Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Dossier. Corpus textuel, individu...Corpus textuel, individus et grou...

Dossier. Corpus textuel, individus et groupes sociaux

Corpus textuel, individus et groupes sociaux

De l’enquête à l’histoire économique et sociale
Mélanie Dubois-Morestin
p. 7-15

Texte intégral

  • 1 Laurent Avezou, « La biographie, mise au point méthodologique et historiographique », Hypothèses, (...)
  • 2 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 245.
  • 3 Voir à ce sujet Eliana Magnani « Qu’est-ce qu’un corpus ? Compte-rendu de la journée d’études », (...)

1« Il n’y a pas de récit sans acteurs. Au besoin l’historien s’en forge d’anonymes, de collectifs, ou de purement matériels1. » L’acteur est au centre des articles de ce dossier, dans lequel la « mise en intrigue des sources2 » permet de reconstituer des trajectoires individuelles et collectives, au terme d’une enquête minutieuse d’histoire sociale, menée au cœur des pratiques scripturales et économiques que révèlent les corpus. Ces derniers sont des collections de documents, rassemblés dans les archives en recueil, soit qu’il s’agisse d’un travail préalable de celui qui les composa, leur scriptor, soit qu’il s’agisse d’un travail réalisé a posteriori, dans un souci de classement archivistique3.

  • 4 On sera aisément convaincu de la nécessité de concevoir ces périodes sous une forme de continuité (...)

2Ce dossier thématique permet ainsi de réunir des travaux qui se donnent pour objectif de percevoir et d’analyser les pratiques sociales, économiques et scripturales d’acteurs, telles qu’elles se donnent à voir dans des corpus préexistants ou bien reconstitués par l’historien. Par des études portant sur le Languedoc, l’Italie ou la Provence, ces travaux s’inscrivent dans l’espace méditerranéen, et dans une chronologie volontairement large, allant du XIIe au XVIIe siècle. Sans s’imposer les limites consensuelles séparant Moyen Âge et Époque moderne, ces études permettront plutôt de montrer la continuité fondamentale qui s’établit d’une période à l’autre, dans les usages de l’écrit et la constitution d’archives, publiques ou privées4.

Corpus et archives : du scripteur à l’historien

  • 5 Voir notamment Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval, autour de travaux récents sur (...)
  • 6 Jean-Baptiste Delzant, « Crédit local, investissement foncier et archives privées, les stratégies (...)
  • 7 Il sera également important de distinguer archives et documents. Les sources sont en effet élabor (...)
  • 8 Signalons notamment l’étude de certains livres de raison provençaux, tels ceux présentés par Noël (...)
  • 9 Au sujet des perspectives historiographiques concernant la question de l’écrit documentaire, et l (...)

3Étudier comment la prise en main par l’historien d’un corpus, déjà constitué ou reconstitué, lui permet de comprendre l’organisation et le fonctionnement interne d’archives qui ont été conçues et parfois rassemblées par leur scripteur lui-même est un travail qui doit s’appuyer sur l’archéologie documentaire5. Ne plus approcher le texte seulement comme un support d’analyse mais le promouvoir en objet d’histoire permet notamment de revenir sur la notion d’archives dans nos pratiques heuristiques mais aussi dans l’esprit des hommes qui les écrivaient. Plusieurs travaux récents portent sur ces questionnements. C’est la perspective que développe notamment Jean-Baptiste Delzant, au sujet de Guido Chivelli, membre d’une petite élite urbaine napolitaine ; c’est également celle, dans un tout autre domaine, que cherchent à comprendre, par le biais de l’enquête, Pierre Chastang et Laurent Feller au sujet des archives du Mont-Cassin6. Ainsi, aussi bien dans les écrits marchands ou notariés que dans les écrits ecclésiastiques, la question du support de l’écrit comme matériau d’étude pour ce qu’il révèle des stratégies scripturales de son auteur doit être prise en compte, de manière à envisager le texte dans son épaisseur historique et sociale, comme constitué de strates7. Cette approche s’est avérée particulièrement fructueuse dans le domaine des écrits du for privé8, c’est-à-dire les ego-documents, produits par des personnages considérés comme ordinaires, et ayant une utilité pratique pour celui qui les rédige. C’est là ce qui anime une partie des articles ici rassemblés, notamment ceux de Laure‑Hélène Gouffran, Isabelle Bretthauer et Aurian Meunier : ces études de cas permettent de saisir de façon nouvelle la manière de lier documents privés et archives, afin de mieux comprendre le cheminement des documentations ainsi produites, dans des enjeux de conservation et de transmission9.

