Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61VariaConflits socio-politiques dans l’...

Varia

Conflits socio-politiques dans l’Alger des Barberousse (1518‑1562)

Francesco Caprioli
Traduction de Matías Ferrera
p. 231-250

Résumés

Au début de l’Époque moderne, l’expansion ottomane au Maghreb entraîna une redéfinition générale des méthodes de gestion politique des sociétés nord-africaines. Dans ce processus de changement de régime, la ville d’Alger connut plusieurs moments de tension sociale du fait de son incorporation, comme province de frontière (beylik), dans la structure de l’Empire des sultans. Même si l’historiographie occidentale n’a réduit ces conflits qu’à une lutte pour l’obtention de l’autorité politique entre factions socio-ethniques, « Janissaires » et « renégats », la réalité fut plus complexe. Dans le cadre d’un débat historiographique bien établi portant sur les méthodes de gestion décentralisée de l’Empire ottoman, le présent article analyse le processus de légitimation politique à Alger, entre 1518 et 1562, afin de relire les rivalités ethniques entre les membres de l’appareil militaro-administratif algérien comme expressions des stratégies politiques au sein de la maison (kapı) du gouverneur ottoman.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend et prolonge les réflexions et conclusions exposées lors d’une communication intitulée « ¿Lucha política, económica o social ? La génesis de las revueltas urbanas en Argel durante la consolidación de la provincia otomana, 1557-1561. » prononcée à l’occasion du colloque international « Revueltas urbanas y modelos de soberanía en la Edad Moderna. » [Université Pablo de Olavide, Séville, 1er et 2 février 2018]. La traduction de cet article en français a été réalisée par Matías Ferrera, archiviste-paléographe et conservateur du patrimoine stagiaire à l’Institut national du patrimoine (Paris).

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lemnouar Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane. Tome II. La course, mythes et ré (...)
  • 2 Henri-Delmas de Grammont, Histoire d’Alger sous la domination turque (1515‑1830), Paris, Imprimer (...)
  • 3 Mikel de Epalza, Papel político de los moriscos en el nacimiento de la Argelia moderna en tiempos (...)
  • 4 Farid Khiari, Vivre et mourir en Alger : l’Algérie ottomane aux XVIe-XVIIe siècles : un destin co (...)
  • 5 Diego de Haedo, Topographia e historia general de Argel: repartida en cinco tratados, do se verán (...)
  • 6 Ciro Manca, Il modello di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto, Napo (...)

1Entre 1518 et 1562, le port d’Alger, place essentielle de la guerre de course méditerranéenne, fut secoué par une série de crises et de coups de force liés à l’exercice du pouvoir politique. Au xixe siècle, l’historiographie d’inspiration coloniale qui s’y est intéressée a, en grande partie, occulté l’aspect multi-ethnique de la société algéroise de la première Modernité – agrégat de tribus barbaresques, de Andalouses, de Juifs, de chrétiens convertis à l’islam et de turco-levantins – et lui a préféré des facettes directement liées au Vieux continent1. Loin de faire de cette complexité un prisme d’analyse, les historiens se concentraient alors sur le phénomène corsaire et soulignaient le rôle essentiel des nouveaux musulmans, des « renégats » des sources européennes2. Bien que certains travaux aient essayé, au cours des dernières décennies, de mieux définir la place respective de ces différentes composantes sociales3 et leurs interactions au sein de la communauté d’Alger4, l’orientation majoritaire des études sur la guerre de course a contribué à réduire le fonctionnement de la société algéroise à une simple lutte de factions entre « Turcs d’origine » et « Turcs de profession5. » La mise en valeur de l’autorité des premiers dans le domaine militaire (janissaires) et celle des seconds (corsaires renégats) dans les affaires maritimes a conduit à la production d’une histoire de la ville d’Alger réduite à cette seule dichotomie. Le contrôle du pouvoir, bien que de plus en plus subordonné à l’autorité des sultans d’Istanbul, n’aurait été disputé qu’entre « Turcs » présents au Maghreb et aurait reposé sur le seul contrôle des moyens de production : la guerre de course pour les renégats et la collecte des impôts locaux pour les janissaires6.

2Pour autant, une analyse plus précise des évènements survenus à Alger entre 1518 et 1562 et la prise en compte des facteurs locaux maghrébins et de l’influence capitale exercée depuis Istanbul par la dynastie osmanlie ne pourraient-elles pas permettre de mieux redéfinir les dynamiques de légitimation du pouvoir politique ?

  • 7 Metin I. Kunt, The Sultan’s Servants: the Transformation of Ottoman Provincial Government, 1550-1 (...)
  • 8 Rifaat A. Abou-El-Hajj, The Ottoman Vezir and Paşa Households, 1683-1703. A Preliminary Report, J (...)
  • 9 Albert Hourani, Ottoman Reform and the Politics of Notables, in William R. Polk et Richard L. Cha (...)
  • 10 Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, art. cit., p. 141.

3Le débat historiographique relatif aux méthodes de gestion décentralisée de l’Empire ottoman7 a souligné l’importance de la maison (kapı8) en tant qu’unité sociale, économique et politique concourant à la consolidation du pouvoir des membres de l’élite administrative-militaire non seulement à Istanbul mais aussi dans les provinces arabophones de l’Empire9. Suivant cet axe de recherche, l’analyse du kapı des premiers gouverneurs d’Alger permet de mettre en lumière l’entrelacs des relations sociopolitiques qui constituent le principal élément de légitimation du pouvoir politique10. La formation et l’évolution de la maison du gouverneur local consent de suivre l’évolution de la ville d’Alger d’un simple port nord-africain à une province de l’Empire ottoman durant la première moitié du xvie siècle.

  • 11 Sur l’utilisation des termes « Turcs » et « Arabes » dans le contexte algérien au début du XVIe  (...)

4Dans la première partie de l’article, consacrée au gouvernement du corsaire Khayr ad-Dīn Barberousse (1518-1544), les conflits socio-politiques sont relus en tant que manifestations de rivalités entre membres de son kapı pour assurer le futur contrôle du territoire algérien. Après la création de la province ottomane d’Alger (Cezayir-i Garb) en 1545, les alternances et conflits successifs, analysés dans la deuxième et la troisième partie de cette étude, démontrent combien les gouverneurs « Turcs » (1545-1562) furent tiraillés entre la recherche d’une légitimation de leur pouvoir par Istanbul et la tentative d’exercer leur charge sans être rejetés par l’élite locale « arabe »11.

Conflits internes au sein de la « maison » des Barberousse

  • 12 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Arma (...)
  • 13 Federico Cresti, La population d’Alger et son évolution durant l’époque ottomane : un état des co (...)

5Fernand Braudel a démontré que la Méditerranée de la première Époque moderne, loin de devoir être pensée comme une mer unique, avait été une somme de plusieurs mers différentes12. Une approche semblable pourrait être appliquée à plusieurs des cités maritimes qui la bordaient. Ainsi, la ville d’Alger, qui connut, au cours du xvie siècle, un développement urbain extraordinaire13, fut, bien plus qu’un simple nid de corsaires, un théâtre socialement hétérogène. De fait, dans ses rues, les langues latines se mêlaient aux parlers arabes, la religion et les rituels musulmans aux catholiques et aux juifs, les produits européens aux marchandises nord-africaines et aux épices asiatiques.

  • 14 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinièr (...)

6Ce microcosme méditerranéen, reflet du processus de métissage et d’échange entre cultures qui marqua le monde entier à l’époque des grandes découvertes14, se cristallisa dans le port algérois en raison de trois changements politiques qui se produisirent dans les trois contextes en présence, en Afrique, en Europe et au Moyen‑Orient.

  • 15 Jamil M. Abun-Nasr, A History of the Magrhib in the Islamic Period, Cambridge, Cambridge Universi (...)
  • 16 Larbi Icheboudène, Alger : histoire et capitale de destin national, Alger, Casbah Éditions, 1997, (...)

7En Afrique du Nord, la crise dynastique qui affecta les principaux sultanats maghrébins – Fès, Tlemcen et Tunis – laissa la grande majorité des villes entre les mains de clans barbaresques qui avaient occupé jusqu’alors les charges d’administrateurs des régions périphériques et désertiques de ces seigneuries musulmanes15. Durant cette période d’affaiblissement du pouvoir central, la ville d’Alger se débarrassa des liens qui la rattachaient à la dynastie zianide de Tlemcen et se convertit en un centre indépendant sous la férule de la tribu semi-nomade des al-Tûmi, clan de soldats et de marchands originaires des montagnes de Kabylie, au cœur du Maghreb16.

  • 17 Beatriz Alonso Acero, Cisneros y la conquista española del norte de África: cruzada, política y a (...)
  • 18 Joshua White, Piracy and Law in the Ottoman Mediterranean, Stanford, Stanford University Press, 2 (...)

8Au même moment, l’expansion en Méditerranée de la Monarchie espagnole et de son rival, l’Empire ottoman, intensifia les flux migratoires en direction du littoral maghrébin. Du côté européen, les Andalouses et les Juifs furent contraints à l’émigration par la politique d’orthodoxie confessionnelle prêchée par un cardinal Cisneros rêvant de parachever le processus de la Reconquista17. Simultanément, du côté moyen-oriental, l’arrivée au Maghreb de pirates turco-levantins fut la conséquence de la volonté des Ottomans de contrôler et réglementer le phénomène des pillages en mer Égée18.

