Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Dossier. Corpus textuel, individu...L’abbaye de Montescalari et ses p...

Dossier. Corpus textuel, individus et groupes sociaux

L’abbaye de Montescalari et ses partenaires particuliers (contado florentin, XIe‑XIIe siècles)

Philippe Lefeuvre
p. 17-41

Résumé

Le chartrier de San Cassiano de Montescalari donne une connaissance indirecte des sociétés laïques s’organisant autour de cette abbaye vallombrosaine du contado florentin aux xie et xiie siècles. Dans ce fonds documentaire produit pour et par les religieux, de nombreux actes notariaux n’entretiennent a priori aucun rapport direct avec la vie du cloître et des moines. L’étude de deux petits corpus, l’un informant sur les dynamiques foncières d’un territoire fort proche de l’abbaye, l’autre sur une paroisse s’organisant en périphérie de Florence, met en lumière le cheminement de cette documentation laïque vers le chartrier monastique. Elle révèle la place centrale de groupes sociaux évoluant en marge de la clôture et la vie de l’abbaye aux dynamiques laïques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles-Marie de La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), 2e édition, (...)
  • 2 Monique Bourin, François Menant et Lluís To Figueras, « Les campagnes européennes avant la Peste, (...)
  • 3 Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de l (...)
  • 4 Paolo Cammarosano, Italia medievale, Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, Carocci edi (...)
  • 5 Barbara H. Rosenwein, To Be the Neighbor of Saint Peter, The Social Meaning of Cluny’s Property, (...)

1Registres notariés, livres de comptes, livres de ricordanze et autres codices de la fin du Moyen Âge font connaître un monde où les « transactions abondent et surabondent1 ». Ils donnent, dans leur ensemble, l’image de sociétés méditerranéennes parcourues par le crédit, par le commerce, fortement animées et contraintes par des échanges à courtes et longues distances2. Dans ce contexte documentaire, il est généralement possible d’établir un lien entre l’activité déployée par les milieux sociaux qui exercent le contrôle de la production économique – banquiers, artisans, marchands, notaires, d’une part ; pouvoirs princiers, grandes institutions religieuses d’autre part – et l’élaboration d’une documentation spécifiquement destinée à accompagner les affaires et en faciliter la gestion. Le statut de ces écrits « ordinaires » mérite bien entendu d’être discuté de même que leurs fonctions3 ; le bas Moyen Âge ne s’en caractérise pas moins par l’existence d’une grande variété documentaire qui contraste avec ce que l’on conserve pour la période qui précède le xiiie siècle. En Occident, les archives datant des siècles centraux du Moyen Âge sont marquées par une incontestable « hégémonie de la tradition ecclésiastique4 » qui conduit à associer très étroitement l’histoire des groupes laïcs à celle de l’Église et de ses institutions. Cette situation archivistique n’est pas sans rapport avec les réalités sociales des xie et xiie siècles, les institutions ecclésiastiques occupant alors une place centrale dans la configuration des rapports sociaux et économiques. Elle conduit à penser diversement l’étude des faits économiques, tâche d’autant plus difficile que les chartriers monastiques « ne nous parlent pas seulement du monde mais aussi (et peut-être davantage) des relations entre ce monde et le monastère5 ».

  • 6 Chris Wickham, « Vendite di terra e mercato della terra in Toscana nel secolo xi », Quaderni stor (...)
  • 7 Pour ne citer qu’un exemple relatif au territoire florentin et aux territoires dont il est ici qu (...)
  • 8 Maria Elena Cortese, Signori, castelli, città, L’aristocrazia del territorio fiorentino tra x e x (...)

2Comment sont construits les corpus documentant la vie des communautés non ecclésiastiques ? Est-il légitime d’étudier des sociétés laïques en prenant pour base les écritures produites pour des établissements religieux ? Les documents disponibles pour l’étude des siècles centraux du Moyen Âge se présentent, à Florence, comme d’imposantes séries d’actes notariés ; une documentation notariale donc, mais conservée, classée et transmise par des institutions ecclésiastiques. Jusqu’à la fin du xiiie siècle, ces actes ont généralement trait au marché foncier. Les donations pieuses, les ventes, les prêts sur gages fonciers, les investitures et les renonciations dominent largement et permettent de suivre, dans leurs grandes lignes, les dynamiques patrimoniales des institutions ecclésiastiques6. Ces grandes séries qui permettent d’écrire l’histoire des chapitres ecclésiastiques et des grands monastères toscans ont aussi servi à faire l’histoire des sociétés laïques gravitant autour de ces institutions7. Les transactions conservées font en effet intervenir un grand nombre d’acteurs directs – auteur, destinataires, témoins – et font ressortir d’autres noms – lorsque le notaire donne les limites des parcelles notamment – qui permettent de reconstituer parentèles et réseaux de sociabilité. Sans la conservation à l’Archivio di Stato des chartriers de grandes abbayes bénédictines et vallombrosaines, on ne saurait rien ou presque des xie-xiiie siècles florentins8. Si les logiques présidant à la constitution de ces fonds sont à chercher dans les institutions monastiques elles-mêmes, ces collections documentaires comptent des fragments considérables d’archives de particuliers ou d’institutions secondaires qui permettent de suivre l’évolution de groupes sociaux spécifiques.

  • 9 Tous les documents cités ici sont conservés à Florence, à l’Archivio di Stato et sont issus du fo (...)
  • 10 Igor Santos Salazar, « Nascita e sviluppo di una Badia. San Casciano a Montescalari nel Valdarno (...)
  • 11 Antonella Degl’innocenti, Giovanni Gualberto, santo, in Dizionario Biografico degli Italiani, Rom (...)
  • 12 Sur l’ordre vallombrosain, voir Sofia Boesch Gajano, « Storia e tradizione vallombrosane », in An (...)
  • 13 Jean Louis Gaulin, « Affaires privées et certification publique : la documentation notariale rela (...)
  • 14 Les notaires toscans des siècles centraux du Moyen Âge accolent rarement l’adjectif publicus à le (...)

3J’exposerai ici le cas des parchemins appartenant à la série San Vigilio di Siena du fonds Diplomatico de l’Archivio di Stato de Florence9. En dépit de son nom, cette série rassemble les parchemins conservés jusqu’à la fin du xviiie siècle par l’abbaye de San Cassiano di Montescalari, un monastère masculin né au xie siècle, dans la vallée de l’Ema, à une trentaine de kilomètres de Florence10 et qui évolua, dès les origines, dans l’influence du moine réformateur Jean Gualbert11, fondateur de l’ordre vallombrosain12. Les 931 parchemins qui composent actuellement le chartrier portent, pour leur grande majorité, un seing notarial qui en garantit l’authenticité et ont longtemps été conservés comme des titres permettant de défendre le patrimoine de l’abbaye autant que comme des pièces de son histoire13. Dans des pays marqués par l’omniprésence d’un notariat laïc et public14, les moines avaient en effet dû passer par la médiation de ces incontournables spécialistes de l’écrit et du droit. Si les religieux restaient maîtres des logiques de sélection, de conservation et de classement des documents, ils n’avaient qu’une maîtrise indirecte de la phase première de leur rédaction. Dans les territoires de l’Italie centrale et septentrionale, il est du reste rare qu’on conserve autre chose que cette documentation notariale : la documentation produite par les moines eux-mêmes, dans le cadre de l’institution ou de la congrégation n’ayant généralement pas été conservée. Les chartriers monastiques ont beau être imposants, ils ne représentent ainsi qu’une typologie documentaire bien spécifique. Avant la fin du Moyen Âge, ces actes sont la seule documentation disponible pour faire l’histoire de l’abbaye et des territoires qui l’environnent. Dans la longue série que forment ces parchemins, il est néanmoins possible de repérer divers ensembles nés des relations tissées entre la communauté des moines et d’autres groupes sociaux dont une partie des intérêts s’organisaient autour de ce pôle religieux, économique et politique. Je commencerai ainsi par m’intéresser aux relations liant deux figures du xiie siècle à l’abbaye de Montescalari.

Les « particuliers » d’un chartrier monastique

  • 15 Sur certains parchemins on trouve au verso la mention particulares (« particuliers ») et en d’aut (...)
  • 16 Les munimina (littéralement des « défenses ») sont les « actes qui ont suivi la destinée des bien (...)

4De petits ensembles documentaires, issus d’un même personnage, sont parvenus aux moines au moment où ces derniers récupéraient des biens fonciers. À la fin du xvie siècle, le notaire Bernardo Mochi de Francesco, chargé de classer et d’ordonner les parchemins détenus par l’abbaye, avait noté l’inutilité, en termes juridiques de ces nombreuses transactions entre « particuliers15 ». Si certains de ces documents avaient perdu l’essentiel de leur valeur à l’époque moderne, ils avaient en revanche tout leur sens dans le tissu des échanges matériels et symboliques qui unissaient certaines communautés laïques aux moines vallombrosains de Montescalari. Ces munimina permettent en effet de saisir quelques moments de la vie d’une personne ou d’un groupe et peuvent être aujourd’hui considérés comme les fragments d’un récit de vie à recomposer16.

Transferts fonciers, transferts documentaires

  • 17 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/03, 1117/05/14, 1117/12/09, 1118/09/14, 1118/02/18 ( (...)
  • 18 À plusieurs occasions, la mention de Tizzano est accolée à Ildibrandino de Sichelmo, voir ASFi, D (...)
  • 19 Sur les cartes de l’Istituto Geografico Militare, la localité est décrite comme un casale nommé M (...)
  • 20 Dans l’ensemble de la documentation, j’ai dénombré cinq parcelles différentes, parmi celles-ci, o (...)
  • 21 Maria Elena Cortese, Signori, castelli, città, op. cit, p. 334‑340, les Montebuoni étaient bien i (...)
  • 22 L’abbaye de S. Cassiano de Montescalari semble ainsi naître de l’initiative laïque, sans qu’aucun (...)
  • 23 Giuseppe Sergi, L’aristocrazia della preghiera. Politica e scelte religiose nel medioevo italiano(...)
  • 24 Philippe Lefeuvre, « Profit et travail de la terre dans les campagnes florentines (xiexiie siècl (...)

