. […]. Moi, ça m’est arrivé à plusieurs reprises d’arrêter les enfants, de les mettre dans une sorte d’abri, arrêt de l’activité, parce qu’on était en train de mal respirer, c’est-à-dire il y avait des rejets, liés au vent bien entendu […]. C’est une adaptation au milieu de vie dans lequel on est.

68C’est l’un des rares interviewés à avoir essayé de communiquer à ce sujet, sur la base d’une expertise professionnelle. Nous l’avons entendu, lors d’une réunion publique au printemps 2018, réclamer aux autorités sanitaires présentes, des recommandations en la matière, sans succès.

Forces et limites des « ethnométhodes »

  • 54 Haraway Donna, Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial (...)

69Les témoignages rendent compte des difficultés concrètes éprouvées par les populations riveraines de la ZIP de Fos, confrontées à des incertitudes et des risques qui troublent la quiétude à laquelle elles pourraient prétendre. Considérer les « ethnométhodes » qu’elles ont su développer, c’est reconnaître leurs savoirs situés partiels54 et leur ingéniosité dans une situation compliquée. L’objectif n’est pas de les placer au-dessus des savoirs experts, mais de voir comment ces formes de connaissances intimes pourraient compléter, voire réorienter dans certains cas, les approches scientifiques et techniques. Il s’agit d’admettre que les riverains des sites industriels comme la ZIP de Fos sont en droit de demander des comptes aux acteurs en charge de la régulation de la pollution sur la base de leur expérience des phénomènes en cause. C’est notamment le cas lorsque des besoins de savoirs spécifiques se font sentir pour élaborer des recommandations adaptées, qui tiennent à la fois compte des vulnérabilités du territoire et des attachements que nous avons évoqués.

70Au lieu de ça, aucune recommandation spécifique ne leur a été adressée pour ce qui concerne les habitudes et comportements à privilégier (en dehors de la crise des PCB qui a conduit à une interdiction temporaire de consommer les poissons du Rhône). Laissés seuls face à des problèmes toxiques pluriels et complexes dans un contexte de moindre régulation exercée par les services de lÉtat, les habitants de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis ont été contraints de se débrouiller. Ils se sont adaptés comme ils ont pu, d’une manière qui leur permettaient de résister aux effets « corrosifs » des pollutions sur le tissu social et donc à la dégradation de l’habitabilité de leur territoire. Ils ont pris des précautions pour préserver leurs modes de vie en espérant ne pas trop s’exposer au danger.

  • 55 Nous nous référons aux données produites par les scientifiques de l’IECP, à l’occasion du compte- (...)
  • 56 Fressoz Jean-Baptiste, Bonneuil Christophe, L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nou (...)

71Leurs hésitations en matière daération des logements sont toutefois révélatrices de l’état d’abandon dans lequel ils ont été laissés. Nombreux sont en effet ceux qui se posent des questions sur la qualité de l’air intérieur et extérieur, et ne savent pas s’ils doivent ouvrir leurs fenêtres, comme c’est l’usage ailleurs, ou les maintenir fermées. En l’absence d’information claire des autorités sanitaires, ils ventilent leur logement en fonction de leur niveau de confort. Personne n’est en mesure de leur dire si les spécificités de leur territoire industriel pollué justifieraient des précautions exceptionnelles. Des recherches seraient nécessaires pour les guider. Comme il faudrait également évaluer les « éthnométhodes », valider et diffuser celles qui sont efficaces et au contraire récuser celles qui sont inutiles, ou pire, induisent des risques inattendus. Par exemple, les poissons de fond ne sont pas forcément les plus contaminés, comme le pense Edouard ; ce sont plutôt les carnassiers, en bout de chaîne alimentaire, qui le sont, ainsi que le dit François. Autre exemple : la tactique de Paul consistant à diversifier ses sources d’approvisionnement en coquillages n’est pas un gage de salubrité, puisque ceux de Thau contiennent des pesticides et, ceux de l’estuaire de la Gironde renferment beaucoup plus de cadmium que ceux du golfe de Fos, chargés très inégalement selon les lieux de pêche en chrome, mercure et PCB55. En revanche, il conviendrait de tester l’intérêt que présentent les décisions de relocalisation des loisirs de prédation et la modulation des différentes pratiques. Cela ne dédouanerait évidemment pas les industriels ni les services de l’État, qui se doivent de tout mettre en œuvre pour réduire la pollution à la source, mais inviterait à réfléchir aux conditions de vie dans les sites pollués. Comment y limiter efficacement les risques sans édicter forcément des interdictions difficiles à respecter ? Comment également mieux prendre en compte les contraintes et pertes de jouissance des personnes concernées ? À partir de situations extrêmes comme celle de la ZIP de Fos et de l’expérience des témoins, c’est notre condition d’habitants de l’anthropocène56 sans possibilité de vivre ailleurs que sur une planète largement dégradée, que nous devons repenser.