  • 19 Aldo Gallotta, Khayr al-Dīn Pasha Barberousse, Encyclopaedia of Islam, SECOND, vol. IV, Leiden, B (...)
  • 20 Stanford J. Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey: Volume I, Empire of the Gazis: (...)
  • 21 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, Los Barbarroja: corsarios del Mediterráneo, Madrid, Alderabán, 2004

9C’est dans cette conjoncture d’émigrations forcées que s’inscrit l’arrivée au Maghreb de deux frères, ‘Arrûj et Khayr ad-Dīn, les Barberousse des chroniques occidentales19. Ces corsaires d’origine grecque, nés dans l’île de Mytilène, furent poussés en Méditerranée occidentale par les décisions ottomanes relatives à la piraterie levantine et par les persécutions politiques menées par le sultan Sélim Ier à l’encontre des partisans de son frère, Korkud (1467-1513), à qui il avait disputé la succession à la tête de la maison osmanlie20. Quand, en 1512, Sélim Ier prit le titre de sultan d’Istanbul, les Barberousse, qui avaient servi son frère, durent abandonner leurs charges et fuir le Levant. Établis en Afrique du Nord, après quelques années comme corsaires au service du sultan de Tunis, ‘Arrûj et Khayr ad-Dīn surent tirer profit du manque de pouvoirs stables sur le littoral maghrébin pour prendre le contrôle du port d’Alger et diriger, à partir de cette base, leurs attaques contre la rive chrétienne de la mer Méditerranée21.

  • 22 John Stewart, African States and Rulers, Jefferson, McFarland, 2006, p. 14.
  • 23 Robert Mantran, Khayr ed-din Barberousse et l’implantation Ottomane en Afrique du nord, in Charle (...)
  • 24 Nicolas Vatin, Note sur l’entrée d’Alger sous la souveraineté ottomane (1519-1521), Turcica 44, (...)

10La conquête d’Alger passa par l’assassinat du cheik local, Sâlem al-Tûmi en 151622. Le risque d’une révolte urbaine fut longtemps jugulé par les méthodes de gouvernement du corsaire levantin Khayr ad-Dīn23. Il sut consolider un pouvoir politique acquis par la force en établissant un solide entrelacs d’alliances et de relations de clientèle aussi bien avec le tissu social maghrébin qu’avec la principale puissance islamique de l’époque, les sultans dIstanbul. Le pacte d’allégeance contracté auprès du sultan Soliman Ier en 1520 est bien connu depuis l’étude que lui a consacrée Nicolas Vatin24. Pour prouver sa fidélité et défendre les territoires du Maghreb récemment conquis, le corsaire se mettait sous le pavillon de la dynastie ottomane en tant que bey (vassal). En revanche, les modalités selon lesquelles Barberousse réussit à consolider son propre kapı pour obtenir le contrôle de la société algérienne pendant près d’un demi-siècle sont encore largement méconnus.

  • 25 Seyid Murad, Gazavat-i Khayr al-Dîn Pasa, éd. Miguel Ángel Bunes Ibarra et Emilio Sola, Granada, (...)
  • 26 Pierre Boyer, Espagne et Kouko. Les négociations de 1598 et 1610, Revue de l’Occident musulman et (...)
  • 27 Mouloud Gaid, Les berbers dans l’histoire. Tome. III. Lutte contre le colonialisme, Alger, Mimoun (...)

11Khayr ad-Dīn dut conclure des pactes privés avec les représentants des principaux groupes de pouvoir de la communauté nord-africaine. Se présentant comme un gazi (guerrier de la foi islamique) et prêchant le jihad afin de repousser les Espagnols loin du littoral barbaresque, Barberousse obtint rapidement les faveurs de l’ayân (union des notables et des religieux locaux)25. C’est ce même esprit de lutte contre linfidèle qui lui offrit l’opportunité de rallier le consensus des principaux clans militaires de Kabylie : la tribu des Ibn al-Qâdhî, qui avait fondé une seigneurie puissante, connue sous le nom de royaume de Koukou, et la tribu des Bnî‘Abbâs, dont les membres avaient fait de la ville de Qal‘a un bastion musulman contre les envahisseurs européens26. Les conditions étaient favorables. Ces deux clans étaient issus d’une tradition politique reposant sur la rhétorique de guerre sainte de libération et avaient occupé, à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, la fonction de gardes-frontières du royaume tunisien des Hasfides. Ces alliances furent renforcées par des liens matrimoniaux et économiques. ‘Arrûj, avant de mourir en 1518, avait épousé la fille du seigneur de Koukou en échange d’une aide militaire pour conquérir Tlemcen. En 1533, à son tour, Khayr ad-Dīn se mariait avec la fille du seigneur de Qal‘a et passait avec lui un traité commercial de libre-échange27.

  • 28 David Coleman, Of Corsairs, Converts and Renegades: Forms and Functions of Coastal Raiding on Bot (...)
  • 29 Ciro Manca, op. cit., p. 61-64.
  • 30 Mirella Mafrici, Mezzogiorno e piratería nell’età moderna (secoli XVI-XVIII), Napoli, Edizioni Sc (...)
  • 31 Ellen G. Friedman, Spanish Captives in North Africa in the Early Modern Age, Madison, University (...)
  • 32 Joseline Dakhlia, « Turcs de profession » ? Réinscriptions lignagères et redéfinitions sexuelles (...)
  • 33 Monique Bernards et John Nawas (eds.), Patronate and Patronage in Early and Classical Islam, Leid (...)
  • 34 Francesco Caprioli, I mühtedi di Algeri, ovvero l’altro volto dei rinnegati. Conversioni all’isla (...)

12Le statut de paladin de l’Islam acquis par Barberousse aux yeux des religieux locaux et sa stature de nouveau référente politique pour les clans de Kabylie exercèrent, par la suite, une attractivité certaine sur le groupe des corsaires qui peuplaient les ports du Maghreb28. Dès lors, Khayr ad-Dīn mit en place un système de clientèle en employant, pour d’autres aventuriers des mers, de grosses sommes d’argent dans la construction et l’armement de galères. Il se transforma en puissant armateur, capable de proposer des prêts d’argent, des bateaux et des hommes, en échange d’une part substantielle du butin29. Cet investissement économique et sa qualité de premier qubtân (capitan) des galères d’Alger permirent à Barberousse de parrainer et gérer les actions de la course algéroise et d’en diriger les opérations contre les territoires et les flottes de l’ennemi espagnol30. Ces incursions conduisirent à l’intégration et à l’assimilation de nombreux prisonniers et captifs chrétiens dans le cercle de Khayr ad-Dīn31. Après s’être convertis à la foi musulmane, ils tissèrent tout un ensemble de relations de clients à patron avec Barberousse lui-même32. Ce système de patronage (walā)33, qui, bien qu’il soit une caractéristique de la société musulmane médiévale, a continué à être utilisée jusqu’au xixe siècle, poussa de nombreux esclaves renégats à occuper des fonctions domestiques et administratives au sein de la société algérienne en qualité de familiers de l’homme fort de la région34.

  • 35 Emilio Sola, Cervantes y la Berbería: Cervantes, mundo turco-berberisco y servicios secretos en l (...)
  • 36 Tal Shuval, art. cit., p. 42-43.

13C’est l’ensemble de ces liens – politiques, religieux, économiques et familiaux – tissés avec les différentes composantes de la société algérienne, qui constitua la base du kapı de Khayr ad-Dīn et lui permet de consolider son autorité35. L’importance de cette maison, qui, comme l’a noté Tal Shuval, devient l’élément central de l’exercice du pouvoir dans le contexte de l’Algérie ottomane36, se comprend mieux encore en étudiant de près les conflits sociaux et les mécanismes de changement du gouvernement algérien.

  • 37 Archivio di Stato di Venezia (ASVe), Documenti Turchi, b. 3, doc. 315: Solimano I al doge, 25 gen (...)
  • 38 Bernardino de Mendoza, capitaine de La Goulette de Tunis, en informait ainsi l’empereur Charles Q (...)
  • 39 Luigi Pinelli, Un corsaro re di Algeri, Sassari, Chiarella, 1972 ; Francisco Fernández Lanza, El (...)
  • 40 Mouloud Gaid, op. cit., p. 21.
  • 41 AGS, Estado, Nápoles, leg. 1021, doc. 35: Lo que se entiende de la armada de Barbarroja. Nápoles, (...)

14En 1534, avant de mettre le cap sur Istanbul pour y recevoir le titre de premier amiral de la flotte ottomane (Kapudan-i-Derya)37, Barberousse confia les principaux postes de responsabilité politique à des membres de son kapı, peuplé majoritairement de nouveaux convertis à l’Islam38. Il attribua à Hassan Agha, renégat sarde, son eunuque, trésorier et secrétaire particulier39, la charge de lieutenant d’Alger (khalifa), tandis qu’il nomma son cousin, Ramadan Tchelebi, comme premier conseiller40. De la même manière, il plaça Sinân Raïs, renégat juif de sa « maison », à la tête de la flotte d’Alger41.