4La question fondamentale du statut de la source étudiée, en tant que document ou en tant qu’archive, est posée de façon particulièrement neuve par Philippe Lefeuvre, dans une logique double, celle d’un corpus à la fois chronologique et topographique, ensemble constitué par l’historien et ne préexistant aucunement à l’analyse qu’il en fait. C’est par le biais d’une reconstitution à la fois typologique et topographique autour du village de Varlungo que le dossier a été conçu. La difficulté est donc de préciser le statut à donner à un corpus ainsi pensé, qui n’a jamais été archivé en tant que corpus documentaire. La stratégie de reconstitution s’est donc opérée à différents niveaux et à partir d’acteurs divers, aussi bien des individus que des parentèles. On retrouve donc bien l’idée de strates documentaires, et en particulier de strates dans la façon de concevoir et d’organiser la source à partir de laquelle il convient de travailler. Même si le contexte est bien différent en Languedoc entre le XIIe et le XVe siècle, c’est un problème identique que pose l’article de Nicolas Minvielle. En effet, le corpus ici reconstitué dépend de la production de l’écrit par l’activité argentifère, dans un ensemble qui n’a pas été pensé comme tel ni même conservé comme tel. Là aussi, il est le fruit du travail de l’historien, amené à opérer des choix et des sélections en fonction de l’objet à étudier. Dans ce cas, il s’agit en somme d’étudier la production argentifère et de trouver les sources documentant une telle activité et les acteurs concernés. Mais une question essentielle se pose aussitôt : le corpus ainsi constitué, dépendant largement de ce que l’on cherche à y découvrir, est-il représentatif et exhaustif ?

5La problématique se pose de façon différente dans les articles de Laure-Hélène Gouffran et Aurian Meunier, puisque, dans les deux cas, le corpus existait au préalable. Laure-Hélène Gouffran s’interroge sur la manière dont l’ensemble a pu être constitué dès le départ, ou s’il a fait l’objet de retouches ultérieures. Si tel est le cas, il convient de se demander quelles peuvent être les raisons ou la logique de ce type de reconstitution. Un corpus double se met alors en place : celui qui avait été pensé par son auteur, Bertrand Rocaforti, et celui que l’historien imagine et construit, nécessairement plus large, dans une démarche certes biographique mais aussi sociale. Le même principe se lit chez Aurian Meunier, dans l’étude des 14 cahiers du peseur du Roi de Perpignan. Là encore, la question essentielle qui se pose et est traitée dans l’ensemble des articles de ce dossier, est bien de savoir si le corpus documentaire étudié est un ensemble cohérent ou s’il n’est que le fruit des questions que l’on se pose en tant qu’historien. Dans le cas des corpora qui préexistent à leur étude, des manipulations ultérieures ne sont pas à exclure, ce qui exige un examen attentif des conditions de conservation, des choix archivistiques postérieurs et des processus de sélection.

6L’article d’Isabelle Bretthauer nous offre alors une perspective particulièrement stimulante, permettant de résoudre ces problématiques : elle y propose l’existence possible de dossiers croisés. Un double corpus permet alors un double regard, imposé par le croisement des documents.

7Dans cette première problématique à laquelle se trouvent confrontés les divers articles, plusieurs niveaux de production scripturale se mettent ainsi en place :

  • le corpus produit par son scripteur, qui, précisément, ne répondait pas nécessairement à une logique de cohérence documentaire ;

  • le corpus conservé par la suite ;

  • le corpus reconstitué par l’historien ;

  • le corpus utilisé par l’historien. Cécile Troadec nous offre une étude mettant très clairement en lumière la difficulté méthodologique qu’impose son élaboration : pour parvenir à cibler ou cerner une population ou un groupe social, il convient de travailler sur les documents réunis tout en s’efforçant d’éviter de considérer ces « sources » comme un objet préexistant mais bien comme un objet construit par l’historien.