Conclusion

  • 57 Larrère Raphaël, Cueillette, menues glanes et pauvreté, in Dalla Bernardina Sergio, dir., L’appel (...)
  • 58 Tironi Manuel, Hypo-interventions: Intimate activism in toxic environments, Social studies of sci (...)
  • 59 De Certeau Michel, L’invention du quotidien : arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.
  • 60 Scott James C., ibidem.

72Les « ethnométhodes » sont forgées au cours du temps par tâtonnements et ajustements successifs, notamment par des habitants attachés à leur territoire qui ont un rapport particulier avec lui du fait de leurs pratiques de loisir. Leur motivation est de préserver l’habitabilité de leur territoire en maintenant les pratiques et les sociabilités qui le caractérisent, malgré des contraintes fortes. Elles relèvent aussi de la volonté de résister à la dépossession. Raphael Larrère écrivait des cueilleurs de Margeride qui ramassaient des champignons ou plantes sauvages consommables, qu’ils se réappropriaient matériellement et symboliquement un territoire qui leur avait échappé57. Ces conclusions sont très proches de ce que nous avons pu observer dans la ZIP de Fos. La passion des amateurs rencontrés n’avait rien à voir avec la nécessité de compléter des revenus insuffisants. Les loisirs de prédation ont rarement une visée commerciale. Ils sont plutôt destinés à fournir les tables familiales et entretenir des relations de proximité chaleureuses, par le don ou l’échange. Le maintien des pratiques de jardinage, chasse, pêche ou cueillette dans un environnement particulièrement affecté par les risques toxiques relève aussi de la volonté de répéter des gestes ancestraux, de manifester une présence, voire d’occuper l’espace, pour revendiquer des savoirs mais aussi des droits, tout en résistant aux « effets corrosifs des pollutions sur le tissu social ». Bien évidemment, cela ne se fait pas toujours d’une manière explicite, mais « infra-politique », dans une situation de très grande asymétrie. Manuel Tironi a observé des comportements semblables au Chili aux abords d’une autre zone industrielle58. Il parle, au sujet d’une femme d’ouvrier qui nettoie quotidiennement les feuilles de son avocatier souillées par les poussières industrielles, d’intervention tactique réparatrice qui aide à supporter le quotidien, mais témoigne aussi d’une volonté presque désespérée de prendre soin d’un territoire meurtri. Il y voit aussi une aspiration muette au changement. La situation socio-économique dans la ZIP de Fos est différente, mais nos analyses se recoupent. Les changements discrets apportés à certaines habitudes visent bien à limiter les expositions de personnes qui sont particulièrement attachées à leur territoire. Celles-ci ont acquis une expérience et des savoirs intimes des nuisances et de la pollution, avec leurs limites. Leurs pratiques d’accommodement désignent des actions concrètes, soit des arrangements pour réduire l’exposition aux risques, mais aussi des initiatives personnelles destinées à rappeler que leur territoire vaut la peine d’être défendu, sauvé du sacrifice et de l’insalubrité. Elles sont productrices de sens tout autant que de prises sur une situation incertaine et catastrophique à la fois. Elles permettent aux riverains d’en reprendre un peu le contrôle. Les travaux de Michel de Certeau59 et James C. Scott60 sont particulièrement utiles pour penser les dimensions infra-politiques de ces « ethnométhodes ».