  • 42 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 464, doc. 15 : Carta del licenciado Salgado a Carlo (...)
  • 43 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 467, doc. 26 : Carta de Pedro de Narváez al comenda (...)
  • 44 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 467, doc. 147 : Las nuevas que dize de Argel un chr (...)
  • 45 « Dize asimismo que Hacenaga a muerto a todos los turcos principales que quisieron prendelle quan (...)
  • 46 Metin I. Kunt, Ethnic-Regional (Cins) Solidarity in the Seventeenth-Century Ottoman Establishment (...)
  • 47 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 466, doc. 200 : Lo que dice Vincencio Peyrmo de Fin (...)
  • 48 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 467, doc. 147 : Las nuevas que dize de Argel un chr (...)
  • 49 Daniel Nordman, Tempête sur Alger : l’expédition de Charles Quint en 1541, Saint‑Denis, Bouchène, (...)
  • 50 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 469, doc. 22 : Copia de la carta que Juan Gil, algu (...)
  • 51 Francesco Caprioli, El traslado de cartas turquescas de don Bernardino de Mendoza. Un documento i (...)
  • 52 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Carta del conde de Alcaudete a Fel (...)
  • 53 « El Axi Baxa y los turcos y los de la tierra juntaronse contra los renegados y axi baxa se apode (...)
  • 54 Tal Shuval, art. cit., p. 52-53.

15Au pouvoir, Hassan Agha dut faire face à une situation critique de manque de vivres, due à une succession de mauvaises récoltes de blé, détruites par les pluies hivernales42. Déjà en 1539, Hassan Agha devait justifier auprès du marchand Pedro Narváez, actif au Maghreb pour libérer des prisonniers, sa pratique de la course par l’impérieuse nécessité de « donner à manger » aux Algérois43. À côté de ces opérations, il sut renouveler le choix tactique de son patron. Les Barbaresques, dont l’opinion à légard du gouvernement de Hassan Agha est connue par le témoignage d’un ancien captif, souhaitaient « voir les Turcs hors de la ville parce qu’ils commettaient de grandes cruautés contre eux »44. En 1544, les « nouvelles des Barbaresques » informaient qu’Alger se trouvait désormais presqu’entièrement entre les mains de renégats de Sardaigne et de Corse45. C’est précisément la querelle ethnique liée à l’origine géographique et confessionnelle des acteurs en jeu, qui est décrite. Cette source espagnole offre la possibilité d’observer de près la lutte entre deux groupes de pouvoir au sein de la maison de Khayr ad-Dīn. L’exclusion des Turco-Ottomans et l’inclusion parallèle des renégats démontrent bien combien l’accès au pouvoir, dans la ville d’Alger, a été fortement conditionné par les origines ethniques de ses protagonistes. La manœuvre par laquelle Hassan a éliminé tout rival politique cache un dense tissu de relations de patronage consolidées au fil du temps avec d’autres renégats de sa propre origine géographique. Ces liens sociaux basés sur la solidarité et la confiance personnelle, que l’historien Metin Kunt a désignés sous le nom de cins-network (réseaux ethno-géographiques), illustrent les types de relations sociales qui ont été entretissées par le vice-gouverneur d’Alger pour consolider son propre kapı et parvenir à gérer les affaires internes de la ville46. Cependant, le turc Hadj Pacha, membre du kapı de Khayr ad-Dīn et capitaine de l’armée algérienne, complota pour renverser Hassan Agha, qu’il avait ordre de surveiller47. Pour éviter une réaction populaire aux pénuries, il essaya de gagner du temps en certifiant au peuple « que d’un jour à l’autre Barberousse allait revenir »48, son nom demeurant dans la mémoire des maghrébins synonymes de sécurité et de stabilité. L’occasion de déposer Hassan Agha et sa nouvelle maison des renégats fut fournie par la découverte opportune des relations qu’il avait entretenues avec les Espagnols, lors du siège d’Alger en 154149, et de sa promesse de leur livrer la place sans combattre50. Hadj Pacha partit à Istanbul pour informer la Porte de l’affaire. À son retour de la capitale ottomane, chargé par les principaux vizirs du sultan d’enquêter sur cette éventuelle trahison51, il prit temporairement le titre de gouverneur de la ville, après avoir triomphé des partisans de son rival grâce au soutien des janissaires turcs, qui ont formellement constitué son kapı par opposition à celle de Hassan.52. Au début de l’année 1545, un espion espagnol décrivait, depuis Alger, la manière dont s’était achevé l’épisode. Ayant saisi tous les biens d’Hassan Agha, Hadj Pacha fit savoir qu’avaient été trouvées, dans sa maison, des armes et des munitions qui auraient servi à la révolte de chrétiens captifs53. Au-delà de la volonté de prouver une hypothétique collusion entre Hasan et les agents de la Monarchie espagnole, l’acte de confiscation de la maison et des biens du renégat sarde et eunuque de Barbarossa représente la tentative de Hadj Pacha de détruire concrètement la maison du rival pour le priver de son centre de pouvoir à Alger54.

  • 55 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Argel. Argel, 1544‑1545.

16L’analyse de ce premier conflit sociopolitique montre comment les relations de patronage mises en pratique par Khayr ad-Dīn ont été utilisées par les membres de sa maison pour consolider de nouveaux groupes de pouvoir avec lesquels aspirer au control politique de la ville d’Alger en l’absence de son patron. Si l’éloignement de ce dernier dut alimenter la division au sein de ses principaux favoris, il ne fait aucun doute qu’il continuait à gérer la situation barbaresque depuis la capitale ottomane en sa qualité de patron de la « maison ». De fait, en 1544, au cours du séquestre de la maison d’Hassan Agha, on trouva aussi des « lettres de Barberousse » dans lesquelles il ordonnait à Hassan Agha de céder sa fonction à Hadj Pacha55.

Conflits de cultures politiques (1545‑1557)

  • 56 Idris Bostan, The establishment of the province of Cezayir-i Bahr-i Sefid, in Elizabeth Zachariad (...)

17Les évènements de 1544 ne passèrent pas inaperçus à la cour de Soliman Ier. En 1545, la Sublime Porte promulgua un décret qui créait de manière officielle le beylik de Cezayir-i Garb, nom ottoman donné à la province d’Alger56. Les chefs algérois furent intégrés dans la hiérarchie administrative ottomane comme beylerbey (gouverneurs). L’acte, à forte valeur symbolique, réaffirmait le lien de vassalité unissant la ville et le sultan qui s’était établi en 1520 entre Barberousse et Soliman Ier.

  • 57 Metin Kunt, op. cit., p. 9-29.
  • 58 Osman Türer, Tasavvuf, TDVIA, vol. VI, 1992, p. 124-125.
  • 59 Haim Gerber, State, Society, and Law in Islam. Ottoman Law in Comparative Perspective, New York, (...)

18Cette décision s’inscrivait dans le cadre général des réformes administratives qui allaient, en quelques années, révolutionner les dynamiques d’accès aux fonctions de gouvernement57. Les offices de beylerbey et de sandjakbey (subordonné du beylerbey, à la tête d’une circonscription administrative plus petite) ne furent plus confiés selon des critères méritocratiques mais à travers le système complexe des relations de patronage (intisap)58 permettant aux kapı de l’élite turque-ottomane de réserver pour ses membres les différentes aires de puissance à l’intérieur de l’Empire59.

  • 60 Serap Mumcu, Parentele, amicizie e carriere : la distribuzione del potere al centro dell’impero o (...)

19Dès lors, les beylerbeys d’Alger durent, d’une part, continuer à entretenir les réseaux locaux qui leur permettaient de conserver l’obéissance et la fidélité des côtes barbaresques et, d’autre part, prêter une attention de plus en plus grande aux réseaux qui les légitimaient depuis Istanbul. Le don de cadeaux (piskses) ou de pots-de-vin (bahsis) à un membre de l’élite ottomane offrait l’opportunité de s’intégrer un kapı en qualité de protégé et d’accéder à différentes charges. En revanche, la chute en disgrâce ou la mort du patron de cette « maison » pouvaient être des causes d’instabilité et de renouvellement des hommes chargés d’administrer les territoires du sultan60.

  • 61 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Argel, s.f.

20C’est précisément ce qui se produisit après la mort de Barberousse à Istanbul, en 1546. Les équilibres de pouvoir au sein du Divan d’Istanbul se reconfigurèrent. En 1545, la nomination de son fils Hassan Pacha comme premier beylerbey du Cezayir-i Garb envoyé par la Porte avait été le fruit de l’influence paternelle au sein de la cour61.

  • 62 Leslie P. Pierce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Oxford, Oxford (...)
  • 63 Halil Sahillioglu, L’Investiture de Salih Pacha en 1552, Revue d’Histoire Maghrébine 2, 1974, p.  (...)
  • 64 Lemouar Merouche, op. cit., p. 108.
  • 65 Gilles Veinstein, Les préparatifs de la campagne navale franco-turque en 1552 à travers les ordre (...)
  • 66 Chantal de La Véronne, Relations entre Oran et Tlemcen dans la première partie du XVIe siècle, Pa (...)
  • 67 Ernest Charrière, Négociations de la France dans le Levant, Paris, Imprimerie nationale, t. II, 1 (...)