5Les chartes de l’abbaye de San Cassiano di Montescalari permettent de saisir à traits fugaces quelques acteurs des sociétés gravitant autour de l’abbaye dans la première moitié du xiie siècle. J’évoquerai ici le cas d’un premier individu, Ildibrandino de Sichelmo, auteur d’une dizaine de documents datés d’entre 1117 et 1156 et que les actes de Montescalari sont seuls, à ma connaissance, à documenter. Ce premier exemple peut servir à comprendre la façon dont s’opère le passage d’une documentation produite par des laïcs à une série archivistique. Les actes notariés relatifs à cet individu – quatre baux emphytéotiques, quatre ventes, un prêt sur gage et une donation pro anima17 – correspondent tous à des aliénations conditionnelles ou définitives de terres et de droit situés en amont de la vallée de l’Ema, à une trentaine de kilomètres de Florence, non loin de Montescalari. Les informations glanées dans ces textes permettent de se faire une idée du statut social d’Ildibrandino (fils) de Sichelmo de Tizzano. Ses intérêts ne se limitaient pas à cette zone : si son identité le rattachait au castello rural de Tizzano, dans la vallée de l’Ema, il fréquentait ou avait fréquenté Florence et contrôlait un patrimoine dispersé en plusieurs points de la vallée18. Au lieu-dit Altare, à la confluence de la rivière Ema et d’un petit torrent19, il avait cédé des parcelles qu’on devine productives et possédait des vignes et des châtaigniers20. Les actes donnent un aperçu fragmentaire du patrimoine détenu par Ildibrandino de Sichelmo et son épouse Mingarda de Guido, deux figures dont on ne sait pratiquement rien en dehors de ce qui ressort de ce petit dossier. Ce patrimoine les situait au niveau de rentiers s’intéressant d’assez loin à l’exploitation des parcelles et utilisant leurs terres pour d’autres finalités que la subsistance. Une série d’indices onomastiques et géographiques rendent très plausible l’appartenance d’Ildibrandino à la parentèle des Montebuoni, ancêtres de la maison aristocratique des Buondelmonti21. Les fondations de monastères, l’entretien de liens économiques avec ces institutions, l’insertion dans une communauté de prière étaient des éléments essentiels à l’affirmation et à la perpétuation d’une identité aristocratique22. La destruction du castello de Montebuoni par les armées de Florence à l’automne 1135 ne mit pas fin aux activités de la parentèle homonyme – qui s’installa définitivement en ville – et témoigne de l’influence qu’elle exerçait déjà au début du XIIe siècle. Il peut sembler naturel que le représentant de cette parentèle de domini ait laissé une trace dans la documentation du monastère local. À bien y regarder toutefois, le corpus documentaire montre que les relations d’Ildibrandino avec l’abbaye de Montescalari avaient été fortement médiatisées par une figure qui, pour sa part, n’appartenait ni à l’aristocratie laïque, ni à « l’aristocratie de la prière23 ». C’est ici qu’il faut faire intervenir Branduccio de Pietro de Altare24.

Acquéreurs laïcs et patrimoine monastique

  • 25 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/03, 1117/05/14, 1118/09/14, 1118/02/18 (en 1119), 11 (...)
  • 26 Ibid., 1117/03, 1117/05/14, 1118/09/14, 1118/02/18 (en 1119), 1123/03/11 (en 1124), 1130/05/14, 1 (...)
  • 27 Ibid., 1084/03/18 (Le carte… 49).
  • 28 Pour une approche renouvelée des transactions médiévales, voir Julie Claustre, dir., Transiger : (...)
  • 29 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/03 : per hunc libellum pignoris nomine.
  • 30 Ibid., 1118/09/14, Ildebrandino de Sichelmo concédait la moitié d’une parcelle de terre située au (...)
  • 31 Ibid., 1117/03, 1118/02/18 (en 1119), 1123/03/11 (en 1124).

6Parmi les parchemins conservés mentionnant Ildibrandino de Sichelmo, quatre s’adressaient directement à la communauté des moines vallombrosains ou à ses représentants ; les six autres avaient pour destinataire un dénommé Branduccio de Pietro de Altare25. Les actes qui intéressaient directement l’abbaye avaient sans doute été produits à la demande spécifique des moines avant de rejoindre presque immédiatement leurs archives. Pour les autres en revanche, ils étaient peut-être restés, pendant des années, dans les mains d’un laïc avant de rejoindre le chartrier monastique. Branduccio de Pietro eut du reste un rôle important dans la vie économique et sociale de Montescalari. Il est au total attesté dans dix-huit documents datés d’entre 1117 et 1150 et est cité à titre posthume en 115626. Ses activités s’organisaient autour de la localité d’Altare où l’abbaye avait pris le contrôle partiel d’un moulin à la fin du xie siècle27. Branduccio de Pietro fut certainement un partenaire économique important d’Ildibrandino de Sichelmo. Les actes qui permettent de suivre leurs relations sont les traces qui subsistent de relations de crédit plus développées dont les transactions conservées semblent n’être que l’aboutissement28. Le premier document montrait d’emblée l’ambiguïté de la position de Branduccio de Pietro : il s’agissait d’un bail emphytéotique qui lui avait été concédé à titre de gage par Ildibrandino de Sichelmo. L’opération résultait probablement d’une opération de crédit29. Ce tenancier, soumis à un loyer en nature, avait ainsi produit assez pour pouvoir concéder des avances en céréales ou en argent à son propriétaire et avait pu acquérir des droits sur de nouvelles terres ou sur des parcelles qu’il contrôlait déjà partiellement30. Si Branduccio de Pietro évoluait probablement dans une forme de dépendance vis-à-vis d’Ildibrandino de Sichelmo, il pouvait lui ouvrir de petits crédits et renégocier ainsi sa position. Entre 1117 et 1130, par une politique cohérente de prêts et d’achats, Branduccio de Pietro avait ainsi acquis plusieurs parcelles destinées à arrondir ses possessions autour du moulin d’Altare31. De cette manière, il avait en quelques années pris le contrôle d’un patrimoine certes resserré, mais important, formé de terres tenues directement ou en livello aux lieux-dits Altare et Meleto. C’est ce patrimoine et la documentation qui lui était liée qui parvint par la suite dans le chartrier de l’abbaye, à la suite de l’acquisition de ces terres par l’abbaye de Montescalari. Soucieux de défendre l’intégralité de leurs droits, les moines avaient obtenu les chartes et les brefs qui leur conféraient un surcroît d’autorité sur ces biens fonciers.

  • 32 Ibid., 1142/11/28.
  • 33 Ibid., 1142/11/29.
  • 34 Ibid., 1145/09/29, 1149/03/13 (en 1150).
  • 35 Ibid., 1149/03/13 (en 1150) : l’acte avait été établi à Florence et le notaire n’avait pas pris l (...)
  • 36 Ibid., 1155/11/06.
  • 37 Alice Rio, « Les formulaires et la pratique de l’écrit dans les actes de la vie quotidienne (vie-(...)

7Parmi les actes de Montescalari, quinze documents ont été directement adressés à Branduccio de Pietro et renseignent sur ses différentes acquisitions foncières entre les années 1117-1150. La présence de ces actes s’explique d’abord par deux donations : en novembre 1142, Branduccio et son épouse Guilla de Giovanni avaient offert à l’abbaye trois parcelles de terre avec leurs dépendances pour la rédemption de leurs âmes et celle de leur fils Viviano32 ; la même année, les deux époux offrirent à l’abbaye l’ensemble des terres et des biens qu’ils détenaient aux lieux-dits Rotole, Meleto et Altare en s’en réservant l’usufruit33. Ces donations n’avaient pas mis un terme aux activités de Branduccio : en 1145 et 1150 il se portait encore acquéreur de nouvelles parcelles34, dans un dernier acte qui correspondait en réalité au rachat de droits sur des terres déjà contrôlées35. Quand ce document et les précédents arrivèrent-ils aux mains des moines de Montescalari ? Dans un acte de 1155, il était encore fait mention de Branduccio de Pietro ; l’acte émanait des Ubertini, puissante parentèle florentine, et contenait la renonciation aux terres qu’avaient tenues en leur nom Martinello de Foscolo et Branduccio de Altare36. À cette date, les moines avaient probablement mis la main sur les terres de ce dernier et récupéré – ou fait produire à cette occasion – la documentation qu’ils estimaient nécessaire à la défense de ce patrimoine37. Cette ultime pièce du dossier documentaire correspond à une phase postérieure au décès de Branduccio de Pietro : les autorités laïques et religieuses contrôlant ou ayant contrôlé le patrimoine foncier sur lequel s’étaient déployées ses activités mettaient ainsi fin à un cycle d’acquisitions initié à la fin des années 1110.

Des affaires à l’ombre de l’abbaye

  • 38 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1130/10/02, au verso, d’une main qui pourrait être du xii (...)
  • 39 Sur l’ensemble du corpus interviennent les notaires suivants : le notaire Vitale (un acte), le ju (...)
  • 40 On trouve plusieurs références à Altare dans les donations des années 1080, voir ASFi, Diplomatic (...)
  • 41 Chris Wickham, Legge, pratiche e conflitti, Tribunali e risoluzione delle dispute nella Toscana d (...)
  • 42 Niccolò Lapi, “Ad Edificandum Molendina”, I Mulini del monastero di San Casciano a Montescalari f (...)
  • 43 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/03/18 (Le carte… 49), 1087/02 (Le carte… 81).
  • 44 Ibid., 1102/01/.. (en 1103), 1109/06/17, l’auteur de l’acte de 1109 appartenait aux Caponsacchi, (...)
  • 45 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/12/09.

8Ces fragments d’une vie particulière qui sortent à peine de la banalité peuvent-ils se comprendre en dehors du contexte monastique ? Pendant quelques années, Branduccio de Pietro avait mené une politique d’acquisition qui semble autonome ; probablement avait-il lui-même demandé la rédaction de certains actes. L’existence d’un dossier de parchemins transmis ensemble par Branduccio de Pietro ou ses ancêtres dans le fonds de Montescalari est très probable : au dos d’un parchemin de 1130, une main médiévale avait en effet noté « Ce sont les documents de Branduccio fils de Pietro38. » L’ensemble ne ressemble guère à une production réalisée sur commande plusieurs années après les acquisitions : cinq notaires différents et qui n’appartenaient pas tous à la même génération, avaient en effet participé à la rédaction des quinze actes destinés à Branduccio de Pietro39. Il est intéressant de noter ce que la connaissance du premier individu évoqué, Ildibrandino de Sichelmo, c’est-à-dire une figure de l’aristocratie, doit non seulement aux archives monastiques – qui ont transmis, classé et conservé les documents envisagés – mais aussi à l’existence, en leur sein, d’un petit corpus archivistiques échoué dans ce chartrier en suivant la route d’un patrimoine foncier. En réalité, les activités de Branduccio de Pietro ne sont pas si faciles à dissocier des dynamiques foncières de l’abbaye de Montescalari. Cette dernière avait reçu des donations de terre à Altare au début des années 1080 et avait d’emblée prévu d’y faire construire ou agrandir un moulin à eau40. Le contrôle total d’un moulin était une entreprise difficile qui supposait non seulement de posséder l’instrument hydraulique lui-même, mais aussi d’agir en amont de l’édifice pour lui assurer un débit suffisant41. La localité d’Altare est citée dans un grand nombre de transactions des dernières décennies du xie siècle42. L’abbaye avait en effet cherché à se doter d’une base foncière conséquente autour du moulin pour contrôler l’affluent de l’Ema et le bon fonctionnement de l’instrument. Il était nécessaire, pour cela, de s’assurer de la collaboration de figures influentes de la vie locale. Sichelmo de Rolando des Montebuoni, père d’Ildibrandino de Sichelmo, figurait parmi les témoins de la donation de 1084 ; en 1087, il avait promis aux moines de leur laisser le contrôle de parcelles situées à Altare et dans les environs43. En 1102, c’était un autre représentant des Montebuoni, Ranieri de Ranieri, qui avait cédé le terrain nécessaire à la construction d’un petit canal pour le moulin d’Altare, une opération qui fut renouvelée en 1109 auprès d’un autre propriétaire44. En 1117, lorsqu’Ildibrandino de Sichelmo fit sa première donation connue à l’abbaye de Montescalari, les environs du moulin étaient déjà fortement investis par l’abbaye et le père de Branduccio de Altare était actif dans ces lieux45.