8Une fois posées les exigences méthodologiques concernant ce qu’on pourrait appeler l’archéologie documentaire, il est possible d’envisager la deuxième problématique de ce dossier : en effet, l’idée qui le nourrit est de pouvoir s’intéresser à des acteurs, d’avoir accès à eux, dans une démarche s’intéressant à des groupes sociaux, dont on souhaite étudier les pratiques scripturales, mais aussi, à partir d’elles, sociales et économiques. On envisage alors des perspectives micro-historiques, portant sur des destins particuliers, des trajectoires individuelles, en réduisant l’échelle d’analyse.

Écrit des groupes sociaux et micro‑histoire

  • 10 Sur la micro-histoire, microstoria italienne, qui permet, par une approche quasi expérimentale, p (...)
  • 11 Florence Weber, « Le cahier, le gage et le symbole : l’efficacité de l’écriture pratique », in Di (...)
  • 12 Voir notamment Sébastien Barret, Dominique Stutzmann, Georg Vogeler, dir., Ruling the Script in t (...)

9Ces méthodes10 permettent d’accéder au cœur des pratiques scripturales, sociales et économiques d’individus, de communautés, et plus largement de réseaux sociaux et personnels. Les écritures s’inscrivent en effet dans un espace social qui conditionne leur existence et influence la méthode même selon laquelle elles se constituent. L’écrit, par la démarche qu’il suppose et qui induit une volonté de cohérence, contribue à l’organisation du corpus documentaire lui-même : il donne du sens et confère une unité à une activité de nature professionnelle qui a pu, bien au contraire, engendrer une diversité de supports documentaires difficile à imaginer. C’est cette démarche nouvelle que prennent en compte historiens et anthropologues, tels qu’en témoignent les travaux de Florence Weber sur les écritures de l’espace social, ou bien, dans une perspective transdisciplinaire et transpériodique, l’ouvrage collectif de Nathalie Coquery, François Menant et Florence Weber, Ecrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques11. De manière plus récente, l’historiographie n’a cessé de s’enrichir pour prendre en compte toutes les formes qu’a pu prendre l’écrit, mais aussi tous les procédés d’innovation documentaire ainsi produits12. Pour ce type d’approche et de de méthode, il est nécessaire de tenir compte des échelles d’écriture, des temporalités de cette dernière ainsi que des liens entre documentations ainsi produites et autorités, laïques comme ecclésiastiques : ainsi, au plus près des pratiques et des sources, on peut rejoindre une histoire qui dépasse les particularismes locaux et les spécificités de quelques individus, aussi représentatifs soient-ils de leurs groupes sociaux.

10C’est l’enjeu de la méthode utilisée par Philippe Lefeuvre, qui montre bien les différences, dans l’écriture et la typologie documentaire, entre des acteurs particuliers, comme c’est le cas de Branduccio di Pietro, ou des dossiers topographiques, avec l’exemple du village de Varlungo. La reconstitution documentaire permet ainsi de révéler une parentèle, celle des Caponsacchi. Il s’agit bien là d’une pratique micro-historique, puisqu’on se trouve en présence de dossiers révélant les pratiques d’individus ou de groupes restreints, mais permettant néanmoins de créer une forme d’unité de lecture dans la compréhension des comportements de ces groupes. Philippe Lefeuvre parvient ainsi à mettre au jour un phénomène de concentration des unités foncières au sein d’une même parentèle : seul le corpus documentaire permet une telle démarche. Ce type d’approche du document et de ses cheminements rend possible de relever les comportements communs qu’engendre et véhicule l’écriture.