21À partir de 1546, le kapı du grand vizir Rüstem Pacha, époux de la fille de Soliman Ier et favori de son épouse Hürrem Sultan, se mit à gérer la majeure partie de la politique extérieure impériale, y compris ses stratégies en Méditerranée occidentale62. En 1552, Hassan Pacha fut démis de sa fonction de beylerbey et remplacé par le turc Salah Raïs, membre du kapı de Rüstem Pacha et lié par des relations professionnelles maritimes à son frère, Sinân Pacha, amiral de la flotte et successeur de Barberousse63. Le rappel du fils de Barberousse pouvait s’expliquer par la volonté de la France de le destituer : elle le tenait pour responsable de la prise de plusieurs navires marchands de Marseille64. Le vizir et son frère avaient pu sacrifier le gouverneur au nom du maintien d’une bonne intelligence avec la France, en vue d’une expédition navale commune contre le royaume de Naples65. La décision était surtout motivée pour les actes commis par les hommes de Hassan Pacha lors la campagne militaire menée contre le sultan sa’dien en vue de la conquête de Tlemcen66 : ses soldats avaient fait décapiter les fils du leader de Fès et ses corsaires avaient intercepté et dévalisé les galères de l’ambassadeur sa’dien chargées de présents destinés aux hommes forts de la capitale stambouliote67. Ces deux épisodes, qui auraient pu mener à une rupture définitive des relations déjà complexes entre Fès et Istanbul, imposaient une prise de position de la part de la Porte.

  • 68 Mouloud Gaid, L’Algérie sous les Turcs, Alger, Mimouni, 1991, p. 69.
  • 69 Beatriz Alonso Acero., España y el Norte de África en los siglos XVI y XVII, Madrid, Síntesis, 20 (...)

22Le nouveau beylerbey d’Alger, Salah Raïs, faisait, certes, partie du kapı istanbuliote de Rüstem Pacha mais il avait aussi été jadis membre du kapı algérienne de Khayr ad-Dīn. Il sut, par conséquent, tirer profit de son expérience et de sa connaissance de la région barbaresque pour renégocier sa légitimité locale au Maghreb, comme il l’avait fait auparavant à Istanbul. Il s’entoura principalement d’hommes issus de la maison de Barberousse. En 1553, son premier acte de gouverneur fut d’épouser la fille du cheik des Ibn al-Qâdhî pour obtenir une certaine stabilité dans la région voisine de Kabylie68. Sa période de gouvernement fut ponctuée de plusieurs victoires militaires et conquêtes territoriales sur les domaines maghrébins de la Monarchie espagnole69. Sa mort soudaine, en 1556, inaugura une période de deux ans fondamentaux pour saisir les défis inhérents à la consolidation de la domination ottomane en Afrique du Nord.

  • 70 AGS, Estado, Costas de Africa y Levante, leg. 483, doc. 208 : Biserta, 12 de junio 1557 ; ibidem, (...)

23La rapide succession des beylerbeys témoigna d’une forte instabilité politique causée par une épidémie de peste affectant tout le territoire barbaresque70. De l’été 1556 à l’été 1557, la fonction de gouverneur d’Alger fut occupée par quatre titulaires, les uns envoyés par la Porte – Muhammad Takâlî (automne 1556 – printemps 1557) et Hassan Pacha (printemps 1557) – et, les autres, choisis localement – Hassan Corso (été 1556) et Mustafâ Arnawût (printemps 1557). De fait, les décisions prises par le Divan d’Istanbul se confrontèrent alors à la demande locale délire soi-même le gouverneur ou de faire attribuer la charge à des hommes appréciés dans les milieux algérois.

  • 71 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 475, doc. s.n. : Carta de Orán. 1556.
  • 72 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Berbería, s.f.
  • 73 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 18 : Nuevas de Argel. Argel, 4/II/1557.
  • 74 ASVe, Archivio Proprio Costantinopoli, reg. 5, doc. 82 : Navagero, 6/V/1551 ; ASVe, Sen., Disp., (...)
  • 75 « Tambien he tenido aviso que el rey de argel que agora vino ha muerto a Hacan Corso, el que gove (...)
  • 76 Dalenda Argueche, The Mahalla: the Origins of Beylical Sovereignty in Ottoman Tunisia during the (...)
  • 77 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 190 : Carta del alcaide de Tabarca a don (...)

24Le renégat Hassan Corso, gouverneur autoproclamé conformément aux volontés formulées par Salah Raïs avant sa mort71, avait été lui-aussi formé dans le kapı de Barberousse. Il avait été, par la suite, « la principale personne de la maison de Hacenaga [i.e. Hassan Agha] »72. Il fit face à un rival, envoyé par le Sultan, le turc Muhammad Takâlî, homme richissime qui devait sa promotion à ses liens étroits avec le grand vizir Rüstem Pacha73. Leur antagonisme trahissait la réalité nouvelle d’un conflit entre Turcs et renégat. D’un côté, le turc Muhammad Takâlî, nommé gouverneur d’un port sans jamais avoir occupé aucune charge navale ou en lien avec la flotte du Grand Turc, était le pur produit du système de l’intisap74. De l’autre, Hassan Corso, renégat corsaire, était issu des dynamiques de parenté mises en place par Khayr ad-Dīn dès son arrivée en Méditerranée occidentale. Dans cette lutte, les partisans des deux adversaires jouèrent un rôle décisif pour déterminer lequel des deux candidats, chacun ayant ses propres sources de légitimité, devait rester à la tête dAlger. Les soutiens d’Hassan Corso, selon le récit fait, en 1557, par Alfonso de la Cueva, gouverneur de La Goulette de Tunis, ne purent pas faire grand-chose pour soutenir leur prétendant75. Ils se trouvaient en minorité face à la milice turque des janissaires qui, en leur qualité de défenseurs des décisions de la Porte, se rangèrent derrière Muhammad Takâlî, qui fit assassiner Hassan Corso et son entourage pour prendre le pouvoir. Sa cruauté et sa violence entachèrent le reste de son gouvernement. Bien loin de se préoccuper de trouver un accord avec ses adversaires et le reste de la communauté pour constituer son propre kapı76, l’envoyé turc mena une politique d’expropriation forcée afin d’éliminer les traces de la maison des renégats de son rival mort. Le gouverneur génois de l’île de Tabarca, écrivant à Alfonso de la Cueva, mentionnait ses « actions tyranniques et cruelles » et résumait ainsi sa cupidité : « si un renégat ou tout autre que ce soit avait l’air d’avoir de l’argent, il le faisait tuer pour le lui prendre »77.

  • 78 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 260 : Tabarca, 12 de mayo 1557.
  • 79 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 190 : Carta del alcaide de Tabarca a don (...)
  • 80 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 259 : Carta de Felipe II a Mostaffa Arnau (...)

25Encore une fois, la lecture des faits par un chrétien enveloppé dans le contexte maghrébin propose la dichotomie entre les Turcs et les renégats. En effet, c’est précisément le chef de la milice algérienne, Mustafâ Arnawût – un mystérieux albanais converti à l’Islam au passé et à l’ascension encore mal connus, ayant fait partie de la « maison » de Khayr al-Dîn – qui réunit, par la suite, un conseil informel pour confier au renégat Jusuf Sardo, ancien serviteur d’Hassan Corso, la mission d’assassiner, à la fin de l’hiver 1557, Muhammad Takâlî78. Les vieux hommes du kapı de Barberousse purent alors reprendre possession du palais du gouvernement79. On a conservé, de façon assez exceptionnelle, une lettre, datée de 1557 et envoyée de Londres, dans laquelle le futur Philippe II offrait « soutien et aide » à Mustafâ Arnawût pour le cas où Soliman Ier aurait voulu l’exécuter pour le punir d’avoir tué son envoyé80.

  • 81 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 208 : Biserta, 12/VI/1557.
  • 82 « Agli 2 del istante venne nova de Algieri con una galeotta di Dragut come gli mori si erano soll (...)
  • 83 Michel Hervé, Les débuts de la Régence d’Alger de 1518 à 1566, Paris, EHESS, 2003, [Thèse de doct (...)
  • 84 Durghût Raïs avait été l’un des premiers corsaires à suivre Khayr al-Dîn dans ses expéditions au (...)
  • 85 Eloy Martín Corrales, Dragut, un corsario enemigo, admirado y temido, Studia histórica, Historia (...)

26Le nouvel homme fort prit aussitôt fait et cause pour Hassan Pacha, fils de Khayr ad-Dīn. Il envoya une délégation à Istanbul pour demander au Sultan qu’il autorise, en échange de l’obéissance de la communauté, les Algérois à choisir librement leur futur gouverneur81. Le bailo Bernardo, qui informait le sénat vénitien depuis la capitale ottomane, témoignait ainsi des risques que courrait la Sublime Porte en n’acceptant pas cette requête82. Selon lui, le retour d’Hassan Pacha avait une première explication, de nature militaire : le sultan n’avait pas la moindre intention de perdre le contrôle d’un des principaux lieux de recrutement de marins et de galères pour ses entreprises méditerranéennes83. Il le justifiait aussi par des motivations géopolitiques. En refusant la requête d’Alger, les Ottomans auraient laissé la ville s’offrir, unilatéralement, au sultan rival de Fès. Un tel dilemme avait été imposé au pouvoir central par un habile calcul politique de plusieurs membres de la « maison » des Barberousse. Lié à Khayr ad-Dīn et à Hassan Pacha84, Durghût Raïs, fraîchement nommé gouverneur de Tripoli85, avait mobilisé ses galères en soutien des revendications politiques de Mustafâ Arnawût. Il semble donc, qu’une fois occupées les capitales des deux provinces osmanlies de la Méditerranée occidentale – Tripoli et Alger – les vieux hommes du kapı des Barberousse poursuivirent leur effort pour demeurer au pouvoir au Maghreb et défendre, à ces fins, leurs alliés et familiers, en allant jusqu’à imposer, de fait et malgré la disparition de leur patron à Istanbul en 1546, leurs volontés au sultan et aux vizirs de la Porte.