  • 61 Tsing Anna L., Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du (...)

73Le premier a passé bon nombre d’année à décrire les conséquences destructrices de la modernité capitaliste sur la vie quotidienne, s’intéressant aux arts de faire et aux ruses permettant des préserver des espaces de liberté, malgré la massification de la consommation. Sans viser la transformation sociale immédiate, les pratiques qu’il décrit ont une dimension transgressive, ne serait-ce que parce qu’elles expriment un écart aux normes, une différence. Le second auteur a précisé que les groupes « subalternes » étaient habitués de ces « luttes circonspectes ». Bien que ne laissant que peu de traces, elles préparent ou répètent, en coulisse, des formes d’opposition qui ne peuvent s’exprimer publiquement. Elles constituent des façons de faire avec, mais aussi de résister dans un contexte jugé particulièrement défavorable qui pourraient plus largement nous inspirer pour survivre dans les ruines du capitalisme61.

Haut de page

Notes

1 La nomenclature SEVESO, tirée de la directive européenne du même nom, désigne les installations industrielles qui stockent, manipulent ou produisent des substances dangereuses. Elles sont soumises à autorisation et font l’objet de contrôles réguliers.

2 Perrow, Charles, Normal Accidents: Living with High Risk Technologies, Princeton, Princeton University Press, 2011.

3 Cohen Alison K., Richards Travis, Allen Barbara L., Ferrier Yolaine, Lees Johanna, Smith Luisa H., Health issues in the industrial port zone of Marseille, France: the Fos EPSEAL community-based cross-sectional survey. Journal of Public Health, vol. 26, no 2, 2018, p. 235-243.

4 Goix Sylvaine, Periot Marine, Douib Khaled, Étude d’imprégnation de la population aux polluants atmosphériques de la zone industrialo-portuaire de Fos‑sur‑Mer, Rapport de l’IECP, 2018.

5 Citation de l’Agence régionale de santé, Le Monde du 12 février 2018.

6 Stock, Mathis, L’habiter comme pratique des lieux géographiques, 2004, en ligne : [https://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques] ; Mathieu Nicole, Le mode d’habiter. À l’origine d’un concept, in Morel‑Brochet Annabelle, Ortar Nathalie, dir., La fabrique des modes d’habiter. Hommes, lieux et milieux de vie, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 35-53.

7 Erikson Kai, A new species of trouble. Explorations in disasters, trauma and community. New York, Norton & Company, 1994 ; Freundenbrug William R., Contamination, Corrosion and the Social Order: An Overview, Current Sociology, vol. 45, no 3, 1997, p. 19-39.

8 Couch Stephen R., Mercuri Anne E., Toxic Water and the Anthill Effect: The Development of a Subculture of Distress in a Once Contaminated Community, Research in Social Problems and Public Policy, no 14, 2007, p. 117-137.

9 Nous tirons la notion d’attachements au pluriel de la sociologie de l’acteur-réseau pour désigner l’ensemble des relations nécessaires qui nous lient aux autres et aux choses qui composent notre monde. Celle-ci nous permet de dépasser les conceptions modernistes du sujet émancipé, pour considérer au contraire, les nombreuses médiations qui le font « être » et « agir » (Cf. Gomart Émilie, Hennion Antoine, A Sociology of Attachment: Music, Amateurs, Drug Users, in John Law, Hassard, John, dir., Actor Network Theory and After, Oxford, Blackwell, 1999, p. 220-247; Latour Bruno, Faktura de la notion de réseaux à celle d’attachement, in Micoud André, Peroni Michel, dir., Ce qui nous relie, La Tour d’Aigues, Aube, 2001, p. 189-208). L’environnement n’est pas, dans cette perspective, un espace géométrique ni même un espace « vécu ». Il n’est pas extérieur aux êtres. Il est ce « ce à quoi les êtres sont mélangés ». Cf. Berque Augustin, Médiance. De milieux en paysages. Montpellier, GIP Reclus, 1990.