  • 46 Ibid., 1152/11/03.
  • 47 Ibid., 1117/03, 1118/09/14, 1152/11/03, dans le premier document, Branduccio de Pietro était tenu (...)
  • 48 Dans la seconde moitié du xiie siècle, l’abbaye de Montescalari est le centre d’un système domani (...)
  • 49 Une utilisation de ces archives est bien mise en évidence dans Chris Wickham, The mountains and t (...)

9Quelle était exactement la position de Branduccio de Pietro de Altare vis-à-vis des moines ? Il n’existe pas d’information directe sur ses activités : après son décès, en 1152, sa veuve et l’un de ses fils firent don à l’abbaye de Montescalari des terres et des biens qu’il avait tenus en propriété ou en livello46. Le document suggère un patrimoine organisé autour d’une habitation à Altare avec des terres et vignes réparties dans le finage. Branduccio utilisait sans doute les rives de l’Ema et les abords du moulin pour la culture du mil ou la pâture47. Cette activité dans les parcelles entourant le moulin n’avait-elle pas quelque lien avec l’entretien du moulin lui-même ? Les disponibilités monétaires de Branduccio de Pietro, sa capacité à prêter et l’association de son nom au lieu-dit Altare plaident en faveur de cette hypothèse. L’histoire de ce petit entrepreneur rural se comprend mieux lorsqu’on l’insère dans l’histoire économique et patrimoniale de l’abbaye de Montescalari. Si Branduccio de Pietro fut une figure locale, c’était sans doute parce qu’il était en même temps l’homme de confiance des moines de Montescalari, des Montebuoni et d’autres autorités. En servant les moines, en faisant office d’intermédiaire, il devenait ainsi une figure incontournable. Il est difficile, dans le cadre de cette documentation, d’en faire un personnage menant ses propres affaires de façon entièrement autonome, sans subir aucune forme de contrôle de la part des moines ou de leurs puissants voisins. Sa position, vis-à-vis de l’abbaye et des communautés voisines fait même songer à celle qu’occupent, quelques années plus tard, les castaldiones, des frères convers, qui agissent dans le cadre d’une seigneurie monastique davantage hiérarchisée et institutionnalisée48. Le transfert des archives « privées » de Branduccio de Pietro dans le chartrier de l’abbaye tient ainsi moins au hasard des transferts fonciers qu’aux dynamiques de l’institution monastique qui se construit un réseau d’intermédiaires et d’obligés dans la première moitié du xiie siècle. Ce transfert de documents tenus par un particulier dans les archives d’une institution monastique est du reste un cas courant de l’Italie médiévale comme l’illustrent le cas bien étudié de Karol, dans les Abruzzes du haut Moyen Âge, ou les recherches basées sur des dossiers similaires49.

Sociétés laïques et communauté monastique

  • 50 Pour retenir un exemple proche, voir ainsi Anne Mailloux, « L’évêque en son domaine : une opérati (...)

10Les dynamiques d’accumulation de la documentation peuvent parfois être reconstituées lorsqu’on s’intéresse à un ou deux individus, mais sont plus difficiles suivre quand le corpus s’élargit et qu’on prend en considération les actes relatifs à une même localité dans un arc chronologique donné. Ces petits dossiers topographiques sont pourtant nombreux dans les chartriers monastiques et permettent une étude plus large des sociétés évoluant au contact des institutions productrices de ces sources. Lorsqu’ils s’intéressent à un territoire, historiennes et historiens notent généralement l’existence d’un « dossier documentaire » conséquent dans les archives d’une institution ecclésiastique et font de ce dossier, fondé sur une unité topographique, la base de recherches plus approfondies qui ne visent pas spécifiquement à l’étude des institutions ecclésiastiques elles-mêmes50.

Le dossier composite d’un patrimoine périphérique

  • 51 Une nouvelle de Boccace est consacrée à l’histoire du « Prêtre de Varlungo et de Monna Belcolore  (...)
  • 52 Eudosio Loccatelli, Vita del glorioso padre San Giovangualberto, fondatore dell’ ordine di Vallom (...)
  • 53 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1082/09/03 (Le carte… 34), 1084/06/10 (Le carte… 53), 108 (...)
  • 54 Par exemple ibid., 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096), au verso : « 22, varlungo ».
  • 55 Don Ignazo Guiducci (1582 ; 1666), abbé de Montescalari de 1648 à 1656 et abbé général de l’ordre (...)

11À l’époque moderne, l’abbaye de Montescalari possédait quelques terres et un podere dans la paroisse de San Pietro a Varlungo. Ce village rural « très voisin51 » de Florence ouvrait sur un gué permettant de traverser l’Arno (fig. 1). Situées à une trentaine de kilomètres de l’abbaye de Montescalari, ces possessions formaient un patrimoine périphérique dans l’organisation de l’abbaye rurale, même si les moines exerçaient au xvie siècle une forme de contrôle sur l’église locale52. Dans les archives de l’abbaye, les possessions de Varlungo forment un dossier d’une quarantaine de parchemins datés d’entre 1082 et 137253. L’impression d’unité qui émane de ce corpus est sans doute renforcée par des annotations remontant au xviie siècle. Elles sont de la main de l’abbé Ignazio Guiducci (1648 ; 1656) qui s’était efforcé de reconstituer un dossier cohérent d’actes relatifs à Varlungo54. La plupart de ces documents datent des xie et xiie siècles et résultent des rapports étroits entretenus par l’abbaye de Montescalari avec un groupe influent de Florentins : ils informent assez peu sur la physionomie des possessions monastiques. En les parcourant, comme l’avait fait avant moi l’abbé Guiducci55, j’ai certes pu repérer les lieux-dits mentionnés, noter l’existence d’un certain nombre de parcelles et dessiner les lignes d’une politique patrimoniale ; il s’est en revanche avéré difficile d’utiliser cette série pour suivre, pas à pas, l’évolution du patrimoine local. La série compte en effet de nombreux munimina qui semblent, au premier abord, ne pas entretenir de rapport direct avec la vie de l’abbaye.

Figure 1. Florence et le sud-est de son territoire

Figure 1. Florence et le sud-est de son territoire

Carte de localisation

Crédit : l’auteur

  • 56 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096), 1096/10/06 (Le carte (...)
  • 57 Ibid., 1096/10/06 (Le carte… 112).
  • 58 Ibid., 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096) : id est terra petia una tamen fossa inter medio que e (...)
  • 59 Sur l’insertion des vallombrosains dans le mouvement de lutte contre la simonie et le nicolaïsme, (...)
  • 60 Sur le rôle des clercs et des moines dans la diffusion du crédit, voir Cinzio Violante, « Les prê (...)

12Ces munimina permettent de retracer les étapes premières des acquisitions monastiques et mettent en évidence la place centrale d’initiatives pensées et mises en œuvre en dehors du cloître par des intermédiaires laïcs ou des clercs qui utilisent autant l’abbaye qu’ils la servent. L’un des actes les plus anciens concernant le territoire de Varlungo, dans le fonds de Montescalari, se trouve ainsi être une cartula venditionis destinée à deux laïcs. Par cette charte, établie en mars 1096, Ugo de Mugefo et Alberto de Pietro avaient acquis une terre dans les environs de Varlungo, au lieu-dit Bassirica. En octobre de la même année, ces deux individus établirent une cartula venditionis au profit de l’abbaye de Montescalari56. Le lien entre ces deux documents est assuré – Ugo de Mugefo et Alberto de Pietro faisant office d’intermédiaires dans l’acquisition d’une parcelle de terre – la logique de la transaction reste en revanche difficile à saisir. En mars 1096, Ugo de Mugefo et Alberto de Pietro avaient acheté trois portions d’une terre évaluée à quarante sous de Lucques dont ils s’étaient acquittés en argent et en biens meubles. Quelques mois plus tard, ces mêmes acheteurs revendaient aux lointains moines de Montescalari une parcelle décrite comme une petiolam – une petite parcelle – à un prix sensiblement inférieur (quinze sous57). Les limites données par le notaire à l’une et l’autre des parcelles – les confronts – révèlent des évolutions sensibles du parcellaire entre mars et octobre58. Si la transaction portait certainement sur une même terre, il ne s’agissait pas de vendre exactement la même parcelle… Quels étaient les motifs de cette vente ? Geste de dévotion envers les moines vallombrosains qui représentaient localement le mouvement de réforme parcourant alors l’Europe occidentale59 ? Simple besoin de liquidités60 ? Il est probable, dans tous les cas, que les vendeurs aient cédé à l’abbaye une part seulement de la parcelle acquise un peu plus tôt et qu’ils aient voulu, par cette vente, faire des moines de Montescalari les garants de leur possession locale. Les deux auteurs se souciaient probablement de faire accepter aux habitants des lieux – les homines de Bassirica cités dans les confronts – leur présence nouvelle sur ces terres.

Consolider une communauté d’intérêts

  • 61 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/06/10 (Le carte… 53).
  • 62 Les schémas de filiation qu’on propose ici en annexe témoignent d’ailleurs de la difficulté d’éta (...)
  • 63 Enrico Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit., p. 204‑211.
  • 64 Plusieurs actes font apparaître Fiorenzo de Giovanni et Martino agissant en qualité d’intermédiai (...)
  • 65 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/06/10 (Le carte… 53), 1102/10/13, 1113/11/03, 1135/0 (...)
  • 66 Loin de former une lignée patrilinéaire à l’image des maisons aristocratiques du bas Moyen Âge, l (...)