Vers un inévitable processus d’ottomanisation de la « maison » des Barberousse

  • 86 AGS, Guerra y Marina, leg. 56, doc. 212 : Lo que ha dicho Morato calafate turco. Orán, 1555.
  • 87 Claude Bontems, Manuel des institutions algériennes de la domination turque à l’indépendance, Par (...)

27Le rappel d’Hassan Pacha à la tête dAlger, pour la deuxième fois, à la fin de lannée 1557, ne fut qu’une victoire éphémère de la maison de Barberousse sur les positions de l’élite ottomane. En réalité, les difficultés rencontrées par Mustafâ Arnawût et Durghût Raïs pour faire rétablir le fils de Khayr ad-Dīn étaient symptomatiques du changement des équilibres sociopolitiques internes des provinces nord-africaines de l’Empire ottoman. À Istanbul, il manquait désormais à la maison Barberousse, une figure influente. À Alger, le besoin croissant de renforts armés pour lutter contre les troupes espagnoles et le pouvoir sa’dien poussèrent Salah Raïs à demander au sultan, au début des années 155086, un accroissement du contingent janissaire. Du fait de cette reconfiguration de l’économie politique, les décisions des beylerbeys furent, de plus en plus, contrecarrées par l’ocak (la milice des janissaires ottomanes). Le groupe ayant grandi à l’ombre de Barberousse se retrouva fréquemment en situation de minorité dans le principal organe administratif de la ville, le Divan ou conseil général87.

  • 88 « Fueronse los genizaros a palacio y prendieron al mismo Asan baja y poniéndole unos grillos a lo (...)

28Cette lutte pour gouverner la ville d’Alger trouva son expression la plus radicale en 1561, quand les chefs des janissaires décidèrent d’arrêter et d’envoyer à Istanbul le beylerbey Hassan Pacha, son beau-frère homonyme et le renégat grec Euldj Ali, son serviteur et confident, tous trois accusés de trahison88.

  • 89 Mouloud Gaid, op. cit., 2000, p. 26.
  • 90 Diego de Haedo, op. cit., fol. 75.
  • 91 Mouloud Gaid, op. cit., 1991, p. 79.
  • 92 « Il tenta de constituer, à partir des combattants de cet agrégat tribal, une force organisée qui (...)
  • 93 ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, Decifrazioni 3, fol. 71-76: Ferro al Senato, 30 giugno 1561 : (...)
  • 94 Colin Imber, The Ottoman Empire: the Structure of Power, New York, Palgrave Macmillan, 2002, p. 1 (...)
  • 95 ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, Decifrazioni 3, fol. 71-76 : Ferro al Senato, 30 giugno 1561: (...)

29L’ocak répondait, de la sorte, aux démarches de négociation politique entreprises par Hassan Pacha pour obtenir, via des pactes matrimoniaux, économiques et militaires, l’obéissance locale des tribus de Kabylie. Le beylerbey, après avoir épousé en 1544 la fille du seigneur de Qal‘a de la tribu des Bnî‘Abbâs, passa un accord semblable avec le seigneur de Koukou de la tribu des Ibn al-Qâdhî en 155989. Les clauses de ces secondes noces ne garantissaient plus seulement une ligue offensive et défensive en Afrique du Nord mais promettaient aussi la libéralisation du marché des armes pour la tribu de sa nouvelle femme90. Le descendant de Khayr ad-Dīn réfléchissait alors à organiser une milice autochtone pour l’incorporer dans les rangs de l’armée régulière d’Alger91, stratégie visant à contrebalancer le pouvoir décisionnel acquis par les janissaires. Une telle entente avec un puissant clan local fit douter ces derniers de la loyauté du beylerbey envers la Porte et les poussa à l’emprisonner, lui et ses partisans92. Selon les informations recueillies par le bailo Ferro dans la capitale ottomane, Hassan Pacha fut rapidement libéré par Soliman Ier, qui désavoua les janissaires93 et envoya à Alger son homme de confiance, Ahmed Pacha94, le Kapuji-bashi (maître de cérémonie du palais impérial), avec pour mandat exprès de les châtier et de ramener leurs chefs à Istanbul pour les y faire exécuter95.

  • 96 Leslie P. Pierce, op. cit., p. 67-69.

30La réaction rapide du sultan en faveur d’Hassan Pacha se comprenait par la récente reconfiguration des relations de pouvoir internes à la Sublime Porte. En 1561, la mort du grand vizir Rüstem Pacha laissa au kapı du prince Sélim et de la favorite Nur-Banu Sultan, qui le soutenait, les coudées franches pour prendre le contrôle du conseil impérial. Par une politique matrimoniale minutieuse, Nur-Banu Sultan parvint à marier, en 1562, ses filles à Sokollu Mehmet Pacha (deuxième vizir), Piyâle Pacha (Kapudan-i Derya) et au gardien des faucons du Sultan (çakircibasi). L’ascendant pris par le kapı sur les décisions du sultan conduisit à la redéfinition de la stratégie des Ottomans en Méditerranée96. Le projet de siège de l’île de Malte (qui se réalisait en 1565) imposait d’avoir à la tête dAlger et de sa flotte un homme rompu aux affaires navales.

  • 97 ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, r. 1, fol. 175: Ferro al Senato, 16 giugno 1562 : « Havendo ie (...)
  • 98 Stanford J. Shaw., op. cit., p. 106.
  • 99 Emrah Safa Gürkan, The centre and the frontier: Ottoman cooperation with the North African corsai (...)

31Profitant de cette occasion et conscient désormais que la seule légitimation locale ne suffisait plus à garantir l’autorité du beylerbey, Hassan Pacha dut accepter de faire pleinement partie de l’Empire en se soumettant à la logique de patronage ottomane (intisap) pour gagner le soutien du kapı du prince Selim. C’est la raison pour laquelle, après avoir été de nouveau renversé par un coup de force en 1561, il offrit « une grande quantité dargent » aux vizirs du sultan afin d’être nommé, pour la troisième fois, gouverneur d’Alger, à lété 156297. Selon toute vraisemblance, une partie de la somme était destinée au premier amiral de la flotte ottomane, Piyâle Pacha, qui avait déjà, par le passé, soutenu Durghût Raïs dans son ascension au poste de gouverneur de Tripoli98. Désormais, la place prise par l’ocak obligeait et obligerait pour un temps les membres du kapı des Barberousse à faire partie prenante de l’Empire du sultan99.

Conclusion

32Il apparaît donc que le prisme d’analyse de la lutte ethnique entre « Turcs d’origine » et « Turcs de profession » est trop réducteur pour étudier pleinement le système d’accession au pouvoir politique dans l’Alger du début du xvie siècle. Il doit être associé, de manière complémentaire, au paradigme du kapı ou de la maison. De fait, chacune des trois étapes de la consolidation du pouvoir turco-ottoman en Afrique du Nord s’articule autour de problématiques d’alliances définissant les rapports de force et les stratégies des kapı et du conflit entre les groupes ethniques-sociaux au sein de la maison même.

33Entre 1518 et 1544, les frères Barberousse parvinrent à contrôler la ville et sa région grâce à la formation de leur propre réseau de clientèle. A travers son maison, devenue le centre de pouvoir stable qui faisait alors défaut, réussit à monopoliser les principales fonctions administratives pour ses membres. Cependant, ce système entra en crise quand, en 1534, Khayr ad-Dīn fut appelé à Istanbul pour occuper la charge d’amiral de la flotte ottomane. Dès lors, la rivalité interne pour le pouvoir entre membres de son kapı s’intensifia et déboucha, en 1544, sur la lutte entre son eunuque, le renégat Hassan Agha, et un de ses hommes de confiance, le turc Hadj Pasha.

  • 100 Ehud R. Toledano, art. cit., p. 154-157.

34De 1545 à 1557, le kapı seul ne fut plus capable de garantir à ses représentants le contrôle de la ville. Il y eut plusieurs facteurs d’affaiblissement du système de légitimation locale. La création de la province de Cezayir-i Garb (1545) soumit la politique des gouverneurs d’Alger toujours plus aux décisions politiques de la Sublime Porte ; désobéir ou déplaire conduirait désormais à être destitué. La mort de Barberousse en 1546 priva les hommes de sa maison d’un point d’appui fondamental dans la capitale ottomane. L’adaptation au système de l’intisap, qui représente le processus d’ottomanisation des membres du kapı de Barberousse100, devint alors inévitable pour combler la perte de l’influence paternelle à Istanbul. Parallèlement, le contrôle de la Porte sur la province nord-africaine se renforça du fait de l’augmentation du nombre de janissaires présent dans la place algéroise. De là, l’affrontement entre les deux pôles de légitimation, le kapı des Barberousse à Alger et le kapı de l’élite istanbuliote.

35Une forte instabilité politique sanctionna le début de la dernière phase de la consolidation ottomane à Alger (1557-1562). Les prétentions des sultans renouvelées en Méditerranée occidentale poussèrent les membres du kapı de Barberousse à limiter leur autonomie, à s’intégrer au sein de l’Empire et à se soumettre au pouvoir central. Les janissaires agirent désormais en parfaits exécutants des ordres de la Sublime Porte.

