Skip to navigation – Site map

HomeNuméros61Dossier. Fos - Étang de BerreRecherche territorialisée à Fos‑s...

Dossier. Fos - Étang de Berre

Recherche territorialisée à Fos‑sur‑Mer

Quand chercheurs et citoyens se rencontrent
Philippe Chamaret
p. 219-226

Full text

  • 1 Intercommunalité Marseille Provence Métropole

1L’Institut Écocitoyen (IECP) est un centre de recherche participative qui étudie les effets des pollutions sur l’environnement et la santé. Cet organisme, dont j’ai suivi le processus de création, est né en 2010 dans le sillage des fortes mobilisations des habitants de Fos et de leurs élus contre le projet d’incinérateur des ordures ménagères de l’agglomération de Marseille1.

2Ce projet de « centre de traitement multifiliaire » consistait à acheminer près de 400 000 tonnes de déchets par an à Fos-sur-Mer, leur faisant parcourir plus de 50 km avant d’être incinérés.

3Or, sur plus de 10 000 ha bordant le golfe de Fos, la zone industrialo-portuaire (ZIP) et la plateforme pétrochimique de Lavera accueillent déjà un échantillon essentiel de l’industrie lourde française, dans sa grande diversité : sidérurgie, raffinage et chimie du pétrole, stockage d’hydrocarbures, qui s’accompagnent de trafics routiers et maritimes soutenus. La multitude de sites industriels et l’intensité des émissions atmosphériques génèrent, au sein des villes proches des installations, de fortes expositions à des mélanges de polluants.

4La décision d’ajouter une telle installation de traitement de déchets a provoqué le regroupement d’une quarantaine de structures associatives, qui ont interpellé les services de l’État au sujet des impacts que cette activité pouvait avoir sur leur santé2.

5Or, bien que le premier dispositif de suivi de la qualité de l’air en France ait été créé à Martigues pour accompagner le développement industriel, les déterminants du risque environnemental n’ont pas été définis précisément dès le départ : dommages sur le vivant, émissions industrielles spécifiques au territoire, cumuls d’exposition, polluants d’intérêt sanitaire. Il n’existait donc pas de réponse aux questions des habitants portant sur les impacts sanitaires de l’incinération massive de déchets, ajoutés au cumul de polluants déjà émis depuis plusieurs décennies.

6C’est là que l’idée de l’Institut Écocitoyen est apparue. À l’origine, il s’agissait de disposer d’une structure chargée de développer la connaissance sur la santé environnementale, et dotée des capacités nécessaires pour réaliser concrètement les études scientifiques attendues.

7L’objectif était ambitieux et complexe. Et bien que tout fut réuni pour assembler en un même lieu les dynamiques citoyennes, la compétence scientifique et les moyens des collectivités, nous ne savions pas exactement comment procéder pour aboutir à une telle structure capable de conduire une action scientifique opérationnelle.

8Pour commencer, nous avons choisi de réunir, au sein d’un même groupe, les personnes qui n’avaient pas encore eu l’occasion de se rencontrer : citoyens, chercheurs et agents territoriaux des collectivités concernées. L’objectif était de provoquer un échange ouvert, dans une confrontation entre des modes de réflexion très différents, pour prononcer clairement les attentes territoriales et la capacité scientifique avec ses limites méthodologiques. Parmi les citoyens, la plupart était impliquée dans la lutte anti-incinérateur. Les scientifiques provenaient des organismes de recherche universitaires et CNRS régionaux.

9Il est ressorti de ces échanges une nécessité partagée de faire évoluer les dispositifs de suivi environnemental pour améliorer les normes et fonder les décisions politiques d’aménagement sur une réalité quantifiée. Il fallait pour cela dire précisément en quoi les territoires industriels sont des espaces spécifiques.

  • 3 AIGRETTE : Approche intégrée de la gestion des risques environnementaux à l’échelle d’un territoi (...)
  • 4 Le Syndicat d’agglomération Nouvelle Ouest Provence, intercommunalité réunissant les communes de (...)

10Ces propositions allaient dans le sens des orientations des collectivités locales qui, dès 2006, avaient conduit l’étude environnementale AIGRETTE3 portant sur l’ensemble des compartiments naturels à l’échelle du territoire de Ouest Provence4. Le but était d’établir un point zéro environnemental, pour observer dans le temps les évolutions de la qualité de l’environnement et orienter les choix d’aménagement.