13À la fin du xie siècle, les moines de Montescalari étaient en relation avec un groupe particulièrement implanté dans les environs de Varlungo (figs 1 et 2). L’acte de donation qui avait initié le cycle de transactions faisait intervenir deux individus appartenant probablement à une même parentèle61. En 1084, Guglielmo de Barone avait offert à l’abbaye de Montescalari cinq parcelles situées à Varlungo pour l’âme d’un certain Giovanni de Bassirica. Le fils de ce dernier, Fiorenzo de Giovanni de Bassirica, était cité comme témoin ; l’auteur déclarait en outre avoir acheté l’une des parcelles à un dénommé Giovanni de Martino. Ces deux noms, Florentius et Martinus, reviennent fréquemment dans les transactions relatives à Varlungo sans qu’on soit toujours certain de repérer les homonymies possibles (fig. 2, schémas A et B62) ; ils appartiennent au stock onomastique des Caponsacchi, une parentèle bien étudiée par Enrico Faini et dont la propriété se concentrait, aux xie et xiie siècles, dans la périphérie orientale de la cité florentine63. À l’issue d’une première donation, Fiorenzo de Giovanni de Bassirica et un dénommé Martino, descendant probable du dénommé Giovanni de Martino cité en 1084, étaient devenus les partenaires privilégiés de l’abbaye de Montescalari dans la gestion des terres de Bassirica (fig. 2, schéma A64). La référence à ce lieu-dit Bassirica caractérise l’onomastique d’une poignée d’individus, particulièrement liés à l’abbaye de Montescalari, à la fin du xie siècle et dans les premières années du siècle suivant : la communauté des homines de Bassirica65. Fiorenzo et Martino étaient sans doute les représentants d’un petit groupe de parents liés aux Caponsacchi comme aux intérêts de l’abbaye dont les membres, tous cités dans les actes de Montescalari, ne sont pas toujours faciles à distinguer66.

Figure 2. Les Caponsacchi de Varlungo (schémas de filiation)

Figure 2. Les Caponsacchi de Varlungo (schémas de filiation)

Source : réalisation graphique de l’auteur (d’après la série Montescalari du Diplomatico de l’Archivio di Stato de Florence)

  • 67 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1102/10/13 : homines de pars iamdicti monasterii.
  • 68 Ibid., les auteurs renonçaient aux causas calumpnias querelas et querimonias sacramentum et compo (...)
  • 69 Voir ainsi Enrico Faini, « Il convito del 1216, La vendetta all’origine del fazionalismo fiorenti (...)
  • 70 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1106/05/19.
  • 71 Ibid. : Florentius filius bene memorie Petri cum lignum quam suam tenebat manu finivit ad Florent (...)
  • 72 Sur les frères convers vallombrosains, voir Francesco Salvestrini, « I conversi dal secolo xi all (...)
  • 73 La présence des Caponsacchi se note par exemple dans l’action de plusieurs intermédiaires se ratt (...)

14Les menées de ce groupe n’allèrent pas sans susciter de petits conflits au sein même des Caponsacchi. En octobre 1102, à San Pier Maggiore, un bourg situé hors-les-murs de Florence, à l’Ouest de la cité, Pietro de Sigulo et son épouse Ermingarda de Fiorenzo, appartenant sans doute aux Caponsacchi, établirent ainsi une pacification avec Fiorenzo de Giovanni de Bassirica et tous les hommes qui, à Varlungo, avaient « pris le parti » de Montescalari67. Les parties en présence renonçaient à demander toute réparation et à intenter toute action pour l’agression, les coups et les blessures qui avaient pu être portés68. Selon des modalités courantes dans la vie politique florentine les individus qui gravitaient autour d’une même parentèle et d’un même patrimoine se disputaient les portions d’un capital économique et symbolique69. Ermingarda de Fiorenzo était peut-être la fille du frère convers Fiorenzo de Giovanni ; le nœud du conflit résidait probablement dans la dot d’Ermingarda et la part que le couple pouvait réclamer sur un patrimoine passé sous le contrôle de l’abbaye, mais que des membres de la famille continuaient à convoiter. Cette querelle familiale intéressait ainsi l’abbaye de Montescalari qui avait conservé le souvenir de ces règlements internes aux Caponsacchi. Dans les mêmes années, un autre document reproduisait le même schéma. En mai 1106, Fiorenzo de Pietro renonçait à ses exigences sur les terres que tenaient à Varlungo les frères convers Fiorenzo et Martino70. Le frère convers Fiorenzo était explicitement décrit par le notaire comme « l’oncle » de Fiorenzo de Pietro (fig. 2, schéma A)71. Dans un même document, il était ainsi possible de faire figurer la parenté charnelle et la parenté spirituelle qu’avait fait naître la conversion de Fiorenzo de Giovanni72. Évoluant entre une sociabilité laïque et monastique, Fiorenzo servait l’abbaye sans renoncer à servir sa parenté. Au début du xiie siècle, il semble même que les parents proches de Fiorenzo et de Martino aient fait coïncider les intérêts d’une partie de leur parentèle avec ceux des moines de San Cassiano de Montescalari, moins présents localement. Dans les premières décennies et jusqu’en 1168, l’abbaye de Montescalari continua d’acquérir des terres dans la localité de Varlungo : des acquisitions qui furent souvent le fait des Caponsacchi qui conservaient ainsi une forme de contrôle sur les terres de Varlungo73.

  • 74 Sur les homines qui vocantur Capoinsacchi voir E. Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit, p. 2 (...)
  • 75 À propos du concept de rente foncière appliqué aux sociétés des xe et xiie siècles, on se reporte (...)

15La place prise par cette parentèle dans la documentation témoigne de l’influence de ce groupe dans la Florence de la première moitié du xiie siècle. Les Caponsacchi appartenaient à l’élite politique et économique et avaient commencé, à la fin du xie siècle, à concentrer leurs biens à Florence et dans sa proche périphérie ; ils avaient notamment fondé, près de Varlungo, l’abbaye de San Salvi74. La documentation de la fin du xie siècle et des premières décennies du siècle a sans doute été conservée comme un témoignage des acquisitions foncières réalisées par l’abbaye de Montescalari dans la paroisse de Varlungo. La production de ce dossier documentaire s’inscrivait dans un processus plus complexe : la recherche d’un compromis mettant au premier plan les Caponsacchi et leurs alliés, et mobilisant en arrière-plan les moines vallombrosains de Montescalari. Il s’agissait de régler le partage d’une base foncière et des rentes qui lui étaient associées75. Si le dossier des actes de Varlungo ne conserve pas la trace exclusive d’une activité déployée par un seul groupe social, il témoigne en revanche des interactions entre différentes communautés : les unes suivant les liens de parenté et les alliances matrimoniales des Caponsacchi ; les autres suivant les liens spirituels et institutionnels, celles des frères convers et des moines de Montescalari.

Un patrimoine monastique stabilisé ?

  • 76 FAINI, Enrico, Uomini e famiglie, art. cit., p. 25‑26. Le terme de nepos peut bien entendu désign (...)
  • 77 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1109/01/11 (en 1110), la somme de cinq livres était une e (...)
  • 78 À titre de comparaison, l’abbé Arnaldo de Montescalari avait versé, en 1101, le double de cette s (...)
  • 79 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1110/12/03.
  • 80 Francesco Salvestrini, « Il monachesimo vallombrosano alla periferia orientale di Firenze. La bad (...)
  • 81 On peut comparer les prix observés dans les actes de Coltibuono et dans le dossier des actes de V (...)
  • 82 Voir note précédente, on peut rappeler que les transactions monnayées s’élèvent en moyenne à 79 s (...)

16Les actes conservés, lorsqu’ils ne concernent pas directement les Caponsacchi, correspondent à des opérations foncières plus spécifiques et témoignent, dans leur ensemble, de la valeur des terres de cette zone et du haut niveau social des intermédiaires. Dès janvier 1110, Guittone neveu (ou petit-fils) de Gioco – d’une importante parentèle florentine76 – avait ainsi acheté, pour le compte de l’abbaye, une terre estimée à cinq livres de Lucques77 ; un prix élevé et qui se compare à celui des rentes que produisent alors des appareils politiques ou des instruments mécaniques relativement complexes78. La même année 1110, l’abbé de Montescalari consentit à verser trente livres pour acheter une vigne et une roselière (canneto) situés à Gignoro, dans les environs de Varlungo, ainsi que trois parcelles situées à Varlungo79. Ces sommes correspondaient-elles au potentiel véritable de ces terres ? Elles étaient situées près de Florence, dans une zone idéale pour la construction de moulins et pour le transport de diverses marchandises80. Si les sommes engagées à Varlungo respectent les ordres de grandeur qui s’observent dans d’autres parties du territoire, les transactions conservées révèlent l’intérêt spécifique que suscitent certains terrains81. Dans la seconde moitié du xiie siècle, ces transactions permettent d’observer une « inflation » qui dépasse, dans cette périphérie, ce qui s’observe dans le reste du territoire82.

  • 83 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1162/10/14.
  • 84 FAINI, Enrico, Firenze nell’età romanica, opcit., p. 111, no 4.
  • 85 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1167/04/26, 1168/09/17 : entre les deux transactions, le (...)
  • 86 Ibid., 1175/02/20 (le 21 février 1176).
  • 87 Ibid., 1178/11/09.
  • 88 Ibid., 1175/05/04, 1178/02/08 (en 1179).
  • 89 Ibid., 1272/12/13, sur la transformation précoce du parcellaire en périphérie de la cité, voir En (...)
  • 90 Références à des curtes et à des castaldiones dans les actes de Montescalari, ASFi, Diplomatico, (...)
  • 91 Maria Elena Cortese, Signori, castelli, città, op. cit., p. 219‑223 ; Enrico Faini, Firenze nell’ (...)