10 Garfinkel Harold, Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007.

11 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

12 Murphy Michelle, Alterlife and decolonial chemical relations, Cultural anthropology 32(4), 2017, en ligne : https://journal.culanth.org/index.php/ca/article/view/ca32.4.02/184.

13 Jasanoff Sheila, The political science of risk perception. Reliability Engineering & System Safety, vol. 59, no 1, 1998, p. 91-99 ; Irwin Alan, Simmons, Peter Walker Gordon, Faulty environments and risk reasoning: the local understanding of industrial hazards, Environment and Planning A 31, 1999, p. 1311-1326 ; Bickerstaff Karen, Risk perception research: socio-cultural perspectives on the public experience of air pollution, Environment international, no 30, 2004, p. 827-840.

14 Chateauraynaud Francis, Torny Didier, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Paris, EHESS, 1999.

15 Freudenburg William R., Pastor Susan K., Public responses to technological risks: Toward a sociological perspective, The Sociological Quarterly, vol. 33, no 3, 1992, p. 389-412.

16 Piette Albert, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996.

17 Gibout Christophe, Zwarterook Irénée, Gérer les risques industriels et la pollution dans le Dunkerquois : une double échelle transactionelle, Pensée plurielle, no 33-34, 2013, p. 131-148.

18 Edelstein Michael R., Contaminated communities: The social and psychological impacts of residential toxic exposure. Westview Press, Boulder, 2004.

19 Guattari Felix, Les trois écologies, Paris, Galilée, 1989 ; Prignot Nicolas, Félix Guattari et l’écologie de la dévastation. Rue Descartes, no 1, 2016, p. 138-146.

20 Hirschman Albert O., Défection et prise de parole : théorie et applications, Paris, Fayard, 1995.

21 Bajoit Guy, Exit, voice, loyalty…and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement, Revue française de sociologie, vol. 29, no 2, 1988, p. 325-345.

22 Giddens Anthony, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.

23 Zonabend Françoise, Au pays de la peur déniée, Communications, no 57, 1993, p. 129.

24 Scott James C. Idem.

25 Ce terme doit être entendu au sens d’agrément que lui donnait François-René de Chateaubriand.

26 Sur les seuls terrains de la ZIP de Fos, on compte environ 1 900 adhérents de la Société de chasse du Port, de la Société de chasse communale de Port-Saint-Louis et du groupement cynégétique d’Arles. Auxquels s’ajoutent les 300 membres du Renard de Fos. Plusieurs associations nautiques et de pêche sont également présentes sur le littoral du golfe de Fos, comme par exemple la société de pêche de Port-Saint-Louis, qui regroupe 250 personnes, l’Association Grand Bouche qui mobilise 400 familles, sans compter les clubs de plongée, les clubs de voile et les associations sportives, culturelles et naturalistes. Le tissu associatif local est particulièrement dense et dynamique.

27 Picon Bernard, Chasse, pêche, cueillette : un même objet support d’attitudes et de pratiques différenciées, Sociétés contemporaines, no 8, 1991, p. 87-100 ; Guyon Frédérick, Fuchs Julien, Se dire « sportif » dans les pratiques de prédation (chasse, pêche, cueillette) en France. Conditions d’un processus de qualification, Recherches sociologiques et anthropologiques vol. 43, no 2, 2012, p. 135-150 ; Bellenger Marie C., Les passeurs de nature : du loisir de prédation aux actions de sensibilisation, Loisir et société vol. 40, no 1, 2017, p. 39‑55.

28 Les enganes sont des prairies salées caractéristiques de la Camargue.

29 Les theys sont des cordons dunaires.

30 François, Louis, Port Saint-Louis du Rhône. Géocarrefour, vol. 7, no 3, 1931, p. 221‑240.

31 Gonthier Claudie, Meyer Mireille, Port-Saint-Louis du Rhône : 1881-1981, Rapport pour la Mission ethnologique du ministère de la Culture, 1983.

32 Daumalin Xavier, Désindustrialisation et ré-industrialisation à Marseille fin XIXe-début XXe siècle. L’exemple des activités chimiques traditionnelles. Rives méditerranéennes, (46), 2013, p. 47-62.