11Au-delà de ces pratiques liées à l’économie foncière, il est parfois possible de reconstituer des groupes sociaux autour de certaines activités économiques plus ciblées, comme dans l’article de Nicolas Minvielle. La démarche de l’auteur a pour objectif de déceler et de comprendre, à travers les sources que cette activité produit, les mécanismes de fonctionnement de la production argentifère. La connaissance du corpus reconstitué donne en même temps un accès immédiat à celui que produit l’activité dont il est question elle-même. Il s’agit donc de voir s’il est possible, par les sources produites dans le cadre de l’organisation de l’activité et dans la gestion des ressources à l’échelle des entreprises, de révéler et de rendre intelligible un espace vécu qui serait celui de ces groupes et de ces artisans.

  • 13 Pour n’en donner que quelques exemples : Jean-François Courouau, Sylvie Mouysset, « À la recherch (...)

12La confrontation des milieux sociaux et des différents types de sources, qu’elles soient écritures pratiques, du for privé, comptables, administratives ou notariales, permet de comprendre la constitution et le fonctionnement de certains groupes sociaux et de caractériser leur identité. Ces sources sont alors envisagées non seulement comme support de l’écriture, mais aussi comme lieux où se créent et se construisent des espaces, qu’ils soient géographiques ou relationnels. L’espace méditerranéen est à cet égard particulièrement riche pour les sources du for privé qu’il permet d’étudier et les réseaux documentaires qui peuvent être lus, correspondant à des pratiques d’échanges qui lient les territoires de l’Espagne et de la Catalogne à la Provence, à l’Italie et à l’espace oriental. Si la place des écrits du for privé dans ces espaces méditerranéens a déjà fait l’objet d’études importantes13, elle n’a pas été remise en perspective en fonction des thématiques que nous souhaitons ici mettre en valeur, dans le cadre d’une véritable enquête documentaire permettant de comprendre à la fois la constitution de l’écrit et, par la suite, la manière dont il devient un élément de l’identité des groupes sociaux qui l’utilisent. C’est donc finalement l’intérêt porté aux acteurs en tant qu’individus que l’enquête sur leurs écrits révèle, comme une forme de prise en compte de la conscience individuelle dans les procédures archivistiques.

  • 14 Voir Julie Claustre, dir., Transiger, éléments d’une ethnographie des transactions médiévales, Pa (...)

13Cette question de l’identité d’un groupe social se construisant dans la lecture d’un corpus apparaît clairement dans l’article de Cécile Troadec sur les bouchers romains, autour des pratiques sociales de la transaction14. Cette réflexion autour des transactions et de leur place dans les pratiques sociales et dans les écrits qu’elles produisent est fondamentale et s’inscrit dans un renouveau historiographique. On en veut pour preuve la synthèse produite récemment par Julie Claustre autour des pratiques transactionnelles, de leur lexique, de leurs méthodes et des réseaux qu’elles produisent, au Moyen Âge. Cécile Troadec s’interroge sur ces pratiques et la façon dont elles contribuent à la perception d’un groupe social, conçu comme acteur. Tout l’intérêt est alors de se poser la question de la manière dont ce groupe est perçu : dans la mesure où la source est indirecte et où l’acteur lui-même ne produit pas le corpus de sa propre volonté, comment peut-on malgré tout, en tant qu’historien, travailler sur la constitution de ce groupe social et sur la conscience qu’il a de lui-même ? En revanche, comment peut-on alors percevoir l’individu, au sein du groupe, notamment à travers des analyses lexicales, mais aussi à travers l’étude des transactions ? Le groupe ne serait ainsi compréhensible que comme un faisceau de relations, dans lequel se construisent et s’entrecroisent des identités sociales et des transactions économiques, s’inscrivant dans des pratiques scripturales.

  • 15 À ce sujet, on peut consulter Roger Chartier, Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature, (...)
  • 16 Voir également la question fondamentale consistant à savoir quel rapport on peut établir entre la (...)