  • 101 Evrim Türkçelik, art. cit., 2011, p. 184 ; Emrah Safa Gürkan, Fooling the Sultan: Information, De (...)
  • 102 Pierre Boyer, Des Pachas triennaux à la révolution d’Ali Khodja Dey (1571-1817), Revue Historique(...)

36Jusqu’à la fin du xvie siècle, le système de légitimation du pouvoir algérois continua à dépendre des décisions du Divan impérial et de l’influence capitale exercée par les différents Kapudan-i Derya101. Par la suite, le processus de réorganisation entrepris par l’Empire ottoman tout au long du xviisiècle imposa une distension générale des relations entre Istanbul et l’Afrique du Nord. Dès lors, le groupe des janissaires Turcs d’Alger gagna une indépendance d’action et joua un rôle de plus en plus important dans la vie politique locale, au point de pouvoir déposer plusieurs beylerbeys, démunis d’appuis solides au sein de la capitale ottomane102.

Haut de page

Notes

1 Lemnouar Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane. Tome II. La course, mythes et réalité, Saint-Denis, Éditions Bouchène, 2007, Introduction ; Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter, Revue d’histoire moderne et contemporaine 2, 2016, p. 133-156.

2 Henri-Delmas de Grammont, Histoire d’Alger sous la domination turque (1515‑1830), Paris, Imprimerie nationale, 1887 ; Pierre Hubac, Les Barbaresques, Paris, Berger‑Levrault, 1949 ; Godfrey Fisher, Barbary Legend. War, Trade and Piracy in North Africa (1415‑1830), Oxford, Oxford University Press, 1957 ; Salvatore Bono, I corsari barbareschi, Torino, RAI, 1964 ; William Spencer, Algiers in the Age of the corsairs, Norman, University of Oklahoma Press, 1976 ; John B. Wolf, The Barbary Coast: Algiers under the Turks, 1500 to 1830, New York, Norton, 1979.

3 Mikel de Epalza, Papel político de los moriscos en el nacimiento de la Argelia moderna en tiempos de Carlos V, in María J. Rubiera Mata (éd.), Carlos V, Los moriscos y el Islam, Alicante, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, p. 201-232 ; Lucette Valensi, Juifs et musulmans en Algérie : VIIe-XXe siècle, Paris, Tallandier, 2016 ; Hugh Roberts, Berber Government: the Kabyle Polity in pre-colonial Algeria, London, I. B. Tauris, 2017.

4 Farid Khiari, Vivre et mourir en Alger : l’Algérie ottomane aux XVIe-XVIIe siècles : un destin confisqué, Paris, L’Harmattan, 2002.

5 Diego de Haedo, Topographia e historia general de Argel: repartida en cinco tratados, do se verán casos extraños, muertes espantosas, y tormentos exquisitos, que conviene se entiendan en la Cristiandad con mucha doctrina y elegancia curiosa, Valladolid, Diego Fernández de Córdova y Oviedo, 1612, fol. 9.

6 Ciro Manca, Il modello di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto, Napoli, Giannini, 1982.

7 Metin I. Kunt, The Sultan’s Servants: the Transformation of Ottoman Provincial Government, 1550-1650, New York, Columbia University Press, 1983 ; id., Devolution from the Centre to the Periphery: An Overview of Ottoman Provincial Administration, in Joroen Duindam et Sabine Dabringhaus (eds.), The Dynastic Centre and the Provinces, Leiden, Brill, 2014, p. 30-48 ; Rifaat A. Abou-El-Hajj, Formation of the Modern State: the Ottoman Empire, Sixteenth to Eighteenth Centuries, Albany, State University of New York Press, 1991 ; Baki Tezcan, The Second Ottoman Empire: Political and Social Transformation in the Early Modern World, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; Jane Hathaway, The Arab Lands under Ottoman Rule, 1516-1800, London, Routledge, 2015.

8 Rifaat A. Abou-El-Hajj, The Ottoman Vezir and Paşa Households, 1683-1703. A Preliminary Report, Journal of the American Oriental Society 94/4, 1974, p. 438-447 ; Robert Mantran, Kapı, Encyclopaedia of Islam, SECOND, vol. IV, Leiden, Brill, 1997, p. 568 ; Jane Hathaway, Household, Encyclopaedia of Islam, THREE, vol. IV, Leiden, Brill, 2016 p. 111-113 ; Gabriel Piterberg, Mamluk and Ottoman Political Households: an Alternative Model of Kinship and Family, in Christopher H. Johnson, David Warren Sabean, Simon Teuscher et Francesca Trivellato (eds.), Transregional and Transnational Families in Europe and Beyond, New York, Berghahn Books, 2001, p. 43-53 ; Rhoads Murphey, Exploring Ottoman Sovereignty: Tradition, Image and Practice in the Ottoman Imperial Household, 1400-1800, London, Continuum, 2008.

9 Albert Hourani, Ottoman Reform and the Politics of Notables, in William R. Polk et Richard L. Chambers (eds.), Beginnings of Modernization in the Middle East. The Nineteenth Century, Chicago, Chicago University Press, 1966 ; Leslie P. Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, New York, Oxford University Press, 1993 ; Ehud R. Toledano, The Emergence of Ottoman-Local Elites (1700-1800): A Framework for Research, in I. Pappé et M. Ma’oz (eds.), Middle Eastern Politics and Ideas: A History from Within, London, Tauris Academic Studies, 1997, p. 145-162 ; Jane Hathaway, The Politics of Households in Ottoman Egypt. The Rise of the Qazdağlis, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; Tal Shuval, Households in Ottoman Algeria, Turkish Studies Association Bulletin 24/1, 2000, p. 41-64 ; M’hamed Oualdi, Mamluks in Ottoman Tunisia: a Category Connecting State and Social Forces, International Journal of Middle East Studies 48, 2006, p. 473-490.

10 Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, art. cit., p. 141.

11 Sur l’utilisation des termes « Turcs » et « Arabes » dans le contexte algérien au début du XVIe siècle, voir : Nicolas Vatin, Arabes et Turcs au Maghreb dans les années 1513-1520 d’après les Gazavât-ı Hayrü-d-dîn Paşa, Journal of Ottoman Studies 40, 2012, p. 356-397.

12 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1949 ; id., Mediterraneo, in Fernand Braudel et Elena De Angelis, Il Mediterraneo: lo spazio e la storia, gli uomini e la tradizione, Milano, Bonpiani, 2008, p. 7-8.

13 Federico Cresti, La population d’Alger et son évolution durant l’époque ottomane : un état des connaissances controversé, Arabica 52/4, 2005, p. 457-495.

14 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

15 Jamil M. Abun-Nasr, A History of the Magrhib in the Islamic Period, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

16 Larbi Icheboudène, Alger : histoire et capitale de destin national, Alger, Casbah Éditions, 1997, p. 26.

17 Beatriz Alonso Acero, Cisneros y la conquista española del norte de África: cruzada, política y arte de la guerra, Madrid, Ministerio de defensa, 2006.

18 Joshua White, Piracy and Law in the Ottoman Mediterranean, Stanford, Stanford University Press, 2018.

19 Aldo Gallotta, Khayr al-Dīn Pasha Barberousse, Encyclopaedia of Islam, SECOND, vol. IV, Leiden, Brill, 1978, p. 1187-1190 ; Şerafettin Turan, Barbaros Khayr al-Dîn Paşa, Türkiye Diyanet Vakfi Islam Ansiklopedisi (TDVIA), vol. V, Istanbul, 1992, p. 65-67.

20 Stanford J. Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey: Volume I, Empire of the Gazis: The Rise and the Decline of the Ottoman Empire, 1280-1808, Cambridge, Cambridge University Press, 1976, p. 78-79 ; Svat Soucek, The Rise of the Barbarossas in North Africa, Archivum Ottomanicum 3, 1971, p. 238-250 ; Nicolas Vatin, « Comment êtes-vous apparus, toi et ton frère ? » : note sur les origines des frères Barberousse, Studia Islamica 1, 2011, p. 103-131.

21 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, Los Barbarroja: corsarios del Mediterráneo, Madrid, Alderabán, 2004.

22 John Stewart, African States and Rulers, Jefferson, McFarland, 2006, p. 14.

23 Robert Mantran, Khayr ed-din Barberousse et l’implantation Ottomane en Afrique du nord, in Charles-André Julien et Magali Morsy, Catherine Coquery-Vidrovitch, Yves Person (eds.), Les Africains, Paris, Éditions J. A., t. III, 1977, p. 73-101.

24 Nicolas Vatin, Note sur l’entrée d’Alger sous la souveraineté ottomane (1519-1521), Turcica 44, 2012-2013, p. 131-166.

25 Seyid Murad, Gazavat-i Khayr al-Dîn Pasa, éd. Miguel Ángel Bunes Ibarra et Emilio Sola, Granada, Universidad de Granada, 1997. En ce qui concerne cette chronique comme source pour l’étude des frères Barberousse, voir : Aldo Gallotta, Il Gazavât-ı Hayreddîn Paşa di Seyyîd Murâd, Studi Magrebini 13, 1981.

26 Pierre Boyer, Espagne et Kouko. Les négociations de 1598 et 1610, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 8, 1970, p. 25-40 ; Hugh Roberts, op. cit., p. 1‑4 et 148‑150.