33 La bouvine désigne l’ensemble des traditions équestres et taurines camarguaises, réinventées au cours de plusieurs siècles. Cf. Pelen Jean-Noël, Martel Claude (dir.), L’Homme et le Taureau en Provence et Languedoc. Histoire, vécus, représentations, Grenoble, Glénat/Clair de terre, 1990. Le Monde du 8 janvier 1977, dans un article intitulé « Camargue rive gauche dans les fumées de Fos » rappelle d’ailleurs que malgré la disparition de nombreux mas et lieux-dits : « Dans les parcs ombragés des manades, 200 000 citadins viennent chaque année, au fil des dimanches, s’initier à l’équitation, aux jeux gardians, aux courses à la cocarde qui se déroulent dans de petites arènes privées, en bois, construites exprès, avant d’aller pique-niquer sur d’immenses tables ».

34 Paillard Bernard, La Damnation de Fos, Paris, Seuil, 1981.

35 Port-Saint-Louis se situe désormais à 27 km de Fos‑sur‑Mer et 40 km d’Arles dont elle dépend grandement pour les services publics en matière de santé et éducation. Coincée entre mer et Camargue, elle n’a aucune voisine proche.

36 Les coussouls désignent les plaines steppiques de la Crau au nord de la ZIP de Fos.

37 Stengers Isabelle, Au temps des catastrophes : résister à la barbarie qui vient, Paris, La Découverte, 2008.

38 Daumalin Xavier, Laffont-Schwob Isabelle, Barthélemy Carole, Desrousseaux Maylis, Heckenroth Alma, Masotti Véronique, Rabier Jacques, Les calanques industrielles de Marseille et leurs pollutions-Une histoire au présent, Marseille, Ref²C, 2016.

39 Cet espacement entre les installations industrielles a été souhaité par les autorités portuaires dès la création de la ZIP à titre de compensation environnementale. Un règlement spécial d’aménagement obligeait en effet les industriels à réaliser et à entretenir des « espaces verts » libres de toute construction. Cf. Le Monde du 6 avril 1971, « À Fos‑sur‑Mer, les usines et leur cortège… d’espaces verts ».

40 Cette couronne agro-environnementale gérée de manière concertée par le GPMM, le Parc naturel régional de Camargue, la Réserve nationale de Crau et les Marais du Vigueyrat constitue une réserve foncière. Bien que protégée, elle n’en fait pas moins l’objet de la convoitise des industriels. Cf. Plan de gestion des espaces naturels du GPMM (2012-2018, sections A & B).

41 Gonthier Meyer, idem.

42 Nicolas, Laurence, La plage de Beauduc : entre communitas et utopie. Géographie et cultures, no 67, 2008, p. 93-112 ; Nicolas Laurence, Pratiques de nature populaires et écologisation du territoire, Norois, no 1, 2016, p. 59-67.

43 Le recrutement se fait d’ailleurs sur une base essentiellement familiale, ce qui tend à fermer l’accès à la profession aux personnes qui n’ont pas de parent docker. Malgré la mécanisation, le métier reste dur et pénible. Il est compensé par des niveaux de rémunération élevés.

44 Girard Nicole, Déséquilibres habitat-emploi et finances locales : l’exemple de la région Fos-Étang de Berre. Revue de Géographie Alpine, vol. 76, no 4, 1988, p. 369-390. En 2012, comme la loi le lui permettait, le maire de Fos‑sur‑Mer a décidé d’exonérer d’impôts fonciers de moitié ses administrés. Par ailleurs, la taxe d’habitation était réduite au minimum.

45 Osadtchy Clara, Conflits environnementaux en territoire industriel : réappropriation territoriale et émergence d’une justice environnementale : le cas de l’étang de Berre et de Fos‑sur-Mer, Le Mans, Thèse de doctorat en géographie sociale et régionale, 2015.

46 Retière Jean-Noël, Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, Politix, no 3, 2003, p. 121-143.

47 Mah Alice, Devastation but also home: place attachement in areas of industrial decline.Home Cultures vol. 6, no 3, 2009, p. 287-310.