14De façon comparable, mais dans un registre politique et familial plutôt qu’économique, chez Aurian Meunier, il s’agira de comprendre comment le réseau transactionnel se met en place de façon consciente, dans un écrit qui a été produit par les acteurs eux-mêmes, qu’ils ont voulu conserver et dont ils ont organisé l’archivage. Or la problématique de la conservation est essentielle pour la compréhension de l’identité du groupe social. Conserver, archiver, classer : la trilogie n’est-elle pas porteuse de choix et révélatrice d’une forme de conscience d’un « je », individuel ou collectif15 ? La valeur performative de l’écrit, mais aussi le rôle que joue l’écriture dans la prise de conscience de ce « je », est notamment ce qu’éclaire le cas de Bertrand Rocaforti, présenté par Laure-Hélène Gouffran16.

15Ainsi, ces études de cas offrent une opportunité rare d’entrer dans la connaissance presque intime des comportements et des pratiques de ceux qui écrivent, qu’il s’agisse de groupes sociaux ou d’individus isolés. Les écritures pragmatiques ainsi présentées sont accessibles en tant que corpus, de façon à en comprendre la logique interne, mais aussi de façon à saisir la démarche de l’historien, dans une recherche de formalisation de son groupement documentaire. La variété des approches, des temporalités et des aires géographiques offre une perspective stimulante dans la réflexion sur le cheminement des documentations médiévales et modernes, depuis leur production, jusqu’à leur conservation et à leur transmission, de l’archive privée jusqu’à l’archive officielle d’une administration, laïque comme ecclésiastique, mais aussi d’un réseau privé jusqu’à un réseau public dans lequel il s’inscrit.

Haut de page

Notes

1 Laurent Avezou, « La biographie, mise au point méthodologique et historiographique », Hypothèses, 2001/1, p. 13-24, ici p. 24

2 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 245.

3 Voir à ce sujet Eliana Magnani « Qu’est-ce qu’un corpus ? Compte-rendu de la journée d’études », Les carnets de l’IRHT, octobre 2017, https://irht.hypotheses.org/3187.

4 On sera aisément convaincu de la nécessité de concevoir ces périodes sous une forme de continuité en consultant notamment l’important travail sur les écrits du for privé, animé par Jean‑Pierre Bardet et François‑Joseph Ruggiu : il consiste en effet à travailler sur la France, de la fin du Moyen Âge jusqu’à 1914, en montrant comment les pratiques scripturales y sont tout à fait comparables. De nombreux colloques ont été tenus, parmi lesquels celui de Limoges, édité en 2007 : Michel Cassan, Jean‑Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu, dir., Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, actes du colloque de Limoges, 17-18 novembre 2005, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2007. Voir le site internet : http://ecritsduforprive.huma-num.fr/presentation.htm. On pourra aussi approfondir cette réflexion par la lecture stimulante des ouvrages de Sylvie Mouysset, qui portent sur l’époque moderne, mais sont extrêmement utiles pour comprendre les pratiques de l’époque médiévale. Voir notamment Sylvie Mouysset, Papiers de famille : introduction à l’étude des livres de raison (France, xve-xixe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

5 Voir notamment Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval, autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales HSS, Écritures médiévales, no 63, 2008/2, p. 245-269, qui porte sur cette notion de véritable approche archéologique, mais aussi documentaire. Il s’agit d’une approche matérielle du texte, de ses conditions de production, de son mode d’écriture. Les choix scripturaux, les matériaux utilisés, de même que les strates chronologiques qui s’inscrivent dans le texte, sont autant d’éléments à prendre en compte. Au sujet de l’application de cette méthode, consulter, pour le Moyen Âge, Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives, approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285-1543), Paris, École des Chartes, 2006.

6 Jean-Baptiste Delzant, « Crédit local, investissement foncier et archives privées, les stratégies de Guido Chiavelli, dit le Napolitain (Italie, milieu du XIVe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 2009, p. 361-376 ; Pierre Chastang, Laurent Feller, « Classer et compiler : la gestion des archives du Mont-Cassin au XIIe siècle », in Écritures de l’espace social, Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2019, p. 345-368. Ce type de démarche rejoint en réalité le mouvement qui a d’abord consisté à revenir sur la constitution des œuvres de compilation du type cartulaires : voir à ce sujet les travaux de Pierre Chastang, L’archéologie du texte médiéval, autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge, art. cit. supra, note 5.