11Mais au-delà de ces questions de recherche, le groupe de travail a également souhaité que la connaissance de l’environnement se développe avec le concours des citoyens, afin de (1) disposer de leurs observations sur leur environnement et leur santé, et (2) leur permettre d’accéder à la connaissance scientifique pour faciliter leur implication dans la gouvernance de leur territoire.

12Les missions de l’Institut Écocitoyen étaient alors de mieux connaître l’effet des polluants issus des activités industrielles et logistiques sur la santé, et d’intégrer les mobilisations citoyennes au processus de développement de connaissance. En 10 ans, ses recherches ont porté sur les polluants spécifiques tels que les particules ultrafines dans l’air et les sous-produits de chloration dans le milieu marin. Ses études ont également permis de mieux comprendre les processus de transfert entre milieux (atmosphère – sol – plante, imprégnation humaine) et de caractériser les contextes de multi-exposition et leurs effets sur le vivant grâce à l’usage de la biosurveillance.

  • 5 Volunteers And Democracy during EMErgency.
  • 6 Réseau de volontaires pour l’information des populations sur le risque industriel, en ligne : [ht (...)
  • 7 Dispositif centré sur le volontariat pour la prévention du risque sismique et le secours des popu (...)

13La participation citoyenne aux activités de recherche a été mise en œuvre à partir de diverses expériences d’engagement volontaire, largement développées au niveau européen dans le domaine des risques majeurs. C’est un aspect sur lequel l’association Les Écomaires avait déjà travaillé dans le cadre du projet européen VADEME5. Ce projet a notamment permis de rendre compte du rôle joué par les populations pour la sécurité et la sauvegarde du patrimoine en situation d’urgence à Venise (GIPS6) et Istanbul (NDSP7), mais aussi en France avec le développement des comités communaux Feux de Forêt.

14Sur ces bases concrètes, le volet participatif des actions de l’IECP a été développé avec le soutien du MEDDE au projet VOCE8, de 2011 à 2013, dans le cadre du programme REPERE9. L’objectif de ce programme, encouragé par la direction de la recherche du Ministère, était de travailler à la mise en œuvre d’une démarche de recherche impliquant les associations engagées dans les enjeux environnementaux liés au développement durable10. VOCE a réuni un consortium composé de l’Institut Écocitoyen, de l’Université d’Aix‑Marseille et du Centre d’Études en sciences sociales appliquées, pour créer un réseau de volontaires dédiés à l’observation et à la dissémination de la connaissance scientifique de l’environnement. Le projet s’adressait aux personnes amenées, par leurs activités professionnelles, récréatives ou dans le cadre de vie en général, à mesurer certains paramètres caractérisant les milieux naturels.

Photographie 1 : Formation des volontaires à l’observation lichénique

Photographie 1 : Formation des volontaires à l’observation lichénique

© IECP

15À l’occasion des réunions de travail, un premier groupe de citoyens a défini les priorités sur lesquelles les protocoles d’observation devaient porter.

16Les activités ont été conçues pour intégrer la participation des citoyens au développement de la connaissance, non seulement pour sensibiliser les habitants aux thématiques environnementales, mais aussi et surtout pour créer un lieu d’échange avec les principaux acteurs du territoire et transformer en cas de besoin leurs interrogations en études. Nous voulions surtout créer la possibilité, pour les citoyens, d’interpeller directement les acteurs de la recherche.

17Les mesures ont été déployées sur l’ensemble des milieux : atmosphère, sols, milieu marin, cours d’eaux continentales et nappes phréatiques. Concernant les thématiques scientifiques, les volontaires VOCE ont été appelés à participer à des études sur les composés organiques volatils, sur les taux de salinité de l’eau de mer au niveau du golfe de Fos ou encore sur le transfert sols-plantes-atmosphère des polluants.

18Leur mise en œuvre fait appel à différents types d’engagement, correspondant aux phases d’intervention (recueil de données, co-création des protocoles, discussion des résultats…). Elle dépend grandement des pratiques et connaissances des volontaires, qu’ils soient randonneurs, pêcheurs, plongeurs ou naturalistes amateurs. Parfois, cela passe par une formation préalable pour les publics non spécialisés, parfois, elle tire profit d’un mode de présence et d’engagement particulier sur le territoire. Chemin faisant, les participants ont la possibilité de contribuer à l’amélioration de la méthode. Dans tous les cas, les protocoles d’observation sont expliqués par l’équipe de l’Institut Écocitoyen, en collaboration avec les structures scientifiques partenaires.