17Après 1120, les informations sur Varlungo se font plus ponctuelles dans la série des parchemins de Montescalari : cette évolution documentaire conduit à mettre au second plan le rôle joué sur place par les intermédiaires de l’abbaye et indique probablement la fin des longues tractations entre les Caponsacchi et les représentants de l’abbaye. Les actes conservés donnent des informations plus limitées sur l’action des moines ou de leurs intermédiaires, ils documentent en revanche l’arrivée de nouveaux acteurs économiques. En octobre 1162, un couple vivant dans le village voisin de Compiobbi avait ainsi vendu à un dénommé Leopardo de Biancolo de Calimala une parcelle située à Varlungo83. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on voit arriver ici le nom de la Calimala, célèbre rue de Florence dont le nom sert à désigner, à la fin de ce siècle, la principale des corporations citadines84. Dans ces années, la documentation n’est pas assez dense pour permettre de comprendre l’implication de l’abbaye. À deux reprises, les moines de Montescalari bénéficièrent d’un jeu rapide de transactions successives. En 1168, un dénommé Forteguerra de Bellasciolo louait à l’abbaye de Montescalari une terre qu’il avait, quelques mois auparavant, obtenue en livello de son propre frère85. En 1176, une opération de ce genre se fit en quelques heures, les moines bénéficiant de la revente d’une terre acquise le jour même86. Qu’elles impliquent directement ou non l’abbaye de Montescalari, les transactions conservées pour ces décennies donnent le sentiment d’un marché foncier dynamique dans lequel la terre sert de support à des opérations économiques plus complexes. Ce qui se devine c’est une tendance sans doute lente à la concentration des unités foncières. En 1178, le prêtre de San Pietro a Varlungo et l’abbaye de Montescalari échangèrent ainsi une série de parcelles situées à Bassirica dans le but probable de restructurer leurs propriétés respectives87. Dans ces mêmes années, des laïcs, tels Corbizo de Ubertino Liciadore, possédaient des unités foncières relativement concentrées88. Un coup d’œil sur la documentation plus tardive fait supposer l’existence d’unités foncières plus compactes à la fin du xiiie siècle89. En l’absence d’une documentation renseignant avec un peu de continuité sur le devenir de ces terres, on peut risquer une hypothèse. À la fin du xiie siècle, la croissance de la propriété de Montescalari dans la paroisse de Varlungo avait pris fin et les moines ne firent plus, dans les siècles suivants, d’acquisitions significatives. La petite abbaye de Montescalari n’avait sans doute ni la puissance suffisante ni l’ambition d’utiliser ses possessions de Varlungo comme un prolongement de sa seigneurie et les convers présents sur place n’eurent jamais, à ma connaissance, le titre de « gastald » que portèrent leurs confrères placés à la tête de domaines ruraux plus importants (comme pour celui que tenait l’abbaye de Montescalari autour du moulin d’Altare90). La proximité de Florence influença diversement l’évolution des patrimoines aristocratiques et ecclésiastiques, empêchant l’émergence de seigneuries structurées dans les environs de la cité91. Des acteurs laïcs animaient désormais le marché foncier, sans plus recourir aux services monétaires et à la protection symbolique que les moines vallombrosains avaient pu leur offrir, de la fin du xie aux premières années du xiie siècle. Pendant quelques décennies toutefois, moines et frères convers avaient joué un rôle clef dans la vie de ce petit village, en exerçant, à l’égard des communautés laïques, une gamme étendue de fonctions sociales, économiques et politiques. Ce sont ces fonctions qu’ils semblent perdre à la fin du siècle.

Les sociétés laïques au prisme d’une documentation monastique ?

  • 92 Par exemple, et pour ne citer qu’une seule monographie, Georges Duby, La société aux xie et xiie  (...)
  • 93 Barbara H. Rosenwein, « Réforme monastique et transformation sociale », Bulletin du centre d’étud (...)
  • 94 Voir ainsi Sébastien Fray, « La juridiction de l’évêque du Puy sur sa ville au prisme des privilè (...)
  • 95 Sur cette question voir les remarques de Jean-Loup Lemaître, « Nécrologes et obituaires : une sou (...)

18La constitution d’un corpus d’actes monastiques s’opère sur un temps long et elle implique l’intervention d’acteurs nombreux qui évoluent parfois très loin du cloître. C’est un processus qui échappe en partie aux moines et met au premier plan de nombreuses figures intermédiaires entre laïcs et ecclésiastiques. Pour ces siècles, la conservation presque exclusive d’une documentation notariale – les actes ayant été conservés comme des titres de propriété – conduit à écrire une histoire qui dépasse rapidement les horizons du cloître. L’entreprise n’est pas inédite, bien évidemment, et il suffit d’évoquer de grands classiques pour voir ressurgir l’usage de chartriers monastiques dans l’étude d’évolutions plus larges92. À Montescalari, comme dans d’autres chartriers monastiques, des documents qui n’ont « rien à voir avec les moines93 » participent peut-être à la fondation d’une communauté de vues, d’intérêts et de sensibilités qui rattachent les moines à des parentèles laïques. L’attention des moines aux groupes sociaux dont dépend la prospérité de l’abbaye – et avec lesquels elle peut aussi se retrouver en conflit – est sans doute un élément qui explique la conservation des munimina. Dans leur ensemble, ces documents attestent l’ancrage économique de l’institution dans un réseau d’amis et de parents. Ils contribuent à définir la position des moines vallombrosains de Montescalari dans la société florentine des xie et xiie siècles. La métaphore du prisme, c’est-à-dire d’un objet qui décompose et dévie la lumière, permet sans doute de faire un état prudent des distorsions qu’implique le recours à ce type de sources94. Métaphore commune, elle invite le lecteur à se garder de généralisations hâtives et à conserver à l’esprit le caractère parcellaire des informations récoltées par le biais de documents produits et conservés selon des logiques propres à l’institution. Elle présente toutefois un léger défaut ; elle risque implicitement d’ériger le corpus documentaire en instrument séparant l’observateur de son objet d’étude. Ce serait d’une part faire oublier ce que la connaissance des sociétés laïques des siècles centraux du Moyen Âge doit à la documentation ecclésiastique, et d’autre part tenir pour acquis une séparation des dynamiques religieuses et profanes que cette documentation fait bien peu apparaître. Le constat, sans doute, aurait été différent en présence d’une typologie documentaire produite par les moines eux-mêmes dans un but commémoratif. À la différence des nécrologues ou des libri vitæ, les chartriers monastiques ne sont pas le produit exclusif d’une communauté monastique organisant et mettant en scène son rapport avec le monde95. Produit d’une accumulation et d’une sélection documentaire dont les religieux ne maîtrisent que la phase finale, les chartriers résultent des rapports économiques, politiques, et sans doute affectifs, unissant ou opposant les moines aux groupes sociaux les entourant. De ce point de vue, ces collections documentaires viennent partiellement démentir l’existence d’une séparation nette entre le cloître et les sociétés qui l’environnent. Ce qu’illustrent les dossiers documentaires mobilisés ici, c’est la participation intime des moines vallombrosains à une entreprise de transformation des rapports de production et des hiérarchies sociales. Moins qu’un prisme déformant la vérité des rapports sociaux, la documentation monastique apparaît comme une trace tangible de l’activité des figures intermédiaires entre le cloître et les sociétés voisines et témoigne ce faisant des rapports noués par les pouvoirs aristocratiques et religieux dans leur tentative de prise en main des sociétés locales.

Haut de page

Notes

1 Charles-Marie de La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), 2e édition, Rome, École française de Rome, 2016, p. 3.

2 Monique Bourin, François Menant et Lluís To Figueras, « Les campagnes européennes avant la Peste, Préliminaires historiographiques pour de nouvelles approches méditerranéennes », in Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300 : échanges, prélèvements et consommation en Méditerranée occidentale, Rome, École française de Rome, 2014, p. 9‑101.

3 Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, no 4, 2000, p. 3‑43 ; Paul Bertrand, Les écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

4 Paolo Cammarosano, Italia medievale, Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, Carocci editore, 1993, p. 39.

5 Barbara H. Rosenwein, To Be the Neighbor of Saint Peter, The Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Londres, Ithaca, 1989, p. 20 : « The charters tell us not only about the World but also (perhaps even more so) about the relationship between that world and the monastery. »

6 Chris Wickham, « Vendite di terra e mercato della terra in Toscana nel secolo xi », Quaderni storici, no 22, 1987, p. 355‑378 ; François Bougard, « Actes privés et transferts patrimoniaux en Italie centro-septentrionale (viiie -xe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome-Moyen Âge, no 111-2, 1999, p. 539‑562 ; Sandro Carocci, « Contadini, mercato della terra e signoria nell’Europa medievale », Storica, no 9-25‑26, 2003, p. 9‑42 ; Laurent Feller, « Enrichissement, accumulation et circulation des biens. Quelques problèmes liés au marché de la terre », in Chris Wickham, et Laurent Feller, dir., Le marché de la Terre au Moyen Âge, Actes des colloques de Treilles, 1999 et de Saint Lambert, 2001, Rome, École française de Rome, 2005, p. 3‑28.

7 Pour ne citer qu’un exemple relatif au territoire florentin et aux territoires dont il est ici question, voir Francesco Salvestrini, Santa Maria di Vallombrosa. Patrimonio e vita economica di un grande monastero medievale, Florence, L. S. Olschki, 1998, p. 13 et suivantes.

8 Maria Elena Cortese, Signori, castelli, città, L’aristocrazia del territorio fiorentino tra x e xii secolo, Florence, L. S. Olschki, 2007, p. xvi‑xviii ; Enrico Faini, Le fonti diplomatistiche per la storia fiorentina dei secoli xi e xii : una visione d’insieme, Archivio storico italiano, no 167, 2009, p. 3‑56 ; id., Firenze nell’età romanica, L’espansione urbana, lo sviluppo istituzionale, il rapporto con il territorio, Florence, L. S. Olschki, 2010, p. 17‑19.

9 Tous les documents cités ici sont conservés à Florence, à l’Archivio di Stato et sont issus du fonds des parchemins anciens appelé Diplomatico. Les actes notariés dont traite cet article appartiennent à la série Siena, S. Vigilio (pergamene del monastero di Montescalari, vallombrosani) qui regroupe la documentation sur parchemin léguée par l’abbaye de San Cassiano (parfois orthographié San Casciano) de Montescalari située dans la Vallée de l’Ema et supprimée en 1778. Les parchemins du xie siècle ont fait l’objet d’un travail de publication, voir Giulia Camerani Marri et Igor Santos Salazar, dir., Le carte dell’abbazia vallombrosana di S. Cassiano a Montescalari (1031-1110), Panzano in Chianti (Florence), Edizioni Feeria, 2014 (éd. originale par Giulia Camerani Marri dans Archivio storico italiano, n120, 1962, p. 47‑75, p. 185‑221, p. 379‑418, p. 480‑520 et no 121, 1963, p. 76‑121, on utilise l’abréviation Le carte… dans la suite de cet article). Pour les citations à venir, on suit l’ordre suivant : ASFi, Diplomatico, Nom de la série, année/mois/jour (si nécessaire indication de la date dans notre style, sachant qu’en style florentin, l’année commence le 25 mars). Les parchemins sont librement consultables à l’adresse <https://www.archiviodigitale.icar.beniculturali.it> (url contrôlée le 21 janvier 2021).

10 Igor Santos Salazar, « Nascita e sviluppo di una Badia. San Casciano a Montescalari nel Valdarno Superiore fiorentino (1040-1130) », Archivio storico italiano, no 157-3, 2014, p. 403‑433.