7 Il sera également important de distinguer archives et documents. Les sources sont en effet élaborées en deux temps ou deux étapes : elles sont d’abord des documents avant d’être archives. La mise en archives des documents produits est donc une opération particulière et une pratique que le travail de l’historien doit prendre en considération. Les archives, qui ne nous sont pas destinées, impliquent un rapport qui n’est ni immédiat ni unique avec l’histoire. Prendre en compte les choix opérés, l’ordonnancement et la réorganisation des écrits est donc essentiel.

8 Signalons notamment l’étude de certains livres de raison provençaux, tels ceux présentés par Noël Coulet. (Noël Coulet, « Le livre de raison de Guillaume de Roufilhac (1354-1364) », in Genèse et débuts du grand schisme d’Occident, Paris, Éditions du CNRS, 1980, p. 75-88, et surtout Noël Coulet, « Les livres de raison provençaux du Moyen Âge », Provence Historique, les ego textes provençaux, les écrits du for privé en Provence du xive au xviiie siècles, 2004, vol. 54, p.293-305), ou par Yves Grava, « Le livre de raison de Jean Freysse ou de Frayssinet, moine et familier cardinalice au temps du grand schisme d’Occident et des papes en Avignon », Provence Historique, les ego textes provençaux…, op. cit., p. 306-313.

9 Au sujet des perspectives historiographiques concernant la question de l’écrit documentaire, et les liens entre écriture domestique et écriture notariale, mais aussi entre oralité et pratiques de l’écrit, voir notamment Michael Clanchy, From memory to written record : England, 1066-1307, Londres, 1979, comme étude fondatrice. Voir, dans des travaux plus récents, l’introduction de l’ouvrage collectif de Nathalie Coquery, François Menant et Florence Weber, dir., Ecrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006. On peut consulter également les articles de Paul Bertrand et Joseph Morsel : Paul Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit, X-XIIIe siècle, considérations inactuelles », Médiévales, Les pratiques de l’écrit, viexiiie siècles, no 56, 2009, p. 75-92 ; Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge. Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini, travaux et documents de la société d’études médiévales du Québec, 4, 2000, p. 3‑43. Enfin, sur cette idée que cette pratique relève autant d’une catégorie d’analyse que d’une démarche de l’historien, voir Nicolas Schapira, « Pratiques de l’écrit : champ de l’histoire ou démarche d’analyse ? », Hypothèses, 2018/1, 21, p. 293‑300.

10 Sur la micro-histoire, microstoria italienne, qui permet, par une approche quasi expérimentale, portant sur la recherche d’indices, de reconstituer la singularité d’objets d’étude de taille limitée, on peut notamment lire : Guliano Levi, « On microhistory », in Peter Burke, dir., New perspectives on historical writing, Cambridge, Polity press, 1992, p. 103-1132005; id., Le pouvoir au village, histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989 ; Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, l’univers d’un meunier frioulan du xvie siècle, Paris, Flammarion, 1980, id., « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980, p. 3-44 ; Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface du Pouvoir au village, 1989 ; id., dir., Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996. On peut lire aussi sur la microstoria italienne, notamment Edoardo Grendi, « Micro-analisi e storia sociale », Quaderni Storici, 1994, p. 511-539 ; Carlo Ginzburg, « Microstoria : due o tre cose che so di lei », Quaderni Storici, 1994, p. 511-539 et, en histoire contemporaine également, Alberto M. Banti, « Storie e microstorie : l’histoire sociale contemporaine en Italie », Genèses, 1991, p. 134-147. Quant à l’Alltagsgeschichte, elle est une « histoire du quotidien », avec la volonté de travailler au sujet des rapports entre expérience personnelle et modèles de comportements collectifs. Voir à ce sujet l’article de Carola Lipp, « Histoire sociale et Alltagsgeschichte », Actes de la recherche en sciences sociales, 1995, p. 53-66. Voir aussi, plus récemment, Microhistoire et pratiques historiennes. Échelles, acteurs et formes narratives, journée d’étude tenue le 11 mai 2012 à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée, et Aurélien Le Coq, « Compte-rendu de la journée d’études Microhistoire et pratiques historiennes », Memini, 2012, mis en ligne le 16 juillet 2013. URL http://memini.revues.org/419, où l’auteur souligne la volonté de placer l’analyse historique au ras de sources, selon l’expression de Jacques Revel. Cependant les interventions de la journée attestent que les approches sont en réalité plurielles et très hétérogènes, les seules constantes étant le choix d’un objet délimité, l’attention portée à l’analyse serrée du document, et le souci de mettre en valeur l’anomalie, la singularité et l’exceptionnel.