19Le projet VOCE a abouti au montage de l’Observatoire citoyen de l’environnement, chargé d’assurer la formation scientifique des volontaires, la logistique et l’appui à la réalisation des protocoles de mesure, ainsi que l’interprétation des résultats.

20Aujourd’hui, plus d’une soixantaine de personnes y sont inscrites. Elles suivent des formations scientifiques, participent au développement des recherches et réalisent des observations.

21Ces capacités de transfert de connaissance et d’échanges réciproques entre citoyens et chercheurs ont valu à l’observatoire VOCE l’obtention du label REPERE délivré par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en décembre 2016. Celui-ci indique que les méthodes mises en œuvre au sein de cet observatoire sont pertinentes pour intégrer les savoirs d’expérience des citoyens aux méthodes utilisées par le monde de la recherche et de l’expertise.

22Après 10 années de fonctionnement, les volontaires VOCE constituent un collectif capable d’identifier des sujets de recherche à partir de terrains concrets, dans un rôle direct auprès de la société. L’espace scientifique investi par les volontaires amène alors les chercheurs à travailler sur des « zones laboratoires », telles des unités logiques de recherche traitant de la production et de la consommation de biens, du devenir des déchets, de la réalité des pollutions, de la gestion des aménagements, et de la résilience des activités économiques et industrielles.

Figure 1 : Cartographie des sites d’observations citoyennes VOCE

Figure 1 : Cartographie des sites d’observations citoyennes VOCE

© IECP

23Les données que les citoyens volontaires ont contribué à produire ont donné lieu à des articles reconnus par la communauté scientifique.

24Aujourd’hui, la difficulté repose sur la pérennisation des dispositifs de recherche participative, dont le fonctionnement est assuré essentiellement par les collectivités territoriales, sans bénéficier d’un soutien suffisant à l’échelle nationale. Il paraît nécessaire de reconnaître et de soutenir à l’échelle nationale l’existence d’un tiers secteur de la recherche, regroupant les organisations du secteur non marchand ou à but non lucratif – associations, syndicats, TPE du secteur social et environnemental… – qui, en partenariat avec les organismes du système national de la recherche (universités, CNRS, INSERM…), participent au développement de la connaissance et de l’innovation.

25Cette approche, nouvelle pour les chercheurs plus habitués à la sectorisation par discipline, peut contribuer à développer l’idée de recherche territorialisée, qui mène à des croisements et des potentiels de réflexion complémentaires de l’assemblage pluridisciplinaire classique.

26Signe des temps optimistes, des instances officielles s’inscrivent dans la démarche des « sciences participatives » comme un moyen d’appui aux politiques publiques de développement durable, et comme des facteurs de dynamisation de la recherche scientifique sur les systèmes complexes.

  • 11 Réseau national « Pour une Alliance Sciences Société ».

27En mars 2017, le Secrétariat d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a officialisé ce type de démarche en organisant la signature de la charte sur les sciences participatives, à laquelle ont participé des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, des ONG et des associations. Au cours de la même période, le Livre blanc « Société recherche enseignement supérieur », rédigé par ALLISS11 en collaboration avec l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, a été présenté aux acteurs de la recherche scientifique pour initier un diagnostic de la situation des partenariats et coopérations entre la société civile française et les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

28Cet intérêt grandissant pour la recherche participative amène une plus-value à la connaissance des menaces pour la santé et l’environnement. Elle participe d’une nouvelle forme de savoir, utilisable directement par les décideurs, qui pourrait contribuer à changer la façon d’administrer les territoires. On voit, par exemple, qu’il est possible de développer une autre métrologie des conséquences des pollutions, à partir de ce que révèle l’environnement à travers les bioindicateurs.

29Ainsi, grâce à leur mobilisation, les habitants des rives de l’étang de Berre et du Golfe de Fos pourraient confirmer aux instances décisionnelles qu’une autre approche de gestion est nécessaire – et déjà mise en œuvre – pour bâtir les principes de la maîtrise du risque environnemental, en se fondant sur le développement de la connaissance et, de fait, en accordant une part significative à la participation, vectrice d’actualisation du risque et de mesures de terrain.

Résultats de la recherche participative sur un territoire

30Le premier protocole d’observation citoyenne a avoir été mis en œuvre dans le cadre du projet VOCE portait sur l’une des principales préoccupations sur la région Fos-Berre : la qualité de l’air.