27 Mouloud Gaid, Les berbers dans l’histoire. Tome. III. Lutte contre le colonialisme, Alger, Mimouni, 2000, p. 20-21.

28 David Coleman, Of Corsairs, Converts and Renegades: Forms and Functions of Coastal Raiding on Both Sides of the Far Western Mediterranean, 1490-1540, Medieval Encounters 19, 2013, p. 167-192.

29 Ciro Manca, op. cit., p. 61-64.

30 Mirella Mafrici, Mezzogiorno e piratería nell’età moderna (secoli XVI-XVIII), Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane, 1995 ; Francisco Pardo Molero, La defensa del Imperio: Carlos V, Valencia y el Mediterráneo, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001 ; Moulay Belhamissi, Marine et marins d’Alger, 1518-1830, Alger, Bibliothèque Nationale, 2003.

31 Ellen G. Friedman, Spanish Captives in North Africa in the Early Modern Age, Madison, University of Wisconsin Press, 1983 ; Gillian L. Weiss, Captives and Corsairs. France and Slavery in the Early Modern Mediterranean, Stanford, Stanford University Press, 2011.

32 Joseline Dakhlia, « Turcs de profession » ? Réinscriptions lignagères et redéfinitions sexuelles des convertis dans les cours maghrébines (XVIe-XIXe siècles), in Mercedes Garcia-Arenal, dir., Conversions islamiques : identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, p. 151-171.

33 Monique Bernards et John Nawas (eds.), Patronate and Patronage in Early and Classical Islam, Leiden, Brill, 2005.

34 Francesco Caprioli, I mühtedi di Algeri, ovvero l’altro volto dei rinnegati. Conversioni all’islam nel Mediterraneo della prima età moderna, Studi Storici 4, 2019, p. 939-964.

35 Emilio Sola, Cervantes y la Berbería: Cervantes, mundo turco-berberisco y servicios secretos en la época de Felipe II, México, Fondo de Cultura Económica, 1996, p. 13-33.

36 Tal Shuval, art. cit., p. 42-43.

37 Archivio di Stato di Venezia (ASVe), Documenti Turchi, b. 3, doc. 315: Solimano I al doge, 25 gennaio-4 febbraio, 1534. Document publié dans Maria Pia Pedani, I “documenti turchi” dell’Archivio di Stato di Venezia, Roma, Ministero per i beni culturali e ambientali, 1994. En particulier, voir Nicolas Vatin, Comment Hayr ed-Dîn Barberousse fut reçu à Istanbul en 1533, Turcica 49, 2018, p. 119-151.

38 Bernardino de Mendoza, capitaine de La Goulette de Tunis, en informait ainsi l’empereur Charles Quint dans une lettre envoyée au début de l’année 1536 : « Hasan Aga quedo en argel con hasta mill y quynientos ombres de guerra que para la guardia della dexo Barbarroxa en esta, en campo para cobrar las rentas del reyno por que entre los moros no es costumbre pagallas sino salyendo el rey y su capitan general con exercito. […] En Costantina quedo el Guely que es un cristiano rrenegado de quyen Barbarroxa haze mucha confianza y tiene una hermana suya por mujer. », Archivo General de Simancas (AGS), Estado, Costas de África y Levante, leg. 463, doc. 69: carta de don Bernardino de Mendoza a Carlos V. La Goleta de Túnez, 3/II/1536.

39 Luigi Pinelli, Un corsaro re di Algeri, Sassari, Chiarella, 1972 ; Francisco Fernández Lanza, El muladí Hassan Aga y su gobierno en Argel. La consolidación de un mito mediterráneo, Studia histórica. Historia moderna 36, 2014, p. 77-99.

40 Mouloud Gaid, op. cit., p. 21.

41 AGS, Estado, Nápoles, leg. 1021, doc. 35: Lo que se entiende de la armada de Barbarroja. Nápoles, 22/II/1535: « El Judío está en Túnez y que Barbarroja lo ha hecho Capitán General de la armada y que anda siempre sobre las 6 galeras que están fuera, a la guardia, y que no se quitan jamás de La Goleta. »

42 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 464, doc. 15 : Carta del licenciado Salgado a Carlos V. Bugía, 30/III/1536.

43 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 467, doc. 26 : Carta de Pedro de Narváez al comendador mayor de León. Argel, 1539.

44 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 467, doc. 147 : Las nuevas que dize de Argel un christiano. Argel, 22/IX/1539.

45 « Dize asimismo que Hacenaga a muerto a todos los turcos principales que quisieron prendelle quando Su M. [Carlos V] estuvo sobre argel y que no a dexado cargo principal en turco y que todos los ha dado a los renegados y los principales a corços y que en su casa no tiene turco de nación, sino renegados y que destos había en ella y en la ciudad más de setecientos. », AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n : Nuevas de Berbería. 1544‑1545.

46 Metin I. Kunt, Ethnic-Regional (Cins) Solidarity in the Seventeenth-Century Ottoman Establishment, International Journal of Middle East Studies 5/3, 1974, p. 233-239.

47 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 466, doc. 200 : Lo que dice Vincencio Peyrmo de Final cautivo de Barbarroja. 1538.

48 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 467, doc. 147 : Las nuevas que dize de Argel un christiano. Argel, 22/IX/1539.

49 Daniel Nordman, Tempête sur Alger : l’expédition de Charles Quint en 1541, Saint‑Denis, Bouchène, 2011 ; Beatriz Alonso Acero, Argel 1541 : la campaña de Carlos V según Diego Suárez Montañés, Madrid, Polifemo, 2018.

50 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 469, doc. 22 : Copia de la carta que Juan Gil, alguazil, scrivió a los inquisidores de Murcia. 21/IX/1541.

51 Francesco Caprioli, El traslado de cartas turquescas de don Bernardino de Mendoza. Un documento inédito de la frontera mediterránea (invierno de 1544), Archivo de la frontera, 2018, en ligne : [http://www.archivodelafrontera.com/archivos/barbarroja-y-hasan-aga-sardo-el-traslado-de-cartas-turquescas-de-don-bernardino-de-mendoza-por-francesco-caprioli/], consulté le 9 avril 2019.

52 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Carta del conde de Alcaudete a Felipe II. Orán, 3/I/1545.

53 « El Axi Baxa y los turcos y los de la tierra juntaronse contra los renegados y axi baxa se apodero en la casa de Acenaga y tomo toda su hazienda y dende a pocos dias dize la espia q se publico en la ciudad q avia hallado el Axi Baxa en casa de Acenaga escondidas mas de dos mil cimitarras y otras tantos escopetas con todos sus aparejos y mucha municion […] para dar a los cristianos y levantarse contra los turcos y mudejares y naturales de la tierra. », AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Argel. Argel, 1544‑1545.

54 Tal Shuval, art. cit., p. 52-53.

55 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Argel. Argel, 1544‑1545.

56 Idris Bostan, The establishment of the province of Cezayir-i Bahr-i Sefid, in Elizabeth Zachariadou, dir., The Kapudan Pacha: his office and his domain, Rethymnon, Crete University Press, 2002.

57 Metin Kunt, op. cit., p. 9-29.

58 Osman Türer, Tasavvuf, TDVIA, vol. VI, 1992, p. 124-125.

59 Haim Gerber, State, Society, and Law in Islam. Ottoman Law in Comparative Perspective, New York, State University of New York, 1994, p. 145-147 ; Palmira Brummet, Placing the Ottomans in the Mediterranean World: the Question of Notables and Households, Journal of Ottoman Studies 36, 2010, p. 75-94 ; H. Herdem Çipa, The Making of Selim : Succession, Legitimacy, and Memory in the Early Modern Ottoman World, Bloomington, Indiana University Press, 2017 ; Evrim Türkçelik, Meritocracy, Factionalism and Ottoman Grand Admirals in the Context of Mediterranean Politics, in Rubén González Cuerva et Alexander Koller (eds.), A Europe of Courts, a Europe of Factions: Political Groups at Early Modern Centres of Power, 1550-1700, Leiden-Boston, Brill, 2017, p. 88‑108.

60 Serap Mumcu, Parentele, amicizie e carriere : la distribuzione del potere al centro dell’impero ottomano, Venezia, Università Ca’ Foscari di Venezia, 2018 [Thèse de doctorat non publié].

61 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Argel, s.f.

62 Leslie P. Pierce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Oxford, Oxford University Press, 1993 ; Suraiya Faroqhi, Subjects of the Sultan: Culture and Daily Life in the Ottoman Empire, London, I. B. Tauris, 2005.

63 Halil Sahillioglu, L’Investiture de Salih Pacha en 1552, Revue d’Histoire Maghrébine 2, 1974, p. 125‑133.

64 Lemouar Merouche, op. cit., p. 108.

65 Gilles Veinstein, Les préparatifs de la campagne navale franco-turque en 1552 à travers les ordres du divan ottoman, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 39, 1985, p. 35-67. Sur les relations entre la France et l’Empire ottoman, voir : Christine Isom-Verhaaren, Allies with the Infidel: the Ottoman and French Alliance in the Sixteenth Century, London, I. B. Tauris, 2011 ; Nicolas Vatin, The Ottoman View of France from the Late Fifteenth to the Mid-Sixteenth Century, French History 29/1, 2015, p. 6-11.