11 Antonella Degl’innocenti, Giovanni Gualberto, santo, in Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, 2001, vol. 56, p. 341‑347.

12 Sur l’ordre vallombrosain, voir Sofia Boesch Gajano, « Storia e tradizione vallombrosane », in Antonella Degl’innocenti, dir., Vallombrosa, Memorie agiografiche e culto delle reliquie, Rome, Viella, 2012, p. 15-115 (première publication en 1964) ; Francesco Salvestrini, « La storiografia sul movimento e sull’ordine monastico di Vallombrosa. Uno status quaestionis », Reti Medievali Rivista, no 2, 2001.

13 Jean Louis Gaulin, « Affaires privées et certification publique : la documentation notariale relative au crédit à Bologne au xiiie siècle », in François Menant et Odile Redon, dir., Notaires et crédit dans l’Occident méditerranéen médiéval, Rome, École française de Rome, 2004, p. 55‑95 ; Attilio Bartoli Langeli, Notai, Scrivere documenti nell’Italia medievale, Rome, Viella, 2006 ; François Menant, « Le notaire médiéval, producteur de texte », in Herméneutique du texte d’histoire : orientation, interprétation et questions nouvelles, International Conference Proceedings, no 6, Nagoya, 2009, p. 77‑92.

14 Les notaires toscans des siècles centraux du Moyen Âge accolent rarement l’adjectif publicus à leur titulature. Lorsqu’ils se réfèrent à une autorité leur conférant le droit d’exercer, c’est généralement l’empereur, dieu et plus tardivement l’autorité communale. C’est par contraste avec d’autres situations qu’on peut les qualifier de notaires « publics », mais ce terme pourrait donner lieu à de longue réflexions. Sur le notariat rural toscan, je me permets de renvoyer à Philippe Lefeuvre, « Le notariat dans les campagnes de Florence : Chianti, Val d’Arno supérieur et Val di Pesa aux XIIe et XIIIe siècles », in Xavier Hermand, Jean-François Nieus, Étienne Renard, dir., Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval : Formations, carrières, réseaux, Turnhout, Brepols, 2019, p. 315‑342.

15 Sur certains parchemins on trouve au verso la mention particulares (« particuliers ») et en d’autres cas la précision nil valet (« ne vaut rien »). Ces appréciations ne regardent pas l’intérêt historique du document, mais sa portée juridique et sont le fait du notaire Bernardo Mochi de Francesco chargé, à la fin du xvie siècle, du classement des actes de l’abbaye de Montescalari. Voir ainsi ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/11, particulares, 1102/10/13, instrumentum pacis inter quosdam familiares monasterii. Nil valet. À Vallombrosa, le même notaire avait travaillé dans le même sens, établissant des résumés de tous les parchemins et séparant, dans son travail, ceux qui concernaient l’abbaye et ceux qui concernaient « les particuliers », voir ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, 260.39, f. 1-195. Dans les codices transmis par l’abbaye de Montescalari, un fonds malheureusement non inventorié, on conserve un équivalent de ce document, de la main du même notaire, voir ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, « Badia di Montescalari ».

16 Les munimina (littéralement des « défenses ») sont les « actes qui ont suivi la destinée des biens qu’ils documentaient lors de leur entrée dans quelque patrimoine ecclésiastique » selon Étienne Hubert, « Gestion immobilière, propriété dissociée et seigneuries foncières à Rome aux xiiie et xive siècles », in id. et Olivier Faron, dir., Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècle) : actes de la table ronde organisée par le Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales (Lyon, 14 - 15 mai 1993), Rome, École française de Rome, p. 185‑205, p. 195. On trouvera une attestation du terme dans le fonds des parchemins de Montescalari, voir ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1092/08 (Le carte… 96).

17 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/03, 1117/05/14, 1117/12/09, 1118/09/14, 1118/02/18 (en 1119), 1123/03/11 (en 1124), 1130/10/02, 1137/02/03 (en 1138), 1137/02/13 (en 1138), 1159/09/22. De ces dix documents, Ildibrandino ou Ildibrando, fils du défunt Sichelmo, est l’auteur au sens diplomatique du terme, c’est-à-dire « la personne qui manifeste la volonté exprimée » dans chacun de ces actes, voir Robert Henri Bautier, Maria Milagros Carcel Orti, dir., Vocabulaire international de la diplomatique, 2e dir., València, Universitat de València, 1997, p. 23.

18 À plusieurs occasions, la mention de Tizzano est accolée à Ildibrandino de Sichelmo, voir ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1118/02/18 (en 1119). L’actum des actes mentionnés plus haut (la date topique) dessine en outre des déplacements allant de Florence et de ses murs au fonds de la vallée de l’Ema. Sur cet espace, voir Enrico Faini, « L’emigrazione dal Valdarno Superiore a Firenze nel xii secolo : una storia mancata », in Paolo Pirillo, Mauro Ronzani, dir., San Romolo a Gaville : storie di una pieve in età medievale, atti del convegno di Figline Valdarno (22 ottobre 2005), Rome, Viella, 2008, p. 105‑121 ; voir aussi la carte de localisation de cet article (fig. 1).

19 Sur les cartes de l’Istituto Geografico Militare, la localité est décrite comme un casale nommé Molino dell’Altare, commune de Greve in Chianti.

20 Dans l’ensemble de la documentation, j’ai dénombré cinq parcelles différentes, parmi celles-ci, on peut relever notamment la mention d’une vigne à Meleto et d’une châtaigneraie à Mezzano, voir ASFi, Diplomatico, San Vigilio di Siena, 1117/05/14, 1159/09/22. Ces deux toponymes renvoient à des lieux-dits situés près du casale Molino dell’Altare, dans les communes de San Polo in Chianti et de Strada in Chianti, de part et d’autre de l’Ema.

21 Maria Elena Cortese, Signori, castelli, città, op. cit, p. 334‑340, les Montebuoni étaient bien implantés dans le castello de Tizzano. Ildibrandino de Sichelmo est très certainement l’un des fils de Sichelmo de Rolando, attesté en 1084 et 1087 dans les actes de Montescalari.

22 L’abbaye de S. Cassiano de Montescalari semble ainsi naître de l’initiative laïque, sans qu’aucune initiative de l’évêque de Fiesole ne soit connue, voir Igor Santos Salazar, « Nascita e sviluppo di una Badia. San Casciano a Montescalari nel Valdarno Superiore fiorentino (1040-1130) », art. cit. et Maria Elena Cortese, L’aristocrazia toscana : sette secoli (vi-xii), Spolète, Fondazione CISAM, 2017, p. 196‑197.

23 Giuseppe Sergi, L’aristocrazia della preghiera. Politica e scelte religiose nel medioevo italiano, Rome, Donzelli, 1994, p. 192‑193.

24 Philippe Lefeuvre, « Profit et travail de la terre dans les campagnes florentines (xiexiie siècles) », in Sébastien Fray, David Morel, dir., La terre à l’époque romane, Exploitations, usages et représentations, Actes du 24e colloque international d’art roman (Issoire, 17-19 octobre 2014), Aurillac, numéro de la Revue d’Auvergne, 2016, p. 161‑174, ici p. 164.

25 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/03, 1117/05/14, 1118/09/14, 1118/02/18 (en 1119), 1123/03/11 (en 1124), 1130/10/02.

26 Ibid., 1117/03, 1117/05/14, 1118/09/14, 1118/02/18 (en 1119), 1123/03/11 (en 1124), 1130/05/14, 1130/10/02, 1130/02/03 (en 1131), 1130/02/26 (en 1131), 1132/04/ (le 30 mars), 1135/12/01, 1142/11/28, 1142/11/29, 1144/01/16 (en 1145), 1145/09/29, 1146/04/16, 1149/03/13 (en 1150), 1155/11/06.

27 Ibid., 1084/03/18 (Le carte… 49).

28 Pour une approche renouvelée des transactions médiévales, voir Julie Claustre, dir., Transiger : éléments d’une ethnographie des transactions médiévales, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

29 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/03 : per hunc libellum pignoris nomine.

30 Ibid., 1118/09/14, Ildebrandino de Sichelmo concédait la moitié d’une parcelle de terre située au lieu-dit Altare à Branduccio de Pietro de Donato en gage d’un prêt de huit sous en monnaie de Lucques et de cinq setiers de mil.

31 Ibid., 1117/03, 1118/02/18 (en 1119), 1123/03/11 (en 1124).

32 Ibid., 1142/11/28.

33 Ibid., 1142/11/29.

34 Ibid., 1145/09/29, 1149/03/13 (en 1150).

35 Ibid., 1149/03/13 (en 1150) : l’acte avait été établi à Florence et le notaire n’avait pas pris la peine de préciser le contour des parcelles cédées. Les représentant d’un dénommé Andrea de Martino et de son épouse Bellama lui cédaient, contre six payés en monnaie de Lucques, toutes « les terres et les choses » qu’il avait eues ou tenues d’Andrea.

36 Ibid., 1155/11/06.

37 Alice Rio, « Les formulaires et la pratique de l’écrit dans les actes de la vie quotidienne (vie-xe siècle) », Médiévales. Langues, Textes, Histoire, 30 juin 2009, no 56, paragraphe 11, dès le haut Moyen Âge, en Occident, les actes dits « privés » pouvaient servir en justice.

38 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1130/10/02, au verso, d’une main qui pourrait être du xiiie siècle : hec carte sunt Branduccii filii Petri de Altare.

39 Sur l’ensemble du corpus interviennent les notaires suivants : le notaire Vitale (un acte), le juge et notaire Enrico (sept actes), le notaire Pietro (cinq actes), le juge et notaire Giovanni (quatre actes), le juge et notaire Galizio (un acte). Les documents semblent bien être de la main des différents notaires. Le notaire Vitale a été actif dans les environs de Montescalari dans les années 1080-1120, tandis que le juge et notaire Galizio a été actif de 1139 à 1190. Il est peu probable, dans ces conditions, que le dossier ait été constitué en une seule fois, comme c’est parfois le cas, par un seul notaire s’appuyant sur les documents de ses prédécesseurs.

40 On trouve plusieurs références à Altare dans les donations des années 1080, voir ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1079/01/28 (Le carte… 30, en 1180), 1082/09/03 (Le carte… 34), 1083/08 (00001896, Le carte… 41), 1084/02/18 (Le carte… 47), 1084/03/18 (Le carte… 49). Dans ce dernier acte, Gottifredo de Griffo donnait à l’église et au monastère de S. Cassiano de Montescalari et à l’abbé Eppo une parcelle de terre avec un moulin entouré sur deux côtés par l’Ema. Un petit canal avait déjà été creusé et la donation prévoyait la construction d’un autre fossé.