11 Florence Weber, « Le cahier, le gage et le symbole : l’efficacité de l’écriture pratique », in Didier Boisseuil, Pierre Chastang, Laurent Feller, Joseph Morsel, dir., Écritures de l’espace social, Mélanges offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2019, p. 417-434 ; Nathalie Coquery, François Menant, Florence Weber, Écrire, compter, mesurer, op. cit.

12 Voir notamment Sébastien Barret, Dominique Stutzmann, Georg Vogeler, dir., Ruling the Script in the Middle Ages. Formal Aspects of Written Communication (Books, Charters, and Inscriptions), Turnhout, 2016, ou bien encore Olivier Mattéoni, Patrice Beck, dir., Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015. Signalons également Marco Mostert, dir., Organizing the Written Word. Scripts, Manuscripts and Texts, Turnhout, 2017, ainsi que la synthèse que constitue l’ouvrage de Paul Bertrand, Les Écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015. On pourra lire une utile synthèse des renouveaux historiographiques les plus récents dans l’article de Harmony Dewez, « L’innovation documentaire à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 76, 2019, Du nouveau en archives Pratiques documentaires et innovations administratives (xiiiexve siècle), p. 5‑10.

13 Pour n’en donner que quelques exemples : Jean-François Courouau, Sylvie Mouysset, « À la recherche des écrits du for privé du Midi de la France et de la Catalogne », Annales du Midi. Plumes singulières, écrits de soi (xvie-xviiie siècle), Éditions Privat, 2010, p. 165‑173.

14 Voir Julie Claustre, dir., Transiger, éléments d’une ethnographie des transactions médiévales, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

15 À ce sujet, on peut consulter Roger Chartier, Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature, xie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, Le Seuil, 2005. Sur la constitution d’archives voir Jean-Baptiste Delzant, « Crédit local, investissement foncier et archives privées » op. cit. et, dans un cadre différent, Pierre Chastang, Laurent Feller, « Classer et compiler : la gestion des archives du Mont-Cassin au XIIe siècle », in Écritures de l’espace social…, 2010, p. 345‑368, op. cit.

16 Voir également la question fondamentale consistant à savoir quel rapport on peut établir entre la pensée de soi et son expression : si l’on ne peut penser en dehors des mots, cela signifie que c’est par le classement que la pensée se met en œuvre, mais ne signifie pas que l’écriture en soit le passage obligé ; on peut penser dans les mots mais sans l’écrit. Voir à ce sujet Jack Goody, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1978. En réalité les considérations sur le rapport entre les mots et la pensée peuvent rejoindre les considérations philosophiques et celles des cognitivistes. Voir à ce sujet Henri Bergson, La pensée et le mouvant : essais et conférences [1934], Paris, PUF, 1975 et Maurice Merleau-Ponty, Signes, Paris, Gallimard, 1960. Si l’écriture de soi permet la mise en mot d’une pensée, elle permet aussi la mise en mot d’une action, comme l’a bien montré l’ouvrage Écriture et action, xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016. Si la périodisation est centrée sur les temps modernes et contemporains, on y retrouve ces valeurs de l’écriture, qui, comme le disent les auteurs, « prescrivent, commentent, émeuvent… transmettent ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Dubois-Morestin, « Corpus textuel, individus et groupes sociaux », Rives méditerranéennes, 62 | 2021, 7-15.

Référence électronique

Mélanie Dubois-Morestin, « Corpus textuel, individus et groupes sociaux », Rives méditerranéennes [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8545 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8545

Haut de page

Auteur

Mélanie Dubois-Morestin

Chercheuse associée au LAMOP (UMR 8589)/Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search