48 Sandrine Gueymard, Facteurs environnementaux de proximité et choix résidentiels », Développement durable et territoires, 2006, en ligne : [http://journals.openedition.org/developpementdurable/2716] ; Cusin François, Économie résidentielle et dynamiques sociologiques de l’attractivité des territoires, Pour no 4, 2008, p. 69-80.

49 [https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20110811.RUE3756/a-fos-sur-mer-infarctus-et-leucemies-en-surnombre.html].

50 Dron Julien, Chamaret Philippe, Marchand Nicolas, Temime-Roussel Brice, Ravier Sylvain, Sylvestre Alexandre, Wortham Henri, Variabilité physico-chimique des épisodes de pollution atmosphérique à proximité de la zone industrialo-portuaire de Fos‑sur‑Mer, Pollution atmosphérique no 233, 2017, en ligne : [http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6081].

51 Frickel Scott, Gibbon Sahra, Howard Jeff, Kempner Joanna, Ottinger Gwen, Hess David J., Undone science: charting social movement and civil society challenges to research agenda setting, Science, Technology, & Human Values, vol. 35, no 4, 2010, p. 444‑473.

52 Gonthier Meyer, Ibidem.

53 Raffles Hugh, Les savoirs intimes. Revue internationale des sciences sociales, no 3, 2002, p. 365-375.

54 Haraway Donna, Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial perspective, Feminist studies vol. 14, no 3, 1988, p. 575-599.

55 Nous nous référons aux données produites par les scientifiques de l’IECP, à l’occasion du compte-rendu de l’étude INDEX, le 29 mai 2018 à Fos‑sur‑Mer. Nous remercions d’ailleurs Sylvaine Goix pour avoir accepté d’en rediscuter avec nous par la suite.

56 Fressoz Jean-Baptiste, Bonneuil Christophe, L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Points, 2016.

57 Larrère Raphaël, Cueillette, menues glanes et pauvreté, in Dalla Bernardina Sergio, dir., L’appel du sauvage. Refaire le monde dans les bois, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 33-42.

58 Tironi Manuel, Hypo-interventions: Intimate activism in toxic environments, Social studies of science, vol. 48, no 3, 2018, p. 438-455.

59 De Certeau Michel, L’invention du quotidien : arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

60 Scott James C., ibidem.

61 Tsing Anna L., Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte/Les Empêecheurs de penser en rond, 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : cadre théorique et démarche d’enquête
Crédits © C. Gramaglia
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 2 : entretiens mobilisés dans cet article
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-2.png
Fichier image/png, 284k
Titre Carte 1 : le territoire de la ZIP de Fos
Crédits Sources : IGN top 25, IGN BD ortho et GPMM. Réalisation Brice Auvet
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-3.png
Fichier image/png, 155k
Titre Photo 1 : Cabanon du They du Pégoulier, Port-Saint-Louis
Crédits © C. Gramaglia
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 2 : La ZIP de Fos vue depuis sa couronne agri-environnementale
Crédits © C. Gramaglia
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 3 : caractéristiques socio-économiques
Crédits Source Radioscopies SIG MMP 2016, sélection C. Gramaglia
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-6.png
Fichier image/png, 125k
Titre Photo 3 : pêcheur sur le quai de Goulevielle, zone portuaire interdite
Crédits © C. Gramaglia
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Gramaglia et Émilie Duchêne, « Attachements, pratiques sociales et usages du territoire à l’épreuve des pollutions à Fos‑sur‑Mer et Port‑Saint‑Louis‑du‑Rhône », Rives méditerranéennes, 61 | 2020, 147-177.

Référence électronique

Christelle Gramaglia et Émilie Duchêne, « Attachements, pratiques sociales et usages du territoire à l’épreuve des pollutions à Fos‑sur‑Mer et Port‑Saint‑Louis‑du‑Rhône », Rives méditerranéennes [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8002

Haut de page

Auteurs

Christelle Gramaglia

UMR G-EAU de l’IRSTEA de Montpellier, France

Articles du même auteur

Émilie Duchêne

Université de Montpellier III, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search