41 Chris Wickham, Legge, pratiche e conflitti, Tribunali e risoluzione delle dispute nella Toscana del xii secolo, Rome, Viella, 2000, p. 311‑317 ; Gloria Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici in Val di Pesa. La Badia a Passignano e i suoi mulini (xi-xiv secolo), Florence, Università degli Studi di Firenze, 2004, p. 23‑41 (thèse de doctorat) ; Niccolò Lapi, “Ad Edificandum Molendina”, I Mulini del monastero di San Casciano a Montescalari fra xii e xiii secolo, Florence, Università degli Studi di Firenze, 2009 (thèse de laurea), p. 16‑28.

42 Niccolò Lapi, “Ad Edificandum Molendina”, I Mulini del monastero di San Casciano a Montescalari fra xii e xiii secolo, op. cit., p. 141.

43 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/03/18 (Le carte… 49), 1087/02 (Le carte… 81).

44 Ibid., 1102/01/.. (en 1103), 1109/06/17, l’auteur de l’acte de 1109 appartenait aux Caponsacchi, voir Enrico Faini, « Uomini e famiglie nella Firenze consolare », Storia di Firenze. Il portale per la storia della città, 2009, p. 29, 46, n. 8.

45 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1117/12/09.

46 Ibid., 1152/11/03.

47 Ibid., 1117/03, 1118/09/14, 1152/11/03, dans le premier document, Branduccio de Pietro était tenu à un loyer en orge et en gros mil (sagina), dans le deuxième il prenait une terre en gage d’un prêt en argent et en setiers de mil, dans le dernier enfin, les ayants-droits de Branduccio cédaient les semoventes en même temps que ses biens fonciers.

48 Dans la seconde moitié du xiie siècle, l’abbaye de Montescalari est le centre d’un système domanial qui s’exprime de façon plus institutionnelle. Le patrimoine est organisé en curtes parfois tenues par un castaldus dépendant de l’abbaye à Altare, Montebuoni, Celle, Tornano, Capeme, Frassino et Montemasso, voir ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1130/03 (en 1130/31), 1163/05/05, 1164/07/31, 1173/04/21, 1173/04/16, 1179/04/18, 1179/04/18, 1183/06/13, 1183/12/03, 1208/03/01, 1220/05/09, 1223/01/09 (en 1224), 1228/07/27, 1229/06/03, 1234/05/28, 1234/08/27, 1234/08/27, 1237/11/15, 1256/01/02 (en 1257).

49 Une utilisation de ces archives est bien mise en évidence dans Chris Wickham, The mountains and the city : the Tuscan Appennines in the early Middle Ages, Oxford, New York, 1988 ; pour le cas de Karol, voir Laurent Feller, Agnès Gramain et Florence Weber, La Fortune de Karol : marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, 2005.

50 Pour retenir un exemple proche, voir ainsi Anne Mailloux, « L’évêque en son domaine : une opération de lotissement à Santa Maria a Monte, en 898, dans le diocèse de Lucques », Rives méditerranéennes, no 7, 2001, p. 81‑102, paragraphe 1, « j’ai retenu pour illustrer ce phénomène un dossier documentaire cohérent, relatif à l’implantation de l’évêché dans une zone qui borde l’Arno ».

51 Une nouvelle de Boccace est consacrée à l’histoire du « Prêtre de Varlungo et de Monna Belcolore » (seconde nouvelle de la huitième journée), Varlungo y est décrite comme une « villa assai vicina di qui », voir Giovanni Boccacio, Il Decamerone, 10e éd., Milan, Hoepli, 1973, p. 472 ; sur cette nouvelle, voir Laurent Feller, « Autour d’une nouvelle de Boccace : l’économie immorale », in Diane Chamboduc de Saint-Pulgen, Marie Dejoux, dir., La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes : les Moyen Âge de François Menant, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, p. 191‑200 ; concernant l’histoire de ce territoire périphérique, aujourd’hui intégré à la commune de Florence, voir Giampaolo Trotta, Varlungo e Rovezzano : due borghi, un fiume, Florence, Alinea, 1989.

52 Eudosio Loccatelli, Vita del glorioso padre San Giovangualberto, fondatore dell’ ordine di Vallombrosa, Florence, apresso Giorgio Marescotti, 1583, p. 334 : « Badia di S. Cassiano à Montescalari, Vescovado di Fiesole [...] ha la data [...] della chiesa di San Piero à Varlungo diocesi di Firenze ». J’ignore à quoi renvoie exactement l’expression « avere la data ».

53 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1082/09/03 (Le carte… 34), 1084/06/10 (Le carte… 53), 1084/08/.. (Le carte… 55), 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096), 1096/10/06 (Le carte… 112), 1102/10/13, 1105/07/18, 1106/05/19, 1107/01/07 (en 1108), 1107/01/11 (en 1108), 1109/01/11 (en 1110), 1110/12/03, 1111/05/.., 1113/06/28, 1113/11/03, 1114/01/30 (en 1115), 1119/03/07 (en 1120), 1119/10/29, 1134/04/09, 1135/03/24, 1146/08/26, 1146/10/22, 1147, 1147/08/03, 1148/09/19, 1153/09/12, 1155/06/14, 1160/03/25 (en 1161), 1162/10/14, 1164/06/15, 1167/04/26, 1168/09/17, 1175/02/20 (le 21 février), 1175/05/04, 1178/02/08 (en 1179), 1178/11/09, 1262/09/28, 1272/12/13, 1326/11/24, 1378/05/06.

54 Par exemple ibid., 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096), au verso : « 22, varlungo ».

55 Don Ignazo Guiducci (1582 ; 1666), abbé de Montescalari de 1648 à 1656 et abbé général de l’ordre vallombrosain dans les dernières années de son existence, a réalisé, dans au moins deux monastères, un travail minutieux de compilation des parchemins et des sources anciennes pour reconstituer l’histoire de ces institutions et mieux défendre leur patrimoine. Parmi les codices de Montescalari, on trouve deux volumes réalisés par l’abbé. Dans l’un de ceux-ci (Le fonds n’est pas inventorié, mais je dois à la gentillesse du personnel d’avoir pu y jeter un œil, je cite à titre provisoire ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, « Badia di Montescalari », manuscrit portant la cote ancienne « Z », p. 161-162), il s’intéresse au patrimoine détenu à Varlungo (« S. Piero a Varlungo chiesa podere e terre fitti a livelli ») sans parvenir finalement à autre chose qu’à aligner le nom des lieux-dits rencontrés en feuilletant des parchemins volontiers répétitifs et trop anciens pour pouvoir donner une image précise du parcellaire détenu par l’abbaye à la fin du xiie siècle. Sur cette figure de l’érudition monastique vallombrosaine, voir Maddalena Fachinetti Maggi, Vicenzo Marchetti, dir., Il Monastero Vallombrosano del Santo Sepolcro di Astino in Bergamo, Appunti per una ricostituzione dei fondi archivistici, Bergame, Sestante, 2013.

56 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096), 1096/10/06 (Le carte… 112) : et si oportum fuerit prescripte ecclesie et monasterii suique rectores, licentiam et potestatem habeant una cum ista cartula et cum exemplar predicte cartule, causam exinde agendum, finem ponendum, responsum reddendum et usque ad veram legem perducendum, quam melius potuerint, sicut nos facere debuimus. Le premier acte, un exemplaire authentifié de l’original, était explicitement mentionné dans le second document et il s’agissait d’un ensemble de deux actes solidaires établis avec soin pour que les moines ou leurs représentants pussent « avec cette charte et l’exemplaire de l’autre », se défendre en justice et se protéger de toute revendication.

57 Ibid., 1096/10/06 (Le carte… 112).

58 Ibid., 1095/03/03 (Le carte… 109, en 1096) : id est terra petia una tamen fossa inter medio que est posita in loco qui vocatur Bassirica tamen decernimus terra petia ipsa qui de una parte deccurrit eis via, de alie duo parti est fini terra Sancti Silvestri, de quarta parte est fini terra de hominibus de Bassirica. ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1096/10/06 (Le carte… 112) : est ipsa petiola terre posita in loco qui vocatur Vadolongo ubi Basirica dicitur quam sic eam decernimus, cui de una parte decurrit ei via, de alia parte est finis terra predicte ecclesie et monasterii de tertia parte est finis terra de hominibus de predicto loco Basirica de quarta parte est finis terra nostra predictorum Ugi et iugales reserbata. Entre mars et octobre, l’abbaye de Montescalari avait dû acquérir les terres autrefois détenues par S. Silvestro (peut-être S. Silvestro de Nonantola), d’autres limites (la route, la terre des hommes de Bassirica) ne changent pas, mais la mention d’une « réserve » appartenant aux auteurs fait songer à la vente d’une portion de la parcelle achetée en mars par ces derniers.

59 Sur l’insertion des vallombrosains dans le mouvement de lutte contre la simonie et le nicolaïsme, enjeu important dans la Florence du xie siècle, voir notamment Giovanni Miccoli, Pietro Igneo, Studi sull’età gregoriana, Rome, Istituto Storico Italiano per il medio evo, 1960 ; Sofia Boesch Gajano, « Storia e tradizione vallombrosane », artcit. ; Antonella Degl’innocenti, dir., Vallombrosa, Memorie agiografiche e culto delle reliquie, Rome, 2012.

60 Sur le rôle des clercs et des moines dans la diffusion du crédit, voir Cinzio Violante, « Les prêts sur gage foncier dans la vie économique et sociale de Milan au xie siècle », Cahiers de civilisation médiévale, no 5‑2, 1962, p. 147‑168 ; 437‑459 ; Francesco Salvestrini, « Sacri imprenditori, sacri debitori », in id., Disciplina caritatis, Rome, Viella, 2008, p. 181‑108 ; Nicola Lorenzo Barile, « Credito, usura, prestito a interesse », Reti Medievali Rivista, no 11‑1, 2010, p. 475‑505.

61 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/06/10 (Le carte… 53).

62 Les schémas de filiation qu’on propose ici en annexe témoignent d’ailleurs de la difficulté d’établir avec certitude les filiations.

63 Enrico Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit., p. 204‑211.

64 Plusieurs actes font apparaître Fiorenzo de Giovanni et Martino agissant en qualité d’intermédiaires locaux et portant occasionnellement le titre de conversus, voir ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1102/10/13, 1106/05/19, 1107/01/07 (en 1108), 1107/01/11 (en 1108).

65 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1084/06/10 (Le carte… 53), 1102/10/13, 1113/11/03, 1135/03/24, 1146/08/26, on relève ainsi Giovanni de Bassirica, Martino de Bassirica et Ugo de Bassirica.