66 Chantal de La Véronne, Relations entre Oran et Tlemcen dans la première partie du XVIe siècle, Paris, P. Geuthner, 1988 ; Auguste Cour, L’établissement des dynasties des Chérifs au Maroc et leur rivalité avec les Turcs de la Régence d’Alger, 1509-1830, Saint‑Denis, Bouchene, 2004, p. 77-85 [1re éd. Paris, Ernest Leroux, 1904].

67 Ernest Charrière, Négociations de la France dans le Levant, Paris, Imprimerie nationale, t. II, 1850, p. 146.

68 Mouloud Gaid, L’Algérie sous les Turcs, Alger, Mimouni, 1991, p. 69.

69 Beatriz Alonso Acero., España y el Norte de África en los siglos XVI y XVII, Madrid, Síntesis, 2017.

70 AGS, Estado, Costas de Africa y Levante, leg. 483, doc. 208 : Biserta, 12 de junio 1557 ; ibidem, doc. 190 : Alcaide de Tabarca a don Alfonso de la Cueva, 12 de mayo 1557 ; ibidem, leg. 483, doc. 15, 35, 269 (febrero 1557) : « que han muerto en Argel LU [i.e. 5.000) personas moros turcos judíos y cristianos por que havia dia que murian quenientos y últimamente morían quarenta y L. ». Sur la peste à Alger au cours de la première moitié du XVIe siècle et ses conséquences sociales, voir Farid Khiari, Au Maghreb, pestes et famines contre les hommes : un combat inégal, Revue d’histoire moderne et contemporaine 39/4, 1992, p. 625‑644.

71 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 475, doc. s.n. : Carta de Orán. 1556.

72 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 471, doc. s.n. : Nuevas de Berbería, s.f.

73 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 18 : Nuevas de Argel. Argel, 4/II/1557.

74 ASVe, Archivio Proprio Costantinopoli, reg. 5, doc. 82 : Navagero, 6/V/1551 ; ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, Decifrazioni 1, fol. 321-325 : Erizzo al Senato, 21/ VII/1556.

75 « Tambien he tenido aviso que el rey de argel que agora vino ha muerto a Hacan Corso, el que governava la tierra quando el vino y le defendia la entrada, y a otro alcaide rrenegado sardo y a otros muchos alliados qua heran de la parcialidad de Hacan Corso y las mejores cabecas que alli havia por quien se governava Sala Rraez. », AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 171 : Carta de don Alfonso de la Cueva. La Goleta de Túnez, 25/I/1557.

76 Dalenda Argueche, The Mahalla: the Origins of Beylical Sovereignty in Ottoman Tunisia during the Early Modern Period, in Jualia Ann Clancy-Smith, dir., North Africa, Islam and the Mediterranean World: from the Almoravids to the Algerian War, London, Frank Cass, 2001, p. 105‑116.

77 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 190 : Carta del alcaide de Tabarca a don Alfonso de la Cueva. Tabarca, 12/V/1557.

78 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 260 : Tabarca, 12 de mayo 1557.

79 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 190 : Carta del alcaide de Tabarca a don Alfonso de la Cueva. Tabarca, 12/V/1557.

80 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 259 : Carta de Felipe II a Mostaffa Arnaut. Londres, 1557.

81 AGS, Estado, Costas de África y Levante, leg. 483, doc. 208 : Biserta, 12/VI/1557.

82 « Agli 2 del istante venne nova de Algieri con una galeotta di Dragut come gli mori si erano sollevati et havevano ammazzato il Techieogli Bassa […] et dimandavano il figlio di Barbarossa a nome del qual dicono esser tenuta la città, altrimenti questi di subito si daranno al Serifo. Onde questi di subito lo hanno eletto et partira fra 15 ovvero 20 giorni. », ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, Decifrazion 1, fol. 424-425 : Barbarigo al Senato, 7/VII/1557.

83 Michel Hervé, Les débuts de la Régence d’Alger de 1518 à 1566, Paris, EHESS, 2003, [Thèse de doctorat non publiée] ; Evrim Türkçelik, Estambul y las provincias berberiscas en el tránsito de los siglos XVI al XVII, in Miguel Ángel Bunes Ibarra et Beatriz Alonso Acero, dir., Orán: historia de la corte chica, Madrid, Polifemo, 2011, p. 173-194 ; Abderrezak Khadir, Mühimme defterlerine göre kanuni ve II. Selim döneminde Cezayir’e ait hükümler, Istanbul, İstanbul Üniversitesi Sosyal Bilimler Enstitüsü Tarih Anabilim Dalı, 2016, [Thèse de doctorat non publiée].

84 Durghût Raïs avait été l’un des premiers corsaires à suivre Khayr al-Dîn dans ses expéditions au Ponant. Sa fille avait épousé Mehmed Bey, fils d’Hassan Pacha et petit-fils de Khayr al-Dîn. Voir ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, filz. 1, fol. 242 : Soranzo al Senato, 31/VIII/1566: « è giunta qui una galea et una galiota d’Algier qual ha portato schiavi et molto mociosi che eran di Dragut ad una sua figliuola maridata qui in uno nipote che fu di Barbarossa ».

85 Eloy Martín Corrales, Dragut, un corsario enemigo, admirado y temido, Studia histórica, Historia moderna 36, 2014, p. 59-75 ; Özlem Kumrular, Turgut Reis (1485-1565): the Uncrowned King of the Mediterranean, in Dejanirah Couto, Feza Gunergun et Maria Pia Pedani (eds.), Seapower, Technology and Trade: Studies in Turkish Maritime History, Istanbul, Piri Reis University Publications, 2014, p. 48-52.

86 AGS, Guerra y Marina, leg. 56, doc. 212 : Lo que ha dicho Morato calafate turco. Orán, 1555.

87 Claude Bontems, Manuel des institutions algériennes de la domination turque à l’indépendance, Paris, Éditions Cujas, 1976, 2 vols.

88 « Fueronse los genizaros a palacio y prendieron al mismo Asan baja y poniéndole unos grillos a los pies, lo pusieron a buen recaudo. Y luego inmediatamente fueron a la casa del Ochali Escandaria y a él y a su sobrino, el alcaide Asan cunado de Asan baja, los prendieron. Y poniéndolos a buen recaudo cargados de hierros, mandaron luego poner en orden seis galeras con las quales y con los capítulos de sus culpas o sospechas que dellos tenían, los embiaron a todos tres ansi en hierros al turco. », Diego de Haedo, op. cit., fol. 75.

89 Mouloud Gaid, op. cit., 2000, p. 26.

90 Diego de Haedo, op. cit., fol. 75.

91 Mouloud Gaid, op. cit., 1991, p. 79.

92 « Il tenta de constituer, à partir des combattants de cet agrégat tribal, une force organisée qui eut pu, à terme, déboucher sur l’élimination progressive de l’élément turc allogène. », Farid Khiari, op. cit., p. 203.

93 ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, Decifrazioni 3, fol. 71-76: Ferro al Senato, 30 giugno 1561 : « Et alli 29 di mattina fu poi condutto alle torre il detto Assan Bassa et Uluci Ali a Scutari dal Serenissimo Signor, il qual havendo inteso perché non erano stati ritenuti per altro che perché castigavano li tristi de li qual quel loco era pieno essendosi ridutti in esso tutti quelli che fanno male nella Turchia dove poi continuano a far peggio et spetialmente contra li mori che uno giorno potrebbero fare qualche rivolutione a danno di Sua Maestà. »

94 Colin Imber, The Ottoman Empire: the Structure of Power, New York, Palgrave Macmillan, 2002, p. 152.

95 ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, Decifrazioni 3, fol. 71-76 : Ferro al Senato, 30 giugno 1561: « Che súbito gionto habbia a tagliare a peci tutti quelli che fanno male in quella città acciò che poi si possi vivere in quiete et pace. » ; ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, r. 1, fol. 82v: Ferro al Senato, 3 novembre 1561.

96 Leslie P. Pierce, op. cit., p. 67-69.

97 ASVe, Sen., Disp., Costantinopoli, r. 1, fol. 175: Ferro al Senato, 16 giugno 1562 : « Havendo ieri il serenissimo Signor creato beglerbei di Algier il figliuolo del quondam Barbarossa che più volte ha avuto quel governo » ; Diego de Haedo, op. cit., fol. 76.

98 Stanford J. Shaw., op. cit., p. 106.

99 Emrah Safa Gürkan, The centre and the frontier: Ottoman cooperation with the North African corsairs in the Sixteenth Century, Turkish Historical Review 1, 2010, p. 125‑163.

100 Ehud R. Toledano, art. cit., p. 154-157.

101 Evrim Türkçelik, art. cit., 2011, p. 184 ; Emrah Safa Gürkan, Fooling the Sultan: Information, Decision-Making and the « Mediterranean Faction (1585-1587), Journal of Ottoman Studies 45, 2015, p. 57-96.

102 Pierre Boyer, Des Pachas triennaux à la révolution d’Ali Khodja Dey (1571-1817), Revue Historique 244/1, 1970, p. 99‑124 ; Alexander H. de Groot, Ottoman North Africa and the Dutch Republic in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 39, 1985, p. 131-147.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Caprioli, « Conflits socio-politiques dans l’Alger des Barberousse (1518‑1562) », Rives méditerranéennes, 61 | 2020, 231-250.

Référence électronique

Francesco Caprioli, « Conflits socio-politiques dans l’Alger des Barberousse (1518‑1562) », Rives méditerranéennes [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8405

Haut de page

Auteur

Francesco Caprioli

Università degli Studi di Milano

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search