31La méthode d’observation employée se fonde sur la biosurveillance lichénique, qui utilise la sensibilité des lichens vis-à-vis de la composition de l’air. Un relevé de biodiversité en un lieu précis permet d’indiquer, suivant qu’ils sont pollu‑sensibles ou pollu‑résistants, une éventuelle dégradation de la qualité de l’air.

32Le dispositif d’observation lichénique compte quatorze placettes sur l’ensemble du territoire d’étude, réparties autour de l’étang de Berre. Ce dispositif vise à intégrer les zones urbaines, rurales et industrielles du territoire de la métropole Aix‑Marseille‑Provence.

33La répartition des types de lichens et de 4 espèces indicatrices met en évidence l’effet des niveaux d’exposition atmosphériques sur la présence ou l’absence d’organismes vivants. En effet, alors que la station industrielle (« témoin + ») est principalement représentée par le type crustacé et la seule espèce Xanthoria parietina, peu sensible aux polluants de l’air, les stations rurales (Saint-Chamas, Grans et témoin -), moins exposées aux émissions anthropiques, révèlent la plus grande diversité et la plus importante proportion d’espèces sensibles (Ramalina sp. et Flavoparmelia sp.).

Proportion des différentes espèces de lichens du protocole VOCE : Xanthoria, Flavoparmelia, Physia et Ramalina observées par les volontaires

Proportion des différentes espèces de lichens du protocole VOCE : Xanthoria, Flavoparmelia, Physia et Ramalina observées par les volontaires

© IECP

34Ce dispositif apporte une mesure in situ des effets de la pollution atmosphérique sur le vivant. Il fonctionne conjointement au réseau officiel de mesures de surveillance de la qualité de l’air, ce qui permet de mettre ces mesures uniques à la disposition des autorités en charge de l’environnement et de la santé.

35L’observation lichénique produit une donnée dont le sens est directement interprétable par le grand public, en visualisant concrètement ce que la pollution de l’air a comme conséquence sur le vivant. On dispose alors d’une connaissance mobilisable pour appuyer les politiques publiques et favoriser les investissements pour la lutte contre la pollution de l’air.

Top of page

Notes

1 Intercommunalité Marseille Provence Métropole

2 Déclaration disponible sur le site de JournArles, en ligne : [https://www.journarles.org/spip.php?article244].

3 AIGRETTE : Approche intégrée de la gestion des risques environnementaux à l’échelle d’un territoire.

4 Le Syndicat d’agglomération Nouvelle Ouest Provence, intercommunalité réunissant les communes de Cornillon-Confoux, Grans, Miramas, Istres, Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône, est aujourd’hui intégré à la métropole Aix‑Marseille‑Provence.

5 Volunteers And Democracy during EMErgency.

6 Réseau de volontaires pour l’information des populations sur le risque industriel, en ligne : [https://www.comune.venezia.it/it/content/gips].

7 Dispositif centré sur le volontariat pour la prévention du risque sismique et le secours des populations suite aux séismes de 1999, en ligne : [https://www.preventionweb.net/organizations/9705/view].

8 VOCE : Volontaires pour l’observation citoyenne de l’environnement, en ligne : [www.institut-ecocitoyen.fr].

9 [www.programme-repere.fr].

10 Témoignage de Marie-Christine Bagnati, chargée de mission REPERE, Nature Science Société Dialogue 25, S18-S20 (2017).

11 Réseau national « Pour une Alliance Sciences Société ».

Top of page

List of illustrations

Title Photographie 1 : Formation des volontaires à l’observation lichénique
Credits © IECP
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8396/img-1.jpg
File image/jpeg, 2.6M
Title Figure 1 : Cartographie des sites d’observations citoyennes VOCE
Credits © IECP
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8396/img-2.jpg
File image/jpeg, 900k
Title Proportion des différentes espèces de lichens du protocole VOCE : Xanthoria, Flavoparmelia, Physia et Ramalina observées par les volontaires
Credits © IECP
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8396/img-3.jpg
File image/jpeg, 304k
Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Chamaret, « Recherche territorialisée à Fos‑sur‑Mer », Rives méditerranéennes, 61 | 2020, 219-226.

Electronic reference

Philippe Chamaret, « Recherche territorialisée à Fos‑sur‑Mer », Rives méditerranéennes [Online], 61 | 2020, Online since 09 March 2021, connection on 05 August 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8396 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8396

Top of page

About the author

Philippe Chamaret

Institut Écocitoyen pour la connaissance des pollutions, Fos‑sur‑Mer, [https://www.institut-ecocitoyen.fr]

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search