66 Loin de former une lignée patrilinéaire à l’image des maisons aristocratiques du bas Moyen Âge, les Caponsacchi constituaient, aux xie et xiie siècles un groupe parental puissant et influent mais peu structuré. Sur l’évolution des structures parentales à Florence voir notamment Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom, Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Publications de l’EHESS, 1990 ; Carol Lansing, The Florentine Magnates, Lineage and Faction in a Medieval Commune, Princeton (New Jersey), Oxford, Princeton University Press, 1991, p. 9‑106, pour les Caponsacchi voir p. 40.

67 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1102/10/13 : homines de pars iamdicti monasterii.

68 Ibid., les auteurs renonçaient aux causas calumpnias querelas et querimonias sacramentum et compositiones de assaltu quam de battitura seu et de vulnera sive de iniuria atque de omni iure et actione.

69 Voir ainsi Enrico Faini, « Il convito del 1216, La vendetta all’origine del fazionalismo fiorentino », Annali di Storia di Firenze, no 1, 2006, p. 9‑36 ; John M. Najemy, A history of Florence, 1200-1575, Malden (Mass.), Blackwell, 2011, p. 6‑11, (dir. originale 2006).

70 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1106/05/19.

71 Ibid. : Florentius filius bene memorie Petri cum lignum quam suam tenebat manu finivit ad Florentium avunculum suum et ad Martinum conversi ecclesie et monasterii Sancti Cassiani sita Montescalario advicem ipsius ecclesie et monasterii nominative omnes casas, terras et vineas, res mobiles et immobiles quas predicto Florentio habuit et tenuit et modo habet et tenet et eidem Florentii fuerunt aut sunt pertinentia quas predicto Florentio converso prescripte ecclesie et monasterii aut in aliam partem datum habebat. L’avunculus, en latin classique, est l’oncle maternel, mais on ignore ici le degré de précision du terme.

72 Sur les frères convers vallombrosains, voir Francesco Salvestrini, « I conversi dal secolo xi alle soglie dell’Età moderna », in id., Disciplina caritatis, Rome, Viella, 2008, p. 245‑296 ; pour des considérations plus générales sur la question, on peut se rapporter au volume collectif Nicole Bouter, dir., Les mouvances laïques des ordres religieux : actes du troisième Colloque international du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1996.

73 La présence des Caponsacchi se note par exemple dans l’action de plusieurs intermédiaires se rattachant probablement à la parentèle : Martignano de Martino (1113, 1134, 1136, schéma B) et Gianuzzo de Martino (1119). D’autres intermédiaires agissant pour l’abbaye peuvent plus difficilement être identifiés aux Caponsacchi Guittone nepos de Gioco (1110), Guglielmo de Guinildo (1111), Angello de Benedetto (1115, 1119), Guido de Romena (1146, 1153), Perino, convers (1164), Pietro custos de San Pietro de Varlungo (1168)

74 Sur les homines qui vocantur Capoinsacchi voir E. Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit, p. 204 et suivantes.

75 À propos du concept de rente foncière appliqué aux sociétés des xe et xiie siècles, on se reportera avec intérêt à la thèse de Emmanuel Huertas, La rente foncière à Pistoia (xie et xiie siècle), Marne-la-Vallée, Université Paris-Est, 2008, p. 148‑205, selon l’auteur, la disparition du manse, dans la documentation notariale, est le symptôme d’une évolution des transactions foncières portant de plus en plus sur une part des revenus tirés de l’exploitation du sol.

76 FAINI, Enrico, Uomini e famiglie, art. cit., p. 25‑26. Le terme de nepos peut bien entendu désigner le neveu, mais aussi le petit-fils, comme on l’observe dans la langue italienne où nipote désigne aussi bien le neveu que le petit-fils.

77 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1109/01/11 (en 1110), la somme de cinq livres était une estimation d’une somme versée, selon la formule du notaire, en argent et biens meubles.

78 À titre de comparaison, l’abbé Arnaldo de Montescalari avait versé, en 1101, le double de cette somme (10 livres) pour l’achat d’un moulin à Cetinavecchia, voir ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1101/07/23 (00002954). En 1111, pour 10 livres encore, plus loin de Florence, un aristocrate avait acquis les quarts des droits seigneuriaux sur un castello du Chianti, ASFi, Diplomatico, S. Lorenzo di Coltibuono, 1111/08/.. (RC 271), l’abréviation RC renvoie à Luigi Pagliai, éd., Regesto di Coltibuono, Rome, E. Loescher-W. Regenberg, 1909 réédité par le Centro di Studi Storici Chiantigiani, Florence, Polistampa, 2008.

79 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1110/12/03.

80 Francesco Salvestrini, « Il monachesimo vallombrosano alla periferia orientale di Firenze. La badia di San Bartolomeo a Ripoli nel pieno e nel tardo Medioevo », in Paolo Pirillo, dir., Alle porte di Firenze, Il territorio di Bagno a Ripoli in età medievale, Atti del convegno di studi (Spedale del Bigallo, 28 ottobre 2006), Rome, Viella, 2008, p. 57‑92, p. 62 ; du même Francesco Salvestrini, Santa Maria di Vallombrosa, op. cit., p. 35 ; id., Libera città su fiume regale, Firenze e l’Arno dall’antichità al Quattrocento, Florence, Nardini, 2005, p. 25‑26 ; voir aussi Charles-Marie de La Roncière, Prix et salaires à Florence au xive siècle (1280-1380), opcit., p. 271.

81 On peut comparer les prix observés dans les actes de Coltibuono et dans le dossier des actes de Varlungo, par période. Sur la période 1061-1100, les sommes engagées dans les ventes ou prêts sur gage sont en moyenne de 93 sous dans les actes de Coltibuono (C), pour 67 sous dans le dossier des actes de Varlungo (V), pour la période 1101-1140, on obtient 39 sous (C) et 38 sous (V) et enfin, pour la période, 1141-1180, 79 sous (C) et 164 sous (V). Cette observation d’une inflation doit toutefois être pondérée par la prise en compte d’une dévaluation constante du denier d’argent de Lucques dans la même période, voir William R. Day, The Early Development of the Florentine Economy, c. 1100‑1275, Londres, University of London, 2000, (thèse de doctorat), p. 175, n. 56 ; toutes ces données peuvent enfin être mises en perspective grâce à une étude plus approfondie des prix observés dans l’ensemble de la documentation florentine, voir Enrico Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit., p. 112-113.

82 Voir note précédente, on peut rappeler que les transactions monnayées s’élèvent en moyenne à 79 sous dans les actes de Coltibuono (C) pour la période 1141-1180, quand elles s’élèvent à 164 sous dans le dossier des actes de Varlungo dans la même période. Contrairement à l’abbaye de Montescalari, l’abbaye de San Lorenzo di Coltibuono rayonnait essentiellement dans le sud-est du contado florentin, relativement loin de la cité. Les observations faites ici ne reposent toutefois que sur un corpus très réduit de onze actes. Voir aussi Enrico Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit., p. 111‑118.

83 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1162/10/14.

84 FAINI, Enrico, Firenze nell’età romanica, opcit., p. 111, no 4.

85 ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1167/04/26, 1168/09/17 : entre les deux transactions, le prix d’entrée avait sensiblement diminué, passant de quinze à neuf livres, et l’une des limites de la parcelle avait été modifiée.

86 Ibid., 1175/02/20 (le 21 février 1176).

87 Ibid., 1178/11/09.

88 Ibid., 1175/05/04, 1178/02/08 (en 1179).

89 Ibid., 1272/12/13, sur la transformation précoce du parcellaire en périphérie de la cité, voir Enrico Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit., p. 75.

90 Références à des curtes et à des castaldiones dans les actes de Montescalari, ASFi, Diplomatico, S. Vigilio di Siena, 1130/03 (en 1130/31), 1163/05/05, 1164/07/31, 1173/04/21, 1173/04/16, 1179/04/18, 1179/04/18, 1183/06/13, 1183/12/03, 1208/03/01, 1220/05/09, 1223/01/09 (en 1224), 1228/07/27, 1229/06/03, 1234/05/28, 1234/08/27, 1234/08/27, 1237/11/15, 1256/01/02 (en 1257).

91 Maria Elena Cortese, Signori, castelli, città, op. cit., p. 219‑223 ; Enrico Faini, Firenze nell’età romanica, op. cit., p. 70.

92 Par exemple, et pour ne citer qu’une seule monographie, Georges Duby, La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, Paris, A. Colin, 1953.

93 Barbara H. Rosenwein, « Réforme monastique et transformation sociale », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, no 15, 2011, § 19.

94 Voir ainsi Sébastien Fray, « La juridiction de l’évêque du Puy sur sa ville au prisme des privilèges royaux (xie-xive siècles) », in Béatrice Fourniel, dir., La justice dans les cités épiscopales du Moyen-Âge à la fin de l’Ancien Régime, Toulouse, France, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2014, p. 195‑201.

95 Sur cette question voir les remarques de Jean-Loup Lemaître, « Nécrologes et obituaires : une source privilégiée pour l’histoire des institutions ecclésiastiques et de la société au Moyen Âge ? », in Claude Carozzi, Huguette Taviani-Carozzi, dir., Le médiéviste devant ses sources : Questions et méthodes, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2004, p. 25‑39 ; cette typologie documentaire n’est du reste pas inconnue en Italie, voir ainsi Francesco Panarelli, « Il Necrologio di San Zeno in Pisa », in Michael Borgolte, Cosimo Damiano Fonseca, dir., Memoria : ricordare e dimenticare nella cultura del medioevo, Bologne, Il Mulino, 2005, p. 235‑253 ; ou encore Hansmartin Schwarzmaier, « Der Liber Vitae von Subiaco. Die Klöster Farfa und Subiaco in ihrer geistigen und politischen Umwelt während der letzten Jahrzehnte des 11. Jahrhunderts », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, no 48, 1968, p. 80‑147.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Florence et le sud-est de son territoire
Légende Carte de localisation
Crédits Crédit : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 2. Les Caponsacchi de Varlungo (schémas de filiation)
Crédits Source : réalisation graphique de l’auteur (d’après la série Montescalari du Diplomatico de l’Archivio di Stato de Florence)
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lefeuvre, « L’abbaye de Montescalari et ses partenaires particuliers (contado florentin, XIe‑XIIe siècles) », Rives méditerranéennes, 62 | 2021, 17-41.

Référence électronique

Philippe Lefeuvre, « L’abbaye de Montescalari et ses partenaires particuliers (contado florentin, XIe‑XIIe siècles) », Rives méditerranéennes [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8554

Haut de page

Auteur

Philippe Lefeuvre

École française de Rome, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP, UMR 8589)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search